Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Archive for septembre 2010

L’HOMME QUI VISIONNE DE LA PORNO. Foire aux questions et mode d’emploi (en quinze points), à l’usage de sa conjointe

Posted by Ysengrimus sur 15 septembre 2010

Bon, crotte, ça y est. Il visionne de la porno. Vous le savez, vous en avez la certitude, mieux: la preuve. Tout semble s’effondrer. Oh, le verrat fendant, moi qui le croyait différent. Il fait ça en cachette, en plus, comme un enfant. Oh, le crapotte insidieux. Moi qui espérait mieux. Si je lui en parle, il louvoie, il s’esquive, par-dessus le marché. Oh la lubrique vipère, moi qui le croyait sincère. Que faire? Vers qui vous tourner. Un psychologue, votre meilleure copine, son meilleur copain à lui (autant vous tourner vers la pègre), votre grand ami gai, votre mère, la pègre? Tournez-vous vers qui vous voudrez mais juste avant, consultez donc cette petite foire aux questions et ce petit mode d’emploi compréhensifs (en quinze points), une gracieuseté d’Ysengrimus. Homme maximalement traître à l’omerta masculine, Ysengrimus vous dira absolument tout. D’abord, la foire aux questions (vous ne vous intéressez qu’à une seule question: pourquoi?). Ensuite le mode d’emploi (que faire?).

Je rappelle aux éventuels hommes qui chercheraient de quoi se dédouaner ici que mon propos repose sur une axiomatique sciemment et fermement féministe. Comprenons-nous bien, donc, je ne justifie pas l’homme regardeux de porno ici. Je le décris, simplement, froidement, dans sa rigidité impitoyable. Ceci dit et bien dit, le féminisme implique, entre autres, une refonte en profondeur de l’existence du mec de demain et ladite refonte ne se fera pas dans l’ignorance nunuchement volontariste du mec d’aujourd’hui. Nier l’existence du répréhensible, du goujat, du tristounet et de l’inélégant ne le fera pas automatiquement disparaître de notre univers social, loin s’en faut. Féminisme n’est pas ignorance de la même façon que description n’est pas légitimation. Un vrai ami vous donne l’heure juste. Une féministe n’est pas une autruche. Masculinologie n’est pas masculinisme. On ne combat pas adéquatement le cancer en le décrivant comme une maladie bénigne. Minimiser n’est pas jouer. Le sujet (dans tous les sens du terme) est fort peu reluisant…  Soyons en tous et toutes avisé(e)s et assumons.

.
.
.

FOIRE AUX QUESTIONS : POURQUOI  (ME) FAIT-IL CELA?

1- Fait-il cela à cause d’un manque dans mon apparence physique? Non. Je sais qu’il va vous falloir du temps avant de me croire, mais en fait, c’est le contraire. Un homme, un vrai, se soucie assez peu du détail technicien fin sans fin de l’apparence physique de la femme qu’il désire. Épaisseur des cuisses, longueur des cheveux, incarnat de peau, velouté des lèvres, ondulé des hanches, sacro-saint volume de la poitrine (cette hantise suprêmement oiseuse), lustré des maquillage, basta. L’homme pousse son lot de hurlements d’orignaux sur tout cela, certes, mais, réalité cruciale, il le fait en vrac, en gros, à la globale, sans même trop comprendre que ce n’est pas vraiment ceci et cela qui l’allume. Quand les femmes se sortiront-elles enfin de cette pitoyable mentalité hyper-analytique et chosifiante de foire agricole? Vous vous devez d’inverser l’équation ici, en fait. Il faut voir la chose ainsi (suivez bien le mouvement): si c’est bel et bien vous qui êtes dans son lit plutôt que quelque sosie de la terrible et torride actrice pornographique Tara Pornella (nom fictif), c’est que c’est vous, et vous seule, qui battez Tara Pornella à plate couture dans l’arène de l’apparence physique, pas le contraire. Pur et simple. Point barre. Rien à ajouter. La personne obsédée par votre apparence physique ici, c’est vous, pas lui. Vous vous comparez scrupuleusement, compas en main, loupe sur l’œil, tyranniques critères de filles en tête, aux femmes de papier (y compris celles des tout aussi tyranniques magazines féminins, du reste, que votre partenaire ne lit pourtant jamais). Lui ne fait pas cela. Il ne brouillerait pas son amour, son désir et sa passion pour vous en vous roulant dans la farine comparative de Tara Pornella. Le visionnement de porno est un comportement totalement non-comparatif. Votre partenaire vous désire, en cette fulgurante synthèse d’ardeur et d’amour, parce que vous déclenchez sa libido. C’est tout. Et l’équation libidineuse inclut l’apparence physique de la partenaire comme un paramètre parmi bien d’autres, certes, sans s’y réduire cependant.

2- Alors, fait-il cela à cause d’un manque dans ma performance sexuelle? Non et non. Je sais qu’il va encore vous falloir du temps avant de me croire, mais en fait, ici aussi, c’est le contraire. S’il ne jouissait pas de votre performance sexuelle, eh bien, sapristi, il se prendrait une maîtresse bien réelle, ou vous quitterait pour une autre conjointe, elle aussi, bien réelle… S’il regarde de la porno, c’est, au contraire, que vous êtes arrivée à le tenir en éveil lascif, à le faire pétiller libidineusement, à le stimuler sexuellement, ardemment et vivement. Le spectacle pornographique n’est pas, et ne sera jamais, en compétition avec vous. C’est une lanterne chinoise qui ne montre rien de vrai, rien d’humain. Fondamentalement c’est comme le scénario d’un roman ou le script d’un film. Votre amant trouve de fait, dans la porno, au mieux, un mode de ressourcement intellectuel pour mieux s’occuper de vous. Je ne plaisante absolument pas. Les femmes qui s’imaginent que leur homme regarde de la porno parce qu’elles ne «fournissent» pas sexuellement errent totalement. Elles confondent leurs propres motivations de femmes hédonistes contraintes contemporaines avec les siennes. De plus, si vous-même, vous observez un peu fixement un autre homme (vous-même vous-même si, si, ne niez pas!), vous voyez, de par cet autre homme, les défauts vestimentaires et comportementaux qu’il corrige chez votre propre conjoint, non? Hmmm? Pardon? C’est que, fantasmatiquement parlant, vous êtes monogame. Fantasmatiquement parlant, vous ne quittez votre moineau que pour un homme qui sera mieux que lui, supérieur, sublime. Or, ce n’est pas une raison pour croire que votre regardeux de porno fonctionne mécaniquement comme vous! C’est que, fantasmatiquement parlant, votre conjoint lui, voyez-vous, il est polygame. C’est un sultan onirique. Il a un vaste harem de femmes fantasmatiques dans sa tête et vous, eh bien, vous êtes la Favorite… c’est cela qui fait que vous êtes la vraie et que son monde de fantasme ne le ferait jamais au grand jamais vous quitter. Il est parfaitement inutile de compétitionner avec les silhouettes évanescente et embrumées du sérail creux et fictif peuplant la coupole crânienne de votre conjoint. Inutile et oiseux. Car le fait est que vous avez déjà gagné.

3- Ferait-il cela encore plus si je n’étais pas dans sa vie? Non. Ni plus ni moins, en fait. Des pensées sexuelles lui viennent et lui percolent dans la cervelle en permanence, comme les bulles de gaz fétide d’un marécage, et le visionnement de pornographie n’est qu’un type d’organisation visuelle, une classification, une mise en fichiers manipulables de pensées, diffuses ou précises, propres ou sales, belles ou laides, qui lui rouleraient dans la tête de toute façon, ordi, télévision, cinéma, magazines ou pas. Nos ancêtres avaient les statues, les peintures, le cinématographe… Des images de femmes, il y en aura toujours, intra et extra cerebra. La porno n’est jamais que la suite tangible de cette longue et falote sarabande d’imagerie, se manifestant au jour d’aujourd’hui par d’autres moyens, moins imaginatifs, du reste. Ferait-il cela encore moins si Marielle, son ex-copine, la rousse, était encore dans sa vie? Il ne le ferait pas moins, pas plus non plus, il le ferait tout autant. Il faut comprendre qu’il visionne de la porno comme il rote, vesse, se rase sans nettoyer le lavabo derrière lui ou se gratte les fesses. Vous placer, vous, et Marielle (nom fictif), et les autres vraies femmes de son passé et de son avenir sur un plateau de la balance et les femmes de papier et de pixels sur l’autre plateau est et sera toujours intégralement fallacieux. Et à ceux et celles qui disent que s’il n’y avait pas tant de porno disponible sur le marché, mon mec ne roulerait pas autant de pensées interlopes, je réponds: c’est tout juste le contraire. Si votre mec ne roulait pas autant de pensées interlopes, il n’y aurait pas tant de porno disponible sur le marché… Le capitalisme ne nous vend que ce qu’on consomme. Il ne se soucie pas plus de déséduquer que d’éduquer.

4- Si ce n’est pas répréhensible ou suspect, pourquoi se cache-t-il de moi en faisant cela? Vous n’approuvez pas. Je ne questionne pas la légitimité du fait que vous n’approuvez pas et ce sont vos droits de femme qui s’expriment dans cette réprobation. Mais il reste que vous n’approuvez pas. Une femme qui, d’ailleurs, fait semblant de l’approuver et de s’en amuser ou de s’en accommoder est quasi certainement la plus formidable des crâneuses imaginable et est vraiment bien peu crédible. Bref, vous réprouvez, c’est déjà une fichue de bonne raison de faire l’affaire en douce. Mais il y a des raisons encore plus profondes, plus cruciales, pour lui. Vite, il constate que vous voyez cela bien plus gros que ce n’est. Ces images, ces femmes de papier ou de pixels, sans épaisseur, sans existence, elles vous hantent et vous polluent votre existence, à vous. Vous confondez Tara Pornella, cet être fondamentalement bidimensionnel et vide dans sa vision à lui, avec la compétitrice de chair et d’os de votre vision à vous. Vous vous faites un mouron excessif et il n’est vraiment pas fier de cela et pas content de lui-même. Son incapacité chronique et paniquée à vous expliquer adéquatement que l’intemporelle Tara n’existe tout simplement pas complète ensuite le tableau secret. Au final, vous réprouvez, souffrez, pestez intensivement, il s’en veut pour cela et est incapable de vous démontrer passionnément ce que je vous démontre ici froidement, que c’est sans aucune espèce d’importance dans votre vie de couple. Alors il se planque. Les enfants en font autant pour se ronger les ongles ou se curer le nez, soyez préparée…

5- À ce qu’il me semble, les modèles qu’il mate ressemblent vachement à Marielle, son ex-copine, la rousse là, justement. Qu’en conclure? Avez-vous vu l’intégralité des modèles en question ou n’avez-vous entraperçu que quelques torsades rousses ici et là, sans systématicité? Prudence. Ce que nous avons ici c’est ceci: sur une surface d’écran ou de papier glacé, Tara Pornella, rousse sans doute, mais surtout dont le profil psychologique et comportemental est intégralement fantasmé, et deux femmes réelles, Marielle, son ex, qu’il a aimé, et vous. Il est parfaitement concevable que Tara Pornella, Marielle et vous-mêmes ressembliez toutes les trois à sa femme de fantasme oméga (qu’il connaît, conscientise et stabilise fort mal au demeurant), ce qui a comme effet secondaire une éventuelle ressemblance entre vous trois. Avant de nier rageusement ressembler à qui que ce soit, ne limitez pas vos investigations de cette subtile hypothèse aux simples critères superficiels et chosifiants de foire agricole. Je dis cela parce que c’est ici que sa perversité s’interrompt et que la vôtre entre en action. Frustrée, flétrie, déçue, vous commencez par vous occulter vous-même. Vous vous ratatinez, vous roulez en boule, vous oblitérez, vous et votre immense importance pour lui. Restent alors, dans votre colimateur rageur, Tara Pornella et Marielle, son ex, qui ont en commun, pour vous, d’être deux images plates et superficielles et rousses et flamboyantes et pétantes et roulures et haïes. Il devient alors aisément aisé de tout confondre, de juger hâtivement, et de trouver ces deux enquiquineuses fort semblables. Les faits sont pourtant les suivants. La personne la plus éloignée de ses aspirations fantasmatiques c’est d’abord Tara Pornella, femme de papier ou de pixels sans densité, ni épaisseur, ni conversation effective. La seconde personne la plus éloignée de ses aspirations fantasmatiques, c’est Marielle, femme réelle certes, et en cela milles fois plus dangereuse que Tara Pornella, mais aussi ex, souvenir, passade, foucade, nostalgie-non-nostalgique. La femme la plus proche de ses aspirations fantasmatiques, c’est vous. C’est vous qu’il prendra ce soir en hurlant à l’amour. C’est vous qui le tenez, dans les faits effectifs. C’est vous, l’incarnation concrète et charnue du point oméga de ses fantasmes, vu que c’est à vous qu’il se donne ici, maintenant et pour toujours.

