Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Résistance n’est pas Terrorisme

Posted by Ysengrimus sur 29 juillet 2008

Occupation de Kaboul

On envahit ces gens, on les massacre, les occupe, les spolie, détruit durablement leurs vies, chez eux, dans leur pays, leur monde, leur espace social et familial…

Bon, assez c’est assez. Je trouve particulièrement inacceptable et foncièrement malhonnête qu’on traite de terroristes –la fichue insulte bateau de ce temps- les petites gens qui combattent l’occupation des armées occidentales dans leur propre pays. Ces résistants se battent dans leur univers de vie pour la préservation de leur existence humaine la plus profonde. Mao disait: “respectez l’hinterland”. Ce n’est pas ce qui se passe en Irak et en Afghanistan, l’hinterland y est foulé au pieds, avec un mépris et une brutalité inégalés. Conséquemment, la guerre y perdure et il est vraiment temps que nos soldoques et leurs suppôts se rendent compte qu’ils ne sont pas les hérauts/héros du Souverain Bien dans ces portions du monde, loin s’en faut… Les combattant(e)s qui résistent, avec les moyens du désespoir, aux occupations occidentales dans nos conflits de théâtres sont à terme les plus puissants guerriers de ce temps. C’est parce qu’ils ont la puissance du cœur et des entrailles et l’opposent sans transiger à notre quincaillerie bureaucratico-militaire ronronnante, inerte, insensible. Ces résistants sont ceux qui gagneront au bout du compte. Je respecte profondément ces hommes et ces femmes. Ils incarnent la faillite et l’absurdité pharaonique des ultimes guerres impérialistes. Cessons une bonne fois de jouer les Tartuffes sanglants. Mais enfin, on envahit ces gens, on les massacre, les occupe, les spolie, détruit durablement leurs vies, chez eux, dans leur espace social et familial. Ils ne se laissent pas faire, défendent leurs villes, leurs maisons, leurs enfants et nous jouons encore les grands moralistes bêlants par dessus le tas sanglant de leurs morts, que nous avons-nous même empilé au bouteur kaki dans leur segment congru de ce monde cruel. Nul. Inepte. Fou. Inacceptable.

Et il se trouvera encore des propagandistes locaux de bas calibre pour dire que ces résistants sont manipulés par la cause ceci et la cause cela. Oh, la sacro-sainte foire aux manipulations. Il est bien vrai que moi, on m’a manipulé à tuer, sans me salir les mains, 100,000 irakiens, dont les intimes de ces hommes et de ces femmes qui «nous» résistent aujourd’hui. Mon crime, le monde entier le sait, fut perpétré pour des raisons strictement et exclusivement militaro-industrielles, sous des prétextes défensifs ouvertement mensongers. Je trouve cela en effet fort effrayant, révoltant et manipulateur, ce qu’on me fait faire en permanence sans que je bouge de chez moi… Il faut en somme les tuer ou vouer notre mode de vie à la faillite. Tuez-les donc, pour le coup, je vote pour… Je suis un impérialiste ordinaire (qui s’ignore). Je suis compromis à fond dans la mort violente et atroce de ces hommes et de ces femmes, comme tout occidental se baladant ou se faisant livrer des biens dans des véhicules à carburant fossile. Ne pas décrire les faits comme cela, c’est tout simplement les occulter servilement… Il faut bien un jour ou l’autre être lucide sur la totalité de cette tragédie humaine contemporaine. Il n’y a aucun auto-dénigrement là dedans. La guerre d’Irak est une guerre de pétro-pillage, nous n’allons certainement pas nier une évidence aussi massive et frontale. Nous sommes donc tous responsables, en utilisant ce qui y est pillé, en vacances comme au boulot. Cela ne m’amuse pas plus que quiconque d’admettre cela… Notre insensibilité confortable dans notre portion du monde engendre conflits, violences et crimes dans l’autre portion. Le nier c’est mentir froidement. C’est cela aussi, la ci-devant mondialisation.

Sauf qu’un fait historique demeure, clair et net: la lutte de résistance est une des lois de la guerre (toutes les guerres, sans distinctions spécifiques). Si on n’en veut pas, bien, il faut rester chez soi. Dans les conditions iniques de ce temps, je seconde de tout cœur la résistance des peuples opprimés du monde. Leur idéologie, ronflante et limitative, ne m’est rien. Leur action modeste, abnégative, absolue dans l’idéal d’un monde meilleur, m’est tout. Quiconque veut l’interruption de ces résistances doit tout simplement rappeler la troupe, faire cesser les bruits de bottes de la soldatesque et respecter la diversité fondamentale de notre tout petit petit monde. Ceci n’est pas une question de conjoncture mais de principe.

On nous raconte aujourd’hui, barda de citations de pseudo experts de l’OTAN à l’appui, que les Afghans ont désormais un gouvernement élu dont l’occupant occidental assure une «supervision technique». Un peu facile, en effet, le coup de l’empilade de citations tirées du Dictionnaire Électronique des Idées Recues (au mot clef: Taliban). Sauf qu’il faudrait quand même expliquer pourquoi, si «l’Afghanistan est un état souverain, que ce pays dispose d’un gouvernement et d’un président élu», les États-Unis d’Amérique, son occupant de plain pieds en fait, malgré vos dénégations rampantes, ont dû faire alliance avec les brigands semi-factieux de la ci-devant Alliance du Nord pour se tenir en selle. Le baratin des faux experts de l’OTAN., n’ont qu’une seule fonction: confirmer et légitimer intellectuellement et mentalement les salades intoxidentales du journal du matin. C’est de la propagande pure. Ces « spécialistes », suppôts de la ci-devant OTAN ricaine, vous mentent ouvertement et vous, vous mordez et vous relayez docilement. C’est que l’Afghanistan est en train de battre un drôle de petit record absurde et sanglant. Celui d’être le seul pays de miséreux à avoir sorti de son territoire les deux superpuissances de la Guerre Froide de jadis. Il va falloir expliquer cela aussi un jour… en évitant préférablement les analyses ressassées par la cause externe et l’abstraction creuse et malhonnête des « terribles souffrances« … L’occupation occidentale ne débarasse pas cette société de ses éléments extrêmes de tous barils, elle légitime leur emprise, elle perpétue leur tiraillage, elle les érige en héros. C’est un ratage intégral.

