Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Archive for mars 2010

Affaires de mœurs de personnalités publiques et cyber-vindicte contemporaine: Haro sur BATIFOLE

Posted by Ysengrimus sur 15 mars 2010

Batifole

Nous nommerons le personnage en cause ici, un homme ou une femme peu importe, BATIFOLE. Et qui donc est BATIFOLE? Vous allez reconnaître la bête bien vite, allez. BATIFOLE, c’est une personnalité publique des arts, du spectacle, du sport professionnel ou de la politique. Il/Elle fait sa petite tambouille sans trompette, son petit spectacle, ses petits millions, jusqu’au jour ou, paf, on le ou la pince en train de BATIFOLER avec une personne autre que celle à laquelle le conformisme hyper-maladif de notre temps l’associe maritalement. BATIFOLE vient de s’empêtrer dans le vieux gluau narcotique et onctueux d’une affaire de mœurs. Cris et hurlements des Tartuffes et des Tartuffettes. Atermoiements de vétille, dans tous les sens. Préjugés et cyber-vindicte en mondovision. On se croirait subitement, en l’espace de quelques clics, revenus, vite fait bien fait, au haut Moyen-âge. Haro sur BATIFOLE. Toute la presse locale et/ou planétaire en parle. BATIFOLE est sur la touche. Rien ne vas plus, pour BATIFOLE. Ses camarillards et camarillardes font des papillotes et des montages douteux de ses photos suspectes. On YouTubardise BATIFOLE tous azimuts. Les médias des pays où ce genre de potinage fait l’objet d’une répression pénale se font déborder sur la bande par les médias, moins jacobins, des états lascifs limitrophes. Y a plus de frontière en BATIFOLE. La blogosphère, ce sempiternel super-télex à rallonge, bourdonne à la tonalité de BATIFOLE. On scrute son passé à la foreuse venimeuse. Chaque éclat vénéneux qui revole alors en flammèches produit une nouvelle cascade de cyber-primeurs. Ses commanditaires, commerciaux ou politiques, fuient ventre à terre et déchirent ses contrats à tous les diables. Rien ne compte plus, pour quelques heures, jours, semaines, mois. L’affaire BATIFOLE pourra s’étaler sur ces quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, ce qui n’est pas un tort en soi. Après tout, une information ne tombe pas subitement en obsolescence sous prétexte qu’on en papote depuis soixante-douze heures, sur Twitter, ou ailleurs. Il s’agit de s’informer et de commenter, pas de «scooper». En un mot, BATIFOLE fait «Buzz!» et tout notre petit cyber-monde en vibre. Mais alors, justement, les implicites aux ras des mottes que cela soulève, comme une lie gluante et fétide, montant subitement en cône de tornade quand cela perdure, ouille, ouille, je ne vous dis juste pas. Le fascisme ordinaire cardinal se remet en branle, tout d’un bloc dans le même sens, bourbier de panurge compact et tenace. C’est que nous en sommes là, dans notre univers social post-progressiste. Le retour en force du moralisme de vindicte s’étale partout, poisse tout, noie la cause BATIFOLE de ses flots brunâtres et submerge l’entier de l’univers de BATIFOLE ainsi que ses pourtours divers. Hypocrisie collective sur des millions d’écrans d’ordis et réponses biaiseuses et niaiseuses du troupeau veule. Pourriture des valeurs familiales absurdes sur leur pied de crypto-débauche. Façade. Vide. Mensonge. Fadaise fadasse. Traditionalisme fétide. Conformisme puant. Certitudes intransigeantes, fulgurantes, rigides et roides. Cloaque idéologique empoisonné. Électoralisme creux de suiveux cyniques suivant d’autres suiveux, strictement étroits, ceux-là. Réflexes conditionnés de vindicte jouant au quart de tour. Notre époque pseudo-moderne de faux jetons unidimensionnels vient de s’exprimer en criant de nouveau Haro sur BATIFOLE… Or, en fait, BATIFOLE, tu nous incarnes tous un peu, va…

LE FAIT DIVERS BATIFOLE S’ÉRIGE EN FAIT (TOUT COURT). Voici donc que cette affaire de mœurs de BATIFOLE, subitement, oui, tout le monde en parle. Elle se précipite, se solidifie dans les consciences, devient conséquemment cosmologiquement incontournable. Or, comme dans le cas de toutes ces étoiles blindées de platine et d’or du gratin contemporain, ce qui tuera BATIFOLE ce n’est certainement pas le potinage ad hoc sur ses affaires de mœurs de bric et de broc mais bien son succès commercial ou électoral de masse effectif. Et une célébrité comme BATIFOLE. ne verra pas son succès de masse diminuer abruptement pour une simple histoire de batifolage. BATIFOLE verra son succès de masse descendre graduellement un de ces jours, un bon jour, quand les sensibilités humoristiques, artistiques, sportives, politiques et/ou culturelles de ses contemporains s’altéreront d’elles mêmes, à leur rythme et selon leur logique. Mais, au jour d’aujourd’hui, BATIFOLE est dans la caca mondaine, sinon ethnoculturelle, mais sans plus. Ça va finir par passer, en fait. C’est superficiel, comme disent les esprits métaphysiques… Mais il reste qu’on se polarise bel et bien autour de BATIFOLE quand même, comme si l’entier du sort de la société civile en dépendait subitement. Quelques un(e)s de ses ami(e)s du gratin l’appuient mollement. C’est que BATIFOLE, et les célébrités qui l’épaulent encore dans la tempête s’aiment bien, peut-être. C’est des gens riches et baveux qui s’aiment bien entre eux et qu’on enquiquine jusqu’au trognon dans le giron du nouveau jeu de la pression ordinaire contemporaine et de l’insatiable soif aux scandales… D’autres trèfles télévisuels, pour se faire mousser et profiter de la manne en vogue, chahutent un peu BATIFOLE. Dans la logique paradoxale des clowns télévisuels contemporains, le pantalon qui fait tourner BATIFOLE en bourrique exprime en fait son soutien de BATIFOLE, par ses pantalonnades. C’est un silence opaque de ses pairs qui aurait exprimé une réprobation implicite envers BATIFOLE. Or de silence, point. Parfois, souvent, par-dessus le tas, la ou les personnes parfaitement ordinaires avec lesquelles BATIFOLE batifola sortent passablement plus salies que BATIFOLE même, de toute l’aventure scabreuse en cours. Car ce ou cette partenaire occasionnel(le) de BATIFOLE, qui n’est en rien une victime de BATIFOLE, risque bien de devenir, par contre, une victime directe de la cyber-vindicte planétaire visant et ciblant BATIFOLE. Mettons nous à la place de cette personne non-célèbre, subitement bien éclaboussée, une toute petite minute. Elle doit rager, en ces moments, de voir sa vie privée batifolante claironnée ainsi au tout venant de la goujaterie populacière universelle… On s’en fiche bien, en fait, de cette petite personne là, tant qu’on se divertit, hein. Vraiment puant, ce nouveau pilori-spectacle…

