Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Posts Tagged ‘érotisme’

LOOKING FOR MISTER GOODBAR (À la recherche de Monsieur Goodbar — 1977)

Posted by Ysengrimus sur 15 août 2017

J’ai vu ce film à sa sortie il y a quarante ans. Je le revois aujourd’hui et je juge en conscience qu’il a très bien vieilli. Je veux dire qu’il avait la dégaine voyoute et gaillarde d’un film contemporain pour l’époque et qu’aujourd’hui il a la force dépolie et tranquille d’un film d’époque, pour nos contemporains. Tout le monde y fait son travail magnifiquement, notamment une Diane Keaton toutes feux toutes flammes, vive, nuancée, terrible et qui fracasse l’écran.

Theresa Dunn (Diane Keaton) est, au début du film, une étudiante de lettres irlando-américaine qui s’entiche de son prof de prose anglaise et en devient la maîtresse. Au fil de la relation de Theresa avec cet homme marié, pas très bon amant (Theresa s’accuse elle-même de ce fait tristounet alors qu’elle n’y est pour rien), on découvre qu’elle a quelque chose comme un petit quelque chose pour quelque chose comme les abuseurs. L’histoire se passe dans une grande ville américaine. Officiellement, c’est San Francisco (les scènes de Nouvel An carnavalesque sans neige tendent à le confirmer) mais le film est de fait tourné à Chicago et, bon, au visionnement, ça fait New York plus qu’autre chose. En tout cas, la très typique sensibilité irlando-américaine joue un rôle central dans cet opus (et à la fois New York, Chicago, et San Francisco comptent une importante communauté irlando-américaine). La vie familiale de Theresa nous fait découvrir le terreau d’origine de son faux pli émotionnel pour les hommes abuseurs. Le pater familias, dont l’accent irlandais est fort accusé et dont l’obédience catholique n’est pas en reste, se fait servir ses repas par son épouse dans sa grande demeure dont la téloche en noir et blanc est toujours allumée sur du sport. Monsieur Dunn père (joué par Richard Kiley) tyrannise moralement ses deux filles, en pestant contre la modernité échevelée, et notamment contre les luttes féministes, toutes récentes. Katherine Dunn (Tuesday Weld) est la jeune sœur fraîche et parfaite de Theresa. Theresa, pour sa part, fait un peu figure de vilain petit canard. Elle a passé un an et deux jours, dans son enfance, complètement dans le plâtre (des orteils au cou) après une importante opération pour une scoliose congénitale. L’opération en question lui a laissé une cicatrice fort ostensible et complexante dans le bas du dos et cela fait douloureusement écho à la scoliose congénitale d’une de ses tantes paternelles, la honte de la famille, celle dont le pater familias ne parle jamais.

Theresa finit par se faire saquer par son prof de lettres et, corollairement, elle quitte la maison parentale où la téloche toujours allumée est de moins en moins supportable et où, en plus, il ne faut pas rentrer trop tard le soir. Elle s’installe en appartement. Sa sœur aussi s’affranchit clopin-clopant. Katherine se lance en effet dans des mariages, des divorces, des épivardes libertines individuelles et collectives, réminiscentes d’une révolution sexuelle qui monte en graine et qui tourne doucement à l’amertume répétitive aigre-douce. Tandis que sa sœur ballotte ainsi de mariages en divorces, Theresa entre dans une dynamique Jekyll-Hyde beaucoup plus perfide et  méthodique. Elle commence par se faire stériliser (stérilité permanente) pour éviter le genre de grossesses surprises auxquelles sa sœur ne semble pas savoir échapper. Puis Theresa se positionne dans une dynamique diurne et nocturne bien disposée. Le jour, elle enseigne à des petits enfants sourds et les fait avancer efficacement et tendrement dans leur acquisition de la parole (les acteurs enfants sont très bien dirigés et Keaton en instite compétente s’exprimant en langage des signes est parfaitement crédible). Elle bosse avec dévotion et dispose de la petite classe d’une huitaine de gamins dont les enseignants et enseignantes contemporains n’osent tout simplement plus rêver. La nuit, elle court les cabarets, se lève des bonshommes, les baise sauvagement dans son petit appartement et les saque avent le lever du soleil. C’est vraiment la jeune femme catholique en cours de rattrapage sexuel intensif, le tout bien arrosé et bien saupoudré de belle cocaïne d’époque bien forte et bien blanche.

Le problème va justement prendre corps avec les bonshommes et avec le faux pli que Theresa semble continuer de garder en elle en faveur des abuseurs. Son monde diurne et son monde nocturne vont lui fournir deux pitons distincts, sur deux plans distincts. Au plan diurne, elle fait la connaissance, dans son contexte professionnel, d’un travailleur social irlando-américain du nom de James (William Atherton). Il est catholique, les parents de Theresa l’aiment bien et il a une jolie petite gueule qui compense pour son éthique un peu étriquée. Au plan nocturne, elle se fait lever et baiser par Tony (Richard Gere, jeune, tonique et intégralement voyou trépidant et chat de gouttières). Tony convient parfaitement à Theresa parce qu’il ne colle pas trop. Il la saute solide, presque sadique, puis il se casse pour un bon moment. Il est à la fois parfaitement ardent et pas trop encombrant, du moins au début. Le fait est que ces deux types, chacun dans l’espace que Theresa leur concède, vont graduellement se mettre à s’expansionner, à devenir envahissants, à la cerner et à l’étouffer. James veut la marier et lui dicte sa lourdeur morale de plus en plus insupportable. Tony la bardasse, lui pique son fric, lui file des pilules de narcotiques emmerdantes et vient l’enquiquiner sur son lieu de travail. Ce dispositif double est fatal et assez limpide. Cette femme libérée va voir sa libération compromise par les hommes qui assouvissent ses besoins émotionnels et sensuels. Ils ne savent absolument pas tenir leur place et ils semblent tous les deux réitérer pesamment le schéma d’abus masculin installé depuis l’enfance.

Les choses vont finalement passablement s’aggraver. Theresa va graduellement perdre le contrôle de ses deux pitons, de ses émotions, de la drogue, de sa vie nocturne et de sa fuite en avant (effectivement ou fallacieusement) autodestructrice. Elle finira par se lever un troisième zèbre, inconnu au bataillon et peu amène, et les choses vont prendre un tour tragique dont je vous laisse découvrir la teneur passablement déplaisante, pour ne pas dire terrifiante. Le film est basé sur le succès de librairie de 1975 Looking for Mister Goodbar de l’écrivaine Judith Rossner lui-même inspiré de la mésaventure tragique, vécue en 1973, par une institutrice new-yorkaise du nom de Roseann Quinn. Fait peu original mais tristement révélateur, les gens ayant lu le roman ont copieusement détesté le film, jugeant que le second dénature le premier à un niveau proprement sidéral, semble-t-il. Pour préserver intacte, sous globe, naïvement figée, la haute opinion que j’avais eu et ai encore du film, j’ai vu à soigneusement ne pas lire le roman. Il faut savoir assumer certains choix, en ces tristes matières. Ce film est un film qui évoque ma jeunesse. J’avais, en 1977, dix-neuf ans, l’âge du jeune Cap Jackson, le personnage de soutien joué ici tout en douceur par le futur trekkie LeVar Burton. Madame Keaton avait alors, elle, trente et un ans.

Ce film, donc, est un film de mon temps. 1977, ce n’est déjà plus 1967. La lutte nixonienne contre la drogue est encore en plein déploiement (même si on est sous Jimmy Carter). Il y a encore des discothèques avec la boulette scintillante, mais nous ne sommes plus en 1973 non plus. La première grande vague du disco est déjà passée (la seconde et ultime vague lèvera fin 1977 avec Saturday night fever des Bee Gees). On entre doucement dans une ère de désillusions diverses que cet opus capture finement. Le conformisme ancien est solidement lézardé tandis que la contre-culture commence à doucement se discréditer. La violence masculine n’est pas encore masculiniste (elle reste primaire, épidermique, ne se formule pas encore dans le flafla pseudo-théorique qu’on lui connaît aujourd’hui). Il n’y a toujours pas de Sida mais l’homosexualité est encore fort mal assumée (Theresa va en payer le triste coût). On sent une époque de transition. La résurgence reaganienne n’y est pas encore mais il reste que le défilé psychédélique du carnaval soixantard est déjà passé. Cette fugitive fluidité d’époque est très bien captée.

 La réflexion fondamentale s’impose alors. Qu’est-ce tant que l’autodestruction féminine? S’agit-il de se détruire intégralement ou de juste crever et pourfendre une image de soi dont on ne veut plus, craquant douloureusement une manière de vernis de surface collant trop intimement à la peau? On a bien tôt fait d’assigner à la ci-devant quête autodestructrice féminine l’amplitude démiurgique des grandes capilotades fatales. Dans le cas qui nous occupe ici, cela veut dire qu’on a vite fait d’encapsuler Theresa Dunn dans le stéréotype de la petite abusée incapable de se sortir de la fascination soumise que lui a légué un héritage culturel, religieux et familial lourdingue et plus qu’encombrant. Je boude un peu cette analyse. Je vois plutôt Theresa Dunn comme une femme avancée, prométhéenne, dont la destruction sera plus causée par le retard collatéral et l’inertie ambiante que par des déterminations vraiment internes à son cheminement propre. En un mot, Theresa ne juge personne et tout le monde la juge. James lui dit un jour que son appartement, avec des blattes tournoyant dans la vaisselle sale empilée dans le lavabo, ne lui ressemble pas. Theresa rétorque abruptement qu’au contraire cet appartement lui ressemble parfaitement et qu’il correspond tout à fait à ce qu’elle est vraiment, fondamentalement. Theresa Dunn n’a pas de compte à rendre et, au fond, on a trop voulu que sa tragédie soit conditionnée, déterminée, fatale. Je crois que la tragédie de Theresa Dunn fut en fait largement conjoncturelle et accidentelle. Monsieur Goodbar (le gars parfait qu’on dénicherait dans un cabaret) n’existe pas, certes, et Theresa finit inéluctablement par s’en aviser. Simplement, la suite de sa trajectoire ressemble plus au fait de traverser la rue sans regarder au mauvais moment et se faire frapper bien malgré soi. Tout ne peut pas se ramener inexorablement à la grande fatalité grecque. Parfois la merde arrive comme ça, presque hors sujet, hors thème. Shit happens, comme le dira un slogan semi-rigolo qui sera formulé quelques petites années plus tard (1983). On a ici un film à voir ou à revoir, en tout cas. Et à calmement méditer dans sa triste universalité, le recul historique aidant.

Looking for Mister Goodbar, 1977, Richard Brooks, film américain avec Diane Keaton, Tuesday Weld, Richard Gere, William Atherton, Richard Kiley, LeVar Burton, 136 minutes.

Theresa Dunn (Diane Keaton)

Publicités

Posted in Cinéma et télé, Civilisation du Nouveau Monde, Commémoration, Culture vernaculaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 14 Comments »

Mon pastiche de Juliette CAPULET

Posted by Ysengrimus sur 21 juillet 2017

Juliet-Capulet

.

LETTRE D’ACCEPTATION DE JULIETTE CAPULET

Cher éditeur de DIALOGUS,

Me voici en votre compagnie pour une courte nuit, afin de partager, avec le plus grand nombre, ma vision des choses. Amour, sentiments, passions… sur ces trois priorités cardinales s’est inexorablement fondée ma vie. C’est donc dans cet univers aussi créateur que destructeur que se dessinent mes opinions…

Oh, bien sûr, ce soir, comme tous les soirs, Roméo me manque, car l’amour est éternel et qui aime une fois aimera toujours. Mais, après vous avoir écrit céans, tout au fond de cette nuit un peu angoissante, je vais absorber une potion étrange qui me donnera l’apparence de la mort pour presque deux jours. Alors, je m’éveillerai. Roméo sera près de mon cœur. Ses yeux dans mes yeux, il fera de moi ce qu’il voudra. J’attends sereinement ce moment sublime pour que ma vie commence.

Et, en attendant, je suis à votre entière disposition, chers lecteurs et lectrices de DIALOGUS, consciente qu’après un demi-millénaire, vous pensez encore à moi, à Roméo et à ce que nous incarnons. Communiquons donc, pour vibrer de concert sur les sentiments et les luttes qui nous définissent et nous dominent tous…

Votre dévouée,

Juliette Capulet

De Vérone, ce mercredi 14 février 1554, au soir

.

1- BRAVO POUR VOTRE RETOUR!

.

Juliette,

William Shakespeare vous a rendue célèbre, est-ce que cette notoriété ne vous a pas nui? Revoyez-vous Roméo? Sachez que je vous admire, surtout votre façon de décrire si justement votre attachement à Roméo. D’ailleurs, est-ce un attachement?

Lilian Tomas

.

Chère Lilian,

William Shakespeare m’aurait rendue célèbre? Vous parlez sûrement d’un des nombreux conteurs qui ont narré mon histoire. Célébrité… Que vaut la notoriété sans l’amour? Je ne pense pas qu’on puisse parler de nuisance, bien au contraire… Les difficultés liées à cet amour difficile, déchiré entre la passion et les puissants liens familiaux, exposées au plus grand nombre, permettent de donner du courage et de l’espérance aux couples vivant la même situation… Vous parlez d’attachement pour mon Roméo… Oh, c’est tellement plus que ça… Qui a aimé un être l’aimera toujours, je doute que toute relation, qu’elle se termine ou non, puisse faire évoluer des sentiments au point qu’ils soient évincés… Non, aucun amour ne meurt, et derrière la plus grande haine se cache toujours une passion dévorante. Roméo vit en moi. Près de moi et dans mon esprit. Mon âme est Roméo, ma vie entière est sa vie…

Sincèrement vôtre,

Juliette Capulet

De Vérone, 1554

.

Juliette,

L’amour est-il donc immortel? À votre époque où le divorce n’existait pas, il n’était peut-être pas question de remettre ses sentiments en cause, ou d’y penser (encore que j’en doute). Mais de nos jours où les familles recomposées fleurissent, pensez-vous qu’il soit viable pour un individu d’accumuler ses amours passées? Notre façon d’aimer ne doit-elle pas changer?

Amicalement,

Lilian Thomas

.

Lilian,

L’amour est immortel. Tous mes amours sont enracinés en moi. Celui de Pâris comme celui de Roméo. L’amour est un tronc qui ne peut que croître. Ses branches et ses provignements ne peuvent que nous surprendre.

Et… le divorce existe en mon temps. Les familles recomposées aussi.

Juliette Capulet

.

2- REGRET

.

Chère Juliette,

Ton histoire m’a touchée par sa tristesse en même temps que ce grand bonheur!

Découvrir l’amour, le vrai, franc et sans ombre est merveilleux en soi et j’espère le découvrir un jour moi aussi! Mais que cet amour s’incarne en la personne qu’on est censé le plus haïr est tellement injuste!

Ne regrettes-tu pas parfois que la querelle de vos pères vous ait séparés? Crois-tu au destin et le fait que Roméo soit ton amour en fait-il partie?

Je te remercie de prendre un peu de temps pour me répondre! Je te souhaite tout le bonheur possible et espère que tu vivras longtemps auprès de ton amour!

Affectueusement,

Laëtitia

.

Bonjour Laëtitia.

Eh bien oui, je crois en l’amour absolu. Je suis sûre que les êtres qui ressentent cette passion dévorante ne meurent jamais… Et je te souhaite de la connaître.

Bien à toi,

Juliette Capulet.

.

3- AMOUR

.

Bonjour Juliette!

Tu es toujours amoureuse de Roméo? Comment j’aurais un petit ami comme Roméo? Tu as mal quand tu meurs?

Merci de répondre à ces questions!

Désirée

.

J’aime Roméo à jamais. Pour avoir un amant comme lui, fais comme moi: ne fais rien, laisse les flots de la vie le pousser vers toi. Je ne sais pas si j’ai mal quand je meurs. Je vis toujours, mais on parle de me faire boire une potion qui imitera la mort pour quarante heures. Je te raconterai mes sensations à mon retour de ce voyage implacable et étrange…

Juliette

.

4- UN SIMPLE «BONJOUR!»

.

Juliette,

Je suis passé tellement de fois pour lire un retour de sourire avec un, ne serait-ce qu’un tout petit «Bonjour!» que je vais aller voir se coucher le soleil au moins 43 fois aujourd’hui.

Le Petit Prince

.

Cher petit Prince,

Hé bien, devinez quoi! Mille étoiles ne valent pas l’amour tout neuf que me donne mon Roméo… Je vous embrasse sur le front, cher enfant du ciel.

Juliette.

.

5- ARRÊTEZ MALHEUREUSE!

.

Madame Juliette Capulet,

Vérone, Italie.

Dame Juliette,

Arrêtez Malheureuse! L’antidote existe. Mandez vos serviteurs, pressez-les de le quérir!

Que n’avez-vous fui? La Suède n’est pas si loin. Criez à l’ombudsman, au protecteur du citoyen. Pas de cachette pour votre amour? Pourtant cette passion a su s’exprimer! C’était donc si fort! Et cet enfant que vous portez peut-être? Les réjouissances de fin d’année approchent, la réconciliation des Montaigu et des Capulet est-elle impossible à imaginer? Nous pourrions la célébrer ensemble?

Arrêtez, le prix en est trop élevé, votre folie vous emporte, je sens tous ces amants qui vous regardent, vous appellent.

Ne vous laissez pas gagner par leur folie. Madame, répondez-moi!

Christiane Beaulieu

.

Fuir comme des mécréants, Christiane, fuir comme des escogriffes, détaler comme des coupe-jarrets, s’esquiver comme des conspirateurs?

Fuir pour aimer? C’est petit, disconvenant, irréaliste, inconcevable.

Nos familles mordront le fruit de notre amour ou embraseront nos bûchers. Il n’y aura pas de demi-mesure. Il en est ainsi pour tout ce qui concerne l’implacable devoir du passionnel.

Mais grand merci pour ce qui me parait la mansuétude complaisante d’un futur plus libre et moins tourmenté. Merci, Christiane, grand merci, mais je reste.

Juliette Capulet

.

6- DEMANDER EN MARIAGE

.

Je suis ravie de pouvoir vous envoyer une lettre pour vous demander conseil. J’aimerais demander en mariage un homme que j’aime, mais je ne sais pas réellement comment faire.

Je vous remercie par avance de votre réponse.

Céline

.

Fonce droit dessus et demande. Puis laisse lui un petit délai (les hommes sont plus lents en duo qu’en duel…). Ce délai passé s’il tergiverse encore, gifle-le. S’il ne tergiverse pas, tu as ton affaire.

Tiens moi au courant de la suite. C’est que… le plus beau est à venir.

Juliette Capulet

.

7- VIRGINITÉ

.

Une question me perturbe dans votre belle histoire. Pardon si je suis indiscret mais êtes-vous encore vierge? Désolé d’avance pour l’indiscrétion.

Deneo

.

Bien sûr que non, Deneo. Pâris a pris ma virginité avec douceur et déférence. Mais c’est Roméo qui m’a vraiment faite femme, femme pour toujours dans ses bras.

Et… ne fais donc pas ton timoré comme ça, avec tes questions. Nous sommes à Vérone, pas au couvent…

Juliette Capulet

.

8- APRÈS LE DÉPART DE TON ROMÉO

.

Bonjour Juliette,

Je tiens à te dire que tu as toute mon admiration. Tu as eu le courage de vivre au jour le jour ton histoire avec le beau Roméo. J’ai l’impression que tu n’as pas eu peur une seule seconde. J’imagine que tu as suivi ton cœur jusqu’au bout, peu importe ce que les autres pensaient. Il y a bien longtemps que je voulais te poser quelques questions. Je sais qu’on ne se connaît pas beaucoup, mais suis ton cœur. Si tu as envie de me répondre, je t’en serai reconnaissante.

Comment t’es-tu sentie quand tu t’es retrouvée seule après le départ de ton Roméo? Avais-tu la profonde conviction qu’il pensait toujours à toi et que votre chemin se croiserait à nouveau? Comment as-tu fait pour savoir que ce gars était le seul qui en valait vraiment la peine?

Merci beaucoup si tu décides de me répondre. Tu peux même décider de me poser à moi aussi une question. Personnellement, je comprends pas l’amour, mais je suis victime de celui-ci, un peu comme toi. Pas seulement avec un garçon, mais aussi dans mes choix. Je suis une passionnée. J’avoue que l’amour en tant que tel ne peut pas être compris puisqu’il doit être ressenti, mais peu importe… ça existe alors ça doit être quelque chose de réel et tout ce qui est réel peut être expliqué. Nous pouvons donc nous permettre d’en parler un peu.

Karine

.

Bonjour Karine,

Lorsque Roméo a tombé le masque en cette soirée fatidique chez mon père, la certitude absolue que nous serions ensemble pour toujours m’a envahie tout doucement, comme une grande paix. Même la mort ne pourra éventer le fumet de cette insondable confiance qui perdurera en moi toujours. Le doute est un sentiment ancien, perdu, irréel dont je ne comprends plus la nature. Il est déraciné de moi. C’est comme s’il n’avait jamais existé. Roméo Montaigu est pour moi. Je suis pour Roméo Montaigu. Ce qui sera sera. Tout est dit.

Une question pour toi? Certes. Pourquoi dis-tu ne pas comprendre l’amour, alors que tu en parles, ma foi, avec beaucoup de finesse?

Juliette

.

9- UN DÉFAUT DE ROMÉO

.

Bonjour Juliette,

J’aimerais juste te demander quel était un des défauts de ton Roméo que tu aimais tant!! Merci!

Sabrina

.

Son nom.

Il s’appelle Montaigu. Bon, évidemment me diras-tu Sabrina, qu’est-ce qu’un nom? Une rose sentirait aussi bon sous n’importe quel autre nom… Mais, vois-tu, pour Roméo Montaigu, le nom attache, lie, emberlificote, ligote, en tissant et perpétuant des liens claniques qui font de moi son irrémédiable ennemie, pour cause aussi de mon nom: Capulet.

Si jamais nous mourons de cet amour, Roméo et moi, nous mourrons tués par du brettage et des rixes de spadassins bourrus et impudents, dans les ruelles obscures de Vérone, par la cause de nos deux noms.

Et pourtant, ils se sont récemment unis pour toujours, ces noms, par l’amour nouveau inexorable qui a pulvérisé les haines anciennes, démotivées, sales, putrides…

Juliette épouse Montaigu, née Capulet

.

10- CE QUI NOUS REND STUPIDE ET AVEUGLE

.

Bonjour Juliette!

Je voulais te demander quelque chose: qu’y a-t-il dans l’amour qui nous rend si stupide et aveugle? Je pensais que tu serais la personne parfaite pour me répondre, suite à ton expérience avec Roméo!

Sabrina

.

Douce Sabrina,

L’amour nous rend plutôt subitement lucides sur la réalité douloureuse et complexe de notre être intime. Cette clarté inattendue et abrupte suscite bien, sur le coup, un certain déséquilibre, une certaine hébétude qui peut paraître stupide. Mais c’est l’entourage mondain qui résiste à l’amour qui est en fait stupide, pas toi qui vois si cru et si clair, pas ton amoureux qui te comprend et se comprend enfin lui-même.

Juliette

.

Merci beaucoup! Ta réponse m’impressionne vraiment! Je vois que tu étais très amourachée de ton beau Roméo. Mais dis-moi donc, quels sont les facteurs qui font qu’une relation dure très longtemps, même pour toujours?

Sabrina

.

La certitude qu’on pourra tout prendre et tout donner. Que l’amant nous sera un puit rempli d’une eau désaltérante éternelle et réciproquement.

Juliette

.

11- TRAGIQUE

.

Chère Juliette,

Je trouve que votre histoire est tragique. Mais j’aimerais savoir si Roméo était votre premier amour, et si vous avez hésité avant de prendre le poison qui vous endormirait pour vingt-quatre heures.

Merci.

Audrey-Anne, 12 ans

.

Audrey-Anne,

Le comte Pâris, que mes parents voulaient me faire épouser, fut mon premier amant. Il est gentil et sa déflorante étreinte me fut comme une promenade amicale dans un beau jardin ou comme un repas confortable avec un bel ami, intelligent et spirituel. Roméo est moins fin comme amant, moins subtil, plus cru. Mais quand Roméo m’a prise, j’ai cru que j’allais me fendre, exploser, m’anéantir en lui. Rien au monde ne peut se comparer à ce moment et je peux t’assurer d’une chose: la sensation d’amour est intégralement subordonnée à l’émotion d’amour…

Roméo est mon premier et mon dernier amour. Mon seul amour, à jamais.

Pour ce qui est de cette boisson que tu évoques, la fiole la contenant est ici sur mon écritoire près de moi. Je vais la boire d’un trait vers la fin de cette longue nuit du mercredi de la Saint-Valentin 1554, quand j’aurai fini ma correspondance. Ce sera sans hésitation, comme une autre étape devant me mener à Roméo ou à la mort. De fait, elle ne va pas m’endormir pour vingt-quatre mais bien pour quarante-deux heures… Ce sera une sorte de pseudo-mort. Et tu vas devoir attendre un peu avant de pouvoir prendre connaissance de mes impressions de cette autre portion de mon aventure.

Bonsoir,

Juliette

.

12- PETITE QUESTION

.

Chère Juliette,

J’aurais une petite question: qu’est-ce que l’amour?

.

L’explosion surprise et irrépressible de tous tes sens et de toutes tes émotions quand l’autre pose furtivement son regard sur toi.

Juliette

.

13- C’EST QUOI L’AMOUR POUR TOI?

.

Bonjour chère Juliette, une légende et une inspiration pour moi!

Je voudrais te poser plusieurs questions dont la première est: l’amour pour toi, c’est quoi? Tu sais, l’amour c’est vraiment compliqué. Comment savoir faire le bon choix? Je suis encore jeune… je suis en train d’apprendre.

Deuxième question: comment décrirais-tu l’amour que tu as pour Roméo?

Troisième question: si tu sors avec un garçon, comment vas-tu te faire à l’idée que tu vas rester avec lui pour l’éternité, puisque c’est sûr qu’il y a une fin?

Je dis ça de même parce que je n’ai que seize ans. Il faudrait faire des erreurs dans la vie pour vraiment savoir ce qu’est notre choix idéal. J’espère que tu pourras répondre à toutes mes questions avec précision. En retour, pose moi une question pour que cela m’éclaircisse un peu.

Sincèrement vôtre,

Claudia

.

Claudia,

Tu es mon aînée de deux ans. Ce serait à toi de m’éclairer de ta sagesse. Mais je vais quand même répondre à tes questions au mieux.

L’amour est la certitude à la fois passionnée et tranquille que rien ne compte plus que la compagnie intime, profonde et durable de l’être aimé.

L’amour que j’ai pour Roméo est infini, tumultueux, tonitruant et sans peur.

L’éternité, c’est celle du souvenir collectif. Regarde Roméo et moi, 500 ans après notre étreinte, notre passion vit encore dans ton cœur et dans celui de toute une civilisation. Nous ne nous étions pas donné un tel objectif! Nous visions simplement à vivre ensemble la courte vie terrestre. Et, Claudia… pour savoir si c’est «le bon» il n’y a qu’une formule: faire taire le fracas des rumeurs de tes amies et de ta famille et n’écouter que le message de ton cœur. Ton cœur, si tu arrives à l’isoler correctement des pressions mondaines, ne te trahira jamais. Mais il faut que ce soit lui qui parle…

Je n’ai qu’une seule question pour toi Claudia: aimes-tu?

Juliette

.

Bonjour,

J’ai fort bien apprécié vos réponses, simples mais claires.

Oui j’aime. Je veux aimer car pour l’instant je n’ai pas de relation, mais je cherche. Plusieurs garçons sont après moi, mais ils sont timides et n’osent me le dire car ils savent tous sûrement, qui est le garçon qui m’attire.

Il s’appelle David et il a 14 ans. Je venais de déménager et je l’ai remarqué. J’ai essayé de faire de mon mieux pour l’approcher et le connaître plus. J’ai appris qu’il avait déjà l’élue de son cœur. Cela m’a blessée, j’ai été vraiment triste, mais je peux passer à travers et juste être amie avec lui. Moi, je n’aimerais pas, si j’avais mon Roméo, qu’une fille lui tourne autour; alors j’essaie de faire paraître que je ne suis plus intéressée par lui que pour être son amie. Je ne sais ce qu’il lui a passé par la tête, mais il m’ignore et commence à dire des méchancetés sur moi à mes amis. Pourtant, je ne lui ai rien fait à ce que je sache. J’aimerais tant savoir ce qu’il pense de moi, car s’il ne m’aime vraiment pas, je crois que je vais tout laisser tomber; pourtant je ne suis pas une fille lâcheuse. Je pensais vraiment qu’il fallait que je fasse les premiers pas et être moi-même, mais si cela continue de même, tout ce que je veux maintenant, c’est retourner en arrière pour tout oublier, car là j’avais décidé de renoncer à l’amour.

C’est alors que j’ai rencontré le frère de mon ami: Antoine, quinze ans. Il est super beau, super sympathique, très drôle et c’est comme mon meilleur ami dans le quartier. Il m’attire beaucoup et j’essaie de lui faire comprendre que je voudrais être à ses côtés, mais j’ai toujours eu une peur bleue qu’il ne m’accepte pas. Voici où je suis rendue, mais je n’arrête pas de penser à ce qui aurait pu arriver avec David.

J’espère que vous pourrez m’éclairer sur cette situation car cela me fait beaucoup de peine.

Amicalement vôtre,

Claudia.

.

Il n’y a que toi-même, Claudia, qui puisse voir clair en ton cœur sur ces questions intimes. Un petit indice cependant: Roméo ne m’a jamais dit la moindre méchanceté. Les choses cruelles ne me sont jamais venues de lui, elles me sont toujours venues du monde.

Juliette

.

14- COMMENT AS-TU TROUVÉ?

.

Dame Juliette!

Je vous écris simplement pour vous poser deux petites questions qui m’ont toujours intriguée. À quelle âge avez-vous rencontré Roméo et comment avez-vous su que ce serait lui l’élu de votre cœur? Merci de votre réponse.

Ary-Anne

.

Je comprends que cet événement est vieux pour vous d’un demi-millénaire mais pour moi, il vient d’arriver. Il est vieux d’à peine quelques jours. J’ai quatorze ans et je me suis présentée, en enfant obéissante, à un bal masqué chez mes parents. Il y avait là un certain nombre de jeunes paltoquets d’une famille adverse qui étaient venus faire les bergamasques dans notre cérémonie. L’un d’entre eux a retiré son loup et s’est tourné vers moi. C’était Roméo Montaigu. Notre amour mutuel fut instantané, irrépressible et proprement incommensurable. Quand nos yeux se sont croisés, je suis devenue sienne pour toujours. Même la mort est impuissante contre nous. Votre touchante missive, venue d’un si lointain futur, le prouve mieux que tout, Ary-Anne.

Juliette

.

15- POURQUOI N’AVEZ-VOUS PAS FUI?

.

Chère Dame Juliette,

Aujourd’hui, tout le monde sait quelle passion régnait entre vous et l’amour de votre vie, mais pourquoi n’avez-vous pas dit à votre père ce qu’il en était… aussi s’il n’avait pas compris, pourquoi n’avez-vous pas fui avec l’élu de votre cœur?

Son nom seul était votre ennemi juré à Vérone, mais pas en autre lieu. Si vous aviez fui au tout début, vous auriez vécu la plus belle histoire de toute l’humanité, même si celle qui vient de se passer est une des plus belle, elle aurait été encore mieux.

Pourrais-je savoir aussi pourquoi les Montaigu et les Capulet étaient en guerre?

La magnifique phrase «Mon unique amour est mal de mon unique haine, un prodigieux amour est né et je le dois à mon plus grand ennemi», est-ce vraiment vous qu’il l’avez dite ou est-elle due à l’imagination des producteurs, car lorsque Juliette (l’actrice qui vous interprétait) l’a dite, des frissons m’ont traversé tout le corps.

Pourquoi votre relation entre vous et votre mère Lady Capulet était-elle si compliquée? Le rôle d’une mère n’est-il pas de nous aider dans un problème qu’il soit petit ou grand? Pourquoi vos liens étaient-ils si compliqués? Aimiez-vous plus votre nounou ou votre mère?

Une dernière chose avant d’attendre votre réponse impatiemment: à quelle âge votre mère vous a eue?

En espérant n’avoir pas pris trop de votre temps.

Merci de votre réponse,

Ary-Anne

.

Voici donc sept questions qui prouvent, Ary-Anne, que nous ne sommes pas du tout du même monde.

Pourquoi ne pas avoir tout avoué à mon père? Dis-toi que même si je ne lui ai pas tout craché au visage ouvertement, il a bien compris ce qui se passait. Mon opinion de cœur ne lui est strictement rien. Il n’en a que pour ce mariage de convenances qu’il cherche à m’imposer et, en un éclair, devant sa furie, j’ai renoncé pour toujours à être comprise de cet homme et de son ordre.

Pourquoi ne pas avoir fui? Mais j’envisage toujours la possibilité de fuir… Je vais boire cette potion soporifique tout à l’heure, quand j’aurai fini de répondre à cette pile de lettres du futur. À mon réveil, l’homme dont je suis la féale décidera de ce que nous ferons. S’il décide que nous fuyons, je le suivrai, même si c’est en enfer.

Pourquoi les Montaigu et les Capulet sont-ils en guerre? C’est une ancienne rivalité de familles féodales. Comme toutes les rivalités de cette nature, le point de départ en est la recherche du contrôle de quelques terres à oliviers, quelques estuaires, ou quelques places de marché. Exacerbées par ce choc initial de leurs objectifs, les familles finissent au fil des années gorgées de bretteurs et de perce-bedaines qui attendent la moindre escarmouche pour tirer la lame. Après, il faut venger les esquintes et les morts et ça n’en finit jamais.

Cette phrase que tu cites, l’ai-je vraiment dite? Tu me la rapportes dans une bien étrange formulation, mais elle exprime toujours le fond intime de ma pensée. Elle vient de moi donc. Je la reconnais, malgré l’inévitable déformation du temps, qui la distord.

Pourquoi ma relation avec ma mère est-elle si compliquée? Tu la vois bien compliquée probablement uniquement parce qu’elle diffère de ta relation avec ta propre mère. Ma mère balance entre son amour pour moi assorti de son respect pour la liberté naissante que j’incarne et sa soumission à l’ordre patriarcal. Regarde bien tous les coups tordus qu’elle me fait, ce sera pour constater qu’ils émanent tous de ce déchirement unique qui lui lacère le cœur.

Aimé-je mieux ma nourrice ou ma mère? Ma mère, bien sûr! Mais avec ma nourrice, je suis plus intime, plus à mon aise, plus cajolée, plus arrogante et ombrageuse aussi, car elle me gâte.

À quel âge ma mère m’a-t-elle eue? À vingt-huit ans. Elle en a aujourd’hui quarante-deux.

Juliette

.

16- UNE ROSE…

.

Cher Juliette!

J’aurais une petite question à vous poser…

Je me demandais pourquoi un des plus grands symboles de l’amour était une fleur… alors qu’une fleur finira toujours par se faner…?

Amélia

.

Mais, Amélia…

D’une pousse ordinaire et quelconque, couverte d’épines, jaillit une merveille, explosion de couleurs vives, au parfum saisissant de douceur et de beauté. Cet éclat va mourir, banalement comme tout ce qui existe, mais laissera sur les sens et dans le cœur un souvenir impérissable, un frisson de surprise et de joie immortel.

N’importe quel objet pourrait symboliser l’amour. La rose aussi donc…

Juliette

.

17- POURQUOI L’AMOUR FAIT-IL SI MAL?

.

Salut Juliette,

J’ai une grande question à te poser: pourquoi l’amour fait-il si mal?

C’est vrai, toi tu es morte pour Roméo et lui s’est tué pour toi. Je te mets un peu dans mon contexte. J’aime un garçon avec qui je travaille. On se parle régulièrement et nous nous parlons aussi par l’intermédiaire de l’ordinateur. Lorsque nous communiquons ainsi, ce garçon est super gentil et tout. Puis dernièrement, des rumeurs ont commencé à se propager au travail, comme quoi je l’aimais. Depuis ce temps, lorsqu’il est avec les autres il ne me parle plus vraiment, mais sur le «chat» il est normal. Une fille qui est une de mes collègues au travail, m’a dit qu’il n’avait pas dit qu’il m’aimait, mais n’avait pas dit non plus qu’il ne m’aimait pas. Il n’a tout simplement fait aucun commentaire sur ces fameuses rumeurs.

Elle dit que j’ai des chances avec lui. Peut-être; mais pourquoi a-t-il fait comme si je n’existais pas, aujourd’hui au travail? D’accord, il m’a ignoré seulement une fois depuis les rumeurs, mais c’est la seule fois où je l’ai vu depuis. Cela me fait terriblement mal, comme s’il se fichait carrément de moi.

J’aimerais avoir ton aide.

Merci pour tout.

Jenny

.

Jenny,

Je suis atterrée. C’est donc ça! Nous allons mourir de notre amour, Roméo et moi. Je ne le savais pas. Tu me l’apprends. Je suis maintenant résignée. Et je comprends le ton tragique de tous ces correspondants qui viennent s’abreuver de ma légende. C’est qu’ils viennent en fait boire le flot de notre sang…

Que puis-je te dire, assommée que je suis par la nouvelle que tu viens de m’asséner. Ce garçon te quittera pour une autre. Et, si tu me permets de dire la chose aussi crûment: tu ne vas pas en mourir, toi…

Juliette

.

18- BONJOUR JULIETTE!

.

Chère Juliette,

Pour commencer, je voulais vous remercier pour vos réponses, elles m’ont éclairée dans mes brumes.

J’aurais quelques autres questions à vous poser.

Aujourd’hui, notre professeur de français a parlé de votre histoire et a soulevé un point intéressant. Elle nous a posé la question suivante: que serait-il advenu à Juliette si elle avait engendré un enfant du nom de Montaigu? La guerre entre les Montaigu et les Capulet se serait-elle arrêté ou se serait-elle aggravée? Je me posais la question. Et vous, comment la percevez-vous? Quelle serait la réponse appropriée pour vous?

Dans une autre de vos lettres, j’ai lu qu’une dame vous posait une question sur le fait que vous étiez enceinte de Roméo. Est-il vrai que vous portez un enfant de Roméo?

Quel endroit restera gravé à tout jamais dans votre esprit et dans votre cœur (l’endroit où vous étiez avec Roméo?)

Votre nourrice vous aime comme sa propre enfant, mais comment réagissez-vous envers cela?

Croiriez-vous que votre mère était jalouse de votre nourrice à laquelle vous confiez plus de choses?

Votre nourrice doit en savoir plus sur vous que votre propre mère, étant donné qu’elle s’occupait de vous, mais pas de la façon traditionnelle d’une mère (sans vouloir vous offenser).

Une dernière petite chose avant de vous quitter, j’aurais aimé connaître les prénoms de votre mère, votre père et votre nourrice si cela n’est pas trop indiscret.

J’attends votre réponse.

Sincèrement, votre Ary-Anne

.

Que va-t-il arriver si j’engendre un enfant Montaigu? Le clan Capulet va se subdiviser en deux factions. Ceux qui verront dans cette union par la chair un signal pour la paix et ceux qui y chercheront une conspiration et voudront s’en prendre à notre amour. Le clan Montaigu vivra probablement le même genre de déchirement. Le vice-roi de Vérone, lui, nous sera favorable, car il en a par-dessus la tête de toutes ces rixes et cherche tous les moyens de calmer le jeu entre nos clans. Une naissance lui serait l’occasion sublime. Fin comme il est, il ne la raterait pas.

Est-ce que je porte un enfant de Roméo? Je le crois, oui, et l’espère de tout mon cœur. Mais je ne peux être certaine de rien, car tout s’est passé si vite…

L’endroit qui restera gravé à jamais dans mon cœur. Tu penses au balcon, je suppose… Non pas, c’est ma chambre, l’endroit ou Roméo m’a faite femme et d’où je t’écris en ce moment.

Le fait que ma nourrice m’aime comme son propre enfant ne me pose aucun problème. C’est un fait assez usuel dans les grandes familles.

Ma mère n’est évidemment pas jalouse de Nourrice. C’est une idée saugrenue du futur, ça! Les deux riraient à gorge déployée de lire une telle étourderie!

Ma mère se prénomme Béatrice-Juliette. Mon père se prénomme Vittorio. Je n’ai jamais su le prénom de Nourrice.

Juliette

.

19- ENCORE QUELQUES QUESTIONS

Chère Dame Juliette,

Comment allez-vous? Merci pour votre dernière réponse. Pour votre avis, lorsque je vous ai demandé l’endroit qui restera gravé à jamais dans vos cœurs… je ne pensais pas au balcon, loin de là cet endroit est trop classique. Je savais que vous sauriez m’étonner avec votre réponse.