On nous chante donc sur tous les tons que les Afghans n’ont pas élu ces «talibans» qui résistent. Sans me mettre à chipoter trop avant dans de tels postulats électoralistes et autres, je ne veux poser ici qu’une simple question, un peu perfide: de quelles sources (autre que celles de la sacro-sainte intoxidentale) tenons-nous que la résistance afghane actuelle est talibane? Croyant une fois de plus à sa propagande sans nuance sociopolitique, l’Occident étiquette aujourd’hui «taliban» tout ce qui lève une arme contre lui, dans les montagnes afghanes. La résistance afghane n’est pas talibane, elle est intégrale. L’instance profiteuse en sera sans doute éventuellement talibane, mais ça c’est autre chose. C’est la politique politicienne qui suit après le recroquevillement des questions fondamentales. Et la question fondamentale ici c’est ceci: une occupation étrangère sépare-t’elle l’hinterland de ses éléments belliqueux et fascisants? Réponse: non. Au contraire, elle les unit, les fusionne, les joint intimement, les amalgame et transforme l’hinterland en maquis de martyrs pour une cause qui ne mérite probablement pas cette solidarité nationale artificielle qui est le principal artéfact résistant de toute occupation. L’occupation fascise tout le monde, y compris ceux qui la combattent. Elle ne se gagne rien et sert la cause qu’elle croit contenir. Je ne comprends pas que la dure leçon de l’histoire ne porte pas encore, sur une question aussi documentée dans la violence et le sang. Résistance n’est pas terrorisme. Résistance est ce que deviendra l’hinterland métal dans la forge de l’envahisseur.

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Publicités

35 Réponses to “Résistance n’est pas Terrorisme”

  1. Lainey said

    Encore des mots, toujours des mots, les mêmes mots……
    Paroles, paroles, paroles
    Paroles, paroles, paroles

    Je n’ai jamais lu quelqu’un écrire si bien et en même temps
    écrire autant de balivernes

    Te souviens tu de ta page L’oubli?
    as tu oublié que tes (non terroristes) sont venus nous attaquer en Amérique?

  2. ysengrimus said

    Ça ira Lainey. Le 11 septembre on a compris aussi, allez. Ils ont fait péter les tours eux-mêmes pour légitimer les guerres de théâtres pétro-pillardes des décennies d’ensuite. Si vous aimez tant ma jolie plume d’oie, allez donc encore lire Avez-vous osé dire “conspiration”. Bien… oui, et alors…

  3. Don Rock said

    Une des composante les plus importante de la guerre – encore plus vrai au 21e siècle- c’est la guerre de l’information ou la propagande comme diraient certains.

    Or, nous recevons seulement l’information de l’occident à la sauce occidentale. Dur de rester objectif…

    En Irak et en Afghanistan, on peut parler de terrorisme seulement lorsque ces actes sont dirigés vers la population civile (Indigènes tout comme les auteurs de ces actes par surcroît). Dans ces cas, pour moi c’est du terroriste. Une action dont le but est de causer la terreur dans la société civile.

    Par contre, les bombes sur les Tank et autres attaques envers une armée d’occupation. Cela devient de la guérilla et il faut parler de résistants et de combattants. Et la je respecte.

    L’ironie dans tout ça (L’histoire a le don d’être ironique), c’est que les puissances occidentales ont dépensé des milliards de dollars pour créer des bombes puissantes. C’était la course à l’armement, qui aura la bombe la plus destructrice qui aura le plus grand impact destructeur et surtout médiatique, par ce que c’est la que ça se joue.

    Qui a gagné cette course? Quel est l’arme qui est le plus médiatisée de nos jours, le plus destructrice et le plus incompréhensible? Ça demeure l’attentat suicide! et ça certains groupes l’ont bien compris.

    On peut tous porter des jugements, la de notre petit lit douillet. Moi je me demande toujours: Quel genre de souffrance une personne doit vivre au quotidien pour qu’elle accepte de commettre un tel acte? Et attention, le lavage de cerveau et la théologie a quand même ses limites…

  4. Lainey said

    Paul Laurendeau…je ne savais pas…..
    J’ai cliqué sur ton site via le blogue de Lise Ravary
    J’ai lu quelques articles.
    J’ai été extrêmement impressionné par ton choix de mots et
    tes tournures de phrases.
    Paul Laurendeau… je ne savais pas….

    Je viens de lire ta petite réponse…….

    ( Ils ont fait péter les tours eux-mêmes pour légitimer les guerres de théâtres pétro-pillardes des décennies d’ensuite.)

    Avec horreur, je viens de comprendre…..
    Tu es dans la classe de Patrick Lagacé mais en pire… lui au moins je pense
    ne crois pas que le gouvernement a organisé un complot du genre le 11 septembre 2001.

    Je suis un peu triste……. écrire si bien et être autant dans les patates
    (expression du Québec…je pense)

    p.s. je ne pense pas me relire sur ton site ……. Tu vas me jeter à la poubelle.

    Encore une fois….excuse moi Paul Laurendeau, je ne savais pas.

  5. ysengrimus said

    Tu sais maintenant. Bonne lecture…

  6. Lainey said

    « Tu sais maintenant. Bonne lecture… »

    C’est ça le problème….. comme je vis très loin du Québec

    j’aime lire en français mais je déteste la fiction

    (une création de l’imaginaire) :-((

    p.s. tant pis…… il me reste encore Carl Bergeron :-))

    Bonne vie Monsieur Laurendeau!

  7. Don Rock said

    Merde!
    on peut pas discuter sans des attaques personelles et tout.

    Des balivernes! OK tout le monde à droit à son oppinion. Moi j’atends les arguments, c’est de ça qui m’interesse.

    Je rêve du Blog ou les gens vont venir donner leur opinion tout en nous disant POURQUOI.

  8. ysengrimus said

    Il viendra.

    Bravo pour ton premier commentaire, au fait. Dans le mille…

  9. romu said

    Lainey croit posséder un esprit critique alors que son propos pré-maché n’a rien d’original, une pensée basique comme on en voit partout! La question que je me pose, c’est: que faire avec ce genre de personne (c’est-à-dire la grosse partie de la population qui empêche toute véritable prise de conscience et donc un vrai changement)? Même si l’on prend la peine d’expliquer clairement une vision alternative, en s’appuyant sur des arguments solides, ils ont toujours cette barrière dans la tête qui les empêche de vraiment voir et accepter. On peut leur indiquer mille livres, journaux, sites internet, qu’ils n’en changeraient pas d’opinion. Mais les ignorer est un peu lâche, alors que faire?…

    J’essaye de croire que ça changera petit à petit pour qu’un jour on puisse enfin vraiment débattre avec tout le monde, au lieu de toujours avoir à craindre de se justifier encore et encore face à des êtres fermés quand on veut discuter d’autre chose que de la vie du président, des pseudos réformes ou des aléas de la vie sportives!

    Lainey, en deux phrases, tu as su montrer ton entière banalité!

    Ysengrimus, continue à nous faire partager tes réflexions, qui font forcément réfléchir même si pas tout le monde adhère totalement!

  10. ysengrimus said

    Merci, Romu. Votre encouragement me touche beaucoup.

  11. « Les terroristes, c’est les autres »

    Tous les Tchétchènes souhaitant l’indépendance = terroristes
    Les Tibétains souhaitant alléger le joug de Pékin = terroristes
    Les Palestiniens désirant un État = terroristes,
    etc.

    Ad nauseam.

    « Les terroristes, c’est les autres »

    Avec ces 6 mots sartriens, répétés à satiété, on fait peur à la masse et on justifie toutes nos actions, les plus noires, les plus viles…

  12. SooL said

    Bonjour,

    Je viens de lire ton petit article, et il me gêne. Bien sûr il a été écrit pour cela: montrer à tes lecteurs à quel point ils sont dans l’ignorance (feinte?) de leurs propres responsabilités … Mais en fait il ne me gêne pas pour cela. Il me dérange dans le fond de la pensée qui y est sous-jacente.

    1/ Résistance n’est pas terrorisme: j’en suis persuadé. Tout « résistant » n’est pas un terroriste, et tout « terroriste » n’est pas un résistant. Tous résistent en se servant des armes dont ils disposent ou sont disposés à utiliser (ce peut être la diplomatie, cf le Tibet / ce peut-être la roquette, cf la Palestine). Un terroriste se sert de la violence pour imposer quelque chose à d’autres. Un résistant se servira de la violence (s’il s’en sert) pour récupérer ce qu’on lui a pris. Donc rien de choquant dans ta lutte pour soutenir les peuples opprimés qui se battent pour reconquérir leurs terres, et qui le font avec les armes dont ils disposent, puisqu’on ne leur laisse pas le choix….

    2/ Je ne prétends aucunement être un spécialiste de la question Afghane, par contre je qualifierais cependant les Talibans de terroristes. Et oui! Quand ils prirent le pouvoir en Afghanistan ( vec l’appui de certaines « Agences » occidentales, inutile de le nier), ils le prirent par la force (pas au terme d’une éléction). C’est par la force et la terreur qu’ils s’y sont maintenus, imposant leur vision d’un état religieux rigoriste. Quelques dizaines de milliers d’extrémistes dirigeaient alors un état de plusieurs millions d’habitants selon des lois et des préceptes religieux qu’ils imposaient par la force. Malheur à celui qui voulait batifoler sans être marié, posséder un appareil photo, aller au cinéma. Malheur à celle qui parlait à un étranger, qui ne portait pas la burka. Malheur à ceux qui voulaient danser, jouer de la musique. Dommage pour les statues de Bouddhas vieilles de plus de 1500 ans, dynamitées au nom de la « vraie foi ». Aujourd’hui ils se battent non pas pour récupérer leurs terres ou la liberté qu’on leur a volé, mais pour retrouver leur pouvoir sur ce peuple, à son détriment. Pour de nouveau imposer leur modèle de société issu d’un « islam pur » à tout un pays que cela lui plaise ou non. Malheur aux minorités hindoues qui devaient arborées un signe distinctif un bout d’étoffe jaune sur leurs vêtements …. ça ne vous rappelle rien? Les Talibans qui se battent en Afghanistan ne sont pas un peuple opprimé qui tente de survivre, c’est un groupe d’oppresseurs déchus qui se débat pour retrouver sa main mise sur un peuple qu’il opprimait. Nuance.

    3/ Et voilà donc où ton article me dérange: une personne (ou un groupe) qui résiste est-il forcément autre chose qu’un terroriste? Aujourd’hui ce qui se passe en Afghanistan est la preuve du contraire: nous avons un groupe terroriste (i.e. qui a utilisé la terreur pour imposer à d’autre sa vision de la société qui résiste (i.e. qui se bat pour ne pas perdre ce qu’il conquis). Mais ce n’est pas ce que je nomme un résistant… j’appelle ça un terroriste.

    • abdelhafid said

      Bonjour sool,

      « retrouver le pouvoir sur ce peuple à son détriment ». Crois-tu que l’exemple des capitales occidentales et néanmoins démocrates (à moins que ce ne soit l’inverse) ne soit pas identique à celui de ceux qur tu qualifies de terroristes? Eh quoi, un processus éclectoral (soutenu par les armes) inouï, une grande leçon de démocratie au détriment des afghans:

      1400 candidats à l’élection présidentielle
      17 millions d’inscrits
      5 millions de suffrages exprimés et, au bout du compte, Karzai qui passe, après recomptage pour fraude, de près de 80% à 49 % des votes. Sacrée marge. 31 % de bulletins frauduleux sur 5 millions, ça fait un peu plus d’1,5 millions de suffrages truandés. Donc 3 millions exprimés sur 17 millions d’inscrits. Belle leçon de démocratie. Mieux, après la triche avouée, quelles pressions de Clinton à Solanar pour qu’Abdullah fasse pas de vague… et Karzai établi président. Heureuse démocratie….