6- Tu te goures Ysengrimus, il m’a dit explicitement qu’il regardait de la porno à cause de mes manques physiques et/ou mes manques sexuels! Attention, me rapportez-vous l’intégralité des circonstances de cet «aveu» ici? Allons, allons, pas de triche entre nous. Laissez-moi vous les décrire, ces circonstances. Vous venez de le pincer, la face dans l’écran d’ordi, ou encore vous venez de vous décider à le mettre au pied du mur, d’aplomb et ouvertement, sur la question sensible de son regardage de porno. C’est votre droit, je vous le redis, votre devoir, même peut-être. Mais alors, c’est aussi la guerre, hein. Guerre de tactique, guerre de stratégie. Il faut l’assumer. Coincé, piégé, confronté, comme dit le bel anglicisme, il contre-attaque. Les hommes contre-attaquent, c’est comme ça. Ils sont actifs et proactifs, dans un conflit. Pris en souricière sur une question sensible, votre partenaire, terme fort ironique ici, contre-attaque efficace. Pas sincère: efficace. Il frappe donc pour porter une botte solide dans le défaut de votre cuirasse. Pas de quartier. Votre morbidité auto-dénigrante est une faiblesse dont il peut parfaitement prendre avantage dans ce genre de conflit. C’est de ta faute aussi… Tu ne t’habilles pas assez ceci… Ton cul n’est pas assez cela… Stupeur. Vol plané dramatique. Vous voici terrifiée, pétrifiée, congelée et gelée par cette douche froide critique/zap/autocritique. Tous vos préjugés auto-culpabilisateurs sont confirmés, d’un bloc. Vous le saviez! Ah, combien d’hommes qui trichent à la guerre misent ainsi sur l’immense et fulgurante propension autocritique des femmes? Les douze salopards ne sont pas que douze, allez. Ils sont un grand nombre, voyons, et ce nombre est en augmentation, maintenant que les hommes connaissent bien mieux les femmes qu’avant. Donc, le coup porte. Votre convoi déraille. Votre propos dévie. Vous en oubliez toute votre tirade d’attaque contre la porno. C’est de votre faute, il le dit, il l’avoue. Tombé, en un choc unique, le masque au sourire fixe de ses cent milles compliments d’antan. L’océan de sirop sucré se dissout dans cet unique jet de vinaigre. C’est votre corps qui est dans le tort. C’est votre performance sexuelle qui est en défaut. Tous vos préjugés tenaces sur vous-mêmes sont suavement confirmés. Il le dit ouvertement. Ysengrimus, il m’a dit EXPLICITEMENT… Eh bien il a explicitement menti, pardi. Il ment, il ment pour vous faire perdre votre contenance. Il ment parce que c’est une ruse de guerre, parce que c’est la guerre, parce que à la guerre comme à la guerre, et parce que vous avez ouvert les hostilités sur le regardage de porno. Et comme, contrairement à Ysengrimus, il n’est pas, lui, un traître à l’omerta masculine, il ne va pas se mettre à vous guider, tel Orphée aux enfers guidant Eurydice vers la surface, dans les méandres filandreux et grossiers de sa si courtichette fantasmatique. Non et non. Autant mentir et, jet d’encre du poulpe parfait, vous accuser de manques intégralement inexistants. Cela porte toujours, vous fait chier, vous cale, vous désamorce, vous fait pleurer. Ben c’est ça, pleure, cocotte, moi aussi j’ai bien envie de pleurer comme une madeleine devant la liste de mes sites porno favori que tu viens cruellement d’insérer entre ma poire et mon fromage. La femme à qui on a fait croire que c’est à cause d’elle qu’on mate de la porno vient de tomber dans le plus grossier des panneaux manipulateurs imaginable. Par pitié, ne mordez pas à cet hameçon là!

7- Et s’il m’approche d’une façon totalement non conflictuelle en me disant, froidement et posément, qu’il voudrait que je ressemble en tous points à Tara Pornella? Je ne réponds pas aux questions spéculatives de gamberges auto-mortifiantes, ici. L’a-t-il fait effectivement? Où? Quand? J’en doute fortement. S’il l’a vraiment fait et que vous êtes absolument certaine que c’était au premier degré, hors conflit, hors sursaut défensif, vous ne le fréquentez que depuis peu alors, et vous pouvez le saquer, c’est un inepte. Mais je pense que, si vous vous introspectez avec la sincérité requise, ce sera pour observer que ce cas de figure-ci est un pur produit de votre angoisse intérieure à vous, pas de sa fantasmatique sexuelle à lui. Les soi-disant sous-entendus que vous croyez détecter chez lui sont des ectoplasmes que vous vous fabriquez, de purs et non-fiables artéfacts, issus de vos propres hantises. Pourquoi? Tout simplement parce que sa fantasmatique sexuelle à lui s’ancre solidement en vous, pas en Tara Pornella. Donc, il ne fera tout simplement pas cela. Ceci, juste ici, est de la plus haute importance. Il faut absolument vous extraire de l’esprit la croyance que la vision de la porno inculquera des normes ou des standards d’apparence corporelle à votre conjoint, normes ou standards aussi hirsutement impossibles que ténébreusement implicites, qu’il vous faudra ensuite rencontrer en je ne sais quelle lutte compétitive sans fin vers l’asymptote. Croyance sinistrement répandue dans la culture intime (hautement normée, elle) des femmes, cette affaire de normes et de standards d’apparence corporelle venus de la porno et relayée par votre mec est une pure et simple fausseté factuelle. Une revue porno n’est pas un magazine de mode, ne le fut et ne le sera jamais (Et, je vous le redis, les magazine de mode, il ne les lit pas. Cela devrait vous faire méditer). Sortez vous cette idée de la tête, une bonne fois. Et s’il m’approche d’une façon non conflictuelle en me disant froidement qu’il voudrait que je ressemble en tous points à Marielle, son ex? Ça, c’est déjà bien plus réaliste, plus plausible. Bien des connards citent leurs ex en exemple. Pas de commentaire non plus, par contre ici, car nous voici alors de retour dans le monde de la compétition sentimentale réelle et, conséquemment, hors–sujet… Une fois pour toute: Marielle n’est pas Tara Pornella parce que Tara Pornella n’est pas…

8- Se masturbe-t-il sur la porno? Oui, oui, ça lui arrive, oui. Pas toujours mais parfois. Vous ne vous masturbez jamais, vous? Et vous pensez à quoi quand vous le faites? Et Ysengrimus devrait-il tirer de grandes conclusions angoissantes à propos de votre vie réelle sur la base de vos scénarios masturbatoires intimes et privés? Rassurez-vous, il ne tirera pas de telles conclusions, lui… Ce n’est pas la même chose et il le comprend, lui. Un fait intéressant, sur ce point hautement mal compris de la masturbation masculine ès porno au demeurant, est qu’il ne se masturbera sur Tara Pornella qu’une seule fois. La fois suivante, il lui faudra une autre image, puis une autre, puis une autre encore. Superficialité vide et évanescence limitative de l’ectoplasme sans âme. Des croustilles qu’on croque devant la télé. C’est pour cette raison, et aucune autre, que le marché de la porno est si pesamment cyclopéen. Signalons aussi, si nécessaire, que masturbation n’est pas jouissance ou sensualité ou intimité ou romance ou passion ou ardeur ou amour, mais tout prosaïque pis-aller hygiénique… Tsk, tsk, tsk… Vous en doutez, eh bien méditez ceci. Que pensez-vous que l’on retrouve dans le petit cagibi-chiotte ou l’on doit s’asseoir pour fournir un échantillon de sperme, au cabinet médical? Réponse, des revues porno, pour la stimulation psycho-sexuelle de l’auto-cueillette dudit échantillon. Eh oui… Fort peu romantique, merci…

9- Je l’ai bien traqué, bien enquiquiné, bien écoeuré, bien agressé, je le surveille en permanence. Il ne regarde plus de porno. Ai-je gagné? Vous avez surtout gagné qu’il se planque mieux que jamais pour le faire. Une seule chose le fera ralentir de consommer de la porno, la baisse de sa libido due à l’âge ou à la maladie. Elle est bien inutile, votre intervention répressive et hargneuse, produite au prix d’une perte significative de son affection (mais à ce point-ci son affection vous importe moins que votre amour-propre, hein, si vous avez vraiment agi de façon aussi répressive et hargneuse, justement). Vous pouvez lui couper l’ordi, la télévision et les magazines, mais vous ne pouvez pas lui couper la tête. Et c’est à l’intérieur de sa tête que se joue la plus grande, la plus tonitruante, la plus kaléidoscopique de toutes ses aventures pornographiques. Tout ce que vous lui avez appris à faire, c’est à mieux se cacher et à aller retrouver Tara Pornella loin, très loin, dans l’abstraction inane, éthérée et onctueuse de sa psyché. Et cela la rehausse, notre bonne Tara, au demeurant. Le vieil attrait séculaire du fruit défendu, poil au…

.
.
.

MODE D’EMPLOI : QUE FAIRE?

10- Dois-je exprimer mes objections? Oui, que oui, explicitement. Mais les vraies objections, hein. Pas les pseudo-objections… Les vérités du coeur, pas les prétextes de tête. Les contrariétés émotionnelles, pas les parades sociologiques. Gardons la sociologie pour un autre jour ici, si vous le voulez bien. Laissons-la nous déterminer sans en cacasser à satiété. La langue de bois de la porno exploitation du corps de la femme ne vous mènera pas bien loin avec un homme, même articulé, même féministe, que vous venez de pincer le nez pincé dans une page centrale… Il vous répondra, dans sa tête ou explicitement, que cette transgression aux principes féministes est un geste qui est plus fort que lui, qu’il commet malgré lui et dont il comprend le caractère répréhensible de la même façon que vous comprenez qu’il est hautement répréhensible de vous empiffrer de pâtisseries poubelles, mauvaises pour la santé, non bio, non grano, chimiques… sauf que… bon… Boulimie, alcoolisme, toxicomanie, kleptomanie, agoraphobie, magasinage compulsif sont aussi fort répréhensibles socialement, et pourtant… Ceci dit, oui, oui, dites ce que vous pensez, oui, montrez le drapeau sans faillir. Soyez vraie. Objectez vous ouvertement, droitement, avec sincérité, en montrant bien combien cela vous contrarie, vous irrite, vous insulte, vous déplait. Qu’il voie les conséquences de ses actes, un petit peu. Cela ne le fera pas arrêter, mais cela le fera gamberger, ce qui est toujours utiles pour la cervelle, surtout la cervelle masculine. S’il s’engage à arrêter, surtout sur l’honneur, il ment à quelqu’un. À vous, ou pire, à lui-même. Enfin, il faut dire et redire ce que vous ressentez, sans artifice. C’est crucial. Dois-je alors le bloquer, le réprimer? Je ne vous dicterai pas jusqu’où doit aller l’expression d’une contrariété légitime. Réprimez tout ce que vous jugez bon de réprimer. Mon commentaire, dans tout ce billet, voyez-vous, porte sur votre savoir, pas sur vos actions. AGISSEZ SELON VOTRE CONSCIENCE, MAIS EN CONNAISSANCE DE CAUSE. Je vous dis donc simplement de ne pas cultiver des illusions sur une approche répressive face à ce type de pratique. Réprimé, il entrera dans le maquis, il durcira sa coquille, il mentira mieux, se planquera d’avantage, mais il ne réformera pas ses comportements. Réprimer oui, s’il faut en passer par là. Croire aux vertus éradicatrices de la répression, non. Ce serait, bien hypocritement, se mentir. Une vision, une perception et une compréhension franche et directe de votre contrariété et de votre frustration l’influenceront bien plus que de vous voir pathétiquement jouer les gardiennes d’enfants répressives, car, voyez vous, un fait demeure dans cette tourmente: il vous respecte et il vous aime.

11- Qu’il mate de la porno me refroidit souverainement. Dois-je ravaler ma frustration et jouer les allumeuses au lit, pour continuer de satisfaire monsieur? Certainement pas. Le principe général selon lequel il faut ne pas forcer le désir s’applique ici pleinement. Il faut que monsieur, comme vous dite, assume les conséquences de ses actes. Aidez-le un petit peu dans son effort intellectuel, par contre. Comme vos chances sont très fortes qu’il ne voie pas bien nettement le problème, dites lui ouvertement la vraie raison de votre frigidité hargneuse. Guidez-le, en toute droiture. N’allez pas inventer quelque prétexte oiseux pour bien finir de le dérouter et, volontairement ou non, esquiver le débat porno-regardard. Il a la responsabilité de rendre compte de ses actes, vous avez la responsabilité de l’explicitation droite et entière de votre dépit. Qu’il s’explique un petit peu sur les merveilleuses aventures polychromatiques du monde virtuel de Tara Pornella. La conversation sera palpitante, croyez-moi, surtout si vous voyez à la maintenir dans les limites du conflictuel tolérable. Il cherchera, en crevant de trouille, à éventuellement insinuer qu’il aimerait vous voir adopter telle ou telle des illustres postures ou tenues de la susdite Tara Pornella, lorsque vous faites l’amour avec lui. Je ne vous dis pas de le faire alors, hein, si cela vous refroidit. Je vous dis fermement, par contre, de cesser de vous imaginer qu’il veut vous faire essayer cette posture ou cette tenue pour que vous ressembliez à Tara Pornella, sa «femme idéale». Une fois de plus, c’est le contraire, en fait. Ce qu’il juge passable et honorable sur Tara Pornella il le juge extraordinaire sur vous, car C’EST VOUS, SA FEMME IDÉALE. Il instrumentalise cette pauvre Tara pour mieux s’érotiser sur son objet de désir effectif et exclusif: vous. Il ne s’extasie pas sur Tara Pornella à votre détriment, il plagie Tara Pornella à votre avantage. Et vous, terrible naïve morbide, vous vous imaginez le contraire, ligaturant ainsi des provignements importants de sa poussée libidinale. Faites ce que vous voulez mais, pour faveur à Ysengrimus, ne prenez pas le vrai pour le faux et la sincérité pour la duplicité. Quand il dit que vous êtes mille fois plus érotique que Tara Pornella, parole d’Ysengrimus, il est sincère, il le pense et il a raison.

12- Qu’il mate de la porno, ça m’excite en fait. Je le ferais bien en sa compagnie. Puis-je? Certainement. Dites-vous d’abord que si vous pensez ceci effectivement et sincèrement, vous faites partie d’une minorité. Pas de problème, au demeurant. C’est parfaitement légitime, moderne, sensass et sexy et… les minorités ont des droit. Vraiment, si cela vous excite effectivement, approchez-le, franco de port, sur la question. Ça m’excite vachement, tous ces sites et ces vidéos que tu mates là. Je peux regarder avec toi? Sa première réaction sera certainement sceptique (ne vous en offusquez pas, perle rare que vous êtes), puis ouvertement enthousiaste. Ce sera alors super. Vous aurez votre univers porno de couple, comme des tas de gens tendance, frais et émancipés d’ailleurs. Mais veuillez noter deux choses. D’abord, ne vous surprenez pas et ne vous vexez pas si vous vous apercevez qu’il continue, droit comme un cèdre, d’autre part, à mater de la porno, éventuellement différente, en solitaire. Cela ne se place en rien sur le plateau de la balance avec les moments pornos qu’il a avec vous. Ensuite, recommandation capitale: soyez sincère, avec lui et avec vous-même, quand vous dites/prétendez que cela vous excite. Ne vous (re)mettez pas, consciemment ou non, à crâner et à (vous) jouer la comédie de la femme peu impressionnable, ouverte, délurée, moderne et que ça excite vachement juste pour déguiser une surveillance crypto-furax de ses petites activités. Il le détectera à assez court terme et il n’en sortira, alors là, rien de bon. Inutile d’ajouter que si cela ne vous excite subitement plus, il faut vous dissocier de la démarche, sans tergiverser, ni temporiser. Exactement comme pour les joutes sportives à la télé, en fait, si vous voyez ce que je veux dire.

13- Dois-je réformer mes comportements? Vos comportements, peut-être pas. Vos croyances, là, certainement. Voyez-vous, si vous retenez une seule observation de tout le présent exercice, que ce soit celle-ci. Je vais même vous la formuler en «je» pour qu’elle s’imprègne encore mieux en vous. LE PAPIER ET LES PIXELS NE SONT QUE DES SUPPORTS (COMME JADIS, LES PEINTURES ET LES SCULPTURES) POUR UN DISPOSITIF FANTASMATIQUE QUE MON HOMME A DANS SA TÊTE ET QU’IL GARDERA DE TOUTE FAÇON DANS SA TÊTE POUR UNE BONNE PARTIE DE SA VIE ACTIVE. C’EST SA PSYCHOLOGIE DE LA SEXUALITÉ, C’EST SA FAÇON DE GAMBERGER SES FANTASMES ET CE QUI EST EST. JE NE SUIS PAS EN CAUSE OU EN QUESTION. CE PHÉNOMÈNE N’EST RIEN D’AUTRE QU’UN INDICE D’ARDEUR SEXUELLE COMME UN AUTRE. JE NE DOIS PAS PRENDRE TOUT CELA PERSONNEL, CELA NE ME CONCERNE QUE MARGINALEMENT OU PAS DU TOUT. C’EST QUAND IL ME FAIT L’AMOUR QUE MON HOMME MANIFESTE SON DÉSIR POUR MOI, ET MOI SEULE, SA SEULE ET UNIQUE VRAIE FEMME DE CHAIR ET DE VÉRITÉ. Que vous combattiez ce comportement de regardage de porno (ce qui est légitime) ou que vous l’acceptiez (ce qui n’est pas une capitulation), il ne faut pas traiter les femmes de papier ou de pixels comme vous traiteriez une rivale de chair et d’os. Fondamentalement, elles ne sont que des feux follets cérébraux, flammèches électriques émanant de sa cervelle à lui. Si cela vous dégoûte irrémédiablement, c’est alors que c’est lui qui vous dégoûte irrémédiablement, personne d’autre. Agissez alors en conséquence. Il ne faut, notamment, vous en prendre ni à Tara Pornella (intrinsèquement inutile), ni à Marielle son ex (diplomatiquement délicat), ni à vous-même (IL NE FAUT SURTOUT PAS VOUS EN PRENDRE À VOUS-MÊME). Ceci n’est pas une sordide et fallacieuse affaire de compétition entre femmes de plus, mais bien un tenace comportement masculin, exclusivement masculin. Il faut donc s’en prendre soit à lui, soit à personne… En d’autres termes, assumez vos émotions sans cultiver vos illusions.

14- Je ne veux tout simplement pas d’un partenaire visionneur de porno, point final. Que faire? Aussi simple que fatal. Aimez un homme plus vieux que vous de vingt bonnes années ET au passé sexuel maximalement comblé. Il a maté toute la porno qu’il pouvait dans sa jeunesse, sa libido ralentit, sa boite à images cérébrale racotille, sa lanterne chinoise s’obscurcit. Il a de la conversation, de la douceur, du charme, de l’expérience. Il vous parle en vous regardant dans les yeux. Il s’occupe de vous. Il vous trouve belle, comme être humain. Vous abordez la question porno ouvertement avec lui et sa réaction est compréhensive, sincèrement compréhensive de fait. Il n’ira certainement pas courir le risque de vous perdre, vous qui visiblement en faites une affaire pareille, pour je ne sais quelle Tara Qui déjà? Évidemment, votre vie sexuelle sera moins trépidante et plus raplapla, mais, et je le dis sans ironie, comme le disait ma vieille copine Égérie: le sexe, c’est pas tout dans la vie.

15- Ysengrimus, je suis toujours aussi en colère. Fais-moi comprendre en un paragraphe bien senti cette insupportable affaire de visionnement de porno. Tu ne m’as vraiment rien dit de trop probant pour le moment. Bon. Merci. Sincérité hautement appréciée. La plus belle femme ne peut donner que… pardon… pardon… disons… à l’impossible nul n’est tenu, là. Mais je vais tout de même faire une ultime tentative relativiste, en vous proposant un petit exercice de transposition. Vous visionnez et re-visionnez, disons, les films de la saga Twilight. Edward Cullen vous fait rêver. Il a tout simplement tout. Beau, romantique, chevaleresque, fort, puissant, déférent, attentionné. Il aime Bella Swan, la respecte, la protège. C’est un amoureux à principes. Un homme, un vrai. Vous l’adorez et en cacassez sans fin avec vos copines qui l’adorent aussi, souvent plus ou moins en cachette d’ailleurs, comme vous. Votre partenaire de vie vous pince un beau jour, dans une de ces conversations, ou visionnement, ou lecture et s’assoit lourdement dans le plateau de la balance de l’autre côté duquel flotte majestueusement le pâle et translucide vampire des sylves de Forks. Que pensez-vous de cela? Mais, ça n’a rien à voir avec nous deux. C’est un monde de fantasmes, de rêveries éveillées, de… de… de papier. Mon monde intérieur… du roman, du cinéma. Ça… Ça n’a absolument aucune importance, vraiment. Eh bien voilà. L’homme visionne et lit batifole pesamment ostensible. La femme visionne et lit romantisme néo-gothique subtilement éthéré. Dans les deux cas, c’est parfaitement fantasmatique, psychologique, immatériel et innocent. Et, au fond, est-ce si différent?

Edward Cullen

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Culture vernaculaire, Sexage | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 28 Comments »

Deux chanteuses-icônes, deux poses distinctes. MADONNA, la première grande allumeuse narcissique. JENNIFER LOPEZ, la dernière grande séductrice réactionnaire

Posted by Ysengrimus sur 1 septembre 2010

singerc-silhouette

I dress for women, and undress for men…

[Je m’habille pour les femmes, et me déshabille pour les hommes…]

Angie Dickinson, actrice américaine née en 1931

.
.
.

Ce sujet est immense, complexe, sensible, délicat et on y reviendra certainement encore et encore. La culture de masse contemporaine a, sans contredit, poussé dans ses retranchements les plus maximalistes l’ère des chanteuses-icônes. Les chanteuses populaires du tournant du siècle, pour se restreindre ici à ce spectaculaire exemple, sont des divas thématiques hautement perfectionnées, notamment du point de vue visuel, des géantes scintillantes défilant au carnaval de nos représentations torves, pas toujours illusoires au demeurant. Ces personnages (je me préoccupe ici strictement de leur oeuvre, de leur propos, de leur show, pas de leurs sagas au bottin mondain) se montrent sous tous les angles de prise de vue possibles et en rajoutent couches par-dessus couches pour exister, perdurer et se perpétuer dans notre psyché, en une machinerie-sophistication se déployant en toutes nos grandes pompes imaginaires. Tout ça, c’est pour faire rêver au maximum et pourtant c’est loin de fonctionner dans tous les sens et n’importe comment. Mais au fait, qui rêve exactement ici et aussi –surtout- comment? Réponse: les hommes et les femmes rêvent, mais ils ne le font pas de la même façon et pas selon la même dynamique. Tant et tant que je vous propose de dégager deux grandes tendances de fond, dans la démarche, la posture, la pose des chanteuses-icônes de la culture de masse chansonnière contemporaine.

Vous avez l’allumeuse narcissique dont la devise pourrait être: «Je m’occupe de moi, je m’aime moi et je crois en moi. Gloria Ego. Si tu t’identifies à moi, fière et décomplexée, tu comprendra que tu es la plus belle et l’assumera pleinement, y compris au détriment de toutes les autres. Tu prendras ta place sur le plancher de danse, la première place, et on te suivra et t’admirera. C’est en t’aimant toi-même que tu allumera et magnétisera au mieux les gens, y compris, pourquoi pas, les hommes». On citera comme exemple ici le personnage de Madonna, mais il s’agit de mentionner le personnage pour mieux faire comprendre la tendance, pas le contraire.

Puis vous avez la séductrice réactionnaire dont la devise pourrait être: « Je vais te montrer comment il faut bouger, chanter, agir pour rendre un mâle fou de désir. Nous sommes femmes et tout ce spectacle, c’est pour notre homme que nous le faisons, en fait. Et les procédures de séduction sont aussi éternelles que le pouvoir de l’homme sur nous et sur l’assouvissement de nos désirs. Et les autres femmes, sache qu’elles se soucieront bel et bien de toi, si tu sais bien cueillir et tenir les hommes». On citera comme exemple ici le personnage de Jennifer Lopez, mais il s’agit de mentionner le personnage pour mieux faire comprendre la tendance, pas le contraire.

On a donc là deux dynamiques d’expression, deux traitements du ton, deux poses qui ciblent les hommes et les femmes du grand public dans les deux cas, mais ne disent pas la même chose et n’instillent pas leur opium du peuple par les mêmes avenues de l’imaginaire, ni selon le même modus operandi… On voit bien le mouvement. Dans l’une, on part «égoïstement» des femmes qui, en s’allumant elles-mêmes au sujet d’elles-mêmes, finissent indubitablement par allumer tout le monde. Dans l’autre, on part «altruistement» des hommes qu’il faut séduire, conquérir, posséder, hanter, adapter, rajuster, façonner pour que les autres femmes finissent par nous remarquer. Il y a aussi, et c’est capital, la ligne du temps. Abstraction faites des impondérables dents de scie du schéma de tendance long (disons, au moins sur trente ans – 1980-2010), on peut dire que l’allumeuse narcissique est fondamentalement en progression, en émergence (ceci fait de Madonna une avant-gardiste, une progressiste, qui le revendique d’ailleurs). La séductrice réactionnaire est en déclin, en régression (ceci fait de Jennifer Lopez une régressive, une conservatrice, qui ne s’en cache pas d’ailleurs). Le fait que la citoyenne Lopez soit onze ans plus jeune que la citoyenne Ciccone est à verser aux profits et pertes des dents de scie du schéma de tendance long, justement mentionné plus haut. Cela ne change rien, de fait, à la progression fondamentale des représentations révélées ici, qui va vers le narcissisme féminin et l’attention portée à soi en tant que femme, au détriment de la soumission à l’homme, bien docile ou bien rétive, genre siècle dernier.

.
.
.

MADONNA, la première grande allumeuse narcissique. Madonna Louise Ciccone dite Madonna (née en 1958) nous dit, depuis une bonne génération : exprime toi, tu es une super-étoile. Fais ce que tu veux faire, toi, et ne te soucie pas de l’opinion ou de la pression des autres. Les paroles de l’hymne à l’ego suprême Vogue (1990) sont absolument cruciales ici: Strike the pose! (Gardez la pose click! Superbe! On en prend une autre…) Corollaire: dis ce tu as à dire (Express yourself!) et, dans le mouvement, apprend donc un peu à ton homme à en faire autant… Ce message doctrinal, ferme, constant, stable, solide, ne se restreint pas aux questions d’apparence et de mode de vie mais porte sur l’intégralité des options existentielles fondamentale. Je fais mon affaire, je fais mon trip, quitte à la jouer prométhéenne, de ci de là. L’enfance soumise à papa patriarche, c’est bel et bien fini.

Papa I know you’re going to be upset

‘Cause I was always your little girl

But you should know by now

I’m not a baby…

[Papa, je sais que tu vas être bien furax

Car j’ai toujours été ta petite fille.

Mais tu dois bien te douter maintenant

Que je ne suis plus un bébé…]

Madonna – PAPA DON’T PREACH, Papa ne me fais pas la morale, je suis enceinte, il est à moi, je fais mon trip comme je le veux donc je le garde. Et puis, regarde moi bien danser maintenant, tu vas voir que j’ai encore toute une silhouette (1986)

.

Me voici, en fait. Conséquemment admirez-moi. Filles, imitez-moi. Hommes, voulez-moi, Travelos, grimez-vous en moi. Tripez tous sur vous-même, donc sur moi. Statue synthétique, icône totale, vierge sempiternelle, fille matérielle, pôle central de toutes les confessions de pistes de danse et danseuse devant le miroir, je ne changerai jamais, ne me soumettrai jamais, ne me rangerai jamais, ne vieillirai jamais (même âgée, Madonna reste fondamentalement une ferme doctrinaire juvéniliste). Je suis belle, athlétique, et je le sais. Tout le monde m’aime (corollaire important, la pose est ici ostensiblement bisexuelle, libertine et même vaguement partouzante). Je suis l’allumeuse narcissique.

Très minimalement influencée par l’autre tendance, Madonna a marginalement touché, elle aussi, le rôle de séductrice réactionnaire, notamment dans la chanson et le vidéo Justify my love (1990). Mais il est vraiment difficile de ne pas voir là une sorte de second degré, au sein duquel l’objet d’amour se doit d’amplement «justifier» le détour que ferait très éventuellement à son avantage l’ego cardinal de l’interprète. Qu’on aime ou qu’on n’aime pas l’œuvre de Madonna, force est d’observer que s’y manifeste la solide cohérence d’un message toujours bien de son temps, celui de l’égotisme.

Strictement du point de vue de la dynamique décrite ici, et sous réserve d’autres différences importantes (musicales et scéniques notamment), on peut suggérer que Lady Gaga (Stefani Joanne Angelina Germanotta, née en 1986) apparaît comme une sorte de continuatrice de Madonna. Totalement immergé dans son monde d’amour entier pour Ego et toute à son ardente attention, articulée et militante, envers soi, Lady Gaga pousse la théâtralité et l’idiosyncrasie assumée dans les retranchements de la fiction et du repli sur soi les plus exploratoires et les plus délirants. Notons, en toute cohérence narcissique, que Lady Gaga fait aussi sciemment s’effriter les critères contemporains de la tyrannie de l’apparence physique, dont Madonna ne s’était pas, elle, vraiment libérée. On ne peut que rêver du remplacement de l’hédonisme contraint contemporain de toc, par une vrai émotion narcissique, authentique, profonde, sereine, pleinement assumée, dans la chair et dans le vestimentaire, quitte à se schizophréniser même un petit brin, si nécessaire. Contrairement aux filles modernes, les hommes à l’ancienne ne seront pas trop séduits par une Lady Gaga bien égo-tempérée. Seuls les homme nouveaux s’y retrouveront et ressentiront le charme total, qui s’avance avec le siècle. Pour séduire un homme à l’ancienne, il faut une séductrice à l’ancienne et ce, vite, car pour ce type d’homme, de femme et de séduction, le temps est irréversiblement compté…

.
.
.

JENNIFER LOPEZ, la dernière grande séductrice réactionnaire. Jennifer Lynn Lopez (née en 1969) se donne comme se souvenant de ses origines. Pas seulement des origines sociales modestes d’une Jenny from the block (2002 – ne te laisse pas distraire par mes bijoux, hein, je suis toujours la même fille du quartier) mais aussi des origines patriarcales de son rôle atavique, celui de femme. Il faut ne pas nous laisser distraire –nous, en fait- par la constellation de scènes de ménages, remises en questions sentimentales, et autres affirmations voulant que l’amour ne s’achète pas, émaillant son œuvre chansonnière et vidéo. La râleuse ici se dandine dans sa cage, brasse ladite cage même, mais ne cassera pas la baraque et ne s’en sortira pas. La chanson d’amour à l’ancienne sert ici fidèlement les valeurs promues. Il te faut obtenir, et tenir, et garder un homme homme et c’est à cela que tu oeuvrera de tout ton cœur et de tout ton corps.

I’m glad when I’m making love to you

I’m glad for the way you make me feel

I love it cause you seem to blow my mind every time

I’m glad when you walk you hold my hand

I’m happy that you know how to be a man

I’m glad that you came into my life

I’m so glad

[Je suis contente quand je te fais l’amour

Je suis contente de la façon dont tu me fais me sentir

J’adore ça parce qu’on dirait qu’à chaque fois, tu me fais m’extasier

Je suis contente car, quand tu marches, tu me tiens la main

Je suis heureuse que tu saches être un vrai homme

Je suis contente que tu sois entré dans ma vie

Je suis si contente]

Jennifer Lopez – I’M GLAD, Je suis si contente d’être la lumpen-effeuilleuse de tripot méconnue qui finit par danser sur votre table, monsieur le directeur-artistique-patriarche de l’école de ballet, aux cheveux de neige et à l’oeil bien fixe (2003)

.

Conséquemment, je suis ta houri pour toujours et je ferai tout, gigotements nerveux, effeuillages torrides, duos vocaux avec des petits mecs, excès chorégraphiques et crises de larmes inclusivement, pour que tu sois content de moi MAIS AUSSI pour que tu te conformes au modèle masculin traditionnel que je réclame haut et fort et, corollairement, je te quitterai toujours à contrecoeur, quand tu ne sera pas à la hauteur, car j’aurais tant voulu que cela dure toute la vie (jeune, Lopez faisait déjà totalement madame à caser). Je suis aimante. Mon homme me désire (corollaire important, la pose est ici exclusivement hétérosexuelle, exclusiviste et maritaliste). Je suis la séductrice réactionnaire.

Très minimalement influencée par l’autre tendance, Jennifer Lopez a marginalement touché, elle aussi, le rôle d’allumeuse narcissique, notamment dans la chanson et le vidéo Play (2001), mettant en vedette cette voyageuse en avion de jour, danseuse en boite de nuit de nuit, toute occupée de son égotrip solitaire et maximal, et qui réclame à corps et à cris que le disc jockey lui joue sa pièce musicale favorite (même en s’occupant de soi, soi, soi, chez Lopez, il y a bel et bien toujours, pour une femme, un homme à interpeller).

Les continuatrices d’arrière-garde de Jennifer Lopez ne manquent pas, mais j’y vois surtout des artistes mineures faisant jouer un procédé stéréotypé aussi ostensible que peu original, plutôt qu’appliquant une vision doctrinale effective. Nommons, pour exemple, Mýa (Mýa Marie Harrison, née en 1979) et sa propension pathétiquement désespérée à se servir de son corps et de ses tenues pour compenser l’éventuel manque d’intérêt de son œuvre chansonnière et chorégraphique. La liste de ses consoeurs méthodologiques serait, il va sans dire, aussi longue que lassante à détailler. Notons au passage, que le conservatisme artistique qui marche mal, c’est surtout celui qui comble son vide en se remplissant du vent flatulent de l’air du temps… Au mérite de Jennifer Lopez, il faut quand même dire que, chez elle, la garde meurt mais ne se rend pas. Je veux dire par là que Lopez assume ses positions sexistes résurgentes et son conservatisme social et marital non par cynisme marchand mais bien par convictions effectives. C’est, elle aussi, une ferme doctrinaire. Elle restera donc datée mais, l’un dans l’autre, fera date. On reparlera un jour de cette chanteuse-icône début de siècle oubliée, qui se labellisait J-Lo, perpétuait avec ardeur le rude phallocratisme bling-bling-copain-copain d’antan, jouait si bien la comédie dans des navets si médiocres, et invitait, en toute candeur et sans complexe, ses admirateurs et admiratrices à voter pour le Parti Républicain…

.
.
.

Il faut les observer très attentivement, ces personnages de notre lancinante mythologie visuelle et chansonnière contemporaine. La culture de masse est un vaste magma kaléidoscopique reflétant onctueusement nos propres tendances sociétales profondes. C’est le cloaque aux symboles, en quelque sorte. Nos incroyables poseuses de la chanson populaire n’échappent pas à ce sort fatal. Mais il y a poseuse et poseuse et il faut savoir discerner le stable qui dort au sein du sémillant qui frime et bien dégager ce qui s’annonce de ce qui tire sa révérence, en elles comme en nous… L’allumeuse narcissique pose des problèmes ardus qui sont nouveaux, la séductrice réactionnaire pose des problèmes ardus qui sont anciens. Tyrannie compétitive des femmes les unes sur les autres, tyrannie rétrograde des hommes sur les femmes. Fuite épisodique et bilatérale d’un des excès en s’empêtrant dans les rets de l’autre. Nos chanteuses-icônes n’ont vraiment pas fini de s’époumoner et de nous faire fredonner avec elles… Notons ceci, pour conclure: il ne s’agit pas ici d’aimer ou de maudire, il ne s’agit pas de valoriser ou de dénigrer, il s’agit, en fait, de comprendre (au sens de décoder) ces artistes de masse qui nous font dégager ces catégories sociales générales et, surtout, qui finalement nous font tant nous comprendre un peu mieux nous-mêmes.

Lady Gaga (Stefani Germanotta) devant le miroir aussi… dans le vidéo BAD ROMANCE (2009)

.
.
.

Posted in Citation commentée, Civilisation du Nouveau Monde, Culture vernaculaire, Monde, Musique, Sexage, Traduction | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »