Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Archive for février 2012

La mise en place de la Commission Charbonneau sur les collusions et la corruption dans le secteur de la construction au Québec… ou JE ME SOUVIENS DE LA PATENTE À GOSSE

Posted by Ysengrimus sur 29 février 2012

Jette de la boue sur un mur. Soit elle restera collée, soit elle laissera une trace…

(proverbe arabe)

.
.
.

La réminiscence critique à laquelle je vous convie ici porte sur l’ensemble des pressions publiques exercées, notamment entre septembre et novembre 2011, et ayant mené à la constitution, en deux phases, de la désormais fameuse Commission Charbonneau. La mise sur pieds d’une commission d’enquête sur les collusions entre le secteur de la construction et les partis politiques au Québec fut, je vous supplie de vous en souvenir, le résultat d’un ensemble complexe de pressions politiques exercées par la société civile sur le gouvernement du Québec et le Parti Libéral au pouvoir. Je me propose donc ici, modestement, de pérenniser la dynamique de cet ensemble de pressions politiques, élitaires et citoyennes, s’étant exercées, fort intensément, entre 2009 et 2011, sur cette question, dont les répercussions se feront sentir longtemps encore dans la vie sociale et politique québécoise. La chose étant particulièrement hallucinante en soi, je me propose d’adopter le ton le plus pudique imaginable pour procéder (succintement) à sa présentation.

Depuis avril 2009, des irrégularités et des problèmes de collusion de diverses natures se manifestent au Québec autour du secteur de la construction, et de nombreux intervenants, constatant le caractère général et généralisé du problème, se sont mis à réclamer des enquêtes et des investigations sur la question. La possibilité d’une profonde implication du crime organisé et de liens intimes entre ce dernier, les acteurs importants du secteur de la construction et les paliers de gouvernement municipaux et provinciaux crée un conteste de suspicion généralisée qui oblige le gouvernement du Québec à mettre sur pied, en février 2011, une Unité permanente anti-corruption, inspirée d’une unité semblable existant à New York. Le 15 septembre 2011, une fuite du rapport du directeur de cette unité (l’ancien chef de police montréalais Jacques Duchesneau) confirme une nette corrélation de collusion entre pègre, ministère des transports, grandes entreprises de travaux publics et caisses électorales de partis politiques municipaux et provinciaux. Le premier ministre du Québec, Jean Charest, met alors sur pieds, le 19 octobre 2011, une commission d’enquête aux pouvoirs limités (qu’on surnommera alors la patente à gosse), dont il confiera la direction à la juge France Charbonneau. Le 9 novembre 2011, Jean Charest, cédant ensuite à un autre ensemble, toujours croissant, de pressions publiques, retire les restrictions des pouvoirs de cette commission d’enquête et la rend pleinement opérationnelle. Je vous remémore ici les pressions paradoxales s’étant exercées pour que la Commission Charbonneau devienne de plain pied une commission d’enquête au sens régulier et ordinaire du terme. Le terme patente à gosse, est une expression québécoise péjorative (amplement utilisée par les groupes de pressions impliqués sur cette question et les médias) pour désigner une machinerie compliquée, alambiquée, tarabustée qui fait semblant de bien marcher mais qui en fait est toute croche et risque de ne pas vraiment remplir sa fonction ou ses promesses, même si elle a un petit côté spectaculaire qui pourrait faire illusion. La première mouture da la Commission Charbonneau était, selon ses principaux critiques, une patente à gosse, la seconde mouture (la version actuelle) ne le serait plus. Notre chronologie restreinte se formule donc comme suit:

  • 15 septembre 2011: Fuite du rapport Duchesneau et début de l’intensification des pressions pour obtenir une commission d’enquête sur les collusions entre le secteur de la construction et les partis politiques au Québec
  • 19 octobre 2011: Mise sur pied de la Commission Charbonneau dans sa version dite «patente à gosse»
  • 9 novembre 2011: à la demande de la juge Charbonneau, et sous la pression collective, assignation des pleins pouvoirs à sa commission d’enquête

Il est important de garder à l’esprit que le gouvernement du Québec, comme corps administratif provincial, a une longue tradition de corruption. On peut évoquer les scandales de construction ferroviaire du 19ième siècle et de concessions forestières abusives au tout début du 20ième siècle, ayant fait tomber des gouvernements, notamment ceux de Simon-Napoléon Parent en 1905 et de Louis-Alexandre Taschereau en 1936. Des abus durables du système de ristournes du duplessisme entre 1945 et 1960 jusqu’aux malversations mises en lumière par la Commission Cliche en 1975, la collusion et la corruption sont un héritage lourd et ancien au Québec et, au fil du temps, il s’avère que tous les partis politiques sans exception sont compromis et qu’on a, en fait, affaire à une caractéristique profonde et récurrente de cet appareil gouvernemental spécifique.

Au pouvoir, dans des gouvernements minoritaires ou majoritaires, depuis 2003, le Parti Libéral du Québec du premier ministre Jean Charest est bien installé aux commandes de l’état québécois. Depuis 2009, on assiste à une intensification des «affaires» de népotisme et de collusion de différentes natures concernant la gestion actuelle de l’état québécois par ce parti spécifique. Son ancien ministre de la justice Marc Bellemare a accusé ce gouvernement d’obtenir des contributions politiques en échange de la nomination de juges (cela a déclenché la mise sur pied de la Commission Bastarache). Son ancien ministre de la famille Tony Tomassi a du démissionner pour avoir utilisé la carte de crédit d’une entreprise disposant de contrats gouvernementaux. Et, plus récemment, c’est la présidente du Conseil du trésor, madame Michelle Courchesne qui est accusée d’avoir, lorsqu’elle était Ministre de la Famille, alloué des contrats de lancement de garderies privées et des places en garderies à des contributeurs de la caisse électorale du Parti Libéral du Québec. On peut donc dire, pudiquement toujours, que la crédibilité politique de ce gouvernement n’est pas très forte en ce moment. Jacques Duchesneau est un officier de police ayant trente ans de carrière. Il a été chef de la police de Montréal de 1994 à 1998 et candidat malheureux à la mairie de Montréal en 1998. Patron de l’Unité permanente anti-corruption depuis février 2011, il dépose un percutant rapport en septembre 2011. «L’ancien chef de police conclut que le Ministère des Transports est impuissant face à la collusion et que le crime organisé et les entreprises de construction sont responsables des coûts très élevés payés par l’État pour ses projets de construction. Une partie du magot serait ensuite transférée vers les caisses électorales des partis politiques, affirme le rapport Duchesneau.» (source: La Presse Canadienne).