    • axel said

      Salut sool.

      J’ai bien lu tes prétentions et tes arguments, mais je vois que tu confonds tout. Quand on dit résistants, mais pas terroriste, on parle du cas actuel, où les talibans combattent des forces étrangères qui occupent leurs pays et sèment la terreur (d’où le mot terroriste) dans la population afghane.

      Mon avis est que celui qui défend son pays, quel que soit le but ou la cause, est un résistant. et puis, si ske tu dis est vrai, que les talibans ont semé la terreur et on rendu la vie des afghans insupportable, pourquoi ce peuple « qui en a marre » ne s’est pas révolté contre ces combattants, et n’a pas soutenu le nouveau « sauveur », les USA représenté par la poupée Hamid Karzai?

      D’après ce que je vois, que les amis-requins (américains) font de leur mieux pour qu’ils puissent à tout prix gagner le soutien du peuple afghans, en promettant une vie « meilleure » et de gros progrès au niveau économique… c’est koi le résultat? une population qui s’accroche de plus en plus aux talibans, et des talibans qui, de jour en jour, gagnent davantage du terrain, non pas par les graves pertes qu’ils font subir aux occupants seulement, mais aussi à cause du SOUTIEN jamais vu du peuple afghans, même pas avant 2001.

      Tu peut être sûr que le « president poupée » Karzai n’a que quelques miliers de soutenants qui l’entourent et qui sont avec lui, dont les vendeurs d’héroine font partie. La production d’opium, qui pendant le régime talibanesque (du mot taliban), était presque nulle, maintenant est plus intense que jamais.

      Et puis, si le mode de vie américain est aussi génial, je pense pas c’est pas logique qu’il soit aussi refusé. Enfin, je veux tout simplement vous dire que les amis-requins n’arriveront jamais à contrôler ce pays, comme la plupart des grand empires d’ailleurs, car ils ne veulent pas le bien de ce peuple, mais plutôt pour des intérêts économiques purs, pour le bien de la minorité de la population mondiale, qui possèdent les majorité de fric dans le monde.

      Souvenez vous bien de ce que je dis, un jour viendra, où vous verrez les talibans de nouveau au pouvoir, car le mal finira par perdre. L’histoire se répète encore une fois, et un nouvel empire vas bientot être du passé.

  13. ysengrimus said

    SooL,

    Sans me mettre à chipoter dans vos postulats électoralistes et autres, je ne vous poserai qu’une simple question: de quelle source (autre que celles de la sacro-sainte intoxidentale) tenez-vous que la résistance afghane actuelle est talibane? Croyant une fois de plus à sa propagande sans nuance sociopolitique, l’Occident étiquette aujourd’hui «taliban» tout ce qui lève une arme contre lui, dans les montagnes afghanes. La résistance afghane n’est pas talibane, elle est intégrale. L’instance profiteuse en sera sans doute éventuellement talibane, mais ça c’est autre chose. C’est la politique politicienne qui suit après le recroquevillement des questions fondamentales.

    Et la question fondamentale ici c’est ceci: une occupation étrangère sépare-t’elle l’hinterland de ses éléments belliqueux et fascisants. Réponse: non. Au contraire, elle les unit, les fusionne, les joint intimement, les amalgame et transforme l’hinterland en maquis de martyrs pour une cause qui ne mérite probablement pas cette solidarité nationale artificielle qui est le principal artefact résistant de toute occupation. L’occupation fascise tout le monde, y compris ceux qui la combattent. Elle ne se gagne rien et sert la cause qu’elle croit contenir. Je ne comprends pas que la dure leçon de l’histoire ne porte pas encore, sur une question aussi documentée dans la violence et le sang.

  14. SooL said

    Je ne vais pas relever les propos désagréables qui tendent à insinuer que je joue de démagogie pour expliquer mon propos. Je ne vais pas non plus insister sur le fait qu’apparemment Ysengrimus est le seul à détenir la vérité, et que quiconque ose se permettre d’émettre une objection à son propos est forcément un lobotomisé victime de la propagande occidentale, dénué de raison, d’analyse et d’esprit critique. Je ne relèverai pas plus que de sources de référence tant réclamées à ses détracteurs, je n’en vois pas beaucoup dans les propos de l’auteur de cet article: je lui accorde le droit de mener une réflexion et d’en donner le résultat. Droit qu’il ne semble pas reconnaître aux autres.

    En ce qui concerne la soi-disant résistance Afghane, intégrale contre l’occupant (je rappelle quand même que l’Afghanistan est un état souverain, que ce pays dispose d’un gouvernement et d’un président élu … ce n’est pas une région annexée sous la tutelle d’une autre nation), bien, je citerai donc:

    – Chingiz Aitmatov, ambassadeur du Kirghizstan et écrivain, qui au printemps 2002 écrivait :

    Tout le monde reconnaît qu’il était nécessaire de mettre un terme au régime de terreur des talibans et, en règle générale, les gens comprennent le rôle que l’Occident et l’OTAN jouent dans le processus de lutte contre le terrorisme et d’établissement de la paix. Une grande majorité considère que la stabilité est nécessaire pour assurer une bonne qualité de vie et promouvoir la démocratie, les libertés individuelles et les droits de propriété.

    Je voudrais toutefois aborder le facteur religieux, soulevé par votre question. La religion peut être bénéfique à la vie en raison de son influence sur les questions spirituelles, la moralité et les traditions. Nous nous inquiétons cependant de toute situation où la religion s’engage dans la poursuite d’objectifs politiques ou du pouvoir. Elle cesse alors d’être religion pour devenir force réactionnaire.

    Je citerai ensuite:
    – Reto Stocker, chef de délégation du CICR à Kaboul.

    Prédire l’évolution de la «situation humanitaire» en Afghanistan n’a jamais été chose aisée. De nombreux changements s’opèrent dans le paysage actuel, notamment des actes d’insurrection plus nombreux et plus dispersés géographiquement, des pourparlers de négociations entre le gouvernement et l’opposition armée, ainsi qu’une insatisfaction croissante vis-à-vis de certaines forces internationales, en raison de l’augmentation du nombre de victimes civiles. Les parties prenantes risquent toujours d’aggraver la situation humanitaire en durcissant leurs positions de négociation, et le cycle des catastrophes naturelles pourrait hélas lui aussi redémarrer.

    Le peuple afghan a enduré de terribles souffrances et il faut que nous soyons prêts à l’aider, et ce, quelle que soit la tournure que prendra le conflit à court terme. Pour ce faire, les parties au conflit doivent bien comprendre et respecter le sens de notre mission humanitaire et nous garantir un accès afin que nous puissions faire notre travail. Nous gardons espoir tout en restant prudents.

    Je poursuis avec:
    – Gilles Dorronsoro, Politologue, spécialiste de l’Afghanistan et du monde turc, Docteur en sociologie politique (EHESS).

    Après l’échec des tentatives de déstabilisation des Talibans par le Pakistan, les Etats-Unis ont fait le choix par défaut d’un soutien à l’Alliance du Nord qui regroupait les opposants aux Taliban.

    La résistance tant vantée n’est donc pas si intégrale…

    (…) Par la répression, l’utilisation d’antagonismes locaux et de larges amnisties, les Taltbans étaient parvenus à défaire les groupes armés et à instaurer un monopole de la force, au moins dans les grandes villes et sur les axes principaux. Ces résultats ont été la source essentielle de la popularité des Talibans, initialement assez large, avant que leur interprétation de la chariat ne soulève des mécontentements à la fois dans les milieux urbains et dans les tribus, pour des raisons d’ailleurs très différentes. En effet, les milieux citadins éduqués rejettent les Taleban comme obscurantistes, réactionnaires (statut des femmes, opposition à l’éducation et à la culture, etc.), alors que les populations tribales se sont ponctuellement opposées aux Taleban quand ceux-ci ont pris des mesures qui les défavorisaient économiquement ou s’opposaient à l’ordre tribal.

    Il semble donc que le régime Taliban ne faisait vraiment pas l’unanimité… Alors de là à dire qu’il est massivement soutenu par le peuple Afghan, je doute sérieusement de la véracité de cette assertion.

    Et enfin :
    – Gérard Chaliand, Ecrivain, géostratège, spécialiste des « guerres irrégulières », il passe plusieurs mois par an en Afghanistan, notamment pour le Center for Conflict and Peace Studies (CAPS), un centre d’études qu’il a contribué à mettre en place, à Kaboul, avec des chercheurs afghans.

    Hors de Kaboul et de quelques grandes villes, ce sont les talibans qui contrôlent les pouvoirs locaux, et non les soldats étrangers, le plus souvent barricadés dans leurs fortins.
    (…)
    Tout n’est pas perdu puisque les talibans ne peuvent l’emporter militairement. Mais tout reste à faire politiquement, administrativement et économiquement. Au début, il fallait « nettoyer » le sanctuaire d’Al-Qaida qui est maintenant extrêmement affaibli et existe surtout sous forme d’instrument de propagande. A présent, nous y restons parce que nous y sommes…

    — En ce qui concerne l’occupation étrangère —

    La question fondamentale selon toi. Qui oserait prétendre et soutenir que l’occupation par la force d’un pays par un autre va résoudre les problèmes du pays occupé? Quelle absurdité. La force et la violence ne réussisse qu’à attiser la haine, la rancoeur et le rejet de l’autre. Est-ce une raison pour « abandonner » un peuple, une nation, aux mains d’un groupuscule armé qui tente de l’asservir par la force à des idées qui ne sont pas les siennes ? N’a-t-on pas légitimement le droit et le devoir de porter assistance à ceux qui le demandent? Parcequ’un groupe fanatisé refuse, les armes à la main, à ses ouailles la possibilité d’avoir plus de liberté, on doit fermer les yeux et tourner le dos?

    Un peu facile ce soi-disant principe qui te guide: faites ce que vous voulez des faibles, vous qui avez un peu de pouvoir et de force brute. Je ferme les yeux sur les exactions que vous commettez par peur que vous ne résistiez… plutôt que de m’opposer à vous.

  15. ysengrimus said

    Un peu facile, en effet, le coup de l’empilade de citations tirées du Dictionnaire Électronique des Idées Recues (au mot clef: Taliban). Sauf qu’il faudrait quand même expliquer pourquoi, si « l’Afghanistan est un état souverain, que ce pays dispose d’un gouvernement et d’un président élu », les États-Unis d’Amérique, son occupant de plain pieds en fait, malgré vos dénégations rampantes, ont dut faire alliance avec les brigands semi-factieux de la ci-devant Alliance du Nord pour se tenir en selle.

    Vos citations, SooL, n’ont qu’une seule fonction: confirmer et légitimer intellectuellement et mentalement les salades intoxidentales du journal du matin. C’est de la propagande pure. Ces « spécialistes », suppôts de la ci-devant OTAN ricaine, vous mentent ouvertement et vous, vous mordez et vous relayez docilement. C’est que l’Afghanistan est en train de battre un drôle de petit record absurde et sanglant. Celui d’être le seul pays de miséreux à avoir sorti de son territoire les deux superpuissances de la Guerre Froide de jadis.

    Il va falloir expliquer cela aussi un jour… en évitant préférablement les analyses ressassées par la cause externe et l’abstraction creuse et malhonnête des « terribles souffrances« … L’occupation occidentale ne débarasse pas cette société de ses éléments extrêmes de tous barils, elle légitime leur emprise, elle perpétue leur tiraillage, elle les érige en héros. C’est un ratage intégral.

