Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Archive for septembre 2013

Il y a vingt ans: l’éclectique Western TOMBSTONE

Posted by Ysengrimus sur 23 septembre 2013

tombstone

Qu’on apprécie la chose ou pas, il y a deux grands types de Western et deux grands tons dans la présentation contemporaine d’un Western. Pour les types, il y a LE WESTERN DE TENDANCE MYTHIQUE et LE WESTERN DE TENDANCE HISTORIQUE. Le Western de tendance mythique, lourdement majoritaire, impose les lois abracadabrantes du genre sur les faits présentés et met en place un exercice qui procède plus de l’imaginaire épique que de quoi que ce soit d’autre. Once upon a time in the West (1968) est un bon exemple de cette tendance. Ville fictive, cause opaque, enjeux fumeux, hypertrophie de la quête individuelle (thème de la vengeance, quête du trésor, etc…), desperados plus grands que nature, confrontations armées improbables (le fameux duel face à face, avec victoire pour celui qu dégaine le plus vite, n’a pas d’existence historique attestée…), contexte social édulcoré, scénario hors du monde, gadgets érigés en objets mythiques (harmonica, cache-poussière, flingue chromé). Le Western de tendance historique, pour sa part, cherche plutôt à transgresser les très lourdes contraintes du genre, imposées par la première tendance, pour proposer une représentation plus juste et figurative, souvent tragique, biscornue, inélégante et peu reluisante de la conquête de l’Ouest. Butch Cassidy and the Sundance Kid (1969) révèle cet effort. On traite le cheminement de personnages ayant existé historiquement, on sélectionne des acteurs ressemblant physiquement auxdits personnages et on s’efforce de décrire fidèlement leur drame, incluant dans ce qu’il a de petit, d’inefficace, de difficultueux, de douloureux, de peu spectaculaire. On embrasse alors inévitablement une hypothèse historique face au poids des grandes instances sociales en luttes (compagnies ferroviaires ou minières, Wells Fargo, Pinkertons, petits fermiers déclassés subissant les séquelles sociales de la Guerre de Sécession, ranchers réactionnaires, commerçants et tenanciers de tripots, etc…). Pour le ton, maintenant, il y a définitivement un avant et un après Sergio Leone (1929-1989). Avant Sergio Leone: rythme sautillant, acrobaties avec les armes à feu, cavalcades et cascades à cheval, détonations en pétarades, jeu rapide et groupé, plans amples préconisant les attroupements, omniprésence des femmes et des thèmes qu’elles mobilisent (amour, passion, salles de spectacle, lupanar, élégance, peur de la brutalité et haine de la violence). Après Sergio Leone: rythme hiératique, armes à feu au discours complexe (on arrive à reconnaître un protagoniste au son léché de la détonation de sa pétoire), acteur sur pied, couvert de sueur et de mouches, tourné en plan ralenti et dépeint dans le détail de sa tenue vestimentaire et de ses apparats physiques (jusqu’à l’apparition récurrente de gadgets ou de tics improbables), détonations rares, lourdes et toujours tragiquement amplifiée, jeu lent et ostensible, gros plans sur les visages, absence quasi absolue des femmes en une misogynie tranquille, dense et implicite. Ceci dit et bien dit, du type que l’on voudra et dans le ton que l’on voudra, le Western cinématographique reste un genre en très grande partie proprement délirant.

La question se pose alors de savoir s’il existerait un Western qui mélangerait ces types et ces tons, travaillant à les unir, les unifier, les réconcilier, en rebrassant un peu les cartes. Si on cherche l’amalgame du mythique et de l’historique, autant que de l’avant et de l’après Sergio Leone, on trouve, entre autres, pour le meilleur et pour le pire, Tombstone (1993). Nous sommes entre 1879 et 1882, à Tombstone, territoire de l’Arizona. La ville est sous l’effet du boom des mines d’argent et il s’y développe rapidement un réseau de salles de jeux. Trois redresseurs de torts à la retraite, les trois frères Earp, Morgan (Bill Paxton), Virgil (Sam Elliott) et Wyatt (Kurt Russel) Earp, arrivent en ville. Leur but, s’intégrer, avec le statut de vigilantes, au réseau des salles de jeux, sans s’occuper de spécialement représenter la loi. Mais vite, ils sont approchés par les édiles locaux, qui recherchent désespérément des adjoints efficaces au sheriff en place. La région est sous le contrôle partiel d’une confrérie un peu flottante de desperados délinquants et déliquescents. Cette bande locale porte le nom (peu original, quoique parfaitement historique et fondé sur leur réputation de voleurs de bétail) de Cowboys. Wyatt Earp et ses frères établissent leur jonction avec un as de la gâchette tuberculeux qu’ils ont connu dans leur jeunesse, Doc Holliday (Val Kilmer, incroyablement charmant). Ils sont tous graduellement aspirés vers leur vieux rôle de représentants de la loi, sous la pression morale de Virgil… ce que Wyatt réprouve de tout cœur. De l’autre côté, émergent, du flux mouvant des Cowboys, les frères Ike et Billy Clanton et les autres figures qui se retrouveront impliquées dans le fameux Règlement de Compte à O.K. Corral de 1881, la castagne au flingue la plus renommée de l’Histoire de l’Ouest. On représente ici, avec un fort beau sens du dérisoire d’ailleurs, cet échange de coups de feu cafouillant, hautement codifié par l’Histoire et hautement déterminé par le chiffre 3. On y tira 30 coups de feu en 30 secondes, 3 hommes y moururent (Billy Clanton, Frank et Tom McLaury) et 3 hommes y furent blessés (deux des frères Earp et Doc Holliday). La ville de Tombstone ne le sait pas encore, mais elle vient d’entrer dans la légende de l’Ouest avec cet événement incongru à la postérité si improbable. L’Histoire se poursuit ensuite. La bande des Cowboys abat Morgan Earp, estropie Virgil Earp (ayant perdu l’usage d’un bras, il quitte Tombstone). Le dernier frère Earp, son fidèle ami Holliday et un certain nombre de Cowboys convertis se lancent dans la fameuse Vendetta de Wyatt Earp et les Cowboys tombent comme des figurants. Pour compléter le tableau des cartons, Wyatt Earp quitte son «épouse», une ancienne prostituée devenue opiomane (il y a beaucoup d’engourdissements à l’opium et d’ébriété dans ce film – la majorité de ces flingueurs se battent d’ailleurs ivres, et par petits groupes, ce qui est historiquement conforme). Et, après avoir longtemps résisté à son désir (comme il avait résisté à la propension de couvrir ses activités interlopes en redevenant représentant de la loi), Wyatt Earp tombe dans les bras de Josephine Marcus (jouée par Dana Delany), une actrice de théâtre avec laquelle il finira ses jours, mourant de vieillesse en Californie, en 1929.

De la tendance historique, Tombstone retient un certain souci de conformité biographique envers les hommes et les femmes qu’il dépeint, la priorité donnée aux ressemblances physiques, une justesse méticuleuse dans les lieux, les dates et les moments, une adéquation des comportements (ébriété, cafouillage inélégant et angoisse palpable des scènes de combat). De la tendance mythique, Tombstone retient le flafla acrobatique avec les flingues, la confrontation en hyperbole de figures isolées, les duels classiques, les agonies ostentatoires, l’occultation des fondements sociaux du conflit. De l’avant Sergio Leone, on retrouve les cavalcades trépidantes chapeau au vent, les coups de pétoires fumantes en cascades qui font parfois penser à ces très vieux Westerns en noir et blanc, les passions amoureuses langoureuses et compliquées.  De l’après Sergio Leone, on retrouve les longues marches au ralenti des héros dans la ville (voir l’affiche), un gadget vestimentaire distinctif (un foulard rouge en brassard, totalement non étayé historiquement, arboré par le clan des Cowboys), une nette marginalisation des femmes. C’est indubitablement un mélange des tons et des tendances.

Un certains nombres d’effets spéciaux ratés font sourire. Les pistolets tirent comme s’ils étaient chargés avec des pétards. Le sang est un colorant incroyablement évident. La pluie tombe indubitablement de machines à pluie. L’effet spécial le plus raté est aussi le plus bizarrement charmant. Wyatt Earp et Josephine Marcus se rencontrent fortuitement lors d’une randonné à cheval et se mettent à galoper éperdument, pour chercher à prendre le contrôle de la pulsion de désir symbolique qui se manifeste entre l’étalon monté par lui et la jument montée par elle. Vêtues d’une longue robe noire, l’actrice et, dans les plans d’action, la figurante assurant la cascade à cheval sont censées monter en amazone (c’est-à-dire assises de côté sur la selle, sans ouvrir les jambes, laissant couler les deux jambes enveloppées dans la robe sur le côté gauche de la monture). Mon fils Reinardus-le-goupil, lui-même cavalier chevronné, me fait vite observer que la jambe droite de l’actrice et de la figurante, la jambe «en amazone», est en fait une jambe postiche et que les deux cavalières montent en réalité en un accroupissement normal, maladroitement déguisé en ladite position amazone, pour le spectacle. C’est parfaitement visible et ça symbolise fort bien les limites de la tentative mise de l’avant par ce curieux film. L’amalgame des styles et des tons, dans cette œuvre, est aussi difficultueux qu’une cavalcade en fausse amazone… On déguste plus une salade bigarrée et multicolore qu’une synthèse achevée. Comme tous les produits éclectiques, Tombstone est donc inévitablement plus petit que grand et son intérêt réside ailleurs que dans sa trame effective. Il réside finalement, cet intérêt étrange, dans la possibilité que le film introduit de faire réfléchir sur le curieux fait qu’un monument, qu’il soit historique ou mythique, s’érigera sur à peu près n’importe quoi, si la conjoncture y est favorable. En effet, il demeure que, qu’on apprécie la chose ou pas, la toute petite ville de Tombstone, Arizona, reçoit, de nos jours, trente à quarante fois le volume de sa population actuelle en touristes fascinés par l’incongru et improbable souvenir du Règlement de Compte à O.K. Corral. Pourquoi? Eh bien, parce que… parce que pourquoi pas?

Tombstone, 1993, George Cosmatos, film américain avec Kurt Russell, Val Kilmer, Sam Elliott, Bill Baxton, Dana Delany, 134 minutes.

.
.
.

Publicités

Posted in Cinéma et télé, Civilisation du Nouveau Monde, Commémoration, Culture vernaculaire, Fiction | Tagué: , , , , , , , , , , | 15 Comments »

Il y a vingt ans: GERMINAL (de Claude Berri)

Posted by Ysengrimus sur 15 septembre 2013

germinal

Mon fils Tibert-le-chat a lu le roman Germinal d’Émile Zola (écrit en 1885), dans le cadre d’un cours universitaire. Il n’en fallut pas moins pour s’installer tous ensembles devant Germinal, le film,  fresque sociale à grand déploiement dont l’ancien ministre français de la culture Jack Lang avait dit autrefois, avec l’enthousiasme onctueux qu’on lui connaît: C’est un grand film populaireGerminal, dans le calendrier révolutionnaire français, ayant eu cours entre 1793 et 1805, c’est le premier mois du printemps (en gros, mars-avril), le mois des germinations. Mais, depuis Zola, Germinal réfère aussi à ces luttes ouvrières qui, germinant de partout, devaient, bon an mal an, mener à la mise en place d’un monde nouveau.

Nous sommes en 1864, quelques mois après la constitution de la Première Internationale des travailleurs. C’est le nord de la France, pays traditionnel des vastes mines de coke, ou houille, ou charbon de terre. Étienne Lantier (le rejeton des Rougon-Macquart campé hiératiquement par un Renaud Séchan dont l’intensité cardinale ne dessoude pas une seconde) est un machineur, un travailleur ferroviaire spécialisé, mis au chômage pour avoir donné une gifle à son contremaître dans une autre portion du pays. Il est embauché comme mineur (une position socialement inférieure, pour lui) à la houillère du Voreux, en remplacement d’une travailleuse subitement morte à l’ouvrage. Celui qui l’embauche (avec l’approbation obligatoire d’un contremaître), c’est Toussaint Maheu (un Gérard Depardieu tout puissant, qui prouve à chaque instant sa formidable capacité à s’engloutir entièrement dans un rôle). La structure de travail fonctionne comme une sorte de métayage ou de transposition prolétarienne de l’ancien dispositif paysan. L’unité de travail, c’est la famille patriarcale. Toussaint Maheu dirige ses fils, ses filles et les satellites qu’il embauche et leur assigne leur travail dans le corridor de la mine qui leur est assigné. Les seules machines visibles sont les immenses ascenseurs sur treuils qui descendent les mineurs dans les tréfonds de la fosse et des wagonnets sur rails, les fameuses berlines, qu’ils doivent pousser à bras. La prospection de la houille se fait à bras, avec des piolets courts et sous l’éclairage de lampes à l’huile portatives dont la flamme se met à subitement vaciller quand des bouffées de gaz souterrains mortels se manifestent. Le mode de paiement est contractuel et à la tâche. Les travailleurs sont payés au boisage et à la berline. Le boisage, c’est la mise en place des échafaudages de poutres qui tiennent le corridor en place et sans lequel la mine s’effondrerait sur les travailleurs. La berline, c’est le wagonnet qu’il faut remplir à ras bord de houille et pousser en place pour toucher le gage. Le boisage est moins payant que le chargement des berlines, aussi, sous le commandement sans concession de Toussaint Maheu, son équipe néglige la sécurisation des couloirs pour se concentrer sur l’extraction de la houille. Maheu est donc régulièrement mis à l’amende pour mauvais boisage et travaille dans le danger permanent d’éboulis. Le grand nombre desdits éboulis pousse le patron du Voreux, sous la recommandation de son ingénieur principal, à séparer le paiement du boisage de celui des berlines et surtout, à baisser le paiement de la berline de houille de 50 centimes à 40 centimes. Une perte de 10 centimes par berlines pour ces gens qui n’ont pas assez de pain pour manger tous les jours est insupportable. La grève éclate.

Il aurait put s’agir d’une de ces grèves spontanées, sauvages, intenses mais sans lendemain comme il y en eut tant sous le Second Empire. Mais il s’avère qu’Étienne Lantier est de fait une sorte de compagnon de route de la toute nouvelle Internationale des Travailleurs et que, sous sa discrète gouverne, les citadins du coron ont constitué, des mois durant, un fond de grève qui permettra au mouvement de s’organiser efficacement et de prendre une ampleur qui surprendra le patron. Les scènes d’interaction entre les mineurs et leur patron sont particulièrement abasourdissantes. Celui-ci reçoit les délégués ouvriers dans sa maison et discute avec eux des problèmes du marché de la houille au coin du feu. Le ton est raide, poli, mais les concessions sont inexistantes. La grève du Voreux, la seule compagnie de la région frappée par la réduction de 10 centimes de la berline de houille, s’étend à des houillères n’ayant pas imposé une telle réduction. Dans ces dernières, les arguments paternes et larmoyants du patron sont écoutés plus attentivement par les travailleurs. Le patron de la houillère Jean-Bart fait valoir que son entreprise est plus petite que celle du Voreux et que s’il augmente le prix d’une berline qu’il n’a jamais réduit, il se ruine. Certains de ses ouvriers se rendent à ces arguments, si bien que le mouvement animé par Étienne Lantier, Toussaint Maheu et son épouse, la Maheude (Miou-Miou, extraordinairement puissante, quoique trop «belle» pour le rôle, selon Tibert-le-chat) est moins suivi dans les houillères périphériques. Sauf que, rien n’y fera, les travailleurs qui descendent dans la fosse où que ce soit pendant la grève du Voreux sont des jaunes qui méritent qu’on leur fasse un sort. Des échauffourées éclatent et cela donne à voir le spectacle douloureux de ces travailleurs miséreux du 19ième siècle se battant entre eux après avoir discuté poliment avec le patron et ses directeurs. Malgré les aspirations pacifistes initiales d’Étienne Lantier, on en vient de plus en plus, implacablement, aux mains et les escarmouches violentes s’intensifieront brutalement quand la compagnie importera des travailleurs de Belgique qui descendront dans la fosse sous la surveillance étroite d’un régiment de la garde impériale. Le tout se conclura en catastrophe inénarrable, compliquée, si encore possible, par l’action, isolée mais dévastatrice, de l’anarchiste Souvarine (halluciné, livide et terrifiant sous les traits cireux de Laurent Terzieff). En conformité avec cette vision nihiliste des promoteurs du slogan Ni Dieu ni Maître voulant qu’il faille tout raser, tout brûler, tout détruire avant que les pousses ne renaissent, Souvarine sabote le Voreux, y provoquant un apothéose d’inondations meurtrières et de coups de grisou dévastateurs.

Une fresque puissante, dont le sens du grand déploiement qui veut dire quelque chose ne se dément pas. Questionné sur la conformité du film avec la saisie par son imaginaire du roman qu’il vient juste de finir de lire, Tibert-le-chat donne le film comme passablement conforme à l’œuvre de Zola, sans improvisation sur le scénario et avec la simple mise de côté de quelques éléments secondaires. Une faiblesse visuelle inévitable est mentionnée, dans le film. Tout y est trop propre, trop vaste, trop aéré. Dans le roman, on sent que le corridor de la mine est étroit, sinueux, étouffant et surtout totalement opaque, noir intégral, si on souffle la lampe. Dans le film, il arrive au moins une fois où on voit l’ombre d’une lampe qui devrait être l’exclusive source de luminosité… Ces inévitables impondérables à part, le seul développement de quelque importante laissé de côté par le film concerne des critiques portées ouvertement par Zola contre la direction de la Première Internationale qui, selon l’écrivain socialiste (mais non communiste) Zola, se préoccupait plus de chicanes de coteries au sein de sa direction que d’un financement effectif et efficace des luttes sociales. Le film a eu la prudence de ne pas s’embarquer dans ces tiraillements et ces thèses d’un auteur écrivant seulement quelques vingt ans après les événements qu’il évoque. Ce faisant, Germinal, le film, s’élève au niveau de l’ampleur que mérite la représentation dramatique et visuelle du drame de moins en moins empirique mais de plus en plus omniprésent de la lutte des classes. Ce film a donc vingt ans. Il n’a pas pris une ride.

Germinal, 1993, Claude Berri, film franco-italo-belge avec Miou-Miou (Sylvette Héry), Renaud Séchan, Jean Carmet, Judith Henry, Gérard Depardieu, Laurent Terzieff, 160 minutes.

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Posted in Cinéma et télé, Commémoration, Fiction, France, Lutte des classes, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 13 Comments »

Les fondements économiques de la timidité contemporaine des juntes

Posted by Ysengrimus sur 11 septembre 2013

Junta-le-jeu

Il y a quarante ans pile-poil aujourd’hui, mourrait Salvador Allende (1908—1973), président du Chili (on parla de meurtre par les militaires à l’époque, aujourd’hui on parle de suicide. Mort violente, en tout cas). Il fut au pouvoir seulement trois ans (1970—1973) avec sa formation politique, la Coalition pour l’Unité Populaire dont le cœur palpitant était son parti d’origine, le Parti Socialiste Chilien. Allende fut renversé par une junte qui, elle, resta aux commandes de ce pays andin pendant dix-sept ans (1973—1990), sous la dictature du général Augusto Pinochet (1915—2006 — lui, par contre, il est mort de vieillesse). L’événement de ce putsch chilien eut un grand retentissement d’époque et pourtant il n’avait absolument rien d’un fait isolé. De fait, pour reprendre un mot qui a circulé sur des questions plus badines récemment, on peut dire que la mort violente d’Allende est survenue en plein pendant l’époque de l’Âge d’Or des Juntes. On peut situer ce dit âge d’or grosso modo entre 1960 et 1985, avec un pic significatif lors de l’administration Nixon (aux États-Unis — 1969-1974). Furent totalement ou partiellement gouvernés par des juntes militaires pendant ce petit quart de siècle, les pays suivants: Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Éthiopie, Grèce, Libéria, Nigeria, Pérou, Pologne, Portugal, Salvador, Thaïlande et Turquie. À cette liste, on peut joindre, en appendice, les pays ayant fait l’objet d’un coup d’état par une présidence «civile» pendant la même période sans que la soldatesque ne sorte trop ostensiblement (tout étant relatif) des casernes: Guinée équatoriale, Oman et Ouganda. Après cet Âge d’Or des Juntes de 1960-1985, les dépenses militaires continuent d’augmenter exponentiellement partout dans le monde et pourtant, les dictateurs militaires deviennent subitement timides, timorés, pusillanimes, épisodiques, tataouineux: Haïti (trois ans, 1991-1994), Mauritanie (deux ans 2008-2009) ou encore, ce qui est une autre facette du même phénomène, les militaires factieux s’installent à demeure dans des confettis d’empires: Burma (depuis 1988 — la junte est en fait tombée en 2011), Fiji (depuis 2006), Madagascar (depuis 2009) et République Centrafricaine (depuis 2013). Les coups d’états constitutionnels sans sortie ostensible de la soldatesque des casernes et sans gradé (explicite) de l’armée se hissant à la tête de l’état augmentent sensiblement en nombre, par contre, après l’Âge d’Or des Juntes (la date entre parenthèses est la date du coup d’état): Burkina Faso (1987), Gambie (1994), Ouganda derechef (1986), République du Congo (1997), Soudan (1989), Tchad (1990). On peut ajouter à cela le coup d’état constitutionnel de 2009 au Honduras, trouillard comme tout et vite avalisé par les instances légales, celui de 2012 en Guinée Bissau et, bien sûr, les tripotages compradore contemporains au Mali. De fait, tout se passe comme si les coups d’état anti-électoraux s’efforçaient désormais de prudemment éviter d’impliquer trop visiblement la troupe et les gradés. Le prestige de l’armée est un prestige à la papa, dépassé, toc, vieillot, inquiétant, dont touristes cyber-informés et boursicoteux mondiaux contemporains ne veulent plus guère, dans les principautés mondialisées. En 1973, une portion immense de l’Afrique et de l’Amérique Latine résonnait sous la botte de l’engeance brune. Aujourd’hui, tout se passe comme si cette dernière ne faisait plus vraiment de politique… Victoire de la démocratie? Tournant mirifique de la fin de la Guerre Froide? Trêve de simplisme.

Donc, au moment où on commence tout doucement à traiter JUNTA (notre photo) comme une pantalonnade pour jeu de société réminiscent du siècle dernier — genre guerres napoléoniennes avec des soldats de plombs, films de pègre, ou jeux vidéos de la prise du Pont de la Rivière Kwaï (et autres) — le ci-devant Conseil Suprême des Forces Armées d’Égypte s’est abruptement installé au pouvoir dans cette république présidentielle laïque (ayant élu récemment des islamo-conservateurs pour se débarrasser d’un président croupissant). Le putsch s’est fait, sans fierté et sans bravade, presque comme un acte bureaucratique et, surtout, en buvant jusqu’à la lie ce contexte général de timidité contemporaine des juntes. Il n’a pas fait que des heureux, même chez ses maîtres compradore, ce coup factieux là, pour le coup. Il ne la ramène pas. Il s’engage à retourner promptement devant le peuple. Il tue des manifestants mais sans jubilation fasciste réelle, plus par bavure que pour faire des exemples, et en dénombrant tristement les abattis. C’est une dictature militaire mijaurée, populiste, emberlificotée, emmerdée. Timidité contemporaine des juntes, le pays des Pyramides t’exemplifie maximalement. Mais arrêtons-nous aux fondements économiques de cette timidité, l’un dans l’autre historiquement nouvelle. Où donc est passé le matamore galonné, bravache et personnalisé, du temps de Pinochet et d’Idi Amin?

Comme le secteur hospitalier et le secteur de l’éducation, le secteur militaire est improductif. Fabriquer une machine agricole ou une chaîne de montage est un investissement à profit (au moins) supputé. Fonder une bibliothèque, fabriquer un scanner cervical ou un char d’assaut, ce sont des dépenses engageant une perte assurée dans la livraison d’un service ou d’un instrument qui sera consommé exclusivement dans sa valeur d’usage (la seule valide, au demeurant). Il n’y a pas de jugement moral dans cela. C’est un fait économique, sous le capitalisme. Le financement militaire, comme celui des hostos et des facs, est donc, conséquemment, principalement étatique. Notez bien que, dans le cas du financement des trois armes, je dis étatique, pas national, on verra pourquoi dans une seconde. La mythologie de la privatisation des services militaires (armement hyper-sophistiqué avec service après vente, milices sous contrats, compagnies de sécurité privées en zone de combat, etc…) ne doit pas faire croire que subitement le secteur militaro-industriel engendre de la valeur. Tout ce que le secteur militaro-industriel engendre fondamentalement c’est une perte financière pour la société civile. Et les emplois, privés ou public, qu’il crée, très éventuellement, sont une goutte d’eau dans l’océan scintillant de cette perte colossale. Le fait qu’un secteur soit profitable à certains ne veut en rien dire qu’il soit productif. Être profitable sans se soucier d’être productif, tel est d’ailleurs le credo de maint financiers et chefs d’entreprises contemporains, notamment du secteur militaro-industriel, qui changent les avoirs financiers de place (de vos coffres aux leurs, en gros) sans produire de valeur nouvelle. Le fait qu’il y ait de plus en plus d’entreprises privées associées au secteur de la défense, en notre ère de boursicote et de finances douteuses, ne représente pas une apparition de productivité mais bien, au contraire, un déplacement de la productivité traditionnelle des soldoques vers le plus intensif des secteurs improductifs et destructeurs de valeur (celle-ci incluant la destruction matérielle de personnes, d’objets et de moyens de production). Ce qu’on observe, c’est que l’armée est passée d’instrument de l’activité productive à instrument de l’improductivité parasitaire du capitalisme usuraire contemporain.

L’armée comme instrument de l’activité productive? Ça a existé, ça? Oui, ça a existé… et notamment justement pendant l’Âge d’Or des Juntes. Traditionnellement, l’armée est associée au sol, à l’avoir foncier. Elle protège le sol national, les provinces, les frontières au bénéfice (initialement) de la bourgeoisie nationale et c’est de là que provient la désignation abusive et fallacieuse de ce secteur socio-économique: la Défense. Aussi, l’armée s’empare du sol des autres et le tient, y encadre les avoirs physiques et les populations. Elle allait, traditionnellement toujours, jusqu’à tenir toute la société civile pour en tenir le sol. Si on revoit la listes des pays dirigés par des juntes pendant l’Âge d’Or des Juntes on n’y voit que des espaces post-coloniaux cacahouètiers, fruitiers, maraîchers, chocolatiers, bananiers ou encore (variation du sol: le sous-sol) miniers et pétroliers. Il fut un temps où une République de Bananes n’était pas un détaillant vestimentaire à la mode mais un régime compradore brutal et limpide où une junte locale tenait les cultivateurs en sujétion pour les garder dans la ligne du service direct de multinationales fruitières exploitant un territoire «national» pour sa fertilité et son climat. Financé par l’état compradore (c’est-à-dire l’état grand compagnon international, l’ami puissant extraterritorial, post-colonial ou néo-impérial), l’armée de nos petits états à juntes fait une chose absolument capitale durant l’Âge d’Or des Juntes. Elle prend durablement le ci-devant tournant extraterritorial. Elle ne sert plus vraiment à défendre le territoire national des envahisseurs mais à défendre l’envahisseur compradore de la subversion et/ou résistance nationale (qui, elle, fut souvent gauchisante dans ces dures années). Dans cette phase historique, l’armée, désormais à polarité inversée, téléologiquement retournée, était financée par l’état le plus puissant, et servait cet état le plus puissant contre la société civile de son entité nationale propre. J’ai pas besoin de vous faire un dessin. Le Président Allende voulait nationaliser le secteur minier chilien. Le Général Pinochet l’en empêcha, le laissant entre les mains des multinationales américaines. Cherchez ensuite celui qui est mort et cherchez celui qui a vécu.

Dans cette analyse structurelle, si vous me passez le mot, la cause du déclin de l’Âge d’Or des Juntes n’est pas un de ces événements diurnes et solaires, genre chute du mur de Berlin ou élection d’un président civil en Argentine et au Brésil. Ces événements sont consécutifs de faits plus profonds, plus déterminants, moins ponctuels aussi. Ce qui a entraîné le déclin du putschisme et des juntes, c’est la diversification des secteurs socio-économiques des pays concernés. Le développement de l’industrie lourde (secteur secondaire), des services et du tourisme (secteur tertiaire) a radicalement restreint la part en pourcentage du sol comme source de richesses extorquables, et, corrélativement, nos physiocrates de soldoques sont graduellement rentrés dans leurs casernes. Quand il fallait éviter de se faire voler, par des populations affamées, des wagons de marchandises brutes ou semi-finies le long des voies ferrées sud-nord, la hiérarchie militaire des petits états comptait. Maintenant, qu’il s’agit d’encadrer des cars de touristes et de stimuler des places financières, c’est plus délicat. On est passé de l’activité militaro-politique supportant directement la production foncière (sans subtilité politique et sans compétence administrative effective) à un conglomérat compliqué et nébuleux de problèmes d’image internationale. Vendre de la mer, de la couleur locale, du paradis fiscal et du soleil à des clientèles variables et évanescentes requiert une image de marque nationale plus polie, subtile et visuellement gentillette que vendre des bananes, du thé, des gueuses de fer, des wagons-citernes et du cacao à la clientèle fatalement captive des acheteurs internationaux de produis bruts.

Mais revenons à l’Égypte et à son putsch paradoxal, dommageable, retardataire, ennuyeux, emmerdant pour tout le monde. Vous imaginez l’or à pleins jets que perdent les structures commerciales qui encadrent le site historique du Caire, une des plus grandes destinations touristiques du monde? Que se passe-t-il encore pour que ces maudits bruits de botte reviennent? L’Égypte n’est pas subitement devenue une république bananière, depuis 2012! Non, certes non, justement. Au contraire. L’armée, ce durable ennemi de la société civile, est, dans un contexte comme la situation égyptienne, totalement coupée de toute dimension d’encadrement des activités productives. Le putsch égyptien de 2012 est totalement improductif, au strict sens économique du terme. C’est que, dans son passage d’instrument d’encadrement répressif de la production agraire et minière à celui de secteur sciemment improductif vendant des gué-guerres de théâtre en misant sur les peurs post-coloniales des penses-petit du premier monde comme une compagnie pharmaceutique mise sur toutes nos hypocondries, l’armée a gardé une constante, acquise au temps classique et doré des juntes, c’est celle d’être restée compradore. L’Égypte est le seul pays arabe ayant un traité de paix explicite avec une nation dont je ne parle jamais parce qu’on en parle toujours trop, et, ben… le centre impérial injecte deux milliards et demi de dollars US par an dans cet immense secteur improductif de théâtre, faisant entendre les bruits de bottes «pacifiants» sur les bords de la Mer Rouge. L’armée nationale locale (ses services secrets aussi, du reste) ne contribue plus à extraire des fruits ou du pétrole mais elle sert encore d’instrument post-colonial (anti-islamiste inclusivement, sans que cela s’y réduise) dans la géopolitique des puissants. Dans son passage de secteur semi-productif à secteur improductif, le secteur militaire du monde contemporain a gardé cette constante: il continue désormais de servir ses maîtres extraterritoriaux. Ces derniers ont engagé un argent pharaonique (il fallait que je la fasse…) qu’ils n’ont pas investi mais qu’ils ont, plus prosaïquement, déboursé. Ils n’ont pas boursicoté, misé ou spéculé, ils ont casqué sec. Ils n’attendent pas un profit. Ils attendent un service. L’armée égyptienne, coupée de la production (et du peuple producteur) du seul fait d’être armée d’un pays non principalement agraire ou minier, ne peut servir que ses seuls maîtres, ceux qui la financent. Comme la majorité des armées résautées du monde d’aujourd’hui, elle n’est plus une armée nationale. Les armées nationales qui restent, du reste, aussitôt qu’elles s’autonomisent un peu trop, on les aplatit sectoriellement, comme en Irak, comme en Libye, comme (peut-être) en Syrie.

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Commémoration, Lutte des classes, Monde, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 15 Comments »

Le paradoxe de l’étalement urbain circum-montréalais

Posted by Ysengrimus sur 7 septembre 2013

.

Paris ne s’est pas fait en un jour, Terrebonne non plus.
Charles Laberge (dans Conte populaire, 1848)

.

Autour de la Grande Tripote autour de notre belle Montréal, autour, autour, autour… Le fameux Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD), proposé par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), un regroupement des quatre-vingt-deux municipalités du territoire métropolitain, rencontre des résistances dans un certain nombre de villages d’Astérix spécifiques, comme Terrebonne et Saint-Eustache. Il est important de noter que ces résistances sont les plus vives dans le beau pays d’Ysengrimus, les Basses-Laurentides. On va essayer un peu de comprendre pourquoi. Le chef d’orchestre de la ci-devant Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), l’administration municipale montréalaise elle-même, telle qu’en elle-même, excelle dans l’art fin et pervers de se poser en dépositaire exclusif de l’angélisme planificateur, laissant les petites cornes cyniques et marchandes sur la tête des autres. L’argument angélique est donc ici le suivant, simplet et fatal. Le développement domiciliaire des villes de ceinture est un étalement urbain qui gruge et bouffe nos bonnes terres agricoles (il est hurlant d’ironie de voir le maire de Montréal se poser en champion protecteur du champ de patates fondamental de nos ancêtres, comme s’il ne voyait subitement que lui jour et nuit dans sa soupe). Les villes de ceinture, dicte toujours Montréal, doivent faire comme nous et se densifier. Le Sort de la Terre en dépend. Ah, cette bonne vieille uniformisation coloniale par alignement docile sur la “métropole”… Et pourtant Saint-Eustache n’est pas Saint-Henri, il s’en faut de beaucoup. Il y a des différences qualitatives majeures entre ces deux espaces. La densification urbaine proposée des Basses-Laurentides, c’est en fait la montréalisation d’un environnement encore en grande partie villageois, beaucoup plus intime avec la vie sauvage, et dont on détruit irrémédiablement la proximité à la nature sous prétexte de protéger des terres “agricoles” largement mythologiques… Ce qui marche pour l’île de Montréal ne vaut plus pour l’île Bigras (dont la condoisation serait une absurdité cynique totalement non écologique, bétonneuse et désastreuse).

Les citoyens des Basses-Laurentides deviennent de plus en plus remuants, sur cette question. Pas de condos dans mon microclimat fragile, disent-ils… Cessez, montréalais uniformisateurs, de prendre Deux-Montagnes, Pointe-Calumet et Saint-Eustache pour Montréal-Nord, Montréal-Est ou Repentigny… L’ignorance myope et condescendante du patrimoine historique et naturel de la ceinture nord (nord de l’île de Laval inclusivement) ne peut aucunement tenir lieu d’analyse d’urbanistique pour yuppies urbain mal renseignés sur ce qui n’est pas leur fond de cours et leur living chic. Il y a, dans cette petite résistance nordiste, l’introduction de nuances qui ne sont pas sans mérites au sein de toute cette réflexion, encore largement unilatérale. Bon, alors, allons-y, causons densification des villes de ceinture. Voyez Pointe-Calumet, petit bled lacustre de la ceinture nord, de 7,000 âmes. Le bord de l’eau, inexploitable agricolement, était constitué de semi-cloaques, viviers et frayères pour toutes sortes d’espèces d’oiseaux et de poissons inusités, le tout, proche de vieilles résidences aux terrains en semi-jachère, datant de deux générations, dans un dégradé parfaitement intégré, vernaculaire, semi-sauvage, harmonieux. Il y avait de la place entre la berge et les premières maisons, surtout après qu’on ait démoli stratégiquement les plus vieilles au bord de l’eau, graduellement, en hypocrite. Alors on a densifié, hein, on a construit intra-muros, au cœur de Pointe-Calumet, sur la bande de terre qui restait entre le vieux bled et la rive. On a tout remblayé solide et on a érigé une ligne de manoirs tocs, colossaux et affreux, aux terrains immenses, gazonnés, solidement clôturés. Vue sur la rive pour grands bourgeois ostensibles, micro-dispositif écologique désormais pulvérisé et/ou inaccessible, McManoirs comme ceux que dénoncent les montréalistes à la périphérie para-rurale des villes de ceinture, le tout défigurant désormais durablement le point de raccord d’un de nos petits villages patrimoniaux avec sa berge fragile de jadis. Adieu parc naturel et accès citadin aux berges. Bonjour villégiature privée pour néo-rupins socialement insensibles.

C’est à ce genre de densification absurde et destructrice que les maires et les mairesses de la ceinture nord, sous la pression de plus en plus militante de leurs citadins et citadines, s’objectent, attendu les particularités historiques et naturelles des Basses-Laurentides. Écoutez un peu leurs arguments. Au moins, quand la même hideur est construite à la périphérie de la ville (comme c’est partiellement le cas à Deux-Montagnes, justement, par exemple) sur du terrain vide, le patrimoine villageois du «vieux» Deux-Montagnes ou du «vieux» Pointe-Calumet, intimement implanté dans la nature et harmonisé avec ladite nature par l’histoire, est préservé. On n’écrapoutit alors que les patates hypothétiques et les carottes théoriques de l’UPA qui, d’ailleurs, notons le au passage, n’y poussent même pas, dans ce territoire périphérique… Or le fait est qu’on ne reconnaît pas et ne prend pas en compte le souci des citadins des Basses-Laurentides de protéger un patrimoine villageois. On les présente simplement, unilatéralement, comme des cyniques qui veulent servir la soupe à leurs promoteurs immobiliers locaux, en étalant sans contrôle. On leur demande alors, la bouche en cœur, en faisant bien scintiller l’auréole de son petit angélisme planificateur: «Mais si les couronnes n’acceptent pas de s’urbaniser un minimum à leur tour, où se fera le développement?». Réponse: sur l’île de Montréal de mes rêves, pardi. Une île bien gérée, avec un transport collectif efficace et du logement durablement abordable. Il reste immensément de place sur l’île de Montréal et la portion sud de l’île de Laval. Transformer Saint-Eustache, le site historique des Patriotes, avec certaines de ses maisons datant de 1780, en Ville-Legardeur-bungalow-boites-à-beurre, C’EST DÉJÀ basculer dans l’étalement pavillonnaire excessif que dénonce, ou affecte de dénoncer, la planification montréaliste qui prétend tant vouloir préserver nos belles campagnes. Il n’y a pas que des campions à parquer, il y a aussi un patrimoine historique et naturel à gérer. Alors, bon, une île densifiée, une ville densifiée, si je puis dire… Surtout que, quand elles le peuvent, les bourgades de la ceinture nord font terriblement et implacablement leur part. Sainte-Marthes-sur-le Lac est un ancien village des Basses-Laurentides devenu, et ce, strictement de par sa densification, la ville canadienne ayant connu la plus forte croissance de sa populations dans les cinq dernières années. Ils se sont enlaidis en masse mais on peut pas leur reprocher de ne pas avoir docilement obéi aux consignes densifieuses de la CMM. Il est cependant capital de noter que, comme ce village spécifique n’engage pas des frais de démolition ruineux et garde ses taxes foncières rigoureusement basses, il se trouvera bien des montréalistes pour qualifier cette densification non destructrice et bon marché d’étalement. Comme dans tout paradoxe, ces notions sont fort élastiques.

C’est que, derrière le territorial angélique se profile le commercial cornu. Voyons la bien, la charpente du paradoxe que la CMM dicte ouvertement au bled nordiste construisant des condos. Si tu fais monter les frais domiciliaires, bravo, tu densifies. Si tu les maitiens bas, haro, tu étales! Les montréalistes disent à la ceinture nord qu’elle est un facteur d’étalement et lui impose de cerner ses limites et de se densifier. En se densifiant, la ceinture construit des gros manoirs roses aussi nombreux, aussi ruineux, inabordables et affreux qu’en sa périphérie mais, de surcroît, elle détruit sciemment du patrimoine écolo-ethnographique dans le processus et en paie les frais (refilés ensuite aux citadins). Les montréalistes mondains, avec leur sens chronique de l’écologie ajustable, se fichent bien de cela. Le but fondamental de l’administration montréalaise est de freiner la fuite vers les banlieues, pour forcer les familles à se ruiner dans des logements insulaires archi-coûteux ou exigus (à partir de deux enfants, vivre sur Montréal, soyez Crésus ou faites une croix dessus – c’est principalement des trois pièces pour yuppies sans enfants ou, plus grand, ça coûte un million). La densification que Montréal n’arrive pas à assurer adéquatement chez elle, elle l’impose aux autres pour que le cheptel (et le cheptel ici, c’est nous) refoule et cesse de fuir en direction du logement plus abordable des ceintures. Plus on y regarde avec l’attention requise et plus on constate que ce n’est pas de l’organisation urbaine qu’on exige mais bien des parts du marché immobilier domiciliaire qu’on s’arrache. Densifier dans les Basses-Laurentides, c’est obligatoirement détruire un cottage unifamilial de 1929 et le remplacer, plus à l’étroit sur son lopin, par un condominium à quatre familles où chaque famille paie plus que ne payerait l‘acheteur du cottage déglingué initial, avant de le rénover à son rythme. Il faut obligatoirement démolir des résidences encore habitables pour densifier, quand on le fait dans la ceinture nord, parce que ce sont des anciens espaces villageois qui sont investis ici, pas des parcs de stationnements défoncés, des bretelles abandonnées, des terrains vagues d’usines démolies ou des centre commerciaux en faillite. C’est pour ça que c’est surtout dans la ceinture nord qu’on crie contre le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD)…

Si Montréal voulait vraiment faire revenir la petite populace en son sein, elle subventionnerait le prix du logement non-locatif, y compris celui des condos neufs, comme dans certains pays, on subventionne le prix du pain. La ville, alors, cesserait de se vider, d’un seul coup d’un seul. Le défaut que Montréal reproche aux cabanes des municipalités de ceinture, ce n’est pas de gruger la terre agricole, c’est plutôt de coûter moins cher. Coûtant moins cher, ces cahutes de l’entre-deux-guerres grugent le marché de la consommation domiciliaire de la susdite CMM. Montréal veut que les condos neufs poussent partout et coûtent cher partout, uniformément, point final. La seule façon d’y arriver, c’est d’étrangler la fragile et délicate stratégie d’urbanisme des anciens villages des ceintures, en les accusant démagogiquement de faire de l’étalement et de menacer nos bonnes terres. L’ange montréaliste est un démon, dans cette affaire. Bien cernées dans leurs magouilles et combines d’un autre âge, les mairies des municipalités de ceinture, pour leur part, ne valent pas mieux, qui encouragent le construction condoistes coûteuse et grand-bourgeoise manoireuse sur les sites qu’elles détruisent hypocritement, intra-muros. Le démon foncier n’est pas un ange écolo, dans cette affaire. Le paradoxe de l’étalement urbain circum-montréalais, c’est celui, tout simple, de l’inversion téléologique du capitalisme commercial, devenu usuraire. Tant que le logement devra prioritairement enrichir les promoteurs et les villes plutôt que de servir de cadre pour la vie civique, on continuera de tourner en rond dans le susdit paradoxe, en bizounant durablement notre cadre de vie urbain et suburbain et en se renvoyant la balle en pleurnichant comme des tartuffes.

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Environnement, Montréal, Québec, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 7 Comments »