La listes des instances de la société civile québécoise ayant réclamé, entre 2009 et 2011, une commission d’enquête sur les collusions entre le secteur de la construction et les partis politiques au Québec se résume comme suit (liste non-exhaustive): Association des policiers provinciaux du Québec, Association des procureurs de la Couronne du Québec, CSD Construction, Centrale des syndicats du Québec, CSN Construction, FTQ Construction, Centrale des syndicats nationaux, Maire de Québec, Municipalités, MRC et conseils d’arrondissements, Fédération québécoise des municipalités, Fraternité des policiers de Montréal, Ordre des ingénieurs du Québec, Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec, Syndicat de la fonction publique du Québec, Ville de Montréal, maire et conseil municipal, Ville de Longueuil, mairesse et conseil municipal, PQ, ADQ. Les commentateurs proviendront de ces différents milieux et parleront d’une voix de plus en plus unanime. Tout le monde souhaite, ou affecte de souhaiter, que cesse la corruption dans le secteur de la construction aux niveaux municipal et provincial et que la collusion entre grandes firmes d’ingénierie, pègre urbaine et partis politiques soit mise en lumière et éradiquée. La soif de savoir ce qui se passe et de comprendre clairement les méandres du système de corruption et de collusion en place est un puissant incitatif de pression dans toute cette dynamique. Les critiques de différentes origines s’opposent ici très massivement et fort unanimement au premier ministre Charest, tout en le rejoignant autour d’un postulat commun, celui de l’existence de malversations, de corruption et de collusions dans les secteurs de la construction de grandes infrastructures, au niveau municipal et provincial. C’est sur la solution à apporter, à cette étape-ci de cette crise de confiance, qu’on ne s’entend pas.

En gros, on peut résumer (tout en appréciant leur fine cambrure paradoxale) ce que furent les arguments des acteurs, de la façon suivante. Arguments du premier ministre: une commission d’enquête est un mécanisme lourd, médiatisé et spectaculaire qui risque de nuire aux enquêtes policières en cours, qui sont délicates et complexes, en exposant et projetant sur la place publique, de façon désordonnée et politiquement surchargée, des personnalités qui en profiteront soit pour se refermer comme des huîtres et ne rien avouer, soit pour employer le tribune inusitée dont elles disposeront pour s’en prendre aux autres, y compris à leurs ennemis personnels, tout en se protégeant eux-mêmes. Ces questions sont déjà difficiles à tirer au net dans le huis clos des interrogatoires de polices ou de rencontres avec des juges d’instruction, elles deviendraient intraitables dans une commission d’enquête s’exposant et se déployant tambour battant sur la place publique. Arguments du reste des intervenants: à des degrés divers (mais parfois très explicitement), on accuse le premier ministre de vouloir maintenir la discrétion et le secret des enquêtes non pour protéger leur efficacité effective mais pour dissimuler son implication personnelle et celle de son parti politique dans les activités illicites qui seront mises à jour. En se privant d’une commission d’enquête publique, on accuse le premier ministre et le parti au pouvoir de se priver du seul mécanisme juridique et politique d’ampleur nationale susceptible de procéder à une mise à plat complète et contraignante de tous les mécanismes de malversation, de collusion et de corruption dont l’existence ne peut-être que soupçonnée. Cette analyse fait valoir que les enquêtes policières ne capturent que les lampistes, épargnent les grosses pointures, et que toutes les pressions politiques sont possibles, quand les étapes de l’investigation se déroulent hors de la vue du public. Les intervenants publics, autres que le premier ministre et son cabinet, réclament une commission d’enquête publique (au sens classique du terme – soit exactement ce qu’on appellait autrefois une Commission Royale d’Enquête) sur les collusions entre le secteur de la construction et les partis politiques au Québec et ils exigent qu’elle opère avec pouvoirs pleins et entiers. Leurs arguments ne changeront pas, tout le long de l’exercice, et leur pression s’exercera de façon constante et, en fait, plus unanime que concertée. Le premier ministre, pour sa part, va finir par se rendre à la position du reste de la société civile et ce, en trois étranges étapes (qui lui permettront, en fait, ultérieurement, d’être implicitement reconnu, dans l’ombre comme sous les projos, comme ayant défendu à peu près toutes les options possibles, et leurs contraires).

1) d’abord le premier ministre préconisera une solution strictement juridico-policière au problème, dans le cadre de l’Opération Marteau et des travaux de l’Unité permanente anti-corruption. Il exigera qu’on laisse les corps policiers et les services d’enquête spéciale procéder à leurs recherches et dépositions à leur manière et sans qu’une commission d’enquête ne soit instaurée. 2) à la demande de toutes les instances précédemment citée, le premier ministre optera ensuite pour une commission d’enquête aux pouvoirs restreints (la fameuse patente à gosse) ne pouvant ni obliger les prévenus à témoigner ni leur assurer l’équivalent de l’immunité parlementaire pour leurs témoignages. 3) quand la juge France Charbonneau, désignée par le gouvernement pour présider la commission, réclamera la capacité de contraindre les prévenus à témoigner et le pouvoir de leur assurer une immunité, le premier ministre Charest, qui s’était engagé à se soumettre à toutes les exigences de la juge Charbonneau, obtempérera, supprimant de ce fait la patente à gosse et rendant la commission d’enquête pleinement opérationnelle, comme l’avait été la Commission Cliche de 1975 ou la Commission d’enquête sur les comptes publics de 1936.