DANS CERTAINS CAS BIEN ATTESTÉS, BATIFOLE FAIT MÊME L’OBJET D’UN CHANTAGE. Au fait, en aparté pour la bonne bouche, ceux qui ont vu la couverture, souvent fort barbante au demeurant, que les français font de certaines des croustillantes histoires de BATIFOLE de notre temps, auront découvert ou redécouvert que nos bons cousins de la mère patrie appellent un maître-chanteur un CORBEAU. Cette fort jolie désignation est en fait une référence cinématographique. Vous me permettrez de l’adopter ici car je trouve cela bien plus imagé dans le minus, le noirâtre et le malodorant que maître-cossin-chanteur-crosse… Un corbeau, donc, cherche ici à faire chanter notre BATIFOLE mais, riche et influent(e), BATIFOLE ne s’en laisse pas montrer par ce charognard minus, qui fait le printemps au Canada en lieu et place des hirondelles. BATIFOLE dénonce frontalement son corbeau aux autorités. Excellent, j’approuve. C’est la seule façon de faire face au chantage. Je pousse alors mon cri de loup dans le tintamarre moral, à mon tour. Mon cri, le voici: J’approuve, j’approuve, j’approuve toute parade de BATIFOLE contre son corbeau. Enfin bon, ceci dit, cet autre épisode contrariant bu et consommé, calmons-nous, ressaisissons-nous maintenant. BATIFOLE et ses idylles occasionnelles ont bien droit à leurs vies privées, comme vous et moi, enfin, quoi! On vire vraiment au voyeurisme sur ces affaires de moeurs du gratin… On régresse au bon vieux temps des petits journaux jaunes, ma parole… Pendant ce temps de susdite régression collective panoramique à laquelle je viens de joindre mon cri de loup, justement, le corbeau plaide non coupable en douce et s’esquive, lui, de la vindicte ouverte. Le sens du geste criminel ou, pour reprendre le mot d’un humoriste américain bien connu, de la “chose terrible”, est vraiment totalement distordu, dans cette civilisation. En effet, BATIFOLE se prend la vindicte en pleine gueule et son corbeau est épargné… Ah, dans ses hauts comme dans ses bas, BATIFOLE est bien voué à le faire tinter, en notes justes comme en fausses notes, le diapason de ladite civilisation aux valeurs torves… Les corbeaux perfides de ce monde utilisent incidemment d’ailleurs fort souvent la cause des femmes pour se graisser cyniquement. Ceci, bien ferme et bien raide, dans les plumes de ceux qui prétendraient que quelque ancienne flamme faisait (in)justement chanter BATIFOLE. Il mérite bel et bien de tauler un moment, ce maître-chanteur là… le vrai corbeau de BATIFOLE, presque toujours un homme… Brûlons-le donc en effigie, rôtissons-le donc, lui, le volatile méconnu, puisqu’il faut tellement faire cramer quelqu’un… Dans toutes ces histoires de chantage d’affaires de mœurs de vedettes foutues batifolesques que leur présent ou leur passé reviennent hanter, ne cherchez pas la femme, cherchez l’homme… Bref, BATIFOLE ne cède pas au chantage, fait face, assume, s’excuse, brûle un cierge, se roule par terre, se fait fesser sur la carrosserie à coup de bâtons de golf, renonce à se porter candidat, perd du pognon à pleins jets, divorce, reconnaît sa progéniture secrète, admet avoir fait le folâtre dans des chiottes d’aéroport, reconnaît avoir fait le folâtre dans les douches du palais gouvernemental, avoue ne pas avoir avoué s’être twitté l’entrejambe pour le bénéfice d’une demi-douzaine de copines frivoles, dit aimer le chanteur populaire, affirme désirer la karatéka, se remémore (amèrement) cette baignade adolescente vieille d’un quart de siècle, se mortifie sur l’agora, braille, démissionne, garde son emploi de justesse, rend ou donne à des oeuvres l’argent de l’enveloppe brune physique ou abstraite, fait une moue contrites sur photos fixes, et la cyber-vindicte de continuer de croître et de se diversifier. Nous en arrivons enfin, fin du fin, à ce qui me captive et m’afflige le plus dans l’affaire de mœurs de BATIFOLE : vous et moi.

SI UN HOMME COMMENTE L’AFFAIRE DE MŒURS DE BATIFOLE. Il le fera dans la paranoïa sexiste sectaire la plus maladive en citant ses «expériences» bidons aux prises avec un lot foutaisier de Mata Hari oniroïdes. Lesdites “expériences” machiques, semi-fictives, semi-fantasmées, invérifiables et érigées en axiomes, de l’anonyme beuglant ses vues fumeuses et chieuses sur l’affaire BATIFOLE sont de bien faibles cadres mentaux pour une compréhension de la réalité en cause ici. On parle pourtant du réel. Bon, on touille du potin malodorant, certes, mais on cherche des faits. Autrement dit, ouste, ouste, les petites vapeurs bati-fofolles à la Arthur Miller… L’analyse machiavélique-machique du topo batifolesque me révulse au possible. La Théorie du Complot des Cœurs m’écoeure. Il y a vraiment des types qui voient toute femme comme une saboteuse, une coureuse de dot ou une voleuse à la tire. Personnellement, je crois encore bien fort à l’innocence et à la spontanéité du geste et du frisson entre deux personnes, y compris en batifole. Si des folliculaires mal avisés n’avait pas voulu y faire leur beurre, on n’en parlerait pas, mais donc pas…. C’est passablement navrant, surtout ce bout là. Mais mon petit macho commentateur nous sert le tout de sa paranoïa misogyne mal réchauffée, en inversant les rôles corbeau/corneille. Il fantasme, au quart de tour, quelque femme arriviste en déshabillé noir qui prend son manche, ou celui de la guitare de BATIFOLE, pour un échelon social. Retardataires, ces fantasmes à la papa font errer mon petit macho sur la susdite question BATIFOLE, si tristement indicative et révélatrice de nos pensées les plus glauques. Tu te plantes l’échelon dans le faux, mon petit macho même pas beau. C’est surtout ça qui est bien triste.  Il faudrait que les détracteurs-salisseurs de la personne séductrice et perfide qui fit basculer BATIFOLE me la citent défendant ouvertement l’adultère, ou la double vie, ou l’extorsion, ou le chantage, ou l’arrivisme à scandale, ou la crypto-prostitution ou quoi encore? Je ne pense pas que le mépris fascisant, implicite et tout naturel qu’on cultive de nos jours pour la présomption d’innocence fasse partie de l’évolution légitime de l’humanité… Bondance de mes pieds, BATIFOLE et sa flamme se sont peut-être tout simplement aimés.