  16. SooL said

    Il semblerait donc que quelque soit la façon dont on vous répond :
    – en exprimant son opinion avec nos idées ( cela ne convient pas puisqu’il n’y a aucune source pour les étayer )
    – en faisant l’effort de s’appuyer sur des sources qui ne me semblent pourtant pas issues de la Maison Blanche ( quelles qu’elles soient ce n’est qu’un empilage de propagandes ).

    Tout cela ne convient donc pas à l’esprit supérieur qui semble être le votre. Il est décevant de voir que la seule réponse que l’on obtient lorsque l’on met votre analyse en doute c’est que nous sommes des « rampants » juste bons à avaler des fadaises (puisque ce ne sont pas vos idées). Le tout enrobé par de lourdes phrases toutes aussi creuses et alambiquées que celles d’un politicien.

    Les citations et sources que j’ai soumises n’avaient que pour but de prendre les arguments de ceux que vous combattez pour vous permettre d’argumenter et de démontrer la véracité de vos propos. Il semble que vous en soyez incapable.

    En somme vous nous demandez de faire montre d’esprit critique pour tout ce qui provient des autres, mais de dire Amen à votre analyse sans oser émettre un doute ?

    Je vous laisse donc avec votre cour de docils acquiesceurs, désolé mais je n’en ferais pas partie, tout comme je ne fais pas partie de celle de « ceux d’en face ». J’ai trop tendance à penser que les choses sont bien plus complexes que le « oui c’est bien », « non c’est mal » que vous, comme les gens que vous dénoncez, ont tendance à tenter de me vendre. En ce sens je continuerai à me faire ma propre opinion en écoutant les uns et les autres et en confrontant leurs arguments avec mon ressenti.

  17. ysengrimus said

    Tant que vous voudrez. En attendant, les militaires français sur le terrain en Afghanistan parlent de plus en plus de « guerre révolutionnaire » pour ce qui concerne ce théâtre. Cela signifie simplement: conflit engageant la totalité de l’hinterland dans la résistance contre une invasion (vous vous doutez que l’utilisation du vilain désignatif «révolutionnaire» les afflige au plus haut point, mais il semblerait que les galonnés factieux d’Algérie aient «créé» cette formulation au grand dam de De Gaulle à l’époque). Ces gens n’ont pas nécéssairement lu Ysengrimus, mais pensent de plus en plus leur situation (et l’échec qui les attend… comme en Algérie justement) comme Ysengrimus. Les barbouzes françaises sont-elles elles aussi devenues des esprits alambiqués parlant en phrases creuses?

    Ce n’est pourtant pas un dilemme intellectuel pour ces praticiens de l’occupation. C’est un problème très concret…

  18. Houvaton said

    Salut Ysengrimus,

    Je viens d’être interdit de commentaires sur le site, à la ligne éditoriale néocons, Rue89 le prolongement de TF1 sur le net, en réponse à un des tiens sur l’article du jour « Afghanistan gnagnagnagna » … Si tu peux le préciser quelquepart merci.
    Bonne continuation.

  19. ysengrimus said

    Je crois en fait que nos bons quatre-vingt-neuvards ont eu un autre de leurs pépins techniques temporaires d’apprentis sorciers. Je suis certain que tu peux accéder à leur bazar maintenant…

  20. Houvaton said

    Effectivement !
    Ca a refonctionné ensuite puis à nouveau buggé. Ces néocons qui se la jouent « journal citoyen à trois voix » sont impardonnables: ils possèdent un des serveurs hébergeurs parmi les plus puissants au monde dénommé Typhon.

    Je ne sais pas ce que tu en penses mais pour moi Rue89 est un torrent de faux scoops, de sournoises propagandes atlantistes qui ne diffèrent en rien des medias officiels. Rue89 n’est pas construit pour mener de véritables enquêtes, comprendre et nous faire comprendre mais pour diffuser sur internet l’intox et les promenades habituelles.

    Je vois certains commentateurs, peu nombreux, essayer comme les truites ou les saumons de remonter ce torrent d’eau polluée par des journalistes formatés. Nombreux sont les barrages pour ne pas publier les véritables infos citoyennes comme dernièrement, sur Eco89, le silence sur l’enterrement de la EV1.

    Bonne continuation et merci pour ta réponse.

  21. Agathe Hourst said

    Nous sommes tous les extrémistes de quelqu’un d’autre. Il ne faut pas oublier cette subtilité, d’une telle importance pourtant dans les modélisations occidentales des grandes questions internationales.

    Qu’est ce qu’un terroriste?

    Au départ, je crois qu’il est légitime d’évaluer cette notion comme étant à sens unique, je veux dire qu’elle nous sert, nous, mais ne reflète pas la réalité intérieure des personnes réellement impliquées. Reste à savoir si elles nous intéressent, ces personnes. Par exemple, je ne crois pas qu’un homme se faisant violence, allant même jusqu’à se tuer, s’immoler au profit d’une idée, ne se considère elle même comme une nuisance; évidemment, non. Mais si sa lutte parfois destructrice au service de sa conviction nous apparait justement comme une aberration limitatrice de l’esprit, un lavage de cerveau, quoi, il faudrait commencer à admettre, de notre côté, qu’en terme de rinçage de cerveau, nous trouvons notre compte à bien petit coût. Une petite excursion d’une heure ou deux dans un centre d’achat ou dans l’univers capitalo-centrisme de la télé-cécité suffit amplement à nous faire admettre cette réalité de notre société « évoluée » que repoussent avec vigeur et légitimité les cultures divergentes. Si nous les regardons de l’extérieur et de haut avec cette vague impression qu’ils se font jouer naĩvement et stupidement par leurs élites, c’est peut-être que cette impression résonne comme une cymbale à l’intérieur de nous-même et que nous n’osons nous l’admettre. Il ne faut pas oublier que l’attitude occidentale, observée de l’extérieur, peut laisser une forte empreinte, une nette odeur d’aliénation. Voilà dans quelle attitude de l’esprit il faut étudier la question de ce que nous appellons le « terrorisme ».

    L’intervention guerrière d’un état capitalisme plantant sa lame dans l’univers intime d’une autre société-culture mérite une réflexion extrême, et le mot est faible. Une réelle compréhension des phénomènes sociétals implique le fait que l’histoire est une juge bien patiente. Le futur nous dira qui de nous tous fut le plus porteur, le messager le plus fort, l’espace vital même de cette aliénation. Imposer notre vision du monde, de la démocratie et du libéralisme devient en elle-même un jeu futile d’adolescentisme qui s’ignore. Un froid calcul des aspects positifs et négatifs de la réalité « autre » ne suffit pas pour nous poser en arbitre, en médiateur. Qui d’entre nous a déjà eu les pieds dans le sable brun de ces contrées lointaines, s’est déjà mis le nez dans la poussière mouvante de l’Afghanistan, par exemple? Nous ne devrions pas ignorer la couleur des poivrons en Irak ou la démarche des poules Palestiniennes avant d’y mettre le pied pour épiloguer sur les beautés et avantages de la société -ô moderne- occidentale.

    Je prône régulièrement la non-intervention. Tuer des gens pour leur faire comprendre que tuer n’est pas bien relève d’une profonde ignorance de soi et de la position necéssairement subjective de nos pensées.

  22. Fred said

    blablablabla…

    What the fuck man – isen’t it nice « oh que c’est romantique la résistance ».

    Sort de chez vous et de ton petit Québec et va voir ailleurs comment les gens struggle. Arrête de te regarder le nombril – comprend que bien des gens sont morts pour protéger ton droit d’écrire tes sottises – now tu es trop égoïste pour comprendre que le monde en Asie ont pas la liberté d’expression par laquelle tu peux écrire tes niaiseries.

    Maintenant que tu sais lire, apprend à penser.

  23. ysengrimus said

    Absolument rien de romantique là dedans. Ce n’est pas romantique, c’est immonde. La question est pourtant simple: depuis le temps que cela se passe comme cela et pas autrement dans des tas de conflits du genre, pourquoi les envahisseurs et les occupants ne finissent-ils pas simplement par comprendre et par laisser tomber leur approche lourde et inefficace qui ne fait qu’aggraver le conflit et légitimer les forces bellicistes qui s’en nourissent? On ne combat plus le taliban. On le perpétue. On le fabrique… et on tue des gens froidement, cyniquement, simplement pour téter encore plus de fric public…

  24. Fred said

    Quand les alliés ont occupé l’Allemagne en 1945, si quelqu’un se promenait avec un rifle, il était « shot on sight ». L’occupation au Japon en 1945- and on, c’était la même chose. Une botte d’acier et la loi martiale. C’était clair qui était le gagnant, alors. Maintenant, on essaie de « respecter » la population locale, et d’avoir une approche molle.

    • ysengrimus said

      Nostalgique de la botte d’acier et de la loi martiale du bon vieux temps de 1945, mon Fred? Je ne suis pas surpris. Tes lamentations sur les belles gué-guerres de jadis ne changeront pas grand chose de la conjoncture de celles-ci, par contre… Elle engloutissent des fortunes en argent public pour un résultat immensément inférieur, absurde, cruel, incohérent.

  25. FredF said

    Bandes d’abrutis… Qu’est ce que vous pouvez être cons en Amérique du Nord, c’est dingue. Que des visions caricaturales des conflits, c’est fou. Les seuls vrais barbares sur cette planète sont les américains qui massacrent à souhait depuis 60 ans dans toutes les régions du globe. Il est parfaitement normal et légitime qu’une grande partie des humains de cette planète détestent les USA. Le 11 septembre, c’est la revanche, à minima, de tous les opprimés. J’attends avec impatience la chute de cet empire barbare, on va bien rigoler.

    • ysengrimus said

      Il m’est passablement difficile de m’objecter totalement à cette observation critique en forme de cri du coeur…

  26. Christian Buffard said

    Bref, très joli article. Cela me rappelle le Liban, à l’époque ce pays récoltait de la droque et cela continue en Afghanistan, producteur de drogue au monde, sous pretexte de religion comme au liban! Les religions mettent la zizanie comme en Israel-Palestine.

    Salutations

  27. hugo said

    Vous me faites peur! Ou plutôt vos réactions m’effraient! Vous parlez de tout cela comme si l’on avait affaire à des mathématiques! Le monde est bien plus compliqué que cela, heureusement que vous ne déballer vos idées que sur des blogs! Vous avez tous des idées d’extrémistes qui voudraient en obtenant le pouvoir devenir des terroristes! Que ce soit les pro-américains ou les anti! Vos commentaires non mesurés montrent que vous seriez de dangereuses personnes et que vous l’êtes déjà!

    Par exemple, les tours jumelles ont été détruites par des arabes et non des afghans! Les talibans sont en grande majorité pakistanais et proviennent d’une région à cheval entre le Pakistan et l’AFGHANISTAN! C’est l’incapacité des dirigeants afghans qui a permis à une nouvelle idéologie de voir la vie dans ce pays qui ne possédait plus aucune organisation sociale! La plupart des afghans sont des victimes! Beaucoup d’afghans sont également pour que les USA réussisent leur mission car il existe beaucoup d’afghans instruits et certains bien mieux qu’une grande majorité de français! Les opprimés ne sont pas contre les USA mais tout d’abord contre certains groupuscules locaux qui sèment la terreur!
    Une partie de plus en plus importante de la révolte afghane est faite par des individus afghans qui se sentent violés et qui n’ont rien à voir avec les talibans -preuve que la mission des alliés a échoué du fait d’une incompréhension totale de la situation socio-politique du pays! La mort de Massoud y est pour beaucoup ainsi que les liens étroits entre le Pakistan et les Etats-Unis! Enfin, côté américain, il existe beaucoup de divers points de vue! Or certaines personnes ici réduisent ce peuple à leurs dirigeants! Si l’on faisait de même pour tous les pays, on aurait honte en tant que français!

    Les personnes acceptant la théorie du complot comme explication aux chutes des deux tours sont également des extrémistes!! N’oubliez pas que les personnes ayant soutenu cette théorie sont majoritairement des néo-nazis antisémites! Donc voilà où vous en êtes arrivés! C’est en effet une guerre de l’information!! Mais nous avons la chance dans un pays tel que la France de pouvoir nous informer de façons multiples et variées! Profitez en car ce cadeau de la société n’est jamais définitivement acquis!

    Enfin, il y a tellement de choses à vous expliquer! Commencez par vous connaître vous même!

  28. Conspi said

    Quand on y réfléchit c’est tout le système qui est pourri.

    L’Occident veut plus de pétrole pour faire rouler ses grosses voitures. L’Occident n’a pas de pétrole chez lui alors il fait sauter deux petites tours à la maison, traumatise le monde, remet de l’ordre dans ses lois, accuse l’Orient et va-t-en guerre. Et hop, un oléoduc, des réserves de pétrole et le contrôle de la production de drogue. L’Orient se déstabilise, se rebelle pour certains et s’exode pour d’autres. Alors à Sangatte on se retrouve avec des tas d’Afghans et d’Irakiens qui rêvent juste d’une vie meilleure en Occident. Mais l’Occident ne les veut pas, ça fait trop, alors on leur paie un billet retour dans la misère et la guerre. Pendant ce temps en Orient, l’Occident tente toujours de mettre en place son modèle capitaliste sans succès. Mais les méchants vont être battus, ce sont les talibans, qui ont terrorisés le monde (faites-moi voir Oussama… brrr! j’ai peur, plus de soldats en Irak pour tuer les arabes). L’Occident ne comprends pas que la bétise à la télé, la bourse, le porno ne font pas un monde.

    Moi je me demande juste à qui profite le crime, car au final ces guerres ne satisfont que ceux qui la font et aucune population civile. Qui tire les ficelles pour asservir autant l’Humanité qu’on soit d’Orient ou d’Occident? Mais nous connaitront jamais les vrais membres de ce gouvernement mondial fantôme. Heureusement l’Homme a un don de résistance qui bien qu’éteint en Occident brille encore en Orient.

  29. Toute personne résistant à la destruction de son existence, de son biotope, de son « sociotope », par une force étrangère, est étiquetée « terroriste », c’est clair et net.

    Nous savons tous par ailleurs que la souillure des mots profite toujours au souilleur, et nuit durablement aux gens qui utilisaient ces mots : qui aujourd’hui voudrait être populiste, ou démagogue ? Qui voudrait être chauviniste ? Savez-vous vraiment qui était Chauvin, que Jaurès admire, et ce qu’il prônait ?

    Le vol des mots, ou leur perversion, sont des crimes contre l’humanité ; tout bêtement parce qu’ils autorisent des punitions de toutes envergures, dont bien des gens crèvent, et parce qu’ils dressent des barrières au milieu des prés.

    De crime, la calomnie en est un autre : te voici terroriste, sale animal, alors que tu n’as pas porté la mort au cœur du territoire ennemi, en y tuant de préférence des innocents ou presque : tu as juste tiré sur des militaires saouls qui étripaient ta sœur.

    Mieux vaut, en effet, que soient « terroristes » les résistants à l’occupation nazie en Europe, que les cadres qui décident des bombardements de Hambourg, de Londres ou de Dresde. Le « terroriste » porte sur lui un petit aspect artisanal et spontané qui s’accommode fort peu en effet des procédés industriels.

    Souillure et calomnies sont reconnaissables en ce qu’elles interdisent soudain l’accès à bien des pensées. Il revient aux braves gens de ne s’en plus laisser compter.

  30. Peephole said

    À partir du sédentarisme, les bases de l’économie sont liées au territoire et aux richesse qu’il contient. Au début par nécessitées, nourritures, plantes, arbres, etc, par la suite aux pouvoirs qu’ils rapportent via la capacité de subvenir aux besoins d’un nombre grandissant de ceux qui le composent, nécessitant plus de ressources et de territoires… et la roue tourne. Des ententes, des guerres, des lois, des unions pour assurer la survie et la sécurité du groupe et même de l’individu à l’intérieur du groupe… et la roue tourne.

    Cette jolie planète bleue, là où il y a de l’eau est rouge là où il y a du sol de par les milliards de litres de sangs versés au fil des siècles… Il ne peut en être autrement puisque la planète ne serait pas assez grandes pour contenir tous les descendants, des descendants, de ces disparus!

    Il en sera ainsi tant et aussi longtemps que l’Humanité se refusera à un consensus sur un nombre ‘X’ acceptable d’humains habitants la planète, à partager les territoires et ressources de façon équitable et à réguler le tout en fonction des naissances vs les décès.

    Par la suite, un toit pour tous, des serres pour les besoins de chacun, une voiture électrique avec carrosserie en aluminium et à chacun le loisirs de vivre sa vie dans le respect des autres et d’exprimer leur créativité. Et puis, une éducation basée sur le bien-être commun, la responsabilté individuelle et collective, la connaissance de soi, toutes autres matières…

  31. Robert Bibeau said

    Le problème n’est vraiment pas le «vol» des mots mais leur dénaturation. leur abus – leur mauvais usage – ainsi Jaurès chauvin aimait les chauvins et les portaient au pinacle – mais un chauvin demeure un étroit d’esprit même s’il jouit de l’appui du chauvin Jaurès. Ce que monsieur Laurendeau dénonce c’est l’usage à l’envers des mots en ce sens que le TERRORISTE est justement celui qui vire au terrorisme.

    La population américaine vit sous la terreur sur son sol national mais pas par la faute des talibans mais par la faute de sa police, son armée, ses services secrets, ses prisons, ses juges, ses shérifs et les millions de criminels qui trainent de ci de là et butent et torturent et rançonnent et vendent du crack et la prostitution et la mafia et la Cosa Nostra et les nouveaux criminels en cravate à la bourse légalisée qui partent avec les fonds de retraite etc… etc… etc…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s