Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Archive for novembre 2010

La cyber-provoque fallacieuse et réactionnaire du féminisme (de droite) de la SIMILI-MILITANTE

Posted by Ysengrimus sur 15 novembre 2010

L’authentique hypocrisie contient toujours une solide touche de sincérité…

Attribué à Marie Catherine Sophie de Flavigny, comtesse d’Agoult (1805-1876)

.
.
.

Bon, notons d’abord que la distinction entre gauche et droite en matière de représentations idéologiques, ce n’est pas juste une affaire de convictions personnelles ou de jargon journalistique. C’est, plus fondamentalement, une question de programme social, de vision de l’avenir collectif, sinon de vision du monde tout court. C’est en fait la classe sociale qu’on sert qui détermine si on est de gauche ou de droite… Et chercher à obscurcir les susdites descriptions par «étiquettes» n’est pas nécessairement un bien bon signe… Ces «étiquettes» sont des capteurs notionnels, des abréviations conceptuelles. Cela les rend aussi cruciales dans le débat que n’importe quelle autre idée s’y inscrivant. Pourquoi les craindre tant, alors? Serait-ce parce qu’il s’agit moins de débattre que de vendre, en douce? Je dis cela, en préambule, comme ça, d’arquebutte en blanc, parce que certaines mirettes délicates semblaient un peu pas mal écorchées l’autre fois, quand j’ai introduit la notion de féminisme de droite. Donc, soyons on ne peut plus clair. Est féministe une personne qui considère que les hommes et les femmes sont sociologiquement égaux malgré les différences naturelles et ethnoculturelles qui, ÉVENTUELLEMENT, les distinguent et ce, à l’encontre ferme d’un héritage historique fondé sur une division sexuelle du travail non-égalitaire. Sociologiquement égaux signifie, entre autres, égaux en droits, et cela n’est pas acquis. Il faut donc réaliser cette égalité… dans le strict cadre capitaliste (selon le féminisme de droite)… ou (plutôt!) en instaurant un ordre social nouveau, non-capitaliste, qui comptera l’égalité entre les hommes et les femmes au nombre de ses axiomes (selon le féminisme de gauche). Notons aussi, et c’est capital, que je dénonce le féminisme de droite non pas parce qu’il est un féminisme mais bien parce qu’il est de droite. La lutte des femmes pour leur égalité sociale intégrale ne tombe PAS, ici ou ailleurs, sous le coup de ma critique. Remember…

Légende de ce superbe aphorisme de la grande féministe de droite Faith Whittlesey (née en 1939): SOUVENEZ-VOUS QUE GINGER ROGERS A FAIT TOUT CE QUE FRED ASTAIRE A FAIT, SIMPLEMENT ELLE L'A FAIT DE RECULONS ET EN TALONS HAUTS.

Sur la base de ces postulats objectifs fermes, nous nommerons l’astucieuse agente de cyber-provoque analysée ici du nom de Simili Militante. Femme de média, solidement imprégnée d’une large cyber-culture, Simili Militante est une féministe mur à mur et sans ambiguïté aucune, mais, nuance capitale, c’est justement une féministe de droite, comme il y en a de plus en plus sous nos hémisphères, graduellement influencée, sans l’admettre ou se l’avouer, par les vues du Independent Women’s Forum et de groupes similaires. Elle sert donc, sans rougir et en toute sérénité, le programme politique et social de le droite. Simili Militante, qui, soit dit en passant, n’aime pas trop trop qu’on ose ouvertement la dé-sanctifier en la décrivant sociologiquement, se réclame en toute sincérité de la toute légitimisante rhétorique du plafond de verre. Sauf qu’il s’agit ici d’un plafond de verre bien soudé sur l’édifice d’un capitalisme de fer. L’axiome est alors: chipotons pour le verre et perpétuons hargneusement le fer. L’activisme «féministe» de Simili Militante est l’indice d’une tendance sociologique qu’il faut avoir attentivement à l’œil, celle du graduel dégauchissage du féminisme. Moi personnellement, un féminisme qui dit que les révolutions n’ont rien apporté aux femmes, que voulez-vous, j’ai de sérieuses réserves. Ce type de féminisme s’approprie et accapare une cause auto-sanctifiante et la met sciemment au service du Patron Fric. C’est donc un féminisme d’ajustement au capitalisme qui a su, avec un brio roué et subtil, moderniser (et verrouiller) son discours et aussi la diffusion et la promotion de ce dernier. On va essayer ici de décrire brièvement le mécanisme d’horlogerie pendulaire de la fort matoise et adroite doctrine de cyber-provoque de Simili Militante

.
.
.

PHASE 1: LES CAUSES FALLACIEUSES. Donc Simili Militante est une réformiste intra-muros de choc. Tout doit se jouer dans la petite boite capitaliste. Ne lui parlez surtout pas de remise en question de l’ordre établi, c’est parfaitement inutile. Elle est solidement étanche à ce genre de réflexion… Intra muros, donc, Simili Militante oeuvre sur les signes, pas sur la crise sociale. Les dénominations, les titres, les prérogatives, les écarts verbaux sexistes de politiciens rétrogrades, les hommes d’église à la «doctrine sociale» ouvertement misogyne et arriérée, la déglingue comportementale du phallocratisme aussi foutu qu’évident, les success stories de femmes d’affaires novatrices et les résistances d’arrière-garde qu’elles combattent encore courageusement, en catimini ou tapageusement, les éructations d’éditorialistes conservateurs iraniens théocrates et hyper-réacissimes à la crédibilité intellectuelle parfaitement inexistante, le désordre des chaises sur le pont du Titanic, en somme, préoccupent hautement Simili Militante… Aussi, en plus, le sens tactique toujours en éveil de Simili Militante s’intéresse au plus haut point à l’univers polymorphe et mouvant des «pages féminines», nommément tout ce qui permet aux femmes (d’en haut) de tourmenter les femmes (d’en bas). Mentionnons, par exemple, le thème en haute vogue du nouvel hédonisme contraint des femmes «de notre temps» (entendre: occidentales, montées en graine, positionnées, «tendances» et bourgeoises, genre héroïnes de Sex and the city, rédactrices de Jezebel ou encore thuriféraires enthousiastes de Madonna & Lopez). Cette question, exemplaire et hautement culpabilisatrice, du nouvel hédonisme féminin fait l’objet d’une attention soutenue de la part de Simili Militante car le potentiel de cyber-provoque de cette problématique sexy-sexiste est maximal. Simili Militante adore justement ce genre de question pseudo-sensibles car, sans suggérer le moindre changement social fondamental, cela fait tout plein soumission, femme-objet, macho-sots, ma-fille-c’est-de-ta-faute-de-pas-voir-les-fautes-des-gars, etc et donne à Simili Militante une cause sécurisante et supériorisante, enrobée dans le (bon) sentiment qu’elle n’est pas enferrée dans un univers de réformettes circulaires et stériles. Donc Simili Militante tonne, par exemple, contre l’effeuillage généralisé des starlettes et aspirantes starlettes contemporaines et, plus insidieusement, contre la dérive des mœurs et la batifole tous azimuts, genre femmes jeunes avec vieux politiciens flétris. Mais attention, oh attention, n’allez pas commettre l’erreur sotte (comme tant d’hommes le font pour se sécuriser l’ego) de confondre Simili Militante avec une bigote, une mal baisée, une moraliste exaltée ou une arriérée sociologique qui pèterait un câble antique et perdrait le contrôle. Oh non, que non, j’insiste sur ce point, Simili Militante est une cyber-communicatrice aguerrie qui sait parfaitement ce qu’elle fait. Sagace, manipulatrice et observatrice, elle comprend sciemment que le web est un nid compact à petits frelons androhystériques et elle tape à grands coups de pieds dedans pour bien faire lever dudit nid ses nuées bourdonnantes d’astineux anonymes tout grotesques et tout insécures. Nos petits porte-bites 4chaneux niaiseux se rameutent alors par paquets compacts, et lui postent disons, pour filer l’exemple, sur la question de la dérive hédoniste des mœurs en politique, un genre de mème comme celui-ci:

Monica Lewinsky dit: JE VOTE MAINTENANT RÉPUBLICAIN CAR LES DÉMOCRATES M’ONT LAISSÉ UN GOÛT AMER DANS LA BOUCHE. La légende dit: LE FÉMINISME, PAS SEULEMENT POUR LES LIBÉRAUX. La description du féminisme de droite en émergence est valide ici, mais ce trait sexiste, facile et grossier, discrédite son auteur (masculin), notamment aux yeux des lectrices, et joue, en fait, le jeu victimisant et auto-sanctifiant de SIMILI MILITANTE

Petits cyber-mecs anonymes, je ne vous dis pas ce que vous devez faire avec votre liberté d’expression. Simplement, j’observe qu’en postant ce genre de défoulements mesquins, vous tombez directement dans le piège malodorant du T’AS DIT CACA de la cyber-provoque institutionnalisée que vous tend sous les pieds Simili Militante. Vous la servez pleinement, totalement, intégralement, avec ce genre de boutade idiote. C’est justement pour cela que son carnet, ses billets, ses cyber-interventions sont SCIEMMENT CONFIGURÉES pour justement lever, par bouffées malodorantes, du sexisme crétin, au premier degré, dans ce genre. Et plus c’est phallo-miso, cru et charrié, mieux c’est. C’est qu’elles lui servent d’écrin promotionnel, à notre fine mouche, vos conneries masculinistes là. De fait, on a toujours besoin d’un plus réac que soi et un élément droitier qui se fait mousser trouve toujours un élément plus droitier, dont il se démarque, qui le recentre en apparence et qui, ainsi, facilite une promotion élargie de sa doctrine. Aussi, avoir eu à censurer les pires commentaires, c’est crucial et cardinal pour Simili Militante. Cela légitime ET sa démarche anti-libertaire ET la censure médiatique proprement dite, tout en faisant vachement «débat social». Cela recycle et réactive en permanence l’auto-sanctification définissant Simili Militante. Cela dissimule et camoufle le caractère viscéralement conservateur de sa vision du monde. Cela sanctionne son action et, surtout, ses prémisses fondamentalement conformistes, affairistes, bobo-cadres, moralisatrices, culpabilisatrices, normatives et bien pensantes. Disons, plus prosaïquement, que c’est là de la grande provoque visqueuse en bloc pour lever de la petite provoque naïve en rafale. Et disons aussi que toi, mec neuneumèmeux anonyme qui se croit comique, séditieux et subtil, bien, tu te fourres le pied direct dedans… Phase 1, donc: un type insidieux de manipulation des masses est né, oui, oui, oui… et ici, c’est bel et bien le cyber-provocateur (troll) qu’on manipule à son tour.

.
.
.

PHASE 2: LES CAUSES RÉACTIONNAIRES. Ceci dit et bien dit, l’activisme de Simili Militante ne s’arrête pas là. Il n’est pas uniquement une intervention auto-sanctifiante, une chausse-trappe sociologique, onctueuse mais un peu gratuite, pour attitrer l’attention, toujours aussi captivante et magnétisante, des frelons du web. Suivez bien la phase 2 du mouvement. Le sentiment féministe que s’approprie Simili Militante, et dans lequel elle drape sa dignité, est, en fait, désormais largement sociétal et consensuel. Il est donc pas mal ardu de questionner les prémisses d’une voix s’en réclamant bruyamment, sans faire face à des accusations, explicites ou implicites, hautement discréditantes. La sémantique de Simili Militante est une sémantique fondamentalement auto-protectrice et elle vous attend dans le tournant. Tout le féminisme de droite interagis comme ça, du reste. Ce sont des causes ouvertement reconnues dont on affecte de perpétuer le modernisme, strictement pour se faire mousser. Redisons-le: c’est visqueux au possible… et c’est justement hors de cette fange toxique que va pointer la véritable arme doctrinale de Simili Militante: la propagande réactionnaire, la manipulation droitière, le service docile de l’ordre établi, sous couvert féministe. Voici donc, par exemple, qu’un «taliban» chronométrique coupe le nez et les oreilles d’une femme afghane au moment où, comme par hasard, la guerre d’Afghanistan est au plus profond de son discrédit. Plus tard ou plus loin, un «régime iranien» s’apprête à lapider (jusqu’à ce que mort s’ensuive) une femme adultère au cœur des tensions politiques entre l’occident et l’Iran. Pétard planétaire. Le visage mutilé est en première page du Time. La personne menacée de lapidation est appuyée par de grandes personnalités occidentales, toutes femmes, ardentes, célèbres et riches. Sanctification aussi cardinale qu’imparable. Qui osera contester la gravité de ce type de drame? Mais absolument personne, évidemment. Forte d’un tel consensus, Simili Militante monte aussitôt au créneau. Son analyse (implicitement servile envers l’impérialisme US): il faut aller casser du Taliban, de l’Iranien, c’est urgent. Pourtant, la violence (incluant, sans s’y restreindre, la violence arriérée et rétrograde) contre les femmes est mondiale. Longtemps avant d’être des iraniens, des afghans et/ou des «talibans», les auteurs de ces crimes sont de hommes patriarcaux. Les indubitables hommes patriarcaux du grand Moyen-Orient Fantasmé sont-ils vraiment les seuls sur terre à se mériter tant de couverture médiatique? Pourquoi pas une clitoridectomisée africaine, ou une enfant-putain asiatique, ou une femme battue européenne, ou une divorcée assassinée américaine, ou une soldate canadienne violée et tuée par son commandant, en première page du Time et dans les appels à solidarité de nos occidentales riches et célèbres? Non, non, non, le féminisme ayant droit de citée dans le portail monumental de la presse mainstream, par les temps qui courent, c’est celui qui sert la propagande guerrière et xéno, de droite, du moment. Or, depuis septembre 2001, intoxidentale oblige, la violence sexiste n’est soudainement planétairement visible que si elle se manifeste dans les portions arriérées du monde que l’impérialisme US et/ou l’euro-xénophobie dardent de leur haine. Le trucage propagandiste est archi-grossier ici mais, implicitement militariste (contrairement à bien d’autres femmes) jusqu’à l’inconscience, Simili Militante relaye sans critique. Il faut d’urgence envoyer nos futurs petits batteurs de femmes, bien blancs, bien soldoques, bien réacs, encadrés par leurs officiers maladivement, psychotiquement, criminellement, misogynes, CASSER DU TALIBAN OU DE L’IRANIEN à gros tarif. Et aussi, par-dessus le tas, puisqu’on en parle, Simili Militante juge en conscience qu’il faut interdire le voile aux immigrantes effarouchée, qu’il ne faut pas négliger la «merveilleuse et rafraîchissante vitalité» du phénomène sociopolitique Sara Palin, que les adolescentes contemporaines sont hypersexualisées et, au fond, trop libérées avec leurs ordis incontrôlables et leur Edward Cullen impénétrable, que les femmes devraient pouvoir être ordonnées prêtres (au sein d’une église implicitement perpétuée, endossée et, avouons-le, pieusement aimée), que les femmes doivent faire carrière quitte à ne pas enfanter, que les mères doivent allaiter quitte à ne pas faire carrière, que les organismes institutionnels féminins/féministes gauchizoïdes ne «représentent pas toutes les femmes», que, pour le bien des mineures, la prostitution adulte doit rester illégale, que l’internet devrait être strictement modéré/censuré (car il y a de ces grossiers personnages, vous comprenez, sexistes en plus) et le cyber-anonymat aboli, que tu dois maigrir car tu es obèse et tu dois grossir car tu es anorexique, que les femmes pourraient tout à fait avoir une arme à feu pour se protéger de ces mâles violeurs, dont le subtil propagandiste Oleg Volk nous brosse un portrait si terrifiant. Et le reste à l’avenant. Il n’y a ici absolument rien d’improvisé. Les causes de Simili Militante sont limpides, solides, cohérentes et articulées. Même leurs contradictions pendulaires sont, en fait, des instruments pour dérouter, culpabiliser et déstabiliser les lectrices angoissées. Comme dans un programme politique politicien classique, on œuvre méthodiquement  à infléchir les mentalités, sous camouflage progressiste… Et retenez bien que si vous osez contester ceci, vous crevez le halo sanctifiant, le plafond de légitimation, et devenez hautement suspect(e)s de rouler pour le chauvinisme mâle hyper-arriéré de la pampa de grand-papa. Dire que la cause féministe est désormais une cause largement subordonnée, manipulée, déformée, trahie par la droite sociale et économique est toujours implicitement interdit. C’est pourtant là ce que la toute bourgeoise et toute réactionnaire Simili Militante a bel et bien accompli.

Légende de cette affiche d’Oleg Volk: UNE VRAIE FÉMINISTE N’A PAS BESOIN DES HOMMES POUR LA PROTÉGER. QU’EN EST-IL DE VOUS? Le fait est que SIMILI-MILITANTE sait parfaitement comment «se» protéger justement, et protéger les causes (manipulées) qu’elle endosse et promeut…

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Culture vernaculaire, France, Lutte des classes, Québec, Sexage, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 19 Comments »

La promotion des armes à feu auprès des femmes progressistes (autour des affiches du propagandiste américain Oleg Volk)

Posted by Ysengrimus sur 1 novembre 2010

Know your enemy [Connais ton ennemi]
Vieil adage

.
.
.

C’est une erreur intellectuelle assez commune que de prendre l’intégralité des pro-flingues américains pour de parfaits abrutis. On imagine des gros malotrus pas de têtes, inintelligents, fachos, arriérés, demeurés, cow-boys, militaristes, réacs, xénophobes et, surtout, machos. Erreur… Croire cela, c’est faire bien peu de cas de l’incroyable et effarante sophistication de la culture des armes à feu chez nos voisins du sud. Know your enemy, my friend… La problématique pro-flingues US est beaucoup plus insidieuse, casuiste et subtile que ne le laisse croire le stéréotype grossier auquel on la réduit habituellement dans le monde, et il n’est pas inutile de prendre connaissance de l’argumentation mise de l’avant par certains promoteurs des armes à feu américains, surtout lorsqu’ils adressent leur message ouvertement aux femmes, aux citoyennes (et/ou aux citoyens) progressistes.

Le corpus spécialisé, largement diffusé chez nos bons ricains, sur lequel j’attire votre attention ici a été produit par le photographe et publicitaire Oleg Volk, un promoteur explicite des armes à feu aux États-Unis depuis 1995 et l’auteur de nombreux panneaux publicitaires, calendriers et sites web sur le sujet. Son «oeuvre» a été traduite dans de nombreuses langues dont notamment l’allemand, le russe et le portugais brésilien. Ce qui est représentatif et hautement pernicieux chez ce propagandiste spécifique, c’est moins l’œuvre photographique (quoique l’émotion véhiculée par la dimension visuelle du topo soit absolument cruciale, dans le pitch du message) que l’exercice argumentatif, faussement éclairé et moderne, que s’efforce de formuler le propos pro-flingues en jeu. Ce propagandiste photographie des femmes ordinaires, la majorité d’entre elles usagères effectives d’armes à feu. Il monte ensuite des affiches sur lesquelles il épingle l’argumentaire qu’il entend exposer. Son intervention est hautement intéressante comme tentative méthodique et systématique de récupération d’une sensibilité progressiste, réformiste, citoyenne, universaliste au service d’une propagande profondément réactionnaire et biaisée.

On cible (excusez le jeu de mot facile) exclusivement les femmes, donc, et on le fait avec une maestria et un sens de la mise en scène dramatique particulièrement sentis. Sans vendre un produit spécifique, sans mentionner nominalement la National Rifle Association, il s’agit de convaincre les citoyennes ordinaires, tertiarisées, centristes, pas spécialement militaristes ou bellicistes de se procurer une arme à feu et de s’entraîner au tir. On campe d’abord une ambiance de tension contenue en introduisant l’omniprésence feutrée et tangible du danger. On mise sur les peurs spontanées et naturelles des femmes (eu égard à un corps de contraintes sociales iniques et injustes qui restent intégralement dans l’implicite et le postulé). Un petit instrument fort commode dans un tel exercice de mise en condition, c’est l’indubitable lenteur du service 911 (le police secours des Amériques – les traduction des légendes sont de moi).

Légende: VERS MINUIT, ELLE SONNA LE 911. MAIS VERS MINUIT SIX, L’ENGAGEMENT ÉTAIT TERMINÉ. IL S’AVÉRA QU’IL N’ÉTAIT TOUT SIMPLEMENT PAS POSSIBLE D’ATTENDRE QUE L’AIDE ARRIVE. ELLE SE SERVIT DONC DE SA CARABINE POUR DÉFENDRE SA VIE

Légende: IL EST POSSIBLE QUE LA POLICE ARRIVE, À TEMPS POUR FAIRE INTERVENIR LE SERVICE DE NETTOYAGE DES CADAVRES. UNE RÉACTION PLUS PROMPTE EST REQUISE POUR QUE LE CADAVRE NETTOYÉ NE SOIT PAS LE VÔTRE

Légende: L’INTERVENTION POLICIÈRE SUITE À UN APPEL AU 911 PEUT PRENDRE JUSQU’À TRENTE MINUTES. L’INTRUS AYANT FAIT IRRUPTION DANS VOTRE DOMICILE PEUT VOUS ATTEINDRE EN TRENTE SECONDES. RESTEZ EN VIE, PENDANT QUE LES SECOURS ARRIVENT

Légende: TU FAIS FEU OU TU SONNES LE 911?

Légende: APPUYONS LE DROIT AU CHOIX

Légende: UNE ARME À LA MAIN VAUT BIEN MIEUX QUE LES FLICS AU BOUT DU FIL. SOYEZ BIEN ARMÉE QUAND VOUS ÊTES SEULE À LA MAISON

.
.
.

L’ambiance de peur et de complicité veule du propagandiste dans ladite peur est bien en place. On veut montrer qu’on comprend les femmes. On cherche à faire sentir qu’on partage leur angoisse avec empathie, délicatesse et respect. On envisage que, dans leur esprit fondamentalement inquiet, un violeur peut toujours surgir. Ce qui est proposé à la femme progressiste ici, c’est purement et simplement un programme martial, exclusivement défensif, dont la légitimité foncière n’est pas directement questionnable, attendu la psychose sécuritaire que l’on s’autorise ouvertement à postuler.

Légende: LES EXPERTS ME DISENT DE JOUER LA PETITE SOURIS MORTE EN CAS DE VIOL. JE PRÉFÈRE DE LOIN JOUER L’HUMAINE VIVANTE QUI MANIE LE BON OUTIL

Légende: LE RÊVE ÉTHÉRÉ DU VIOLEUR. SON CAUCHEMAR LE PLUS INTENSE. LEQUEL FAUT IL RÉALISER?

Légende: DANS L’ŒIL D’UN VIOLEUR POTENTIEL (POUR UNE PÉRIODE D’ENVIRON DEUX DIXIÈMES DE SECONDE)

Légende: UN VIOL ÉVITÉ OU UN VIOL SUBI. C’EST ELLE QUI DEVRAIT POUVOIR CHOISIR

Légende: LE CONTRÔLE DES ARMES À FEU PROTÈGE LES VIOLEURS DE CE GENRE DE DÉCONVENUE

Légende: LES VIOLEURS NE PEUVENT RIEN FAIRE AUX FEMMES BIEN ARMÉES. C’EST BIEN POUR ÇA QUE BILL CLINTON VOULAIT QU’ELLES SOIENT SANS DÉFENSE!

Légende: ME FAIRE VIOLER. PLUS JAMAIS

.
.
.

La petitesse physique de la femme, son désavantage psychologique dans une situation subite d’agression violente (par un agresseur anonyme qui est toujours donné comme un être extérieur, inconnu, radicalement autre) sont des impondérables ouvertement mis à profit pour faire avancer le point doctrinal. Il faut rétablir l’équilibre sociétal acquis historiquement et subitement rompu par l’abus physique hors contrôle de l’instant d’agression. Il faut égaliser les chances. L’arme à feu est l’instrument exclusif proposé à cette fin.

Légende: UNE VICTIME FACILE OU UNE CITOYENNE ARMÉE? AU SOIN DU CRIMINEL DE CHERCHER À DEVINER

Légende: LE BANDIT: DEUX CENT LIVRES. MOI: CENT LIVRES. L’ÉGALISEUR DE NOS CHANCES

Légende: DEUX FAÇONS DISTINCTES DE FAIRE OBSTACLE À UNE ATTAQUE VIOLENTE

.
.
.

Les maladies et les infirmités sont, elles aussi, ostensiblement mises à profit. L’arme à feu se donne alors comme l’instrument neutre et serein assurant la protection de la femme isolée dans sa détresse et ses limitations physiques, son esprit étant présumé toujours alerte et sain, n’est-ce pas, vu qu’elle a eu la sagesse de s’armer.

Légende: UNE FEMME ATTEINTE D’ASTHME NE PEUT UTILISER LE POIVRE DE CAYENNE COMME ARME DÉFENSIVE. ELLE NE PEUT FUIR NON PLUS. CETTE ARME À FEU LA PROTÈGE. COMBATTONS LES POLITICIENS QUI CHERCHENT À LA PRIVER DE SA SÉCURITÉ!

Légende: ALLEZ DONC LUI DIRE DE FUIR À TOUTES JAMBES. LES PRÉDATEURS RECHERCHENT LES PROIES MALADES OU BLESSÉES. MAIS IL N’EST PAS OBLIGATOIRE DE VIVRE SOUS LEURS LOIS. LES HUMAINS NE SONT PAS AU MONDE POUR SERVIR DE PÂTURE AUX BANDITS. CEUX-CI JOUENT AUX DURS, MAIS ILS SERONT FREINÉS SEC PAR UN BON PRUNEAU QUI CLAQUE

.
.
.

En passant glissandi à la femme enceinte, une autre étape affective est franchie et la manipulation émotive gagne en profondeur et en intensité. À mi-chemin entre handicap physique et abnégation maternelle, l’autoprotection s’ouvre graduellement, insidieusement, sur la protection de l’être cher, l’enfant.

Légende: NE PEUT COURIR OU FAIRE DU KARATÉ. MAIS PEUT (DÉGAINER SON FLINGUE)

Légende: ENCEINTE DE HUIT MOIS, PEUT-ELLE COURIR PLUS VITE QU’UN CRIMINEL? L’AUTODÉFENSE EST UN DROIT HUMAIN

Légende: SON BÉBÉ A UNE GARDE DU CORPS EN PERMANENCE. QU’EN EST-IL DU VÔTRE?

.
.
.

Empathie féminine oblige, la référence à l’enfance jouera aussi, subtilement, d’une infantilisation de la personne que l’on cherche à convaincre, la femme même. Dans le ton, dans le contexte visuel, dans l’intimisme des ambiances, on pourra alors la traiter comme une petite fille «sans défense». On ne fait pas cela pour se faire mousser comme séducteur paterne au fait, oh que non. Ce dont-il s’agit en fait ici, c’est exclusivement de la promotion ouverte du flingue auprès de la femme adulte, ainsi que de la promotion graduelle et de plus en plus ouverte de la possession d’armes à feu chez la petite fille même.

Légende: LIBRE ET SANS PEUR. IL N’EST PAS TROP LOIN, MON PROTECTEUR

Légende: QUAND LES HARCELEURS N’ACCEPTENT PAS DE SE FAIRE DIRE «NON», PASSEZ À L’ARGUMENTATION NON VERBALE

Légende: PAIX SUR TERRE… SOUS LA GARDE DES BONNES FILLES ET DES BONS GARÇONS

Légende: MALGRÉ LE FAIT QU’ELLE NE SOIT QU’UNE ENFANT, PARFOIS SEULE À LA MAISON, ELLE EST PARFAITEMENT ENTRAINÉE POUR LA PROTECTION DES VIES HUMAINES, Y COMPRIS, NATURELLEMENT, LA SIENNE PROPRE. ON NE PEUT PAS SURVEILLER NOS ENFANT À CHAQUE HEURE DU JOUR, IL FAUT DONC LEUR INCULQUER LE SAVOIR FAIRE DE BASE PERMETTANT DE FERMEMENT TENIR LES INTRUS EN RESPECT

Légende: SI ELLE EST ASSEZ MÛRES POUR RESTER SEULE À LA MAISON, ELLE EST PRÊTE POUR POSSÉDER UNE ARME

.
.
.

Cela nous amène aux inévitables dimensions famille et dépendance à l’homme qui seront traitées avec tout le tact progressiste requis. Il est clair qu’on s’adresse à une femme cheffe de famille dont le conjoint est un partenaire, si ce n’est carrément un subalterne. Le ton est indubitablement féministe, sans ambivalence. En douce, on fait valoir que l’homme ne suffit pas, ou plus, comme protecteur, qu’un bon flingue qu’on manie soi-même et dont on détient le contrôle intégral vaut mille fois mieux.

Légende: ELLE POURRAIT DÉFENDRE SA FAMILLE. LE POURRIEZ-VOUS? SOYEZ DES PARENTS RESPONSABLES. APPRENEZ À PROTÉGER VOS ENFANTS

Légende: FUIR LE DANGER EST SOUVENT LA MEILLEURE CHOSE À FAIRE. MAIS QUE FAIRE SI VOS ENFANTS NE COURENT PAS AUSSI VITE QUE VOUS? MOURIR EN TENTANT DE PROTÉGER VOTRE PROGÉNITURE, OU PLANIFIER À L’AVANCE ET JOUER GAGNANT?

Légende: JE FAIS CONFIANCE À MON MARI POUR LA PROTECTION DE NOTRE FAMILLE. JE ME CONTENTE DE POINTER LES DANGERS ET DE LEUR CARTONNER UNE MARQUE, IL SE CHARGE DE REVOIR LES CHOSES EN DÉTAILS

Légende: VOTRE HOMME PEUT-IL SORTIR CES DÉTRITUS? LE MÉNAGE DE LA MAISON N’EST PLUS UNE TÂCHE EXCLUSIVEMENT FÉMININE

Légende: VOTRE PARTENAIRE PEUT-IL/ELLE VOUS SERVIR DE RENFORT EN CAS D’INVASION DE VOTRE DOMICILE? ASSUREZ L’ENTRAINEMENT AU TIR DE VOTRE FAMILLE

Légende: C’EST PAS TOUTES LES FILLES QUI ONT BESOIN D’UN HOMME POUR SE PROTÉGER. MON INDÉPENDANCE, C’EST MA CAPACITÉ DE ME DÉFENDRE PAR MOI-MÊME

.
.
.

Fondamentalement, la femme est seule face au danger. L’homme est périphérique et on n’opère pas du tout dans un cadre conservateur de représentations sur la vie féminine. Pas de phallocratisme ici. Indépendance est le maître mot. Et, de surcroît, le fait de flirter ouvertement avec le féminisme n’empêche pas notre matois propagandiste de rester en harmonie avec toutes les facettes de la féminité. L’arme à feu cherche ainsi à devenir un objet ordinaire, compagnon des vêtements, des bijoux, du sac à main. La culture intime des femmes est récupérée dans tous ses angles. Le message délicatement pro-flingues, tant dans ses dimensions verbales (et non verbales) que visuelles, se soumet totalement à ladite culture intime des femmes, dans la version sciemment individualiste qui est celle de notre temps.

Légende: CECI ME PROTÈGE BIEN MIEUX QUE N’IMPORTE QUEL MEC PACIFISTE

Légende: ABANDONNER MON ARME À FEU. JAMAIS! JE SUIS UNE BLONDE PAS UNE CONNE

Légende: LIBRE DE TOUTE PEUR. ÉDITION DOMICILIAIRE

Légende: DES VÊTEMENTS POUR ÈTRE BIEN AU CHAUD, UNE ARME DE POING POUR ÊTRE EN SÉCURITÉ: NE VOUS BALADEZ PAS TOUTE NUE EN PUBLIC!

Légende: LES MODES ET LES STYLES VONT ET VIENNENT MAIS LES ACCESSOIRES SÉCURITAIRES SONT TOUJOURS DE SAISON. PENSEZ SÉCURITÉ, SORTEZ ARMÉE

Légende: UN «NON» FORMULÉ AVEC EMPHASE

Légende: VA-T-EN! (DANS LE LANGAGE UNIVERSEL DES SIGNES)

.
.
.

Même les femmes homosexuelles sont desservies, avec une ouverture d’esprit et une prise en compte de la diversité qui est explicite, crue et intégrale.

Légende: LES GOUINES ARMÉES PEUVENT VÉRITABLEMENT CHOISIR LEUR CIBLE. LES DÉSARMÉES NE LE POUVAIENT PAS

.
.
.

On est d’ailleurs ici à l’épicentre d’une promotion des armes à feu qui endosse de plein pied toutes les formes de rectitude politique. Les races et groupes ethniques les plus divers sont représentés dans ce corpus d’affiches. Classiquement, désormais, les asiatiques sont traitées en toute neutralité, tandis que la prise en compte des spécificités socio-historiques de la culture afro-américaine se fait en harmonie intégrale et frontale avec la totalité des acquis de l’émancipation et des droits civiques. Même les musulmanes ne sont pas en reste. Ceux qui prennent les pro-flingues américains pour des racistes obtus et sans nuances devront attentivement méditer les promos suivantes.

Légende: DES AMÉRICAINS ET DES AMÉRICAINES PORTANT UNE ARMES, IL EN EST DE TOUTES CULTURES, TAILLES ET COULEURS

Légende: LES CRIMINELS VIOLENTS DU MONDE ENTIERS SONT D’ACCORD SUR CE POINT. UNE FEMME INDÉPENDANTE ET BIEN ARMÉE N’EST VRAIMENT PAS FACILE À VICTIMISER

Légende: LES ADVERSAIRES DE L’AUTODÉFENSE ARMÉE CONCENTRENT LEUR ATTENTION SUR L’ARME À FEU. ILS IGNORENT LA PERSONNE PROTÉGÉE PAR CETTE ARME À FEU. LA VIE HUMAINE MÉRITE QU’ON LA DÉFENDE

Légende: « JE N’AIME PAS L’ÉPÉE FLAMBOYANTE POUR SON TRANCHANT, NI LA FLÈCHE POUR SA VIVE CÉLÉRITÉ, NI LE GUERRIER POUR SA GLOIRE. SIMPLEMENT, J’AIME CE QU’ILS DÉFENDENT. » (J.R.R. TOLKIEN, LES DEUX TOURS)

Légende: L’AUTODÉFENSE EST UN DROIT CIVIQUE

Légende: LES HOMMES ET LES FEMMES LIBRES POSSÈDENT DES ARMES À FEU. LES ESCLAVES N’EN POSSÈDENT PAS. EXTRAIT DU JUGEMENT DE LA COURS SUPRÊME AMÉRICAINE SUR LA CAUSE DRED SCOTT CONTRE SANDFORD, 1856 : « Si les noirs disposaient des privilèges et des immunités que confère le statut de citoyen, cela les exempterais des opérations judiciaires spéciales et des régulations de police que les États du Sud considèrent comme indispensables à leur sécurité. Cela conférerait aux personnes de la race nègre ayant été reconnues citoyennes de n’importe quel état de l’Union… une liberté pleine et entière d’expression en public et en privé sur tout sujet qu’il est loisible à un citoyen de traiter, le droit de tenir des réunions publiques sur des questions politiques et DE DÉTENIR ET DE PORTER DES ARMES dans toutes leurs allées et venues. Ceci se ferait sous les yeux des autres personnes de même race et couleur, qu’ils soient esclaves ou libres, provoquant mécontentement et insubordination parmi eux, et mettant ouvertement en danger la paix et la sécurité de l’État.»

Légende: À L’ORIGINE, L’OBJECTIF DU CONTRÔLE DES ARMES À FEU ÉTAIT DE PROTÉGER LES HOMMES DU KU-KLUX-KLAN CONTRE LEURS VICTIMES. LE CONTRÔLE DES ARMES À FEU EST UNE PRATIQUE RACISTE

Légende: INUTILE DE TIRER PLUS DE DIX CARTOUCHES? ALLEZ RACONTER ÇA À QUELQU’UN QUI FAIT FACE À UNE BANDE DE LYNCHEURS!

Légende: LA MAJORITÉ DES COMPATRIOTES AMÉRICAINS DE CETTE FEMME N’IRAIENT PAS S’EN PRENDRE À ELLE À CAUSE DES MÉFAITS DES TERRORISTES. CECI DIT, CERTAINS RACISTES AURAIENT PEUT-ÊTRE BESOIN QU’ON LEUR PRÉSENTE UN ARGUMENT UN PEU PLUS FERME

.
.
.

Il est patent et clair que, se donnant ouvertement comme progressiste (liberal dans le jargon politique américain), cette intervention propagandiste spécifique déploie un effort soutenu pour s’articuler comme une pensée, comme un programme social. Une batterie perfectionnée d’argumentations de nature juridique complète d’ailleurs le tableau doctrinal et ce, dans la réflexion (les droits et leurs interconnexions logiques), comme il l’avait campé initialement dans l’émotion (les peurs et leur impact affectif). L’argumentaire juridico-logique frôle aussi assez vite, mais légèrement, sans excès, la criticaillerie politique.

Légende: ABOLISSEZ LES CRIMINELS, PAS LES MOYENS QUE JE DOIS UTILISER POUR ME PROTÉGER CONTRE EUX!

Légende: DANS CERTAINS ÉTATS, L’APTITUDE TOUTE SIMPLE À SE DÉFENDRE EST PUNIE PLUS SÉVÈREMENT QUE LE VIOL, LE VOL À MAIN ARMÉE OU L’AGRESSION PHYSIQUE. C’EST JUSTE, ÇA?

Légende: AVOIR LE MOYENS DE PROTÉGER LA VIE, LA LIBERTÉ ET LA PROPRIÉTÉ EST UN DROIT HUMAIN FONDAMENTAL! INSISTEZ BIEN LÀ-DESSUS. UN DROIT HUMAIN FONDAMENTAL

Légende: À DIX-HUIT ANS, JE SUIS UNE ADULTE. JE PEUX VOTER, M’ENRÔLER, FONDER UNE FAMILLE. PAR CONTRE, AVANT VINGT-ET-UN ANS, LA LOI ME REFUSE LE MOYEN DE DÉFENDRE MA VIE

Légende: UN INTRUS NE CHERCHERA PAS À DÉSARMER CETTE FEMME, VOS REPRÉSENTANTS ÉLUS ONT PROMIS DE LE FAIRE À SA PLACE

Légende: LE CONTRÔLE DES ARMES À FEU ET LA CENSURE SONT LES ÉQUIVALENTS POLITIQUES DU LIGOTEMENT ET DU BÂILLONNEMENT D’UNE FUTURE VICTIME AVANT DE LA VIOLER ET DE LA TUER. CES PRATIQUES SONT HABITUELLEMENT MISES DE L’AVANT PAR LE MÊME TYPE DE BANDITS, DANS LES MÊMES BUTS DÉSAXÉS

Légende: ON NE PEUT ABOLIR LE VANDALISME EN BANISSANT LES CAILLOUX ET ON NE PEUT ABOLIR LES MEURTRES EN BANNISSANT LES CARTOUCHES. LA PROHIBITION DES ARMES À FEU N’A PAS RÉDUIT LE TAUX DE MEURTRES EN GRANDE-BRETAGNE OU EN RUSSIE, TANDIS QUE L’AUTODÉFENSE ARMÉE LÉGALE A RENDU L’AMÉRIQUE PLUS SÉCURITAIRE

Légende: MA CARABINE DE CHASSE, C’EST AUSSI L’ARME AVEC LAQUELLE JE PROTÈGE MA MAISONNÉE. LAQUELLE DES DEUX PRÉTENDEZ-VOUS INTERDIRE?

Légende: UNE PLAQUETTE D’ACIER DE TROIS MILLIMÈTRES PROTÈGE DES LAMES DE COUTEAUX. UNE ARMURE CORPORELLE FLEXIBLE PROTÈGE DES CARTOUCHES D’ARME DE POING. UN PISTOLET PROTÈGE DES HARCELEURS. UN ORDRE DE LA COURS RESTREIGNANT LES ALLÉES ET VENUES PROTÈGE DE RIEN DU TOUT

Légende: FREINER L’ACTION D’UN HARCELEUR, VRAIMENT, AVEC UN BOUT DE PAPIER? LA VALEUR EFFECTIVE D’UN ORDRE DE LA COURS RESTREIGNANT LES ALLÉES ET VENUES REPOSE EXCLUSIVEMENT SUR L’ENTRAINEMENT AU TIR ET L’ARMEMENT QUI PERMET DE L’IMPOSER DANS LES FAITS

.
.
.

Dans le même ordre d’idée de sophistication doctrinale, il ne sera pas possible d’échapper à la batterie de références historiques. Par contre, celles-ci se déploient léger, léger, sans chauvinisme excessif, et surtout avec un focus très concentré sur l’histoire des droits et des luttes de guérilla sociale, effectives ou fantasmées, des femmes. De la culture de la frontière au terrorisme contemporain, en passant par les guerres du passé, les émeutes, les désastres et les ouragans, on vise à associer étroitement les femmes en armes à l’héroïsme américain ordinaire.

Légende: RÉSISTER À LA TYRANNIE N’EST PAS UN OBJECTIF DE PERFORMANCE SPORTIVE, C’EST LE SEUL ET UNIQUE OBJECTIF CONSTITUTIONNEL

Légende: AVANT MÊME D’AVOIR LE DROIT DE VOTE, LES FEMMES AVAIENT LE DROIT DE PORTER UNE ARME POUR SE DÉFENDRE. LES FEMMES DE CE TEMPS NE DEVRAIENT-ELLES PAS BÉNÉFICIER DES MÊMES DROITS?

Légende: 1907, LES FEMMES NE POUVAIENT PAS VOTER MAIS ELLES POUVAIENT S’ACHETER N’IMPORTE QUELLE CARABINE MILITAIRE MODERNE. 2007, LES FEMMES ONT LE DROIT DE VOTE MAIS NE PEUVENT PAS POSSÉDER DE CARABINES MILITAIRES CONTEMPORAINES. EST-CE LÀ UN PROGRÈS?

Légende: L’ÉGALITÉ? ELLE EST RENDUE POSSIBLE PAR SAM COLT

Légende: LES FEMMES DE CE PAYS ONT APPRIS DE LONGUE DATE QUE CEUX ET CELLES QUI NE PORTENT PAS UN SABRE PEUVENT QUAND MÊME MOURIR PAR LE SABRE. APPRENEZ L’AUTODÉDENSE!

Légende: IL FREINA L’ATTAQUE DES BANZAÏ À LA BATAILLE D’IWO JIMA. IL FREINA LA MARÉE HUMAINE HOSTILE À LA BATAILLE DU RÉSERVOIR DE CHOSIN. IL FREINERA AUSSI L’ENTRÉE D’UN INTRUS DANS LA CHAMBRETTE DE VOTRE GAMINE, SI VOUS FAITES VOTRE PART. ASSUREZ L’ENTRAINEMENT AU TIR DE VOTRE ENFANT

Légende: LORS DES ÉMEUTES DE LOS ANGELES EN 1992, LES POLICIERS ET LA GARDE NATIONALE ÉTAIENT INCAPABLES DE PROTÉGER TOUT LE MONDE DE LA FOULE DES TUEURS, DES PYROMANES ET DES PILLARDS. DES AMÉRICAINS ET DES AMÉRICAINES ORDINAIRES EN ARMES GARDÈRENT LA FOULE DES ÉMEUTIERS SOUS CONTRÔLE, SAUVANT AINSI UN NOMBRE INCALCULABLE DE VIES INNOCENTES

Légende: LES ÉMEUTES DE LOS ANGELES EN 1992. DES RÉSIDENCES ET DES COMMERCES FURENT PILLÉS ET BRÛLÉS… SAUF QUAND ILS ÉTAIENT DÉFENDUS PAR DES RÉSIDENTS ET DES RÉSIDENTES ARMÉS

Légende: LORS D’ÉMEUTES URBAINES MASSIVES, COMME À LOS ANGELES EN 1992 OU À LA NOUVELLE ORLÉANS EN 2005, LA POLICE NE PEUT PAS PROTÉGER TOUT LE MONDE. CETTE FEMME FAIT REMPART ENTRE LA POPULACE ET SA FAMILLE. QUI PROTÈGERA LA VÔTRE?

Légende: LES INONDATIONS DE NOLA EN 2005. LES PILLARDS ÉCUMAIENT LA VILLE. CETTE FEMME ÉTAIT EN SÉCURITÉ… JUSQU’À CE QUE LES FLICS LUI RETIRENT SON ARME

Légende: APRÈS L’OURAGAN, ELLE N’ÉTAIT PAS SEULE POUR FAIRE FACE À L’ÉMEUTE. TRENTE PETITS AUXILIAIRES ONT ASSURÉ SA SÉCURITÉ

Légende: APRÈS L’OURAGAN, LES PILLARDS SE SONT TENUS À DISTANCE RESPECTUEUSE DE SON VOISINAGE. DANS LE VÔTRE, GARDERAIENT-ILS LEURS DISTANCES AUSSI?

Légende: LES TALIBANS ONT PEUR DES FEMMES INDÉPENFANTES ET ARMÉES. QU’EN EST-IL DE VOUS?

Légende: POURQUOI LES POLITICIENS VEULENT-ILS TANT QUE LES AMÉRICAINS ET LES AMÉRICAINES SOIENT DÉSARMÉS DEVANT LA MENACE DU TERRORISME?

.
.
.

Le dispositif idéologique et logique est alors bien en place pour réintroduire en douce la bonne vieille culture des vigilantes, si tenace, dans cet horizon culturel spécifique, et si peu moderniste. On le fait, en cultivant notamment un jeu logico-argumentatif de référence aux militaires et aux policiers. Même la critique des flics et l’antimilitarisme le plus explicite trouvent leur place dans ce déconcertant argumentaire.

Légende: UNE PROTECTION PERSONNELLE. CONTRAIREMENT AUX FLICS, ELLE EST TOUJOURS AVEC VOUS

Légende: LE MIEN, C’EST POUR PROTÉGER LA VIE HUMAINE. LES POLICIERS EN ONT UN POUR EXACTEMENT LA MÊME RAISON

Légende: (LA POLICIÈRE) REÇOIT DES RENFORTS SUR APPEL. (LA CITOYENNE) EST LAISSÉE À ELLE-MÊME. LES ARMES DÉFENSIVES MODERNES NE DEVRAIENT PAS ÊTRE RÉSERVÉES AUX FLICS

Légende: LE GOUVERNEMENT AMÉRICAIN FAIT CONFIANCE À CELLE-CI POUR CE QUI EST DE PROTÉGER VOTRE FAMILLE DE L’ENNEMI ÉTRANGER, AVEC UNE ARME AUTOMATIQUE. POURQUOI CERTAINS ÉTATS NE FONT-ILS PAS CONFIANCE À CELLE-CI, POUR CE QUI EST DE SE PROTÉGER ELLE-MÊME DES CRIMINELS, AVEC UNE ARME DE POING?

Légende: ON LUI FAIT CONFIANCE, UN AR15 ENTRE LES MAINS, POUR EN PROTÉGER D’AUTRES. ON DEVRAIT BIEN POUVOIR LUI FAIRE CONFIANCE AUSSI POUR CE QUI EST DE SE DÉFENDRE ELLE-MÊME

Légende: LA VRAIE PROTECTION DU TERRITOIRE DÉBUTE AU FOYER. «VEILLEZ À LA SÉCURITÉ DES ENFANTS, PENFANT QUE JE SUIS AU TRAVAIL»

Légende: SON DÉTENTEUR ANTÉRIEUR OFFICIEL L’UTILISA POUR ASSASSINER DES CIVILS. SA DÉTENTRICE ACTUELLE, UNE CIVILE, L’UTILISE POUR SE PROTÉGER. APPUYONS LA PROPRIÉTÉ CIVILE DES ARMES À FEU!

.
.
.

Se protéger sans agresser est l’option cardinale. Or cela implique une désacralisation, une banalisation du flingue. Il se doit de cesser d’êtres une sorte d’objet de fascination irrationnelle. Instrument ordinaire, il faut le manier sans ostentation, comme n’importe quel objet de la vie courante. Cela s’apprend, cela s’acquiert, cela s’étudie. Une culture vernaculaire supporte cela. C’est alors l’argument du savoir-faire avec l’arme qui se met fermement en place. Il s’agit, dans le même mouvement, de faire la promotion de l’entraînement au tir et de démolir les arguments voulant qu’une femme risque de voir son arme à feu se retourner contre elle. L’idée fondamentale est de promouvoir le caractère infailliblement sécuritaire de la dissuasion les armes à la main, si celle-ci est éclairée, formée et efficacement instruite sur elle-même.

Légende: ET ALORS, C’EST ICI QUE L’INTRUS S’EXCLAMERAIT: «POUFIASSE, TU N’OSERA JAMAIS APPUYER SUR LA GÂCHETTE!» ET S’EFFORCERAIT ENSUITE DE LUI ARRACHER SON ARME?

Légende: «UNE ARME À FEU LUI SERAIT SIMPLEMENT ARRACHÉE DES MAINS ET ON LA RETOURNERAIT CONTRE ELLE». LES CHARLATANS DU CONTRÔLE DES ARMES À FEU CROIENT-ILS VRAIMENT À LEURS PROPRES MENSONGES?

Légende: JE PEUX CARTONNER UN PIGEON D’ARGILE DE CINQ POUCES DE DIAMÈTRE EN PLEN VOL. INTRUS ÉVENTUELS, VEUILLEZ PRENDRE NOTE

Légende: L’AUTODÉFENSE TYPE AVEC UNE ARME À FEU: PAS DE COUP DE FEU, PAS DE PREMIÈRE PAGE DANS LES JOURNAUX. JUSTE UN AUTRE BANDIT EFFRAYÉ, ET UNE AUTRE VIE INNOCENTE SAUVÉE

.
.
.

Sur la question, jugée capitale dans un tel argumentaire, de l’entraînement méthodique au tir, un message subreptice est alors discrètement filé aux hommes, celui de la promotion de la transmission du savoir. L’homme classique passe la main à la femme moderne et cette main contient une arme, moderne elle aussi.

Légende: FAITES DON DE LA SÉCURITÉ. FORMEZ UN NOUVEAU TIREUR

Légende: PLACEZ L’APPROPRIATION DU POUVOIR ENTRE LES MAINS D’UNE AMIE. ENSEIGNEZ L’AUTODÉFENSE

Légende: LES ARMES À FEU DE L’AVENIR POURRAIT CHANGER D’APPARENCE. LES USAGERS DES ARMES À FEU DE L’AVENIR AUSSI. PARTAGEZ CE DROIT FONDAMENTAL. ENSEIGNEZ LE TIR

.
.
.

Il devient alors de plus en plus difficile de ne pas se rendre compte que c’est d’une prolifération jovialiste des armes à feu qu’il s’agit ici. La croyance promue, de moins en moins crédible, de plus en plus délirante et imaginaire, dérape vers le fantasme d’une autodéfense individuelle totale, intégralement non-criminelle, dans un monde (pourtant!) implicitement violent et hostile qu’il faut coucher en joue et tenir en respect avec des armes d’assaut modernes au magasin bien garnis. On hallucine allègrement un programme pro-flingues opérant partout, à la ville, à la campagne, sur les campus universitaires, dans les avions de ligne, un programme pro-flingues pour jeunes filles souriantes, fraîches, lucides et sereines, dont la mise en place effective et pratique n’est décrite que sous forme de propositions lapidaires, vaguement ébauchées et fort mal étayées.

Légende: CEUX QUI ENTENDENT PROHIBER L’AUTODÉFENSE VEULENT QUE NOUS SOYONS TOUS SANS PROTECTION ET DÉPENDANTS. LES VICTIMES, ELLES, NE PEUVENT PLUS S’OBJECTER. ET VOUS, QU’EN DITES-VOUS?

Légende: LES INTRUS DOMESTIQUES NE LAISSENT PAS LE TEMPS À LEURS VICTIMES D’ENFILER LEUR CEINTURE DE MUNITIONS. LES ARMES À FEU AVEC UN GRAND MAGASIN DE CARTOUCHES SAUVENT DES VIES

Légende: CULTURE DE L’ARME À FEU. CULTURE DU BANDITISME. NE PAS CONFONDRE. UNE SEULE DES DEUX PRODUIT DES CRIMINELS

Légende: LES «ZONES DÉSARMÉES» DES CAMPUS ATTIRENT LES TUEURS. LES INSTITUTIONS D’ENSEIGNEMENT POURRAIENT TRANSFORMER LES CAMPUS EN CAMPS RETRANCHÉS, AVEC FILS BARBELÉS ET FOUILLES DE CORPS. OU ALORS ELLES POURRAIENT FAIRE LA PROMOTION D’UNE VRAIE AUTO-DÉFENSE EFFICACE

Légende: LA VRAIE DE VRAIE PASSAGÈRE SÉCURITAIRE, DANS UN AVION DE LIGNE, EST ARMÉE. DÉTOURNEZ DONC ÇA, SI VOUS LE POUVEZ!

Légende: À VIRGINIA TECH, TRENTE-DEUX PERSONNES MOURURENT INUTILEMENT. UN SEUL ÉTUDIANT OU ENSEIGNANT ARMÉ AURAIT PU ARRÊTER LE TUEUR. MAIS ILS MOURURENT TOUS, EN OBÉISSANT AUX RÈGLES. PLUS JAMAIS!

.
.
.

Voilà. Passablement parlant, cette petite centaine d’affiches propagandistes, vous ne me direz pas. Bien plus pernicieux qu’on ne l’aurait cru, aussi. Un certain nombre de conclusions s’imposent face à un tel discours. Indubitablement, les causes réformistes sont récupérables et récupérées au service d’enjeux autres qu’elles-mêmes. Le flagornage faussement progressiste est un instrument argumentatif de plus en plus utilisé par la droite, en fait. Malgré ce qu’elle cherche constamment à faire croire, ladite droite est perpétuellement mise aux abois par le développement social de la roue de l’histoire. Elle peine, de plus en plus, pour tenir à bout de bras les enjeux dangereux et impopulaires qu’elle endosse, genre promotion des armes à feu, de la pollution industrielle, de la malbouffe, de la boursicote bancaire cynique, du militarisme et du bellicisme. Ici aussi, dans cet univers d’illusionniste, on ment sciemment aux masses. Ce type de campagne de propagande promotionnelle présente le porteur ou la porteuse d’arme à feu comme un être angélique, infaillible, imperméable au banditisme, qui se défend mais n’attaque jamais, ne commet pas d’erreur sur la personne, ne tiraille jamais à l’aveuglette dans l’obscurité, ne pointe jamais son arme sur son conjoint, ses enfants, ou ses proches, ne se colle jamais son flingue sur la tête ou dans la bouche, ne laisse pas son arme tomber entre des mains maladroites ou hostiles, ne se blesse pas malencontreusement avec, s’entraîne avec discipline et prudence sans la transformer en un objet magique mal connu et mal dominé, ne bascule pas dans le crime par désespoir ou par calcul. Charme, intelligence, climax visuel et fourberie mis à part, ce qu’on nous présente ici, c’est un monde fantasmé, simpliste, vide, faux et illusoire. Il est surtout parfaitement malhonnête, mensonger et fallacieux de laisser croire que la multiplication, la prolifération, le pullulement des armes de poing et des fusils d’assaut automatiques dans la société civile augmenterait la sécurité. C’est tout juste le contraire, et la doctrine racoleuse de l’égaliseur fonctionne en fait de façon implacablement bilatérale. À contexte social dogmatiquement inchangé, armez-vous, votre agresseur s’armera aussi et les mêmes proportions d’inégalités se rétabliront à très court terme. Ensuite –surtout- elles se perpétueront, le danger de mort constant et permanent en plus, ce dernier bien profondément inscrit dans la vie ordinaire et désormais parfaitement indécrottable. Comme le dit une de ces pubes, c’est la criminalité qu’il faut abolir. Or justement, il ne faut pas seulement le dire mais il faut le faire et ça, c’est un immense programme social et sociétal. Car ça requiert le tout d’un engagement articulé et sophistiqué qu’aucune solution simpliste, genre arme à feu dans les sacs à main et sur les tables de nuit, n’équivaudra jamais en valeur, en durabilité, en efficacité de fond, et en décence civique.

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Culture vernaculaire, Sexage, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 66 Comments »