SI UNE FEMME COMMENTE L’AFFAIRE DE MŒURS DE BATIFOLE. Révélant son indécrottable fond de potineuse sans envergure, elle poussera imperturbablement ses hauts cris de déesse Némésis de bas calibre. “ Ils se sont peut-être tout simplement aimés, tant que vous voudrez. Cela n’enlève rien au fait que c’est une trahison.” Je ne sais pas, Madame. Vous dites: sa trahison. Je dis: notre intrusion. Avis aux éventuels Monsieur BATIFOLE, cette dame ne voit rien de mal à vous condamner sans la moindre preuve et, ne vous y trompez pas, le «bon droit» implicite est de son bord à elle. “Je ne sais pas si le/la partenaire de BATIFOLE l’a fait dormir sur le sofa cette semaine, mais cet incident a dû jeter un petit froid dans le couple”. Mais pourquoi, pourquoi donc, Madame, postuler compulsivement le mariage bourgeois hystérico-jaloux type au sein du ménage BATIFOLE. Ils sont peut-être en union libre et ouverte, comme au bon vieux temps pur et joyeux de Janis Joplin et de Bobby McGee. Notre héritage de libération sexuelle laisse de plus en plus la libération maritale au bord du chemin… Tous ces aprioris matrimoniaux surannés, ces automatismes rétrogrades que l’on charrie, sans aucune vérification. Un peu de sens relatif, pour faveur… Essayons de bien ranger nos frustrations dans le bon carquois et de les décocher à ceux qui les méritent, sans moins, mais sans plus. Vous prétendez, Madame de Cyber-Vindicte, empocher une hypothèque totalement non fondée sur la nature des ententes maritales de Monsieur et de Madame BATIFOLE et sur la teneur de leur vision de la question, depuis leur toute première rencontre. Je regrette mais aucun des postulats de ce jugement lapidaire n’est fondé. Absolument aucun. “Certaines personnes ont un besoin maladif de charmer et de plaire, qu’il ne faut pas confondre avec un intérêt sincère pour autrui. C’est très superficiel et égoïste que de batifoler.” Ouf, le jugement, maman…Rien ne prouve que ceci s’applique au susdit cas BATIFOLE. Affirmations parfaitement non étayées. Du préjugé pur. Du fantasme hargneux. De la crispation maladivement uniformisante. Des réflexes conformistes incontrôlés et de l’auto-identification empathique vraiment mal appliquée. Tourner le dos si crûment à l’héritage intellectuel du féminisme ne vous a pas très bien servi, ma pauvre.

MES VUES PERSONNELLES SUR LE CAS BATIFOLE ET SUR CE QU’IL NOUS POUSSE IMPLACABLEMENT À RÉVÉLER DE NOUS-MÊMES ET DE LA PETITESSE DE NOTRE TEMPS. Simple, net, lapidaire. Je suis archi-écoeuré que la petite cyber-populace planétaire stupide et étroite utilise ces causes notoires parfaitement bidons pour implicitement-compulsivement dicter aux gens comment ils doivent vivre leur vie privée ou… exprimer leurs idées critiques (incluant leurs cadres moraux, leurs visions du monde, leurs conceptions politiques, leurs options sociales, leurs votes). Les tonnes de faits de la vie ordinaire qu’on pourrait citer ici, en porte-à-faux de tous ces faux scandales de croquignole. On n’a toujours pas le droit d’être homosexuel(le) ou divorcé(e) si on entend travailler dans une école catholique au Canada, mais Haro sur BATIFOLE. Une copine juive ayant fait un contrat de suppléance dans une école catho de Toronto, s’est fait dire, à la fin dudit contrat, qu’elle ne serait tout simplement pas payée, n’étant pas catholique. Et elle ne fut effectivement pas payée pour un travail pourtant fait et bien fait… Sauf que, Au poteau, BATIFOLE. Des trous béants dans la Charte des Droits, des instances qui l’ignorent ouvertement, il y en a un peu partout (le cas de mes têtes de cathos de turcs ici n’en est qu’un entre mille!) et ce, pas juste dans la vie maritale et extra-maritale de ce fantoche foutaisier, de cette poupée anodine de BATIFOLE… Mais… mais… qui s’en soucie, qui en parle? Canada, Terre de Caïn l’Hypocrite, vite, vite, Supplicie BATIFOLE et oublie allègrement le reste. Finalement, 100,000 morts en Irak par notre faute exclusive, 5,000,000 (cinq millions) de morts dans le grands conflit congolais du début du siècle, dans un silence médiatique opaque, et on grelotte dans le froc pour une escapade ou une foucade de BATIFOLE. Cela me répugne au plus haut point. Je me fiche souverainement de BATIFOLE et de ses gratino-congénères foutus dans leur fric et leur gloriole de toc… mais la santé sociologique de la masse compacte et fruste de leurs détracteurs et détracteuses épisodiques me cause, ma foi, bien du dépit.

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Posted in Culture vernaculaire, France, Monde, Québec, Sexage, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

ADULTOPHOBIE: l’expression sans concession de l’épouvante lancinante de mon imaginaire de parent

Posted by Ysengrimus sur 1 mars 2010

Adulto-Berger

.
.

Et il y a aussi tout ce que nous imaginons et qu’aucune image ne peut capter, et qui accroît notre sentiment d’impuissance…

(Michaëlle Jean, Gouverneure Générale du Canada, commentant le séisme en Haïti – janvier 2010)

.
.

Dans ce roman de 175 pages que je publie en 2010 chez Écouter, Lire, Penser, en format papier et numérique, trois enfants, Jeannette Simon, douze ans, Luc Simon, onze ans et Manon Simon, huit ans, sont capturés par deux pédophiles inconnus, l’Homme Doux (qui les apprivoise sur la plage, les drogue, les enlève) et l’Homme Rude, qui séquestre l’aînée des trois enfants, loin du lieu de leur enlèvement, et la violente à répétition, sur quelques mois. Nous suivons le sursis sans espoir de Jeannette, l’aîné des trois enfants Simon, après le meurtre rapide de son frère et de sa sœur, par l’Homme Doux. La survie de Jeannette dépend de son aptitude à plaire à son tortionnaire. Jeannette, qui a la capacité de «voir» ce qui arrive même en des lieux où elle ne se trouve pas, observe tout et «témoigne», en quelque sorte. Sa douloureuse agonie survient à la suite d’une série de brutaux sévices sexuels, fondement du sursis sans espoir dont elle est l’involontaire bénéficiaire. Comme dans toutes situations d’abus profond, seul le refuge de son imaginaire permet à Jeannette de tenir le coup dans cette inexorable descente sans retour. Ce qui est exposé dans mon roman, c’est un cheminement anormal, cruel, criminel et c’est absolument sans espoir.

Voici où nous en sommes arrivés, dans la civilisation actuelle, avec nos enfants. Mon roman est l’histoire honteuse, affreuse de ce que nous leur avons fait, involontairement mais inexorablement. Nous sommes tous, à des degrés divers, impliqués dans la hantise cruelle de cette question insoutenable: que feraient-ils à mon enfant avant de le faire disparaître? Les deux pédophiles sans noms mis en scène dans mon texte sont impondérables, impalpables, insaisissables. Inhumains, ils sont pourtant profondément enfouis en chacun de nous. Ils sont ce que nous ne pouvons plus éviter, ou contenir. Ils sont banalisés. Ils sont ce qui transforme l’illusoire paradis moderne de l’enfance en un insoutenable enfer. Ils sont désormais un des nombreux avatars du monde adulte que l’enfant contemporain subit, envisage, affronte, contourne ou évite. La seule différence est que cet avatar là détruit l’enfant, le broie, le nie. Nous avons perdu quelque chose de profond, de crucial et cette perte, c’est notre enfant qui la subit. Et ce qui lui arriverait, ce qui lui arrive, est décrit dans mon récit, sans concession, du point de vue, douloureux et calme, de l’enfant. La pédophilie et le sursis sans espoir qu’elle impose cruellement engendre son tragique contraire: l’adultophobie.

Mes lecteurs et mes lectrices, ici et sur le site d’Écouter, Lire, Penser, me demandent, atterrés: qu’est-ce qui t’a poussé à écrire une histoire pareille? Pas simple et pas marrant de répondre ouvertement à cela. Car il est vrai qu’Adultophobie ne ressemble à rien de ce que j’ai écrit précédemment. D’habitude, dans mes histoires, romans ou nouvelles, il y a une sorte de jubilation prométhéenne, un plaisir de l’être qui affronte et qui vainc, presque en se jouant. Ici, c’est le contraire quasi-diamétral. Je campe le cheminement cuisant d’un désespoir insondable, d’une dégringolade douloureuse et injuste face à laquelle j’exprime la plus hargneuse des révoltes impuissantes. Adultophobie est la toute dernière chose que j’aurais jamais cru écrire: un roman cruel mais aussi, fondamentalement, un roman moral, un roman qui juge explicitement le comportement qu’il raconte et le condamne, sans réserve et sans appel. Adultophobie ne porte pas sur ce qui est arrivé (quoi qu’il s’inspire, hélas, de faits dont nous subissons tous et toutes l’omniprésence, depuis au moins une bonne génération maintenant) mais sur ce que j’ai si souvent imaginé, dans la terreur permanente de ma toute ordinaire parentalité. Cet ouvrage concrétise l’expression de l’épouvante lancinante de mon propre imaginaire de parent de jeunes enfants. Il met en forme et codifie le lot malsain de pensées paniques et morbides qui m’ont tant roulé dans la tête, en attendant, quand l’après-midi devient inexorablement le soir, un enfant ayant quelques heures de retard sur l’horaire préalablement convenu… Maintenant que mes fils arrivent à l’aube de l’âge adulte, je peux enfin me délester, me décharger, oh, en partie seulement, du ballot, du faix, du fardeau d’écoeurement, de révolte et de terreur que me suscite notre époque, fausse modernité puante et veule qui en est venue inconsciemment, comme insidieusement, à banaliser le plus immonde des crimes. Pendant la rédaction du synopsis du récit, une petite québécoise, comme il y en a tant, joyeuse, toute simple, a été enlevée en plein jour et nul indice sur son sort n’a encore fait surface. Pendant que je rédigeais le roman même, une petite ontarienne sans histoire a été brutalement assassinée, dans un patelin sans histoire, par deux epsilons sans histoire, un jeune homme et une jeune femme. Malgré la collaboration des accusés, il n’a même pas été possible de retrouver son corps. Inutile d’épiloguer. Aucun pays, aucune communauté ne semble épargnés par ce qui arrive ici, implacablement. Les gens, les témoins-symptômes, les champignons vénéneux indicatifs qui commettent ce genre de destructions immondes ne sont en rien des Jack l’Éventreur fascinants ou des Landru mystérieux. Ils n’ont rien de spécialement extraordinaire ou romanesque. Ce ne sont pas des boucs émissaires non plus, du reste. Ils n’ont rien de spécifique, d’anormal ou d’idiosyncrasique, non plus. Ce sont, en fait, des individus quelconques, comme les points quelconques d’une fonction mathématique. Des individus représentatifs de leur monde et de leur temps… Un peu nous tous, en fait… C’est purement et simplement atterrant.

Je le redis: nous en sommes là. Alors, que voulez-vous, il faut en parler, le formuler, l’exprimer artistiquement (au mieux), le crier, sans concession. Je vous assure que mener ce projet d’écriture à terme fut particulièrement éprouvant. J’ai, de fait, écrit ce roman dans la tristesse la plus opaque et l’horripilation la plus écrue, sans joie, sans plaisir, scribe las, estafette éclopée de notre temps. Ce récit, fielleusement explicite par moments (avis aux âmes sensibles), est le compendium de tout ce qui me répugne, me mine, me tue. Il est le plus douloureux des témoignages, celui que dictent cet imaginaire aux abois, cette épouvante ordinaire, cette peur névrotique, si crucialement historicisés, qui déterminent en profondeur la trajectoire intérieure contemporaine de quiconque a pris la (désormais) douloureuse et inquiétante décision de donner la vie.

Ancienne maquette, conçue par madame Nolia Gervais, artiste graphiste rattachée à Écouter, Lire, penser.

.
.
.

Paru aussi (en version remaniée) dans Les 7 du Québec

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Fiction, Monde, Québec, Sexage, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 19 Comments »