Pour ce qui est de votre histoire. Dans votre monde est-ce toujours la même histoire qui se répète? Ce qui veut dire que vous ne savez rien de votre vie si vous aviez survécu avec Roméo.

Si vous continuez votre histoire, comment aurais-tu aimé appeler votre enfant? (s’il était un garçon et s’il était une fille).

Quelle est votre réaction lorsque vous vous réveillerez après quarante heures de sommeil profond et que vous découvrirez votre amour allongé à côté de vous mort.

Est-ce vrai que Roméo a réalisé la dernière demande de Pâris avant sa mort de l’emporter près de vous ou est-ce seulement des rumeurs du futur? Quel âge avait Pâris?

Quelle est la première fois que Roméo vous a fait femme? (si ce n’est pas trop indiscret!)

Pensez-vous qu’il est mal de se faire femme pour la première fois de par un homme que vous n’aimez pas, mais qui vous aime, lui?

Si vous aviez pu décider de la fin de votre réalisateur, comment se terminerait-elle?

Habitez-vous dans le même monde que la reine Guenièvre, Morgane ou est-ce un monde tout à fait différent?

Avez-vous un autre nom que Juliette qui n’est pas perçu? Quel nom auriez-vous aimé porter?

Quel serait le pays que vous auriez aimé habiter?

Une dernière chose avant d’attendre votre réponse impatiemment! À quoi ressemblez-vous:

Vous et votre amoureux (grandeur, couleur de yeux, couleur et longueur de cheveux, poids)

Merci infiniment de toujours me répondre aussi clairement possible!

Ary-Ann qui vous admire pour votre courage …

.

Bonjour Ary-Anne, je vais très bien, merci.

Mon histoire ne se répète pas, elle se déroule. Je ne sais rien de mon avenir ou de mon absence d’avenir avec Roméo.

Si j’ai un garçon je veux l’appeler Carlo. Si c’est une fille, ce sera Isabella. Mais il faudra que Roméo approuve. Autrement, ce sera les noms qu’il choisira, quels qu’ils soient.

S’il est mort à mon réveil, eh bien je me tue. Je suis parfaitement sereine avec cette option.

Je ne sais pas ce que Roméo et le comte Pâris ont arrangé entre eux sur moi et j’ignore l’âge dudit Pâris.

J’ai vu Roméo il y a deux nuits et il m’a prise. C’était plus que merveilleux, sublime.

Je n’ai pas d’objection à l’étreinte charnelle sans amour, la première fois comme toutes les autres. Seul un consentement mutuel raisonnable est nécessaire pour assouvir un désir bien senti. Tant qu’il y a plaisir et non viol, j’approuve. Mais un plaisir peut être simplement respectueux, amical ou curieux…

Je ne connais ni Guenièvre, ni Morgane et je ne sais pas ce qu’est un réalisateur. Je m’appelle Juliette et aurais bien voulu m’appeler Juliette.

J’aurais voulu habiter un pays ou le port de l’épée et les duels sont prohibés sans passe-droit aucun. Un pays sans rixe et sans clan.

Je ne souhaite pas décrire mon physique ou celui de Roméo. Il faut en laisser quand même un peu au rêve…

Au revoir,

Juliette

.

Bonjour Juliette,

Comment allez-vous? Ma question l’autre jour sur le réalisateur, ce que je voulais dire c’est: si vous aviez pu changer la fin de l’histoire, à la place de mourir, comment auriez-vous aimé que ça finisse?

Vous dites dans votre réponse que vous vivez au présent et que votre histoire ne recommence pas toujours. Mais vu que vous êtes dans un autre monde, vous ne vivez pas avec Roméo?

Ary-Anne

.

Je suis en ce moment à attendre le retour de Roméo. Comme je me moque de la mort et que cette dernière est de toute façon inévitable, je n’ai aucune envie de changer mon histoire pour chercher à éviter quelque sort fatal.

Juliette

.

20- SOYEZ FRANCHE!

.

Chère Juliette,

Dans la vie, on m’a toujours dit de vivre à fond, d’avoir mes opinions, de m’exprimer et surtout de vivre sans regret. Ne jamais regretter nos gestes ou nos paroles. Ce qui est fait, est fait point. Vivre sa vie sans jamais regretter une seule chose me paraît plus que difficile. Combien de fois on se dit, ah si j’avais fait cela à la place de… si je lui avais dit cette phrase au lieu de celle-là il…

La question que je me pose par rapport à vous et à votre histoire d’amour est celle-ci: sachant d’avance la fin de votre histoire à Roméo et à vous, seriez vous prête à recommencer intégralement votre aventure ou changeriez-vous quelque chose afin d’en rendre la fin moins tragique? Seriez-vous prête à revenir en arrière et à nier l’existence de Roméo ainsi que votre amour dans le but d’échapper au triste sort qui vous a été réservée?

Soyez franche!

Merci infiniment

Marie-Ève Charbonneau

.

Chère Marie-Ève,

Je viens d’apprendre récemment que cela risque de bien mal tourner pour Roméo et moi. Je voudrais naturellement qu’il en soit différemment. Je changerais donc tout ce qu’il faut changer, sauf une chose. Il n’est pas question que je retire Roméo d’aucune de ces destinées alternatives auxquelles nous rêvons toutes. La mort vaut mieux que de le perdre ou de ne pas l’avoir connu. Cette certitude sereine est avec moi depuis que nos regards se sont croisés. Mais je commence à comprendre que cela ressemble à de la fiction excessive à tes yeux. Je le sens fort bien en lisant ta lettre et celles de tes paires. Aussi, je te dois une explication.

De plus en plus, en échangeant avec vous, femmes du futur distantes de moi d’un demi-millénaire, je vous découvre prométhéennes, affranchies, affirmées, rétives, volontaires, en un mot: libres et sereines. Solidaires de mon amour, vous cherchez à y insuffler le souffle libertaire de votre temps. Cela ne se peut pas, cela n’est pas possible.

Je suis pétrie de désespoir comme vous êtes pétries de liberté. Je dois obéir à un ordre paternel qui a droit de vie ou de mort sur moi, qui s’entoure de spadassins brutaux qui pourraient n’importe quand percer ma nourrice et mes messagers d’un fer criminel sans que personne n’y trouve à redire. Quand Roméo m’a montré son visage, cela lui a coûté de se battre en duel avec mon cousin Tybalt, de le tuer et de s’exposer aux conséquences cruelles de la vengeance. Je n’ai que fort peu de choix, je suis ballottée par toute cette violence patriarcale qui me domine. J’ai autant de libre arbitre que toi, Marie-Ève, mais il est enfermé comme un petit oiseau effrayé dans ma cage thoracique et ne peut sortir que sporadiquement, dans le secret de ma chambrette.

Donc changer ma destinée, comme une femme de ton temps sait le faire, ne m’est pas possible. Je ne peux que refuser la portion de ma destinée qui violente mon intégrité. Et celle-ci nie le statut d’ennemi et donne le statut d’amant à un homme qui m’est tout. Pour ne pas transiger avec cela, même la mort me sera douce. C’est tout ce que je peux faire, mais je le ferai. La perte de l’intégrité de mon corps ne m’est rien car j’ai choisi, aussi librement que toi, de ne pas sacrifier l’intégrité de mon être profond à la brutalité et à la vénalité de Vérone…

Voilà. J’ai été des plus franches.

Juliette Capulet

.

Vous avez bien raison, chère Juliette.

Je réalise maintenant comment votre époque et la mienne sont bien éloignées. Nous sommes séparées par les années, mais surtout par nos mentalités. Je comprends très bien votre point de vue et je le trouve franchement honorable. De nos jours, les gens sont tellement plus lâches puisqu’il est si facile de recommencer à zéro: «je n’aime pas le métier que je fais, c’est pas grave je recommence», «je ne trouve pas mon partenaire parfait, c’est pas grave je divorce!» Voilà pourquoi je vous considère comme une jeune femme très courageuse.

J’ai une autre question pour vous, en lien avec la dernière: sincèrement, malgré tout, auriez-vous mieux préféré vivre à mon époque, avec la technologie, la rapidité de vie, et tous les changements?

Merci infiniment pour votre réponse précédente.

Bien à vous

Marie-Ève Charbonneau

.

Marie-Ève,

La seule chose que j’envie de ton époque est qu’on ne s’y bat plus en duel dans les ruelles des villes d’Italie pour un verre de trop ou la couleur d’un jupon de fripe. Mais on me rapporte que ton époque est terrible, avec des guerres dévastatrices, des armes à feu, des explosifs, des drogues dangereuses, des abominations qu’on fait faire aux enfants, des véhicules trop rapides qui prennent des vies, des nuages empoisonnés au-dessus des villes qui tuent les populations de mort lente, des clans rétifs et tentaculaires qui portent des noms étranges et rébarbatifs comme Pègre, Mafia, Entreprise…

Alors je ne sais pas, vois-tu. Entre les terreurs de mon époque et celles de la tienne, je me sens plus à l’aise avec une brutalité connue qu’avec une brutalité à découvrir… Cela ne te vexe pas, j’espère.

Accepte mes respects les plus intenses,

Juliette

.

21- FAIRE NOTRE LIT

.

Pourquoi sommes-nous obligés de faire notre lit tous les matins tandis qu’il est certain que nous allons le défaire le soir afin de nous recoucher dedans?

Superbanane

.

Poser la question, c’est y répondre. Il faudrait en effet pouvoir ne pas faire son lit le matin et admettre de le prendre comme il est le soir. Permettez-moi de vous exposer une version plus douloureuse et lancinante de votre question.

Pourquoi un Capulet tue-t-il un Montaigu en duel le matin quand il sait très bien qu’il va falloir, pour que le sang soit racheté, qu’un autre Montaigu tue un autre Capulet en duel le soir?

On en a un peu marre, en effet… Je vous suis parfaitement.

Je crois savoir qu’en votre temps on ne se battra plus en duel… Je vous annonce corollairement que ni moi ni ma nourrice ne faisons jamais mon lit… Je n’ai donc pas votre problème et vous n’avez pas le mien.

Mais notez que c’est encore Roméo Montaigu et moi qui trinquons dans l’affaire.

Mes hommages.

Juliette Capulet

.

22- VOUS OU UNE AUTRE…

.

Madame Capulet bonjour,

(Mais qu’est-ce qu’une Capulet? Une rose embaumerait tout autant sous un autre nom!)

Enfin, bref, la question que j’ai à vous poser est délicate, et j’espère ne pas vous froisser.

Seulement voilà: votre Roméo, saviez-vous qu’avant de vous rencontrer, il était prêt à mourir pour une autre femme? Hélas, celle-ci voulait rentrer dans les ordres et votre soupirant parla alors de s’enlever la vie, de désespoir.

Ce qui me porte à croire que Roméo n’était en fait qu’un dépendant affectif. Ou encore, un narcissique, beaucoup plus enclin à trépasser pour laisser à la postérité l’image d’un héros romantique qu’à quitter ce monde par réelle passion amoureuse.

Quant à vous, ne vous en êtes-vous pas éprise simplement pour contredire votre famille et échapper à un mariage forcé?

Ne m’en veuillez pas, gente dame, d’être si cynique, mais un psychiatre célèbre, Henri Laborit, a dit que l’amour n’était qu’un instinct territorial sublimé et je ne suis pas éloignée de lui donner raison.

Je vous remercie à l’avance pour votre réponse et vous souhaite une excellente journée,

Michèle Tremblay

.

Chère Michèle,

Un instinct territorial sublimé, ce n’est pas bête du tout comme idée. Reste encore, vous l’admettrez avec moi, à expliquer adéquatement la susdite sublimation, si l’on prétend circonscrire proprement l’amour… Or il y a quelques faiblesses et manques dans votre analyse.

D’abord je congédie sans retour le narcissisme. Je vous dis —au risque à mon tour de vous froisser— qu’on se demande un peu ce qu’il fiche là car il est en porte-à-faux complet avec l’économie, autrement assez cohérente, de votre raisonnement. Roméo est un tempérament bouillant, toujours prêt à festoyer avec ses amis, à tirer l’épée contre ses ennemis, à aider un vieil homme affaibli sous son faix ou un étranger égaré. Il n’est en rien narcissique, il ne pense en fait jamais à lui-même. Oubliez cette idée. Elle vous ferait errer.

Cela nous laisse avec Roméo comme dépendant affectif et moi comme fuyarde d’un mariage forcé. Il n’y a rien là de si faux, mais creusons quand même un peu la question. Roméo m’a tout de suite parlé de Roseline, sans rien me cacher de ce qu’avaient été ses émotions pour elle. Un dépendant affectif sincère reste un dépendant affectif, me direz-vous. Soit. Il n’y a pas de mal. Je ne peux vous répliquer que ceci: Roméo m’a confié que dès qu’il m’a vu, Roseline ne lui fut plus rien et je le crois. Ainsi, si sa susdite dépendance affective s’oriente maintenant exclusivement vers moi, inutile de vous dire que je saurai m’en accommoder…

Maintenant sur ma ci-devant fuite d’un mariage avec le comte Pâris, voilà une idée bien futuriste et un peu frivole quand même. Le comte Pâris m’a déflorée, il m’a fait femme avec douceur et respect. J’ai beaucoup de tendresse pour lui et j’y voyais un parti honorable, un homme doux et aimant en compagnie duquel il aurait fait si bon vieillir. De plus, il est de mon clan, il est riche et c’est une fine lame. Ces choses comptent beaucoup dans le Vérone de ce temps. Je n’avais donc rien de spécial à fuir. Or cependant, l’apparition de ce Roméo a complètement brouillé mes petites cartes. Je me suis retrouvée comme Iseult rageant devant Tristan après l’absorption erronée du philtre d’amour les liant pour jamais. Je ne veux pas de cet amour mais il me subvertit et me déchire. J’ai dû y céder malgré le plus élémentaire bon sens de mon temps, que je partage d’autre part de tout cœur. C’est cet amour que j’aurais bien voulu fuir mais, en ce soir fatidique de notre rencontre, c’était déjà impossible.

Maintenant avisez-vous du fait que le détail le plus criant qui manque à votre petite analyse de notre cas, Michèle, c’est celui de l’omniprésence de la mort violente dans mon monde. Roméo et moi sommes des ennemis de clans. Nous sommes foutus. Ils nous tueront, s’entre-perceront à cause de nous et nous le savons. Tout cela va se conclure dans un lupanar sanglant innommable. C’est affligeant au possible mais de fait nous nous en moquons, mon amant et moi, parce que nous ne pouvons plus vivre l’un sans l’autre. Tant pis donc. Tant pis pour nous, autant que pour tous ceux qui mourront à cause de nous. Que leurs corps rompus et frémissant s’empilent sur les nôtres.

Si notre incapacité à vivre l’un sans l’autre fait partie de la description de cette… territorialité de votre Monsieur Laborit, je l’accepte sans broncher. Ce savant du futur comprend sans doute ce genre de pulsion mieux que Roméo et moi, qui restons, l’un dans l’autre, des âmes simples du présent. Ce que ni ce monsieur ni vous ne comprenez mieux que des jeunes aristocrates du Vérone de 1554, par contre, c’est l’intensité prométhéenne de notre mépris de la mort. Celle-ci est épaisse et poisseuse comme le sang qui se figera très bientôt dans notre juvénile et palpitante gorge…

C’est que vous allez mourir très vieille dans un monde confortable, chère Michèle. Un monde ou l’homme et la femme ne valent pas mieux que des petits rongeurs hagards aux yeux rouges dans un dédale tout blanc.

Nous, non.

Mes respects,

Juliette Capulet

.

Dame Capulet bonjour,

Je vous trouve bien perspicace de faire cette référence aux petits rongeurs, car monsieur Laborit, justement, s’en est beaucoup inspiré lors de ses recherches.

Puis-je vous poser une autre question?

Que diriez-vous de cette maxime de La Rochefoucauld: «L’amour prête son nom à un nombre infini de commerces qu’on lui attribue, et où il n’a non plus de part que le Doge à ce qui se fait à Venise.»?

Merci à l’avance,

Michèle Tremblay

.

Je la trouve mieux informée sur l’amour que sur le Doge de Venise qui connaît ses affaires et celles de sa piétaille, bien plus que cet aphorisme ne le laisse à croire…

Juliette Capulet

.

23- ROMÉO, TON VÉRITABLE AMOUR

.

Chère Juliette,

Il y a une question que je me pose depuis longtemps: comment as-tu su que Roméo était ton véritable amour? Tu ne le connaissais pas et pourtant, tu savais que tu l’aimais.

Merci beaucoup de me répondre!

Valérie

.

Bonjour Valérie,

Tu poses ici une des questions les plus anciennes concernant les affaires de l’amour: comment aime-t-on sans connaître? J’ai envie de répondre: puisque cela arrive tout le temps, pourquoi poser la question? Mais je vais réprimer cette envolée taquine et m’expliquer au mieux, à l’aide d’un détour.

Oublions Roméo une seconde. Prenons le comte Pâris. Pâris est l’homme tendre et respectueux que mes parents voulaient me faire épouser. Il est le premier homme à m’avoir fait l’amour. Et, Valérie, il m’a traitée comme une reine. Il était impeccable. Le charme et l’intelligence fait homme. Une perfection de douceur et de gentillesse.

Après notre étreinte, qui fut on ne peut plus satisfaisante, Pâris m’a pris pantelante dans ses bras et m’a dit tendrement: «Juliette, je vous aime».

Je n’oublierai jamais le petit serrement de mon cœur à cet exact instant. Je ne connaissais pas encore Roméo à ce moment là, et pourtant j’ai répondu, dans un soupir triste, à cet homme que je me croyais vouée à convenablement épouser: «Comment pouvez-vous croire m’aimer? Vous ne me connaissez même pas!»

Intéressant quand même, non? En plein la question que tu poses! Et je comprends maintenant pourquoi elle a jailli de mon cœur dans les bras de Pâris: C’EST QUE C’EST LA QUESTION QU’ON POSE QUAND ON N’AIME PAS, C’EST LE SYMPTÔME CRIANT DE L’INEXISTENCE DU SENTIMENT D’AMOUR. La question que tu soulèves ne prend son importance réelle que quand il y a ABSENCE D’AMOUR. Elle requiert le vide qu’elle postule inévitablement puisqu’elle le comble par une recherche. Je veux dire par là que cette question cherche à combler par une compréhension diligente, respectueuse et attentive —une compréhension de tête— le vide cruel des sentiments pour un ami ou un inconnu trop assidu mais qu’on respecte quand même…

Or, quand l’amour est là, la question «aimer sans connaître?» n’a plus aucun sens.

Roméo, amant fou, fougueux et sauvage, est beaucoup moins habile que Pâris pour faire l’amour à une femme… Pourtant quand il m’a prise, j’ai explosé comme un fruit frais qu’on croque en été. Jamais la question «aimer sans connaître?» n’est sortie de ma gorge quand je griffais le dos de Roméo en me tordant dans ses bras. Il ne pouvait jaillir de la susdite gorge que des cris passionnels tandis que mes yeux se poissaient des larmes d’une émotion irrépressible et infinie. Sans réfléchir et sans poser cette question lui non plus, Roméo a fait de moi une folle, une folle en cheveux. Et, encore folle, je t’assure que je n’ai vraiment que faire de «connaître», «comprendre» ou «réfléchir»…

Je me fiche éperdument de ne pas «connaître» Roméo. J’en crève de l’aimer et c’est tout. C’est incompréhensible, mais c’est un fait. Je suis désolée de ne pas pouvoir m’en expliquer mieux. Il faut vivre cette fureur pour en voir l’incommensurable clarté. Connaître n’est rien, aimer est tout mais pour que cela soit, il faut qu’on aime…

Amicalement,

Juliette

.

Chère Juliette,

 Je vous remercie grandement de m’avoir répondu! Vos explications sont très claires et j’apprécie vos conseils. Je dois avouer que votre histoire avec Roméo est celle qui m’a fait le plus rêver. On doit vous le dire souvent!

Suite à ma première question, j’aimerais vous en poser une deuxième: bien avant de connaître Roméo ou le comte Pâris, aviez-vous déjà rêvé au prince charmant que vous alliez rencontrer un jour? Roméo correspond-t-il aux critères que vous vous étiez faits?

Merci beaucoup de prendre le temps de lire mes questions.

Au plaisir de lire votre réponse,

Valérie.

.

Non, Valérie, aucunement.

Avant que mes parents ne m’imposent le comte Pâris comme futur époux, j’étais folâtre, insouciante et ne pensais pas spécialement aux hommes. Je te rappelle que je n’ai jamais que quatorze ans. J’allais au concert, à la baignade, je tissais des couronnes de roses. Je dormais nue et en cheveux, mais c’était plus pour profiter de la douce moiteur de l’été que par ardeur sensuelle.

Pâris m’a approchée doucement, comme on approche un fauve. Il m’a instruite des mystères de la féminité adulte et je l’ai suivi dans ce monde, docile, soumise, obéissante, respectueuse. Le tout se vivait en toute rectitude, mais sans joie.

C’est une question importante qui tu soulèves ici, Valérie. Je sais que beaucoup de jeunes femmes ont de ces rêvasseries prospectives sur leur futur homme. Moi pas. Je ne me vouais pas spécialement à ces questions de la chair et du cœur. Je me laissais mollement porter par mon devoir d’enfant Capulet obéissant à l’ordre du père. Pâris n’a pas abusé de la situation. Ah, lui, il voyait clair.

Quand Roméo a tombé le masque ce soir-là, tout a volé en éclats. Mon absence de vie antérieure s’est pulvérisée. Ma vraie vie a débuté à ce moment exact. Le reste ne m’est rien. Ni fait, ni rêve, ni aspiration. Rien.

Juliette

.

24- AH JULIETTE!

.

Bonjour Juliette,

J’aimerais juste te dire avant tout que j’aime vraiment beaucoup ton histoire, même si elle est triste, elle me touche tellement!

Ce que j’aimerais savoir c’est ce que vous pensez du travail effectué par Claire Daynes et Leo DiCaprio dans le film un peu plus moderne de Roméo + Juliette? Pensez-vous que c’est trop moderne, avec les fusils et tout? Vous avez aimé le film au juste? Je suis très intéressée par vos opinions personnelles sur le film, mais moi je le trouve tellement bon!

O.K. Au revoir Juliette hihihi!

Merci de prendre le temps de m’écrire,

Emily

.

Bonjour Emily,

On m’a fait voir ce numéro de théâtre perpétuel que l’on regarde sur une petite lanterne. J’ai été incroyablement déroutée par ce monde hargneux et trépidant de Verona Beach. Mais l’évocation de la violence ambiante et la ferveur des deux protagonistes étaient tout à fait conformes aux terreurs et aux passions que je vis ici en 1554 dans la vraie Vérone.

Je suis en fait bien contente de ce spectacle, car j’ai l’impression qu’il t’aide à me comprendre et m’aide à envisager la possibilité lointaine de ton monde fulgurant et futuriste.

Juliette

.

25- CHÈRE JULIETTE!

.

Bonjour,

Je me nomme Julie Deveault. Je vais au collège Regina Assumpta. J’ai une très importante question pour vous. Je me pose cette question depuis que j’ai vu le film qui raconte votre histoire. Ma question est bien simple: quelles idées vous sont venues à l’esprit lorsque vous avez vu Roméo se tuer juste à côté de vous?

Merci d’avance pour votre réponse.

Julie Deveault

.

Bonjour Julie,

Tu sembles faire référence à des événements futurs de ma vie et ce, dans une des versions de mon existence. Tu comprends que, comme je suis un personnage de fiction ayant accédé à une dimension mythique, il y a un grand nombre de présentations de mon sort qui sont proposées.

Comme il s’agit ici pour moi d’événements futurs de ma vie effective, je vais te répondre en prospective plutôt qu’en rétrospective. Je dois, avant tout, faire observer que ton temps semble se faire une conception beaucoup plus tragique et catastrophique de la mort que le mien. Dans mon temps, les enfants meurent en bas âge, les femmes meurent en couche, il y a des razzias, des épidémies, des escarmouches dans les rues de Vérone, des règlements de compte, des vendettas innombrables, des accidents malheureux de toutes natures et des suicides.

La mort est proche de moi par réalité usuelle. Elle est aussi proche de ma conscience depuis que je suis amoureuse de mon ennemi, Roméo Montaigu. Je sais qu’on va l’attaquer, je sais que des menaces ont jailli sur son compte et sur le mien, je sais que je ne peux vivre sans lui. Toutes les possibilités de combinaisons de sort sont donc bien disposées dans mon esprit. C’est la conscience qui accompagne implacablement l’impuissance. Je regarde toutes ces éventualités aussi froidement les unes que les autres.

L’une d’entre-elles est que s’il meurt, je me tue. Il est donc clair que si je le vois occis près de moi, je m’occirai aussi. Je procéderai alors calmement, froidement, de préférence avec la même arme que lui, pour que son sang pénètre en moi au moment ultime. Je me frapperai alors sans peur de ce trait. Si on me représente pleurnichant, trépidant et paniquant en ce geste suprême, ce sera une version inadéquate de mon sort. La seule idée qui obnubilera mon âme au moment fatal sera la suivante: tant pis pour la vie. Sans Roméo, il n’y a plus de vie.

Juliette Capulet

.

26- COUP DE FOUDRE

.

Bonjour Juliette,

J’ai une petite question pour vous. J’aimerais savoir, honnêtement, à quel point vous aimiez Roméo. J’ai pu constater que vous avez vécu un «coup de foudre», mais comment ça marche ce fameux coup de foudre? Vous le connaissiez à peine, n’est-ce pas? Moi, je ne sais pas si je crois vraiment au coup de foudre, peut-être parce que je ne l’ai que partiellement vécu. J’essaie d’y croire, Juliette!

Alors, si vous aimiez vraiment Roméo, pourriez-vous m’expliquer ce sentiment, ce moment où la seule chose que vous voyez c’est l’autre personne qu’on nomme coup de foudre? Et si vous pouvez, s’il vous plaît, ne publiez pas mon nom sur Internet (seulement s’il est possible, sinon ce n’est pas grave), car ça me gêne un peu.

Merci beaucoup Juliette!

.

Ah, comment expliquer l’inexplicable, nommer l’innommable. Je ne connais pas Roméo très bien mais je le devine, je le suppute, je l’appréhende, je le «fantasme», comme on dit dans votre jargon moderne.

Cette émotion violente, inaltérable, incurable, échappe complètement à ma volonté. Ce n’est pas un calcul, une planification, un programme préparatoire, un projet de vie. C’est une folie, une hystérie, une merveilleuse maladie dont on ne veut pas guérir. Et elle est mutuelle, car Roméo est fou de moi aussi. Il en perd la tête aussi.

À «essayer d’y croire», tu perds ton temps, tu dilapides ta réflexion en tâtonnant à distance du gouffre insondable. Ne fais rien, ne fais strictement rien. Oublie ces histoires, renonce à ces efforts. Marche ton chemin dans la nuit de la vie. Si soudain tes membres se démantibulent et ton cœur explose, ça y sera: tu auras déjà basculé au fond du gouffre. Il n’y aura alors point de retour, car l’amour est un imprévu irréversible.

On ne construit jamais l’amour. C’est toujours lui qui nous détruit.

Juliette

.

Juliette,

Votre réponse est si belle… Merci beaucoup! Les sentiments que vous me décrivez, moi, je ne les ai jamais vraiment vécu honnêtement… Donc j’aimerais savoir: croyez-vous que tout le monde à quelqu’un pour lui ou elle?

Est-il possible de ne jamais vivre le grand amour?

Merci d’avance pour votre réponse et au revoir!

.

Oui, il est parfaitement possible de ne jamais vivre le grand amour. C’est une pure question de hasard ou de chance. Je ne suis même pas certaine de vous souhaiter cela, en plus…

Juliette

.

27- ROMÉO ÉTAIT-IL FAIT POUR VOUS?

.

Chère Juliette,

Plusieurs personnes croient que nous pouvons nous trouver un Roméo car elles croient qu’il nous attend quelque part et d’autres disent que tu fais simplement tomber en amour mais sans plus. Croyez-vous vraiment que Roméo était votre «prince charmant» et qu’il attendait quelque part? Comment pouvez-vous savoir qu’il était fait pour vous, s’il l’était?

Véro

.

Roméo ne m’attendait pas spécialement. J’aurais pu quitter Vérone avec mes parents, il aurait pu mourir en duel et nous ne nous serions jamais découverts. Je frissonne d’horreur à cette idée mais je suis obligée de la laisser occuper ma conscience car elle est le vrai cruel des possibles.

Je sais que Roméo est mien et que je suis sienne tout simplement comme on sait qu’on a faim, soif ou sommeil. Tout notre être corporel et spirituel penche naturellement vers l’assouvissement de cet état de manque et il n’y a pas de doute possible face à l’urgence paisible qui nous anime concernant le dit manque.

Juliette

.

Bonjour Juliette,

J’ai une autre question à poser. J’aimerais bien savoir à quoi on reconnaît l’amour? Et aussi comment as-tu reconnu toi-même ton amour pour Roméo?

Véro

.

L’amour vous transforme complètement. C’est comme si chaque atome de votre corps était refait dans une sorte de forge où il fait chaud et où le corps trépide et palpite. Comme cela n’arrive qu’en présence de l’aimé, inutile de te dire qu’on comprend tout de suite qu’il est la source d’une métamorphose si puissante et si indubitable.

Juliette

.

28- QUITTER LA VILLE

.

Chère Juliette,

Votre relation avec Roméo était difficile et même impossible. Pourquoi n’avez-vous pas juste quitté la ville avec lui pour vous faire une autre vie et vivre votre bonheur?

.

Christine

Mais nous envisageons toujours de le faire, Christine. Mon amant lui-même a fui dans une autre ville, après avoir tué mon cousin Tybalt en duel. Il ne m’a pas prise avec lui sur le coup parce qu’il avait une meute de spadassins des Capulet aux basques et craignait que je finisse percée du fer d’un satellite de mon propre père. Mais Roméo va revenir me chercher et nous ferons tout ce qu’il voudra, y compris fuir. Nos ennemis nous serrent de près, ce ne sera pas simple de sortir de Vérone. Je répugne personnellement à l’idée de fuir comme une chienne ou une souillon, mais au point où j’en suis, je ferai tout ce qu’il faudra pour ne pas être séparée de mon seul homme, Roméo.

Y compris mourir.

Juliette

.

Oui… mais il n’est jamais venu vous chercher!

Christine

.

Non, Christine! Il va venir, j’en suis certaine. Vos attaques brutales et cruelles sur la sérénité de mon amour ne me sont rien.

Juliette

.

29- LES ODEURS ET LES RELATIONS HUMAINES?

.

Chère Juliette,

J’ai souvent remarqué autour de moi que plusieurs facteurs affectent les relations que les gens entretiennent entre eux. Aussi m’est-il arrivé de me questionner sur la valeur de l’intervention des odeurs dans ces relations. Ne serait-il pas possible qu’une certaine odeur puisse nous attirer plus qu’une autre? Une odeur qui nous repousse pourrait-elle être la cause d’un froid entre deux personnes? J’apprécierais énormément avoir votre opinion sur ce sujet. Il ne s’agit que d’une hypothèse, et pourtant, quelque chose me pousse à croire qu’elle pourrait s’avérer vraie…

En espérant votre pensée à ce propos, je vous remercie d’avance

Julie

.

Les formes, les sons et les odeurs ne me sont rien, car j’aime.

Juliette

.

Chère Juliette,

Votre réponse, bien que d’une brièveté rare, m’a impressionnée. Que voulez-vous dire par aimer? Qu’est-ce que l’amour exactement pour vous? Je dois vous avouer que j’ai beaucoup de difficultés à imaginer qu’aucun son, qu’aucune odeur ou forme ne puisse influencer votre vision du monde, et que seulement l’amour vous guide. J’apprécierais, s’il est possible pour vous, un aperçu de votre vision du monde qui me semble très intéressante.

Au plaisir de recevoir une seconde lettre de vous,

Julie

.

J’adore la texture et le parfum des roses. La mandoline rend un son très pur qui me plaît grandement, presque autant que le doux chant d’une petite eau cristalline ruisselant au fond d’un jardinet. J’ai rencontré ces multiples sollicitations et d’autres encore quand j’ai été invitée au domaine du comte Pâris, quand il m’a gentiment prise et a doucement demandé ma main.

Mais, depuis que j’ai rencontré ce Roméo Montaigu qui me hante comme une sourde tempête gonfle un ciel de fin d’été, nul velouté, nul son, nulle couleur ne me perce si profond, ne m’atteint, ne me touche. Je suis insensibilisée à tout ce qui est autre que mon maladif, impulsif et tyrannique amour.

Juliette

.

30- TOMBER EN AMOUR EN DEUX JOURS

.

Chère madame Capulet,

Comment est-il possible de tomber en amour, de se marier, et de mourir pour quelqu’un en deux jours? Connaître une personne prend du temps. N’aurait-il pas été possible, qu’avec le temps, vous découvriez que Roméo n’était pas l’amour de ta vie?

Mamdouhmansour

.

Non, impossible.

Et je ne comprends pas cette importance excessive que vous assignez au facteur temps. L’amour est fulgurant. Il annule le temps.

Juliette Capulet

.

Comment pouvez vous dire que ce n’est pas important de prendre la peine de bien connaître quelqu’un avant de l’aimer? Toutes les qualités que vous recherchez dans un homme ne peuvent pas être découvertes en deux jours. Qu’est-ce qui vous a fait tomber en amour avec Roméo dès le premier instant ou vous l’avez vu sans même savoir qui il était?

Mamdouhmansour

.

Je tombe amoureuse, Mademoiselle. Je suis à vivre le moment cardinal de ma vie. Je ne suis pas en train d’acheter une vache laitière ou d’embaucher un laquais! Je me moque bien de ses défauts et de ses qualités. Il est là, mon ancienne vie vole en éclats et je n’existe plus que pour être sienne. Je ne sais rien de lui, sauf qu’il est d’une famille ennemie. Rien à foutre. Je l’aime. Je ne vis plus pour rien d’autre, en deux jours ou en deux mille ans. Je n’ai plus qu’une raison d’être: Roméo ou la mort.

Que dire de plus?

Juliette

.

31- UNE TOUTE PETITE QUESTION!

.

Bonjour Juliette,

J’ai lu la pièce dont vous faites partie et j’ai aussi assisté au film. J’aimerais juste avoir des réponses à mes petites questions si vous êtes capable d’y répondre. Ma première question existe, car j’ai réalisé que Roméo et vous tombez en un amour incontrôlable… mais comment est-ce possible d’aimer tant une personne à une vitesse incalculable… juste en les regardant pour la première fois.. Est-ce de l’amour vrai ou un simple coup de foudre?

Réécrivez-moi, je vous en prie! (ma note scolaire dépend de votre réponse)

Merci beaucoup!

Marina

.

C’est de l’amour vrai ET un coup de foudre, qui ne sont qu’une seule et unique même chose.

Juliette Capulet

.

Bonjour,

Merci de m’avoir répondu en si peu de délai…

D’après ce que vous m’avez répondu, pensez-vous que d’autres personnes auraient dit la même chose ou bien qu’elles auraient vu cet événement en portant des paires de lunettes différentes de celles que vous et Roméo avez partagées? Qu’est-ce qui vous fait dire exactement que c’était de l’amour vrai?

Merci.

Marina

.

Tristan et Iseult portent les mêmes lunettes que moi. Guenièvre et Lancelot aussi. Cléopâtre VII et Marc-Aurèle aussi. Il y en a une multitude d’autres. Ce qui me fait dire que c’est de l’amour vrai, c’est l’intensité de l’émotion, sa clarté, sa cruauté, sa débordante intransigeance.

Il n’y a pas de doute possible. J’aime et ne transigerai pas sur ce que j’aime.

Juliette

.

32- POURQUOI AIMONS-NOUS?

.

Selon vous, pourquoi aimons-nous? Et pourquoi aimer jusqu’à vouloir mourir?

jaysacidtest

.

Nous aimons parce que nous nions l’inertie de l’ordre social ambiant, et nous nous tournons vers le futur et vers les progrès insoupçonnés qu’il apporte. En aimant Roméo, j’aime mon ennemi et travaille ainsi avec mon cœur et avec mes entrailles à mettre en place l’ère où nos familles ne seront plus sous vendetta. Je le fais sans même vouloir le faire. Roméo aussi. Ce sont nos entrailles qui le font, malgré nous, malgré nos croyances de tête.

L’amour est une prospective… et l’amour fou est une prospective urgente.

Juliette

.

Merci de m’avoir répondu; j’ai beaucoup apprécié votre réponse à la fois véridique et joliment exprimée, elle a aussi suscité en moi d’autres questions à propos desquelles vous pourrez peut-être m’éclairer. Tout d’abord, l’amour est-il donc vraiment plus fort que nous? Et si c’est le cas, est-ce une puissance plus forte que tout? Nous fait-elle vivre?

jaysacidtest

.

Oui… mais cette puissance tutélaire nous détruit aussi…

Juliette

.

33- QUE REPRÉSENTE L’AMOUR?

.

Bonjour Juliette,

Tu es certainement l’une des meilleures références en ce qui a trait à l’amour: ton histoire est un classique et beaucoup de personnes souhaiteraient vivre une expérience comme la tienne. Je me demandais, que représente l’amour pour toi? Il me semble que c’est quelque chose de vraiment très puissant pour toi, au point d’y donner ta vie, ce qui me porte aussi à te demander que représente la vie pour toi.

Merci d’avance!

Jennifer

.

La vie, la vie. il faut voir quelle vie, Jennifer…

Je suis une fille de famille qui évolue dans un univers social où on se bat en duel et où on tue pour un rien. Je ne suis qu’un avoir foncier dans les transactions nobiliaires de mon père. On m’ordonne d’aimer. On me somme de mourir. La vie d’une femme de mon temps est un bien, sans plus…

J’ai en fait envie d’aimer et de mourir selon mes priorités et en conformité avec mes choix. Et je suis prête à en payer le coût. Comme il n’y a pas d’issue, je n’en cherche pas. L’amour représente l’affirmation de moi en l’amant de mon choix. Je ne transigerai pas sur cela.

Juliette

.

Chère Juliette,

Tout d’abord, merci beaucoup de m’avoir répondu aussi rapidement. J’étais bien heureuse de voir que j’avais un e-mail de Juliette Capulet. Deuxièmement, je dois dire que ta réponse m’embête un peu… Tu dis vouloir vivre selon tes priorités et en conformité avec tes choix; quels sont-ils?

J’ai remarqué aussi que quelqu’un t’avait demandé pourquoi faire son lit le matin si on est pour se coucher le soir, question que je me suis moi-même souvent posée. Serais-tu d’accord de dire, si on pousse la question encore plus loin, qu’on ne devrait pas vivre puisque l’on va mourir?

Merci encore!

Jennifer

.

Non, Jennifer. Je suis désespérée et révoltée mais je ne suis pas suicidaire. Je veux vivre avec l’homme que je choisis, pas celui qu’on m’impose. Je ne suis pas la propriété foncière de mon père. Je suis simplement un être autonome et affranchi qui mourra volontiers pour ne pas retourner à son asservissement mais comme on meurt en luttant chaudement dans une guerre libératrice.

Juliette

.

Chère Juliette,

Merci encore pour ta réponse. Cependant, je voulais te dire que je ne voulais aucunement insinuer que tu étais suicidaire, c’était simplement une question sur laquelle je voulais avoir ton opinion. Si je t’ai offensée en te faisant croire que je croyais que tu étais suicidaire, j’en suis sincèrement désolée. Alors merci encore de m’avoir répondu!

Jennifer

.

Je comprends parfaitement, Jennifer. Tu ne m’as pas offensée du tout.

Amitiés respectueuses,

Juliette

.

34- POISON TEMPORAIRE

.

Dites-moi, chère Juliette, pourquoi n’avez-vous pas dit à Roméo que vous alliez prendre un «poison temporaire» juste pour faire croire aux gens que vous êtes morte? Il n’y aurait pas eu de trouble et Roméo ne se serait pas empoisonné!

Amicalement vôtre,

Claudia

.

Roméo a dû fuir Vérone après avoir tué mon cousin en duel. Mes alliés lui ont fait transmettre la nouvelle par porteur, mais je crains, en vous lisant, que le messager ne se soit pas rendu jusqu’à Roméo…

Juliette

.

35- EN AMOUR DE L’AMOUR?

.

Chère Juliette,

Je voudrais savoir si vous êtes vraiment amoureuse de Roméo. L’amour à première vue, est-ce que ça existe réellement, et, de plus, est-ce que vous-y croyez encore, même après votre expérience?

Selon moi, se tuer pour un homme que vous connaissiez à peine me semble un peu aigu. J’ai l’impression que vous êtes plutôt en amour avec l’amour, et non avec Roméo. Soyons réalistes: il est impossible de savoir si une personne est compatible avec une autre après seulement quelques heures passées ensemble, encore moins si cette deuxième personne est soi-même (Comment pouvons-nous juger notre propre situation amoureuse sans être aveuglé par le béguin?).

Je suis désolée pour l’indiscrétion de ma question: vous ne regrettez sûrement pas votre décision, mais tout n’est pas perdu.

Merci de prendre le temps de me répondre!

Elisa  

.

Je suis amoureuse de Roméo et mourrai pour lui s’il le faut, Elisa, ceci est un axiome.

Ceci dit, je comprends parfaitement ce que vous dites à propos d’avoir un béguin pour un béguin. C’est un peu, voyez-vous, ce que j’ai ressenti pour le comte Pâris. J’aimais bien l’aimer, j’aimais bien vivre le sentiment d’amour de par lui.

Le coup de tonnerre qui m’a frappée quand j’ai aperçu Roméo a pulvérisé tout cela. Soyons réalistes, comme vous dites, et, l’étant justement, je soupçonne que vous ne comprenez pas la paix et le détachement de cette immense certitude que j’ai en l’amour, simplement parce que, pour le moment, vous n’avez vécu que les béguins que vous décrivez…

Respectueusement,

Juliette

.

36- AMOUR SECRET

.

Bonjour,

J’aimerais savoir pourquoi il faut autant souffrir quand on est en amour? Je sais que personne ne va jamais comprendre la souffrance que vous avez vécue, mais l’amour n’est-il pas supposé être la plus belle chose qui nous arrive? Alors, ce que j’aimerais vraiment savoir, ce sont les sentiments que vous avez ressentis lorsque vous et Roméo étiez en amour par-dessus la tête et que vous étiez obligés de vous cacher, comment avez-vous vécu cet amour quand tout le monde était contre?    

Emmanuelle

.

Bonjour Emmanuelle,

D’une façon remarquablement cohérente, votre seconde question répond partiellement à votre première. Pourquoi souffre-t-on tant dans l’amour? À cause de la pression de l’entourage. C’est lui qui nous tourmente, nous déchire, nous renie, nous agresse, nous juge et nous comprend mal.

Comment avons nous vécu cela Roméo et moi? Très calmement, vous savez. Un peu comme des voleurs ou des jocrisses qui préparent leur prochain méfait sous une poterne obscure, avec toute la sérénité des gens du métier qui ignorent la peur de l’adversité. Une sorte de courage de forbans nous anime et nous ne craignons pas nos ennemis. Notre posture à leur égard est froide plus qu’autre chose. Il y a un très vieux proverbe sicilien qui dit: «Ne déteste pas ton ennemi, cela embrouille le jugement». Nous l’appliquons sans même le vouloir ou nous y efforcer.

Les Montaigu et les Capulet ne nous suscitent aucune passion particulière. C’est dans les bras l’un de l’autre que nous vivons l’intégralité de notre passion.

Vôtre,

Juliette Capulet

.

37- LA SEULE SOLUTION

.

Bonjour Juliette,

Est-ce que vous pensez que la seule solution à votre amour, qui était presque impossible, était vraiment le suicide? Avez-vous pensé que peut-être une autre solution aurait pu vous sauver afin d’être ensemble, ou est-ce que c’était la seule solution pour être ensemble pour l’éternité?

Merci beaucoup, s’il vous plaît, de me répondre.

Elisabeth

.

Bonsoir Elisabeth,

Je ne suis pas encore morte. J’envisage donc pour mon amour, comme tu dis, toutes les solutions. L’aveu public, la fuite, la clandestinité, le mariage, le concubinage. Tout. Je suis ouverte à toutes les options, sauf une.

Il n’est pas question que je vive sans Roméo. Si Roméo quitte la ville, je le suis. Si Roméo quitte la vie, je le suis aussi. C’est une simple question de sereine cohérence de l’intégrité et de l’intégralité d’amour…

Mais —entre nous!— si Roméo vit, je veux vivre aussi. Je suis une amoureuse, pas une suicidaire. La nuance est de taille!

Amicalement,

Juliette

.

38- UN COUP DE FOUDRE PEUT-IL ARRIVER?

.

Chère Juliette!

J’aimerais savoir si avoir le coup de foudre pour quelqu’un peut vraiment arriver? Quand vous avez rencontré Roméo pour la première fois, avez-vous su instantanément qu’il était l’amour de votre vie? Et croyez-vous que nous ayons tous une âme sœur quelque part dans le monde?

Merci de me répondre.

Myriam

.

Oui, à la première et à la seconde question. Non à la troisième.

C’est pour cela qu’il faut me croire sur parole à propos de mon amour de Roméo. Tous n’ont pas la chance que nous avons en matière d’amour. Après tout, nous avons fait la légende…

Juliette

.

39- DEUX FAMILLES QUI SE DÉTESTENT

.

Bonjour Juliette,

J’ai cru comprendre que Roméo et vous avez vécu votre amour dans le secret et avez vécu chaque jour dans le bonheur, mais je voudrais savoir pourquoi vos deux familles se détestaient tant et pourquoi empêcher le bonheur de leurs enfants?

Manou

.

Je suis contente que notre histoire se termine ainsi pour toi. Ce n’est pas l’opinion de tout le monde, alors là… Nos familles sont des clans féodaux. L’épanouissement de leurs enfants n’est pas une valeur pour eux. Ils se battent depuis des décennies pour une embrouille de propriété foncière dont, étant une femme, j’ignore la nature. C’est un conflit bien virulent, bien dommageable et bien emmerdant. Même le vice-roi de Vérone commence à en avoir passablement marre des rixes des Montaigu et des Capulet…

Juliette

.

40- SE DONNER LA MORT

.

Comment l’amour peut-il être à ce point intense qu’on puisse vouloir se donner la mort pour l’autre?

Sophie Bretonne

.

C’est qu’on est déjà morte de par la mort de l’autre. Discutez de cela avec un adulte qui a perdu un enfant. Il vous expliquera cela avec une clarté effarante.

Juliette

.

41- COMMENT?

.

Chère Juliette,

Sache d’abord que votre histoire à toi et à Roméo est une des histoires d’amour qui m’a le plus touchée. Cependant, je dois t’avouer que je ne crois pas vraiment au coup de foudre. J’aimerais que tu m’expliques ce que tu as ressenti au moment où tu as vu Roméo pour la première fois et comment tu as su qu’il était le bon? Merci!

Rose-Lyne

.

C’est comme… une drogue, une drogue violente, euphorisante, faisant exploser en moi des sensations inconnues, éperdues, folles. Je suis désormais une accro de cette drogue. Il me la faut à tout prix, peut importe l’impact destructeur. Je me fiche éperdument de tout le reste. Cette drogue, c’est Roméo Montaigu.

Juliette

.

Chère Juliette,

Lors de ma dernière lettre, je vous demandais de me décrire le coup de foudre et vous l’aviez comparé à une drogue violente. Premièrement, je tiens à vous remercier de votre réponse si rapide, en deuxième lieu, j’aurais une deuxième question à vous poser, suite à votre réponse. Si vous n’aviez jamais rencontré Roméo, auriez-vous quand même épousé Pâris, ce jeune homme beau et riche que vos parents voulaient vous imposer?

Merci d’avance!

Rose-Lyne

.

Bien sûr, absolument. Le comte Pâris est charmant. J’ai beaucoup de respect pour lui. Et c’est un amant dont plus d’une rêverait… Nous aurions eu notre petite vie pénarde de noblaillons. Cela aurait été juste parfait.

Si seulement il n’y avait pas eu ce Roméo et cette folie incontrôlable qui m’exalte et me brûle en dedans… Mais ce qui est, est. Roméo me tient maintenant. Il fera de moi ce qu’il voudra. Je m’en moque éperdument. Je suis sienne pour toujours.

Juliette

.

42- COMMENT SAVOIR?

.

Bonjour, comment as-tu su que c’était Roméo l’homme de ta vie?

Salameche

.

J’ai senti que mon cœur faisait explosion, que mes yeux s’exorbitaient, que mon souffle s’interrompait. L’évidence tranquille s’est alors installée en moi sans le moindre doute possible. Elle y restera jusqu’à ma mort.

Juliette

.

43- AIMERAIS-TU ÊTRE DANS NOTRE ÉPOQUE?

.

Chère Juliette,

Je voudrais te demander si tu aimerais être dans notre époque parce que dans le 21ième siècle, je serais certain que tes parents et ceux de Roméo auraient accepté votre amour?

Bill Wong

.

Ton époque est un terrible enfer. Mais, dans mon état d’esprit actuel, je voudrais être à n’importe quel endroit où je pourrais vivre avec Roméo, même l’Enfer.

Juliette

.

Chère Juliette,

Pourquoi dis-tu que mon époque est l’enfer?

Bill Wong

.

Va lire au complet l’échange numéro 20 intitulé SOYEZ FRANCHE et tu verras plus clair sur ton époque vue du Vérone de 1554…

Juliette

.

44- GENRES D’AMOUR

.

Selon vous, l’amour qu’on peut avoir pour un enfant est-il le même que celui qu’on a pour son petit ami?

Sophie Bretonne

.

Non. L’amour de notre enfant est prudent, abnégatif et chaste. L’amour de notre amant est libérateur, non-abnégatif et bouillant du désir le plus violent. L’amour de l’amant illumine notre vie. L’amour de l’enfant la consolide. L’amour de l’enfant est un devoir heureux. L’amour de l’amant est une folie joyeuse.

Juliette

.

45- LES BONS CHOIX

.

Chère Juliette,

Tu as eu beaucoup d’obstacles à parcourir dans ta vie. De plus, tu as dû faire face à beaucoup de choix difficiles. Peut-être pourras-tu m’éclairer sur un sujet. Comment fait-on pour savoir si nous faisons les bons choix dans notre vie? Comment peut-on incorporer les obstacles sans qu’ils fassent obstruction à notre plan initial? Comment vivre notre vie sans regrets?

Merci

Tina I.

.

Comment fait-on pour savoir si nous faisons les bons choix dans notre vie? En restant toujours à l’écoute de nous-mêmes. Notre corps, nos entrailles, nos tempes nous crieront toujours si nous nous sommes trahies ou si nous nous sommes respectées. Comment peut-on incorporer les obstacles sans qu’ils fassent obstruction à notre plan initial? Nous ne le pouvons tout simplement pas. Ledit plan initial vole toujours en éclats et il faut se rajuster en permanence. Comment vivre notre vie sans regrets? En ne transigeant jamais avec notre intégrité, quitte à mourir pour avoir voulu vivre notre propre vie.

Juliette Capulet

.

Chère Juliette,

Je comprends qu’il faille se rajuster lorsque notre plan initial dévie de ce que nous voulions. Cependant, quelquefois, nous ne savons pas nécessairement que quelqu’un est en train de jouer dans notre dos pour nous faire dévier volontairement. Aurais-tu une idée sur la façon dont aujourd’hui on peut être plus au courant de ce qui se passe et comment on peut arrêter l’action avant qu’elle ne nous nuise?

Merci

Tina I.

.

Non, Tina. Je sais parfaitement que des choses comme celles que tu décris m’arrivent en ce moment même et je suis complètement démunie face à de telles manifestations de la cruauté immonde de l’humain. Si tu as des idées sur la question, je te supplie de m’en faire part. Je sens bien que ma vie est en danger de par l’action occulte de mes ennemis et de ceux de Roméo qui, par-delà leurs propres conflits, sont en fait les mêmes.

Juliette

.

46- POURQUOI NE PAS FAIRE UN ROMÉO DE MOI-MÊME…

.

Mon trésor
Ta voix sonne comme de doux accords
Ta présence, embellit le décor
Tu vaux encore mieux que de l’or

Mais il faut que je te dise quelque chose
Trouver ce que je veux te dire en prose
C’est loin d’être facile
J’espère ne pas paraître trop imbécile

Désolé mais ton chien plissé
J’en suis épuisé
De rire depuis que je l’ai observé

Vraiment si, comme tu dis, c’est «cute»
Et que moi aussi… Eh bien, il faut vite que j’aille me cacher dans une hutte!
Non, non, non, je ne veux pas de dispute
Car pour toi, je serai prêt à n’importe quelle culbute

Sache que pour moi, c’est toi la plus jolie
Je serai prêt à faire mille et une folies
Pour ne pas voir cette mélancolie
À cause de deux trois malpolis

Donne-moi ta main,
Car avec moi, il y aura toujours un lendemain
Ha! C’est sûr que je ne suis pas bien malin
Et que je n’ai pas la «shape» d’un Gréco-Romain
Mais pour te conquérir, je ferai des efforts surhumains

Donne-moi une preuve
Que notre amour survivra à toutes les épreuves
Car j’ai bien peur
Que ce Roméo se transforme en kidnappeur
Qu’il t’enlève loin loin de mon cœur
Et qu’il s’en déclare vainqueur

Rien ne peut être comparé à ma jolie
Qui me permet de sortir toute ma folie
Une beauté hors du commun
Aussi doux que le parfum

Tendre amour
Qui vaut mille et un détours
Légère comme le velours
Toi que j’aimerai toujours

Tous les jours, tu survis
En te demandant comment tu réussis
À contrer tous ces moments indécis
Continuer d’espérer, que ça soit enfin fini

Puis il suffit de penser à toi
Toi et ton joli minois
Ne me demande pas pourquoi
Tu as un je-ne-sais-quoi
Qui fait… que tu es toi

Il n’y a rien qui me ferait plus plaisir
Qu’une journée avec toi
Il n’y a rien d’autre qui m’aiderait à survivre
Que de t’avoir enfin dans mes bras

Oui ce ne sont que des mots
Mais Dieu sait que tu les vaux
Je sais que des fois j’agis en sombre idiot
Je pourrais faire tellement plus gros

Pour te prouver que rien n’est un complot
T’éviter tous ces sanglots
Et cesser d’avoir cette peur, que tu me tournes le dos
Ha! mais c’est vrai ici c’est rigolo

Donc faut faire sortir le petit côté diablo
Cessons ce petit moment avec ce trémolo
Et attachez vos tuques avec ce méli-mélo
Juliette, je rêve, ou tu as pris des kilos?

Je crois que tu as abusé du MacDo
Et que tu as laissé tomber ton vélo
Désolé de te le dire… mais tu as quelques livres en trop

Ha zut, j’ai confondu
Maudit que je suis tordu
Ce n’est pas Juliette… mais bien sa voisine la dodue
Ha! je mérite d’être pendu
Pour avoir créé ce malentendu

Non, Juliette n’est pas grosse
Il n’y même pas trace de cellulose
Son corps m’hypnose!
Je suis mieux de dire ça, si je ne veux pas d’ecchymoses…

Anonyme

.

Monsieur,

Voilà des vers un peu raboteux mais qui ne manquent pas de panache. L’ironie et la tendresse s’y côtoient avec une verdeur qui laisse à deviner un esprit libre et badin, ce qui n’est pas sans m’amuser en cette longue nuit d’attente si tendue et si triste. J’ai quelques difficultés de compréhension mais elles ne me contrarient pas excessivement car elles font partie de la musicalité étrange et barbare de l’ensemble. Je m’en tiendrai donc à une seule question: qu’est-ce donc que mon «chien plissé»? Merci de ce beau geste.

Juliette Capulet

.

47- L’AMOUR

.

Chère Juliette,

J’ai besoin de ton aide. Mon histoire ressemble un peu à la tienne. J’ai eu le coup de foudre pour un garçon il y a quelques semaines et j’en suis amoureuse. Le problème, c’est qu’on ne se connaît pas et qu’il est très timide. En dépit des approches que j’ai tentées, il n’a jamais rien fait de son côté. Que faire? J’aime un homme qui ne me voit même pas. J’espère tout de même que notre histoire sera aussi belle que celle que tu vis avec Roméo.

Amicalement

Valérie

.

Fonce, Valérie.

Attends qu’il soit seul (les jeunes gentilshommes ont tendance à être matamores et persifleurs en meute. Je suis certaine que cette habitude persiste chez les garçons de ton temps). Plante-toi alors devant lui et dis-lui: «Je t’aime. Je suis amoureuse de toi depuis la première minute ou je t’ai vu. Je suis tienne. Je te suis féale. Fais de moi ce que voudras. Je me donne à toi sans détour». Parle de façon sobre, directe, sans minauderie. Fais sentir ta détermination, ton port, ta froide certitude.

Il tombera immédiatement ou il fuira. S’il fuit, laisse-le courir. Il reviendra, s’il aime aussi. Sinon, c’est simplement qu’il ne te mérite pas. Peu te vaudra. Tu auras au moins su jouer sec au jeu de cartes du cœur.

Ce qu’il faut surtout, c’est ne pas laisser sa timidité déteindre sur toi. Il en est donc assez des signaux secrets et sous-entendus. Le moment est arrivé de l’approche directe. Cela passera ou cela cassera. Comme toujours dans les affaires de l’amour.

Tiens-moi au courant de la suite. Je m’intéresse beaucoup aux amoureux du futur.

Juliette

.

Chère Juliette,

Merci pour ton conseil mais ne crois-tu pas qu’il pourrait me prendre pour une folle? Après tout, il ne me connaît même pas.

Et toi, comment as-tu su que Roméo t’aimait?

Amicalement

Valérie

.

Absolument.

Il va te prendre pour une folle de la folie d’amour. Pourquoi t’en inquiéter. C’est exactement ce que tu es, sauf si tu hésites et tergiverses. Ce n’est alors là qu’un béguin sans importance et sans intérêt.

J’ai su que Roméo m’aimait quand son regard a croisé le mien. Je ne me suis pas immédiatement jetée dans ses bras parce que nos familles sont ennemies et qu’il y avait des spadassins armés d’épées dans la salle de bal. Je ne voulais pas que ça dégénère en rixe et que l’amour de ma vie risque d’être percé à cause de moi.

Mais je te jure que, dans mon cœur, j’étais sa féale dès la première seconde. Sa servante, sa houri, sa femme en cheveux, sa… sa folle.

Il ne faut pas transiger sur ces choses. Jamais.

Juliette

.

48- TYBALT

.

Chère Juliette,

Es-tu au courant que ton cousin Tybalt t’aimait en secret? Quelles relations avais-tu avec lui? En as-tu voulu à Roméo de l’avoir tué?

Amicalement

Valérie

.

Valérie,

Tybalt était un boute-feu impénitent, un cherche-querelle, un bretteur incorrigible. Il est mort comme il a vécu. Je n’ai ni pitié ni respect pour les spadassins, même s’ils sont titrés. Qu’ils assument les conséquences de leurs actes violents. Tybalt en a tué bien d’autres avant d’y passer lui-même. Ce n’est là qu’un épisode parmi tant d’autres de la violence endémique de Vérone. Roméo a défendu sa vie et je préfère infiniment sa survie à celle de Tybalt, malgré le coût terrible que nous risquons de payer lui et moi pour ce geste légitime. J’aurais évidemment voulu que cette passe d’armes n’ait pas lieu mais c’est strictement parce que je suis profondément lasse de toute cette violence inutile et sanglante de coqs de combat.

Je suis suprêmement indifférente aux sentiments de Tybalt à mon égard, quels qu’ils aient été. Mon allégeance entière est à Roméo, nul autre.

Juliette

.

49- ALICE ET JULIETTE

.

Ah Juliette, Belle Juliette, Comme je vous admire, belle, jeune, innocente, amoureuse. Comme votre histoire me touche profondément… Et comme vous seule pouvez me comprendre. L’amour, qu’est ce que l’amour? Ce sentiment qui nous traverse, qui même nous transperce de part en part et nous achève, parfois. Belle Juliette, comment donc supportez-vous l’absence de Roméo? Comment faites-vous pour tenir loin de lui? Occuper mon esprit à autre chose? Penser à lui? Comprenez, chère Juliette, que je me pose plus ces questions à moi-même que je ne les pose à vous. Mais elles sont sans réponses, malgré le fait que je cherche. Je suis tellement admirative de votre personne que je ne voudrais vous importuner…

Sincèrement vôtre,

Alice Asbury, Londres

.

Chère Alice,

Vous ne m’importunez aucunement. C’est un plaisir et un honneur de communiquer avec vous. Vous me faites si bien sentir, à un demi-millénaire de distance, l’impact inaltérable des émotions éternelles. Je ne m’occupe pas à «autre chose» qu’au sentiment qui me lie à mon amant. Tout ce que je fais, tout ce par quoi j’existe se définit et s’articule par le fait de l’aimer. Chaque petit geste du quotidien est un cérémonial en hommage à cet amour. Chaque parole, chaque soupir est l’hymne éclatant d’une femme trouvère à son damoiseau adoré. Ce dernier me manque évidemment terriblement, cruellement. Le mien s’appelle Roméo. Le vôtre s’appelle comment?

Juliette

.

Ma chère Juliette,

Votre plume m’enchante, sincèrement. J’apprécie beaucoup votre écriture. Elle me semble magique. Vous me donnez une définition si poétique que cela me transporte. J’ai remarqué, effectivement, que quoi que je fasse, quoi que je dise, mes pensées sont toutes pleines de lui, même si mon action momentanée n’a absolument aucun lien avec cet être que j’aime, que j’idolâtre par-dessus tout. Je ne veux pas vous faire de peine, mais cela me fait tellement plaisir que je me sens obligée, mon esprit me pousse à vous dire: demain je vois mon bien-aimé. Que je suis heureuse! Cet homme qui est le sens de ma vie, l’unique sens de ma vie, cet homme qui enchante mes jours, je vais enfin pouvoir le voir à nouveau, sentir sa fragrance, pouvoir goûter à ses lèvres… Il s’appelle Robin.

Sincèrement vôtre,

Alice Asbury, Londres

.

Vous ne me faites pas de peine, voyons, chère Alice. Au contraire, C’est vous qui me transportez de joie. Je n’ai aucune peine à tirer du fait que voici une femme comme moi qui vit sereinement les ardeurs de son amour… moins la vénalité de Vérone, moins les spadassins brutaux qui s’interposent, moins le patriarcat intransigeant qui strangule, moins le désespoir et l’angoisse du petit pépin cruel érigé bien malgré lui au statut insupportablement intemporel de tragédie. Vous me confirmez que mon ordre fluet et terrorisé a malgré tout vaincu celui de la brute masculine dont l’omnipotence aristocratique n’est qu’un leurre ensanglanté et méprisable. Alice qui m’écrit librement sur Robin depuis ces siècles lointain du futur, c’est Juliette et Roméo, inaltérables dans leur amour et enfin affranchis de leur drame ronflant de petit fait divers minable. Je ne peux qu’en ressentir un immense plaisir. Mieux, si vous m’excusez le mot un peu cru, mais nous sommes déjà entre amies: de la jubilation! Je suis très très heureuse pour vous, Alice. Aimez, aimez et n’ayez cure. Je suis vôtre à jamais car vous me réalisez, m’épanouissez, m’incarnez par ce libre amour. C’est tout simplement merveilleux.

Juliette

.

Ma chère Juliette, vous êtes vraiment une femme admirable. Votre manière d’exprimer vos idées et sentiments est, je me répète, magique. Pensez-vous à écrire quelque poème, roman ou essai? Oh oui, nous sommes déjà entre amies. Hier je suis revenue chez moi, après avoir passé quatre jours avec mon bien-aimé. Sans même avoir eu votre message, j’ai suivi votre conseil. «Aimez, aimez et n’ayez cure». Vous avez tellement raison. Pourquoi se poser tant de questions, au fond? Vivons notre amour du mieux que nous pouvons, et ne prenons pas garde aux quolibets extérieurs. Vous me voyez enchantée, Juliette, de savoir que je vous incarne, dans mon siècle du futur. Je vous en prie, parlez-moi de votre époque. Pour nous, gens du futur, votre époque est assez floue, assez magique je dois dire. Mais j’admire les époques du passé. La brute masculine est effectivement méprisable. À quoi sert d’être fort physiquement si l’on est faible intellectuellement? L’intellect a des chances de l’emporter sur le physique.

Sincèrement Vôtre,

Alice Asbury

.

Là, Alice, comprenez que pour vous parler de mon… temps, je me vois obligée de vous parler de mon… plan. C’est une grosse faveur que je vous fais là, parce que c’est vraiment très angoissant pour moi de m’ouvrir comme cela. Mais une femme compréhensive et subtile comme vous devrait voir ou je veux en venir.

Je suis censée exister à travers un numéro de tréteaux que ce cher Shakespeare construisit, en 1595, comme une farce mais qui (semble-t-il) se termine en tragédie. Or le fait est que Shakespeare a tiré son histoire d’un poème narratif intitulé «Tragical History of Romeus and Juliet» écrit en 1562 par Arthur Brooke. Ce dernier a tout pompé d’une nouvelle de Matteo Bandello écrite en 1554 (d’où la date de ma présente signature). Matteo Bandello tient lui-même son précieux avoir d’un certain Luigi da Porto qui, dans son «Istoria novellamente ritrovata di due Nobili Amanti» donne à mon histoire sa forme moderne en introduisant les noms Romeus et Giulietta et en nous installant à Vérone (d’où mon présent lieu d’existence). C’est qu’avant cela, nous nous appelions Mariotto et Gianozza et notre drame avait lieu en 1476 à Siena, sous la plume d’un dénommé Masuccio Salernitano qui, lui-même, a tiré le gros de son inspiration de différentes sources populaires dont le fil se perd dans un passé encore plus fumeux…

Vous me comprenez Alice, parce que vous êtes mon amie, même si vous, vous avez la chance immense de ne pas subir ce petit problème existentiel. C’est vraiment épouvantable d’être un personnage de fiction et de voir ainsi le tout de son existence s’effriter comme plâtre quand on cherche à en faire la genèse… Vraiment, cela me terrorise. Alors j’ai tiré mon trait à peu près au milieu:

Vérone, 1554, comme dans la nouvelle de Matteo Bandello. Voilà: on n’en parle plus. Ça ne vous dérange pas, j’espère? Vous n’allez pas vous mettre à me prendre pour une petite menteuse simplement parce que je suis fictive. Il y a plus que cela entre nous, n’est-ce pas? Je vous confie tout cela justement parce que je sens votre finesse et votre mansuétude. C’est un secret terrible, mais il vous aidera à comprendre pourquoi je n’écris pas des poèmes, des romans ou des essais. C’est que je ne suis pas celle qui écrit, mais celle sur laquelle on écrit. C’est mon lot. Je l’assume. Bon, je me répète: il ne faut plus en parler. C’est bien trop douloureux pour moi de faire craquer mon intégrité comme cela. Même pour le bénéfice de quelqu’un d’aussi bien que vous.

Ah, Vérone en 1554, Alice. C’est si joli. Nous relevons de la suzeraineté des Doges de Venise, mais nous sommes à mi-chemin entre cette dernière et Milan, ce qui fait de nous une des fleurs les plus suaves de l’Italie du Nord. Nous avons de belles montagnes et des ruines romaines absolument superbes. La vie ici est douce, indolente, paradisiaque, surtout si on est de l’aristocratie…

Ah! si seulement je ne brûlais pas de ce fol amour qui m’attire tant d’avanies brutales. Mais, dites moi, chère amie, on dirait, à vous lire, que je ne suis pas la seule dans ce pétrin. Vous me ressemblez encore plus que je ne le pense. Ne parlez vous pas de «quolibets extérieurs» s’interposant dans votre amour?

Voudriez vous m’en dire un mot?

Votre Juliette (bien réelle malgré tout)

.

Ma chère Juliette,

Que de précisions vous me donnez là! Moi qui suis une admiratrice de Shakespeare, et une admiratrice de sa pièce «Roméo et Juliette», je ne pensais pas que cette histoire venait de si loin! Vraiment, je vous remercie du fond du cœur de cet «historique», qui me ravit. Je vais vous avouer quelque chose: cela fait quatre ans maintenant que je prends des cours de théâtre, et mon rêve est d’interpréter le personnage de Juliette sur les planches, ou tréteaux comme vous les appelez. Et je vous remercie aussi de m’avoir avoué tout ça, ça me touche beaucoup. En effet quelle difficulté cela doit être de ne pas savoir où se placer. C’est promis, je ne vous en parlerai plus. Je ne voudrais pas vous faire de peine.

Comme vous décrivez admirablement Vérone, Juliette. C’est si poétique. Ah si je pouvais la voir de mes propres yeux!

Oui, je vous parlais tantôt de «quolibets extérieurs»… Disons que même à mon époque, quand on est encore jeune, on subit la dictature parentale. Ah que n’ai-je deux années de plus! Ce serait tellement magnifique… Voyez-vous, Robin et moi sommes séparés par quelque deux cents kilomètres. Je comprends bien que mes parents comme les siens refusent de faire deux cents kilomètres en voiture pour nous emmener chez l’un, chez l’autre. Mais ils refusent le train. Ils refusent que nous communiquions trop (notre moyen de communication est Internet, vous connaissez?), se moquent de moi. Cela m’est insupportable, car je sais que Robin est l’homme de ma vie. Cela peut sembler ridicule comme qualification, mais c’est la vérité. C’est si difficile. Si tout se passe bien, dans deux semaines je pourrais le revoir. Sinon, il me faudra attendre cinq semaines… C’est bien difficile parfois, mais le véritable amour surmonte toutes les limites! Comment faites-vous, de votre côté?

Votre Alice.

Pour moi, vous êtes bel et bien réelle, ma chère.

.

Chère Alice, chère amie,

Nous ne sommes plus censées en parler, mais je dois quand même faire allusion au fait que je vous suis profondément reconnaissante de me rappeler que des actrices et des ballerines me permettent de me perpétuer à travers elles depuis bientôt un demi-millénaire. Leur ardeur et leur générosité me sont un mystère aussi opaque qu’émouvant. Si jamais vous deveniez l’une d’entre elles, ce serait pour moi un immense honneur. Nos cœurs battraient ensembles et nous existerions, même fugitivement, en une vie unique. Ce serait suprêmement exaltant. Je vous le souhaite et me le souhaite de tout cœur. Voilà. Ne parlons plus de cela. Cela me terrorise vraiment trop.

Venons en plutôt au problème que vous abordez. Pour comprendre les choses très compliquées que vous me racontez, j’ai dû faire appel au tout dévoué Cappel in Mano [littéralement «Le chapeau à la main», en Italien du Nord. Il s’agit de notre Chef Recherchiste René Podular Pibroch, dit Chapeau Bas. – Note de DIALOGUS], dont le savoir encyclopédique est consacré, en ce forum DIALOGUS, à guider les personnalités quand vous, correspondants du futur, commettez, sans le faire exprès, des anachronismes. Grâce aux patientes explications de Cappel in Mano, je comprends qu’il y a, entre votre amant et vous, une distance correspondant à peu près à la distance entre Vérone et Florence. Je croyais initialement que vous vouliez parcourir cet abîme insondable en voiture de poste et, pour tout vous avouer, je comprenais un peu vos parents d’hésiter à se lancer dans un voyage de cinq jours sur une route certainement cahoteuse et bien peu sûre. Cappel in Mano m’a alors expliqué que la «voiture» en question, dans votre propos, est un véhicule à traction automate ultra-rapide du futur qui, grâce aussi à une incroyable amélioration des voiries, couvrirait ladite distance en environ deux heures. Pour la suite, je dois vous citer in petto le dialogue entre l’encyclopédiste et moi, pour que vous en goûtiez le sel. Ce dialogue s’est effectué, un peu comme le nôtre, grâce à cet «Internet» auquel vous avez fait allusion, sans que je sache exactement comment car, pour ma part, je gratte le tout de ma partie à la simple plume d’oie…

Juliette: Très bien. Je vois. C’est formidable comme progrès. Et dites moi donc un peu maintenant, mon bon, ce que c’est qu’un «train»?

Cappel in Mano: C’est un long véhicule articulé, monté sur de solides madriers de fer et qui peut transporter des centaines de voyageurs à une vitesse fulgurante. Le train est utilisé surtout pour relier les villes entre elles en un grand réseau de transport motorisé fort efficace.

Juliette: Je vois, je vois. Proprement sidérant. Mais alors… expliquez moi donc un peu ce que mon amie Alice, parlant de ses parents, entend par: «ils refusent le train».

Cappel in Mano: Il semble bien que les parents de votre amie ne veulent pas qu’elle… se déplace en train.

Juliette: Tiens, pourquoi donc? Il y a des brigands?

Cappel in Mano: Aucunement. Le train est un moyen de transport très sûr, exempt de toute vie interlope.

Juliette: Des… des déficiences mécaniques peut-être? À des vitesses inconcevables de ce genre, cela se comprendrait…

Cappel in Mano: Je ne crois pas. Le train est un véhicule très hautement sécuritaire, beaucoup plus sécuritaire que la voiture automobile, qu’il faut piloter prudemment et qui est plus soumise aux intempéries et aux aléas du manque de carburant.

Juliette: Expliquez moi alors —je vous en prie, vous m’obligeriez— pourquoi les parents de mon amie «refusent le train».

Cappel in Mano: Cela… cela me semble inexplicable.

Juliette: Cela vous semble inexplicable, à vous si savant?

Cappel in Mano: Cela me semble complètement inexplicable et pour tout dire une parfaite absurdité.

Juliette: Une absurdité! Dites, Cappel in Mano, vous y allez tout de même un peu fort. Ce n’est pas très respectueux ça!

Cappel in Mano: Non pas… mais je ne me dédis pas.

Juliette: Fort bien, je vais devoir demander à Alice de m’expliquer cela, alors. Cela me parait un peu injuste tout de même de se priver d’un moyen aussi formidable d’éliminer les distances entre deux amants. Bon… Au revoir et merci, docte page.

Cappel in Mano: Je partage parfaitement votre opinion sur ce point spécifique. À bientôt Demoiselle Capulet.

Voilà, Alice, j’en suis donc là. Mon encyclopédiste et moi-même y perdront nos chiots de par ce «ils refusent le train» incompréhensible. Il va falloir que vous soyez assez gentille de m’expliquer si le mot et l’humeur, vraiment fort vifs sur cette question, de Cappel in Mano sont méritoires ou impertinents.

Avec Roméo, que voulez-vous que je vous en dise, nous ne nous voyons que depuis deux jours et trois nuits (mais quelles nuits!), vous comprenez donc que nous n’en sommes pas encore à ce genre de problèmes d’intendance. Mais nos familles étant des ennemies séculaires, vous vous doutez, douce amie, que j’en connais un toron sur les parents qui vous entravent cruellement et en toute mauvaise foi.

Or j’ai un peu le sentiment que c’est ce qui vous arrive céans, avec ce… «train» qu’on vous «refuse». Si j’erre, corrigez moi vertement en pardonnant mon insolence. Je vous embrasse.

Votre Juliette

.

Ma très chère Juliette,

Si jamais je devenais une actrice vous incarnant, ce serait pour moi un immense honneur et une joie sans limite! Mais ne parlons définitivement plus de cela, cela vous dérange. Vous faites aussi allusion aux ballerines… J’aurais aimé être une ballerine, mais malheureusement mon avenir en a décidé autrement…

Oh, vous me voyez vraiment très gênée, je vous ai mise dans l’embarras en commettant des anachronismes! J’avoue que lorsque j’ai évoqué la voiture, voiture actuelle, l’idée m’a traversé l’esprit de vous expliquer ce que c’était. Peut être aurais-je dû… Vraiment si vous le pouvez, transmettez, je vous prie tous mes remerciements au Cappel in Mano, il est très admirable. Ses mots sur la question du train sont malheureusement véridiques. Mes parents n’acceptent pas que je prenne le train seule, ils me trouvent trop jeune pour cela, je crois que peut-être ils ne me font pas confiance, ils n’ont pas confiance, pourtant j’estime être digne de confiance pour cela… mais peut-être que je me trompe. Ils ont peur pour moi et sont trop effrayés parce ce qu’il pourrait m’arriver. Vous savez actuellement on trouve des hommes (ou femmes) qui enlèvent des jeunes filles, ils ont peur que cela m’arrive aussi. Je sais aussi que le fait qu’un homme soit entré dans ma vie ne sied guère à mon père. Il est un peu jaloux, il faut le comprendre, je suis sa fille aînée. Mais il me semble que lui n’essaie pas de son côté de me comprendre.

Les parents de nos jours sont très stricts et souvent n’ont pas confiance en leurs enfants. J’ai décidé que quand j’aurais des enfants, je leur ferai confiance. Ils deviendront ainsi autonomes. Les parents de mon temps couvent leurs enfants, ont peur de les voir partir. À dix-huit ans, beaucoup sont encore immatures et incapables de vivre seuls. Malheureusement, je n’ai pas encore dix-huit ans mais je suis peut être trop mature…

Je vous embrasse,

Votre dévouée Alice

.

Ma pauvre Alice,

Les parents de NOS jours (1554) sont très stricts et souvent n’ont pas confiance en leurs enfants! Plus je vous lis, plus je trouve que nos situations se ressemblent fort. Il faut faire de deux choses l’une. Ou bien il y a effectivement des brigands dans vos trains, même si ce bon Cappel in Mano semble en douter, ou bien vos parents se servent du vieux réflexe de la peur pour vous garder sous leur coupe. Je ne peux pas juger pour votre temps et votre monde. J’évite —de ma modeste personne— de déambuler dans les ruelles de Vérone la nuit, non pas pour obéir à ma mère mais bien parce que chaque fois que je l’ai fait en compagnie du comte Pâris, une des fines lames du clan Capulet, nous avons eu, de sac ou de corde, maille à partir avec des coupe-jarret ou quelques autres louches épéistes. Mon obéissance sur ce point s’appuie donc en un constat direct et s’en alimente. Il y a là un vrai danger: je le sais.

Je sais aussi que le fait qu’un homme soit entré dans ma vie ne sied guère à mon père. Il est un peu jaloux, il faut le comprendre, je suis sa fille aînée. Mais il me semble que lui n’essaie pas de son côté de me comprendre… Je vous chaparde vos paroles, douce Alice, parce qu’elles rendent merveilleusement l’attitude de mon propre père depuis que j’ai ouvertement rejeté le mari qu’il me destinait (ce même comte Pâris, un excellent ami, mais que je n’aime pas d’amour) et que je me suis donnée à Roméo Montaigu, mon ennemi de clan, tout entière et pour toujours. Nous sommes au fond très semblables, vous et moi, il n’y a pas de mystère.

Le seul mystère avec lequel je ne communie pas dans votre dernière missive, mon amie Alice, c’est: pourquoi êtes vous si obsédée par le chiffre dix-huit?

Je vous étreins tout de même, en amie qui vous comprend du fond du cœur,

Votre Juliette

.

Ma très chère Juliette,

J’espère de tout cœur que vous me pardonnerez mon retard, je vous avais envoyé une missive, qui, m’a-t-on appris, s’est perdue en route… J’en suis désolée, et je vais tenter de vous réécrire tout ce que je vous avais dit du mieux que je peux.

Quant au train, disons que les deux hypothèses sont valables, avec mes parents. Il y a d’infimes risques pour que je rencontre un satyre, ou un personnage peu recommandable, mais si je reste en public, avec du monde, il n’y a pas de raison qu’il m’arrive quelque chose. Je suis bien consciente que le danger existe, ça, je l’admets. Mais ils me couvent trop, ils sont effrayés, et ont peur de me voir voler de mes propres ailes. Je pense que c’est normal dans la société française actuelle. Je discutais il n’y a pas si longtemps avec un ami allemand qui est actuellement en France, il est d’accord avec moi: les parents français sont très stricts et très apeurés par l’avenir de leurs enfants. Mes parents refusent que je fasse mes études à Paris (je vous expliquerai cela dans une prochaine lettre, n’ayez crainte!)

Si je suis «obsédée» par le chiffre dix-huit, c’est que dans notre société actuelle, dix-huit ans est l’âge de la majorité, l’âge auquel on devient citoyen, l’âge où on devient son propre responsable légal. Avant dix-huit ans, nous sommes considérés comme mineurs, et sous la responsabilité de nos parents, qui peuvent donc prendre les décisions à notre place. Comprenez-vous? dix-huit ans est un symbole de liberté pour moi.

Je vous embrasse, chère amie,

Votre Alice

.

Libre à dix-huit ans! Oh! quelle merveille futuriste! Une femme de mon temps n’est jamais libre. Elle est une éternelle enfant, même adulte. Elle est la féale de son père et de son clan pour toujours. En aimant un ennemi, je trahis ces lois mais je m’en moque fort. Je n’ai plus aucun respect pour mon père. Il a complètement perdu mon allégeance en répugnant à prendre acte du fait que je me donne à Roméo et à nul autre. Tant pis pour lui, tant pis pour son ordre.

Je m’étonne, douce Alice Asbury, de vous voir parler si vertement de la France et de Paris. Ne m’écrivez-vous pas de Londres, ville capitale du pays des Anglois?

Juliette

.

50- ADMIRATRICE

.

Bonjour,

Comment allez-vous Juliette? Moi, je m’appelle Aude et je suis au lycée. Et vous, êtes-vous toujours avec votre Roméo? Comment êtes-vous tombée amoureuse de lui? Vous êtes très belle et je voudrais devenir comme vous. Je voudrais bien vous rencontrer, mais c’est impossible parce que vous habitez loin. Mais c’est mon rêve. Je voudrais bien aussi que vous me répondiez.

J’espère que ma lettre va vous plaire.

Aude

.

Bonjour Aude,

Je suis en ce moment en ma chambrette à attendre que Roméo me fasse porter ses consignes pour la suite de notre folle aventure, qui sera notre fuite ou notre mort. Je suis tombée amoureuse de lui à un bal costumé donné chez mon père il y a quelques jours. Quand il a tombé le masque, mon ancienne existence s’est subitement interrompue et ma vraie vie a débuté.

Juliette

.

51- LE COMTE PÂRIS

.

Bonjour Juliette,

Je m’appelle Flore. Je dois dire d’abord que je suis passionnée par ton histoire avec Roméo qui est pour moi la plus belle et la plus romantique au monde.

Lors du bal où tu as rencontré ton Roméo, le comte Pâris était présent. Lorsque tu as vu le comte à ce bal, est-ce qu’il t’a plu? Penses-tu que, si le comte Pâris t’avait fait la cour et aurait demandé ta main avant que tu ne tombes amoureuse de Roméo, tu aurais accepté de l’épouser?

Lorsque tu as refusé ta main à Pâris, ton père est devenu furieux et a menacé de te déshériter. À ce moment-là, pourquoi n’as-tu pas demandé au frère Laurent de te mener à Mantoue auprès de ton époux? Si tu t’étais mariée avec Pâris, que serait-il advenu de ton mariage avec Roméo? Pâris serait-il devenu ton époux à la place de Roméo?

À bientôt.

Flore

.

Chère Flore,

Si Roméo n’avait pas existé, je serais restée la petite sotte vénale et complaisante prête à se concéder, pantelante, pour satisfaire les combines familiales de son père. Et en plus, Pâris est bien. Il est noble, droit et juste. J’ai beaucoup d’amitié pour lui. Je me serais donc donnée à lui, et il m’aurait bien traitée, car il m’aime d’amour.

Maintenant, cette facette de moi est morte pour toujours, craquelée, effritée et partie au vent comme poussière. Je suis la femme de Roméo pour l’éternité. Le reste, héritage, famille, clans, alliances, mondanités, m’est un brouet insipide et méprisable sur lequel mes lèvres ne se poseront jamais plus.

Je n’ai qu’une idée très vague de ce frère Laurent dont tu me parles et ai comme principe de me méfier des ecclésiastiques. Ils se croient très forts, mais, à force d’intrigues tordues, ils finissent par faire gaffes par-dessus gaffes. Aussi, si les choses tournaient mal pour Roméo et moi, je ne serais pas étonnée que cet abbé Laurent ait quelque chose à y voir.

Amicalement,

Juliette

.

52- TES PARENTS

.

Bonjour Juliette,

Pourquoi n’as-tu jamais parlé de ton amour pour Roméo à tes parents? Peut-être auraient-ils compris et approuvé. En as-tu voulu à Pâris d’avoir demandé ta main à ton père sans même t’avoir fait la cour auparavant, sans même t’en avoir parlé d’abord? Que serait-il advenu de toi et de Roméo si tes parents avaient appris votre mariage secret? Qu’as-tu éprouvé lorsque tu pensais trouver du secours et de la compréhension auprès de ta nourrice, qui en réalité approuvait le choix de Pâris comme second mari? T’es-tu sentie trahie, abandonnée, désespérée? Si tu avais épousé Pâris, que serait-il advenu de ton mariage avec Roméo? Roméo serait-il resté tout de même ton mari à la place de Pâris? Qu’est-ce qui plaisait davantage à Pâris chez toi: ta beauté physique, tes qualités? Connaissais-tu Pâris avant de rencontrer Roméo?

Amicalement.

Flore

.

Bonjour Flore,

Tu me poses des questions très sensibles. Je vais m’efforcer d’y répondre une par une.

Pourquoi n’as tu jamais parlé de ton amour pour Roméo à tes parents? Peut-être auraient-ils compris et approuvé?

J’en ai parlé à mi-mots avec ma mère, qui a plutôt approuvé, à mi-mots toujours. Mais mon père, Flore, est un chef de clan avant d’être mon père. Lui demander d’intégrer un Montaigu dans sa famille serait demander à l’huile de se dissoudre dans l’eau.

En as-tu voulu à Pâris d’avoir demandé ta main à ton père sans même t’avoir fait la cour auparavant, sans même t’en avoir parlé à toi d’abord?

Ceci est inexact et bien injuste pour Pâris. Je suis devenue l’amante de Pâris et il m’a fait la cour de toutes les façons imaginables. De plus, avant de rencontrer Roméo, j’étais bien prête à obéir à mon père. Pâris est un ami que je respecte beaucoup, mais je ne l’ai jamais aimé d’amour. Je ne peux pas lui en vouloir pour quoi que ce soit. C’est un homme très bon et il est si épris de moi.

Que serait-il advenu de toi et de Roméo si tes parents avaient appris votre mariage secret?

La mort en duel avec six spadassins Capulet à la fois pour Roméo et le couvent pour moi serait le cas d’espèce le plus plausible.

Qu’as-tu éprouvé lorsque tu pensais trouver du secours et de la compréhension auprès ta nourrice, qui en réalité approuvait le choix de Pâris comme second mari? T’es-tu sentie trahie, abandonnée, désespérée…?

Pas tant que cela, non. Nourrice est une domestique. L’ordre de ses maîtres se reflète dans son petit cerveau comme la lune dans une mare. Je n’investis aucune attente extraordinaire en Nourrice. Vous, gens du futur, n’avez plus de domestiques et cela se sent dans les drôles de questions que vous posez à leur sujet!

Si tu avais épousé Pâris, que serait-il advenu de ton mariage avec Roméo? Roméo serait-il resté tout de même ton mari à la place de Pâris?

Mais il n’est pas question que j’épouse qui que ce soit d’autre que Roméo. Je suis à Roméo pour toujours ou je me tue.

Qu’est ce qui plaisait davantage à Pâris chez toi: ta beauté physique, tes qualités…?

C’est une question difficile que celle de décrire les pulsions d’un amour qui n’est pas mutuel. Pâris m’idolâtre, ça c’est certain. Et cela m’agace beaucoup. Je ne me sens pas vraiment moi quand il se pâme ainsi sur moi. Pâris m’adule et je me crispe. Roméo me prend et je me donne. C’est un abîme de différence.

Connaissais-tu déjà Pâris avant de rencontrer Roméo?

Bien sûr. C’est un membre très actif et très visible de notre clan. Je le connais depuis quelques années déjà.

Amicalement,

Juliette

.

53- RENIER TA FAMILLE

.

Chère Juliette,

La nuit où ton Roméo a surpris à ton insu la révélation de ton amour pour lui, tu as dit que s’il ne voulait pas refuser le nom qu’il portait, il n’avait qu’à faire le serment de t’aimer éternellement et tu renoncerais à être une Capulet. Il a fait ce serment alors pourquoi n’as-tu pas renié ta famille pour partir avec lui dans le clan des Montaigu?

Respectueusement,

Flore

.

Mais… mais… je suis toujours prête à le faire. Un signe de Roméo et c’est chose faite.

Juliette

.

54- D’AUTRES DEMANDES EN MARIAGE

.

Chère Juliette,

Y a-t-il eu d’autres gentilshommes qui aient demandé ta main à part Paris et Roméo?

Amicalement,

Flore

.

Non. Et désormais il est trop tard, même pour l’héritier de Golconde!

Juliette

.

55- TON BIEN LE PLUS PRÉCIEUX

.

Bonjour Juliette,

Une jeune fille de ta condition avait-elle une rente annuelle ou étaient-ce tes parents qui subvenaient à tes besoins? (exemple: pour la confection de tes robes)? Quel est ton bien le plus précieux après Roméo?

Flore

.

Matériellement, je suis sous la coupe intégrale de mes parents.

Le bien qui m’est le plus précieux après Roméo, c’est mon libre-arbitre. Mes parents n’ont pu le casser malgré le dénuement dont ils me menacent ouvertement, maintenant qu’ils perdent ma sotte et aveugle obéissance de naguère. Tout au fond de mon cœur, je suis libre. Seul Roméo a droit de regard absolu sur cette liberté. Tout simplement parce que c’est à lui que je choisis librement de me donner.

Juliette

.

56- PORTRAIT DE TOI

.

Chère Juliette,

Je souhaiterais savoir s’il est possible de recevoir d’autres portraits de toi que celui affiché?

Merci d’avance, à bientôt,

Flore

.

Non pas. Désolée.

Juliette

.

57- IST

.

Chère Juliette,

Je suis fort étonné qu’une jeune fille comme vous qui me semble pourtant si intelligente et «libérée» sexuellement ne participe pas au message de prévention des maladies vénériennes. La syphilis, les verrues en crêtes de coq, la blennorragie, les chlamydias, l’herpès, et plus récemment le SIDA menacent la santé et la vie de notre jeunesse et avant de parler d’amour; il faut parler surtout de prévention auprès de notre jeunesse insouciante.

Plus que jamais, surtout avec le retour de la syphilis, la vigilance doit rester de mise et la prévention indispensable.

À votre époque, le préservatif n’existait-il pas?

SORTEZ COUVERT

Gérard Lison

.

Le préservatif existe dans toutes les grandes villes européennes de mon siècle. Je n’ai pas à promouvoir ce qui va sans dire. Personne ne souhaite mourir jeune. De là à exprimer ces choses aussi crûment que vous, il y a un pas que je ne franchis pas.

Juliette Capulet

.

Mademoiselle,

Il s’agit là d’une question de survie, chaque jour des milliers d’innocents sont contaminés par ces germes mortels, le silence tue! La syphilis provoque des ravages: chancres mous et purulents, folie, paralysie et fonte osseuse, verrues en crête de coq qui infestent l’appareil uro-génital. Ou encore blennorragies qui, en cas de fellation ou cunnilingus, peuvent obstruer la gorge et tuer de suffocation. Je vous abjure de faire vôtre la prévention. Et si vous refusez encore, d’avoir au moins le courage de visiter un hôpital pour voir ces jeunes décharnés, torturés de souffrances et agonisants pour n’avoir pas su ou voulu se protéger. L’amour tue plus que toutes les guerres. Il faut en finir avec cette sexualité hors contrôle, non protégée, non planifiée et improvisée. Je vous remercie de votre attention et j’espère que vous pourrez comprendre ma position.

SORTEZ COUVERT!

L’amour tue.

J’en suis la preuve vivante.

Gérard Lison

.

Bon courage, Monsieur.

Juliette

.

58- UN AMOUR QUI DURERA?

.

Bonjour,

Je vous écris ce message pour vous dire que votre amour entre vous et Roméo est passionnant: j’ai lu et vu beaucoup de films et livres à votre sujet. Mais je me pose une question: est-ce vraiment un amour qui durera ou est-ce que c’était juste un coup de foudre, une flamme qui s’est éteinte à présent? En tout cas, moi, je voudrais vous ressembler, avoir le même amour pour un homme que vous pour Roméo,.

Pour moi, vous êtes une grande femme, et je vous considère comme la meilleure!

À bientôt, répondez-moi. Merci d’avance!!

Fiona

.

Fiona,

Il est assez piquant qu’une personne aussi renseignée que vous sur ma condition m’écrive depuis un point situé à un demi-millénaire de distance dans le futur pour me demander si mon amour pour Roméo est durable.

Vous le prouvez par la simple intensité de votre émotion présente: l’amour de Roméo et Juliette est éternel…

Juliette

.

59- THÉÂTRE

.

Le 8 Avril 2005

À Juliette Capulet

Objet : Demande de renseignement.

Chère Juliette Capulet,

Je m’appelle Sihem, j’ai quatorze ans. Je suis en quatrième au collège Maurice Becanne à Toulouse. Je vous écris cette lettre car ça faisait longtemps que j’en avais envie. J’ai enfin eu l’occasion de m’exécuter.

Je vous admire beaucoup et je trouve que vous avez été très courageuse pour avoir sacrifié votre vie par amour pour Roméo. Ma passion est le théâtre et, depuis un an, j’ai l’honneur de vous interpréter en tant que personnage dans la pièce de Roméo et Juliette.

Cependant, j’ai quelques questions à vous poser:

Pourquoi votre famille et celle de Roméo ne s’entendent-elles pas?

Avez vous des conseils pour que j’améliore ma performance théâtrale?

Pourquoi la lettre de frère Laurent n’est-elle pas arrivée à temps pour Roméo?

Qu’en est-il de vous et de Roméo? Êtes-vous toujours ensemble?

Qu’en est-il de Paris? S’est-il remis de son chagrin d’amour pour vous?

Malgré mon respect et mon estime pour vous, j’ai un reproche à vous faire: trouvez-vous cela correct de quitter sa famille et ses amis pour Roméo? Je vous trouve égoïste car même si votre amour pour Roméo était sincère, je pense que vous auriez dû vous soucier un peu plus de votre famille, de ce qu’ils ressentaient, car c’est quand même eux qui vous ont élevée.

Je vous prie d’agréer mes salutations distinguées.

Sihem

.

Bonjour Sihem,

Toutes les questions que vous m’avancez, sauf deux, ont fait l’objet par moi de réponses circonstanciées dans le forum DIALOGUS. Lisez ma correspondance céans et vous y trouverez clarification. Je ne sais rien d’un message envoyé par un Frère Laurent, mais je peux vous dire qu’en mon temps, les messagers ratent de toute façon bien souvent leur cible…

Reste la seule question vraiment nouvelle ici: « Avez vous des conseils pour que j’améliore ma performance théâtrale? » Oui, j’en ai.

Il vous faut intérioriser mon désespoir et ma folie. Je suis foutue. Je vais mourir de mort violente et je le sais. J’aime plus que tout mon ennemi. Cela ne pardonne pas, dans mon monde. Il n’y a pas de lendemain pour moi. Cet amour est une folie. Il révolte chaque parcelle de l’entendement. Mais chaque fibre de mon être rejette le tout de l’entendement, car cet amour est le plus fort. Appelez cela de l’égoïsme si ça vous chante, je vous assure que je m’en moque éperdument. Cet amour incompréhensible est plus fort que mon temps et que le vôtre. Il est d’un futur immensément lointain et d’éternité. Il vous faut donc jouer un désespoir et une folie qui sont si puissants qu’ils en deviennent une grande paix… Si vous tenez ce merveilleux paradoxe, vous me tenez.

Juliette

.

60- ROMÉO ET JULIETTE CE N’EST PAS LA MÊME CHOSE

.

Chère Juliette,

Je t’écris d’abord pour te dire mon admiration. On te met toujours sur le même plan que Roméo, mais moi, ce sont vos différences qui me frappent. D’abord, il est ton premier amour, alors que le contraire n’est pas vrai, puisqu’il voulait d’abord épouser Rosaline. Tu avoueras qu’il était tout de même un peu pressé. Sa jeunesse est toute de légèreté et d’inconscience, comme il le montrera, hélas, par sa négligence trop vite trompée par les apparences, alors qu’il aurait pu sauver votre amour. On a même l’impression que Shakespeare, quand il raconte vos aventures, est bien ironique avec le pauvre garçon: «l’amour n’est pas l’amour, qui change en rencontrant le changement» écrira-t-il plus tard dans un sonnet, en repensant sûrement à ce pauvre garçon.

Je ne crois pas que cela te serait arrivé dès le début de votre amour. Tu es d’une seule pièce. Par ailleurs, ta joie ne t’empêche pas de saisir la gravité de la situation. Tu sais même redresser le langage trop fleuri de Roméo en lui apprenant que parler d’amour est une chose sérieuse. Ainsi, alors qu’il veut jurer son amour par la lune, tu lui expliques que la lune est changeante, et que tu n’as pas besoin de promesses, ou qu’il n’a qu’à jurer par lui-même. L’amour ne s’explique pas, et puis Roméo a pour lui sa fraîcheur et son impétuosité. Mais, tout de même, sachant qu’il n’y a pas au fond que votre nom qui vous sépare, mais aussi votre personnalité, à ce qu’il semble, n’as-tu vraiment aucun regret?

Sans doute cette question n’est pas à la hauteur de la noblesse de ton caractère, et il me semble que je devine déjà la réponse. Quoi qu’il en soit, je t’embrasse de tout mon cœur, belle Juliette, et j’avoue que j’écris tout ça peut-être un peu par jalousie.

Marc

.

Le piquant paradoxe, cher Marc.

Voici que vous aspirez à rendre hommage à ma dévotion en l’amour en dénigrant l’objet de ce dernier. Mais de m’avoir flattée au détriment de Roméo fonde l’incompréhension la plus brutale nichée au fond de votre compréhension si touchante et si documentée de l’amour de moi. Ouverte d’être si profondément comprise, je m’en referme aussitôt d’être ultimement l’intransigeante féale de celui dont vous étalez fort voluptueusement et bien outrageusement les faiblesses… Tant et tant que, roide et sèche, je vous demande, déjà à demi-indifférente: de qui êtes-vous donc tant jaloux? De Roméo ou bien… de moi? En effet, je n’ai absolument aucun regret.

Pouvez-vous en dire autant, vous qui voyez si clair en moi, vous qui avez deviné le tout de ma réponse?

Juliette Capulet

.

Eh, ma foi! Je n’ai sans doute que ce que je mérite, et lorsque je disais penser deviner un peu ta réponse, ce qui est à coup sûr quelque peu indélicat, c’est que je ne voyais pas comment une amoureuse fidèle et honorable pouvait réagir autrement qu’en m’envoyant dans les choux, ce que tu fais avec une admirable rapidité dont je te remercie.

Je te prie de bien vouloir m’excuser si tu as vu là une offense à ton amour, et je ne prétends certes pas te connaître. J’ai simplement dit ce que j’ai cru comprendre en lisant ce qu’un certain Shakespeare dit de vous, mais il serait sûrement le premier à dire qu’on a déjà bien du mal à se connaître soi-même.

Je m’incline et me tais donc désormais, oh ma belle, et vous souhaite tout le bonheur possible (cela dit, fais gaffe quand même. Il est vraiment du genre à faire des boulettes, mais bon je me tais, je me tais).

Marc

.

Cher Marc,

Vous me citez le Shakespeare de 1595 et c’est bien, c’est pleinement légitime. Mais gardons quand même à l’esprit (ceci est un simple rappel) le fait que Shakespeare a tiré mon histoire d’un de ces poèmes narratifs intitulé «Tragical History of Romeus and Juliet» écrit en 1562 par Arthur Brooke. Ce dernier a tout pompé d’une nouvelle de Matteo Bandello écrite en 1554 (d’où la date de ma présente signature). Matteo Bandello tient lui-même son précieux avoir d’un certain Luigi da Porto qui, dans son «Istoria novellamente ritrovata di due Nobili Amanti» donne à mon histoire sa forme moderne en introduisant les noms Romeus et Giulietta et en nous installant à Vérone (d’où mon présent lieu d’existence). Vous n’êtes certainement pas sans savoir qu’avant cela, nous nous appelions Mariotto et Gianozza et que notre drame avait lieu en 1476 à Siena, sous la plume d’un dénommé Masuccio Salernitano qui, lui-même, a tiré le gros de son inspiration de différentes sources populaires dont le fil se perd dans un passé encore plus fumeux…

Eh oui, bel ami, être fictive a ses petits dégradés imprévus. Il faut savoir faire avec.

Alors restons sereins et soigneusement distants face à la «lettre» de toutes ces foisonnantes choses. Gardons aussi simplement à l’esprit que je n’aime pas Roméo par noblesse, comme vous semblez le prétendre, mais par pure folie. Et ces quelques vulnérabilités que vous lui découvrez, possiblement à raison, ne sont aptes qu’à intensifier l’ardeur de cette folie. Avisez vous-en… avec ou sans le script shakespearien au fond de votre petit cœur badin.

Juliette

.

Eh bien! Voilà qui n’est pas pour dissiper les mystères de nos amants! L’amour a décidément mille facettes…

Merci en tout cas de votre réponse et portez-vous bien, taquine Juliette.

 Marc

.

61- Ô JULIETTE!

.

Ma très chère Juliette.

Cela fait plus de cinq longues années que je cherche la femme qui pourra me donner l’amour tout comme ton amour pour Roméo, à force je n’y crois plus à cet amour, les femmes d’aujourd’hui sont tellement cruelles et sans cœur…

Que peux-tu me donner comme conseil afin de trouver cette âme sœur? Existe-t-elle vraiment, si oui alors ou est-elle, moi qui l’attends le cœur ouvert, je m’en lasse.

S’il te plaît, réponds-moi au plus vite Juliette.

Je te remercie d’avance.

Titus

.

Ta posture, Titus, est paradoxale. Si tu trouves les femmes cruelles, c’est que tu ne les aimes pas vraiment. Les femmes d’hier sont aussi cruelles que celles d’aujourd’hui quand on ne les aime pas (sauf si tu leur reproche en fait de ne plus êtres assez dociles, terrain patriarcal sur lequel les événements récents de ma vie font que je ne saurais plus te suivre). Si tu ne les aime pas, ces femmes, pourquoi donc t’astreindre à en rechercher une? Pour te conformer aux contraintes du monde? C’est la pire des raisons pour faire quoi que ce soit, surtout si ce quoi que ce soit relève des affaires de l’amour.

Laisse les femmes t’approcher en étant elles-mêmes. Sois toi-même. Prend-les pour ce qu’elles sont, sans nostalgie d’ordres anciens illusoires. Oublie le fatras et le clinquant de la quête convenue de l’amour. L’éclair jaillira alors, aussi inattendu que brutal. Sache alors te laisser vraiment subvertir par son mystère.

Juliette

.

Merci, Juliette de m’avoir répondu, j’attendrai que la foudre me frappe et je trouverai celle que j’aime; bien sûr que j’aime les femmes, je les aime trop: peut être que ça devient un défaut.

Même en restant moi-même. Si tu me dis que cette perle rare existe, alors j’attendrai le temps qu’il faudra pour la trouver. Merci encore, chère Juliette. Je vais t’expliquer clairement dans ma seconde lettre ce que j’attends exactement des femmes d’aujourd’hui. Tout d’abord voici trois cas que je voudrais t’expliquer qui sont très différents et je voudrais savoir ce que tu en penses.

Premier cas. Jusqu’à maintenant, j’ai eu pas mal d’histoires d’amour, au total je crois cinq mais les cinq se sont finies par un chagrin d’amour douloureux et difficile à oublier, c’est pour cela que je reste seul en ce moment. Je me dis qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné et ça marche, je ne me prends plus la tête. Mais voilà que je suis en manque d’affection, je suis resté trop longtemps seul et je veux simplement trouver une personne qui puisse me rendre heureux. C’est pour cela que je te demande de m’aider et je te donne l’impression de détester les femmes, mais au contraire les femmes je les aime trop pour leur manquer de respect, je les aime beaucoup trop, seulement les femmes d’aujourd’hui ont évolué, moi je leur donne tout l’amour possible et ce qu’elles me rendent en retour n’est pas vraiment ce que j’attends. Pourtant je reste moi-même.

Deuxième cas. Ma mère a été mariée à un homme qui est mon père et après je ne sais combien de temps de mariage, ils divorcent, un divorce difficile pour moi à supporter car deux êtres chers qui se sont aimés tant d’années se séparent, ensuite ma mère rencontre un autre homme puis se marie une seconde fois, moi je n’ai pas le droit de les empêcher car ce sont des grands, donc c’est leur décision, mais voilà qu’au bout de trois ans ils se séparent, alors est-ce du temps perdu pendant ces trois ans, aimer pour divorcer, d’ailleurs je ne sais pas si les divorces existent à ton époque, Juliette, mais aujourd’hui un divorce n’est pas une partie de plaisir car il y la justice, le tribunal, l’argent à partager. Bref, c’est douloureux à raconter.

Troisième cas. Dans le troisième cas c’est le cas de mes grands-parents, ce sont les deux personnes que j’aime le plus et je veux prendre exemple sur eux: ils se sont mariés et sont restés soixante ans ensemble, et malheureusement mon grand-père est décédé l’année dernière et ma grand-mère n’a pas cessé de pleurer, aujourd’hui elle est retournée au pays et elle se recueille sur sa tombe, comme quoi même la mort ne pourrait pas les séparer.

Voilà trois cas différents pour te faire comprendre à quel point l’amour aujourd’hui est différent: tout le monde n’a pas la même chance que toi, être aimé éternellement du moins c’est rare, et c’est le cas de mes grands-parents, moi je suis jeune mais j’ai envie de connaître l’amour. Alors je suivrai tes conseils: Rester moi-même. Mais il ne faut jamais s’attendre à la perfection.

Bisous, prends soin de toi, Juliette, et bonjour à Roméo.

Titus

PS: d’ailleurs j’y pense, Pourquoi les Montaigu et les Capulet se sont-ils disputés? Je ne sais pas, mais il a fallu que votre amour se réunisse pour que les deux familles comprennent enfin que la haine se sert à rien

.

Je vois bien ce que tu exiges par avance d’une femme, Titus, mais qu’es-tu prêt à lui donner?

Pour la nature du conflit de nos deux familles, tu dois lire ma correspondance en cette officine. Je me suis exprimée à plusieurs reprises sur la question. Tu ne l’avais pas remarqué? Une femme comme moi pourtant, Titus, requiert, entre autres, de l’attention… Une attention constante, voulue, non contrainte. L’attention que seul engendre le flux de l’amour.

Sache être attentif, cela aide à aimer…

Juliette

.

Chère Juliette,

Il y a un mois environs, j’ai rencontré une fille bien charmante, depuis nous sommes restés longtemps amis jusqu’au jour où je suis tombé amoureux d’elle, et là tout a basculé. Je l’aimais très fort, mais elle de son côté ne ressentait rien pour moi, et pourtant, elle a accepté de sortir avec moi; une semaine après elle m’a dit: «Je t’apprécie beaucoup mais je ne t’aime pas comme tu m’aimes» cela m’a fait un coup au cœur ensuite elle a ajouté: «Je ne suis pas prête pour sortir avec quelqu’un pour l’instant. De mon côté, je ne cessais de lui dire «je t’aime» et elle n’a pas apprécié que j’aille trop vite, mais ce je «t’aime» était bien sincère et réel.

Depuis, je pense sans cesse à elle, elle me manque énormément, je perds complètement la tête car je ne sais pour quelle raison elle a décidé de me quitter, je ne suis plus moi-même, et, même si elle ne veut pas de moi en tant que petit copain, je voudrais qu’elle revienne en tant qu’amie. Je lui offrirais mon âme pour son amitié.

Je ne sais pas quoi faire, je voudrais que tu m’aides, s’il te plaît, Juliette.

Merci d’avance,

Titus

.

Dis-lui exactement ceci: «Je suis prêt à me contenter de ton amitié et je suis prêt à m’engager sur l’honneur à ne plus chercher à te séduire». Cela devrait la rassurer… Mais surtout, après, il ne faudra jamais briser cette promesse, sinon elle te fuira pour toujours.

Juliette

.

Merci Juliette pour ce conseil.

Je tiendrai plus que ma promesse sans rien espérer, mais est ce que l’amour est imprévisible? Et viendra-t-elle vers moi un jour? Quoi qu’il arrive, je tiens à ce que notre amitié dure le plus longtemps possible. L’amour c’est beau mais ça fait mal.

Merci pour tout, Juliette, pour toutes les fois où tu m’as aidé, je ne te remercierai jamais assez. Crois-tu que je pourrais te voir un jour ou te parler? Cela serait pour moi un privilège de te voir, et de parler d’amour, car j’ai encore beaucoup à apprendre sur ce sujet.

Je voudrais savoir que, une fois je tiendrai ma promesse de ne plus la séduire, je ne supporterais plus une si grande douleur si elle acceptait d’aimer quelqu’un d’autre que moi. Mais par le plus grand de notre amitié et par ma promesse j’essayerai de surmonter ça, ce qui sera très difficile pour moi, car même si je l’aime comme ami j’essayerai avant tout de la protéger. Par contre si elle revient et me demande de l’aimer, je resterai autant sur ma promesse de ne plus la séduire, ce qui est encore plus difficile mais une promesse reste une promesse.

À bientôt

Titus

.

L’amour est imprévisible, même aux vues du sort d’une promesse ou d’une fidélité. Tout est donc possible avec ta «nouvelle» amie.

Si je vivais en ton temps, je serais une vieille ganache de 465 ans. Rien de très attirant pour un jeune pétulant dans ton genre, je pense. De plus, comme je suis fictive, tu étreindrais du vide. Un très vieux fantôme impalpable, et qui aime un autre homme en plus…

Restons-en à nos conversations. Je ne voudrais pas contribuer à amplifier tes souffrances.

Juliette

.

62- TYBALT (2)

.

Chère Juliette,

(Permets-tu que je te tutoie? C’est que j’ai l’impression de tellement bien te connaître)

J’ai lu ton histoire. Elle m’a beaucoup émue. J’ai été fascinée par ton cousin, Tybalt. Pourrais-tu me conter l’histoire de sa vie? Tes sentiments pour lui? Est-il vraiment amoureux de toi ou est-ce une invention de Shakespeare? Quelles sont vos relations? Sans Roméo, un amour aurait-il pu être possible entre vous? Remets-lui mes salutations affectueuses et admiratives.

Élisabeth.

.

Tybalt, Élisabeth, c’est le jeune gentilhomme d’épée typique. Boutefeu, fat, matamore, arrogant, goguenard, bellâtre et querelleur. Il connaît toutes les astuces pour attirer l’attention des jeunes filles et les déploie sans grand discernement. Son attitude à mon égard m’a toujours paru plus conquérante et envahissante que réellement amoureuse. Je suis profondément indifférente à ses sentiments. Il représente l’intégralité de ce que j’exècre chez un homme, sous une surface brillante et racoleuse.

S’il te fait rêver, je te le laisse. Comme nous sommes ici dans le monde du voyage dans le temps, tu pourras peut-être un jour lui écrire, avant que Roméo ne l’expédie au paradis dantesque des spadassins impénitents. Il baratine fort joliment. Tu devrais t’en trouver passablement amusée.

Juliette

.

Merci Juliette pour ta réponse si rapide. Mais tu ne pas répondu pour son histoire… Et j’ai une autre question à te poser: voici les paroles d’une chanson chantée par Tybalt dans la comédie musicale, alors ma question est toute simple: est-ce vrai ou raconte-t-il n’importe quoi? Et… ah oui! Est-ce qu’il est aussi beau en vrai que Tom Ross qui joue son rôle dans la comédie musicale «Roméo et Juliette»?

C’est pas ma faute.
Les souvenirs qu’on s’invente
Sont les plus beaux
L’enfance est plus troublante
Quand tout est faux
On m’a volé la mienne,
On m’a trahi
Je suis le fils de la haine
Et du mépris
On m’a mis des oeillères et on m’a dit
Les autres, ils veulent la guerre
Tu la voudras aussi
Et j’ai grandi à l’ombre
De sentiments
Bien trop noir, bien trop sombre
Pour un enfant
Seul
Je suis tout seul
Seul
Toujours trop seul
C’est pas ma faute
Si mes parents ont fait de moi
Ce que je suis ce que tu vois
C’est pas ma faute
Je suis le bras de leur vengeance
Et je leur dois obéissance
c’est pas ma faute
Ne me regardez pas comme ça
C’est pas ma faute
Je n’ai pas eu
Non pas le choix
Je suis le bras de leur vengeance
Fier de sa naissance
Les souvenirs qu’on s’invente
Sont les plus beaux
L’enfance est plus troublante
Quand tout est faux
On m’a volé la mienne
On m’a trahi
Je suis le roi de la haine
et du mépris…

Voila, dis-moi ce que tu en penses Encore merci de m’avoir répondu et à bientôt j’espère

Élisabeth

.

Je ne sais pas qui est Tom Ross, mais il faudrait que tu considères la possibilité que tu sois entichée de lui plutôt que de Tybalt. Ces vers que tu me cites disent que nous sommes ce que notre monde familial et social nous fait être. C’est bien vrai mais c’est un peu du truisme…

Quant à mon histoire de Tybalt, qu’en ferais-tu, puisque tu as déjà la tienne vibrante et languissante au fond de ton cœur?

Juliette

.

Merci pour tes réponses à mes questions, Juliette. Tu n’as vraiment pas l’air de l’aimer beaucoup. Mais tu peux répondre encore à une question, s’il te plaît? Désolée de te déranger encore, c’est une question de petite fille frivole (je n’ai que quatorze ans): est-ce qu’il est beau ou plutôt est-ce que tu le trouves beau, mis à part tes sentiments pour lui?

Merci, merci, merci!

Élisabeth

.

Son physique est agréable. Tu n’es pas la seule qui s’intéresse à lui. Mais son attitude dure, bravache et arrogante corrompt tout. Il en devient laid. Je ne l’aime pas, ne l’aimerai jamais.

 Juliette.

.

63- VIVRE SANS AMOUR?

.

Chère Juliette Capulet,

Je m’appelle Marlène et je vais à l’école de l’Athénée Royal de Beauraing, mais j’habite à Givet.

Je vous écris pour vous demander si vous croyez que l’amour est basé sur un coup de foudre et qu’on peut vouloir se suicider pour rejoindre l’homme qu’on aime.

À votre avis, pensez-vous vivre un jour sans amour, que feriez vous si c’était le cas?

Veuillez agréer mes sincères salutations distinguées.

Marlène Metillon

.

Chère Marlène,

Là où vous pensez «amour», je pense «Roméo Montaigu». Là où vous cherchez à cerner une abstraction, j’ai les yeux, les bras, le cœur de l’homme aimé concrètement. Oui, mon désir pour Roméo Montaigu m’a frappée comme la foudre. Oui, je n’hésiterais pas à le rejoindre dans la mort. Non, je ne pourrais pas vivre une journée sans son amour.

Mais je n’en fais pas une règle générale, une doctrine abstraite, un code de conduite a priori dans l’art d’aimer…

Je vis ce que je vis et je suis ce que je suis, sans plus. Comprenez-vous ici la prudence à laquelle pudiquement je vous invite?

Juliette Capulet

.

64- FUITE

.

Chère Juliette,

Pourquoi ne vous êtes-vous pas enfuie tout simplement avec Roméo loin de votre famille, afin de vivre votre amour?

Que l’amour vous protège!

Pénélope

.

Mais… nous prévoyons le faire. Oh ciel, Pénélope, votre question me mortifie d’inquiétude.

Juliette

.

65- LA SOUFFRANCE

.

Bonsoir Juliette,

Je suis Fabien et je viens de lire ta phrase sur l’amour. C’était juste pour te dire que je suis entièrement d’accord avec toi et que ma vie s’en est allée dès que j’ai perdu ma Julie, mon Cœur, mon Ange, il y a moins de deux semaines. J’attends juste le rétablissement de mon père pour aller la rejoindre.

Pour que tu dises une phrase pareille c’est que tu dois connaître l’amour et j’en suis heureux pour toi. Protège-le de tout ton cœur et de toute ton âme, ce que je n’ai pas su faire.

En tout cas, je crois que personne au monde n’est capable d’imaginer notre amour et la souffrance que je ressens en ce moment et à chaque instant que je respire.

Fabien

.

Bonjour Fabien,

Quoi qu’il soit arrivé, cours au plus vite la retrouver. Il lui sera impossible de rester insensible à l’intensité de tes sentiments. Courage, je suis avec toi. Le puissant souvenir de ce que je symbolise te guidera.

Juliette Capulet

.

Bonsoir Juliette, c’est Fabien, je viens de rentrer de week-end chez la meilleure amie de ma Juliette qui est partie, cela pour ne plus voir et subir les souvenirs de notre AMOUR, en restant chez moi.

Comme je te l’ai dit, j’attends que mon père se fasse opérer du cœur le 25 juillet puis qu’il se rétablisse, et à ce moment je rejoindrais ma Juliette, sans laquelle j’éprouve une souffrance que personne n’est capable d’imaginer, il m’est impossible de continuer à vivre. Je fais cela car pour mon Cœur, c’était comme son papa et elle me pousse à me battre au moins jusqu’à l’opération. Je souffre tellement mais je le fais pour nous deux.

Quand je te parlais de mettre fin à mes jours au cimetière à côté de ma Juliette, c’est qu’en fait je voudrais savoir si tu connais un endroit ou l’on peut se procurer un poison mortel qui me permettrait de m’en aller, sans me rater. Pour moi, c’est la meilleure solution, il m’est impossible de prendre une corde et de l’attacher à un arbre, je me ferais prendre avant même de l’avoir mise en place.

Si tu as une autre idée, j’aimerais que tu me fasses signe. Je t’en remercie d’avance.

Fabien

.

Ta requête est paradoxale. Les chances sont fortes qu’on t’inhume ailleurs qu’après d’Elle, sauf si tu exprimes explicitement et puissamment ton souhait. La discrétion en ces matières pose dès lors un problème insoluble.

Une autre part dudit problème, et qui n’est pas la moindre, est la suivante: il faut mourir. Et là c’est l’enfermement dans le cercle restreint des solutions convenues: le poison, la corde, le fer ou la collision. Or voilà autant de procédés cruellement ostentatoires.

Cela finalement me suscite moins une réponse qu’une question: décidé comme tu sembles l’être à poser un geste si radical, qu’as-tu donc tant à faire de la discrétion. Ce n’est pas comme si tu t’exposais à entendre les reproches qu’on te fera!

Juliette

.

Salut Juliette,

Je viens de recevoir ton mail qui me touche énormément. Je voudrais juste te demander un renseignement, même si je ne te connais pas. En fait, je voudrais partir la rejoindre là où elle se trouve actuellement, c’est à dire au cimetière, et je cherche le moyen le plus discret pour ne pas attirer l’attention, aurais-tu une idée?

Fabien.

.

Le plus mortel des poisons mortels s’appelle: Amour. L’endroit où on le trouve s’appelle: Vie. Avec un peu de chance, tu lui échapperas.

Courage.

Juliette

.

Bonsoir Juliette, j’ai bien reçu ton mail et je suis entièrement d’accord avec toi. Comme tu le dis, j’ai déjà goûté au poison le plus mortel qu’il y ait, l’AMOUR. Mais, vois-tu, j’ai versé toute la fiole de ce doux et éternel poison. Et il se répand dans mes veines un peu plus chaque jour, me faisant souffrir comme aucun homme n’est capable d’endurer.

Mais je suis toujours là, l’opération de mon père est mercredi, et ma Juliette à moi me l’interdit. Alors j’essaie de bouger le moins possible pour qu’il ne se répande pas trop rapidement dans mes veines et me laisse le temps d’aider mon père que j’aime.

Je sais que tu n’as pas de réponse à la question que je t’avais posée, tu me l’aurais déjà dit sinon.

À bientôt peut-être, Juliette

Fabien

.

66- POURQUOI ROMÉO PLUTÔT QUE PÂRIS?

.

Bonjour Juliette,

Il y avait longtemps que je n’avais plus eu de tes nouvelles. Dans une de tes correspondances, tu disais que Paris t’idolâtrait trop et que ça t’agaçait. Mais Roméo faisait plus que t’idolâtrer, alors pourquoi t’a-t-il plu, lui? Qu’avait-il de plus que Paris?

Amicalement,

Flore

.

Les deux dirigent leurs sentiments dans ma direction d’une manière somme toute similaire, c’est-à-dire, l’un dans l’autre, comme de jeunes matamores italiens de leur temps. Simplement, mystère insondable de l’amour, le seul avec qui cela porte jusque dans les replis les plus profonds de mon corps, c’est Roméo. Bien des hommes ont de fort beaux yeux, mais il n’y a que les yeux de mon amant pour brûler les miens de leur feu.

Juliette

.

67- ENCORE QUELQUES QUESTION DE TON AMIE FLORE

.

Chère Juliette,

Tu as été l’amante de Paris avant de connaître Roméo. Comment votre histoire a-t-elle commencé et comment s’est-elle achevée? Si ce n’est pas trop indiscret.

Si tu avais déjà épousé Paris lorsque tu as rencontré Roméo et es tombée amoureuse de lui, que se serait-il passé?

Pour toi, vaut-il mieux aimer à sens unique et que cet amour dure toute la vie ou alors, vivre avec quelqu’un qui nous aime mais que nous n’aimons pas vraiment?

Si Roméo ne t’aimait pas du tout, aurais-tu été heureuse quand même? S’il ne t’aimait pas, aurait-tu cherché à le séduire ou le laisserais-tu venir à toi?

Qui est l’héritier de Golconde dont tu me parles dans la lettre 54, «D’autres demandes en mariage»?

Et si, après ta nuit d’amour avec Roméo, tu étais tombée enceinte, qu’aurais-tu fait? L’aurais-tu élevé, fait recueillir?

Regrettes-tu que Roméo n’ait pas été celui qui t’a pris ta virginité?

À quel âge l’as-tu perdue?

Bien à toi,

Flore

.

Tu as été l’amante de Pâris avant de connaître Roméo. Comment votre histoire a-t-elle commencé et comment s’est-elle achevée?

Il m’avait été présenté par mes parents. C’était le parti officiel qu’on me destinait. Quand je lui ai mentionné mon amour pour Roméo, il a cédé la place sans renâcler. Il m’aime très sincèrement et je le respecte immensément.

Si tu avais déjà épousé Pâris lorsque tu as rencontré et es tombée amoureuse de Roméo, que se serait-il passé?

J’aurais quitté Pâris pour Roméo, brisant le licol du mariage comme folle haquenée en furie.

Pour toi, vaut-il mieux aimer à sens unique et que cet amour dure toute la vie, ou alors vivre avec quelqu’un qui nous aime mais que nous n’aimons pas vraiment?

Aucun des deux. Il faut l’amour fou bilatéral ou rien.

Si Roméo ne t’aimait pas du tout, aurais-tu été heureuse quand même? S’il ne t’aimait pas, aurait-tu cherché à le séduire ou le laisserais-tu venir à toi?

Ne pas être aimée de Roméo serait le malheur suprême. J’aurais tout fait pour le conquérir, ce qui s’appelle tout.

Qui est l’héritier de Golconde dont tu me parles dans la lettre 54, «D’autres demandes en mariage»?

Oui, qui est-il? Et surtout: est-il heureux?

Et si après ta nuit d’amour avec Roméo, tu étais tombée enceinte, qu’aurais-tu fait? L’aurais-tu élevé, fait recueillir?

L’enfant de Roméo jailli de mon sein aura en moi la plus indéfectible des mères.

Regrettes-tu que Roméo n’ait pas été celui qui prit ta virginité? À quel âge l’as-tu perdue?

Non, je m’en moque, quelle importance? À quatorze ans. Tout m’est arrivé à quatorze ans.

Juliette

.

68- SE MARIER VIERGE

.

Chère Juliette,

Tu dis avoir perdu ta virginité avec Paris, donc, n’étant pas encore mariée. Pour les jeunes filles nobles de ton temps, la première fois ne devait-elle ne pas se passer avant la nuit de noces?

Et si pour échapper à ce mariage, tu n’essayais pas de dissuader Paris de t’épouser en faisant semblant d’être muette? Je tiens cette idée d’une pièce de théâtre «Le médecin malgré lui». Mais, tu ne la connais pas, puisqu’elle a été écrite au XVIIe siècle. C’est une bonne idée, non?

Ou, tu joues les parfaites idiotes, les filles mal élevées, tu essaies de t’enlaidir. Je ne sais pas, mais réfléchis au lieu de penser tout de suite au pire. Peut-être que tu pourrais demander toi-même la grâce de Roméo au prince afin qu’il revienne à Vérone.

Ou alors, tu menaces tes parents de te suicider s’ils ne renoncent pas à ce mariage forcé. Ou tu prétends que tu aimes les femmes. Paris ne t’épousera pas s’il croit que tu es lesbienne.

J’espère que mes solutions sauront t’aider.

Respectueusement,

Flore

.

Se marier vierge, Flore, mais c’est bon pour les rustauds du bourg! Dé-Flore un peu tes croyances sur ma classe et mon temps, voyons…

Cette batterie de stratagèmes de bateleuse que tu proposes ici m’a bien fait rire. Ils sont bouffons, ridicules mais toujours un peu plausibles. Il n’y a que celui de la lesbienne qui ne fonctionnerait assurément pas. Beaucoup de mes amies sont lesbiennes et mariées quand même. On ne dévoile jamais un si joli secret à un mari ou à un prétendant! Il s’en moquerait, n’en aurait cure. On garde donc cela entre filles… C’est d’ailleurs bien plus plaisant à terme de faire ainsi.

Comprends, une fois pour toutes, que Pâris est un ami qui m’aime et me respecte. Lui dire sincèrement qu’il doit se retirer parce que j’aime Roméo est le seul stratagème que j’aie jamais envisagé de lui infliger.

Je t’embrasse très tendrement, comme seule une fille le fait à une autre fille,

Juliette

.

69- POURQUOI DRÔLE?

.

Chère Juliette,

Je ne comprends pas en quoi mes idées sont drôles. Elles n’ont rien de ridicule et il faut sérieusement manquer de maturité pour rire de si peu, sans te vexer. Je fais peut-être rire mais moi au moins, à ta place, j’essaie de trouver des solutions au lieu de penser au suicide. Je trouve qu’il faut du courage pour se tuer mais dans ton cas, c’est plutôt de la lâcheté. Si encore tu étais paralysée à vie ou quelque chose comme ça, je comprendrais et même dans ce cas-là, rien ne vaut de sacrifier sa vie. La solution de ton problème est simple et toi, tu passes ton temps à te plaindre alors qu’à ton époque comme à la mienne, des centaines de gens meurent de faim et ne trouvent pas l’âme sœur. Qu’importe que la solution soit ridicule, du moment qu’on s’en sort.

Respectueusement,

Flore

.

Flore,

Je n’ai aucune intention de me suicider et tes solutions manœuvrières sont bien bêtes et bien hypocrites. Il y a une chose bien plus importante que «s’en sortir», c’est: ne pas transiger avec l’intégrité de ses sentiments.

Voilà.

Juliette

.

Chère Juliette,

Mes solutions sont loin d’être ridicules et encore moins hypocrites. J’ai pas mal de défauts mais, s’il y en a un que je n’ai pas, c’est bien l’hypocrisie. Je suis simplement rusée. Si tu avais cherché à me connaître plutôt que de répondre sur un ton agressif chaque fois que je te parle, tu aurais constaté que je suis aussi sincère et entière avec les gens que toi.

Respectueusement,

Flore

.

Je ne suis pas agressive, Flore. Je suis simplement ironique. Et si vous avez peine à distinguer entre agressivité et ironie, consolez-vous en découvrant que j’ai une bien plus grande peine à distinguer entre ruse et hypocrisie…

Salutations,

Juliette

.

70- MON CŒUR ME FAIT MAL…

.

Chère Juliette,

J’ai besoin de toi car mon cœur souffre. J’ai rencontré une fille sur Internet, il y a maintenant deux mois déjà. Cette fille, je l’appelle tous les soirs pour prendre de ses nouvelles mais, sans m’en rendre compte, je l’étouffe par ces appels incessants. Elle est venue à Paris, elle qui habite à Grenoble, donc j’en ai profité pour la rencontrer ce qui m’a fait très plaisir. Voici le message qu’elle m’a envoyé:

«Coucou,

je n’ai pas l’habitude d’écrire comme ça, alors je vais faire bref, je ne veux pas te blesser ni te faire de la peine, parce que je t’aime beaucoup. Tu es adorable mais avec tout ce que tu me dis, j’ai l’impression que tu t’attaches beaucoup trop à moi. Je ne sais pas si c’est de l’amour et si c’est le cas je suis désolée de te dire ça, mais là comment dire… Tous les deux, il n’y aura jamais rien. ça m’étouffe que tu m’appelles tout le temps, tes textos sont très gentils mais il y en a trop… Je crois que je n’ai pas besoin d’en rajouter pour que tu comprennes ce que je ressens… J’espère que tu ne l’as pas mal pris et qu’on pourra continuer à parler ensemble sans tous les «ma puce» qui fusent à tout bout de champ. Après ce message, si tu ne veux plus me parler, je comprendrai.

Biz, à bientôt,

Mélane

P.S.: Je sais que c’est maladroit ce que je viens d’écrire, mais je pense que tu as tout compris. Je préfère être claire tout de suite pour qu’il n’y ait pas de malentendus entre nous.»

À partir de là, le monde s’effondre sur ma tête, mon cœur me fait mal et je pleure cette douleur. Je voudrais que tu m’aides d’urgence, que dois-je faire?

Merci,

Titus

.

Il faut la laisser. C’est cruel mais c’est inexorable. L’amour est ou n’est pas. Il ne se négocie pas. Aie le courage de renoncer. Elle n’est pas ta Juliette.

Juliette

.

Juliette

Une femme a besoin d’amour, de douceur, de compréhension, de la confiance, de l’attention, parmi toutes les filles que j’ai connues, et je n’ai que dix-huit ans, j’ai beau leur donner tout ce dont elles ont besoin, je n’ai jamais ce que je veux en retour.

Par exemple, cette fille à qui j’ai tout donné, dans l’espoir un jour de l’aimer. Avant même que je ne lui dise quoi que ce soit elle me rejette sans se mettre une seconde à ma place ni se demander à quel point elle m’a blessé. Elle s’est excusée pour cela, mais ses excuses ne suffiront pas pour panser toute ma douleur et ma peine.

Juliette, à présent je suis tes conseils. Je prends la fille telle qu’elle est, j’essaie de la connaître, avec le temps, je l’accepte telle qu’elle est… Et, peut-être un jour ça sera l’amour; mais je ne crois pas aux contes de fées ni au coup de foudre, car après toutes les douleurs que j’ai connues, ce coup de foudre je devrai le vivre pour un jour y croire.

Tu vois, avant que cette fille ne débarque dans ma vie, je poursuivrais mes études en restant célibataire, car je me suis dit si une fille m’aimait pour ensuite me faire du mal, je ne le supporterais pas, moi qui suis assez sensible. Après ces trois ans de solitude, mes études se passèrent très bien, et je rencontre cette fille sur le net. Elle m’a séduit pour qu’ensuite je tombe sous son charme, mais cette fille m’a aussi détruit… Sans que je puisse le voir venir.

Comment me protéger de ça avant que ça arrive? Comment prévoir? Pourtant, je ne baisse pas ma garde devant n’importe quelle fille. Quoi qu’il arrive, elles visent toujours le point le plus sensible, mon cœur…

Voilà mes histoires de cœur, qui ne sont certainement pas les meilleures. Si tu as des conseils à me donner face à ça, je te remercie d’avance de m’en faire part.

Bisous

À bientôt

Titus

.

Oublie l’amour. Tu cherches trop à forcer son enceinte. L’amour m’a frappée quand je n’en avais cure. Oublie-le, laisse les replis de l’existence agir à leur façon.

Juliette

.

71- STATUT NOBILIAIRE DES CAPULET ET MONTAIGU

.

Chère Juliette,

Je ne vous ai pas encore écrit, et pourtant je vais assez souvent sur DIALOGUS. Je m’appelle Alexandre et j’ai quatorze ans. Est-ce qu’un jeune homme de mon âge est considéré comme «adulte» à votre époque? Je vous formule cette question car pour certaines personnes d’époques plus lointaines, c’est, on va dire, le cas.

Est-ce que les Capulet et les Montaigu ont une influence noble sur la ville?

Avez-vous déjà lu le roman médiéval Tristan et Iseult?

Bien à vous,

Alexandre, 14 ans

.

Pour moi, Alexandre, vous êtes un adulte. J’ai lu le roman dont vous parlez mais n’en ai compris le sens profond que tout récemment. Les Montaigu et les Capulet sont les deux familles aristocratiques les plus influentes de Vérone.

Tel est le résumé du tableau de fond du drame.

Bonsoir,

Juliette

.

Chère Juliette,

Pardonnez mes remarques mais j’ai trouvé votre réponse quelque peu… froide. Vous me dites bonsoir, comme si vous essayiez de liquider cette réponse en vitesse.

Sachez tout de même qu’à mon époque, on ne marie pas les gens lorsqu’ils ont huit ans, que les pères n’apprennent pas à leur descendance mâle à manier les armes lorsque ces derniers commencent à marcher. Une femme ne risque pas non plus d’être traitée de sorcière si elle se conduit comme une bourgeoise ne pensant qu’à la noblesse, à l’or, etc.

Je suis navré d’avoir écrit de telles horreurs sur votre époque, mais je suis d’un naturel à la fois colérique et ironique. Le ton de votre lettre m’a refroidi.

Sinon, j’ai une question que je juge cruciale:

Si vous et Roméo devez mourir, pensez-vous que cela raisonnera enfin vos familles et mettra un peu de plomb dans leurs têtes?

Bonne nuit,

Alexandre

.

Je doute que ma mort et celle de Roméo changent quoi que ce soit en mon monde, que je préfère de tout cœur au vôtre, soit dit sans ambages.

À votre époque, on fabrique des armes pouvant détruire la totalité du monde habité, on massacre des gens dans leur propre pays pour du carburant, on prostitue femmes et enfants à grande échelle, on laisse mourir des millions de gens de maladies curables, les villes stagnent dans de vastes nuages de poison, l’eau est de moins en moins potable et le port d’armes à feu offensives est considéré comme un droit fondamental.

Alors bonsoir, Alexandre.

Juliette Capulet

.

Chère Juliette,

Sache que je suis tout aussi choqué par les horreurs de mon temps et je pense qu’il faut parfois renoncer à sa fierté pour faire quelque chose. Je suis un garçon sensible et je survis à ces horreurs que je vois à la télévision (c’est un engin où tu peux voir ce qui se passe dans le monde) ou lis dans les journaux grâce à l’ironie et à la facilité de rire dont la nature m’a doté.

Peut-être n’aurais-je pas dû attaquer tout de suite ton époque.

Ta première réponse m’a refroidi car, premièrement, tu es une fille de rang noble donc tu devais offrir des réponses nobles moins dignes d’une «souillon» et encore…

Deuxième, tu es supposée être une fille pure, pleine d’amour etc. Tu vas dire que je lis trop d’histoires, de contes mais bon…

Enfin, j’ai une question: Comment est la bonne avec toi?

Bonsoir,

Alexandre.

.

Moins crue que toi!

Juliette

.

72- ÇA VAUT LA PEINE?

.

Ça vaut la peine de mourir par amour?

Petite Fleur

.

C’est surtout qu’après la mort de l’amour, cela ne vaut plus la peine de vivre…

Juliette

.

73- TOUTES CES CHICANES…

.

Bonjour Juliette!

Comment as-tu fait pour endurer toutes ces chicanes de famille? Moi je ne peux les supporter!

J’espère que tu es bien maintenant, avec ton Roméo! Moi, j’ai le mien et nous sommes comme vous deux, rien ne peut nous séparer!

Au revoir!

Camille

.

Les «chicanes», comme tu le dis Camille, m’affligent beaucoup en effet. Et je suis cruellement seule, ce soir.

Juliette

.

74- L’AMOUR EXISTE-T-IL VRAIMENT?

.

Juliette… la grande et si importante question: l’amour existe-t-il vraiment?

Le vrai… le seul?

Lou

.

Absolument oui.

Juliette

.

Alors comment savoir que c’est lui le grand amour… Comment savoir si celui qui croise ainsi notre vie nous aime?

Lou

.

Mais Lou, cette question est un doute en soi… Je t’assure que cette susdite question est pulvérisée, anéantie quand le vrai amour arrive. Il se hurle en toi comme une inexorable évidence et le doute n’est plus, ne sera plus jamais.

Juliette

.

Juliette,

Alors dis-moi comment savoir s’il m’aime! Comment savoir qu’il tient à moi et que je suis importante~pour lui?

Pourquoi ce «doute» est-il en moi?

Il est si secret et parle si peu, comment déchiffrer le langage de son cœur?

Lou

.

S’il t’aime, il le dira et le prouvera. Fais-le parler, fais-le agir. Ne reste pas les bras ballants et l’œil humide comme une soubrette éperdue. Mets-le à la question, fais-lui subir ses épreuves. Allons, Lou, allons!

Juliette

.

Juliette

Tu sais ce n’est pas aussi simple! Mon «Roméo» n’est pas à moi, il est à une autre! Il me dit des jolies choses mais comment savoir les secrets de son cœur? Quels mots, quels gestes peuvent faire foi de son amour pour moi?

Je ne peux rien exiger de lui, mais mon cœur frissonne dès que ses yeux se posent sur moi et mes pensées ne sont que pour lui! Un amour doux passionné me lie à lui mais… comme j’aimerais connaître les méandres de son cœur!

Lou

.

Dans un tel cas d’espèce, les guillemets à «Roméo» s’imposent en effet…

Juliette

.

Juliette,

C’est avec déception que j’ai lu ton dernier message… tant de questions pour toi et aucune réponse! N’as-tu pas de réponses pour moi pour tout au moins, m’apporter un certain réconfort!

J’aime cet homme et quand il est près de moi, j’arrive presque à toucher son cœur, mais comment m’approprier son âme! Cette insurmontable crainte de le perdre… Juliette, dis-moi, dis-moi comment reconnaître l’amour dans ses yeux!

Lou

.

L’amour ne se déclenche pas. Il est mutuel, inexorable et fulgurant dès la première seconde ou il n’est pas. Tu me demandes comment conquérir, comment séduire alors que je ne sais qu’aimer. Je ne suis que Juliette et mes déterminismes font que je ne puis rien pour toi s’il n’aime pas comme tu crois aimer. L’amour n’est pas. Il ne sera pas. Jamais.

Pourquoi te mentirai-je?

Juliette

.

Quel réconfort que de lire ta réponse!

Ses yeux… quand il est près de moi… ses yeux sont remplis de multiples étincelles. Quand il est ainsi près de moi, ses yeux s’abîment dans les miens et quand il me quitte, j’y vois alors de tous petits nuages mais ses yeux demeurent tendres et si doux.

Merci, Juliette, de ce réconfort et de cette douce certitude.

Tu as su trouver dans quelques mots ce que j’avais tant besoin d’entendre.

Dans ces temps modernes, l’amour prend de nombreuses formes. L’infidélité y est courante et je n’y échappe pas, cela t’offusque-t-il? Sinon, puis-je te parler encore de mon bel amant?

Lou

.

Cela ne m’offusque aucunement. Je suis de Vérone! Allez, allez, dis-moi tout sur ton bel amant!

Juliette

.

Tout te dire de mon amant… Je devrais alors prendre l’éternité pour te parler de la douceur de ses yeux. L’éternité pour te parler de la chaleur de ses baisers. Il me remplit d’une sérénité tranquille et si douce. Mon amant me dit des mots tendres… ceux que je veux entendre. Ces mots qui apaisent mes craintes et illuminent mon ciel d’un soleil éternel! Mon amant sait me faire sienne… me prendre et m’aimer! Si je te parle de mon amant, tu comprendrais combien je l’aime… et combien je doute de moi!

Lou

.

Ses yeux, Lou. Ses yeux ont tout crié dans la première seconde où ils ont croisé les miens, qui furent tout aussi sincères. Après ce premier regard, je n’ai pas vécu une seule seconde de doute. Pas une seule seconde. Comme… comme les fanatiques du temps des Croisades, comme… je ne sais pas à quoi comparer la fermeté tranquille de la certitude qui m’a enveloppée à ce moment fatidique dans l’amour, et pour toujours.

Juliette

.

Depuis mon dernier message, je n’ai rien reçu de toi! Es-tu encore intéressée à ce que je discute avec toi? Je t’ai longuement parlé de mon amour et j’aurais tant aimé avoir ta réponse ou tout au moins ta réflexion!

Lou

.

Je t’ai toujours répondu, Lou.

Et l’infidélité dans tout cela? Raconte-moi tout, Lou?

Juliette

.

Chère Juliette

L’infidélité… n’est-elle pas au-dedans de nous? Ne sommes-nous pas infidèles à ce que nous sommes si notre cœur reste de glace devant la passion et l’amour!

Oui, je suis infidèle mais, Juliette, mon cœur ne peut se résoudre à ne plus le voir… à ne plus avoir le plaisir de me coller à lui… de me délecter de ses mains et de sa bouche… Comment me résoudre à ne plus entendre le son de sa voix quand il me murmure qu’il aime tout de moi!

Oui, je suis une femme infidèle… mais quand mon amant est près de moi, tout s’efface, les couleurs, le temps, les objets. Il ne reste alors que nous!

Juliette, est-ce de l’amour? Un amant peut-il aimer une maîtresse suffisamment pour avoir le désir de la retrouver au risque de nombreux périls? Juliette, mon amant ne m’aime-t-il donc pas?

Lou

.

Mais je ne comprends rien, Lou. Qui trahis-tu donc tant?

Juliette

.

Juliette,

Je sais que tu m’as déjà dit que l’on sait reconnaître l’amour dans les yeux de l’homme que l’on aime mais… n’y a-t-il pas des signes qui, enfin, me diraient qu’il m’aime?

Tu sais que l’homme que j’aime est mon amant… Je t’en ai déjà parlé… Je t’ai dit également que je suis une femme infidèle, à son mari, à sa famille, à son amant et à elle-même!

Mais je ne peux pas être sourde aux appels de mon cœur.

J’ai toujours cette crainte implacable qui me saisit quand je pense à lui. Je voudrais être auprès de lui à chaque moment de ma vie. Je voudrais respirer le même air, dormir dans ses rêves. Mais une autre partage sa vie et sa couche! Il dit qu’il m’aime mais, comment ne pas me méprendre et m’assurer que son affection ne soit pas que sexuelle.

Ne peux-tu pas m’aider ma chère Juliette?

Lou

.

Une affection qui n’est «que sexuelle», cela n’existe tout simplement pas. Vous aurez la preuve que vous vous aimez vraiment quand vous abandonnerez tous vos autres devoirs matrimoniaux l’un pour l’autre.

Juliette

.

Et s’il existe un amour plus fort que la mort? Un amour passion… dévorant qui suffit à trouver l’extase du corps et du cœur!

Si cet amour existe, comme je le crois, ne vaut-il pas tous les chagrins du monde… et toute la renonciation de son cœur!

Lou

.

Oui, absolument.

Juliette

.

Je crois moi aussi qu’il existe cet amour, Juliette!

J’aime Robin de cette manière mais… je n’aurai jamais le courage de laisser mari et enfant pour lui demander de vivre avec moi car je ne sais pas si Robin voudrait vivre avec moi. Je ne suis peut-être qu’une histoire de sexe! Oh! ne vois-tu pas la tourmente de mon cœur, Juliette. Je meurs d’amour pour Robin et moi, j’en suis encore à me demander s’il m’aime! Cinq ans de complicité et de doux plaisirs!

Juliette, Ô tendre amie… ne peux-tu pas m’apporter quelque réconfort!

Lou

.

Quitte tout pour lui. C’est le seul réconfort possible.

Juliette

.

Juliette, comment puis-je agir ainsi? Tout quitter pour lui alors que toi, c’est dans la mort que tu pensais trouver refuge? Le réconfort, je le trouverai dans son cœur!

Lou

.

Je me moque de la mort. J’ai tout quitté pour Roméo et pour Roméo seul. Sans me retourner, sans compromis. Il est mon seul homme pour toujours. Il fait de moi ce qu’il veut. Si tu hésites, Lou, c’est que tu ne l’aimes pas, ce Robin. Il ne t’est qu’une foucade occasionnelle. Continue ta petite ballade extra-maritale alors, et cesse de te pâmer pour si peu. Ne change strictement rien. Tout est en ordre. Tu as deux hommes dans ta vie comme les trois quarts des belles de Vérone. Je n’ai rien de plus à te dire sur la question.

Juliette

.

Pardonne-moi Juliette… Je respecterai ton silence, mais n’accepterai pas ton jugement!

Lou

.

Comme tu voudras. Mais n’oublie pas une chose: tu vivras, toi. Tandis que moi…

Juliette

.

75- JE L’AIMAIS…

.

Je l’aimais Adeline. Pourquoi je ne me suis pas déclaré? Par manque de confiance en moi. Elle est partie furieuse, maintenant elle va bientôt se marier. Elle me fait dire, par personne interposée, que même après cela, nous pouvons rester amis. Elle ne ménage pas ses efforts pour me soutenir. Mais comment le pourrais-je? Je n’oserai même plus lui adresser la parole. Je veux oublier. Elle, elle n’accepte jamais ceux qui veulent oublier.

Jean-Claude

.

Oublie-la.

Juliette

.

76- JÉRÔME OU SYLVAIN?

.

Bonjour Juliette,

Je suis un peu perdue en ce moment! J’ai rompu avec mon ex-copain, alors que c’était le coup de foudre entre nous, car il y avait des choses qui n’allaient pas en lui! Problèmes avec sa maman, ses copains, il ne savait pas ses priorités alors qu’il m’aimait! Ça a duré deux mois! Je l’ai aidé à être mieux car il était perdu! Un jour, un autre garçon est arrivé et ça a été comme j’ai voulu! L’homme que je cherchais! J’ai dû faire un choix! Donc j’ai quitté mon copain pour lui!

À ce jour, je me rends compte que je tenais à lui et mon nouveau copain a une amie qu’il veut quitter! On a dit qu’on resterait amis pour qu’il agisse mais moi j’en ai marre d’attendre! Mon ex, Jérôme, je me suis rendue compte depuis que je l’ai quitté que je l’aimais. Il s’est cassé la main pour moi! Je suis perdue, Juliette! Que dois-je faire? J’aime encore Jérôme mais Sylvain a compris beaucoup de choses! Que faire? Reconquérir le cœur de Jérôme ou repartir avec Sylvain? Car on se voit, avec Jérôme, en amis et quand on se voit, eh bien c’est passionnel, plus fort qu’avant! Aidez-moi!

Sincèrement,

Amélie

.

N’hésite pas une seconde: prends Jérôme. C’est lui, la source de la folie d’amour qui te métamorphose. Ne négocie pas avec toi-même. Prends-le et donne-toi à lui. Et s’il est fou, sois folle avec lui. Et je te le répète, Amélie: n’hésite pas. Ce sera Jérôme ou aucun des deux.

Juliette

.

Bonjour Juliette,

À ce jour, j’ai quitté Sylvain! Il voulait que j’attende jusqu’à cet été. Depuis deux semaines, je vois Jérôme. C’est vrai qu’entre nous, il y a une complicité très forte. Il y met une barrière, car il a peur que je recommence. Il a une barrière aussi, je crois, à cause de sa mère. Il faut dire qu’elle habite à deux maisons de chez lui. Je sais qu’il m’aime, il est perdu et n’ose pas recommencer une relation par peur que ça ne marche pas. Hier soir, je l’ai eu sur MSN quand il m’a dit qu’il me faisait souffrir car j’attends qu’il se lâche à fond. Il a eu une boule au cœur et n’était pas bien du tout! Il m’a dit que c’est à cause de moi! Pourquoi met-il une barrière, pourquoi ne se lâche-t-il pas? Il se fait du mal, je le sais. Il en souffre et moi aussi! Il m’a dit qu’il ne supporterait pas de me voir avec un autre homme. Je lui ai dit qu’un amour peut être amical, il le sait mais il est bloqué.

C’est très compliqué tout ça et tellement dur! Je pleure tout le temps dès que je le quitte. Tous les jours, je pense à lui. Crois-tu qu’il pense pareil? Vu que c’était un coup de foudre, qu’on ne peut pas s’empêcher se voir?

Bisous et merci,

Amélie

.

Il faut le cerner. Fonce. Il se donnera ou fuira, mais tu verras clair.

Juliette

.

77- L’AMOUR ET LA PURETÉ DE ROMÉO

.

Bonjour, chère Juliette,

Je suis heureuse de pouvoir enfin rencontrer la jeune femme pour qui j’ai le plus d’admiration et d’estime. Depuis que je t’ai vue, dans cette merveilleuse histoire qu’est «Roméo et Juliette» je ne cesse de penser à cette question,

Pour toi, comment représenter l’amour et la pureté des sentiments que te porte Roméo?

Merci pour ta réponse!

Charlène, ton amie fidèle

.

Charlène,

C’est l’océan. Depuis les berges de notre belle Vénétie, on voit les eaux bleues du Golfe de Venise. Tout est dans l’océan: calme, force, sagesse, beauté, impétuosité, vie, mort. Tranquille, torrentiel et évident, l’océan est imperturbable, incontournable, irrésistible, puissant. L’amour immense, serein et éternel que me voue Roméo, quand je cherche pour toi, mon amie Charlène, à le mettre en image, ressemble à l’océan, lui aussi immense, serein et éternel.

Juliette

.

Tu as raison, Juliette. Ainsi, lorsque tu dis que l’océan est la vie et la mort et que tu l’assimiles à Roméo, tu veux dire que tu confies ta vie à Roméo?

Charlène

.

Absolument.

Juliette

.

Mais… comment peux-tu être certaine qu’il saura t’aimer comme tu le penses?

Charlène

.

Il me l’a dit et je ne doute pas de sa sincérité.

Juliette

.

Mais je me demandais… comment peux-tu être sûre de cette sincérité, de cette confiance?

Charlène

.

Je ne sais. Mais le doute est mort en moi pour tout ce qui concerne l’amour.

Juliette

.

Tu as simplement suivi ton cœur en lui faisant confiance? Tu as donc confiance en ton cœur?

Charlène

.

Je suis surtout complètement incapable de fuir la pulsion torrentielle des élans de mon cœur. Tout cela est plus fort que moi, Charlène. Je ne peux ni me raisonner ni expliquer ce qui m’arrive. Il me faut le vivre et me laisser vaincre par l’inexorable tyrannie de l’amour.

Juliette

.

Je crois savoir ce que tu ressens, moi aussi j’aime et j’ai l’impression de me sentir bizarre, pour un regard ou un geste de lui.

Charlène

.

Naturellement.

Juliette

.

Penses-tu que l’amour vaille la peine de souffrir ainsi?

Charlène

.

Je te jure de tout mon cœur que oui.

Juliette

.

J’ai peur de croire en l’amour, j’ai aimé un garçon dans le silence pendant de longues années mais lorsque j’ai su que mes sentiments n’étaient pas partagés, j’ai eu mal. Je ne veux plus souffrir! Aide-moi!

Charlène

.

Aimer EST souffrir. Je ne peux rien pour toi, Charlène.

Juliette

.

Mais, pourquoi souffre-t-on par amour, Juliette? Qu’est-ce qui fait souffrir en amour?

Charlène

.

De l’impossibilité de s’abandonner en l’exclusivité à l’amour pour cause des multiples pressions venues de ce monde.

Juliette

.

Pardonne-moi, mais je ne comprends pas bien ce que tu veux dire!

Charlène

.

Observe attentivement ce qui te fait souffrir en amour. Ce n’est pas ton amoureux mais les autres…

Juliette

.

Les autres? Mais, pourquoi les autres? Ils se moquent bien de ce que je peux ressentir! Ça leur est égal et le fait est qu’ils me laissent en paix.

Charlene

.

Ah bon! Te voici bien mal au fait des effets de l’amour. Bon, je vais devoir t’expliquer. Commence par me dire: en quoi souffres-tu dans ton amour? Qu’est-ce qui déclenche ta souffrance dans le fait que ses sentiments ne sont pas partagés?

Juliette

.

J’ai l’impression que pour lui je ne compte pas. Je ne suis qu’une fille parmi tant d’autres pour lui.

Charlène

.

Tant d’autres! Les voici donc ces fameux autres dont je me tue en t’expliquant qu’ils et elles sont la cause de ta douleur. Il faudrait que toi et lui puissiez être seuls dans l’univers. Ton problème serait alors parfaitement résolu! Tu pourrais le conquérir sans encombre aucun. Tu le tiendrais juste pour toi et il se donnerait complètement. Mais tu es affligée et flétrie par l’impossibilité de t’abandonner en l’exclusivité de l’amour pour cause des multiples pressions venues de ce monde.

Juliette

.

Que dois-je faire Juliette? J’ai enduré son indifférence durant six longues années, mais mon cœur ne le supporte plus!

Charlène

.

Fonce, Charlène.

Attends qu’il soit seul (les jeunes gentilshommes ont tendance à être matamores et persifleurs en meute. Je suis certaine que cette habitude persiste chez les hommes de ton temps). Plante-toi alors devant lui et dis-lui: «Je t’aime. Je suis amoureuse de toi depuis la première minute ou je t’ai vu. Je suis tienne. Je te suis féale. Fais de moi ce que tu voudras. Je me donne à toi sans détour». Parle de façon sobre, directe, sans minauderie. Fais sentir ta détermination, ton port, ta froide certitude.

Il tombera immédiatement ou il fuira. S’il fuit, laisse-le courir. Il reviendra, s’il aime aussi. Sinon, c’est simplement qu’il ne te mérite pas. Peu te vaudra. Tu auras au moins su jouer sec au jeu de cartes du cœur. Oublie-le alors. Sans regret ni remords.

Juliette

.

Comment oublier, quand le cœur souffre d’être éloigné?

Charlène

.

Quand ton vrai amour apparaîtra, le souvenir de celui-là volera en éclats.

Juliette

.

78- NOS ÉPOQUES

.

Madame,

En lisant vos précédents courriers et en me rapportant à notre actualité, je puis vous dire que nos époques ne comportent pas autant de différences que certains peuvent vous le faire entendre. Certes, à notre époque certaines femmes s’assument, se rebellent, se révoltent même, mais malgré cela beaucoup font comme vous, et se soumettent.

Pour vous en donner la preuve: il existe encore beaucoup de mariages arrangés. Oh, pas beaucoup dans notre pays, la France, quoique… Cela ne se passe plus comme de votre temps, certes, mais dans les familles aisées ou aristocratiques, on fait tout pour que les enfants ne fréquentent que des gens de leur «milieu». Ainsi ils ont l’illusion de choisir leur futur conjoint. Mais si l’un d’eux a le malheur de franchir une de ces barrières que sont le rang social, la culture (une autre religion par exemple), ou la couleur de peau, alors les familles se déchaînent et font tout pour que la relation s’arrête, aussi sincère soit-elle. Il y a même des rivalités de familles qui subsistent encore, oh plus aussi violentes, mais tout aussi réelles, des rivaux dans les affaires par exemple: on ne se marie que si et seulement si cela peut arranger les affaires.

En ce qui concerne les duels, ils n’ont cessé que dans la forme que vous connaissiez, mais ils existent encore. Par exemple à la sortie d’une discothèque (l’équivalent des bals de votre époque) il arrive régulièrement que des gens se battent pour les compagnes qu’un autre a tenté de séduire ou a tout simplement regardées.

Chère Juliette! Comme on dit, il faut vivre avec son temps! Vous assumez pleinement le vôtre et je vous admire pour cela. Je conclurai cette lettre par une question: pour vous, l’Amour est-il une totale fusion avec votre tendre aimé, à tel point que chaque minute sans lui vous semble des heures?

Bien à vous, chère âme du passé.

Sabrina

.

Suite à mes conversations personnelles avec les femmes de votre temps, je ne suis pas certaine du tout de partager votre conception un peu étroite de leur liberté. Et ma réponse à votre question est: oui.

Juliette

.

Chère Juliette,

Je ne suis pas du tout en train de contredire ce que mes contemporaines ont pu vous dire, je suis moi-même très libre et indépendante, et n’attends pas l’avis de mes parents pour prendre mes décisions. Je vous dis juste qu’en fonction des pays et du développement de ces pays la liberté des femmes est toute relative.

Pardonnez-moi, je vous prie, si mes propos ne vous sont pas parvenus avec le sens que je voulais y mettre.

Bien à vous,

Sabrina.

.

À un demi-millénaire de distance, Sabrina, je t’assure du fond de mes entrailles que la plus modeste villageoise de l’Afrique mystérieuse ou de la lointaine Arabie est plus affranchie et affirmée que les belles de Vérone qui m’entourent et m’influencent. Ton millénaire sera le millénaire de la femme et je t’envie profondément de vivre cela comme un fait si pur et si ordinaire.

Juliette

.

Chère Juliette,

Si j’en avais le pouvoir, je vous arracherais, vous et votre Roméo, pour vous emmener ici en notre siècle ou toutes les amours sont possibles, même les plus folles.

Courage Juliette,

Votre amie lointaine, Sabrina.

.

Je meurs de ne pas être libre d’aimer.

Juliette

.

Chère Juliette,

Je suis profondément navrée des conditions de vie qui sont les vôtres. Vous devez être bien malheureuse de ne pouvoir vous affirmer et vivre libre comme nous. Vous m’apparaissez forte et très courageuse, peu de femmes de notre temps supporteraient vos conditions de vie.

Bien à vous et courage, chère Juliette.

Sabrina

.

Merci,

Juliette

.

79- A-T-ON LE DROIT D’AIMER VRAIMENT À QUINZE ANS?

.

Chère Juliette,

Je vous écris pour vous poser une question…

Comment se rend-on compte qu’on aime un garçon? Comment vous êtes-vous rendu compte que vous aimiez Roméo? Vous l’a-t-il dit? Je suis perdue dans cet océan qu’est l’amour… Je ne sais pas si je l’aime d’amour ou d’amitié. Ce n’est pas son physique qui m’attire! J’ai peur de l’avoir perdu à jamais… Peut-on perdre l’amour de sa vie? Je crois que j’ai cessé de croire en l’amour, mais l’amour croit en moi. Pourquoi aimer fait-il si mal?

J’ai été dans sa classe deux ans, mais il a redoublé, donc cette année il est resté en quatrième. Je le vois toute la journée, mais je ne lui parle pas… A-t-on le droit d’aimer vraiment à quinze ans?

Alexandrine

J’attends votre réponse impatiemment… merci.

.

J’ai quatorze ans et j’aime. Oui, on peut perdre l’amour de sa vie. Pour la réponse à tes autres questions, il faut lire ma correspondance ici.

Juliette

.

80- SIX MOIS

.

Chère Juliette,

Penses-tu que l’amour d’une vie puisse durer six mois. En effet, six mois c’est déjà toute une vie quand on a vingt-six ans comme moi. Merci de me donner ton avis.

Marilyne

.

Oui, l’amour d’une vie peut même ne durer qu’un seul jour. Mais… quel jour!

Juliette

.

81- TU TE CONTREDIS

.

Chère Juliette,

Tu conseilles aux autres ayant des peines de cœur qui t’écrivent d’oublier l’élu de leur cœur. Mais tu dis toi-même que tu ne pourrais pas vivre sans Roméo. Tu te contredis. Tu leur conseilles d’oublier mais toi, tu te tues si ça ne marche pas. Faudrait savoir.

Respectueusement,

Flore

.

Il faudrait surtout lire attentivement, Flore. Si tu le fais, tu observeras que je ne recommande le renoncement que dans les cas malheureux où l’émotion amoureuse n’est pas mutuelle. Si l’émotion amoureuse est mutuelle il faut la consumer, la consommer ou mourir.

Juliette

.

82- LA MÊME HISTOIRE…

.

Bonjour Juliette,

Quand j’ai vu votre nom, il a fallu que je vous écrive…

C’est un peu bizarre et compliqué mais j’ai un peu le même problème que vous. J’ai rencontré un garçon il y a de ça sept ans (j’en ai seize aujourd’hui) et c’est devenu mon meilleur ami, mon confident. Maintenant que nous sommes plus vieux, nous avons découvert que nous ressentions beaucoup plus que de l’amitié. Le problème est que mes parents le détestent parce que mon père était ami avec le sien quand il était jeune et, pour une raison que je ne connais pas, ils se détestent aujourd’hui. Même son père ne veut pas me voir avec lui ou même que je l’appelle. Alors ce que nous faisons, c’est que nous nous voyons en cachette dans un parc ou au magasin… Je commence à trouver cette histoire ridicule… Et en y pensant bien j’ai réalisé que ça ressemblait vaguement à la vôtre… j’aimerais votre avis s’il vous plaît, ça me ferait très plaisir de vous lire et enfin comprendre ce qui nous arrive. Je suis désespérée…

J’attends avec impatience votre lettre…

Stefany… au coeur brisé…

.

Stefany,

Continuez de vous aimer sans vous soucier des bisbilles de famille.

Juliette

.

83- AMOUR ÉTERNEL

.

Chère Juliette,

J’ai beaucoup apprécié de vous lire dans toutes ces lettres. J’aimerais vous faire part d’une petite histoire…

Il y a environ trois mois, une femme a fait un voyage et elle a rencontré un homme. Lorsqu’elle l’a vu: il est si beau, son sourire, ses yeux éclatants, ses manières, ses petites attentions… il est barman. (Son ex était un grand millionnaire propriétaire de sa propre entreprise qui pouvait lui offrir la vie qu’elle voulait. Toutefois, il n’était pas si bien pour elle et elle l’a quitté). Elle était maintenant dans un pays communiste où les gens du pays ne peuvent pas côtoyer les touristes.

Au début, elle a fait son indépendante face à cet homme. Mais les regards entre les deux furent trop profonds. Elle voulait seulement être au bar et lui avec elle. À son break, il a pris le risque d’aller la rejoindre à sa chambre. C’était passionnant mais elle n’a pas voulu rien de sexuel. Ils étaient tous les deux tellement passionnés donc ce fut tout de même difficile de résister mais il l’a respectée. Ils se sont parlé et embrassés passionnément. C’était fort. Tout était tellement facile avec cet homme. Elle pouvait finalement être qui elle est… sans jugements ni critiques. Il n’y avait pas d’angoisse. Enfin libre comme jamais auparavant.

Ils se sont revus une deuxième fois, trois jours plus tard à cause de son travail. Il est retourné à sa chambre. Toujours aussi passionnant mais comment expliquer. Passionnant mais pas seulement dans les baisers mais dans les regards et discussions. Il n’y avait qu’eux qui existaient. Finalement elle a voulu lui faire l’amour. Elle a voulu établir la connexion complète. C’est la première fois qu’elle s’est donnée entièrement à quelqu’un. Le sentiment était réciproque et profond. Eh oui, elle a voulu établir une connexion complète mais dans le fond elle existait déjà.

Elle n’a pas voulu en parler à d’autres. Par la suite, son amie qui était en voyage avec elle disait que ces hommes avaient le tour avec les touristes et qu’ils disaient tout ce que les femmes voulaient entendre. C’est la première fois qu’elle n’a pas eu l’intention de se défendre, ni elle ni lui. Comment son amie peut-elle savoir quoi que ce soit… si elle ne connaît pas l’histoire, si elle n’était pas présente aux rencontres. Pourtant, son amie a bien remarqué les regards profonds qui s’échangeaient entre les deux.

Ils se sont échangés leurs coordonnées et elle est revenue à son pays. Elle n’a pas eu de nouvelles de lui et elle lui a fait parvenir une lettre. Mais dans les envois ils peuvent seulement parler de la pluie et du beau temps… rien sur elle ni lui ni nous.

Eh oui, c’est mon histoire. Je sais qu’il était sur le point de venir dans mon pays puisqu’il avait déjà rencontré une femme de ma région. Il m’a dit qu’il l’aimait mais pas comme il le devrait. C’est comme si tout avait changé lorsqu’il m’a rencontré. Il avait décidé de retourner dans son pays parce que sa mère était malade.

En trois heures que nous avons été ensemble seuls, nous avons parlé de lui, moi, sa famille, la mienne, la fille qui habite dans ma région, de l’amour, de ce que nous voulions et nous avons fait l’amour deux fois comme jamais auparavant. Il m’a dit qu’il était pour tout faire pour revenir dans mon pays. Je sais qu’il ne veut pas que je prenne responsabilité pour lui afin qu’il vienne. Il m’a dit qu’il était pour s’arranger…

Depuis mon retour, j’ai attendu ses appels et lettres. Mais je sais qu’il n’a pas beaucoup de sous et il doit subvenir aux besoins de sa mère qui est malade. Pourtant, même si je n’ai pas de ses nouvelles. Il est en moi comme je sais que je suis en lui. Je comprends maintenant l’Amour et la Foi.

Je n’ai rien dit à mon entourage et pourtant il semblait tout savoir. J’ai eu des commentaires comme ceux de mon amie. J’ai essayé de me faire à l’idée et j’ai essayé de rencontrer d’autres hommes. Mais… je ne peux pas. Ce n’est pas lui. Je reviens toujours à lui. Je ne peux même pas dire que je l’attends puisqu’il est en moi. Est-ce fou? Nous sommes de deux mondes complètement différents et pourtant nous nous rejoignons. J’aimerais vous demander si nous nous retrouverons un jour mais dans le fond nous sommes toujours ensemble.

Je vous ai partagé une partie de moi. J’ai trente-trois ans. Qu’en pensez-vous?

Merci à l’avance pour votre temps.

Melissa

.

J’en pense du bien, Melissa. II faut continuer et ne pas perdre espoir. Tout est possible, tout est permis.

Aimez, aimez, c’est la seule chose qui compte.

Juliette Capulet

.

84- MES AMIS GARÇONS SONT MES PIRES ENNEMIS

.

Salut Juliette,

Mes amis (garçons) sont mes pires ennemis en matière de cœur. Ils n’ont jamais réellement envie de me voir conquérir une fille. Et ils finissent toujours par provoquer de la bisbille. Je dois donc toujours les tenir absolument à l’écart de toutes mes relations. Les filles, elles, se soutiennent et si une fille m’aime bien, les autres la soutiennent. En revanche, si j’ai un comportement un peu douteux à son égard, elles se vengent collectivement. C’est impressionnant comme faculté associative. Mais aussi la vengeance pour elles ce n’est pas la même chose que pour nous. Elles n’imaginent pas à quel point elles sont dures psychologiquement. Car elles attaquent par les sentiments.

Alors les filles sont-elles jalouses entre-elles? Et aussi, sont-elles capables de garder un secret. Je veux dire: que signifie un secret pour une fille? Apparemment pour elles un secret c’est quelque chose qu’il faut vite confier aux autres filles. Pour les garçons aussi un secret c’est quelque chose qu’il faut confier à ses potes. Mais dans le but hostile de s’en servir ultérieurement comme une arme.

Bon, toi tu préfères t’occuper de tes affaires de cœur, alors ces histoires de secrets ça ne te concerne pas vraiment. Mais moi, j’ai mis longtemps avant de m’apercevoir du danger que représente mon entourage. Bref, je suis naïf…

Ciao bella,

Clément

.

Monsieur,

Les femmes gardent jalousement les secrets les plus précieux. Croire le contraire, c’est avoir encore une perception fort superficielle de la puissance et de l’ardeur féminine.

Amicalement,

Juliette Capulet

.

85- CE QUI T’A ATTIRÉE

.

Je voudrais savoir ce qui t’a attirée en premier chez Roméo alors que vous êtes si différents. Et entre lui et ta famille, qui aurais-tu choisi?

Merci de bien vouloir me répondre Juliette.

Une de tes plus fidèles admiratrices.

Mélanie

.

Ses yeux. Ils disent tout. Et je choisis Roméo avant tout, même ma famille.

Amicalement,

Juliette

.

86- AUDITION

.

Juliette,

Je passe une audition bientôt pour interpréter ta vie d’une façon plus moderne. J’essaie de trouver la façon dont tu penses, ce que tu aimes, comment tu vois les choses… Peux-tu m’éclairer là-dessus. En ce moment, je te vois rêveuse, un peu naïve, sensible, douce…

C’est tout ce que je peux dire et peut-être que je me trompe. J’ai besoin de ton aide, chère Capulet.

Murielle Saulnier.

.

Il vous faut intérioriser mon désespoir et ma folie. Je suis foutue. Je vais mourir de mort violente et je le sais. J’aime plus que tout mon ennemi. Cela ne pardonne pas, dans mon monde. Il n’y a pas de lendemain pour moi. Cet amour est une folie. Il révolte chaque parcelle de l’entendement. Mais chaque fibre de mon être rejette le tout de l’entendement, car cet amour est le plus fort. Appelez cela de l’égoïsme si ça vous chante, je vous assure que je m’en moque éperdument. Cet amour incompréhensible est plus fort que mon temps et que le vôtre. Il est de futur immensément lointain et d’éternité.

Il vous faut donc jouer un désespoir et une folie qui sont si puissants qu’ils en deviennent une grande paix… Si vous tenez ce merveilleux paradoxe, vous me tenez.

Juliette

.

87- YEUX FERMÉS

.

Chère Juliette,

Je me pose une question aussi stupide qu’intelligente, aussi complexe que simple. Pourquoi, lorsqu’un couple s’embrasse sur la bouche, ce couple ferme-t-il systématiquement les yeux?

Et comment repousser l’amour d’un autre?

Bien à toi,

Alexandre, 14 ans

PS: Que veux-tu dire par «moins crue que toi»?

.

C’est un abandon. Un souhait de ne rien voir ni ressentir du reste du monde que le contact de l’être aimé. Pour repousser l’amour d’un autre, il suffit de ne pas aimer. Le repoussoir opère alors parfaitement.

«Moins crue que toi»… médite un peu, tu trouveras bien les significations. J’ai une sainte horreur de me gloser.

Juliette

.

Chère Juliette,

Merci de ces réponses. Je réfléchirai sur le sens de «moins crue que toi». Dans la lettre 68 «Se marier vierge», tu dis que certaines de tes amies sont lesbiennes. Excuse-moi si ma question te choque, mais l’homosexualité n’est-elle pas mal vue (et encore, c’est faible comme expression) à ton époque ou alors, si j’ai compris, c’est mal vu seulement pour les garçons?

Bien à toi,

Alexandre

.

Dans l’aristocratie de Vérone, rien n’est mal vu, Alexandre, voyons…

Juliette

.

88- QUE FAUT-IL À UN HOMME?

.

Salut Juliette,

D’abord, je te félicite pour ton courage face à l’adversité dans le contexte qui était le tien… où puisais-tu tout ce courage pour arriver en fin de compte à être toi-même et agir par toi-même lorsque tout autour de toi te l’interdit?

Et seconde question (je préfère te poser des questions afin de ne pas trop t’ennuyer), seconde question donc, que faut-il à un homme pour être irrésistible aux yeux des femmes? Je veux dire par là que recherche une femme dans l’amour? Et ne me dis pas qu’une femme recherche un être gentil, affectionné etc., car ce n’est pas vrai. C’est vrai que c’est ce qu’elles disent rechercher, mais elles ne sont jamais attirées par ceux-là, simplement leur contraire, voilà.

J’ose espérer que vous ne serez pas froissée par cet insipide vocabulaire, cette indigente et médiocre éloquence, mais avoir une rhétorique naturelle n’est guère la maestria de tout mortel; en somme ne me blâmez point car votre verbiage n’est pas octroyé à tout le monde, surtout moins de nos jours ma chère dulcinée, si je puis me permettre de m’exprimer ainsi.

Mes bons sentiments vous accompagnent jusqu’à votre couche si vous me le permettez.

H. N.

.

J’ai trouvé mon courage dans un amour fou qui me consume sans défaillir. Le courage est si facile quand le haut fourneau de l’amour fait un liquide fugace de toutes peurs et de toutes soumissions. L’homme irrésistible, c’est l’homme vrai. Sois vrai, sincère, ne te cache pas tes émotions à toi-même et elles s’émouvront toutes.

Tu peux rêver de ma couche tant que tu voudras, si tu restes conscient que tu n’y entreras jamais, absolument jamais. Seul mon homme choisi y a accès: Roméo Montaigu.

Juliette Capulet

.

89- TRENTE-CINQ ANS, AMOUREUSE

.

J’ai trente-cinq ans, je suis la maman d’une petite fille de bientôt sept ans et j’aime à en crever… Je suis séparée de son père depuis quatre ans et j’aime un autre homme depuis trois ans et demi, mais quel amour vache! On n’arrête pas de se faire du mal inutilement. Mes amies me disent que c’est un macho qui ne me respecte pas, et moi je crois que c’est moi qui provoque sa jalousie; elles me disent que je rampe, et moi je m’excuse auprès de lui pour mes attitudes tendancieuses. Je sais que c’est un homme hyper-jaloux, je ne fais rien pour le calmer et je lui en veux de tout ce qu’il me fait subir.

Voilà, Juliette, c’est ça l’amour? Ou c’est de l’amour passion? Ou ce n’est rien d’autre que de l’orgueil de sa part et de la mienne? Tu vois, Juliette, je vais finir par croire que tout ça, ce n’est que des conneries… Dis-moi?

Sarah

.

C’est l’amour, Sarah. Un parcours sans fin de douleurs dont on ne sortirait pas pour tout l’or de Golconde. Une intoxication à une de ces substances noirâtres de Cochinchine, opium ou pavot, je ne sais trop. Une mort lente, inexorable. Une lubie.

Bienvenue dans le cercle des folles de la folie d’amour… On y dansera toi et moi pour toujours…

Juliette

.

90- L’AMOUR GRAND, ÉTERNEL?

.

Juliette,

Je connais votre histoire par cœur; elle m’a beaucoup touchée. Cependant il y a une question que j’ai du mal à résoudre.

Avant de vous rencontrer, Roméo était fou amoureux d’une autre jeune femme. Vous la lui avez fait oublier en un regard. N’avez-vous jamais eu peur qu’une autre réussisse le même prodige après vous? Le romantisme est une grande chose, mais il n’est pas toujours synonyme d’amour éternel. Ainsi, Juliette, si vous aviez eu plus de temps, cela vous aurait-t-il rendus plus heureux? Et qu’auriez vous fait si Roméo vous avait trahie?

Dans l’attente d’une réponse,

Amicalement,

Floriane

.

Floriane,

Non je ne crains pas le sort qui fut celui de la flamme antérieure de Roméo. Car ici l’amour est mutuel et, étant mutuel, il se renforce et le nœud qui le noue s’affermit. J’ai tout mon temps et Roméo ne me trahira pas. Ceci rend tes deux dernières questions caduques et viles. Je comprends de cœur et d’entrailles qu’elles sont motivées par un cœur et un ventre qui n’ont pas encore aimé. Aime, Floriane, et tout ce questionnement vétillard de boutiquière volera en éclats et tessons impalpables à jamais.

Juliette

.

91- PEUR DE LE PERDRE

.

Chère Juliette,

Depuis maintenant onze mois je suis avec un garçon que j’aime et qui m’aime aussi en retour. Mais bien que je sache que son amour est fort, le mien et inexorablement puissant.

J’aimerais vous demander, à vous qui êtes l’emblème de l’amour et de la passion d’un couple résolu à s’aimer avec passion jusqu’à sa mort, comment avez vous su que Roméo vous aimait aussi fort que vous l’aimiez? Et n’avez vous jamais eu peur de perdre un jour son amour?

Je vous admire car de vous je me sens proche… car je sais que pour lui je donnerais ma vie. De tout mon respect pour le symbole d’amour qui me donne l’espoir que je ne le perdrai peut être pas.

Marine

.

Marine,

J’ai su que Roméo m’aimait pour toujours de par le seul fait que mon cœur ne laissa jamais une seconde perler la question insidieuse et douloureuse que tu me poses justement ici. C’est l’absence intégrale de cette question perfide qui en dicte implacablement la lumineuse et joyeuse réponse.

Juliette

.

92- OÙ ES-TU ROMÉO?

.

Chère Juliette,

J’aimerais tout d’abord saluer ton courage; il est clair que tu es une fille unique de par tes qualités. Je voudrai seulement que tu répondes à mes quelques questions: en premier lieu, j’aimerais savoir si tu croyais au coup de foudre et en l’âme sœur avant de rencontrer Roméo? Je voudrais également que tu me dises pourquoi Roméo et toi vous êtes vous rencontrés? En effet, si toute femme a son prince charmant (ce dont je doute fort), pourquoi des milliers d’hommes et de femmes sont-ils seuls et pourquoi Roméo et toi ne l’êtes pas!

Bien à toi.

Emily

.

Emily,

Je me fichais éperdument du coup de foudre et de ses conséquences, même une minute avant le moment fatidique. C’est arrivé de façon aléatoire, brutale, injuste, torve, inexorable, tout juste comme… comme la foudre justement. Tout le monde n’est pas frappé par elle et c’est tant mieux pour notre pauvre humanité souffrante.

Juliette

.

93- CHÈRE JULIETTE,

.

C’est encore moi Alexandre et je t’envoie une nouvelle missive pour te poser quelques questions. Comment vas-tu, sous la lune blonde au dessus des balcons de Vérone?

Si Tybalt avait tué Mercutio et Roméo, aurait-il été banni à Mantoue? Même en haïssant la violence, je comprends le geste de Roméo, la haine est un sentiment compréhensible, mais seulement avec raisons valables. Mais cela reste un sentiment à éviter.

Peut-on vivre heureux sans avoir découvert l’amour ?

Que penses-tu de Samson et de Grégoire, les valets de ton père? Ils me font penser aux centaures de la mythologie grecque, attirés par le vin et les femmes.

Connais-tu personnellement Benvolio et Mercutio, les amis de Roméo?

Bien à toi,

Alexandre, 15 ans.

.

Alexandre,

Je suis d’un an ta cadette mais tu parles de mon drame comme d’une curiosité mondaine. De ces questions frivoles et badines, je n’en considérerai donc qu’une seule en te disant qu’il est possible de vivre heureux sans l’amour. L’amour s’apparente en fait fort souvent à un malheur.

Juliette

.

Chère Juliette,

Je vais paraître fort désagréable mais je te trouve bien prétentieuse de juger mes questions frivoles et badines. En quoi est-ce qu’elles te gênent? Si c’est parce que tu les trouves indiscrètes, je peux te dire que, sur DIALOGUS, j’ai trouvé certaines questions posées à toi beaucoup plus indiscrètes (et je tiens sincèrement à m’excuser auprès des personnes concernées, je ne souhaite en aucun cas leur dire du mal). À ta place, j’aurais été ravi de répondre à ces questions car elles sont signes qu’on s’intéresse à la personne concernée.

Tu es une des plus grandes héroïnes de la littérature et du cinéma et cela, je te le dis avec sincérité car je ne suis guère un hypocrite. Quand quelque chose va bien, je le dis et quand quelque chose va mal, je le dis aussi. De plus, ce n’est pas parce que ton histoire (que je qualifierais presque de conte) est l’une des plus belles du monde et que tu gardes farouchement ton amour pour ton Roméo que tu peux te permettre de me parler froidement à chaque fois que je t’écris une lettre courtoise (sauf la dernière fois, tu sais bien de quoi je parle et on ne va pas revenir là-dessus).

Heureusement que je ne fais pas partie de la famille Capulet à ton époque (qui a ses qualités et ses défauts comme la mienne), car entre un père trop attaché à l’honneur, une mère peu soucieuse envers sa fille, un cousin arrogant et une fille frisquette, on ne sait plus où donner de la tête. Il n’y a que la nourrice qui me semble sympathique mais elle ne fait pas partie de ta famille et je te trouve un peu dure de la traiter de démon (elle n’avait pas le choix je pense), alors que tu devrais plutôt en vouloir à tes parents; mais bon, le respect entre parents et enfants n’est pas le même entre nos époques.

J’ai beau être d’un an ton aîné, je n’en reste pas moins comme toi un adolescent avec ses rêves, ses torts, ses raisons et ses problèmes.

Alors bonsoir, Juliette,

Alexandre

.

Bonsoir Alexandre, et bon vent.

Juliette

.

Chère Juliette,

Malgré tout, je suis encore là! Non pas pour t’embêter de nouveau! Mais je me permets, après avoir vu le début du film de Baz Luhrmann -jusqu’au moment où Roméo quitte avec Mercutio la demeure des Capulet- de nous accorder à tous les deux une seconde chance d’établir une nouvelle correspondance. Je fournirai des efforts et toi aussi, j’espère!

Je t’écris de nouveau car j’ai aussi une flopée de questions, que j’ai essayé de rendre moins stupides que mes précédentes pour ton goût. Mais même si tu les trouves de nouveau frivoles et inintéressantes, il faudra que tu y répondes. Quand on prône la liberté de l’amour, on prône aussi les autres formes de liberté, y compris la liberté d’expression, c’est comme ça!

As-tu déjà rencontré le Prince de Vérone? Si oui, que penses-tu de lui? Je l’imagine comme un homme assez bon, non pas capricieux et égoïste comme certains nobles mais souffrant de la haine entre vos deux familles et pouvant commettre des erreurs comme tout être humain. Suis-je loin de ton avis?

Est-ce que du sang de citoyens de Vérone a déjà coulé à cause des rixes entre vos deux familles?

Il existe un film appelé Le monde magique des Leprechauns mais qui est nommé dans le monde commercial La guerre des invisibles. Ce film reprend ton histoire mais avec des Leprechauns (ce sont des créatures irlandaises assez petites) dans le rôle des Montaigu et des fées (là, je n’ai pas besoin de t’expliquer) dans le rôle des Capulet et avec une fin différente. C’est un très beau conte; son seul défaut est la femme humaine, qui m’énerve un peu. As-tu vu ce film? Avec quels adjectifs caractériserais-tu le clan des Capulet et des Montaigu?

Quand tu apprends la mort de Tybalt, tu cries des injures à Roméo. Est-ce parce que tu aimais finalement un peu ton cousin ou étais-tu effrayée de voir qu’un être aussi pur que Roméo puisse commettre un crime? N’est-ce pas systématiser la conception du bien et du mal, de la beauté et de la laideur ou même de l’amour et de la haine? Ne peut-il pas y avoir des nuances dans ces notions?

Pourquoi certaines personnes attribuent-elles des adjectifs comme à l’homme la vaillance et à la femme la douceur?

Je suis entré en seconde où je commence l’italien, en plus de l’anglais et de l’allemand. À toi dont l’italien est la langue maternelle, crois-tu qu’elle s’apprenne comme les autres langues, ou est-elle au contraire difficile?

Voilà, si tu n’es pas effrayée par mes questions, je crois qu’on peut encore échanger des mots amicaux. De plus, tu dois être une fille très mignonne quand je vois le physique de celles qui t’interprètent, c’est-à-dire Cécilia Carra et Claire Danes. C’est à ta réponse que je pourrai voir si tu mérites que je te fasse ce compliment.

Bonsoir et amicalement,

Alexandre

.

Monsieur,

Vous êtes un incorrigible butor. Voici, en guise de réponse ultime à votre interrogatoire de goujat.

Juliette Capulet

.

94- TELLEMENT ROMANTIQUE…

.

Je trouve tellement romantique votre histoire! Mais j’aimerais savoir: avez-vous aimé un autre homme avant Roméo? Vos parents, qui s’opposaient à votre union, vous avaient-ils fiancée à un autre homme de la noblesse?

J’espère que vous me répondrez rapidement et je vous remercie pour le temps que vous m’accordez,

Marie-Eve Rouillard

P.S: Connaissez-vous des gens qui portent le nom de famille «Rouillard»? »

.

Je réponds «Pâris» à la première et à la seconde question et «non hélas» à la troisième.

Juliette

.

95- LETTRE D’UNE ÉTUDIANTE

.

Chère Juliette,

Je dois tout d’abord vous avouer que je suis une de vos ferventes admiratrices. Je m’appelle Magali Cloutier, j’ai dix-huit ans et je suis étudiante au CEGEP de l’Outaouais. Je suis le programme «Arts et Lettres» donc la littérature m’intéresse beaucoup et la poésie de votre histoire d’amour m’inspire également. Dans un récit, il n’y a pas seulement la profondeur des mots mais aussi la façon dont ils sont choisis. Je suis quelqu’un de passionné et je n’ai pas de difficulté à me mettre dans la peau d’une personne pour ressentir ses émotions. Tout comme vous, je suis une grande romantique. Je vous envie pour ce que vous avez vécu.

Je ne sais pas si l’amour pourrait me pousser aussi loin que de me tuer pour quelqu’un, mais ce geste est si cruel et si beau à la fois! L’intensité de votre amour pour Roméo me fait rêver. J’ose croire que mon âme sœur m’attend quelque part et je penserai à vous lorsque je l’aurai trouvée. J’admire beaucoup votre courage et j’aimerais vous demander comment on peut continuer d’y croire dans une situation comme la vôtre où l’amour est impossible.

Au plaisir de vous lire prochainement,

Magali Cloutier

.

Croire n’est plus une option quand l’amour est. Il nous dévore et tout est dit. Croyez-vous en quelque chose quand votre robe prend subitement feu parce que vous avez sottement effleuré les flammes du foyer ardent?

Non, vous mourrez en vous tordant et tout est dit. Eh bien! Aimer ce n’est que cela.

Juliette

.

96- VOTRE MÈRE

.

Chère Juliette,

Sachez d’abord que votre histoire est certainement la plus attachante que j’aie jamais lu. Vos monologues s’imposent à moi comme des poèmes inimitables.

Je vous écris pour vous interroger sur votre mère. Je comprends évidemment qu’elle était liée à votre père et que par conséquent elle ne pouvait interférer en votre faveur. J’aimerais simplement en savoir plus sur elle.

Pourriez-vous d’abord la décrire physiquement? Par ailleurs, confiez-nous vos plus beaux souvenirs partagés avec elle. Quels étaient ses activités quotidiennes et ses amis? Était-elle influente dans la maison de votre père? Connaissait-elle Roméo? Votre liaison? Est-ce qu’elle aurait pu soutenir votre cause auprès du Prince?

Merci pour toutes vos réponses, dame Juliette.

Respectueusement

Sebchab

.

Cher Monsieur,

Mère fait ce qu’elle peut. C’est une femme de notable à Vérone et cela n’implique pas beaucoup de pouvoir sur quoi que ce soit d’autre que les vastes tâches d’intendance de la domesticité. Mère est blonde, grande et svelte. Ses yeux sont bleus et tristes. Mon meilleur souvenir d’elle reste sa voix chantée, car elle chante et touche le clavecin fort joliment. Ses amitiés, féminines et masculines, relèvent de sa vie secrète et je n’en sais pas grand chose. Mère fait la part du feu, comme toutes les noblaillonnes de ce temps brutal et vénal.

Sincèrement vôtre,

Juliette Capulet

.

97- LES APPARENCES

.

Bonjour chère Juliette,

Comment allez-vous? Et Roméo? Une question me tracasse: est-ce que les hommes de votre temps sont pareils à ceux de mon temps? Je m’explique: à notre époque les hommes sont beaucoup axés sur le physique, les apparences… et ils n’ont bien souvent pas de cœur (ou de tête!) C’est tellement dommage… J’espère qu’un jour je rencontrerai celui qu’il me faut, mon «Roméo» si je puis dire!

Respectueusement,

Mélissa

.

À vous lire, chère Mélissa, il me semble que nos chevaux sont bien semblables. Ne cherchez pas, n’évaluez pas votre homme comme une monture, n’espérez pas. C’est inattendu et impromptu que l’amour arrive. Votre homme sera alors ce qu’il sera et l’amour sera tout de même là, entier, brutal, fatal.

Juliette

.

98- LES COMÉDIES MUSICALES

.

Je te salue chère Juliette,

Tout d’abord, les comédies musicales et autres choses de cette sorte (dont celle de «Roméo et Juliette») ne me semblent d’aucune valeur. Je voudrais savoir ton avis sur ces «choses» que sont les comédies musicales.

Ensuite, tu as dû «rencontrer» mon grand frère, dont les questions sont pour toi «frivoles et badines»? Tu le reconnaîtras sûrement: eh oui! C’est Alexandre, qui a quinze ans et qui est un de tes grands admirateurs; il est également fou de la comédie musicale «Roméo et Juliette».

Sur ce, je ne te dis pas à bientôt,

Aymeric, onze ans

.

Bonjour Aymeric,

Je crois que les œuvres jouées sur scène en ton temps et au mien sont bien différentes. Aussi, je ne saurais trop juger de ce dont tu me parles.

Respectueusement,

Juliette

.

99- PERDRE LA RAISON

.

Chère Juliette,

Je vous adore grâce à votre histoire, je vous adore et si l’amour est aveugle ou bien fait perdre la raison, je suis vraiment désolée de vous parler ainsi Qu’est-ce que l’amour? Qu’est ce qu’on ressent?

Madame, dites-moi si je trouverai la bonne âme sœur. C’est un peu tôt.

Bérangère

.

On ressent une explosion sans fin et aussi, de concert, une grande paix, une certitude infinie, un recul sans ambivalence face au monde. C’est délicieux, tyrannique, terrible. C’est un chemin sans retour. C’est l’indubitable.

Juliette

.

100- AMOUR VÉRITABLE

.

Tout d’abord bonjour Juliette,

J’ai longtemps suspecté votre amour pour Roméo Montaigu (sans vous offenser). Est-ce de l’amour véritable ou de la simple idolâtrie?

Ne pensez-vous pas qu’avec le temps votre amour se serait «dégradé» et aurait perdu de sa valeur?

Pour conclure pouvez-vous me certifier qu’un amour véritable est encore possible de nos jours?

Merci

Florian

.

Pour vous, Florian, un syllogisme (vous connaissez un peu de logique, non?): l’amour est éternel, mon sentiment pour mon amant est l’amour, donc mon sentiment pour mon amant est éternel. Cela capture les deux petits oiseaux piaillants de votre questionnement. Mon amour pour Roméo durera toujours et il y aura encore Amour en votre temps.

Salut,

Juliette

.

101- PLAIRE AUX FEMMES

.

Chère Juliette,

Je suis très heureux de vous écrire ces quelques lignes

Je voulais poser cette question à une femme… et je pense que concernant l’amour vous êtes la femme qu’il me faut pour répondre à cette question

Qu’est-ce qui plaît aux femmes? le charisme? la fermeté?

De mon époque tout cela ne plaît plus aux femmes, je serai bien aise en amour si j’étais né à votre époque. En espérant que vous m’adressiez une réponse. Merci.

P.-S. Dites à Roméo qu’il est un exemple pour moi et que je suis tombé souvent amoureux tout comme lui.

En espérant que je trouverai ma Juliette moi aussi…

Florian

.

Florian,

La femme aime par-dessus tout la sincérité des paroles et des sentiments. Pourquoi l’homme l’en prive autant reste une énigme opaque à mes yeux innocents. Le reste du fatras que l’homme déploie pour nous est pure fadaise.

Toujours.

Juliette

.

102- LETTRE À JULIETTE, POUR UN CONSEIL

.

Bonjour Juliette,

Je me permets de t’écrire cette lettre pour te demander un conseil. Je sors avec un jeune homme plus âgé que moi. C’est difficile parfois, car nous n’avons pas les mêmes centres d’intérêt, les mêmes passions mais pourtant je ressens le besoin d’être avec lui. Je ne sais pas s’il est vraiment sincère ou s’il joue seulement avec mes sentiments.

Aide-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de tes conseils pour m’aider à y voir plus clair. Je pense que tu es la mieux placée pour m’aider. Tu as eu, je pense, des histoires similaires ou alors par expérience.

Je te remercie d’avance et attends ta réponse qui, j’espère, m’arrivera le plus vite possible.

Dania

P.S. J’aimerais que tu me répondes le plus sincèrement possible, même si cela me rend triste, il vaut mieux une vérité pas très bonne à entendre qu’une vie gâchée.

.

Quitte-le.

Juliette

.

103- MON CHÉRI

.

Chère Juliette,

Je t’écris cette lettre pour te demander des conseils sur moi et ma vie amoureuse. Alors ça fait un an que je suis avec «mon chéri» mais lui et moi ça devient de plus en plus compliqué, et c’est agaçant car je ne sais plus quoi faire ni dire.

Nous étions partis chacun de notre côté en vacances avec la famille: donc lui en bas de l’Espagne et moi en mer Méditerranée. Ça faisait pratiquement un mois que nous ne nous étions pas vus. Quand nous nous sommes revus c’était la joie; enfin pour moi. Quand nous avons commencé à parler, il m’a avoué qu’il avait une autre copine. Pour moi, c’était mon cœur qui se brisait entièrement. Il m’a demandé pardon et j’ai accepté. Maintenant, la confiance que j’ai pour lui n’existe plus.

Je voudrais te demander si d’après toi je pourrais lui refaire confiance. Il me dit que c’était une erreur et que ça arrive à tout le monde, mais moi, je ne peux pas m’empêcher d’avoir peur et de me demander comment lui refaire confiance. Aide-moi; je ne sais pas comment faire… Est-ce que je pourrai encore l’aimer?

Merci de bien vouloir me répondre!

Émeline

.

Quitte-le. C’est lui qui ne t’aime plus.

Juliette

.

104- ARRÊTER OU CONTINUER?

.

Chère Juliette,

Je t’écris pour te demander un conseil. Je suis avec un jeune homme depuis bientôt trois mois mais ça ne va plus entre nous, et depuis une semaine je parle avec un autre jeune homme qui habite à Tours. Il m’envoie des messages très gentils et romantiques alors que mon copain n’est pas aussi attentif à mon égard.

À ton avis que dois-je faire: arrêter avec mon copain ou continuer?

Harmonie

.

Quitte le premier et passe au second. Si le second se détériore comme le premier, quitte-le aussi. Ou plus simple: quitte les tous les deux tout de suite. Tu perds ton temps avec ces fadaises! L’amour n’est pas cela.

Juliette

.

105- POURQUOI PENSE-T-IL CELA DE MOI?

.

Juliette,

Je vous écris cette missive pour vous demander conseil, car vous avez beaucoup de bon sens et aussi j’espère que vous pourrez m’aider dans cette impasse que je traverse. J’aime un homme qui m’aime lui aussi mais ne veut point me le dire. Il ne veut pas sortir avec moi car il a peur du regard des autres personnes.

Auriez-vous l’obligeance de m’aider à comprendre ce refus? Aussi pourquoi pense-t-il cela de moi? Je ne suis pas une chimère comme vous, je ne suis pas une «horreur». J’ai beau me poser la question dans tous les sens je ne trouve point de solution.

Merci de bien vouloir m’aider car je pense que vous êtes la seule à pouvoir le faire. Merci d’avance et à bientôt.

Gwénaëlle

.

Mais ma pauvre amie, pourquoi chercher à «comprendre» une pusillanimité qu’il s’agit de simplement ouvertement combattre? Pourquoi embrasser les axiomes de l’amant timoré à défaut d’embrasser l’amant et lui seul? Néglige cela et fonce! Déclare toi. S’il aime, il suivra. S’il ne suit pas, il n’aime pas et le tout de l’affaire ne mérite qu’un distant dédain.

Juliette

.

106- PAR RAPPORT À MON COPAIN

.

Chère Juliette,

Je t’écris cette lettre pour te poser quelques questions et avoir des bons conseils de ta part par rapport à mon copain. Ça fera deux ans dans quatre jours que je suis avec mon copain. Mais le problème c’est que lui, il habite à Bruxelles et moi j’habite à Montpellier. Donc, on ne se voit pas très souvent et j’aimerais le voir plus. Lui n’a pas trop de temps libre. De jour en jour, je m’aperçois que le fait de ne pas le voir souvent me fait beaucoup de mal. Il m’appelle moins et j’ai beaucoup moins de nouvelles de lui. Je sais que je souffre mais je l’aime énormément. Mais je crois que notre relation ne va pas durer longtemps, parce que la distance est vraiment trop éloignée. Donc je voudrais savoir si tu n’avais pas quelques conseils et une solution à me donner pour quand même sauver notre couple car j’y tiens.

Merci beaucoup.

Audrey

.

Audrey,

J’ai médité longtemps ce problème et ne vois qu’une solution, une seule. Il faut que l’un de vous deux… déménage. Lequel, là, c’est à vous de trouver.

Courage!

Juliette

.

107- MERCUTIO

.

Chère Juliette,

Une question me taraude depuis longtemps: qu’est-il arrivé à Mercutio juste avant le bal où vous avez rencontré Roméo? Avait-il respiré de l’éther, au vu de son long délire sur la reine des fées? Était-il ivre?

Par ailleurs, j’aime tout chez lui: son côté drôle, tragique, sa modestie, sa haine de vous tous quand il est mort. Est-il célibataire? Quel âge a-t-il?

Très amoureusement vôtre,

Anna

.

Anna, Je ne sais rien de ce jeune homme. Il m’indiffère souverainement. Je te le laisse. Amuse-toi bien.

Juliette

.

Chère mais étonnante Juliette, Mercutio est le meilleur ami de Roméo, il lui est tout dévoué, comment peux-tu ne pas le connaître, ou ne pas avoir envie de faire sa connaissance? Ton indifférence à l’égard de ceux qui sont chers à ton Roméo m’étonne et me choque un peu…

Très respectueusement,

Anna

.

Je ne sais rien de cet homme, ni de lui ni d’aucun autre, sauf mon bel et unique amant.

Juliette

.

108- ATTENDEZ

.

Vous avez eu le coup de foudre pour Roméo. Pourquoi n’avez-vous pas quitté la maison de vos parents et votre ville avec lui quand il a été banni? Vous auriez habité une nouvelle ville avec votre amour et vous ne seriez jamais retournée dans l’ancienne! Pourquoi avez-vous pris le poison si rapidement? J’aurais souhaité que vous l’ayiez attendu!

Merci,

Miriam

.

Je peux encore partir, si mon homme l’exige. Tout est possible, ce soir. Ne parle pas de ces terribles choses, Miriam. Cela m’effraie.

Juliette

.

109- TROIS QUESTIONS

.

Chère Madame Juliette,

Je suis une étudiante à l’université de la Floride du Sud et j’ai une tâche à effectuer pour mon français 3 et mes classes de conversation 1. Je dois vous poser trois questions. La première: avez-vous vraiment fait l’amour avec Roméo ou vous êtes-vous contentée de le convoiter? Vous avez su que vous ne pourriez pas l’avoir parce que vos parents n’approuveraient pas, de sorte que cela le rendait plus attirant. Ma deuxième question est: avez-vous une mère bonne et attentive? Ma troisième et dernière question est: si vous pouviez avoir n’importe quel rôle d’actrice dans un film lequel choisiriez-vous?

Merci de votre temps.

Paulette Alvarez

.

Je me suis donnée entièrement à Roméo. Ma mère est une dame très bien, très attentive. Je ne sais pas ce qu’est un film et je ne sais pas dans quelle partie du monde se trouve la Floride…

Juliette

Juliet-Romeo-versions

Note: À partir de l’échange intitulé Je comprends ton amour envers Roméo le personnage de Juliette Capulet est repris et fut alors assuré, à DIALOGUS, par un autre pasticheur ou une autre pasticheuse.

Posted in Fiction, Pastiches, Sexage | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 13 Comments »

LE LOUP LES DÉSHABILLE (Anne Leurquin)

Posted by Ysengrimus sur 1 novembre 2016

Loup-Leurquin

C’est un monde où les crédules s’auto-envoûtent, deviennent leur propre proie. C’est un tout petit monde, ordinaire, banalisé mais surtout: subtilement sensualisé et fantasmagorisé. C’est aussi un univers rural mais moderne. Il y a des téléphones portables, des véhicules quatre par quatre, de beaux lits tendance avec boutis, des appentis de fermes, des poulaillers, des chevaux que l’on monte, des curés de village blasés, de vieilles jeteuses de sort trépidantes, des clochards sylvestres, des convives inamovibles au café du coin, des enfants espiègles qui attendent la souris des dents, des maris aux abois et des épouses qui tendent à batifoler avec le tonique et viril vendeur d’assurance du hameau, ou à s’en parler, ou à en rêver. Ce monde (notre monde, en fait, sans plus), Anne Leurquin nous le (re)trace langoureusement, nous l’esquisse furtivement, comme si elle le dessinait pour la première fois. Il nous est livré, ce petit univers de notre monde, avec beaucoup de poésie, de charme, de faconde, souvent en de courts paragraphes vifs et hachés.

Et, toujours est-il que, dans ce monde là… une sorte de loup, cette nuit là, s’est évadé d’un vague jardin zoologique… S’amorce alors un tourbillon de faits brossés, souvent dans la pénombre, qui va nous placer bien en porte-à-faux entre le conte cruel, le roman de mœurs et le récit d’atmosphère.

On cherche un loup ou, en tout cas, une manière de grosse bête cynomorphe… De fait, il y en a, des animaux, dans ce petit univers: un cheval pure race, des chouettes frémissantes, des chevreuils paniqués, un serpent non venimeux en forme de S ondoyant, un crapaud sacrificiel, la furtive petite souris des dents et… le susdit loup. Surtout, il y a indubitablement un mystère. Est-il surnaturel ou métaphorique? Fantastique? Allégorique? Folklorique (après tout, la Bête du Gévaudan aussi déshabillait ses victimes, parait-il)? Il se joue, en tout cas, cet onctueux mystère, près, tout près, de la nature forestière, dense, intime et capiteuse, dans les coins et racoins des bouquets d’arbres et d’une rivière. Et il se joue de nuit, et bel et bien à l’encontre de toute morale configurée… La lune est posée dans le ciel, comme une hostie plongée dans un crachat, lumineuse, mais marquée de signes indélébiles et incompréhensibles. Puis les nuages s’en mêlent, griffent, salissent et zèbrent le cercle. Et ce loup qui est en maraude, cet animal qui (nous) hante, on le sent bien vite que, bon, c’est aussi possiblement (oui? non?) un homme. Un homme puissant, mystérieux, semi-onirique, partiellement fantasmé, que cette remarquable plume de femme fait émerger de toutes parts, en lacérant le petit contexte familial, amical, matrimonial, belledochial, en le craquelant, ce bien petit contexte, en le condamnant à tomber en poussière pour devenir le lit de cendres (des passions) froides ou le sable de la berge de rivière où se prend une vraie de vraie course folle. Une course folle de femme, surtout. Le seul mouvement de cette nuit, c’est cette course. La force d’évocation très fluide, labile et sensorielle de la prose magnifiquement maîtrisée d’Anne Leurquin ne s’explique pas sans se perdre un petit peu. Elle s’exemplifie, préférablement (pas trop non plus – il faut préserver le mystère). Pensez  (fatalement) à deux amants faisant l’amour dans le lit d’une rivière et/ou d’une mare (Je veux vivre dans la mare). Et alors, cela devient:

Les corps se frottent, presque insensibles et leurs cheveux se mêlent. Le mouvement de l’eau ainsi provoqué enhardit les amants et les enivre. Les vibrations de l’onde les portent et ralentissent leurs mouvements. Il n’existe plus de reflets sur les chairs. Leurs circonvolutions au fond de l’eau sont flouées, incessantes, peu fidèles. Les corps de lumière ont disparu depuis quelques minutes. Les vêtements liquides se collent et se gonflent doucement les uns contre les autres.

Il faut alors juste se laisser emporter. C’est exaltant, tourbillonnant, jubilatoire. D’amour et de folie, le loup les déshabille… Elles n’en sortiront pas autrement que lacérées, tringlées, déglinguées, exaltées, comblées… ou pas… Et les mecs ne s’en tireront pas si facilement eux non plus… C’est que les lectrices et les lecteurs d’Anne Leurquin deviennent imparablement des êtres altérés, déliés, déjoués. Tout se désarticule et le sens des mots fait partie d’un monde qu’ils fuient. Il faut lire cet ouvrage, et justement il faut le lire, pour tout dire, parce que cela vous marque.

.
.
.

Anne Leurquin, Le loup les déshabille, Montréal, ÉLP éditeur, 2013, formats ePub ou PDF.

.
.
.

Posted in Fiction, France, Monde, Sexage | Tagué: , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Le souvenir non reproductible d’un premier amour inacceptable

Posted by Ysengrimus sur 15 octobre 2016

Two_flowers

On dit que qui abusa, abusera. Corinne LeVayer conteste cette croyance, trop linéaire, trop simple, trop unilatérale, trop amorale. Lisons plutôt.

Le souvenir de mon premier amour (fiction)
par Corinne LeVayer

 Le souvenir de mon premier amour se perd dans les méandres de ma petite enfance. J’avais neuf ans. Mes parents étaient tous les deux attachés diplomatiques. Après de belles fonctions mondaines à Paris en 1982-1985 (j’ai perfectionné mon français ainsi), mon père fut attaché au Ministère des Affaires Indiennes en Colombie-Britannique. On s’est donc installés à Vancouver, sur la côte ouest. Comme mon père vivait ce nouveau poste comme une sorte de destitution (parce que national plutôt qu’international — diplomatie interne avec les nations Chinook), il formula toutes sortes d’exigences qu’il croyait extravagantes. Logement de fonction pharaonique, budget de déplacements somptuaire, gens de maison, etc. Il les obtint toutes. Au nombre de ces exigences figurait une nanny pour s’occuper de sa petite fille. C’est comme ça que Mariette est entrée dans ma vie… Elle a fait de moi une femme. Cela se joua entre 1986 et 1990 (Je suis née en 1977). Ensuite, mon père fut attaché ailleurs et Mariette, mon grand amour secret, resta à Vancouver…

Je suis fille unique et je ne me souviens pas exactement de mon existence avant que Mariette, donc, ma nanny et première amante, me caresse le trou dans le bain. Au début c’était avec le gant de toilette, puis au fil des mois ce fut avec la main, de plus en plus de doigts. Une douceur suave, inégalée à vie, et des orgasmes explosifs, ces derniers aussi tôt que dix ans. JAMAIS de douleur. JAMAIS en se faisant forcer. Une adresse consommée. À treize ans, je faisais du cheval sur sa main et sa bouche et pas seulement au bain… Je ne me souviens pas d’avoir eu un hymen ou de sang ou de défloration ou de quoi que ce soit. Mon souvenir est qu’avec Mariette ça glissait et c’était sublime, divin. Une entrée parfaitement langoureuse et calme dans la féminité lesbienne. Ce sont les hommes qui m’ont fait mal après. Très mal. Pas Mariette, pas le grand amour de ma vie.

Les pédophiles comme l’était cette femme sont très habiles. Et comme il s’agit de tes parties intimes, cela doit rester secret. Le secret intime devient tout naturel et il n’y a absolument rien de ressenti comme coupable. C’est comme aller aux chiottes ou se vêtir. On va se cacher de tous en se faisant doigter par Mariette et la vie suit son cours serein. On n’en parlait à personne. Cette nanny était une multi-pédophile de longue date. Une vraie de vraie experte. Les fauves chassent furtivement dans la jungle qui est de leur couleur et où le gibier se trouve…

Mais voilà le hic. Je l’ai revue ces dernières années, deux fois. Elle est dans un pénitencier à sécurité minimum à Victoria (Colombie-Britannique). Elle a fini par se faire pincer et figure aujourd’hui, à cinquante-huit ans, au registre des prédateurs sexuels. Ma grande peur fut longtemps que mes parents apprennent cela. Ils auraient ainsi percé à jour mon grand secret amoureux. Mais mes parents, ils ont tellement bourlingué de par leurs fonctions distinctes. Ils se souviennent même plus exactement de Mariette. Pour eux les gens de maison, ça va, ça vient. Ils s’en tapent un peu. C’est comme les employés d’une boite.

J’ai donc revu Mariette mais j’ai un grand défaut aujourd’hui, chère amie. Je suis adulte… Je suis comme le petit oisillon devenu grosses dinde dont parlait l’ardent pédophile Lewis Carroll, auteur d’Alice au Pays des merveilles… Elle resta tendre, toujours aussi fine et subtile. Mais sa grande peur était que je la « rapporte ». Elle ne purge que ce pour quoi elle a été localement pincée, la pointe de l’iceberg. Quand je lui ai dit que je crèverais plutôt que de la trahir, elle s’est rassérénée. Mais l’être qu’elle aimait est disparue, engloutie dans le flux du temps au sein d’une adulte dont elle ne voudra jamais. Tu me suis?

Et c’est exactement pour cela que je n’ai jamais touché moi-même aux petites filles, tu comprends. Je sais qu’elles vont grandir et que les pédophiles qui les ont initiées vont éventuellement les rejeter. C’est là une douleur atroce, insoutenable. Un déchirement de toutes les fibres de l’être. Le sachant, je ne l’infligerai jamais. Crever plutôt que de pirater si intimement une vie comme ça. Et pourtant Mariette reste la plus belle chose que la vie ne m’ait jamais offerte. Je la cherche un peu dans toutes mes amantes. Mais je sens quand même qu’elle m’a infligé l’abus suprême et je ne vais pas perpétuer ce pattern d’abus. Voilà.

par Corinne LeVayer

(Premier chapitre du roman, Mes grands yeux de poupée pleurent encore, 2016)

.

LeVayer-poupee

.

Corinne LeVayer (2016), Mes grands yeux de poupée pleurent encore, ÉLP Éditeur, Montréal, format ePub ou PDF.

.

NOTE: Corinne LeVayer refuse toute mention de son identité réelle, dans le but explicite de protéger les identités, notamment celle de ses parents ainsi que de la criminelle sur laquelle est basée Mariette. Tout a été bouleversé, les lieux, les temps, les situations, même les genres musicaux. Ne reste que l’émotion fondamentale. L’extase de la complice de pédophilie (LeVayer refuse le statut de victime) et la destruction de la communication adulte que cela entraîne. La cocaïne a un statut métaphorique de l’abus par un adulte. Cette drogue vous exalte sur le coup, dans l’innocence de la jouissance naïve. C’est à terme qu’elle vous détruit. Aussi, sevrée, on peut toujours y retomber…

.

Posted in Citation commentée, essai-fiction, Fiction, Sexage, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , | 10 Comments »

GOUINES COQUINES DE CE MONDE (Corinne LeVayer)

Posted by Ysengrimus sur 15 juillet 2015

Gouine-coquine-de-ce-monde

Voici cent cinquante poèmes érotiques lesbiens qui assument sereinement leurs prises de positions et l’ardeur sans ambivalence de leur explicite. Ce recueil s’inscrit dans une dynamique ouvertement libertine, homosexuelle, femme (au sens, classique désormais, de l’écriture femme), tout en cultivant la touche féministe requise et, surtout, tout en parlant ouvertement et très librement d’amour, de béguins, de passion, d’intimité sexuelle et de séduction. Et on en parle ouvertement et crûment.

Je suis une tribade

 Je suis une tribade
C’est dire que j’aspire à me frotter
Sur une autre tribade
Et, scintillante, à me refléter
Dans le lac brumeux de son regard.
Et à lui chanter mes aubades.
Et à lui narrer mes bobards.
 
Je suis une tribade.
Je veux me faire masturber
Par une autre tribade.
Elle, elle ne sera pas constamment déconcertée
Par mon trou ardent, purulent, mystérieux.
Je veux qu’elle décode le tout de l’amoureuse parade
Et s’y adonne sans faille, en m’aspergeant de ses longs cheveux.
 
Je suis une tribade.
Messieurs, passez votre chemin.
Seule une autre tribade
Me prendra, légère, par la main
Et me fera valdinguer, le cœur volage, le con serein,
En m’emportant, frivole, sur sa route, en son voyage, en sa ballade.
Vagin, je ne me donne qu’à un autre vagin, point.

Il n’y a pas d’ambivalence, tant sur le propos que sur sa formulation. Machos égocentriques et mijaurées pusillanimes, s’abstenir… L’exercice, remarquablement mené, se déploie en une versification irrégulière syncopée, sinueuse et coupante, un peu comme un solo jazzique de contrebasse ou de piano (l’auteure joue d’ailleurs ces deux instruments). Imaginez, pour la forme (pour la forme, hein, pas pour le contenu!), pour la structure poétique, une fusion, hachée et chantante, entre un grand ancien du vers irrégulier (Jean de Lafontaine) et un grand moderne de l’imagerie atonale en vrac (Jacques Prévert). Plus moderne qu’ancienne dans son écriture, en fait, Madame LeVayer cite pourtant, au nombre de ses inspirations: Clément Marot, Pierre de Ronsard (on sait que ce dernier ne dédaignait pas la poésie érotique), François de Malherbe, Vincent Voiture, Edgar Allan Poe et, bien sûr, Sappho. Ces cinq poètes et cette poétesse font d’ailleurs l’objet d’une très courte adaptation moderne/lesbienne chacun. Ces petits pastiches-pochades sont parfaitement savoureux et magnifiquement dominés (surtout ceux de Poe et de Sappho). Mais là, attention, il ne faut pas aller se leurrer au jeu, obligé et parfois trompeur, des références et des sources d’inspiration. La poésie de Corinne LeVayer est en fait, immensément et sidéralement originale, fraîche, vraie, neuve. Si elle invoque, de ci de là, les nymphes, les fées, l’imagerie bucolique et trois ou quatre figures lesbianisables de la mythologie antique (Diane, Atalante, Minerve et, dans une moindre mesure et indirectement, Astarté), cette poésie, d’un ciselé et d’une vigueur remarquables, s’inscrit plutôt, ouvertement et nettement, dans une modernité urbaine évoquant les boites de nuit lesbiennes, la consommation de drogues dures (comme la cocaïne ou les amphétamines), la prostitution homosexuelle, et le jazz (sont d’ailleurs mentionnés, avec un amour sans mélange, les seuls hommes qu’on daigne laisser entrer en ce cénacle: Charlie Mingus, Jimmy Blanton, Thelonious Monk, Miles Davis). L’évocation verbale, parfois dansante, parfois gutturale, toujours vive et juste, de la musique est particulièrement précise, inspirée et sentie.

 Une contrebasse
Ça s’empare des sons filés, ça les concasse.
Ça joue des règles, des rythmes. Les outrepasse.
C’est fluide, ça feule, c’est méconnu. Mais alors là, je vous passe
Les effets libidineux que ça charrie.
 
Je suis grande, j’ai les mains fortes
Mon instrument de bois, à peine audible, c’est une sorte
De grande femme aux grosses hanches
Et sans visage.
En jouant, je remue, je me déhanche,
Je suis en nage.
Je vous dis pas l’effet que ça leur fait.
Aux louves du Lutin Rouge. Mais pourtant on dirait
Qu’elles n’écoutent pas vraiment
L’intense musique
Jaillie de mon instrument,
Sauf lors de mes portions soliques.

(extrait du poème Contrebasse)

En plus de recevoir de plein fouet une poésie déconcertante et fascinante par sa puissance, sa sensualité torride, sa verve criée et sa formidable volubilité de formulation, libertaire et crâneuse, on vit aussi, de surcroît, une singulière expérience de poésie narrative. Chacun de ces cent cinquante poèmes lesbiens peut se lire isolément, comme le permet classiquement toute expérience poétique élémentaire. Lire ces poèmes (très souvent des portraits de femmes, parfois des évocations descriptives passives ou contemplatives, parfois des micro-récits singulièrement fluides et vifs, toujours surprenants) en les butinant dans le désordre est déjà en soi une jubilation fort intense. Mais le fait est que ces textes s’agencent aussi dans un ordre de déploiement construisant une combinaison agencée de miniatures et mettant en place, par touches, un récit plus large.

Nous suivons donc Corinne qui est contrebassiste dans un petit quintet de jazz qui se nomme, sans complexe, THE SWINGING DYKES (jeu de mot: les gouines qui ont du rythme et/ou les gouines qui changent constamment de partenaires sexuelles). Ledit quintet se produit dans un bastringue lesbien (traduction, ma foi fort heureuse, pour dyke joint) qui s’appelle Le Lutin Rouge et se trouve non loin du port d’une ville côtière non nommée (l’auteure travailla de nombreuse années comme musicienne et productrice de spectacles à Atlantic City, New Jersey). Ces musiciennes, toutes homosexuelles, terminent habituellement la soirée en draguant et/ou se prostituant (uniquement avec des femmes, de discrètes bourgeoises la plupart du temps). Dans un tourbillon de joie bruyante et bigarrée, rendue partiellement grotesque et artificielle par l’effet des drogues dures qui neigent à profusion, on rencontre l’interlope et internationale faune de femmes venues s’encanailler ou se retrouver, ouvertement ou secrètement, dans cette boite de nuit homosexuelle portuaire. De texte en texte, des liens se nouent entre les cinq musiciennes (Lydie au cornet, Élouade à la clarinette, Doudou à la batterie, Inferno au piano et Corinne, notre narratrice, à la contrebasse) et avec le flot fantastique, polymorphe et planétaire, des gouines coquines urbaines, prolétariennes ou mondaines, venant se trémousser au son de ce be-bop nerveux, pour femmes seulement. Des idylles se nouent et se dénouent, des conflits éclatent, des débats sur l’homosexualité, le consumérisme sexuel, l’inconscient phallolâtre, les fantasmes lesbiens et les modes capillaires se formulent ouvertement et se tranchent aussi net. Reconnue parmi ses pairs pour sa langue bien pendue et son aplomb indémontable, Corinne est une libertine, mais une libertine qui menace…

Ce qui fait monter le libertinage: mûrir.
Ce qui ralentit inexorablement le libertinage: vieillir.
Et surtout, ce qui tue le libertinage, ce n’est pas, absolument pas, un nouvel amour,
C’est le retour
Incessant
Et lancinant
Du petit jour.

(extrait du poème Ce qui tue le libertinage)

De plus en plus éreintée, esquintée, démontée, lasse, taraudée par la drogue et l’affaiblissement inexorable de ses grandes mains de musicienne, Corinne ne cherche pas du tout le grand amour. Cela, on le sait tous et toutes, est souvent le meilleur moyen de le trouver et de voir sa vie d’autrefois abruptement fracassé par lui… Je ne vous en dis pas plus.

Ce recueil étonnant, extraordinaire, unique, se lit d’une traite. La passion, la folie, l’homosexualité, la drogue et la musique nous y prennent au corps, du début à la fin. À ne pas mettre entre toutes les mains ou entre toutes les oreilles… seulement les mains les plus agiles, seulement les oreilles les plus exercées.

.
.
.

Corinne LeVayer (2012), Gouines coquines de ce monde, ÉLP Éditeur, Montréal, format ePub ou PDF.

.
.
.

Posted in Citation commentée, Civilisation du Nouveau Monde, Fiction, Poésie, Québec, Sexage | Tagué: , , , , , , , , , , , | 17 Comments »

QUATRE CONTES ÉROTIQUES (Paul Laurendeau)

Posted by Ysengrimus sur 1 juillet 2014

quatre-contes-erotiques

Se compénétrer, comble de la langueur érotique. C’est ce qui se passe ici, tout doucement, narrativement, avec ces quatre contes érotiques en gigogne. On démarre avec les mésaventures post-sadiennes de Béatrice et surtout de Valentine, jeunes allumeuses ouvertement assumées qui aiment les garçons (pour les bonnes et les mauvaises raisons) et ne se privent pas pour bien le leur faire sentir. Le premier conte est le surf hyperactif des idylles furtives, une cavale sexy un peu myope et échevelée qui nous ballote sur les flots tumultueux et saumâtres de la fuite en avant d’homme en homme en se laissant porter par ce fabuleux et cuisant mal du siècle de filles: la haine de soi. Le dernier homme rencontré (et baisé) par Valentine est Philippe, le petit travelo propret, sensuel, salace, lascif, gynocrate et soumis qui sera le discret protagoniste du second conte. Sous les ordres de Proserpine, sa maîtresse inconditionnelle et doucereusement tyrannique, Philippe prend respectueusement soin d’une des hôtesses de cette dernière. Tout est possible, tout est permis au Grand Salon du Bas d’Icelle si et seulement si Proserpine l’autorise. Cette salonnière fantasmante, «encore belle» (comme on disait autrefois), est une dame d’âge mûr qui porte en elle, bien serré, bien recroquevillé, le secret de fin d’enfance justement relaté dans le troisième conte. Proserpine toute jeunette, nubile, éperdue et ardente, rencontre alors son premier amour, dans la vieille demeure campagnarde de tous nos jadis, et elle s’unit à lui, dans des conditions particulièrement surprenantes. C’est un homme élégant et mystérieux ­­—un écrivain— qui fera monter sa jeune amante vers une étrange extase à la fois folle et docile. Ce faisant, il tape, cet élégant monsieur, sur sa fascinante machine à écrire, le texte du quatrième conte, le plus féerique des quatre, le plus éthéré mais le plus couillu aussi: une lecture masculinisée du drame de Barbe Bleue. Oui, ce vieux lascif de Gilles de Rais nous donne sa fougueuse version des choses du dire douloureusement phalloclaste, juste avant de quitter le monde de l’amour et de la passion torride dans les replis duquel tout ce qui érotise finalement, justement, se compénètre mais aussi se décarcasse, comme les calicots d’un théâtre à ciel ouvert, sous la tempête.

Commentaire de l’auteur (Paul Laurendeau/Ysengrimus): Écrire érotique, c’est unique, c’est spécifique, c’est jouissif mais c’est ardu, aussi. C’est toujours particulièrement déroutant. On est vraiment dans de l’écriture à genre contraint. Je veux dire par là que si toute fiction incorporant un meurtre n’est pas nécessairement un roman policier, toute fiction incorporant le passage d’une soucoupe volante, de la moindre petite soucoupe volante, dans le ciel, nous place automatiquement, comme fatalement, dans la science-fiction. De la même façon, il y a des récits avec flingue et des récits sans flingue… c’est ainsi et ce, que le genre textuel soit explicitement dénommé ou non. Et, bon, ce sont alors (avec flingue versus sans flingue) des univers, des rythmes et des dynamiques totalement distincts. Il y a vraiment des textes qui sont à genre contraint et, je veux dire, contraint par les moindres petites choses se manifestant dans le récit. L’érotisme est totalement tributaire de ça. Il fonctionne ici moins comme une scène de meurtre que comme le passage d’une soucoupe volante ou l’apparition, subite ou attendue, d’une arme à feu. Si l’érotisme se manifeste, même temporairement, même fugitivement, il acquiert vite le pouvoir absorbant des fixations lancinantes qui l’impose comme thématique majeure sinon exclusive du récit. On glisse, on dérape dans le texte érotique et on y colle comme la mouche dans la toile du monstre. L’érotisme ne peut pas se traiter (s’enfiler en douce, s’introduire subrepticement, soit dit ici sans vouloir faire gaulois ou facile) comme on le ferait d’un décor, d’une tonalité ou d’une péripétie. Il est obligatoirement un sujet force. S’il y a érotisme, on est en train d’écrire un texte érotique. Pas de demi-mesure. Notre culture est configurée comme ça, concernant les choses de l’intimité sexuelle. C’est comme ça et puisque c’est comme ça, autant pleinement assumer, jusque dans la formulation du titre du recueil, qui annonce les couleurs, comme le feraient «du cosmos» ou «aux étoiles» dans le titre d’un roman de science-fiction. Je n’y peux rien, il n’y a pas de roman ou de nouvelle «demi-érotique». pas plus qu’il n’y aurait de demi-science-fiction. L’autre problème avec ce type de texte est que l’explicite, raffiné ou vulgaire, cru ou velouté, salace ou altier, beau ou moche, ne fait pas nécessairement l’érotisme. Il s’en faut de beaucoup. La libération sexuelle du dire ne fait pas nécessairement que tout est dit. Érotiser, ce n’est pas seulement formuler, raconter, rapporter, c’est aussi imprégner, hanter, alanguir. Il faut jouer avec les tensions émotionnelles, les contraintes thématiques (le texte érotique traite toujours des thèmes et il emporte avec lui des thèses même s’il se garde bien de les défendre didactiquement). Érotisme n’est pas pornographie (et ceci n’est en rien un jugement moral). Il faut, de plus, gérer cet étrange et très spécifique effet de satiété qui fait qu’on se «toque» (qu’on sature, littéralement) passablement rapidement en lisant de l’érotique (alors qu’on gobe des centaines de pages de esse-effe. ou de polar sans tiquer). Les embûches sont donc ici singulières, lancinantes, inusitées et sans commune mesure. On peut vraiment réussir ou rater un texte érotique. Et, dans un cas comme dans l’autre, ouf, il ne se fera pas que des ami(e)s. Comme aurait pu le dire Proserpine en personne au sortir de l’enfance: sachez-le, mes juges… Et bonne lecture. Rêvez, mouillez et bandez bien, à ma santé.

.
.
.

Paul Laurendeau (2014), Quatre contes érotiques, ÉLP Éditeur, Montréal, format ePub ou PDF.

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Fiction, Monde, Québec, Sexage | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Les POPPERS sont désormais une drogue illégale au Canada: l’analyse de notre expert anonyme

Posted by Ysengrimus sur 1 décembre 2013

Sniffing poppers

Les poppers (nitrites d’amyle, nitrites de butyle) sont une drogue stimulante récréative largement consommée et dont les médias conventionnels et le discours institutionnel ne parlent à toutes fins pratiques jamais. Longtemps présentés, sous des marques de commerce drolatiquement explicites, comme substituts d’encens ou nettoyants à cuir, ils étaient plus ou moins en vente libre au Canada, sous ces incognitos ne leurrant personne et ce, depuis les années 1970. C’est fini. Une fois de plus le Canada harpérien a frappé frontal, dur et sot et Santé Canada, dans un de ces communiqués vagues, creux et brumeux imparables lorsqu’il s’agit de drogues récréatives, vient d’abruptement sonner la fin de la récré des poppers, notamment en pointant ouvertement du doigts les commerces qui en vendaient et qui, je vous en passe un papier, n’en vendent subitement plus. Notre expert appliqué en drogues récréatives, monsieur Ulysse Darby (nom fictif), bien connu des lecteurs et lectrices du Carnet d’Ysengrimus, a accepté de commenter cette nouvelle ineptie gouvernementale pour nous. Alors, je crois comprendre, cher Ulysse, que vous étiez un consommateur régulier de poppers. Depuis quand?

Ulysse Darby: Depuis le mois de janvier de l’an 2000, tout rond. J’étais alors un damoiseau de vingt-huit printemps et je m’étais fait coller ça sous le nez par une grosse tantouze qui avait décidé de m’exalter un petit peu, pour améliorer la performance de nos gais ébats. Le résultat avait été passablement fulgurant. Comme dans le cas de toutes les drogues récréatives, c’est la première fois qui reste la meilleure. Mais en treize ans, j’ai consommé une grande quantité de poppers de différentes marques, dans toutes sortes de situations sociales. C’était en vente libre. Et il faut déjà dire: c’était le bon temps.

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Que font exactement les poppers et comment les absorbe-t-on?

Ulysse Darby: C’est un stimulant ponctuel. Cela déclenche une vasodilatation ultrarapide des vaisseaux sanguins qui vous laisse avec une vive sensation de rush ou d’euphorie, potentiellement aphrodisiaque. Comme sur l’illustration que tu fournis ici, on débouche la petite fiole, on se la colle, bien verticale, devant une narine et on aspire, pas trop vite mais profondément, en bouchant l’autre narine. On fait ça, en alternance, dans les deux narines. Ensuite on rebouche vite la fiole, parce que c’est évanescent, ça se perd dans l’air. On retient sa respiration une dizaine de secondes pour bien laisser l’émanation s’installer. Puis on expire tout doucement. On inspire, pas trop vigoureusement. L’effet est alors claquant, foudroyant et immédiat.

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Et les défauts?

Ulysse Darby: Oh, le principal défaut c’est la brièveté de l’effet. Défaut majeur… L’euphorie ne dure que deux à trois minutes. Il faut alors interrompre ce qu’on est en train de faire et en reprendre, puis en reprendre encore, ad nauseam. L’autre défaut, corrélé au premier, c’est que l’accoutumance est vraiment bien rapide. Il faut donc en reprendre de plus en plus, renifler de plus en plus souvent pour sentir un effet qui, avec les mois et les années, en vient à pas mal se dissiper, se perdre. On finit qu’on passe une bonne partie de ses soirées coquines la petite bouteille sous le nez. À ce train là, une fiole (qui coûte une vingtaine de dollars) vous fait une soirée, deux au maximum. Puis vite, le liquide qui reste dans la fiole s’inertise… tout en restant dangereux à manipuler. Car il y a aussi carrément des dangers.

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Quels dangers?

Ulysse Darby: C’est un corrosif, genre acide ou je sais pas trop. En tout cas, si tu t’échappes ça sur la peau, c’est un irritant violent. Dans les yeux, c’est encore plus grave. C’est inflammable comme de la vapeur d’essence, une clope devant ça et tu as un petit pouf et tout le monde sursaute et s’en prend sur les mains ou dans les yeux… Finalement, si tu en bois, t’es mort. C’est un poison violent.

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Ben dites donc. De la poudre à canon.

Ulysse Darby: Absolument. Mais le rush est absolument remarquable. Combiné à d’autres drogues, comme les amphétamines ou la cocaïne, c’est magique. Cela te fait jaillir une explosion ponctuelle, temporaire mais exaltante et tonitruante, par-dessus la stimulation déjà bien installée de l’autre drogue. Imagine un long solo de guitare langoureux que ponctue subitement des explosions violentes et irrésistiblement puissantes de la batterie. À vous couper le souffle.

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Belle analogie. Je crois comprendre que c’est utilisé surtout dans la communauté homosexuelle.

Ulysse Darby: Ouais, mais méfie toi de cette idée, quand même un peu stéréotypée. Une autre légende affirme que les poppers te détendent les muscles de l’anus, ce qui rendrait les enculades plus aisées. J’infirme cette croyance.

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Vous infirmez?

Ulysse Darby: J’infirme. Oh, que j’infirme… Poppers ou pas, si vous avez un cul apte à l’enculade vous restez apte à l’enculade. S’il est inapte à l’enculade, il reste inapte à l’enculade. Les poppers n’y changent pas plus que, bon, l’alcool ou le cannabis. Ceci dit, c’est vrai que c’est une drogue associée à la culture homo mâle… mais des femmes en prennent aussi. À ce sujet, j’ai fait une observation au fil du temps, mais c’est à mon tour de me méfier des stéréotypes.

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Dites toujours. J’ai la certitude que nos lecteurs et lectrices sauront faire la part des choses.

Ulysse Darby: En treize ans de consommation intensive de cette drogue récréative, j’ai vu plusieurs fois des femmes en prendre. Ce que je vais vous dire ici est une observation ponctuelle, empirique et localisée. Il ne faut surtout pas généraliser.

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Je vous écoute.

Ulysse Darby: Les femmes que j’ai personnellement vu essayer les poppers au cours de ma vie voyaient vite leur amusement tourner court parce que ça leur collait un mal de tête horrible. J’ai déjà eu mal à la tête après des doses intensives de poppers. C’est un des symptômes annoncés et je le confirme… pas comme effet général, mais comme effet possible. Les filles y semblaient cependant beaucoup plus sensibles. C’est peut-être une affaire de masse corporelle ou d’hormones. Je ne suis certain de rien et je ne veux pas généraliser mais j’ai pu observer que les poppers décourageaient un peu les filles, à cause de ça. Ceci dit, les mecs aussi avaient leur petit facteur découragement bien à eux… C’est qu’il y a un autre symptôme fort amusant qui est, lui, indolore mais qui place les hommes essayant les poppers dans un certain état de panique ou d’anxiété.

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Quel symptôme?

Ulysse Darby: Ça fait nettement débander et/ou ça empêche l’érection. D’ailleurs c’est justement par le canal érectile, si vous me passez le mot, que j’ai eu la première fois le sentiment que l’état canadien répressif, étroit, bigot et anti-récréatif finirait par abattre son couperet sur les poppers. Tu veux savoir comment?

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Eh comment!

Ulysse Darby: Eh bien, c’est arrivé en lisant la posologie d’une marque de pilule érectile dont je tairai le nom. Tu as dit plus haut que les médias straight et le discours institutionnel parlent jamais des poppers et tu as eu absolument raison. Or, ce matin là, en lisant scrupuleusement ma posologie de pilule érectile, je tombe sur: Cette pilule ne peut pas être consommée avec des poppers car il y a risque d’arrêt cardiaque. Ça faisait vraiment tout drôle et bizarre de voir les poppers mentionnés dans ce texte aseptisé et pharmaceutique. Un sentiment d’urgence devait vraiment exister, pour qu’ils en parlent!

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Oh là, là.

Ulysse Darby: Oui, ça a certainement à voir avec la vasodilatation. Excuse moi d’être si vaseux sur les aspects physiologiques et chimiques de la chose… Holy Schmock, tu me décris comme un expert.  Je suis un bien drôle d’expert.

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Vous êtes un expert empirique, un usager. On en apprend bien plus de vous qu’ailleurs dans la documentation vide et creuse circulant sur ces questions. Poursuivez votre raisonnement sans vous inquiéter.

Ulysse Darby: Bien le tableau… empirique, comme tu dis, est le suivant. Tu te rush avec des poppers, tu débandes, tu veux te faire remonter le petit oiseau avec une pilule érectile, tu risque de te tuer net, d’un arrêt cardiaque. Ou encore, t’as le cas diamétralement converse. Tu t’amuses et batifoles avec des copains qui, sans que tu le saches, sont gavés de pilule érectile. Tu leurs proposes tes poppers qui, sans qu’ils le sachent, sont un poison violent pour eux… Pas évident du tout. La prudence et la solidarité préventive sont rigoureusement de mise. Et je t’assure que ça fait longtemps que c’est comme ça. Ma grosse tantouze de l’an 2000 qui, par parenthèse attendrie, avait la bite comme un canon, est le premier à m’avoir prévenu de cette incompatibilité entre pilule érectile et poppers. C’est pas comme si ça datait d’hier…

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Il a dû y avoir des événements malheureux de ci de là. On commence à comprendre pourquoi Santé Canada en est venu à sortir de sa tanière.

Ulysse Darby: Ouais… On peut un peu reconstituer leur raisonnement. Les pilules érectiles sont désormais massivement utilisées et personne n’en parle jamais, même dans l’intimité. On aime tant faire croire qu’on bande naturel. Et quand les gens se passent les poppers entre eux dans les soirées, ils lisent pas les posologies de rien. Ils trippent et s’amusent, un point c’est tout. Et parfois ils se réveillent trop tard. Des douleurs thoraciques inattendues apparaissent…

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Il y a donc danger.

Ulysse Darby: Ben oui… ben oui… Mais avec les drogues récréatives, il y a toujours un danger. Comme le dit si bien madame LeVayer à propos de la cocaïne, il faut procéder avec méthode et en bonne discipline, informée, responsable et circonspecte. Comme pour le ski, comme pour la natation, comme pour la moto… etc…

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Que pensez vous finalement de cette inscription des poppers sur la liste des drogues illégales?

Ulysse Darby: Bah… une connerie de plus des pouvoirs, rien d’autre. Les petits minables de la pègre vont maintenant s’emparer du commerce de ça et ils vont aller te couper ça d’eau de Javel ou de pissat de bêtes. C’est très facile à faire. Il ne sera donc plus possible de trouver des poppers de qualité, sous peu. Et, ici, je vais te servir un raisonnement vieux comme les drogues illégales mais toujours aussi imparable.

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Je vous écoute.

Ulysse Darby: Les poppers étaient bourrés de défauts. Je viens de te les énumérer sans éluder et, crois moi, je sais de quoi je parle: trop fugitifs, difficiles à manier, constamment en perte d’effet, susceptibles de causer des douleurs ou des blessures. Mais ces défauts chimiques étaient compensés par une qualité sociologique majeure: on les achetait au petit magasin du coin, sans se faire emmerder. Maintenant, illégal pour illégal, coupé de merde par la petite pègre pour coupé de merde par la petite pègre, j’aime autant y aller avec de la coke ou de la meth

Paul Laurendeau (Ysengrimus): En rendant une drogue moins grave illégale, on pousse le consommateur vers les drogues illégales plus graves. L’argument est classique, en effet.

Ulysse Darby: Et comme les vrais classiques, il est inusable, indémodable et toujours valable. Si j’ai quarante dollars qui m’aiment, désormais, je vais y aller pour une bonne ligne de meth qui me fera flotter douze heures plutôt que pour deux bouteilles de poppers, chiantes en soi et, en plus, coupées de pissat par le dealer. Tant qu’à se taper la déplaisante interaction avec les bandits, autant que ça en vaille vraiment la peine.

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Logique imparable.

Ulysse Darby: Voilà. Moi, les poppers, en treize ans de consommation assidue et continue, j’en suis pas mort. Alors faut pas trop charrier sur leurs « terribles dangers », OK. J’en témoigne. Mais, bon, j’en ai pas mal fait le tour aussi. Les deux premières années, ces petits pops! me hantaient littéralement et je n’étais pas loin, au début, de ce que le discours rabat-joie appelle une «dépendance psychologique» (officiellement, il y a pas de dépendance physique aux poppers). Puis, comme d’habe (et comme on le dit jamais), ça s’est tassé. Je me suis tout doucement lassé, la perte d’effet y étant pour beaucoup dans cette lassitude. Bon, je vais me souvenir de ma période 2000-2013 avec une tendre nostalgie. Les années poppers… Ceci dit, qu’ils aillent pas s’imaginer que leurs pratiques répressives de gendarmes étroits vont me désintoxiquer. C’est tout juste le contraire.

Paul Laurendeau (Ysengrimus): Je comprends parfaitement. Merci de ce témoignage.

Ulysse Darby: Merci à toi, Ysengrimus, de remplacer la simpliste propagande par le tout simplement vrai.

[Échange ayant eu lieu initialement en anglais et traduit pas Paul Laurendeau]

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Posted in Drogues récréatives, Entretien, Fiction, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , | 32 Comments »

La sculpture urbaine LES CLOCHARDS CÉLESTES fourvoyée dans le plus poche des parcs de poche de Montréal: le Parc Miville-Couture

Posted by Ysengrimus sur 22 août 2013

Les meurt-de-faim et les artistes
N’ont pour tout bien que leurs cœurs tristes.

Émile Nelligan
(Poésies complètes, BQ, 1992, p. 146)

.
.
.

LES CLOCHARDS CÉLESTES de Pierre-Yves Angers (1983). Le Grand Adjuvant pointe le ciel du doigt et tient la tête du Petit Aidé. Le Moyen Adjuvant pointe aussi le ciel du doigt et touche l’épaule du Petit Aidé. Le Petit Aidé regarde sereinement dans la direction que lui indiquent les Adjuvants.

LES CLOCHARDS CÉLESTES de Pierre-Yves Angers (1983). Le Grand Adjuvant pointe le ciel du doigt et tient la tête du Petit Aidé. Le Moyen Adjuvant pointe aussi le ciel du doigt et touche l’épaule du Petit Aidé. Le Petit Aidé regarde dans la direction que lui indiquent les Adjuvants.

.

C’est pas mon genre de criticailler ce que me donne la ville. Mais là, le bouchon est poussé un peu loin quand même. Quand quelque chose est pas marrant, mal fagoté, tristounet, peu plaisant, godiche, barboté, minus ou raté, les québécois disent que c’est poche. Il faut donc dire sans tergiverser que c’est pas mal poche d’avoir casé la sculpture urbaine LES CLOCHARDS CÉLESTES de Pierre-Yves Angers (1983), dans le parc de poche où elle se trouve fourvoyée, le Parc Miville-Couture à l’intersection de la rue Amherst et du Boulevard René Lévesque, à Montréal.

Un mot d’abord sur la sculpture elle-même. Elle fut façonnée il y a trente ans pilepoil cette année, elle mesure 6.4 mètres de haut et elle est du même artiste que LE MALHEUREUX MAGNIFIQUE. Elle procède d’ailleurs à la fois du même matériau que ce dernier, du même traitement anthropo-minimaliste (formes humaines dodues mais esquissées, sans vêtements, ni instruments, ni traits, ni pilosités. Certaines des mains n’ont pas cinq doigts) et de la même thématique tournant autour de la souffrance humaine. Mais les Clochards Célestes est un dispositif moins explicite, moins dépouillé, moins pétant que le Malheureux Magnifique de 1972. La sculpture de 1983 est plus compliquée, plus embrouillée, moins limpide. Mais bon, elle fonctionne. Et, entre autres, elle fonctionne comme une sorte d’antonyme de son parent esseulé de l’intersection Sherbrooke et Saint-Denis. Là-bas, le Malheureux Magnifique est accroupi, aplati et le perso est fin seul. Ici, les personnages sont trois — le Grand Adjuvant, le Moyen Adjuvant et le Petit Aidé — et ils se redressent les uns les autres, collectivement et comme par étapes, en s’ouvrant vers cette voûte céleste qui justement semblait peser si lourd sur le Malheureux Magnifique. C’est très moral, optimiste et socialement solidaire, moins dépressif, terrifié et paumé que le Malheureux Magnifique. Dans la scénarisation de la composition, le Grand Adjuvant et le Moyen Adjuvant pointent le ciel du doigt et/ou de la main, comme au bénéfice du Petit Aidé qu’ils tiennent à la nuque et à l’épaule et qui, lui, est assis (ses jambes semblent même tronçonnées) mais bombe vers le même ciel, un torse un peu moins esquissé que le reste des lignes corporelles du trio. Les trois acteurs font face au sud en tournant légèrement la tête vers l’est. Ils sont l’un derrière l’autre, intimement accolés, du sud au nord, du plus petit au plus grand. Ils s’appuient les uns sur les autres, anti-dominos se redressant: le Grand Adjuvant supporte le Moyen Adjuvant et les deux supportent le Petit Aidé. Ils sont comme empilés et partiellement enchevêtrés. Le Moyen Adjuvant, sandwiché au centre de la composition, est le moins discernable des trois. L’image globale ne se décode pas automatiquement. Il y a vraiment quelque chose de cryptique, de pas simple, d’ardu, de pas évident. Il faut regarder longuement la sculpture, tourner autour et, surtout, lui faire face pour finir par saisir ce qui se passe.

Le Malheureux Magnifique et les Clochards Célestes ont une autre caractéristique primordiale, primale, qui leur est commune. Ce sont des nus fessus. Les fesses indubitablement ont de l’importance dans ces deux œuvres qui sont, sans l’ombre d’un doute, chacune à sa manière, des aventures callipyges. Et c’est ici justement que l’aventure passe en mésaventure, vu qu’une insidieuse censure s’applique sans bruit, en douce… et qu’elle va prendre une tournure passablement nuisible, dans le cas des locataires gigantesques du Parc Miville-Couture, ce petit parc de poche pocheles Clochards Célestes sont fourvoyés. Pour discrètement censurer le Malheureux Magnifique, on l’a retiré, sans trompettes, de la petite place où il se trouvait auparavant et on l’a collé dos à un mur. Tant et tant qu’il n’y a eu que des photographes très assidus et méthodiques pour aller lui chercher les fesses (et, dans le même mouvement, pour problématiser celles-ci thématiquement). Dans le cas des Clochards Célestes, ce sont les fesses du Grand Adjuvant (les seules visibles), le point terminal nord de l’empilade humaine représentée, qui vont poser problème. Mais n’anticipons pas.

Passons plutôt sans transition à ce petit parc à l’intersection de la rue Amherst et du boulevard René Lévesque. Le Parc Miville-Couture est un modeste rectangle dont on voit facilement les quatre coins. Il est cerné par deux murs d’immeubles sur ses flancs nord et est, par le boulevard René Lévesque et la rue Amherst sur ses flancs sud et ouest. Dans le sens nord-sud, il se traverse en soixante pas ordinaires. Dans le sens est-ouest, en trente. En principe, je n’ai rien contre les parcs de poche. Il en est de fort jolis et, en soi, le Parc Miville-Couture ne fait pas exception. Quelques bons érables suffisent à l’ombrager très honorablement et, abstraction faite du bruit des voitures (le boulevard René Lévesque est une des plus grosses artères de la métropole – mais bon, il faut bien assumer la ville), il est tout à fait possible de s’y asseoir et d’y lire un livre ou son journal sans trop de difficulté. Le problème est ailleurs.

Ça commence à clocher avec la disposition des quelques bancs disponibles. Il y a des bancs tout autour de la statue mais tous ces bancs, sauf deux, tournent le dos à ladite statue. (comme on le discerne quand on regarde la statue depuis la rue Amherst — matez moi ce banc qui (nous) regarde (sur) Amherst et tourne le dos à l’oeuvre). Donc, quand on s’assoie sur ces susdits bancs tournant le dos à la statue, on discerne sans faillir les bagnoles qui passent sur la rue Amherst et/ou sur le boulevard René Lévesque. Tant et tant que, pour pouvoir regarder la statue, il faut, en fait, marcher autour du petit demi-ovale carrelé sur lequel l’œuvre est posée dans ce petit parc de poche duquel il faudrait, du reste, pouvoir sortir un peu pour voir cette masse de plus de six mètres de haut avec la perspective adéquate, c’est-à-dire depuis pas trop près de sa base. Quand on se décide finalement à aller s’asseoir sur un des deux seuls bancs depuis lesquels on peut regarder la statue, on se retrouve sous deux grands arbres nous cachant partiellement la partie supérieure de l’œuvre. Depuis ces bancs, qui sont côte à côte au nord du parc, ne nous sont visibles alors… que les longues jambes et les fesses plantureuses du Grand Adjuvant. Et ce, en gros plan (car nous sommes encore bien trop proches de la statue).

Les fesses du Grand Adjuvant des CLOCHARDS CELESTES telles que vues depuis un des deux seuls bancs du Parc Miville-Couture faisant «face» (si vous me passez le mot) à la statue. Photo: Robert Derome (la prise date un peu. Aujourd’hui, le feuillage d’un arbre cache le dos du perso)

Les fesses du Grand Adjuvant des CLOCHARDS CELESTES telles que vues depuis un des deux seuls bancs du Parc Miville-Couture faisant «face» (si vous me passez le mot) à la statue. Photo: Robert Derome (la prise date un peu. Aujourd’hui, le feuillage d’un arbre cache le dos du perso)

.

Sur le coup, toujours bon public, j’ai voulu d’abord y voir une sorte de vengeance thématique antithétique du sort fait au Malheureux Magnifique, par le dispositif urbain… mais aussi par l’artiste même. Notre bon Malheureux est accroupi, les fesses cachées contre le sol (de par l’artiste) et devant un mur (de par son emplacement urbain). Ici, avec ces trois Clochards, loisir nous est donné de bien contempler des fesses triomphantes fièrement dressées entre les jolies feuilles de nos bons érables sains et verts (ou multicolores en automne). Cette idée d’une antinomie fessière entre les deux œuvres marcherait sans clopiner, possiblement, à la rigueur, si le Grand Adjuvant était fin seul dans la composition. Or il y a trois Clochards… et, trois fois hélas, depuis le point de vue des seuls bancs faisant face à l’œuvre, les deux autres persos, et, conséquemment toute la thématique complexe et symboliquement «céleste» de la composition, nous sont cachés par les jambes et le cul du Grand Adjuvant qui occupent, elles, tout notre champ de vision. L’œuvre nous tourne le dos, ni plus ni moins. C’est pas voulu, ça. La statue comme narration, ne peut pas être contemplées depuis ces seules places assises l’envisageant. On raterait alors le tout de sa théâtralité. Tout ce qu’elle fait, c’est de nous montrer son cul, ce qui ne fonctionnerait que si c’était là sa fonction exclusive.

C’est en retournant mentalement la statue de cent quatre-vingt degrés pour qu’elle me fasse face sur mon banc lui faisant «face» (la voici maintenant mentalement cul au sud) que j’ai commencé à me dire qu’il y avait là moins jubilation d’antonymie thématique fessue que censure urbaine insidieuse. Me projetant ensuite (mentalement toujours, hein, on peut pas vraiment y aller physiquement: trop de bagnoles) quelque part en un point situé entre les deux voies du boulevard René Lévesque, je me suis dis que quelqu’un se trouvant là, en voiture par exemple, ne verrait alors, de ma statue retournée (mentalement), qu’un grand cul blanc dressé dans le feuillage des érable. Comme l’avant de la composition, trop complexe narrativement et figurativement, ne peut pas être saisi efficacement depuis une voiture qui, elle, file et rate le tout du show dans son mouvement, force me fut de conclure que la priorité avait donc été moins de montrer la petite façade de l’œuvre aux automobilistes que de leur cacher son grand cul… C’est bien vrai de vrai que, depuis le boulevard, il aurait vraiment été difficile de donner un titre autre que cul immaculé sous les arbres à cette composition. Et comme en plus la rue Amherst est une des bonnes artères permettant d’accéder au cœur du Quartier Gai, situé lui-même un peu en contre-haut, à environ trois-cent cinquante pas ordinaires, sur la rue Sainte-Catherine, les interprétation folâtres de ce signal d’entrée vers le Village n’auraient pas manqué de fleurir… C’eut été cocasse, savoureux et drolatique mais il faut quand même aussi tenir un petit peu compte de ce que l’œuvre fait effectivement.

Sur la base de ce potentiel catastrophique ès malentendus & innuendo en rafales, j’ai laissé tombé l’idée de pouvoir simplement m’assoir devant cette œuvre, dans ce petit parc, sans tout y chambouler (du moins par la pensée). Renonçant donc à voir la statue de face depuis mon banc, je l’ai remise mentalement dans sa position initiale, cul dans ma direction (la voici maintenant revenue cul au nord). J’ai alors envisagé, mentalement toujours, de retourner les bancs se trouvant devant la statue, depuis l’autre côté du parc de poche (son côté sud), pour qu’ils regardent la scène avec les trois persos. Mais ces bancs sont bien trop proches du boulevard René Lévesque. On s’y retrouve au soleil, l’ombrage des arbres surplombant la statue ne les rejoint pas et on a le tapage du boulevard bien installé dans les oreilles. On n’est plus vraiment dans le parc, sur ces bancs du sud. Ces bancs sont de fait occupés par des gens attendant le bus (il y a aussi un abribus sur le boulevard, à bâbord du Grand Adjuvant). Retourner puis, ensuite, inévitablement, rapprocher ces bancs de l’avant du parc de la statue priverait ces gens de leur banc pour attendre le bus et ne donnerait rien de plus dans le parc de poche même. Ils seraient alors sous l’ombrage des arbres, certes, mais on y verrait l’avant de la statue de trop près, ratant complètement l’expérience qu’on vit pour embrasser la complexité de sa portion avant, quand on se tient debout aux pourtours de l’ovale carrelé qu’elle occupe au centre du parc. Le parc est trop petit, hostie. Inutile d’ajouter qu’il serait idiot et cruel d’élaguer les arbres pour rendre la statue plus visible, de cul ou de face. Le parc dessert très mal l’œuvre qui l’occupe mais gagne finalement passablement en agrément justement d’être ombragé par ce tout petit bouquet de vieux arbres.

Les deux bancs donnant sur la rue Amherst pourraient, eux, êtres retournés et permettraient au moins de contempler la statue de franc profil, ce qui est un angle intéressant. Pourquoi diable ces bancs là sont-ils tournés vers la rue Amherst plutôt que vers nos trois nudistes immaculés? Sais pas. Ou alors, serait-ce, oh… oh… que le Grand Adjuvant debout et penché légèrement vers l’avant, montrant fièrement le ciel à ses deux comparses, a, ici aussi, de profil, les fesses maximalement saillantes? La censure derechef aurait joué? La peur des plaintes à la mairie de ces bigots tapageurs et de ces pense-petits méthodiques qui, de facto, mènent le monde? C’est tristement envisageable. Enfin, ces deux autres bancs là regardent donc les bagnoles bifurquer en trombe dans l’intersection et ne profitent pas, eux non plus, de l’ombrage des arbres. Tout se passe comme si ces bancs avaient en fait été mis en place avant l’installation de la statue et qu’on avait négligé de les reconfigurer pour servir l’œuvre. Ça aussi, hélas, c’est tristement envisageable. Ah, mes amis, il faut le voir pour le croire… arbres, disposition des bancs, volume du parc, emplacement, positionnement de la statue, carence en espace piétonnier sur cette grosse intersection vacarmeuse, tout cloche dans ce parc de poche. Et c’est bien poche car c’est au détriment de la statue les Clochards Célestes, cette belle œuvre insolite, dense et généreuse qui, conséquemment, est mal connue et, vraiment, mériterait mieux… ou ailleurs… ou autrement…

LES CLOCHARDS CÉLESTES de Pierre-Yves Angers (1983). Photos: Allan Erwan Berger

LES CLOCHARDS CÉLESTES de Pierre-Yves Angers (1983). Photos: Allan Erwan Berger

LES CLOCHARDS CÉLESTES de Pierre-Yves Angers (1983) vus depuis... le banc de parc leur tournant le dos sur la rue Amherst. Photo: Allan Erwan Berger

LES CLOCHARDS CÉLESTES de Pierre-Yves Angers (1983) vus depuis… le banc de parc leur tournant le dos sur la rue Amherst. Photo: Allan Erwan Berger

LES CLOCHARDS CÉLESTES (inquiétant détail) de Pierre-Yves Angers (1983). Photo: Allan Erwan Berger

LES CLOCHARDS CÉLESTES (inquiétant détail) de Pierre-Yves Angers (1983). Photo: Allan Erwan Berger

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Commémoration, Culture vernaculaire, Montréal, Québec, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 24 Comments »

MERCI À CES HOMMES QUI ONT FAIT DE MOI UNE LESBIENNE (Josianne Massé)

Posted by Ysengrimus sur 1 février 2013

Montréal 2000-2010, sur le «prestigieux» Plateau Mont-Royal, une jeune femme lutte avec elle-même et le monde, pour mettre en place son identité. Elle vit avec un homme plus vieux qu’elle, brillant musicien montréalais, artisan créatif, noceur alerte. Mais la relation s’enlise. La baise perd graduellement son ardeur et sa passion. Et surtout «je» ressent une pulsion l’attirant de plus en plus fortement vers d’autres… De relation en relation, d’homme, en transgenre, en femme, en bi, en femme, en transgenre, en homme, en… nous avancerons donc alors, avec «je», le long de l’inexorable dégradé émotionnel et sexuel l’amenant tout doucement vers son lesbianisme. Houleuse, chaloupeuse, la promenade ne sera pas de tout repos et «je» nous confiera un certain nombre de secrets, au cours du bout de chemin que nous ferons avec elle, notamment sur sa maternité solitaire et sur sa propre enfance. Mais «je» est une femme à principes. La tempête émotionnelle et sexuelle qu’elle va traverser, pendant une décennie cruciale, se complète d’une formidable rigueur philosophique. «Je» considère que la bisexualité n’est en rien une sorte d’état transitoire bancal ou «mélangé» mais une orientation sexuelle de plain-pied en laquelle elle croit et continue fermement de croire, même après son passage au lesbianisme. Quand ce dernier se stabilise, une solide déférence bisexuelle y perdure. Je ne suis pas lesbienne parce que je n’ai pas trouvé l’homme pour moi. Je suis lesbienne parce que j’aime les femmes. Depuis aussi longtemps que je me souvienne, j’aime les femmes. Les hommes, je les aime différemment. Comme, de plus, «je» est la mère monoparentale d’un garçon, cela engage des responsabilités supérieures armaturant la contrainte d’un maintient des hommes, au moins comme figures, comme entités principielles, dans le tableau coloré, bigarré, des représentations fondamentales.

 Chez, «je», action et réflexion, fiction et analyse s’accompagnent très intimement. Le nerf vif de la pensée critique naît de l’instabilité amoureuse. Les relations intimes que vit «je» s’usent, les passions s’étiolent, le sexe –surtout le sexe hétérosexuel- s’uniformise en routine avachie, pire que pire: en routine pute. Chaque branlette devient une monnaie d’échange quand vient le temps de faire la vaisselle. Chaque fellation est vue comme une récompense extraordinaire ou pour acheter la paix. Je ne suis pas une adepte de sexe, je ne suis qu’un instrument usé. Le sexe devient alors une seconde nature, une seconde peau à l’intérieur de laquelle je peux me cacher. Le sexe est un outil pour ne pas avoir à trop se dévoiler. À côté de cela, quelques instants fugitifs dans une toilette publique avec une femme, le regard ébloui et impudique jeté sur une apparition féminine dansant sous la pluie dans un parc, un simple texto de fille, une oeillade fugace, un décolleté provocateur, s’impriment au fer rouge en «je» et lacèrent sa psyché, sa verve, son écriture de la plus polychrome et la plus chamarrée des poésies… «Je» assume cela de plus en plus.

 Dans Merci à ces hommes qui ont fait de moi une lesbienne, le Bacardi coule à flots, la boucane de cannabis monte dense, la pression des pairs agit et vous saisit comme un éther vif, la jeunesse se brûle par les deux bouts. «Je» chemine, en enfonçant encore et encore le sillon social et mondain dans la fente humide de la plus ancienne des blessures. Mais l’univers papillonnant et superficiel des fêtards montréalais début-de-siècle et les jets, clics, et déclics des cyber-dragouilleuses, toutes intégralement tributaires de la nouvelle net-normalité, n’emportent «je» dans leurs tourmentes si jeunes, si éphémères, si tragicomiques que pour mieux asseoir sa sagesse et sa compréhension radicale d’une des grandes crises existentielles de notre temps tertiarisé, mondialisé, uniformisant: celle, inégalée, inouïe, du rapprochement intellectuel, émotionnel, sensuel et sexuel des genres…

.
.
.

Josianne Massé (2011), Merci à ces hommes qui ont fait de moi une lesbienne, ÉLP Éditeur, Montréal, format ePub ou PDF.

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Fiction, Montréal, Québec, Sexage | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Corinne LeVayer et la cocaïne

Posted by Ysengrimus sur 12 novembre 2012


.

Ysengrimus: Corinne LeVayer, vous publiez, chez ÉLP éditeur, un remarquable recueil de cent cinquante poèmes érotiques lesbiens intitulé GOUINES COQUINES DE CE MONDE. Cette œuvre magnifique, polymorphe, torride et bigarrée, est intéressante d’une foule de points de vues mais vous avez eu la gentillesse de vous restreindre ici, pour le bénéfice du segment du Carnet d’Ysengrimus portant sur les drogues récréatives, à la facette de votre exploration poétique évoquant l’usage et l’impact physique et émotionnel de la COCAÏNE. Vous consommez ou avez déjà consommé cette drogue?

Corinne LeVayer: Bien sûr que non, Ysengrimus. Voyons donc! Vous vous doutez bien qu’une personne dotée d’un sens moral aussi élevé que le mien ne s’adonnerait pas à une telle activité qui est illégale et qui me mettrait nos gouvernants conservateurs, bigots, bleus-blêmes et pense-petits sur le dos… Non, non, non, TOUT CECI EST PURE SPÉCULATION CRÉATIVE, UNE ŒUVRE DE FICTION ET LES COMMENTAIRES QUE JE VOUS APPORTE AUSSI ICI, NE SONT QUE PURES ÉLUCUBRATIONS DE POÉTESSE.

Ysengrimus: Bien sûr. Indubitablement. Assurément. Je comprends parfaitement. Mais ne ressentez-vous pas, justement, une sorte de dilemme moral à évoquer, dans votre fiction poétique, une consommation, banalisée et, ma foi, souvent enthousiaste, de drogues illégales?

Corinne LeVayer: Cette question me fait toujours bien rigoler, mon cher. Dans les romans, le cinéma, et les feuilletons télévisuels contemporains, on torture, on estropie, on tue, on flingue, on mitraille, on massacre, on poignarde, on étripe, on assassine, on empoisonne, le tout souvent en un traitement incroyablement graphique et pervers, confinant au sadisme le plus ostensible et le plus insensible. Vous convenez avec moi, cher Ysengrimus, que la torture, le tabassage et le meurtre, individuels et collectifs (incluant les massacres de villages et guéguerres ensanglantées de toutes farines) sont des comportements totalement illégaux et immoraux?

Ysengrimus: Absolument.

Corinne LeVayer: Et pourtant, on les évoque en fiction en toute impunité, massivement, et sans complexe (des têtes éclatent, des tripailles dégoulinent – je ne vais pas vous faire un dessin) et ce, sans que nos conservateurs bigots n’y trouvent à redire. Il y a des bibliothèques entières de romans (policiers ou autres) qui sont de véritables vade-mecum de toutes les techniques de meurtres, assassinats et règlements de comptes imaginables, des plus grossières aux plus raffinées, des plus feutrées aux plus imprudentes. Vous passez ensuite à la vidéothèque, pour prendre connaissance des exemples pratiques d’assassinats en visuel, 3D, quadravox et toutim, toujours sans le moindre complexe. Et on me ferait chier parce que je raconte une petit peu, dans ma fiction, quelques malheureuses bouffées d’extase chimio-récréatif? Allons, allons, avouez avec moi qu’il y a là une hypocrisie singulièrement scabreuse et incohérente de la culture bien-pensante contemporaine.

Ysengrimus: Je n’avais jamais vu la chose sous cet angle, assez probant, il faut l’admettre.

Corinne LeVayer: Je ne vous le fais pas dire. Vous-même êtes un promoteur explicite (et aussi fort méritoire) d’une description la plus impartiale possible de l’impact physiologique, émotionnel et sociologique des drogues récréatives. C’est bien pour ça que je vous ai approché avec cette idée de sujet.

Ysengrimus: Et vous avez fichtrement bien fait. Adoncques, madame LeVayer, que nous dit votre monde de fiction sur la cocaïne?

Corinne LeVayer: D’abord que c’est une drogue dure qui a perdu au fil des années beaucoup de ses qualités euphorisantes. Je vous assure qu’il y a vingt ou trente ans c’était autre chose. Aujourd’hui, c’est coupé de trente-six éléments neutralisants (une ligne de cocaïne contemporaine sent toujours un petit peu le bicarbonate de soude – ce n’était pas comme ça avant) et il faut constamment en reprendre pour que l’effet perdure. C’est rendu aussi bien trop cher pour ce que c’est.

Ysengrimus: C’est donc, comme le pain, les nouilles et les bagnoles, un produit de consommation qui a perdu en qualité, en une petite génération, tout en voyant son prix gonfler à l’excès.

Corinne LeVayer: Totalement.

Ysengrimus: Mais que nous fait la cocaïne?

Corinne LeVayer: C’est un euphorisant et un déshinibiteur. On ressent des bouffées d’extase très agréables, qui sont à la fois relaxantes et stimulantes (ce qui est savoureusement paradoxal) et qui ont un impact aphrodisiaque tout à fait passable. Pour que l’effet perdure de façon satisfaisante, il faut renifler une ligne par heure environ.

Ysengrimus: Vous compareriez son impact à quoi, disons, dans le monde connu.

Corinne LeVayer: Imaginez l’effet bien pompette et bien sympa de trois ou quatre bons petits verres de cognac mais sans les nausées, ni la lourdeur d’estomac, ni la somnolence. Et unissez ça, le plus intimement possible, au coup de fouet de six cafés que vous n’avez pas bus non plus, donc qui sont, eux aussi, sans impact aucun sur votre estomac ou votre vessie. À cela s’ajoute un élément magiquement indéfinissable qui ne ressemble à rien de familier.

Ysengrimus: Pas d’hallucinations?

Corinne LeVayer: Aucune hallucination, du moins à ma connaissance.

Ysengrimus: Et il y a des effets secondaires immédiats, pendant l’usage?

Corinne LeVayer: Cela donne soif (il faut bien s’humecter les lèvres et la gorge d’eau fraîche), coupe la faim et le sommeil. Si votre soirée est cocaïno-euphorique, votre nuit sera mauvaise. C’est le prix à payer. Autre effet secondaire inattendu (en m’excusant pour le parler cru)…

Ysengrimus: Allez-y. N’hésitez pas.

Corinne LeVayer: Cela vous laisse de drôles de crottes de nez beigeasses dans les naseaux. Si, si, ne riez pas. Vous allez passer la journée suivante à vous moucher et à vous tirer du nez des boulettes gluantes (carrément collantes, en fait) particulièrement dégueus. Devenue inerte, la poudre vous encombre lourdement le nez et il faut parfois sciemment curer avec les doigts ou un coton-tige pour s’en débarrasser.

Ysengrimus: Oh, oh… On la voit pas souvent au cinéma, celle-là.

Corinne LeVayer: Non, bien sûr. C’est pas assez glamour… Pour éviter cet encombrement nasal du lendemain, il faut placer la paille un peu plus loin au fond de la narine, avant de renifler, pour bien atteindre les muqueuses (dans le feu de l’action, on n’y pense pas toujours). Mais il ne faut pas enfoncer la paille trop loin non plus, sinon la reniflée passe en trombe et vous déboule alors directement dans la gorge. Le goût est amer, presque suffocant mais surtout, vous perdez de l’effet, comme ça, parce que vous finissez par avaler la flopée, ce qui est bien moins performant. Il faut apprendre à doser ces deux désavantages. Et il ne faut pas trop forcer le tout, sinon, là, c’est le saignement de nez qui vous guette. Renifler de la poudre est un art bien plus subtil qu’on ne le pense de prime abord.

Ysengrimus: Apparemment. Je m’en avise. Et l’accoutumance, la dépendance?

Corinne LeVayer: Attention, cher Ysengrimus, il ne faut pas confondre ces deux notions. L’accoutumance, c’est le fait qu’il faille prendre une quantité toujours croissante de la substance pour maintenir grosso mode l’effet récréatif initialement ressenti (qui est celui qu’on recherche toujours). L’organisme s’accoutume, donc, il lui en faut graduellement plus (ce qui entraîne inévitablement des coûts métaboliques, sociaux et financiers). La dépendance, c’est le fait qu’on est pris avec le besoin de cette drogue, qu’on ne peut plus contrôler cette satanée soif qu’on ressent pour elle, qu’on y pense tout le temps (comme le fumeur sa cigarette, par exemple). On reconnait de plus en plus qu’une portion significative de la dépendance, est de fait psychologique (et variera donc significativement en fonction des phases de votre vie sociale). Tandis que l’accoutumance est mécaniquement physiologique. Vous pigez bien la distinction?

Ysengrimus: Parfaitement. C’est limpide. J’imagine qu’il faut toujours l’avoir à l’esprit pour ne pas se mettre à raconter n’importe quoi.

Corinne LeVayer: Absolument. Et alors pour décrire ces deux phénomènes (qui, insistons là-dessus, sont distincts et séparables) en ce qui concerne la cocaïne, c’est encore l’analogie avec l’alcool qui est la plus efficace. La cocaïne, comme l’alcool, est une drogue à accoutumance. Il faut en prendre graduellement de plus en plus pour monter vers l’effet récréatif attendu. Il parait que les deux ont aussi en commun de se nicher dans le foie, d’ailleurs. Vous suivez?

Ysengrimus: Je suis.

Corinne LeVayer: Et puis, d’autre part, comme l’alcool toujours, la cocaïne PEUT mener à une dépendance, mais, contrairement à ce que disent les propagandistes, cela n’est pas automatique.

Ysengrimus: Des gens peuvent prendre un verre, quelques bonnes cuites mêmes, mais, l’ayant fait, ne deviendront pas irrémédiablement, ou fatalement, ou automatiquement alcooliques.

Corinne LeVayer: Voilà. Exactement. Par contre, d’une cuite à l’autre, il leur en faudra un peu plus pour flipper, ce qui, inévitablement, tend à leur imbiber l’organisme et peut ouvrir la porte à un lent dérapage. Mais c’est strictement une tendance. La nuance est capitale.

Ysengrimus: L’histoire de: tu renifles une fois et, vlan, c’est fini, tu viens d’entrer dans l’univers infernal de la drogue et ta vie est foutue. C’est de la fadaise.

Corinne LeVayer: De la pure fadaise. C’est un mythe propagandiste ayant mené à de grossier préjugés. De moins en moins de gens informés prennent cette rhétorique au sérieux, d’ailleurs.

Ysengrimus: Ces préjugés forment justement ce que vous avez appelé dans votre poésie la narco-discrimination.

Corinne LeVayer: Oui, exactement.

Ysengrimus: On va jeter un coup d’œil sur le poème introduisant cette notion. Je voudrais que vous nous en parliez un petit peu. Le voici.

NARCO-DISCRIMINATION

 Quand elle m’a vu tirer une ligne de cocaïne,
Je vous en passe un papier, elle s’est mise à me faire grise mine.
Pendant que la brutale extase montait en moi
Et submergeait mes sens.
Elle s’est mise à dégoiser contre l’abus de substances
Et pour la tempérance…
 
J’ai voulu l’embrasser.
Elle a dit que j’avais les pupilles dilatées.
Je lui ai pris ses petits seins replets.
Elle s’est plainte du fait
Que je titubais,
Que je divaguais.
Que j’étais déséquilibrée.
 
J’ai voulu me calmer,
Me contrôler,
Écraser le coup,
Faire la morte.
 
Elle s’est fâchée,
M’a engueulée
En me lançant des regards fous.
Et puis elle a claqué la porte.
 
Je suis retournée danser,
Me trémousser,
Ma faire tripoter,
Presque molester
Jusqu’à la complète inanition.
 
Cherchant à oublier,
À refouler,
À me dévider,
À éliminer
Ce fort navrant moment
De narco-discrimination.

Corinne LeVayer: Voilà. Des personnes consommant avec modération des drogues récréatives vous expliqueront qu’elles sont constamment confrontées à ce problème de la condescendance des abstinents. On vous traite comme une camée foutue simplement parce que vous vous amusez un petit peu, en bonne méthode, et sans excès réels. Il suffit de vivre cette expérience pour toucher du doigt le mur dur et opaque que rencontreront, dans la société civile, les personnes véritablement atteintes de toxicomanie.

Ysengrimus: En un mot, on vous traite subitement de poivrote simplement parce que vous avez pris deux ou trois coupes de champagne.

Corinne LeVayer: Exactement. Il faut vivre cette expérience. Quand votre petit sachet de poudre apparait, le changement d’attitude est incroyablement spectaculaire. C’est terriblement brutal et probant. Pour tout dire: atterrant.

Ysengrimus: C’est très intéressant et utile, cette notion de narco-discrimination. On n’en parle jamais.

Corinne LeVayer: Absolument jamais. Et pourtant, tout toxicomane avancé ayant —fatalement— d’abord commencé comme usager occasionnel de la drogue (exactement comme pour l’alcool), il ou elle a subit son lot de narco-discrimination le long de sa route, longtemps avant que sa dépendance ne soit devenue un problème effectif. Tant et tant qu’une bonne partie du désespoir et de la panique socialement insécure du toxicomane avancé tient à l’héritage de narco-discrimination qu’il transporte en lui et dont on ignore tout dans l’intervention prétendant mener à une cure.

Ysengrimus: On accuse uniquement la substance de tous les maux en cause et on rate le rendez-vous avec une autocritique sociologique du phénomène.

Corinne LeVayer: Voilà. Demandez-vous après pourquoi ces gens se méfient de tout le monde et récidivent. Une bonne partie de leur isolement du monde est en fait fabriqué sociologiquement par la muraille des préjugés bigots, d’ailleurs brutalement suractivés par la bonne grosse propagande anti-stupéfiants (qui, elle, ne fait pas de complexe et ne s’encombre pas de rectitude, politique ou autre). La pression de tout ceci est gigantesque. Il ne faut pas nécessairement condamner ce fait discriminatoire (ou l’excuser). Mais il faut le voir.

Ysengrimus: Cette pression sociale de l’abstinent sur la personne qui consomme la cocaïne revient souvent dans votre poésie. Vous l’évoquez aussi dans le texte POUR UN PEU DE POUDRE:

POUR UN PEU DE POUDRE

Mon amoureuse
Me traite de menteuse.
Elle veut savoir si j’ai repris de la cocaïne,
La petite fouine coquine.
Pourquoi j’en reprendrais.
Je lui fais.
Elle me fait:
Parce que t’es une petite pute de toxico.
En un mot, nous avons des mots.
Je lui jure, sur ma main à couper,
Je lui jure que je n’ai pas touché
La fameuse drogue dure,
Si pure,
Si dangereuse,
Si merveilleuse.
Mais mon amoureuse
Ne me croit pas. Elle rage,
Elle pleure. Les larmes dégrafent son beau visage.
Elle veut que je démissionne du Lutin rouge
Elle dit que c’est un sale trou à gouines toxicos. Un bouge.
Démissionner de l’orchestre? Is that a joke?
Abdiquer mon amour, infini, insondable, pour la coke?
Ramasse tes cliques, tes claques et ta morale de toc,
Amoureuse à la noix.
Remballe ton amour.
Dix dollars que, dès demain au petit jour,
Je te remplace par une tribade en cheveux qui la bouclera,
Baisera mille fois mieux que toi
Et reniflera de longues lignes langoureuses, avec moi
Au lieu de me juger
Pour un peu de mauvaise poudre
Saupoudrée…

Ysengrimus: Il faut expliquer que Le Lutin rouge est le bastringue lesbien où votre personnage principal est musicienne de jazz. Et c’est dans ce contexte social qu’elle consomme la cocaïne. C’est bien ça?

Corinne LeVayer: Exactement. Et ici on a la petite bêcheuse bourgeoise qui vous demande de changer de style de vie d’un coup sec, pour ses beaux yeux, en vous regardant de haut, et sans compensation émotionnelle aucune, autre que l’exigence axiomatisée de la confirmation sereine de ses tenaces préjugés de petite bigote. Non mais, je rêve…

Ysengrimus: Fin abrupte d’une idylle…

Corinne LeVayer: Eh comment! Le principe est le suivant. Je suis une adulte responsable qui sais doser ses plaisirs. Je ne conduis pas ma voiture en état d’ébriété. Je ne fais pas du tir à la carabine dans une zone scolaire. J’espace ma consommation de cocaïne suffisamment pour éviter l’intoxication. Je suis expérimentée. Je sais ce que je fais. J’ai pas besoin de la police ou de cette nénette pour m’assommer avec leur répression abstraite, ignare, en gros sabots.

Ysengrimus: Je comprends.

Corinne LeVayer: Pensez aux sports extrêmes, escalade, deltaplane, parachutisme. Personne n’irait intimer les gens qui s’y adonnent de cesser ces pratiques sous prétexte qu’il y a un risque, bien réel, bien tangible, d’y laisser la vie.

Ysengrimus: Oui mais, malgré ma déférence pour cette analogie qui est astucieuse, je dois faire observer que, dans ces sports, des dispositifs de sécurité perfectionnés sont bien en place pour réduire le risque mortel.

Corinne LeVayer: J’affirme fermement que, dans la consommation de cocaïne, il y a aussi moyen de mettre en place des dispositifs de sécurité tout aussi perfectionnés, maintenant une qualité récréative adéquate tout en évitant de tomber dans des excès nuisibles pour la santé ou la vie.

Ysengrimus: Quels dispositifs?

Corinne LeVayer: Des choses toutes prosaïques, encore une fois, comme pour l’alcool. Espacer et stabiliser les périodes de consommation, restreindre celles-ci à des contextes favorables, circonscrits et spécifiques, éviter de conduire la voiture, éviter les bains de foule. S’amuser avec modération et en conscience. Penser à ce qu’on fait, prospectivement et rétrospectivement, comme en gastronomie ou en sommellerie. Toujours bien calculer son coup. Ne rien laisser au hasard. Les drogues récréatives, c’est comme le chocolat, le vin fin ou le ski alpin, il faut assumer le risque encouru et, ensuite, assouvir.

Ysengrimus: Peut-on vraiment finir par assouvir?

Corinne LeVayer: Mais bien sûr. Si vous procédez correctement, en vous donnant le temps et la méthode, la cocaïne, comme quoi ce soit d’autre, finira par tout doucement perdre sa magie explosive des débuts. Et l’insidieuse —mais saine— lassitude s’installera en vous, à son sujet.

Ysengrimus: Vous évoquez cela d’ailleurs explicitement dans le dernier poème que vous partagez ici avec nous.

Corinne LeVayer: Oui.

Ysengrimus: Lisons plutôt.

STIMULANTS

Me revoici, gavée de stimulants,
Survoltée et épuisée en même temps.
Comment voulez-vous que je joue mon instrument?
Dans un état pareil, ça n’a aucun bon sens.
 
Me voici, submergée de narcotique,
À me dandiner, devant une salle neurasthénique
De gouines endiablées à qui je voudrais faire la nique.
Mais pour ce qui est de jouer correctement, ben alors là, bernique!
 
Me voici, bien cernée par l’artificielle euphorie,
Et après le concert, je vais me lever une houri.
Qui risque de trouver que je déconne et que je balbutie,
Que j’ai la pupille dilatée, que je sursaute à rien comme une petite souris.
 
Me voici en train d’encore renifler ma dernière der des der illusion.
Poudre aux yeux de poudre au nez. Toujours la même chanson.
Pour la fornique, c’est oui. Pour l’amour passion c’est non.
Je suis une tare urbaine, un sociologique comédon.
 
Me revoici, gavée de stimulants,
Survoltée et épuisée en même temps.
Je pers de plus en plus les atouts euphorisants.
Me reste que la dépendance,
Atroce, intense,
Ce vide sensuel,
Cette soif  cruelle
De neige éternelle.
Les stimulants, c’est vraiment pas marrant.

Ysengrimus: On le sent bien, là, l’effet de lassitude. C’est comme un joueur de hockey qui trouve qu’il commence à avoir mal aux genoux et n’a plus autant de fun qu’avant à courir après le disque.

Corinne LeVayer: Voilà. Exactement. Voyez combien l’analogie avec les sports (extrêmes ou non) est opératoire. Ici, notre contrebassiste prouve, par cette fatigue de fond exprimée, que, de fait, elle ne tombera pas dans la dépendance, qu’elle se lassera de la consommation et de ce mode de vie bien avant. Ce cas de figure est massivement attesté.

Ysengrimus: Les gens font un trip de drogue à un moment de leur vie puis passent à autre chose. Ils en reviennent, tournent la page, grow out of it. C’est une sorte d’étape.

Corinne LeVayer: Oui, voilà. Et… euh… est-ce qu’on explique ici ce qui finira par faire notre contrebassiste arrêter de consommer de la cocaïne, assez subitement d’ailleurs?

Ysengrimus: Non, non, Corinne, s’il vous plait, ne le faite pas. Je veux laisser cette délicieuse surprise à vos futurs lecteurs et lectrices. Disons simplement qu’un changement majeur des conditions psychologiques de notre dite contrebassiste opérera ce petit miracle, au demeurant, vieux comme le monde…

Corinne LeVayer: Vous l’avez très bien dit tout en n’en disant pas trop…

Ysengrimus: Justement. Mais revenons plutôt au poème intitulé STIMULANTS. On observe ici, en plus, que la contrebassiste semble trouver qu’elle joue mal son instrument quand elle est sous l’effet immédiat de la cocaïne. Charlie Parker et Éric Clapton innervant leur créativité artistique à la coke, c’est de la foutaise, donc?

Corinne LeVayer: De la pure foutaise, alors là… Essayez de jouer Turkey in the straw à la contrebasse ou à la flûte à bec rond comme une bille, vous m’en reparlerez. Vous risquez surtout de faire tomber votre instrument par terre et de bien l’estropier. Les musiciens qui montent sur scène ivres ou gelés (habituellement au grand dam du reste de l’orchestre qui, lui, est sobre) ne feront que de la merde (en se croyant très fort — ce qui est pure illusion toxicologique). Par contre…

Ysengrimus: Par contre?

Corinne LeVayer: L’honnêteté m’oblige à nuancer un petit peu cette notion de la corrélation entre consommation de cocaïne et créativité artistique ou intellectuelle, si vous me permettez.

Ysengrimus: Je vous écoute.

Corinne LeVayer: Prenons la Corinne de mon recueil de poésie, qui n’est pas moi, je vous le redis (Corinne LeVayer est d’ailleurs un nom de plume).

Ysengrimus: C’est entendu et bien compris.

Corinne LeVayer: Elle joue son concert disons le samedi soir, prend ensuite de la coke toute la nuit (environ six lignes — une par heure). Elle a un dimanche merdique et ne touchera pas la coke avant le samedi suivant. Vous suivez?

Ysengrimus: Je suis. Elle consomme une fois par semaine.

Corinne LeVayer: Voilà, ce qui est encore un peu trop (l’idéal c’est une nuit le nez dans la poudre aux deux semaines — là vous tiendrez des années et débarquerez du fourgon quand bon vous semblera). Une fois par semaine, c’est un petit peu trop. T’as pas vraiment le temps de récupérer. Enfin bref… Concert le samedi soir, nuit du samedi au dimanche aphrodisiaque, paradisiaque et euphorique, dimanche merdique, lundi et mardi, de moins en moins barbouillée. Aux environ du mercredi ou du jeudi, l’effet de la cocaïne est fort atténué mais toujours sensible.

Ysengrimus: Oui?

Corinne LeVayer: Oui, oui… Et c’est là, quatre ou cinq jours après la consommation, qu’une sorte de période de clarté et de vive stimulation mentale semble bel et bien s’installer. Et elle est très favorable, disons, à la composition musicale. Comme on se sent aussi très légèrement hyper-active, c’est le moment idéal, disons, pour tailler ses rosiers. L’œil est vif, le geste alerte. Toute la haie de rosier y passera, et ce sera superbement fait. On a ici un fait original, spécifique et, par exemple, totalement différent, cette fois-ci, de ce que peut faire l’alcool.

Ysengrimus: Intéressant.

Corinne LeVayer: Oui, ça existe, mais pas sur le coup, plus en ressac distant disons. Dans le flux hebdomadaire, si je puis dire… Inutile de dire que si vous en reprenez trop vite, vous foutez complètement en l’air cette subtile qualité de vieillissement graduel de l’effet.

Ysengrimus: Bon. C’est bien noté.

Corinne LeVayer: Le mercredi et le jeudi, on est intense, il y a une tension, comme avec les cordes de l’instrument (notez que des petites poussées agressives peuvent apparaître aussi — vaut mieux rester seule). Il est impossible de nier qu’il y ait là une stimulation cérébrale très spécifique qui favorise la créativité artistique ou intellectuelle. C’est la sérotonine ou je sais pas trop quoi qui fait ça. Ceci dit, le temps passe un peu plus et cette micro-euphorie sereine et créative de deux jours cède assez vite la place à des poussées dépressives alors associées au manque (là, par contre, il ne faut plus rester seule. Ceux et celles qu’on aime nous manquent alors aussi, parfois cruellement). Il est alors bien temps que la semaine finisse et que l’euphorie chimique reprenne. Voilà.

Ysengrimus: On voit superbement le tableau des pour et des contre que vous nous peignez là. C’est magnifiquement impartial, original et nuancé ces observations, Corinne. Cela aide vraiment à bien se faire une idée.

Corinne LeVayer: Mais merci. Je m’efforce de respecter le souci d’impartialité de votre vision de la description des drogues récréatives.

Ysengrimus: Et vous le faites impeccablement. Et cela reste la façon idéale de se faire le plus adéquat des jugements. Je ne saurais trop vous remercier. Vous nous fournissez ici un lot remarquable d’avenues de réflexions fort fécondes.

Corinne LeVayer: Ce fut un vif plaisir. Merci à vous, Ysengrimus, de donner l’opportunité à la pensée et à la parole libres de s’exprimer ouvertement et impartialement.

Ysengrimus: Maintenant, on va relire tout ça… surtout les poèmes (qui, mentionnons-le au passage, parlent d’amour, de sorties en ville, de prostitution, de copinage entre filles, de musique et d’homosexualité féminine bien plus qu’ils ne parlent de drogue)…

Corinne LeVayer: Voilà. Encore merci, cher ami.

.
.
.

Corinne LeVayer (2012), Gouines coquines de ce monde, ÉLP Éditeur, Montréal, format ePub ou PDF.

.
.
.

Posted in Citation commentée, Culture vernaculaire, Drogues récréatives, Entretien, Fiction, Poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 15 Comments »