Pour faire triompher leurs idées et finir par faire fléchir leur premier ministre, les intervenants des divers segments de la société civile utiliseront absolument tous les arguments et procédés disponibles. Le politicien d’opposition de droite Gérard Deltell, alors chef de l’ADQ, écrira une lettre aux débutés libéraux de plus petits calibres, les invitant à relayer la pression populaire sur le corps ministériel. Des anciens PDG du secteur parapublic, des anciens hauts fonctionnaires, des juristes, des historiens, des philosophes, analyseront les incohérences logiques, juridiques et historique de l’option retenue par leur premier ministre (l’option 2), la patente à gosse, donc). Ils jetteront leur expérience dans la balance pour faire la démonstration du raisonnement qui finira par détruite l’option PATENTE À GOSSE: personne n’acceptera de témoigner (si on ne peut pas les forcer) quand tout ce qu’il diront peut se retourner contre eux (si on ne leur assure pas l’immunité). Dans un tel modèle de commission, les témoins les plus importants n’oseront pas parler sans protection, ne seront pas forcés de le faire, donc ne le feront pas. Les militants du regroupement Génération d’idées organiseront l’Opération Balai (désignée ainsi par ironie paronymique sur Opération Marteau), une intervention militante devant l’Assemblée Nationale du Québec pour promouvoir la mise en place d’une commission d’enquête, de type classique, en bonne et due forme. Finalement, des commentateurs et commentatrices souverainistes utiliseront même les tergiversations de premier ministre Charest comme élément d’un bouquet garni argumentatif contre le fédéralisme canadien.

La collusion et la corruption entre le secteur de la construction et les paliers municipaux et provinciaux du gouvernement est une réalité ancienne, institutionnalisée, solide et secrète dans un contexte socio-économique comme celui du Québec et c’est une fameuse hémorragie financière car, vraiment, il se perd un monceau mirifique de fric public là-dedans. Tout en préservant le ton pudique que je m’efforce de maintenir ici, les dents de loup bien serrées, je dirai, sobrement donc, que faire la lumière sur cette question est un enjeu important, dans les conditions actuelles où la remise en ordre des grandes infrastructures et l’austérité budgétaire créent une conjoncture nécessitant le minimum de gaspillage et de détournements de fonds, et le maximum d’efficacité et de limpidité, si possible. La société civile a vu un malaise profond dans son intendance politico-économique et cherche à mobiliser des outils juridiques, grandioses mais traditionnels, pour y remédier. Il est cependant indéniable ici, que l’histoire se répète. Le discrédit généralisé du gouvernement Charest l’a rendu parfaitement inapte à défendre l’argument selon lequel la Commission Charbonneau sera un grand spectacle collectif que les québécois se donneront, en pleine lumière, longtemps après, pour reprendre le mot d’un des ministres du gouvernement, que les coquerelles se seront bien cachées, chassées justement par la lumière. Considérant que le premier ministre et ses ministres défendaient, avec duplicité, des vues leur assurant la position de juge et de parti, les québécois se sont objectés collectivement. Or, on a ici un cas d’espèce où gagner c’est perdre. Dans un monde (bourgeois, conformiste et exempt de radicalité) «idéal», des enquêtes policières discrètes auraient certainement été préférables. Miné par son fardeau de scandales, le premier ministre du Québec a été totalement inapte à défendre cet argument, sans paraître vouloir se défiler, avec le parti ministériel, entre les mailles du filet de la justice (bourgeoise, conformiste et exempte de radicalité elle aussi, il va sans dire). Monsieur Charest n’a convaincu personne. Les idées des objecteurs du premier ministre ont triomphé. La Commission Charbonneau a été instaurée. L’année 2012 la verra se mettre en branle. Mais ici aussi gagner, c’est perdre. Que fera-t-elle de plus que toutes les commissions d’enquête qui jalonnent notre histoire et dont, en fait, elle ne diffère en rien… et dont, en fait, on sait parfaitement, avec notre recul historique, riche, dense et jalonné, justement, qu’elles n’ont rien pu vraiment régler, vu que nous en sommes encore là… PRESSIONS PARADOXALES, RÉSULTATS AMBIVALENTS. Mon sentiment est limpide sur toute cette histoire: la vraie PATENTE À GOSSE ne fait que commencer. Et, roué et faraud comme il l’est toujours, le premier ministre du Québec a, de fait, trouvé moyen de pouvoir dire un jour, de son petit ton lireux: Je vous l’avais bien dit. Il aurait fallu laisser la police faire son travail, et/ou s’en tenir à ma patente à gosse initiale…

.
.
.

QUELQUES SOURCES JOURNALISTIQUES SYMPTOMATIQUES

Changez le Québec – Nouveaux députés libéraux, appuyez la tenue d’une commission d’enquête réclamée par vos lecteurs, par Gérald Deltell, chef de l’Action Démocratique du Québec. Ce texte appelle les nouveaux députés libéraux élus le 8 décembre 2008 à appuyer la mise en place d’une commission d’enquête sur la collusion dans la construction et le financement des partis politiques. Ce chef politique de la vieille-nouvelle-droite-se-voulant-purificatrice-et-(pseudo)novatrice parle d’un système de corruption au sujet duquel les québécois entendent connaître toute la vérité. On place les nouveaux députés libéraux devant la difficulté de leur situation. Ils font partie de parti gouvernemental sans faire partie de l’équipe ministérielle. Les pressions qu’ils exerceraient se joueraient donc de l’extérieur du caucus libéral. Deltell tend la main à ces libéraux nouveaux venus et leur rappelle qu’ils sont avant tout des députés qui se doivent à la population de leurs circonscriptions. Il fait valoir qu’il y a la une occasion de changer l’image de la fonction de député et, par effet de rebond de changer le Québec. (La Presse – Forum, mercredi 24 novembre 2010, p. A27)

Une commission utile? Oui, une «patente à gosse», par Gaétan Frigon, président exécutif de Publipage inc, et ancien PDG de la SAQ et de Loto-Québec. Pas de doute pour l’auteur de ce texte, ici, la commission mise en place par le premier ministre Charest pour enquêter sur l’industrie de la construction est une patente à gosse. Elle risque de nous apprendre seulement ce qu’on sait déjà, sans toucher les politiciens ou les grosses pointures. L’auteur proteste en faisant observer que, dans les cas d’accidents, un coroner peut vous forcer à témoigner… alors qu’une commissions d’une telle importance ne serait pas soumise à une telle contrainte. Alors? Alors, les portefaix de la pègre et les gens qui produisent de fausses factures n’iront pas témoigner dans ce cercle poreux, et ce sera aussi simple que cela. (La Presse – Forum, vendredi 21 octobre 2011, p. A21 – Débats)

Une commission utile? – Monsieur Charest n’a pas changé d’idée, par Louis Bernard, consultant et ancien haut fonctionnaire au gouvernement du Québec. Selon ce texte, une vraie commission d’enquête c’est une instance qui doit pouvoir obliger les personnes qu’elle désigne à venir témoigner. Le premier ministre Jean Charest ne voulait pas cela et on fait valoir ici qu’il n’a pas vraiment changé d’idée. Il a mis en place la Commission Charbonneau sans lui donner l’autorité pour contraindre les témoignages et aussi pour protéger l’immunité de ces témoignages. On nie donc qu’il s’agisse ici d’une commission d’enquête dans le vrai sens du terme. On fait observer que c’est cette question de protection d’immunité qui fait que monsieur Charest n’a pas changé d’idée. On soulève ensuite la question de l’utilité d’une commission tronquée de tels pouvoirs. On émet alors de très forts doutes sur le tout de la chose. (La Presse – Forum, vendredi 21 octobre 2011, p. A21 – Débats)

Pan dans l’œil, par Lise Payette, journaliste et ancienne ministre péquiste. Pour Lise Payette, qui ne cache pas son indépendantisme, le ministre de la justice du Québec est un incohérent. Il a annoncé qu’il n’y aurait pas de commission d’enquête sur la corruption dans le secteur de la construction et son premier ministre s’est empressé de le contredire, en mettant sur pied la Commission Charbonneau. Ensuite, notre ministre de la justice se rend à Ottawa pour traiter la question de la destruction du registre des armes à feu et d’autres questions sensibles et y fait un fou de lui, en finissant par s’aplatir devant l’autorité d’Ottawa. Le jeu politique, selon l’auteure, va comme suit. Le ministre de la justice est contredit par son premier ministre au sujet de la Commission Charbonneau, cela engendre une perte de crédibilité qui le discrédite devant Ottawa et tout cela, toujours selon madame Payette, tend à démontrer que nos propres débats internes nous nuisent face aux autorités d’une fédération dont il faudrait sortir pour pouvoir traiter nos affaires internes sans risque de discrédit inutile sur d’autres dossiers sensibles. (Le Devoir – Idées, vendredi 25 novembre 2011, p. A9)

Enquête sur le milieu de la construction – L’attrape huis clos, par Paul St-Pierre Plamondon, Olivier Charest, avocats et membres militants du regroupement Génération d’idées. Le regroupement Génération d’idées est un groupe de pression se donnant comme «une organisation à but non lucratif, indépendante et non partisane. Sa mission est d’offrir aux Québécois âgés entre 20 et 35 ans un espace propice à l’expression d’idées porteuses en vue de faire face aux défis à venir de notre société.» Ce sont en fait des jeunes professionnels de la nouvelle droite affairiste contemporaine, qui recherchent la purification et le rajeunissement rédempteur des structures politiques traditionnelles discréditées par l’usure du pouvoir à l’ancienne et l’accroissement de la crise économique. Ce groupe d’intérêt voit dans une commission d’enquête publique en bonne et due forme un moyen de rétablir la crédibilité des instances régulières du corps gouvernemental, sans forcer l’application de changement sociaux excessivement radicaux. Ces deux auteurs, tous deux animateurs de l’Opération Balai, intervention militante tenue devant l’Assemblée Nationale du Québec pour démontrer la nécessité d’une enquête publique sur le milieu de la construction, jugent que le rapport Duchesneau a fait la preuve de l’urgence d’une commission d’enquête. Tandis que l’Unité permanente anti-corruption vient de porter des accusations contre Tony Tomassi, il semble que Jean Charest veut que la commission d’enquête sur la construction agisse à huis clos. On fait valoir que Tony Tomassi n’a rien à voir dans tout ceci mais que la tendance à vouloir ne pas débattre ces questions sur la place publique donne une bien suspecte impression de secret. On admet que les grandes commissions d’enquête de l’histoire du Québec ont eu des portions de leurs activités à huis clos, mais on se réclame de la tradition des tribunaux, dont le travail est public. On fait valoir que la seule façon de rétablir la confiance est de faire une vraie enquête publique. (Le Devoir – Idées, mardi 18 octobre 2011, p. A9)

Une commission utile? – Un écran de fumée, par Guy Ferland, professeur de philosophie au Collège Lionel Groulx de Sainte-Thérèse. Qui va témoigner dans une commission quand ce n’est pas obligatoire? Selon l’auteur de ce texte, deux types de personnes: ceux qui veulent redorer leur propre image et ceux qui veulent dénoncer quelqu’un d’autre qu’eux-mêmes. Personne ne viendra avouer ses propres méfaits ou ses accointances avec des fraudeurs qui, par la suite, pourraient intenter des poursuites civiles pour diffamation. France Charbonneau sera sans pouvoir et la commission se transformera en un vaste exercice de mouchardage, de ouï-dire, de demi-vérités, d’allusions et de potinage. Les coupables de la collusion et de la corruption dans l’industrie de la construction, et indirectement ceux du financement occulte des partis politiques, vont continuer de se tenir dans l’ombre. L’auteur juge que la Commission Charbonneau ne sera rien d’autre qu’un écran de fumée pour planquer le premier ministre Charest. (La Presse – Forum, vendredi 21 octobre 2011, p. A21 – La Presse Débat)

Les leçons de l’histoire – Lutter contre la corruption et… l’oubli, par Jonathan Goyette, professeur adjoint au département d’économie de l’Université de Sherbrooke. L’auteur de ce texte fournit une mise en perspective historique qui fait sentir que l’intérêt actuel pour les questions de collusion et de corruption n’est en rien une nouveauté au Québec. En 1975, la Commission Cliche touchait amplement le secteur de la construction et suscita les passions en son temps. L’auteur parle de récurrence historique, Il explique que les personnages on changé mais que le système corrompu de 1975 continue de prévaloir. L’analyse s’efforce de prendre de la hauteur et de toucher les principes fondamentaux du problème. Lorsque l’utilisation du pouvoir public pour un gain privé devient la norme, des individus malhonnêtes s’emploient à recenser les failles bureaucratiques pour servir leurs intérêts... L’auteur, en citant notamment l’exemple de l’Ouganda, montre combien la corruption est un frein objectif à l’essor économique d’un pays. Il conclut en proposant des pistes de solutions: cadre éthique, liberté de la presse, surveillance, carottes vérificatrices, sont autant d’instrument susceptible de garder ce problème endémique en contrôle. (Le Devoir – Idées, lundi 7 octobre 2011, p. A7)

Une commission utile? – Une coquille vide, par Mélanie Dugré, avocate. L’auteure de ce texte perçoit la commission d’enquête à venir, attendues ses contraintes et limitation, comme une sorte de réception officielle, un grand événement mondain où les gens se regrouperont pour encenser le premier ministre Charest. On opère en se fiant sur le fait que les gens ayant témoigné devant Jacques Duchesneau, enquêteur spécial de l’Unité anti-collusion reviendront ici. Mais ils pourraient ne pas revenir, tout simplement parce qu’ils n’y sont pas obligés. L’auteure est cependant d’accord avec l’absence d’immunité des témoins, car elle veut qu’ils rendent compte de leurs actes. C’est l’absence de contrainte à témoigner qui transforme, à ses yeux, cette commission d’enquête en coquille vide. Le résultat sera incomplet, lacunaire, il manquera des pièces au casse-tête et l’auteure trouve, en plus, choquant tout l’argent qui sera engagé là-dedans, pour un résultat aussi douteux et incomplet. (La Presse – Forum, lundi 24 octobre 2011, p. A16 – Conjoncture)

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec, en deux volets (ICI et ICI)

.
.
.

Publicités

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Lutte des classes, Québec, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , | 7 Comments »

Ce malentendu entre hommes et femmes au sujet de la dimension érogène de l’intelligence

Posted by Ysengrimus sur 14 février 2012

Qu’est ce qui se passe donc ici, dans ce restaurant si représentatif?

Qu’est ce qui se passe donc ici, dans ce restaurant si représentatif?

.
.
.

Séduction, l’éternel ballet aux maldonnes. Alors, partons, si vous le voulez bien, de la femme contemporaine. Elle est intriguée, voire attirée, par une homme bien foutu et bien mis, certes, mais elle est érotisée, maximalement érotisée, par une cognition masculine. Elle attend de l’homme qui l’approche qu’il soit une intelligence. Une vraie intelligence, naturelle, spontanée, sensible mais mâle, originale mais sans dédain de l’autre, solide sur ses positions mais sans rigidité, magnanime mais sans condescendance, conversante et parlante mais sans verbosité ni gibbosité verbeuse, drôle, humoristique mais sans ce cabotinage facile, simplet ou grossier, si souverainement répandu. Dans son fameux roman De amor y de sombra (1985), l’écrivaine américano-péruvienne Isabel Allende nous annonce que la femme a son Point G dans les oreilles et qu’il serait parfaitement oiseux de le rechercher plus bas (Para las mujeres el mejor afrodisiaco son las palabras, el punto g está en los oídos, el que busque más abajo está perdiendo el tiempo)… En utilisant cette image, facétieuse mais fort ingénieuse, cette sagace romancière a fait beaucoup pour la compréhension de ce qui, en l’homme, érotise la femme. Pour séduire la femme, l’homme doit, de fait, savoir parler, s’ajuster verbalement, échanger authentiquement, s’articuler dans la conversation tout naturellement, sans affectation, ni malice. Ajoutons: cuistrerie tapageuse, encyclopédisme régurgitant, dédain du moins savant que soi, monologuisme égocentré, ton faux et vain, dogmatisme plat et unilatéral, s’abstenir. L’homme intelligent doit aussi, c’est crucial, savoir écouter. Écouter attentivement (cela ne se feint pas), s’intéresser effectivement à ce que la femme rapporte, raconte, relate, décrit. Une femme va toujours crucialement faire passer une narration de son choix à travers le cerveau de l’homme qui l’approche et mirer scrupuleusement le répondant qui se manifeste alors. L’homme vous écoute, il réfléchit effectivement à ce que vous dites, il commente avec finesse, sans excès, en manifestant un intérêt réel, il ne donne pas de conseils sans qu’on les lui demande (c’est tellement criant que l’homme qui se lance dans le conseillage intempestif est en fait un faux empathique, un auditeur superficiel qui ne cherche qu’à se débarrasser fissa-fissa du sujet que vous avez introduit). Si, en prime, il interagit poliment avec la serveuse du restaurant, parle de ses enfants avec une tendresse non feinte, et, donc, vous écoute sans faillir, en s’abstenant sans effort de déconner, vraiment, pour faveur ne le niez pas, vous allez vous mettre à vous sentir toute chaude en dedans…

C’est alors ici que les premiers éléments du malentendu sur la dimension érogène de l’intelligence se mettent tout doucement en place. Femme, érotisée que vous êtes par l’intelligence masculine, vous vous attendez à une réciproque frontale, une symétrique stricte, un renvoi d’ascenseur mécanique. Et, bon, bien, ouf, elle ne semble pas venir, cette réciproque, elle ne semble pas se manifester, cette symétrique, il ne semble pas remonter, cet ascenseur. Observez-vous en sa compagnie, dans ce restaurant. Vous êtes bardée de diplômes, articulée, savante, spirituelle, vive, subtile, nuancée. Il l’apprécie, le saisit. Il est parfaitement apte à vous décoder. Il y a indubitablement une affinité. Tous deux, vous le voyez. Et vous, au plus profond de vous, vous la sentez, qu’est-ce que vous la sentez. Vous tenez parfaitement la conversation, du tac au tac, tit for tat. Il n’y a pas de fausse modestie à cultiver: vous êtes brillante, vous brillez. Or, il attrape le ballon sans faillir mais, poisse, il ne semble pas du tout se réchauffer. Pire, il semble de plus en plus distrait, rêveur, instable. Il regarde vos mains manucurées à la dérobée. Il semble observer vos lèvres bouger plus qu’il ne semble s’imprégner vraiment du propos qui en coule. Puis, bien ça s’aggrave un petit peu. Il vous interrompt soudain, s’emporte un peu, perd sa faconde, roule des orbites, semble s’ennuyer. Il est jaloux de votre intelligence ou quoi? Vous lui faites de l’ombre, ou quelque chose? Summum de l’incohérence, injure jointe à l’insulte, voici qu’il complimente les boucles d’oreilles de la serveuse (jeune, dodue, empressée, un peu gauche et, indubitablement, pas une surdouée intellectuelle) et lui regarde les hanches d’un œil un peu fixe quand elle se retire discrètement. Késsako? Quid? Je te fais chier ou quoi? Alors vous vous drapez dans la dignité contrite de vos grandes conclusions critiques: l’homme n’aime pas l’intelligence chez une femme, voilà. Cela lui fait peur (ah, ce nouveau mythe contemporain: l’homme qui a peur). L’homme préfère les sottes plantureuses, cela le conforte, le rassure, lui évite de se confronter et se frotter à la femme moderne, cultivée, solide et intelligente de ce temps. L’homme veut une petite nunuche, pantelante, nou-nouille et docile. Ah mais dites donc… le féminisme avait raison.

Le féminisme (classique) avait effectivement raison. Oh, qu’il avait donc raison. Nos pères et nos grands-pères préféraient indubitablement une petite épouse qui ne bavardait pas trop, ne jouait pas les femmes savantes, bossait dur, obéissait au quart de tour, et baisait sec. Le féminisme a aussi eu raison de combattre cet homme là, de le terrasser, de l’abattre. Sauf que le féminisme, et la société en cours de tertiarisation dont il était l’intellectuelle émanation, ont tellement eu raison qu’ils l’ont emporté… De ça aussi, il faut s’aviser. L’homme d’aujourd’hui ne veut pas d’une petite nunuche, pantelante et docile. Il veut une femme intelligente, articulée, vive et savante. Mais alors qu’est ce qui se passe donc ici, dans ce restaurant fictif, mais si représentatif? Ce qui se passe ici, c’est lui le navrant malentendu sur la dimension érogène de l’intelligence. Il se formule comme suit: pour la femme, l’intelligence et la sincérité de l’homme SEXUALISENT graduellement l’ambiance de l’échange, parce que l’intelligence masculine authentique engendre le désir de la femme. Pour l’homme, l’intelligence et la sincérité de la femme DÉSEXUALISE, tout aussi graduellement, l’ambiance de l’échange, parce que l’intelligence authentique de la femme engendre l’admiration intellective chez l’homme (et que l’admiration intellective n’est pas un sentiment sexualisant pour lui). La perception que l’homme a de l’intelligence de la femme est mentale, abstraite. La perception que la femme a de l’intelligence de l’homme est concrète, sensualisée. La femme s’érotise en présence de l’homme intelligent et elle adore ça. L’homme s’intellectualise en présence de la femme intelligente et il adore ça aussi, simplement, si vous me passez la formulation, cette conversation là ne le fera pas bander, lui, comme elle la fait mouiller, elle. Pour l’homme, l’intelligence de la femme n’est pas un vecteur de séduction et le fait qu’il ne place pas l’intelligence féminine au centre de la parade amoureuse ne veut en rien dire qu’il n’en veut pas, au contraire. La force de votre intellect est un atout cardinal à long terme. Le séduire c’est une chose, le convaincre c’est vraiment pas mal non plus, dans le tout de la démarche d’approche. Le fait qu’il pense à autre chose que la chose, un petit peu, dans le dispositif, c’est hautement significatif, ça aussi. Je n’ai pas à vous faire un dessin. Ces deux canaux (celui de la séduction et celui de la conviction) sont proches, certes, mais, de fait, habituellement parallèles, dans la perception globale que l’homme contemporain échafaude de vous (imaginez deux fils électriques de couleurs contrastées, tortillonnés en une tresse serrée, et alimentant tous les deux pleinement la machine – mais sans mélange des fibres et des courants). La force de votre intellect va donc garantir la viabilité durable de la relation interpersonnelle avec cet homme intelligent, parce que votre intellect et la compatibilité de vos intelligences serviront de fondations solides et imperturbables à son admiration, son estime, et son respect pour vous. Mais votre intelligence n’opérera pas comme arme de charme, manifestant ou exprimant votre potentiel de séduction. Ce dernier est ailleurs. L’erreur de perception féminine sur cette question est une erreur fondamentalement symétriste. Elle voudrait que son intelligence de fille ait un impact de séduction aussi grand, aussi fort, aussi entier aussi unaire, unitaire, holiste, décompartimenté, monadique, total, sur le gars que l’intelligence du gars a un impact de séduction sur la fille. Elle voudrait que le gars sente la séduction comme une fille, en fait. Mais le gars n’est pas une fille…

