Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Le mariage homosexuel au Canada: vers l’inévitable choc de la primauté des droits

Posted by Ysengrimus sur 15 mars 2009

L’affaire du mariage homosexuel est close au Canada… juridiquement, s’entend

L’affaire du mariage homosexuel est close au Canada… juridiquement, s’entend.

.

Au Canada, les homosexuels se marient. Notre carte nationale est intégralement arc-en-ciel et ce, depuis le début du siècle. Nous sommes le quatrième pays au monde ayant pris ce tournant décisif (coiffé au fil d’arrivée uniquement par les Pays-Bas, par la Belgique et, de l’épaisseur d’un cheveu, par l’Espagne). Nous sommes le premier pays des Amériques à respecter et à protéger juridiquement l’intégralité de l’amour. Même nos politiciens conservateurs, pense-petits, vétillards, démagogues et rétrogrades, n’osent plus soulever la question de la définition du mariage et les diverses tartufferies afférentes. S’ils osaient, ils se mettraient à dos et le Canada juridique, roide et sourcilleux, qui interprète notre ci-devant charte des droits, et le Canada libertaire, débridé et séditieux, qui prendrait sans hésiter la rue sur cette cause, surtout dans nos trois pétales de villes: Montréal, Toronto, Vancouver.

L’affaire du mariage homosexuel est donc close au Canada… juridiquement, s’entend. Ethno-culturellement, c’est une toute autre histoire. Le multiculturalisme canadien paie, particulièrement sur cette question importante, le prix de sa non prise en compte de la tangible possibilité des dérives communautaristes. Certains de nos compatriotes planétaires viennent de régions du monde encore profondément patriarcales et où l’homophobie est purement et simplement une norme d’acier, implicite, évidente, sereinement dogmatique. Un enseignant de souche africaine d’une école secondaire du grand Toronto faisait récemment la promotion de la diversité des orientations sexuelles, en stricte conformité avec le programme académique de la province canadienne de l’Ontario. Un de ses élèves, de souche africaine aussi, lui annonça intempestivement que, s’il parlait comme ça de l’homosexualité en la valorisant, c’est qu’il n’était pas un vrai africain… Il y a aussi le cas de ce jeune homme, libanais de seconde génération, musulman, que sa mère a surpris au lit avec un autre homme… et qui, depuis le sermon unilatéral, rigide, sectaire et parfaitement illégal (couperosé notamment de menaces de mort) qu’elle lui a servi, craint que ses droits canadiens ne le mènent directement en «enfer»… Notons, et c’est absolument capital, que la dérive communautariste ne se restreint aucunement aux néo-canadiens. Nos bons compatriotes du cru, alors là, comprenons-nous bien, ne sont pas en reste. On peut ainsi mentionner ce jeune catholique de souche que son école catholique de souche a voulu empêcher d’aller au Bal de Graduation avec son amoureux, tout aussi catholique de souche. Ces deux là, certainement moins impressionnables que ne l’auraient été certains de nos compatriotes immigrants, sont allés dare-dare devant les tribunaux et ont eu gain de cause… juste à temps pour le bal. La charte canadienne des droits et libertés prime, en terre canadienne, sur les diktats des cultes et des sectes que notre multiculturalisme, tout aussi canadien et, il faut bien le dire, passablement élastique, autorise pourtant, malgré tout… et fort paradoxalement.

Il est clair, il est criant, il est patent qu’un jour ou l’autre, le choc de la primauté des droits va vraiment claquer sec sur cette question incontournable. Nos réactionnaires canadiens de souche, catholiques irlandais, italiens, canadien-français, et protestants anglais, écossais, loyalistes (dont les deux cultes sont, trois fois hélas, protégés par la vieille constitution canadienne de 1867) vont, à un moment ou à un autre, établir leur jonction «solidaire» (de la solidarité calculatrice des causes circonscrites) avec nos réactionnaires néo-canadiens patriarcaux, issus de tous les coins du monde, musulmans, hindous, juifs, sikhs, pour chercher de nouveau à coller l’homosexualité masculine et féminine (ainsi, corollairement, que l’égalité essentielle des hommes et des femmes) au mur. En visite, il y a quelques années, dans un grand pays dont je tairai ici le nom (il ne s’agit pas de cibler un groupe ethnique ou un autre mais bien de cerner un problème de principe), le premier ministre du Canada de l’époque de la mise en place du mariage homosexuel s’est fait niaiser et ridiculiser par des officiels bien couillus et bien railleurs qui se payaient sa poire en se tenant les côtes parce qu’il venait d’un pays où les gens de même sexe se marient. Notre premier ministre, modeste et discret comme tout premier ministre canadien terne et blême qui se respecte, n’était pas chez lui. Il a donc écrasé le coup sans faire de vague… fournissant ainsi, en fait, sans malice, l’exemple à suivre, en ces temps de transition de la grande plaque tectonique des mentalités. Simple. À Rome, il a fait comme les Romains…

Il va, un jour, falloir promouvoir cet exemple sous notre beau drapeau unifolié nunuche et mollasson, et choisir son camp. On va un jour, c’est triste mais c’est comme ça, devoir dire à certaines personnes: à Rome, eh bien… vous faites comme les Romains. Si vous aspirez à vivre en ce pays, à bénéficier de son mode de vie et de ses libertés si durement acquises, il va falloir respecter… son mode de vie et ses libertés si durement acquises. Il va falloir, un jour ou l’autre, le dire. C’est d’autant plus douloureux, emmerdant, contrariant, que le multiculturalisme est aussi une valeur canadienne et que de devoir l’écorner ainsi ne se fera pas sans arguties, jonglages et dilemmes divers. Mais bon, la liberté d’expression pleine et entière aussi est une valeur canadienne, et cela n’en rend pas la propagande haineuse, le racisme, l’antisémitisme plus légitimes ou légaux. Il faut ajuster, accommoder et surtout, trancher sans faillir ce nœud gordien du paradoxe du choc des droits… Racisme: non. Sexisme: non. Homophobie: non. Fin du drame. J’avale alors la pilule et me console comme suit. Si nos compatriotes néo-canadiens passionnels provenaient de quelque république communiste rouge vif, ils se feraient dire, vite fait bien fait, d’écraser le coup avec leur doctrine prolétarienne libertaire et de respecter le bon capitalisme canadien ronron, en la ravalant, en vitesse, leur petite conception trublionne de la lutte des classes… Le souci multiculturel de nos sophistes juridiques unifoliés prendrait le bord de la sortie sans complexe, face à des cocos utopiques aux idées sociales élargies. Et, alors, alors seulement, le choc de la primauté des droits ne soulèverait pas le dixième des arguties que nous imposent notre complaisance, aussi excessive que suspecte, devant le tataouinage abscons des cultes, le byzantinisme veule des sectes, la tyrannie rigide des croyances irrationnelles et le flafla bringuebalent des temples portatifs. Conclueurs, concluez.

Voici donc ma prise de parti. Limpide. L’égalité essentielle des hommes et des femmes et l’intégralité des droits, matrimoniaux, parentaux et comportementaux, des personnes de toute orientation sexuelle prime, au Canada, sur toute autre croyance ou diktat. L’égalité des hommes et des femmes et la diversité des orientations sexuelles sont des droits fondamentaux, axiomatiques, inaltérables, inaliénables. Ce sont des droits de la personne, au sens le plus crucial du terme. Quiconque veut vivre au Canada doit respecter ces droits en toutes circonstances, comme nous nous devons tous de respecter l’égalité des races, l’égalité des chances et le droit à la libre expression. Il n’est pas possible de s’adapter convenablement en terre canadienne sans intérioriser la complète symétrie des droits hétérosexuels et homosexuels et l’intégrale égalité des hommes et des femmes. Ces droits priment sur toutes autres croyances, convictions ou valeurs.

Et… le monde entier, un jour, comprendra cela. Je demeure, l’un dans l’autre, optimiste.

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

25 Réponses vers “Le mariage homosexuel au Canada: vers l’inévitable choc de la primauté des droits”

  1. Loula la nomade said

    Merci! Voilà un billet qui exprime le fond de ma pensée moi qui ai longtemps oeuvré dans la sphère multiculturelle. J’aurai énormément à dire, mais dans quelques heures un vol pour Montréal et ensuite pour le Maroc, mais je promets de revenir sur ce billet car il m’interpelle.
    Cordialement,
    Loula

  2. Ysengrimus said

    Merci Loula. Je vais lire cela avec grand intérêt.

  3. En effet, il faudra trancher dans le vif un jour.

    J’ai écrit souvent sur la question, notamment dans un billet d’octobre 2007, où je fais valoir que la liberté religieuse est sans commune mesure avec les autres puisqu’elle réclame la liberté d’opprimer. Or, il faut refuser la liberté d’opprimer.

    http://www.francislagace.org/billet.php#sujet31

    Les croyances doivent rester à leur place: dans la tête des croyants.

    Francis Lagacé

  4. ST said

    Merci de nous avoir signalé cet article Paul. En France, où la religion est une affaire strictement privée, nous n’avons pas encore sauté le pas du mariage homosexuel -en tout cas le seul essai a été annulé-. Quand cela se fera, il est peu probable que les homophobes de tout poil se le tiennent pour dit mais au moins la loi nous protégera
    ST
    LToutes

    cf « Wandi, première lesbienne de la télé sud-africaine »:

    http://ltoutes.blogspot.com/2009/07/wandi-premiere-lesbienne-de-la-tele-sud.html

    • ysengrimus said

      Vous vous illusionnez grandement sur un pays qui, dans les faits, vous brime encore ouvertement. La loi protège intégralement les gays au Canada… pour ce que cela donne, dans les faits… La raideur jacobine ne vous aidera pas plus que la molesse multiculturelle ne nous nuit, ici. Commencez donc par simplement l’obtenir, ledit mariage gay, avant de vous croire au dessus des coups fourrés du retard ethno-culturel et de l’étroitesse des conscience…

      • pingouin said

        Mon cher Ysengrimus, ce n’est pas parce que la France oppose une considérable inertie à toute forme de progrès de société (citons, pêle-mêle, et pas nécessairement exhaustivement: droit de vote des femmes, légalisation de la contraception, droit à l’avortement, abolition de la peine de mort, etc ) ce n’est pas pour autant, disé-je, qu’il faut penser qu’elle ne parviendra jamais à quitter ses vieux schémas jacobins, certes, mais aussi d’inspiration profondément catholique. Dans le cas du mariage homosexuel, restons optimistes, voyez comme nous sommes parvenus à obtenir, après bien des années de lutte, un alignement partiel du PACS avec le mariage en matière de droit de succession -et encore, le législateur dans sa grande sagesse y a mis bien des contraintes car enfin, que gagne-t-on à aller trop vite- et tous les autres alignements restent à faire: adoption, pension de reversion, etc… mais c’est merveilleux, nous avons des voies de progrès pour les 50 années à venir. Evidemment, pour le mariage homosexuel pur et simple, nous l’aurons avant la fin du XXIème siècle avec un peu de chance.

      • ysengrimus said

        Sauf que… bon, action! action! car la culture de masse capitaliste en crise favorise la promotion de l’homosexualité. Et les choses vont bien vite se précipiter…

  5. trublion said

    Une façon philosophique d’aborder ce sujet.

    Ce qui par, exemple, me gène un peu, c’est dans le don du sang, l’interdiction faite aux homosexuels de le donner, ce qui je crois est lié à la pratique sexuelle. Et si je comprends que ceux qui le sont demandent aux autres de les admettre et comprendre, je trouve qu’il serait dans la logique qu’ils fassent de même avec ceux qui ne le sont pas.

  6. Tryskel said

    Merci beaucoup de m’avoir mis ce lien en commentaire sur un de mes article, j’en ai terriblement apprécié la lecture, d’autant que je suis effectivement dans le même esprit.

    Puis-je relayer le texte intégral en un article identique avec vos liens bien entendu et l’origine de l’article, rendons à César ce qui appartien à César, je n’ai pas l’habitude de m’approprié ce que je ne saurais être en mesure d’écrire?

    J’attends votre réponse, ici ou par mail que je fais de suite.

    Merci encore.

    Amitiés,
    Jj

  7. Bottine said

    1. en France, les questions de communautarisme et d’arguments culturels absolus ne se pose pas tellement pour le mariage homo mais pour le port du voile. Le problème est essentiellement le même…

    2. il faut relativiser un peu la notion tellement sacralisée de culture (et c’est une ethnologue qui dit ça ^^). On nous la sort à toutes les sauces pour justifier tout et n’importe quoi, et l’indifférence à des pratiques ou des idées inacceptables est devenue la règle si on veut pas passer pour un fasciste. Ceci étant, je ne crois pas qu’il existe réellement des façons de penser qui soient irrationnelles. Dans un système donné, est rationnel tout ce qui suit la logique de ce système… Les scientifiques d’il y a un siècle étaient rationnels pour leurs contemporains, maintenant une grande part de leurs travaux ont fait dire à nos propres contemporains: « Hah ! ils ne voyaient vraiment que ce qu’ils avaient envie de voir ! » La rationalité et son contraire ne sont pas des arguments à mon sens. S’adapter au pays dans lequel on émigre, c’est peut-être un argument mais du coup, il en a bien fallu, des militants pour faire passer le mariage homo. Des militants dont d’autres ont dit: « ils devraient s’adapter à leur société au lieu de nous les briser, on fonctionne pas comme ça, ici ». Personne n’a raison, d’où l’utilité d’une législation qui protège, et dont il faut espérer qu’elle s’étendra – tout faire pour…

    3. pour être moi-même croyante, je peux dire que la liberté religieuse n’est pas nécessairement la liberté d’opprimer. Il ne faut pas confondre croyant et croyant con ^^

    • ysengrimus said

      Obtenez la mariage gay… on en reparlera après… Le PACte des citoyens de seconde zone n’a aucunement le poid symbolique séculaire du mariage. Contourner n’est pas jouer…

  8. ysengrimus said

    Le Canada n’est plus le seul pays des Amériques a avoir fait le grand saut de l’amour. La toute cruciale Argentine vient de passer arc-en-ciel.

    Bravo, bravo, Tango, Tango…

  9. ysengrimus said

    Et voici maintenant que mon ami Fidel produit son autocritique sur la question. Tout bon, tout bon…

    • ysengrimus said

      L’état de New York vient de virer rose. Superbe. Enfin plus d’amour et moins de guerre… Et aussi, ah: Cynthia Nixon et Christine Marinoni vont enfin pouvoir convoler en justes noces. New-Yorkaises jusqu’à l’essence, elles ne voulaient pas le faire “elsewhere”… Bravo pour elles et tous leurs semblables… Leur patience et leur militantisme ont fini par payer… One must always fight back.

      Bravo again.

  10. Maniaque, maniaque ! said

    « …un sermon couperosé.. de menaces de mort » : la mère du « fautif » était-elle alcoolique ? ;o)

    Parti de bien plus loin (Maria Chapdelaine et tout le toutim) que la France, le Canada l’a rattrapé et dépassé dans le domaine des libertés individuelles, comme de nombreux pays d’Europe (y compris l’Espagne!… qui l’eût cru?).

    Si la France a pu paraître à l’avant-garde, c’est bien fini, Elle se crispe aujourd’hui sur quelques « audaces » d’un autre siècle, et la majorité bondieusarde freine des quatre fers pour éviter la marche de l’Histoire. Hélas, qui n’avance pas, recule.

  11. Pierrot said

    cher Monsieur,

    je suis étudiant et français, je m’intéresse aux débats en cours au Canada et au Québec. J’ai d’ailleurs de nombreux amis québécois avec qui je partage beaucoup de choses.

    Dans nos discussions, il y a un élément que je retrouve sur ce blog: c’est l’hostilité vis-à-vis de la religion catholique, que j’ai du mal à comprendre.

    Soyons clair, la France n’a pas à faire de morale, puisque sur le plan religieux, elle est un des pays les moins croyants de l’Europe sécularisée. Ici, la pratique du culte frôle les 3-4 %, au mieux les 5 %. Cependant, la plupart des Français reconnaissent tout de même le rôle majeur du christianisme dans leur culture et leur patrimoine. Il est certain que l’Église a commis des abus mais son héritage est immensément positif.

    En France, nous avons la laïcité. Mais il y a deux conceptions de cette laïcité: la première est militante et athée, elle veut expulser la religion de la sphère publique sans penser à sa place culturelle ou historique. La deuxième souligne le respect de toutes les religions, le droit de croire et de ne pas croire, et la protection des cultes contre l’Etat.

    Or, la France est de moins en moins chrétienne, mais les médias et les élites sont de plus en plus laïques selon la 1ere conception… Et c’est ce j’observe aussi au Québec: lorsque Le Devoir de Montréal pousse des cris d’horreur quand on refuse d’enlever le crucifix de la salle du parlement, je me dis qu’il y a quelque chose qui cloche: personne n’a pensé que cette croix symbolisait avant tout l’Histoire de Québec? A une époque où les Québécois n’avaient que la religion pour se défendre contre les Anglais? Car sans l’enseignement catholique, le français serait bien passé à la trappe.

    Cette attitude de rejet n’est pas laïque. Elle est athée militante, voire antichrétienne. Elle ne fait honneur à personne.

    Ma question est donc la suivante: êtes-vous d’accord pour dire que la religion catholique a protégée et préservée la culture de la Belle Province dans un Canada protestant et francophobe?

    Sincèrement vôtre,

    un Français amoureux du Québec

    [Réponse brève: non. Le clergé fut, surtout de 1840 à 1960, le relai servile de l’occupant anglais. L’athéisme militant québécois, pour reprendre votre formulation, est aussi une sorte de matérialisme philosophique appliqué si vous voulez, en ce sens qu’il plonge ses racine dans un anticléricalisme dont la cuisante virulence vous échappe, vous, citoyen d’un pays souverain. Le cléricalisme compradore québécois a cherché à perpétuer l’idée mensongère qu’il était « gardien » d’une foi foutue et d’une langue qui, elle, a survécu. Ce qui fit ce qui fut, c’est simplement l’explosion démographique due à des conditions socio-économiques similaires à celles du tiers monde et à la circonscription par l’occupant des québécois sur un territoire restreint (vallée du Saint Laurent) et dans un secteur socio-économique paupérisant (agriculture – trop pauvre pour payer son propre prolétariat agricole, il fallait le procréer). Charpente intime, conservatrice et réactionnaire de ce cadre colonial en capilotade, l’église fut laminée avec quand il s’effondra, et sa camelote spirituelle le fut avec elle, quand cette population, dense, concertée et homogène par pur artefact colonial, entra, à la presse car fort en retard, dans la modernité. – Ysengrimus]

  12. julien said

    Bonjour.

    Pouvez vous répandre dans tout le Canada cette pétition pour ouvrir le droit au mariage et à l’adoption pour les couples de même sexe en France. Voici le lien merci de le diffuser au plus grand nombre:

    http://www.avaaz.org/fr/petition/Pour_le_mariage_et_ladoption_des_couples_de_meme_sexe/?cwEScdb

    Julien

  13. Catoito said

    Nous, Français, sommes maintenant pris avec ce problème que tu avais prédit, Ysengrimus.

    http://www.tetu.com/actualites/france/mariage-et-zoophilie-vallaud-belkacem-condamne-les-propos-des-musulmans-de-luoif-22523

  14. Ysengrimus said

    La France y est enfin! Mon respect (chagriné, dépité mais tout de même: profond, réel) pour les Français sur la question du mariage pour tous s’exprime ici:

    https://ysengrimus.wordpress.com/2013/02/15/louis-xiv-le-minitel-et-le-mariage-pour-tous/

    Ils y sont finalement arrivés. Chapeau, les Coqs.

  15. Le Boulé du village said

    Ça y est, les Kiwi s’y sont mis.

    http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/201308/19/01-4681142-premiers-mariages-homosexuels-en-nouvelle-zelande.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_international_29810_accueil_POS2

    [Adonque, c’est parti mon Kiwi en Asie – Ysengrimus]

  16. Sismondi said

    L’Irlande est Arc-En-Ciel

    http://www.lapresse.ca/international/europe/201505/23/01-4871902-lirlande-dit-oui-au-mariage-gai-apres-un-referendum-historique.php

  17. Les Canadiens auraient donc eux mêmes tressé la corde avec laquelle ils se pendent, en croyant simplement se suspendre à un idéal, et s’ils survivent, d’autres les pendront haut et court avec cette même ficelle, comme de simples brigands pratiquant, avec des armes morales de destruction massive de la santé mentale, le génocide pour autrui, et pour eux-mêmes. La langue d’Ysengrimus est un pur délice pour nous, Parisiens à la stérilisation bien avancée, mais qui cherchons avidement des bouffées d’air frais.

    Pourtant, tout n’est pas perdu pour les Canadiens, qui ont en réserve leur sagesse indienne enfouie quelque part, mais toujours vivante: je pense à Lia Mills, la jeune fille de 21 ans qui depuis l’âge de douze ans, tient en respect tous les suicidaires fous qui eux, croient tenir le manche. Et elle n’est pas seule! «pro-woman, pro-life, pro-choice», telle est sa devise et la nôtre. Et nous nous battons, avec elle, pour les hommes.

  18. Robert Bibeau said

    @ TOUS

    Je suis toujours triste quand je lis ce qui est certainement bien écrit, mais proclame des «droits» qui ne préoccupe que les bobos – multiethniques – pseudo internationaux et pseudos universalistes et pseudo humanistes.

    Il ne viendrait jamais à l’esprit d’un ouvrier de s’agiter ainsi pour proclamer ces «droits» alors que lui n’a pas droit à la sécurité sur son chantier de construction, pas droit au travail pour «gagner» sa vie honorablement et subvenir aux besoins de sa famille (voilà que je verse dans le patriarcat – l’ouvrier devrait abandonner ses enfants et sa famille afin de respecter leur droit à ne pas subir le patriarcat) idem pour la femme vs le matriarcat mais non je me fourvoie les bobos n’ont pas reçu ordre de lancer la guerre contre le matriarcat… donc ça n’existe pas jusqu’à ce que l’idée vienne à un intello de lancer ce nouveau front de lutte bobisque – J’allais oublié les droits des animaux à la vie sauvage pendant que l’être humain est aliéné et exploité et emmuré à Gaza ou dans une mine africaine où on lui nie le «droit» à la vie

    Et tous ces pauvres – ces milliards qui vivent avec 2$ par jour – les SDF quels sont leurs droits déjà??? et ceux (fille ou garçon) qui meurent sous les bombes des drones au Moyen-Orient ont-ils des droits??? et le droit d’épouser leur copain ou copine de même sexe sont-ils parmi les droits prioritaires qu’ils réclament avant de mourir??? Leur droit à la vie en sécurité qui s’en préoccupe avant de les explosés???

    Je me rend bien compte qu’au Canada on bat des records d’embourgeoisement (quatrième au monde nous dit-on) – Quand les bombes nucléaires nous tomberont sur la tête espérons que la sagesse amérindienne – autochtone – premières nations nous tombera dessus – si ces pauvres autochtones parqués dans leurs réserves et aliénés n’ont pas terminer de violer leur progéniture.

    Le droit à la misère humaine est immense chers amis, universel, inaliénable, indiscutable, mondial et partagé entre tous les prolétaires (masculin, féminin, transgenre, sans genre et les autres bobos catégories que j’aime mieux ne pas connaître).

    Robert Bibeau

    [Attendrissante redite doctrinale. Maintenant, Robert, si tu as une minute, il faudrait lire le texte. Ce sera pour observer qu’y est décrit le net fourvoiement du paradoxe des causes sociétales réformistes. Sous-groupe A aux droits gnagnan maximaux va se heurter à sous-groupe B aux droits tout aussi gnagnan maximaux, quand sous-groupe B va décréter que l’orientation de sous-groupes A, c’est de la merde. Et quand ils seront tous bien occupés à se polochoner pour leurs droits réformistes gnagnan maximaux mais antinomiques, eh bien t’inquiète pas que la révolution prolétarienne, ils y penseront pas trop, tu vois. Le bourgeois a compris que refuser des droits roses à tous était beaucoup moins contre-révolutionnaire que d’allouer des droits roses à tous. Alors ce fut: amusez-vous tous, dans toutes les directions, tant que vous restez bien capis. Et, diatribe de Robert Bibeau ou pas, on en est là. Les réalités sociétales fondamentales se ramènent pas aux frasque de Donald Trump. Il s’en faut d’une marge. Flétrir ces questions sociétales sous le prétexte rebattu que leur cote-prolo monte pas très haut, c’est raisonner comme nos militants qui reprochent aux français de trop s’intéresser au foot et pas assez aux manifs contre les exactions de Macron. Sauf que, comme c’est le foot qui les mobilise, tu fais quoi? Pour dire: l’analyse concrète de la situation concrète concerne tout le tableau effectif, pas seulement celui des lendemains qui chantent… — Ysengrimus]

  19. Sam said

    Mon problème avec ce billet ne se situe pas au niveau de ce droit des homosexuels au mariage, ni à celui des communautés culturelles qui ne l’accepteraient pas… car je trouve qu’ils font avec et ne soulèvent même pas cette question tant ils jugent qu’ils en sont loins… sauf en cas ou l’un ou l’une des leurs soit concerné… bref mon problème se situe ailleurs et je vais bien l’expliquer plus bas!

    C’est drôle mais J’ai eu cette discussion lors de mon séjour au bled récemment avec un compatriote qui vit aussi au Canada… et nous étions d’accord sur ce point… cette discussion commença lorsque lui est parvenue une vidéo whatsapp qui montre un fondamentaliste égyptien exilé en Turquie pour des raisons politiques évidentes (frère musulman banni en Égypte) et qui arrête pas de poster sur Youtube… son gagne-pain… et qui critiquait violemment le Canada et son PM à l’occasion du passage d’une loi en 2021 par Trudeau, interdisant aux parents d’intervenir dans le choix de leurs enfants en matière de changement de sexe et d’identité de genre, en leur imposant des thérapies chez le psy, et punissant les contrevenants parents de peines au criminel… bref, le type, qui a tout de même un auditoire qui s’étend dans tout le monde arabe, accusait Trudeau et le Canada de violer les droits parentaux et l’accusait d’ingérence dans l’éducation des enfants musulmans ou autres, sous couvert de droit au choix par les enfants… enfin, je me souviens plus du contenu de la loi… mais un truc du genre… (je regarderais plus tard)…

    Le plus drôle dans cette histoire est que nous étions d’accord l’ami et moi sur toute la ligne… on a commencé par classer l’individu comme fondamentaliste qui vend sa soupe et son marketing Youtube… mais on a eu le même réflexe et la même réflexions de dire qu’au Canada, toutes ces lois qui défendent les droits homosexuels, LGBT, de changement de sexe et autres… ne trouvent pas la moindre objection des communautés dites religieuses dont la musulmane dans les faits, mais ne sont pas compatibles avec la société canadienne blanche de souche majoritaire qui se trouve être la première à stigmatiser les homos et les LGBT. On a cité chacun de son côté les exemples d’homos canadiens encore au placard qu’on a connu, ou les cas de harcèlement d’homos ou de LGBT qui étaient monnaie courante chez des Canadiens de souche ou immigrants européens, et le très peu de gens qui osent s’afficher ainsi au boulot ou dans la réalité, et enfin, comment le Canada défend des droits «d’entrée», mais ne reconnait plus aucuns droits à ces gens plus tard, lorsque les employeurs ne les prennent pas, la société entière dans les faits ne les encourage pas à se dévoiler ou dévoiler leur sexualité, et enfin, comment on pousse même au Canada les LGBTQ à la prostitution pour vivre ou à la dépression et au suicide… Bref, on était d’accord que le Canada officiel entretient une hypocrisie sans pareil sur ces sujets, et que mis à part le peu d’homos et de LGBT qui s’en sortent bien dans la vie canadienne sans être inquiétés, le reste, ou la majorité sont lâchés et livrés à eux mêmes et à une société extrêmement machiste et hypocrite qui les moque du matin au soir, des médecins qui refusent parfois de les soigner ou les prendre en charge, et une myriade de gens qui sont offusqués de devoir les traiter ou traiter avec eux et qui sont pourtant Canadiens… et que le Canada ne fait rien pour remédier à tout ceci! On a donc conclu tous les deux que le Canada pouvait être sérieux sur toutes les questions sauf celles-ci en rapport avec l’orientation sexuelle et la prise en charge de leurs droits en réalité, et que le type de la vidéo au fond ne se doutait même pas que le problème se situe complètement ailleurs… et on a même rajouté que dans notre propre société marocaine dite conservatrice et musulmane… il serait impensable qu’on fasse endurer aux homosexuels ou LGBT qui existent en bon nombre tout de même, les histoires d’horreur dans le parcours de leur vies, leur refuser des services ou des jobs aussi radicalement, et la méchanceté des blagues et autres propos que des Canadiens avec qui on a bossé ou connu tiennent à leurs compte!

    Mon ami, qui étant loin d’être religieux ou fondamentaliste et qui a des enfants au Canada, me disait, au final, «le but de telles lois est juste de s’assurer que tes enfants n’aient absolument pas accès à un thérapeute en cas de crise d’identité du genre… on veut les pousser a prendre des décisions unilatérales qui peuvent leur être très dommageables ou fatales… et finir comme des déchets de la société… que le Canada ignorera comme des déchets de la société, alors qu’ils auraient un meilleur sort justement s’ils devaient vivre en dehors de ce pays misogyne, homophobe, macho, anti-mariage tout court, et qui utilise l’homosexualité un peu comme du marketing pour attirer les touristes ou pour s’afficher progressiste…et que tout ça était de la poudre aux yeux!» 🙂

    Franchement, bien que je sois très conscient qu’il existe un nombre incalculable d’homosexuels qui vivent pleinement leurs vie au Canada notamment dans les classes intermédiaires et supérieures de la société, je ne suis pas si sûr que ce soit le cas dans les classes sociales inférieures… et même si je sais que si un homosexuel porte plainte au Canada pour ses droits quelconques il trouvera des portes à frapper et des gens pour l’écouter et l’aider illico… je demeure très sceptique sur le nombre d’homosexuels qui vont jusque là et vont jusqu’au bout… car je ne suis pas si sûr qu’il se sentent réellement en sécurité ou qu’ils fassent confiance à ce système au bout du compte!

    Pourquoi je penses ainsi? Et pourquoi mon ami et moi-même avions ce même réflexe de penser la même chose? Eh bien je crois que cela provient de la stigmatisation des immigrants en premier lieu… je crois que notre expérience nous démontre qu’il n’y a pas d’équité ni de parité envers les pestiférés, que ce soit en justice ou ailleurs… et que ce réflexe nous provient aussi du fait que nous savons sans doute que si un couple de parents québécois de souche ou canadiens de souche aura toujours des recours et des pourparlers avec l’autorité que les immigrants n’auront pas en matière d’enfance et de gestion des crises avec les enfants… tout simplement!

    Or ici, il faut me comprendre, je parle de justice et de droits à deux vitesses… et je crois que les homosexuels tombent systématiquement dans la catégorie inférieure lorsqu’il s’agit de leurs droits ou leur dignité et que pour cette raison ils sont hésitants à porter plainte ou à vouloir se défendre eux aussi! Je crois aussi que le tabou qui entoure l’homosexualité encore au Canada, la rareté de leur manifestation en public, la rareté de leur «visibilité» dans les médias mainstream, les émissions et la vie de tous les jours… sauf la gay pride qui est reprise comme un spectacle que tout le monde cherche à exploiter et récupérer y compris les politiciens bien entendu contribue en tous cas à cette perception…

    J’ajouterais que le nombre de fois où l’on a traversé le village gai en voiture et le trouver desert et «mal famé» contribue aussi a cette perception qu’il y a quelque chose qui cloche dans tout ceci… C’est comme si les homos se cachaient eux-mêmes… on a l’impression et s’ils le font, c’est qu’il existe de raisons évidentes à cela!

    Bref, je crois au final que cette perceptions des communautés culturelles ou religieuses est toujours au centre des tensions… et que cela n’arrange rien du tout… Sachant comment réfléchit un musulman ou un juif orthodoxe, je peux vous assurer qu’il se fout complètement de ce que veulent faire les homos ou les LGBT et qu’il peut en avoir dans sa famille ou connaissances quelques uns… mais il y a toujours cette foutue perception que des religieux vont débarquer avec des haches et des couteaux pour lui faire la peau qui soit le seul angle qui intéresse l’opinion et même les politiciens canadiens! Alors que c’est complètement ridicule et réducteur… car encore une fois, la majorité écrasante de ces pseudo-religieux ne sont ici que pour améliorer leur sort et celui de leurs enfants, ce sont des réfugiés économiques en quelques sortes qui comprennent parfaitement bien leur obligations envers la société d’accueil, et qu’un acte de barbarie envers une femme, un un crime d’honneur, un acte contre un homo peuvent et sont probablement beaucoup plus prévalent de la part de monsieur et madame tout le monde que d’un religieux… Mais lorsqu’il arrive qu’un religieux le commet une fois sur mille, le monde se soulève et l’indignation monte au sommet… et on en fait un cas d’école!

    L’expérience de l’immigration est très honnêtement aussi tout cela… on peut être immigrant basané et athée… mais ceci n’empêchera pas le système et la société de vous considérer comme un suspect ordinaire de tous les crimes en rapport avec votre identité quoi! 🙂

    Je me souviens plus où j’ai lu d’ailleurs une fois qu’il existe un seul centre de santé ou CLSC et LGBT et qu’il était dans le village gay ou pas loin… car l’article reconnaissait que beaucoup de médecins du système public fuyaient les homosexuels et leurs «problématiques spécifiques»… etc…
    ceci m’avait choqué en fait… et m’a fait réaliser que cette communauté pouvaient en effet avoir des problèmes de santé reliés à la pratique sexuelle ou la multiplication de partenaires… qui soit bien entendu différente des problèmes des hétéros et les MST habituelles… bref…. ceci a certainement contribué à ma perception, en plus de tout ce que me racontait une ex-collègue d’origine grecque au travail qui elle a grandit dans un ghetto de Montréal, sur toute l’hypocrisie par rapport à ce sujet ici au Québec et partout au Canada! Je crois qu’elle m’a un peu lavé le cerveau sur la question, car elle trouvait que les homos sont les dindons de la farce ici, et que la majorité écrasante reste au placard pour ces mêmes raisons! Bref… on parlait de tout et de rien, on rigolait pas mal et on s’entendait super bien…

    Je me trompe peut-être sur toute la ligne… mais en tout cas, j’ai su récemment que j’étais pas le seul qui pensait ainsi… Il faut dire aussi que j’ai bossé avec la pire racaille qui soit et qui se dit canadiens de souche ou immigrants européens… avec un humour des plus cyniques raciste, ou miso ou encore homophobe… je n’avais pas encore vu pareil machisme de toute mon existence et je ne me doutais même pas que cela existait! Je n’exagère même pas!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :