Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Les six aphorismes électoraux du Situationnisme Patapoliticiste

Posted by Ysengrimus sur 7 avril 2014

restez-calme-et-votez-rouge-vif

Nous sommes entrés, depuis un bon moment déjà, dan l’Ère Patapoliticienne. Le «politique» est profondément, durablement et irrémédiablement discrédité. La «vie démocratique» contemporaine se réduit à la conformité électorale myope puis à la vie parlementaire somnolente des gras durs éligibles dans leur bocal à banquettes. Il faut donc faire avec cette situation en la jouant, justement, situationniste. Le Situationnisme Patapoliticiste s’impose. Ni cynique, ni défaitiste, ni arriviste, ni triomphaliste, cette posture philosophico-politique se donne l’heure juste, sans rêver ni renoncer. Nous dégageons ici les six aphorismes clefs du segment électoralesque de la pensée patapoliticiste. La référence situationniste situationnelle est ici le Québec (et le Canada) mais nous nous formulons dans des termes suffisamment généraux pour que la transposition se fasse sans trop de difficulté et ce, pour partout dans le monde patapolitisé contemporain.

1-     Il faut aller ne pas s’abstenir de voter. Il faut aller (ne pas s’abstenir de) voter, tout simplement parce que ne pas aller voter c’est laisser la bourgeoisie bénéficier de notre silence. Quel que soit le taux d’abstention électoralesque, la bourgeoisie continuera toujours de rouler dans son système pseudo-consultatif. Il faut donc caraméliser le moteur en agissant plutôt que de croire pouvoir le mettre à sec en ne faisant rien. Oui, oui, abstentionnistes qui vous voulez de gauche, notez le bien que le fait de ne pas voter, c’est ouvertement donner son silence-lobby à la bourgeoisie (que toute élection auto-légitime) et/ou abandonner son vote aux petits escrocs chapardeurs de voix qui sont bien loin d’avoirs quitté le service depuis le duplessisme. Il faut occuper intégralement son espace patapoliticiste et bien aller boucher la coche avec notre croix ou notre point noir. C’est pas une si grosse perte de temps, surtout de nos jours avec le vote anticipé et tout et tout. Une abstention est une manifestation de servilité hargneuse sans aucune valeur situationniste effective. Au siècle dernier, Ronald Reagan fut élu sur les plus hauts taux d’abstentions de l’histoire de son temps. L’abstention sert la réaction. Toujours.

 2-     Il faut voter pour ce qui est le plus à gauche sur son bulletin, sans fidélité particulière. Votez Marxiste-Léniniste, Communiste, Trotskyste, Maoiste, Ho-Chi-Ministe, Situationniste, Gauchiste, Guévariste, Gramsciste, même Solidariste ou N-Pédalo-Socialo. Prenez ce qui est le plus à gauche sur la feuille, sans tergiverser, et cochez. Le fait est que voter pour le genre de gauche molle qu’on nous propose dans le coin est mieux, mille fois mieux, statistiquement notamment, que de s’abstenir. S’abstenir c’est donner son vote à l’ennemi de classe, sans rien prendre en retour. Voter pour la gauche-bouffon, c’est au moins s’amuser un petit peu aux dépends de l’ennemi de classe… Il faut agir en se gaussant mais froidement et sans complexe. Vote durablement protestataire et politique du pire-moins-pire à fond le caisson, histoire de bien foutre les choquottes de la gauche au reste du camembert… Les partis politiciens (ceux d’extrême-droite inclusivement, naturellement) servent la bourgeoisie de façons fort analogues sinon identiques. De fait, savoir qu’ils travaillent tous ensemble, telle est la Loi Un de la saine conscience patapoliticiste contemporaine. Tous les partis politiciens perpétuent de concert la mythologie parlementaire… Le seul vote valide désormais n’a plus rien à voir avec le théâtre de marionnettes de la chambre: c’est celui qui fait pencher la barque à gauche. Il faut bouger dans l’isoloir pour leur rougir la vessie statistique un petit brin et tirer les pourcentages à gauche. C’est la seule chose à faire et ça les fait bien blêmir et cesser de nous prendre pour une petite populace de buveurs de bière et d’écouteurs de tribuns.

 3-     Il ne faut jamais militer pour un parti politicien. Militer pour un parti politicien (même un se voulant de gauche), quelle fadaise archaïque. Des pas et des pas, des portes claquées au nez, pour envoyer un autre trèfle dormir au parlement. Plus informés, plus rétifs aussi, nos concitoyens ne changent plus d’avis aussi facilement qu’avant, en matière politicienne. C’en est ainsi surtout parce que, patapoliticisme oblige, la politique politicienne n’est plus prise au sérieux autant qu’avant. Les positions sont donc relativement cantonnées… tant et tant que militer dans le giron électoralo-politicien, c’est un peu jouer du pipeau sous la pluie en faisant la manche dans une ruelle déserte. Ainsi, par exemple, le vote de gauche au Québec n’est pas un vote de protestation ad hoc mais bien de conviction stabilisée. La sensibilité de gauche est bien présente dans notre société. Souvenons-nous de la marée NPD, au fédéral en 2011, qui fut largement d’inspiration patapoliticiste et qui ne surprit vraiment que les Tartuffes médiatiques qui voudraient tant pouvoir prendre nos compatriotes pour des amateurs un peu épais de sport professionnel, sans plus. Le pépin contemporain c’est pas vraiment avec notre adhésion aux valeurs de gauche… c’est bien plutôt qu’on croit encore bien trop aux institutions parlementaires. Là, on dort au gaz pis pas à peu près… Si l’Assemblée Nationale et la Chambre des Communes sont des espaces de mythologisation, elles ne sont certainement pas des espaces de pouvoir. «Gauche parlementaire», c’est la formule soporifique par excellence, le nouvel opium du peuple progressiste. Militer pour ça, c’est du mauvais situationnisme et du vrai de vrai somnambulisme. S’il vous plait, éviter de le faire. Mobiliser l’énergie militante autrement et, surtout, ailleurs. Il faut militer social fondamental, pas politicien restreint.

 4-     Il ne faut jamais voter «contre» ou «pour punir» des politiciens. Le vote «stratégique» (dit aussi vote «utile») est une fadaise affligeante dans laquelle les partis bourgeois vous encouragent copieusement parce qu’elle les aide dans leur petit dispositif complice d’alternance, dont la veulerie faussement compétitive ne fait que s’accentuer de par la logique croissante des chambres minoritaires que nous vivons de nos jours. Savez-vous comment on guérissait un patient atteint de la syphilis avant les antibiotiques? On lui injectait la malaria. Les intenses poussées de fièvre des accès de malaria tuaient le syphilicoque… Une des maladies disparaissait mais une autre la remplaçait, non fatalement mortelle mais fort dangereuse et emmerdante quand même. Tel est le pis-aller politicien du voter «contre» ou «pour punir». En 1984, les canadiens ont voté pour sortir Pierre Trudeau (ou son souvenir falotement incarné en John Turner) et ils ont rentré le conservateur Brian Mulroney. Syphilis/Malaria, je ne vous dis que ça. Il ne faut pas entrer dans leur logique d’alternance, de baratin de balancier, de fausses crises politiques en ritournelles. Le patapoliticisme contemporain sait parfaitement que la crise politique fondamentale, la vraie, la cruciale, la seule, c’est l’existence intégrale de la politique politicienne. Voter «utile contre» c’est la perpétuer dans sa jubilation pendulaire, sans lui faire sentir la virulence du moindre message utile. Il ne faut pas faire ça. Pour savoir ce qu’il faut faire voir le # 2.

 5-     La politique politicienne est un spectacle. Le vivre comme tel en n’oubliant surtout pas de s’en amuser. C’est un show. C’est un zoo esti. Voyons et rions. N’oublions jamais que la grande bourgeoisie alimente la caisse électorale de tous les partis politiciens de façon tendanciellement uniforme. Premier Ministre Lambda ou Première Ministre Epsilon, les vrais décideurs d’officines s’en tapent totalement. Les nuances introduites par l’un politicien et par l’autre politicienne sont les tressautements aux couleurs clinquantes des calicots rapiécés d’un petit tréteau de guignol en déglingue. La continuité de l’état est la seule notion patapoliticiste qui vaille à ce jour, et le cynisme qui la constate est bel et bien celui de la bourgeoisie (pas de la société civile) et ce, depuis des décennies. Observons aussi que la procédure de la grande-cause-sociétale-distraction est désormais au cœur du spectacle en place. Circa 2010-2012, Jean Charest a absorbé l’attention sociétale avec sa raideur parlementaire et policière devant la crise des grèves étudiantes et la lutte des carrés rouges. Lui succédant sans vraiment le refaire, Pauline Marois a artificiellement déchaîné les passions avec sa Charte des Valeurs Ethnocentristes et Démagogues. Pendant que la société civile se distrayait avec ces grandes causes brasiers, allumées et éteintes juste à temps, pile-poil pour les échéances électorales, les deux grands partis parlementaires québécois travaillaient discrètement ensemble sur la question des scandales de corruption dans les grands travaux d’infrastructures et sur la braderie des ressources minières, pétrolières et gazières d’Anticosti et du grand nord, sans que le public ne se prenne trop à discuter ces questions là. Au fédéral, on a fait du guignol parlementaire avec les centaines de milliers de dollars gaspillés par des sénateurs inutiles à Ottawa pour bien éviter de parler des dizaines de milliards de dollars flaubés par des soldoques canadiens tout aussi inutiles (mais beaucoup plus coûteux et nuisibles) à Kaboul (Afghanistan) circa 2002-2014. Les marchands de sable politiciens font mumuse dans leur bac à sable politicien et ils endorment qui, vous pensez?

 6-     Il faut surveiller la politique politicienne non pour ce qu’elle dit mais bien pour ce dont elle est le symptôme. Il faut agir et bien voir ondoyer le mirage baratineur. Il ne faut surtout pas se retirer du monde patapoliticiste et/ou rentrer bouder dans ses terres pour autant. Il faut assurer, les yeux bien ouverts, l’intendance méthodique de notre vaste démobilisation politicienne. Certains partis politiciens se veulent plus mythologiques-lyriques. Ils font rêver et fantasmer. D’autres sont plus réalistes-cyniques. Ils (in)sécurisent et flagornent au ras des mottes. Il faut suivre les fluctuations clinquantes du show car elles sont autant de rides et de vaguelettes évocatrices sur la surface du cloaque bourgeois. Le vrai Situationnisme Patapoliticiste n’est pas abstraitement indifférent à la politique politicienne: il s’en moque, ce qui est, de fait, la suivre très attentivement et voir à lui faire révéler tout ce qu’elle n’admet que de fort mauvaise grâce. Il faut suivre (observer) et ne pas suivre (ne pas marcher à la suite de)…

À suivre donc…

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

30 Réponses to “Les six aphorismes électoraux du Situationnisme Patapoliticiste”

  1. Denis LeHire said

    Pas mal du tout, dis donc. Et les sondages d’opinions sur la politique, qu’en dit le patapoliticisme?

    [Les sondages, il ne faut pas trop les croire parce qu’ils sont sciemment manipulés (notamment par les services de presse pro-réacs) ET il faut ne pas trop les ignorer parce qu’ils gardent une manière de fond figuratif visant à perpétuer leur mythologie future. Ils sont donc à suivre, comme le reste du guignol, justement dans la conscience des limitations descriptives d’un guignol… Le plus intéressant reste le contraste entre les sondages et le fait électoralesque factuel et effectif, le soir du vote. C’est à ce moment là que les sondages d’opinions émettent leurs plus belles saillies propagandistes. – Ysengrimus]

    • Denis LeHire said

      Bien vrai. Y a qu’à voir la remontée « sondée » de la CAQ de Legault en fin de campagne. Arrangée avec le gars des vues « sondeuses » à la saudite planche.

      [C’est ce que je pense aussi. On va le savoir bientôt. – Ysengrimus]

  2. Fridolin said

    C’est vrai que l’abstention et le vote pour sanctionner, c’est pas vargeux.

    [Le top du pas vargeux, Fridolin, c’est d’osciller de l’un à l’autre. Certains pseudo-intellectuels crypto-réacs le font, oui, ça existe. Ils méritent souverainement le mépris copieux qu’ils inspirent, ceux-là. – Ysengrimus]

  3. Le boulé du village said

    Ton pronostic pour les élections d’aujourd’hui, Ysengrimus?

    [La perpétuation de l’effritement parlementaire par la mise en place d’une autre chambre à gouvernement minoritaire. Pour les combinaisons inférieures de couleurs, je n’en sais pas plus que toi à ce point-ci, mon petit Boulé. La mauvaise peinture, c’est très volatil et ça se décolore bien vite… – Ysengrimus]

  4. Vanessa Jodoin said

    Finalement, ce que vous recommandez, c’est un vote de conviction.

    [Oui, mais conviction générique de tendance, pas conviction spécifique de parti politicien tsoin-tsoin. Il faut pousser l’urne, oui, oui, dans le sens de ses convictions de gauche, sans cynisme défaitiste et sans illusion triomphaliste. Le grand soir ne se jouera pas isolé(e) dans l’isoloir… – Ysengrimus]

    • Catoito said

      Tout a fait, Vanessa. Et l’analyse d’Ysengrimus s’applique avec un minimum de transpositions à la France. Dans le mille, tellement dans le mille.

      Catoito de Clermont-Ferrand

  5. Mura said

    Commis comme les autres, le NPD chercha, un temps, à tirer au net les sources et les chiffres des masses d’argent de la mission canadienne en Afghanistan.

    http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/le-canada-en-afghanistan/201011/19/01-4344490-afghanistan-le-npd-demande-a-kevin-page-devaluer-le-cout-du-prolongement.php

    Puis, comme le dit si bien Ysengrimus, il se sont subitement fermé la boite sur cette histoire et se sont mis sur les petits abus de facturage des sénateurs… des pinottes comparées aux terribles couts financiers et humains du service de la guerre impériale.

    [Je seconde. – Ysengrimus]

  6. Zébulon said

    Si tu veux vraiment contester le système alors allume-toi un bon joint de marijuana et va voter Bloc Pot, le reste n’est que réminiscence d’un passé révolu et en faillite. La drogue, le sexe et le hip hop, c’est tout ce que t’a besoin pour être libre, le reste c’est du baratin pour les coquerelles.

    [Les joints, ça me fait pas contester rien, ça me fait dormir. Ça me rend somnolent, bourdonnant et socialement apathique. Et ces partis politiciens à causes circonscrites, habituellement dans les teintes de vert (du gazon, à la tisane, au kaki), je me méfie de ça comme de la peste. Ce genre de programme courtichet et pragmatique c’est bien trop facilement récupérable par la droite-flagorne, dans le bardassage ultime des petites alliances de larrons.. Non, dans le fond, tes conseils sont pas si bons, mon Zébulon… – Ysengrimus]

    • Zébulon said

      Je vais être sérieux cette fois-ci…

      La gauche ne sait faire que de beaux discours, quand elle a le pouvoir elle nous oublie et s’empresse de se conformer aux exigences de l’oligarchie financière. Nous les déshérités de la terre nous avons faim et soif et errons sans but autre que de survivre dans la souffrance et le désespoirs. Le salariat c’est l’esclavage, l’état c’est l’oppression, l’oligarchie c’est le vol de notre liberté d’être. Il nous reste que les désirs toujours reniés par ceux qui prétendent nous représenter. Alors nous les déshérités nous devenons violent et brisons tout sur notre passage. Attention, la prochaine fois nous pourrions être extrêmement violents car nous devenons de plus en plus frustrés qu’aucun de nos désirs ne soient réellement pris en considération.

      Je n’appartiens à personne d’autre qu’à moi-même alors ‘mon Zébulon’ c’est vraiment déplacé. Je me fous des marxiste-léninistes, des bolcheviques, des trotskistes et des staliniens, tous sont pour l’état oppresseur qui réduit nos vies a des moyens de préserver le pouvoir d’une minorité d’exploiteurs.

      [«Mon» voisin, «mon» épicier et «mon» rhume ne m’appartiennent absolument pas. Soyez sans crainte, Zébulon, je ne cherche pas à m’approprier votre être, surtout pas votre être pensant… Retourner la cuti logique en imputant à la gauche les abus de la droite juste parce que la gauche se casse la gueule en combattant la droite, c’est pas fort, fort. Trop de cannabis, mon Zébulon. Essayez encore. – Ysengrimus]

      • Zébulon said

        La droite et la gauche produisent les même sous-produits sociaux, la misère, la peur, la haine et l’absence de confiance. Il n’y a qu’une solution leur faire un doigt d’honneur et briser leurs idéaux faussaires. Pour les vieux nostalgiques de droite comme de gauche, il n’y a que le vieux discours droite-gauche dans leur tête pour les aider à se faire une idée de ce que la réalité devrait être selon les lois des idéaux qui leur a été implémentés dans la cervelle.

        L’Université produit rarement des hommes exceptionnels, le plus souvent des médiocres instruits…

        [«L’Université produit rarement des hommes exceptionnels, le plus souvent des médiocres instruits…» Je seconde cette affirmation (et, bon, je sais ce dont je parle). Le fait qu’elle soit parfaitement hors sujet, intempestive et non-avenue ne la rend nullement fausse. Pour le reste, le blabla rabattu du renvoi dos à dos de la droite et de la gauche est un vieux poncif de droite… Read my lips: quiconque vous dit «Je ne suis ni de droite ni de gauche» est de droite. Ceux de gauche se contentent habituellement de dire «Je suis de gauche»… – Ysengrimus]

      • Zébulon said

        Pourquoi les partis politiques ont à leur têtes des médiocres instruits et pourquoi la politique n’a jamais été aussi populaire dans toutes les têtes?

        [Oh c’est fondamentalement en vertu de cet aphorisme que l’on attribue à Cervantès: MAS ENSEÑA LA NECESIDAD QUE LA UNIVERSIDAD… – Ysengrimus]

      • Zébulon said

        Quelle est la différence entre la gauche et la droite? La gauche, c’est du capitalisme d’état, la droite c’est du capitaliste oligarchique mais pour les deux c’est une minorité qui font la fête au dépend de la majorité.

        [Électoralement (et gauche et droite sont des concepts électoraux sans plus, un jour comme aujourd’hui), Quel est la différence entre la gauche et la droite? Le vote à gauche les fait chier. Le vote à droite les conforte… – Ysengrimus]

  7. Cougio said

    Aujourd’hui, les discours de gauche dont le marxisme-léninisme ne sont que réactions petite-bourgeois. Voter ne sert qu’à faire la promotion de la pensée marchande. Ne pouvez-vous être que des dévoreurs de marchandises?

    [S’abstenir de voter sert la réaction, toujours. – Ysengrimus]

    • Cougio said

      Réaction de défense petite-bourgeois de gauche.

      [Mytholâtrie soporifique de faux « apolitique » de droite. – Ysengrimus]

      • Cougio said

        Enfermé dans un manichéisme absolu de pensée gauche-droite, vous pouvez vous en libérer si vous faites l’effort nécessaire mais le conditionnement de la crétinisation universitaire a fait son œuvre dans votre ego et ce sera très difficile car elle est le centre de votre vie.

        [Si vous vous entêtez à nier que la polarisation suivante: QS (centre-gauche) – ON (centre) – PQ (centre-droite) – PLQ (droite) -CAQ (très droite) est un display politicien qui EST dans le monde objectif et non dans une tête d’ « universitaire » (ou autre), bien, hum, c’est vous qui refusez de vous représenter adéquatement le monde réel dans lequel vous vivez et servez sciemment des causes sociopolitiques (même en affectant pesamment de ne pas le faire)… – Ysengrimus]

  8. Gilles H. said

    Bonjour, Et si, sur le même bulletin de vote, on coche tous les candidats de gauche…?

    [Vote sabordé, donc nul. Je ne vous apprend pas cela, petit taquin tout vert. Dans leur système électoral corseté, vous venez donc alors, une fois de plus, de rendre service à la droite… – Ysengrimus]

    • Zébulon said

      Avec Paul, tu votes à gauche sinon t’es un minable de droite ou tu fais le travail de la droite. Paul est un dogmatique de gauche totalitaire.

      [Avec Paul, tu votes à gauche sinon, bien, tu es de droite, sans plus. Ni-de-gauche-ni-de-droite, ça n’existe pas tandis que gauche-et-droite, c’est incohérent. C’est pas Paul qui est un gars totalitaire, c’est la logique électoralesque qui est une chose un petit peu fatale… – Ysengrimus]

  9. Gilles H. said

    Bonjour, OK merci. Je pense à tout cela et tantôt je traverserai la rue – le bureau de vote est direct en face de chez moi – aller faire mon chemin de croix (celle sur mon bulletin!).

    [Si vous vous souvenez clairement de votre identité et pouvez la corroborer, cela devrait aller tout seul. Vous savez lire puisque vous savez écrire. Vous êtes fin prêt, je pense… L’endroit où on pose la croix ou le point noir reste un détail dans le dispositif… – Ysengrimus]

    • Gilles H. said

      Bonjour, ‘Le vote à gauche les fait chier.’, mais surtout qu’ils sachent qu’il y toujours des moutons récalcitrants.

      Et là Mulcair qui annonce qu’il a voté PLQ. Je me demande quelle sera la couleur de la prochaine vague fédérale au Québec…

      [Oui, récalcitrant. Pour longtemps récalcitrant. Récalcitrant jusqu’au jour où tout changera… car un jour, tout va changer. Un jour viendra. Quand à Ti-Pit Mulcair, ses révélatrices incohérences politiciennes, c’est pas de mes affaires… – Ysengrimus]

  10. Cougio said

    Vous êtes tous des moutons et vous allez encore une fois tous vous faire tondre que vous votiez ou non et quelque soit le parti voté. Le grand soir n’est pas pour aujourd’hui ni demain, ni après-demain.

    Le spectacle des élections n’est qu’une espèce de drogue illusoire, c’est pourquoi elle est si populaire et qu’on en est si dépendant. Les vraies affaires sont décidées ailleurs, hors de votre vue, par les puissances de l’argent.

    Votre civilisation capitaliste et industrielle va s’écrouler et c’est là seulement que ça va réellement changer.

    [Cougio et ses envolées apocalyptiques, j’aimerais bien qu’il se contente de me dire de quel coté il vote vraiment… – Ysengrimus]

    • Cougio said

      Voter ou ne pas voter, se conformer ou ne pas se conformer, questions idiotes et sans objectifs que de perpétuer le monde de la bêtise marchande de l’avoir.

      [Attend, laisse moi jouer à avoir l’air profond moi aussi. Ce qui est est. Ce qui n’est pas n’est. Et ce qui devient ne concerne que ce qui devient ce qui devient. Oui? je dis vrai? – Ysengrimus]

  11. Tourelou said

    Justes observations de notre démocratie. Elle développe une grande quantité de citoyens passifs pour souffrir d’actif et cela est parfois difficile à comprendre. Les québécois et québécoises doivent être plus optimistes.

  12. Camarade said

    J’aime beaucoup le suivre et ne pas suivre.

  13. Pablo Lugo Herrera said

    T’as mal commencé avec «tes aphorismes»: «Il faut aller ne pas s’abstenir de voter.» STP… Le prolétariat ne doit pas encourager cette mascarade. C’est comme se mêler dans une chicane de putes. Bref, avec ça, je me suis dit: ça veut pas la peine de continuer à lire tes autres cinq aphorismes!

  14. Robert Bibeau said

    @ l’auteur

    Pour ma part je voudrais commenter cet aphorisme: «Quel que soit le taux d’abstention électoralesque, la bourgeoisie continuera toujours de rouler dans son système pseudo-consultatif. Il faut donc caraméliser le moteur en agissant plutôt que de croire pouvoir le mettre à sec en ne faisant rien.»

    La critique qui s’adresse ici aux abstentionnistes frappe à côté de l’acte subversif qui consiste à mener une campagne vigoureuse de dénonciation de ces mascarades électorales bourgeoises qui culmine par l’abstention de voter.
    1) S’abstenir de voter après avoir dénoncer les mascarades électorales signifie un REJET GLOBAL–TOTAL DE cette mystification pseudo-démocratique.
    2) Révèle que j’ai atteint le niveau de conscience de classe prolétarienne assez élevé pour affirmer mon rejet radical de cette offre de collaboration que me fait le capital = je ne suis pas dupe.
    3) Indique que le jour de l’insurrection –quand le capital nous proposera une petite joute électorale radicale avec cette fois plein de Manon Massé (pour me plier au situationnisme proposé ici) pour m’apaiser– poussant la mystification d’un cran pour me flouer – je ne mordrai pas à cet ultime hameçon
    4) Mon abstention indique aussi que je sais (mon niveau de conscience ayant atteint ce niveau) que le capital continuera de rouler avec ou sans mon vote = CE N’EST ABSOLUMENT PAS DANS LE POLL D’ÉLECTION QUE SE FERA LA RÉVOLUTION.
    5) Il est hors de question que j’aille manifester ma soumission et accréditer les illusions que charrie QS-le NPD – les socialistes – les communistes et le reste des partis bourgeois qui de toute façon avec ou sans mon vote continueront de nous gouverner sous les ordres de leurs patrons.

    Je suis d’accord avec l’intervenant précédent = je ne mêles pas des chicanes de putes et je vogue mon chemin – je les attend au tournant les branlants.

    Les autres aphorismes ont le mérite d’être amusant en effet.

    [À Robert et Pablo. Je ne me priverai certainement pas du plaisir de faire frémir le bourgeois qui tremble comme une feuille chaque fois qu’il voit une croix à côté d’un candidat gaugauche. Aussi, en plus, Robert Bibeau, eh bien, il vote en masse, depuis le temps. Ben oui, comme tu n’as pas bouché ton trou toi même, depuis ledit temps, ils t’ont volé ton nom dans leur système. Voyons donc, c’est criant. Duplessis n’est pas mort, gars. — Ysengrimus]

    • Robert Bibeau said

      @ tous

      Je souhaite faire œuvre pédagogique à propos de cette question d’élection bourgeoise au Canada ou n’importe où dans le monde. Je note avec satisfaction que le texte ci-dessus défend la thèse que les mascarades électorales sont des mascarades électorales, ridicules, mais ayant une fonction pratique objective et concrète… et ce n’est pas de nous donner une parcelle de pouvoir économique ou politique et même pas idéologique.

      Quand on vote –que ce soit en riant en braillant en hurlant– on vote = on accrédite la mascarade électorale même en la dénonçant… surtout si on sort l’argument que quelqu’un d’autre vote à ma place comme si cela avait de l’importance.

      On accrédite aussi la mascarade électorale bourgeoise quand on préconise de voter à gauche pour faire chier le capital. Comme si le capital y croyait lui à ses propres mascarades électorales qu’il nous jette dans les jambes pour justement mobiliser la go-gauche en faveur du processus électoral bourgeois que la go-gauche ne maîtrise pas et si un jour le capital lui laisse les guides de son ÉTAT bourgeois via la mascarade électorale (Allende = Chili) ce sera pour lui faire jouer le polichinelle chargée d’apaiser le prolétariat révolté puis s’en débarrasser une fois la job achevée… la gauche est traître par définition. Nous ne sommes pas de gauche nous sommes prolétarien, c’est pas pareil.

      JURÉ ce jour là ou le prolétariat sera en colère –révolté– ceux qui auront préconisé de voter (même pour s’amuser) le regretteront car il faudra à ce moment mobiliser le prolétariat NON PAS POUR BOYCOTTER LES ÉLECTIONS BOURGEOISES à la Duplessis justement – mais pour les interdire et les abolir de façon qu’on ne vienne pas nous foutre le vote de la populace contre la révolte du prolétariat.

      Souvenez-vous Mai-68 malgré des millions de prolétaires français dans la rue – De Gaulle remporta les élections bidons contre les ouvriers et contre la go-gauche électoraliste… le pouvoir est au bout du fusil pas au bout du crayon de votation.

      Voter à gauche c’est pareil comme voter à droite = c’est accréditer cette mascarade électorale ou l’on doit regretter NON pas de se faire «voler» notre vote mais de se faire voler l’exercice collectif de la démocratie populaire qui ne peut en aucun cas se mener sous la baguette de la bourgeoisie, dissimulé dans un isoloir après avoir subit un mois de propagande mensongère intensive.

      Qu’il vole mon vote je m’en contrefiche car je me contrefiche de leur mascarade électorale que je ne boycotte pas mais qui m’indiffère gauche – centre – droite = ils sont tous pareils. C’est le message simple que nous devons transmettre à notre classe: laissez-les s’amuser à voter futilement – de toute façon ils ont tous la même mission, organiser notre exploitation et allons les affronter sur nos lieux de travail, aux ronds-points et dans la rue où se mène notre lutte de classe.

      Robert Bibeau. http://www.les7duquebec.com

      [Voter à gauche (gauche gaugauche) c’est comme chahuter dans une manif ou répondre bien raide à un sondage. Même dans les arènes de leur culture politique politicienne truquée, faut leur faire sentir le danger. La gauche leur fait grand peur et ce, plus qu’ils ne l’admettent. Je ne vais certainement pas me priver de bien les enquiquiner avec leurs propres clochettes et leurs propres sifflets. C’est pas de la démocratie somnolente, c’est du lobbying cynique patapoliticiste. Les révolutions se feront pas en votant… mais pas par abstention non plus… Ceci dit, bon, chacun son truc… — Ysengrimus]

  15. Sam said

    @ Ysengrimus… et commentateurs,

    J’ai défendu le même point de vue que l’auteur Ysengrimus sur ce sujet de l’abstentionnisme, et surtout depuis au moins vingt-cinq ans…. et ce, bien que j’aie aussi exprimé depuis toujours mon respect pour ce choix des abstentionnistes de s’abstenir de voter, mais je soutiens l’auteur pour les mêmes raisons invoquées par lui sur ce billet… et bien plus que cela et je vais tenter de les expliquer en plus de ce que l’auteur a déjà dit!

    1 – Qui sont les abstentionnistes? Ils sont entre 20% et 40% des électeurs éligibles, dans certains pays avec certains contextes, ils peuvent représenter bien plus que cela, 50 ou 60% des électeurs dans les cas extrêmes, et ils n’ont pas pour autant réussi à invalider une élection dans l’histoire, le système se perpétue avec ou sans eux, et même en cas de révolutions, en Roumanie post Ceausescu, aux Philippines post Marcos, au Venezuela, l’Égypte post Moubarak… etc. Tous les pays où il y a eu une révolution ou pseudo-révolution c’est la même histoire. Au mieux les abstentionnistes d’hier deviennent des votants, et des votants d’hier deviennent des abstentionnistes post-révolution, et, au pire, les abstentionnistes deviennent des votants pour l’extrême-droite!

    2 – le Rêve abstentionniste d’une révolution permanente ou d’une autre révolution bolchevique ne tien pas la route! À l’ère de la surpopulation et de la multiplications des besoins essentiels, la révolution elle-même ne sera jamais plus qu’une autre mascarade et rien d’autre pour faire place à un autre système aussi mauvais ou pire que celui qu’elle remplace! Nous l’avons vu et constaté nous-mêmes à maintes reprises suite aux révolutions en carton dans une bonne trentaine de pays à travers le monde! En plus, quelle que soit la nature et l’ampleur de cette révolution attendue, elle ne sera pas permanente, et ne le sera jamais! Car il faudrait rappeler que parmi ces abstentionnistes, il y en a qui rêvent d’une révolution permanente, mais ils se fourrent le doigt dans l’œil et connaissent très mal la nature humaine et les mouvements sociaux! Et encore moins, qu’une révolution aujourd’hui puisse ressembler à la bolchevique russe, dont certains abstentionnistes rêvent aussi et se trompent de combat! Ni le contexte, ni les conditions, ni la présence de prolétaires ou de paysans sans terre comme ceux d’hier ne sont là pour le permettre! Le prolétariat d’aujourd’hui est disparate, fragmenté, endetté et redevable au capitalisme et de ses banques, et il est aussi égoïste, narcissique et souvent ethnocentrique, ou religieux ou dogmatique en tous cas. Par ailleurs, les paysans dans les pays riches ne contestent que leurs intérêts personnels pour accéder à la richesse, ils se foutent des travailleurs comme de leur dernière poule pondeuse, et le pire est qu’ils sont aussi rapaces et affamés qu’ils se sont solidarisés pour défendre leur droit de ruiner le travailleur en lui vendant des denrées fraîches à prix mirobolant, ils trichent, ils mentent, ils fomentent des systèmes clientélistes avec l’aide du système capitaliste pour s’accaparer la terre, avoir le droit de la polluer, et produire pour vendre des produits toxiques à prix anti-prolétaires et pro riches et bourgeois, et si ça ne tenait qu’à eux, l’état devrait obliger les prolétaires à bouffer des barres énergétiques ou ils mettront tous leur produits, et garder les aliments frais et authentiques pour les riches uniquement… et si vous voulez en avoir le cœur net, je vous invite à faire le tour de nos campagnes et acheter directement chez le petit agriculteur et vous vous rendrez compte comment on méprise aujourd’hui le citadin, et on est prêt à lui écouler ses produits pourris à prix d’or! Quand aux travailleurs sans terre, ils s’assurent de les ramener des villes en saison pour récolter ou nettoyer ou faire le sale boulot payé au salaire minimum, ils n’emploient même plus de manière permanente, et se sont arrangé pour ramener des mexicains faire le travail en saison et repartir chez eux! Donc si parmi, les abstentionnistes il y en aurait qui rêvent de l’un ou l’autre, ils sont complètement à côté de la plaque!

    3 – l’abstentionnisme de parti est le seul abstentionnisme qui aie un effet significatif! Dans certains pays, certains partis politiques annoncent ouvertement à chaque élection qu’ils vont s’abstenir et demandent à leurs électeurs d’en faire autant. généralement ce sont des partis de gauche radicale qui jugent le système tellement pourri qu’ils refusent les deux ou trois sièges qu’ils vont remporter, et dénoncent le régime, comme le Parti Communiste Canadien l’a déjà fait, et qu’il ne fait pas lors de ces élections de Lundi 21 octobre 2019. Bref, cet abstentionnisme de partis est aujourd’hui en train de passer le flambeau à droite, puisqu’en Europe par exemple, certains partis d’extrême-droite boycottent les élections à chaque fois, et ils sont responsables de toute la pression exercée par leurs partisans à droite, pour polariser le discours politique et finir par convaincre bon nombre d’électeurs de voter à droite et surtout pour l’extrême droite! C’est la même chose au Québec qui se produit, les souverainistes déçus ont largement boycotté les élections lorsque celles-ci n’avaient rien à leur offrir, et lorsque des Pauline Marois ont commencé à leur promettre qu’on remette l’indépendance sur la table, ils se sont rués sur elle et ont cautionné son discours de division et de rejet des immigrants! Même le zozo qui en ce moment veut briquer le poste du Bloc Québécois, avec ses lunettes caricaturales de docteur en zozomanie, n’a pas hésité à jouer sur ce registre pour déchaîner les foules et se retrouver comme par magie avec une bonne avance dans les sondages et convaincre donc les abstentionnistes des élections fédérales en général de voter cette fois pour lui!

    4 – Le système n’a pas plus besoin des abstentionnistes pour s’effondrer! Le système va au mur, et les abstentionnistes de tous poils n’y changeront rien, et ne sont aucunement responsables de l’impasse où il se précipite! Nous avons atteint les limites du système, et presque tout le monde le sait, les politiciens le savent plus que tout le monde, et ils font tout pour tirer des avantages de ce qui en reste… au détriment des intérêts des nations et des peuples, ils agitent les spectres xénophobes s’il le faut, ils détruisent des pans entiers de l’économie s’il le faut, ils se foutent des mises à pied et des mesures que prend le corporatisme à l’encontre des travailleurs, et ils les aident à accomplir ses desseins les plus fous! Alors qu’on vienne pas dire que les abstentionnistes y changeront quoi que ce soit!

    5 – Aujourd’hui l’abstentionnisme est aux élections ce que le lait d’ânesse est aux cosmétiques! Un produit de luxe pour faire du savon, des produits cosmétiques et un caprice tout aussi inutile que vain pour changer quoi que ce soit! Je suis navré de vous l’annoncer messieurs-dames, les abstentionnistes! et même si je continue de respecter votre choix de s’abstenir de voter… car la dure réalité est que ce choix ne concerne au final que votre seule personne, soigner vos bobos, et avoir l’effet placebo d’une révolution manquée sur votre moral!

    6 – Les partis politiques majeurs ont appris comment tirer profit de l’abstentionnisme! Vous pouvez contester ce fait autant que vous voulez mais la réalité est là pour vous contredire! L’abstentionnisme est en réalité utilisé et exploité par les partis politiques localement, chirurgicalement, par secteurs, par quartiers dans les villes, et par village et trous perdus dans les campagnes, pour remporter des votes faciles pour le peu de candidats y ayant une chance de remporter des élections régionales, communales ou provinciales et autres et lors des élections fédérales aussi! Le principe est simple: plus le secteur est petit, mieux on connaît ses taux d’abstention, les partis politiques y ayant pignon sur rue et du succès, et les candidats susceptibles de remporter et surtout surtout surtout, mieux on connaît les enjeux majeurs pour faire pencher la balance d’un côté ou d’un autre! Généralement, plus un secteur est petit plus ses problèmes majeurs sont mieux identifiés, et cerné, il suffit alors de permettre au candidat qui propose de s’attaquer à cet enjeux d’être élu, et de remercier le ciel que les abstentionnistes vont encore rester chez eux! Aussi simple que cynique que cela!

    6 – l’abstentionnisme permet aux opportunistes arrivistes de faire le pas en politique! On le voit et le constate depuis au moins trente ans! N’importe quel ptit cul mal torché, n’importe quel vendeur à la sauvette du marché aux puces ou de pneus, et n’importe quel bricoleur du dimanche sont ceux qui aujourd’hui briguent des postes politiques à partir du moment qu’ils obtiennent les signatures et l’appui de quelques dizaines ou centaines de copains, amis de la famille, clients, fournisseurs, caissières ou esthéticiennes, laveur d’auto et autres métiers à pourboire… et n’y voyez pas une insulte à ces professions, mais c’est juste pour donner une idée, sur la duplicité quelconque pour permettre à n’importe qui de devenir élu! Et c’est l’abstentionnisme qui le permet, car c’est celui des élites intellectuelles, ou de gens bien formés dégoûtés de la politique qui laissent la place ainsi vide aux n’importequoitistes et profiteurs d’accéder à la politique! Sans oublier que ce sont souvent les politiciens bien établis eux mêmes qui vont les chercher et leur demandent de briguer des postes d’élus pour renforcer leurs camps et travailler à faire fructifier leurs intérêts! Donc pas la peine d’essayer de me convaincre du contraire, je sais de quoi je parle là aussi!

    7 – l’abstentionnisme ne changera rien! Absolument rien de rien! Surtout pas aujourd’hui et dans l’état où est rendu la toile d’araignée politique et sa main mise sur toutes sortes d’intérêts politiques et économiques! Il faut réaliser aujourd’hui que les politiciens encadrent tous les aspects de votre vie, à partir de votre réveil le matin à l’heure ou vous allez vous coucher, tout est intérêts et avantages sonnant et trébuchant pour eux! Votre maison ou votre appartement de location, vos courses au supermarché du coin, votre voiture citron qu’on vous a vendu, vos habits jetables après quelques lavages, votre infirmière et médecin, et même votre poubelle et votre caca qui voyage en aller simple pour se retrouver partiellement dans le Saint-Laurent, en mer ou ailleurs! 🙂 tout est chasse gardée des politiciens, comme une mafia qui contrôlerait un secteur de A à Z, les politiciens sont enraciné dans la vie des citoyens qu’ils le veulent ou non, et comme jamais auparavant!

    8 – l’abstentionnisme est probablement souhaité! Aussi incroyable que cela puisse s’entendre! Pour de multiples raisons, dont la plus basique est que pour la première fois en deux décennies, je n’ai pas reçu mon bulletin d’identifiant de l’électeur! Et je dois m’inscrire le jour du vote sur place, alors si c’est votre cas aussi… pensez-y! Par contre, il y a un moment déjà que je suspecte le système d’encourager l’abstentionnisme, pour toutes sortes de raisons, dont la moindre est de pouvoir garder le contrôle sur l’issue des élections… réfléchissez-y et vous vous rendrez compte que l’idée est pas bête! Loin de là, elle fait même l’affaire du système et cela, sous plusieurs angles… l’abstentionnisme permettrait aujourd’hui de sauvegarder le système, aussi simple que cela! La multitude de votes et de partis n’augure rien de bon à l’ère de la dictature économique, et la main mise des corporations et des banques sur le système! Ne sous-estimez jamais cette donnée, car cette réflexion permet de faire le raisonnement à l’envers et mieux comprendre les intérêts autours des enjeux du moment! Et je ne développerais pas plus, à vous de voir et dénombrer les multiples avantages à une abstention massive du peuple!

    Alors pourquoi m’abstenir pour donner ma place à un parvenu profiteur?! Pourquoi céder ce dernier droit que je possède pour enjoliver un système déjà défaillant?! Pourquoi faire ce cadeau gratuit et donner ce privilège à un pouilleux pour qu’ils puisse mieux s’enrichir!? V’est pour cela que je l’ai répété à maintes reprises et je ne cesse de le répéter: VOTER AUJOURD’HUI EST UN ACTE DE RÉSISTANCE! Et vous pouvez même publier ce commentaire sous forme de billet dans Les 7 du Québec. Franchement, je ne me priverai pas d’exprimer mon opinion là-dessus! Et j’ai déjà exprimé la même opinion qu’Ysengrimus celle de devoir voter le plus à gauche possible juste pour emmerder ce beau monde, juste pour faire trembler leurs desseins, juste pour faire vaciller leurs certitudes et juste pour ne pas leur offrir mon votre blanc aussi comme cerise sur le gâteau!

    • Robert Bibeau said

      @ Sam

      Que de contorsions pour justifier votre enculturation participationniste à ces mascarades électorales bidons. Vous faites semblant de croire que le grand capital porte attention aux mascarades électorales… bourgeoises. ERREUR.

      1) La mascarade est truquée dès le départ. Ne sont conviés à participer que les partis bourgeois blancs-bonnets
      2) Ils ont tous le même programme électoral
      3) Le parlement où ils braieront n’a que le pouvoir de leur obéir à gauche ou à droite (exemple le pipeline Trans-mountain)
      4) Le grand capital aussi bien que leurs polichinelles politiques n’ont aucun = AUCUN = Contrôle sur la récession en préparation et elle sera mondiale

      Tout est optimisé en amont alors quand arrivera le lundi 21 octobre, il s’en christ-tu assez de votre vote – de votre abstention ou du vol de l’élection par la bande de gauche ou celle de droite des larbins politiciens.

      NON, ils ne frémissent pas un instant face à votre crayon de votation de go-gauche – anarchiste ou de droite fasciste. Et si par mégarde ils avaient donné le pouvoir à un mécréant assez fou pour nationaliser l’Anglo-americain mining filiale chilienne (Allende) – ils leur restera toujours le Coup d’État face auquel notre go-gauche pleurnichera contre ces anti-démocrates = foutaises que ces pleurnicheries. Ils n’ont appliqué que leur démocratie qui n’est pas l’objet de l’élection bidon.

      Toute cette racaille devra être renversée par la révolution sans aucune votation totalement anti-démocratique bourgeoise = d’ici là, bon vent avec votre abstentionnisme-participationnisme-électoralisme-démocratique de midinettes échaudée.

      Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

      • Sam said

        @ Robert

        Si le système croit m’avoir niqué, demain, j’irais en cinq minutes lui dire que je ne suis pas niquable ni que je dépose les armes pour autant en restant chez moi, ou en lui pavant la route devant son projet audacieux et cynique! Et c’est en votant que je le ferais… sans avoir à me justifier! Ni admettre que je cautionne quiconque dans ce processus, y compris le candidat pour qui je voterai… pas plus que j’allumerai ma télé d’ailleurs pour «suivre» les résultats… ou cautionner les médias de bas étage qui s’en frottent les mains, et les ploucs en costard et tailleurs qui en sont les porte paroles… n’allez donc pas croire que j’aurais des attentes, ou que je cultive de grands espoirs de ce cirque! Et je n’ai pas écrit mon commentaire pour convaincre quiconque, j’ai exprimé une conviction qui se résume au fait que voter se doit d’être un acte réfléchi aujourd’hui et en alternative à un abstentionnisme qui fait le jeu du système dans l’état actuel des choses… et après mûre réflexion qui dure depuis perpette! Et bien que les deux choix reviennent à cautionner ce système en quelques sortes et que ce soit là ou se situe notre différence que vous semblez totalement sous-estimer cher ami! Vous avez donc tout plein le droit de réduire mon geste à de «l’acculturation» si vous le pensez, je l’appelle en ce qui me concerne un acte de résistance qui est à des années lumière de l’acculturation… et je suis pleinement conscient que c’est dur à croire du côté abstentionniste!

        Amicalement!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s