Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Archive for septembre 2009

About FLQ [À propos du FLQ]

Posted by Ysengrimus sur 15 septembre 2009

NOTE LIMINAIRE D’YSENGRIMUS:
DOMINIQUE GARAND,
DANS LE COMMENTAIRE INFRA INTITULÉ CET ARTICLE EST ERRONÉ,
A DÉMONTRÉ
QU’EFFECTIVEMENT CE DÉVELOPPEMENT
REPOSE SUR UNE ERREUR DE SOURCE.
ON M’A D’AUTRE PART SIGNALÉ
QUE C’EST EN FAIT LE RAPPORT DUCHAINE
QUI CONFIRME LA THÈSE
DE L’INNOCENCE MATÉRIELLE DE PAUL ROSE
(Marc Laurendeau dixit ici, entre 2:33 et 3:15).

.
.
.

There are more and more of us who know and suffer under this terrorist society… FLQ Manifesto

[Nous sommes de plus en plus nombreux à connaître et à subir cette société terroriste… – Manifeste FLQ]

.
.
.

Tiens, bondance, on reparle enfin du FLQ, un autre trait hautement parlant de notre civilisation québécoise. Je vais donc (re)faire ma part, et, cette fois-ci, en anglais, pour le fun, les pisse-froids, les becs fins et la bonne bouche mondaine:
[La traduction française suit]

.
.
.

With the Front de libération du Québec as with anything else, you choose your party and you choose your historian. In 1970, I was twelve. The October Crisis contributed to the shaping my consciousness and my political understanding of the modern reality. I was from a people of water-carriers living under the yoke of a colonial oppressor. Fine… But everybody was saying that at the time, even the nationalist right: Union Nationale and Creditists. But the FLQ in their Manifesto were the very first to make understand to quebequers an analysis of their social reality they were not used to. Beneath national oppression, beneath Francos against Anglos, was a struggle more fundamental and more crucial: class struggle, the struggle between the capitalist class and the working class, of whatever nationality or ethnicity. That was most unusual in our local political folklore, stuffed with MAÎTRE CHEZ NOUS and garbage of that type. It had a major impact at the time. The FLQ Manifesto was a smashing hit, a big surprise for many. Hence, on Pierre Laporte‘s fate, I have chosen my party and my historian.

In his superb book titled POUR EN FINIR AVEC OCTOBRE, Francis Simard, one of the activists of the Cellule Chénier which abducted Laporte, explained that, during his captivity, the attitude of the Minister of Unemployment, as he is called in the Manifesto, was arrogant, degrading, vicious, and violent. He was screaming at them, lecturing them, bashing them. He had tried several times to escape, and his awareness of the political gravity of the situation was totally distorted by his obvious class condescendence. During one of his escape attempts, one of us, says Simard (presumably Jacques Rose) caught Laporte by the neck and threw him to the ground, and that was it. He was dead. Afterward, the Cellule Chénier decided that it was to be a collective action of the FLQ, and handled it as an execution. Even bullied at the trial, they never gave in the hands that had made the fatal gesture, because they did not accept their action to be trivialized as a common law crime. Paul Rose carried the burden for his brother, and held himself together all the way until today.

So, as far as I am concerned, Laporte got what he deserved for two reasons: 1- he behaved like an inconsistent empty headed French Canadian Elite Bully believing that all was owed to him, that he could interact with them as if he would with children, whereas the modest British diplomat James Cross, and several other politicians in Europe in the 1960’s and 1970’s who also were abducted by youths in revolt, kept their cool, handled the delicate situation they were in for what it was: an act of terrorist guerilla, and survived it. 2- more fundamentally Laporte got what he deserved because he, as all his lookalikes, is a criminal involved in a class war where for one casualty in the leisure class, foghorned everywhere in the media, you have hundreds of casualties in the working class swept under the carpet. The militants of the FLQ cellules Chénier and Libération have all my respect. They are major figures of Canadian history, crucial actors in the demonstration of the uselessness of narrow nationalist fights, and in the demonstration of the reality of class struggle as the motor force of history. This is my deep conviction, and the day I will not express it anymore, send flowers to my family: it will be because I am dead.

Source: SIMARD, Francis (1987), TALKING IT OUT: THE OCTOBER CRISIS FROM INSIDE, translated by David Howel, Guernica, Montréal, 191 p. [The French original, titled POUR EN FINIR AVEC OCTOBRE, and written in collaboration with all the members of the Cellule Chénier, was published in 1982 by Stanké.]

pour en finir avec octobre

Sur le Front de Libération du Québec comme sur quoi que ce soit d’autre, tu choisis ton parti et tu choisis ton historien. En 1970, j’avais douze ans. La Crise d’Octobre a contribué à configurer ma conscience et ma compréhension politique de la réalité moderne. J’étais issu d’un peuple de porteurs d’eau vivant sous le carcan d’une oppression coloniale. Bon… très bien… Mais tout le monde disait ça à l’époque, même la droite nationaliste: Union Nationale et Parti Créditiste. Mais le FLQ dans leur manifeste furent les tous premiers à faire saisir aux québécois une analyse de leur réalité sociale qui ne leur était pas très familière. Aux tréfonds de l’oppression nationale, en dessous du conflit des Francos contre les Anglos se niche un conflit plus profond et plus fondamental: celui de la lutte des classes, de la lutte entre la classe capitaliste et la classe ouvrière, quelles que soient les origines nationales ou ethniques des uns et des autres. C’était vraiment des plus inusité, ça, au sein de notre folklore politique, surchargé de MAÎTRE CHEZ NOUS et autres détritus dans le genre. L’impact fut majeur, à l’époque. Le Manifeste FLQ fit un tabac pas possible, et cela fut une surprise pour bien des gens. Conséquemment, sur le sort de Pierre Laporte, j’ai choisi mon parti et j’ai choisi mon historien.

Dans son superbe ouvrage, intitiulé POUR EN FINIR AVEC OCTOBRE, Francis Simard, un des activistes de la Cellule Chénier qui avait enlevé Laporte, explique que, lors de sa captivité, l’attitude du Ministre du Chômage, comme on le désigne dans le Manifeste, était arrogante, baveuse, vicieuse et violente. Il leur criait par la tête, leur faisait la leçon et les bousculait. Il avait tenté à plusieurs reprises de fuir et sa compréhension de la délicate situation politique dans laquelle il se trouvait était complètement brouillée par son évidente condescendance de classe. Lors d’une de ses tentatives de fuite, l’un d’entre nous, dit Simard (on présume que c’est Jacques Rose), attrapa Laporte par le cou et le jeta fermement sur le sol. Et ce fut tout. Il était mort. Après coup, la Cellule Chénier décida que ça serait un acte collectif du FLQ, à traiter comme une exécution. Même quand on chercha à les intimider au procès, jamais ils ne fournirent l’identité de la personne qui avait posé le geste fatal, car ils jugeaient inacceptable que leur action soit banalisée en crime de droit commun. Paul Rose porta le poids du geste de son frère, et tint le coup, ferme et solide, jusqu’à nos jours.

Alors, en ce qui me concerne, Laporte a eu ce qu’il méritait pour deux raisons. 1- il s’est comporté comme un gros bras petite tête incohérent de l’élite canadienne française, en s’imaginant que tout lui était du, qu’il pouvait agir comme s’il avait affaire à des enfants, tandis que le modeste diplomate britannique James Cross, et plusieurs autres hommes politiques européens des années 1960 et 1970 qui furent aussi enlevés par des jeunes en révolte, restèrent bien calmes, gérèrent la délicate situation dans laquelle ils se trouvaient pour ce qu’elle était vraiment: un acte de guérilla terroriste, et s’en sortirent vivants. 2- plus fondamentalement, Laporte a eu ce qu’il méritait parce que lui, et tous ses semblables, sont des criminels impliqués dans une guerre de classe où, pour une perte dans la classe élitaire, claironnée partout dans les médias, des centaines de pertes de vies de la classe ouvrière sont glissées en douce sous le tapis. Les militants des Cellules Chénier et Libération ont tout mon respect. Ce sont des figures majeures de l’histoire canadienne, des acteurs cruciaux dans la démonstration de la futilité des luttes nationalistes étroites, et dans la démonstration de la réalité de la lutte des classes comme force motrice de l’Histoire. Ceci est ma conviction la plus profonde et le jour où je cesserai de l’exprimer, veuillez envoyer des fleurs à ma famille: ce sera que je serai mort.