Et c’est ici que le monumental et quasi-carcéral code déontologique de la femme intelligente va faire le plus violemment obstacle à la puissante séductrice d’homme qu’elle est effectivement, d’autre part. Le féminisme conséquent admet, sans complexe ni arrière-pensée d’aucune sorte, que, si les hommes et les femmes sont intégralement égaux en droits devant toutes les instances de la société civile, cela n’en fait pas du tout des êtres identiques. Il y a donc ici une problématique de la radicale diversité à appréhender et à dominer en priorité, si vous m’autorisez la formulation sidéralement songée… Pour dire la chose comme elle est, on a de fait affaire à une diversité reposant sur une nette inversion de la polarité des sensibilités. Tant et tant que plus votre intelligence de femme se déploiera, s’amplifiera, se complexifiera, plus votre homme vous admirera et… moins sa libido s’échauffera. Vous allez alors le subvertir, le dépayser, l’ébranler, le solliciter, l’interpeller, le captiver, le fasciner, l’intéresser, oui… mais l’allumer, l’émoustiller, ou l’érotiser, non… Bon, on baise ou on cause? est une formule binariste d’homme. Pour vous, femme, moniste que vous êtes, les deux vont ensemble, se touchent, se rejoignent, s’enlacent. Pas pour lui. Tant et tant que si vous voulez vous séduire vous-même, vous êtes fin parée, vous avez tous les atouts. Mais, comme de fait, pour le séduire lui, il va vous falloir faire un petit retour autocritique sur certains de vos subtils trésors les plus archaïques. Ils sont là, ils n’attendent que ça, servir vos objectifs. Ils sont comme des pièces d’échec devant vous ou de solides et fiables connecteurs logiques en vous… Et nananère… Et vive le crapaud de Voltaire

Qu’on m’autorise ici un petit détour à la fois récréatif et allégorique, parfumé et rose. Professeur pendant vingt ans dans une grande université canadienne, j’ai côtoyé des femmes supérieurement intelligentes, articulées, cohérentes, éduquées, géniales. La majorité d’entre elles étaient des féministes anglo-saxonnes convaincues, griffues et dentues. Certaines d’entre elles cachaient pourtant la revue Cosmopolitan ou des romans à l’eau de rose dans leur sac à main, entre Emmanuel Kant et Marshall McLuhan. Un petit peu mises au pied du mur sur la question, elles se comportaient alors peureusement, nerveusement, honteusement. C’est comme si admettre aimer la couleur rose, les potins de starlettes et le mascara représentait une atteinte fatale à le fabrique la plus intime du monument cimenté de leur crédibilité intellectuelle. C’était irrésistiblement sexy de la voir percoler comme ça, en catimini, cette infime vulnérabilité de culture intime de fille, simplette, badine, si fraiche, si fluide et si ancienne à la fois. Je ne leur disais pas ça (ces féministes dentues n’aiment pas, ou affectent de ne pas aimer, qu’on leur roucoule des choses comme ça dans le pavillon de l’oreille, surtout avec l’accent français). Je me contentais de les laisser chercher à me séduire de par leur vaste et encyclopédique intellect. Sans succès, évidemment. Peine perdue, naturellement. Elles me faisaient m’élever en une transcendance de tête hautement intéressante et satisfaisante… et je restais froid comme une banquise, bien marbrée et bien figée, un jour solennel de grand vent. Il s’en serait pourtant fallu de si peu. Mais poursuivons…

En ce navrant malentendu sur la dimension érogène de l’intelligence, l’erreur la plus commune de l’homme est une erreur de méthode. Tout juste comme dans le cas de la doctrine florale, il sait (abstraitement, sinon empiriquement) qu’une intelligence, qui ne l’émoustille pas spécialement lui, l’érotise maximalement elle. Ce que je me tue à lui expliquer ici, il le sait théoriquement sans le sentir physiquement. Il la joue donc complètement à tâtons, dans le noir opaque et, plus souvent qu’autrement, conséquement, boiteusement et/ou insincèrement. J’en ai parlé ailleurs, pour séduire la femme, il joue nunuchement sur le court terme. Il ment sciemment à la femme au sujet de sa propre nature intrinsèque de conneau (très légèrement) retardataire. Elle, pas bête la guêpe, finit, tôt ou tard, par s’en aviser, et notre intelligent insincère (l’intelligence, ça se feint fort difficilement. Pour ce qui est de tenter de feindre la sincérité, là, on entre carrément dans du paradoxal pur), eh bien, il voit son dispositif de séduction implacablement tomber en capilotade.

En ce navrant malentendu sur la dimension érogène de l’intelligence, l’erreur la plus commune de la femme est une erreur de jugement. Elle juge d’abord en conscience (après tout, y a pas de raisons) que son intelligence à elle devrait le séduire lui autant que son intelligence à lui la séduit elle. Comme ça fonctionne pas, elle se croit soit pas assez intelligente pour un homme fascinant qu’elle adule déjà pas mal, soit trop intelligente pour un conneau rétrograde, certainement un macho inévitablement attardé, qui rechercherait la sécurité non insécurisante d’une nunuche bien dodue, bien maquillée, bien sotte. Ces deux jugements faux (1- croire que l’intelligence est un vecteur de séduction pour Lui sous prétexte qu’elle l’est pour Elle, 2- croire que l’homme ne veut pas de l’intelligence d’une femme simplement parce qu’il ne s’érotise pas de par ladite intelligence) perpétuent le vieil épouvantail phallocrate déchu de l’homme qui aspire à cueillir une femme « fatalement » sectorielle-sensuelle, éventuellement à fonctions interactives circonscrites, et (donc… oh, le mauvais donc!) sotte. Totale erreur d’analyse. L’homme de 2012 veut de tout son être la femme de 2012… Simplement il ne veut pas que Tara Pornella se mette à penser de temps en temps, il veut plutôt que Rosa Luxemburg enlève sa robe de temps en temps…

Le message est entier, droit, fulgurant, passionnel, sensuel, sexuel. Enlevez votre robe, madame. Là, tout de suite, là, en public. Jouez du pied sous la table et des lèvres sur votre coupe de champagne. Posez votre main manucurée sur (ou dans… les deux options son légitimes, au jour d’aujourd’hui) la sienne, en lui coupant subitement le topo intellectif, comme on coupait sa chique au sémillant marinier, dans un vieux tripot portuaire d’autrefois. Séduisez-le, non dans je ne sais quel monde abstrus qui l’exalte cognitivement mais dans celui de vos sens, qui, lui, l’excite charnellement. Frappez-le, depuis l’épicentre tumultueux de cet autre champ d’excellence dont vous détenez, en tout droit et tout honneur, le si vaste héritage, et que vous dominez parfaitement désormais: celui de votre sensualité sinueuse et triomphante. Pourquoi abandonner un atout aussi percutant et imparable aux seules connes rétrogrades, qui, au demeurant, n’ont que lui à brandir et qui sont vouées aux futiles feux de paille de la passade éphémère sans fondations intellectives et/ou harmonie des grands esprits (elles sont d’ailleurs un peu trop médiatisée ces dites « connes » et, je vous le redis, il n’en veut même plus de toute façon)? Cela ne vous rendra pas subitement plus sotte de votre personne que de mobiliser toutes les pièces de l’échiquier. Il n’y a absolument rien de fautif à devenir sa propre marionnette. Non, que non, cela ne vous rendra pas plus conne, madame la marionnettiste intérieure. Plutôt, en fait, cela vous rendra subitement plus tempérée. Une femme qui se domine ne craint pas toutes les facettes de son image parce qu’une femme qui se domine domine, du geste et de l’oeil, tous les angles de la féminité dont elle hérite et qu’elle transcende. Alors, alors… pourquoi ne pas en jouer. C’est une danse de séduction, et dans une danse on ne ratiocine pas. On bouge…

.
.
.

C’est une danse de séduction, et dans une danse on ne ratiocine pas. On bouge…

.
.
.

Posted in Commémoration, Culture vernaculaire, Philosophie, Sexage, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 11 Comments »

LE SOURIRE D’HÉLÈNE CHÂTEL ET AUTRES NOUVELLES (Daniel Ducharme)

Posted by Ysengrimus sur 1 février 2012

Le Sourire d’Hélène Châtel, comme les huit autres nouvelles qui composent ce recueil, exprime un acte de mémoire pour en tirer un enseignement quasi trivial: quoiqu’on fasse, quoiqu’on dise, on ne sort jamais du pays de l’enfance.

Daniel Ducharme
.
.
.

Quand on produit une œuvre de fiction d’un assez bon volume, un certain nombre de matériaux satellites font inévitablement leur apparition sous la plume. Il serait trivial et non avenu de les considérer comme les simples scènes retranchées (deleted scenes) d’un bon film. Il y a bien un peu de ça, mais il y a aussi quelque chose de tout autre, qui procède directement de la dynamique d’écriture dans sa spécificité stricte. Le fait est que les personnages que l’on développe ont un arrière-plan, une histoire, un «vécu», une trajectoire qui les déterminent et, conséquemment, certain des éléments de fond de leur fiche descriptive prennent une dimension narrative autonome, parfois incroyablement puissante. Celle-ci se développe alors très fructueusement dans le texte court. De petites gemmes apparaissent donc alors au fil du voyage, qui valent en soi et qu’il serait par trop douloureux de percer cruellement pour les enfiler dans le collier de tel ou tel chapitre du plus vaste exercice romanesque en cours. Certains de ces textes sont, dans leur genèse objective (si tant est qu’on se soucie de cette dernière), plus anciens, d’autres contemporains de la rédaction du roman principal. La date de leur apparition importe peu en fait. C’est leur dynamique crucialement périphérique et satellisée au moyeu central qui compte vraiment.

Autour de l’ouvrage de Daniel Ducharme Le Bout de l’île (ÉLP Éditeur, 2010) est donc apparu (avant/pendant/après) un faisceau de matériaux satellites dont l’auteur a constitué le recueil de nouvelles Le sourire d’Hélène Châtel et autres nouvelles. Dans cette série de neuf tableaux, nous évoluons donc toujours dans l’univers social et historique de François-Gabriel Dumas, dit Gaby, le personnage principal du déjà fameux cycle pointelier. L’ordre dans lequel les nouvelles sont disposées n’est pas restreint exclusivement par une progression chronologique dans la vie de notre Gaby (progression effective qui, éventuellement, dépassera la période de temps délimitant la trame du Bout de l’île).Ce que l’on voit se développer, en feuilleté, d’un texte à l’autre, dans ce recueil spécifique, c’est le rapport émotionnel et charnel de Gaby à l’amour envers nos extraordinaires compagnes de vie. Pour ne rien gâcher de votre futur plaisir de lecture, décidons, en esquissant fort, qu’on passe ici, en compagnie de Gaby, de l’amour de LA femme (Hélène Châtel, qui d’autre?), à l’amour de la femme (la minuscule), à l’amour des femmes… Suivez mon regard sur la page…

Une autre dimension du regard de Gaby sur lui-même (suivez son regard aussi!) prend corps, de façon stable et récurrente, celle de la douce gradation d’une dimension très légèrement autodérisoire, répondant harmonieusement à la gravité de ton du roman (et de la toute première nouvelle). Le style sobre et vif de Ducharme donne ici pleinement sa mesure et on découvre à la fois un libertin très à l’écoute de sa sensualité complexe et grinçante (Charogne, Jo) et un moraliste qui n’hésite pas, en conscience, à tirer les leçons éthiques d’un événement d’existence (la rondelle de hockey, le lecteur) et même parfois un petit peu, pourquoi pas, à sermonner nos chers mouflets de ce temps (Zacka). À l’instar de Daudet, de Fournier, de Satrapi, il y a, chez Ducharme, une remarquable aptitude à traiter le parcours obligé de l’enfance et de la jeunesse dans un angle aussi vrai et rafraîchissant que la plus vive des sources cristallines. L’enfant et le jeune homme que je fus, et ne suis plus, remuèrent fréquemment au fond de moi au cours de cette pétillante lecture.

.

.

.

Daniel Ducharme, Le sourire d’Hélène Châtel et autres nouvelles, Montréal, ÉLP éditeur, 2010, formats ePub ou PDF

.

.

.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Fiction, Québec | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »