Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Posts Tagged ‘féminisme de droite’

La cyber-provoque fallacieuse et réactionnaire du féminisme (de droite) de la SIMILI-MILITANTE

Posted by Ysengrimus sur 15 novembre 2010

L’authentique hypocrisie contient toujours une solide touche de sincérité…

Attribué à Marie Catherine Sophie de Flavigny, comtesse d’Agoult (1805-1876)

.
.
.

Bon, notons d’abord que la distinction entre gauche et droite en matière de représentations idéologiques, ce n’est pas juste une affaire de convictions personnelles ou de jargon journalistique. C’est, plus fondamentalement, une question de programme social, de vision de l’avenir collectif, sinon de vision du monde tout court. C’est en fait la classe sociale qu’on sert qui détermine si on est de gauche ou de droite… Et chercher à obscurcir les susdites descriptions par «étiquettes» n’est pas nécessairement un bien bon signe… Ces «étiquettes» sont des capteurs notionnels, des abréviations conceptuelles. Cela les rend aussi cruciales dans le débat que n’importe quelle autre idée s’y inscrivant. Pourquoi les craindre tant, alors? Serait-ce parce qu’il s’agit moins de débattre que de vendre, en douce? Je dis cela, en préambule, comme ça, d’arquebutte en blanc, parce que certaines mirettes délicates semblaient un peu pas mal écorchées l’autre fois, quand j’ai introduit la notion de féminisme de droite. Donc, soyons on ne peut plus clair. Est féministe une personne qui considère que les hommes et les femmes sont sociologiquement égaux malgré les différences naturelles et ethnoculturelles qui, ÉVENTUELLEMENT, les distinguent et ce, à l’encontre ferme d’un héritage historique fondé sur une division sexuelle du travail non-égalitaire. Sociologiquement égaux signifie, entre autres, égaux en droits, et cela n’est pas acquis. Il faut donc réaliser cette égalité… dans le strict cadre capitaliste (selon le féminisme de droite)… ou (plutôt!) en instaurant un ordre social nouveau, non-capitaliste, qui comptera l’égalité entre les hommes et les femmes au nombre de ses axiomes (selon le féminisme de gauche). Notons aussi, et c’est capital, que je dénonce le féminisme de droite non pas parce qu’il est un féminisme mais bien parce qu’il est de droite. La lutte des femmes pour leur égalité sociale intégrale ne tombe PAS, ici ou ailleurs, sous le coup de ma critique. Remember…

Légende de ce superbe aphorisme de la grande féministe de droite Faith Whittlesey (née en 1939): SOUVENEZ-VOUS QUE GINGER ROGERS A FAIT TOUT CE QUE FRED ASTAIRE A FAIT, SIMPLEMENT ELLE L'A FAIT DE RECULONS ET EN TALONS HAUTS.

Sur la base de ces postulats objectifs fermes, nous nommerons l’astucieuse agente de cyber-provoque analysée ici du nom de Simili Militante. Femme de média, solidement imprégnée d’une large cyber-culture, Simili Militante est une féministe mur à mur et sans ambiguïté aucune, mais, nuance capitale, c’est justement une féministe de droite, comme il y en a de plus en plus sous nos hémisphères, graduellement influencée, sans l’admettre ou se l’avouer, par les vues du Independent Women’s Forum et de groupes similaires. Elle sert donc, sans rougir et en toute sérénité, le programme politique et social de le droite. Simili Militante, qui, soit dit en passant, n’aime pas trop trop qu’on ose ouvertement la dé-sanctifier en la décrivant sociologiquement, se réclame en toute sincérité de la toute légitimisante rhétorique du plafond de verre. Sauf qu’il s’agit ici d’un plafond de verre bien soudé sur l’édifice d’un capitalisme de fer. L’axiome est alors: chipotons pour le verre et perpétuons hargneusement le fer. L’activisme «féministe» de Simili Militante est l’indice d’une tendance sociologique qu’il faut avoir attentivement à l’œil, celle du graduel dégauchissage du féminisme. Moi personnellement, un féminisme qui dit que les révolutions n’ont rien apporté aux femmes, que voulez-vous, j’ai de sérieuses réserves. Ce type de féminisme s’approprie et accapare une cause auto-sanctifiante et la met sciemment au service du Patron Fric. C’est donc un féminisme d’ajustement au capitalisme qui a su, avec un brio roué et subtil, moderniser (et verrouiller) son discours et aussi la diffusion et la promotion de ce dernier. On va essayer ici de décrire brièvement le mécanisme d’horlogerie pendulaire de la fort matoise et adroite doctrine de cyber-provoque de Simili Militante

.
.
.

PHASE 1: LES CAUSES FALLACIEUSES. Donc Simili Militante est une réformiste intra-muros de choc. Tout doit se jouer dans la petite boite capitaliste. Ne lui parlez surtout pas de remise en question de l’ordre établi, c’est parfaitement inutile. Elle est solidement étanche à ce genre de réflexion… Intra muros, donc, Simili Militante oeuvre sur les signes, pas sur la crise sociale. Les dénominations, les titres, les prérogatives, les écarts verbaux sexistes de politiciens rétrogrades, les hommes d’église à la «doctrine sociale» ouvertement misogyne et arriérée, la déglingue comportementale du phallocratisme aussi foutu qu’évident, les success stories de femmes d’affaires novatrices et les résistances d’arrière-garde qu’elles combattent encore courageusement, en catimini ou tapageusement, les éructations d’éditorialistes conservateurs iraniens théocrates et hyper-réacissimes à la crédibilité intellectuelle parfaitement inexistante, le désordre des chaises sur le pont du Titanic, en somme, préoccupent hautement Simili Militante… Aussi, en plus, le sens tactique toujours en éveil de Simili Militante s’intéresse au plus haut point à l’univers polymorphe et mouvant des «pages féminines», nommément tout ce qui permet aux femmes (d’en haut) de tourmenter les femmes (d’en bas). Mentionnons, par exemple, le thème en haute vogue du nouvel hédonisme contraint des femmes «de notre temps» (entendre: occidentales, montées en graine, positionnées, «tendances» et bourgeoises, genre héroïnes de Sex and the city, rédactrices de Jezebel ou encore thuriféraires enthousiastes de Madonna & Lopez). Cette question, exemplaire et hautement culpabilisatrice, du nouvel hédonisme féminin fait l’objet d’une attention soutenue de la part de Simili Militante car le potentiel de cyber-provoque de cette problématique sexy-sexiste est maximal. Simili Militante adore justement ce genre de question pseudo-sensibles car, sans suggérer le moindre changement social fondamental, cela fait tout plein soumission, femme-objet, macho-sots, ma-fille-c’est-de-ta-faute-de-pas-voir-les-fautes-des-gars, etc et donne à Simili Militante une cause sécurisante et supériorisante, enrobée dans le (bon) sentiment qu’elle n’est pas enferrée dans un univers de réformettes circulaires et stériles. Donc Simili Militante tonne, par exemple, contre l’effeuillage généralisé des starlettes et aspirantes starlettes contemporaines et, plus insidieusement, contre la dérive des mœurs et la batifole tous azimuts, genre femmes jeunes avec vieux politiciens flétris. Mais attention, oh attention, n’allez pas commettre l’erreur sotte (comme tant d’hommes le font pour se sécuriser l’ego) de confondre Simili Militante avec une bigote, une mal baisée, une moraliste exaltée ou une arriérée sociologique qui pèterait un câble antique et perdrait le contrôle. Oh non, que non, j’insiste sur ce point, Simili Militante est une cyber-communicatrice aguerrie qui sait parfaitement ce qu’elle fait. Sagace, manipulatrice et observatrice, elle comprend sciemment que le web est un nid compact à petits frelons androhystériques et elle tape à grands coups de pieds dedans pour bien faire lever dudit nid ses nuées bourdonnantes d’astineux anonymes tout grotesques et tout insécures. Nos petits porte-bites 4chaneux niaiseux se rameutent alors par paquets compacts, et lui postent disons, pour filer l’exemple, sur la question de la dérive hédoniste des mœurs en politique, un genre de mème comme celui-ci:

Monica Lewinsky dit: JE VOTE MAINTENANT RÉPUBLICAIN CAR LES DÉMOCRATES M’ONT LAISSÉ UN GOÛT AMER DANS LA BOUCHE. La légende dit: LE FÉMINISME, PAS SEULEMENT POUR LES LIBÉRAUX. La description du féminisme de droite en émergence est valide ici, mais ce trait sexiste, facile et grossier, discrédite son auteur (masculin), notamment aux yeux des lectrices, et joue, en fait, le jeu victimisant et auto-sanctifiant de SIMILI MILITANTE

Petits cyber-mecs anonymes, je ne vous dis pas ce que vous devez faire avec votre liberté d’expression. Simplement, j’observe qu’en postant ce genre de défoulements mesquins, vous tombez directement dans le piège malodorant du T’AS DIT CACA de la cyber-provoque institutionnalisée que vous tend sous les pieds Simili Militante. Vous la servez pleinement, totalement, intégralement, avec ce genre de boutade idiote. C’est justement pour cela que son carnet, ses billets, ses cyber-interventions sont SCIEMMENT CONFIGURÉES pour justement lever, par bouffées malodorantes, du sexisme crétin, au premier degré, dans ce genre. Et plus c’est phallo-miso, cru et charrié, mieux c’est. C’est qu’elles lui servent d’écrin promotionnel, à notre fine mouche, vos conneries masculinistes là. De fait, on a toujours besoin d’un plus réac que soi et un élément droitier qui se fait mousser trouve toujours un élément plus droitier, dont il se démarque, qui le recentre en apparence et qui, ainsi, facilite une promotion élargie de sa doctrine. Aussi, avoir eu à censurer les pires commentaires, c’est crucial et cardinal pour Simili Militante. Cela légitime ET sa démarche anti-libertaire ET la censure médiatique proprement dite, tout en faisant vachement «débat social». Cela recycle et réactive en permanence l’auto-sanctification définissant Simili Militante. Cela dissimule et camoufle le caractère viscéralement conservateur de sa vision du monde. Cela sanctionne son action et, surtout, ses prémisses fondamentalement conformistes, affairistes, bobo-cadres, moralisatrices, culpabilisatrices, normatives et bien pensantes. Disons, plus prosaïquement, que c’est là de la grande provoque visqueuse en bloc pour lever de la petite provoque naïve en rafale. Et disons aussi que toi, mec neuneumèmeux anonyme qui se croit comique, séditieux et subtil, bien, tu te fourres le pied direct dedans… Phase 1, donc: un type insidieux de manipulation des masses est né, oui, oui, oui… et ici, c’est bel et bien le cyber-provocateur (troll) qu’on manipule à son tour.

.
.
.

PHASE 2: LES CAUSES RÉACTIONNAIRES. Ceci dit et bien dit, l’activisme de Simili Militante ne s’arrête pas là. Il n’est pas uniquement une intervention auto-sanctifiante, une chausse-trappe sociologique, onctueuse mais un peu gratuite, pour attitrer l’attention, toujours aussi captivante et magnétisante, des frelons du web. Suivez bien la phase 2 du mouvement. Le sentiment féministe que s’approprie Simili Militante, et dans lequel elle drape sa dignité, est, en fait, désormais largement sociétal et consensuel. Il est donc pas mal ardu de questionner les prémisses d’une voix s’en réclamant bruyamment, sans faire face à des accusations, explicites ou implicites, hautement discréditantes. La sémantique de Simili Militante est une sémantique fondamentalement auto-protectrice et elle vous attend dans le tournant. Tout le féminisme de droite interagis comme ça, du reste. Ce sont des causes ouvertement reconnues dont on affecte de perpétuer le modernisme, strictement pour se faire mousser. Redisons-le: c’est visqueux au possible… et c’est justement hors de cette fange toxique que va pointer la véritable arme doctrinale de Simili Militante: la propagande réactionnaire, la manipulation droitière, le service docile de l’ordre établi, sous couvert féministe. Voici donc, par exemple, qu’un «taliban» chronométrique coupe le nez et les oreilles d’une femme afghane au moment où, comme par hasard, la guerre d’Afghanistan est au plus profond de son discrédit. Plus tard ou plus loin, un «régime iranien» s’apprête à lapider (jusqu’à ce que mort s’ensuive) une femme adultère au cœur des tensions politiques entre l’occident et l’Iran. Pétard planétaire. Le visage mutilé est en première page du Time. La personne menacée de lapidation est appuyée par de grandes personnalités occidentales, toutes femmes, ardentes, célèbres et riches. Sanctification aussi cardinale qu’imparable. Qui osera contester la gravité de ce type de drame? Mais absolument personne, évidemment. Forte d’un tel consensus, Simili Militante monte aussitôt au créneau. Son analyse (implicitement servile envers l’impérialisme US): il faut aller casser du Taliban, de l’Iranien, c’est urgent. Pourtant, la violence (incluant, sans s’y restreindre, la violence arriérée et rétrograde) contre les femmes est mondiale. Longtemps avant d’être des iraniens, des afghans et/ou des «talibans», les auteurs de ces crimes sont de hommes patriarcaux. Les indubitables hommes patriarcaux du grand Moyen-Orient Fantasmé sont-ils vraiment les seuls sur terre à se mériter tant de couverture médiatique? Pourquoi pas une clitoridectomisée africaine, ou une enfant-putain asiatique, ou une femme battue européenne, ou une divorcée assassinée américaine, ou une soldate canadienne violée et tuée par son commandant, en première page du Time et dans les appels à solidarité de nos occidentales riches et célèbres? Non, non, non, le féminisme ayant droit de citée dans le portail monumental de la presse mainstream, par les temps qui courent, c’est celui qui sert la propagande guerrière et xéno, de droite, du moment. Or, depuis septembre 2001, intoxidentale oblige, la violence sexiste n’est soudainement planétairement visible que si elle se manifeste dans les portions arriérées du monde que l’impérialisme US et/ou l’euro-xénophobie dardent de leur haine. Le trucage propagandiste est archi-grossier ici mais, implicitement militariste (contrairement à bien d’autres femmes) jusqu’à l’inconscience, Simili Militante relaye sans critique. Il faut d’urgence envoyer nos futurs petits batteurs de femmes, bien blancs, bien soldoques, bien réacs, encadrés par leurs officiers maladivement, psychotiquement, criminellement, misogynes, CASSER DU TALIBAN OU DE L’IRANIEN à gros tarif. Et aussi, par-dessus le tas, puisqu’on en parle, Simili Militante juge en conscience qu’il faut interdire le voile aux immigrantes effarouchée, qu’il ne faut pas négliger la «merveilleuse et rafraîchissante vitalité» du phénomène sociopolitique Sara Palin, que les adolescentes contemporaines sont hypersexualisées et, au fond, trop libérées avec leurs ordis incontrôlables et leur Edward Cullen impénétrable, que les femmes devraient pouvoir être ordonnées prêtres (au sein d’une église implicitement perpétuée, endossée et, avouons-le, pieusement aimée), que les femmes doivent faire carrière quitte à ne pas enfanter, que les mères doivent allaiter quitte à ne pas faire carrière, que les organismes institutionnels féminins/féministes gauchizoïdes ne «représentent pas toutes les femmes», que, pour le bien des mineures, la prostitution adulte doit rester illégale, que l’internet devrait être strictement modéré/censuré (car il y a de ces grossiers personnages, vous comprenez, sexistes en plus) et le cyber-anonymat aboli, que tu dois maigrir car tu es obèse et tu dois grossir car tu es anorexique, que les femmes pourraient tout à fait avoir une arme à feu pour se protéger de ces mâles violeurs, dont le subtil propagandiste Oleg Volk nous brosse un portrait si terrifiant. Et le reste à l’avenant. Il n’y a ici absolument rien d’improvisé. Les causes de Simili Militante sont limpides, solides, cohérentes et articulées. Même leurs contradictions pendulaires sont, en fait, des instruments pour dérouter, culpabiliser et déstabiliser les lectrices angoissées. Comme dans un programme politique politicien classique, on œuvre méthodiquement  à infléchir les mentalités, sous camouflage progressiste… Et retenez bien que si vous osez contester ceci, vous crevez le halo sanctifiant, le plafond de légitimation, et devenez hautement suspect(e)s de rouler pour le chauvinisme mâle hyper-arriéré de la pampa de grand-papa. Dire que la cause féministe est désormais une cause largement subordonnée, manipulée, déformée, trahie par la droite sociale et économique est toujours implicitement interdit. C’est pourtant là ce que la toute bourgeoise et toute réactionnaire Simili Militante a bel et bien accompli.

Légende de cette affiche d’Oleg Volk: UNE VRAIE FÉMINISTE N’A PAS BESOIN DES HOMMES POUR LA PROTÉGER. QU’EN EST-IL DE VOUS? Le fait est que SIMILI-MILITANTE sait parfaitement comment «se» protéger justement, et protéger les causes (manipulées) qu’elle endosse et promeut…

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Culture vernaculaire, France, Lutte des classes, Québec, Sexage, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 19 Comments »