Source: SIMARD, Francis (1982), en collaboration avec tous les membres de la Cellule Chénier, POUR EN FINIR AVEC OCTOBRE, Stanké, 221 p. [La version anglaise, intitulée TALKING IT OUT: THE OCTOBER CRISIS FROM INSIDE, traduite par David Howel,  est parue chez Guernica à Montréal]

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Lutte des classes, Québec, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , | 18 Comments »

Promotion cyclique des produits, des choix, des options et des comportements «écologiques»

Posted by Ysengrimus sur 1 septembre 2009

J’appelle promotion cyclique le phénomène propagandiste qui consiste à mettre de l’avant un produit ou un comportement donné en affectant de le fonder dans une vérité incontestable puis, quelques décennies ou quelques années plus tard, mettre de l’avant le produit ou le comportement contraire en affectant de le fonder dans une vérité tout aussi incontestable (mais désormais, elle aussi, contraire) et ce, avec exactement la même ardeur et le même sens exacerbé de la certitude. C’est en matière écolo-environnementale, autour de l’intendance semi-sacrée de la ci devant écolo-attitude, que l’on rencontre les fleurons les plus mirobolants du phénomène vu que la promotion cyclique, contrairement à la publicité ordinaire, est censée nous éclairer sur la définition fondamentale de ce qui est crucial à la vie. Et ça, bien, c’est écolo-environnemental… du moins par les temps qui courent.

Un premier exemple, l’eau. Il n’y a pas si longtemps, on ne jurait que par l’eau en bouteilles. L’eau du robinet était suspecte de ne plus bénéficier de l’assainissement qui avait été celui de nos vertes années. Elle goûtait bizarre, était d’une couleur étrange. Il ne fallait plus s’en servir que pour laver la vaisselle. Soudain, vlan, revirement aqueux généralisé. L’eau en bouteilles est possiblement empoisonnée par la surface plastique desdites bouteille qui, en plus s’accumulent dans l’environnement, et l’eau du robinet est le nectar scintillant de la nouvelle source vive. En glissant le long de la transition des biberons, plastifiés et subitement nocifs eux aussi, on pourrait en venir à parler du lait. Lait maternel, lait de vache, simili-lait pour bébé, la faveur fluctue et les passions s’enflamment. À l’autre extrémité de bébé apparaissent ensuite les couches. Jetables ou lavables, une tension s’instaure. Les jetables polluent par accumulation mécanique alors que les lavables polluent par déversement chimique. La liste pourrait vite s’allonger, sur le chemin torve de l’accession aux ultimes vérités fortes et saines de l’écologie de notre temps. On pleure aujourd’hui d’avoir bazardé le tramway de Montréal et de l’avoir remplacé par des autobus, car le carburant fossile vient de percuter le fond de la promotion cyclique. Vive Toronto et son tram à l’ancienne. Mais demain le vieux réseau de filage électrique aérien s’avérera-t-il nuisible pour la santé torontoise tandis que les autobus montréalais vireront au vert limpide en ne fonctionnant plus au pétrole? Allez savoir. Le toutim à l’avenant…

Autorisez-moi ici un petit détour comparatif des plus singulier. Un espace privilégié pour la promotion cyclique –ce n’est pas une primeur- est indubitablement l’espace sociopolitique. L’ouvrage Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary. (1986) de Guy Hocquenghem exemplifie magistralement la promotion cyclique dans l’espace sociopolitique des «générations». Cultivons brièvement un exemple bien plus mesquin, malodorant et minable: les Conservateurs canadiens. Il n’y a pas si longtemps ils ne valaient pas une guigne aux yeux de quiconque. Aujourd’hui, nos Conservateurs boivent du petit lait tranquillement, avec un centre-gauche bien divisé, comme découpé. Leurs hantises de l’ère progressiste – allianciste – conservatrice – réformiste –réacs–épars–et-dispersés est bel et bien révolue. Souvenons-nous, mais souvenons-nous une petite minute, quand nos vieux bleus cherchaient le nouveau nom de leur serpent de mer de parti uni mais mal collé… Conservative Reformist Alliance Party(CRAP) avait même été susurré moqueusement par ceux qui les croyaient sans espoir à l’époque. C’est bien fini, tout ça. C’est pour les autres maintenant, cette «toute nouvelle» déroute. Parlant de nom, leur mérite aura été d’éliminer de notre tradition politique l’oxymoron grotesque Progressiste-Conservateur, qui faisait à la fois stagnation pendulaire et promotion cyclique emballée, faisait rire maint européens et… révélait un centrisme tortillon bien canadien… Enfin, bref, les Conservateurs (les vrais, les purs, les réacs bleu ciel) font désormais bel et bien partie du paysage politique canadien «de nouveau», c’est ça le plus triste… Ils n’ont plus, en ce jour, qu’à étaler doucement leur recentrage de Tartuffes et se préparer d’autres petites marées bleues bien tranquilles… Ce sont leurs adversaires que l’on donne désormais comme indubitablement foutus… pour le moment, toujours. Effarant… mais, soudain (et c’est ce que je vous annonçait plus haut comme hautement singulier), c’est absolument banal aussi, quelconque, plus du tout surprenant (dans le giron restreint de la politique politicienne). Ils étaient des minus sans intérêts ils sont maintenant le moyen terme acceptable. Cela me rappelle Ronald Reagan dans les années 1970, un bouffon grotesque, un ancien cabotin de cinéma, un pantin creux et godiche, dont personne ne voulait… lui qui allait devenir le «grand président historique» de la décennie suivante. Ce qui est si singulier, c’est que ces exemples criants de promotion cyclique ne surprennent plus du tout, dans l’espace précis de la politique politicienne. La politique politicienne est usée. La promotion cyclique y roule à vide et plus personne ne la remarque, dans le susdit champ politicien.

Promotion cyclique. Cherchez le vrai, dans tout ça. Bon, la mode est possiblement un type spécifique de promotion cyclique, mais il ne faut pas pour autant ramener les questions de promotion cyclique (surtout dans des cas aussi vitaux que celles procédant de l’écologique) à de simples questions de mode. Ce serait alors les atténuer et, en quelque sorte, les innocenter. La mode a au moins la décence intellectuelle, toute involontaire d’ailleurs, de ne pas renier systématiquement la tendance antérieure. La mode est une dérive orchestrée du goût, qui se boucle parfois. La promotion cyclique est un reniement des vérités, qui se contredit toujours. Cela se distingue dans le justificatif que se donne la promotion cyclique et que ne se donne pas la mode. Quand le discours de la mode vous annonce que l’automne sera dans les teintes de rouge et qu’on verra revenir le tricot en force, que l’été se vivra en souliers plats ou que le mauve lilas et le gris cendré sont à l’honneur, aucun justificatif n’est formulé. On ne vous dégoise pas sans fin que les talons aiguilles heurtent la colonne vertébrale, que la laine respire mieux que le feutre ou que le noir attire indûment les rayons du soleil… La mode ne s’ontologise pas dans une doctrine du Vrai Souverain. C’est la mode, on n’a qu’à assumer, et advienne que pourra… qui m’aime me suive, quoi… En bref, sur les questions de mode on affecte d’assouvir vos désirs mais on n’affecte pas de mobiliser un savoir.

Dans le cas de la promotion cyclique, qu’il faut donc, en fait, crucialement distinguer de la mode, du changement frivole pour le changement frivole, une tension, un souque à la corde des justificatifs se met en place. On nous annonce subitement, il n’y a pas si longtemps, que les rayons UV, surtout chopés en salon de bronzage par des jeunôts, sont «désormais» cotés causes directes de cancer, au même titre que le tabac. Les salons de bronzage aboient, et vont rejoindre les compagnies de couches jetables, de simili-lait et de bouteilles et biberons en plastiques sous la lune variable à laquelle on hurle sa bonne foi. C’est que, derrière la promotion cyclique se profilent toujours des groupes de pressions, habituellement industriels, craignant, qui de perdre des parts de marché, qui de faire face à des poursuites, qui les deux à la fois. Ouf… Quelqu’un ment quelque part. Ce qui est (pourtant!) hurlant d’évidence dans les alternances du spectacle de notre chère petite politique politicienne devrait l’être autant sur tout ce qui fait l’objet d’une promotion «étayée» en cycles. C’est bien loin d’être le cas. On continue de tendre à croire que l’ultime vérité (sur la ligne du temps) est (enfin) la bonne (alors qu’on ne croit plus spécialement au parti politique du moment… pour le moment).

Car, fondamentalement, c’est la véracité de la promotion cyclique qui soulève les relents les plus purulents. Ne cherchez surtout pas, c’est toujours la dernière version retenue qui est la «vraie». Si nous l’endossons sans question, c’est que la promotion cyclique vient de nous épingler comme un papillon. Et nous mordons. Et nous chantons. Haro sur tout ce qui se disait avant. La version actuelle est la seule qui vaille. On la sabordera dans quelques années mais qu’à cela ne tienne, c’est la «vraie». Jouant en plus à fond sur la propension du public à se culpabiliser en panavision, la promotion cyclique finit par planter dans la conscience des masses ce que l’on pourrait nommer l’angoisse des éoliennes. On promeut, dans l’abstrait, les éoliennes. Elles sont une solide alternative aux carburants plus polluants. Mais, dans le concret, on rejette les éoliennes. Elles donnent des maux de tête électrostatiques à ceux qui vivent dans leur voisinage, grincent avec fracas et gâchent la cruciale dimension visuelle du paysage naturel où on les implante. Éoliennes, Oui? Non? La promotion cyclique se met une fois de plus à tournoyer dans tous le sens et c’est l’angoissant tournis manichéen qui nous écoeure, à nouveau, à nouveau, à nouveau.

Écoeuré, ça, je le suis. Je suis suprêmement écoeuré de tous ces pseudo-spécialistes qui recyclent leurs mensonges à géométrie variable, fonction de la puissance du groupe de pression du moment. Je n’ai jamais été trop chaud pour l’hyper-relativisation des vérités (qui est celle, par exemple, dans laquelle est désormais bien enlisée la politique politicienne… les bleus, les rouges, les verts, les orangés… faites tourner). Quand, pour l’eau, le lait, le vent, les rayons UV, le transport urbain et les pépettes de nos bébés on se met à faire le girouette, justement comme pour la politique politicienne, j’ai le net sentiment qu’on se paie ma poire, soit pour me faire les poches, soit pour me donner le tournis sociopolitique sur les questions écolo-environnementales, soit les deux. La promotion cyclique, c’est, de fait, le grand confusionnisme crypto-réactionnaire de notre temps, sur les questions environnementales. On noie le poisson écolo et on détourne le cours de la rivière scintillante de l’opinion pour faire de l’argent. On manipule de nouveau, à la fois nos émotions profondes et notre sens du devoir. On sème la confusion et on nous fait nous garrocher dans tous les sens. Cela tataouine et gaspille en grande, et le seul cycle de croissance que cela enclenche en fin de compte, c’est celui de ma vive et cuisante contrariété.

Retourner vers ceci pour le bien du monde et pour son bien à lui? Non? Oui?

Retourner vers ceci pour le bien du monde et pour son bien à lui? Non? Oui?

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Posted in Culture vernaculaire, Environnement, Monde, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 21 Comments »