Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Posts Tagged ‘réactionnaire’

L’ordre établi est facho-compatible

Posted by Ysengrimus sur 7 août 2019

L’ordre établi contemporain pseudo-moderne et éclairé est en fait hautement facho-compatible. Il génère les fascismes, les nostalgies du capitalisme de papa, les phalanges xénophobes, les groupes armés, les 3% et autres meutes grondantes et rampantes. C’est une hypocrisie intégrale de dirigeants centristes sans intégrité ni entrailles que de prendre des grands airs affligés quand ces phénomènes sociologiques brunâtres se manifestent et viennent faire leur petit tour dans les médias. Nos gouvernants hypocrites et véreux nous racontent que ces groupes qui se baladent dans la nature en portant des armes sont surveillés par la police et tout et tout. Le fait est que si ces colonnes armées s’appelaient Organisation Drapeau Rouge Anticapitaliste, leurs membres seraient déjà tous en taule pour port d’arme illégal et soi-disant encouragement au soi-disant terrorisme. Mais comme ce sont des fachos, on les laisse bien tranquilles, en se lamentant qu’ils ont droit à leur petite liberté d’expression suspecte et gna et gna et gnagnagna. C’est exactement comme les radios poubelles. Si les radios poubelles prônaient la révolution prolétarienne, elles seraient déjà fermées, claquemurées, cadenassées. Elles gueulent facho, miso, omniphobe et xéno. On les laisse faire. Notre petit ordre établi propret et fausset est totalement facho-compatible. Mais pourquoi donc? J’y vois deux grandes raisons.

REMPART DE CONFORMITÉ: Fondamentalement, l’ordre établi est de droite. Il sert le capital, l’autoritarisme entrepreuneurial, et est un agent veule et translucide des intérêts nationaux bourgeois. Les mouvements fachos font exactement la même chose. La facho-compatibilité de l’ordre établi est donc d’abord et avant tout une grande harmonie d’idées, une profonde histoire d’amour inavouée. Les mouvements et tendances fachos expriment les mêmes vues que l’ordre établi, simplement ils le font en plus nostalgique, en plus roide, en plus caricatural, en plus explicite, en plus sommaire, en plus grossier. Ce n’est pas une nouveauté. Ils disent tout haut ce que le tout de la société bourgeoise bon chic bon teint pense tout bas. Les fachos apparaissent donc, pour l’ordre établi, comme une sorte de haut-parleur tapageur, diffusant le son de sa vision du monde en grotesque, en distordu et en bruyant. Et ce faisant, on se donne le parfait REMPART DE CONFORMITÉ. En effet, si des groupes fachos se manifestent et que personne ne réagit trop, c’est bien que l’ordre établi arrive à imposer en sous-main le consensus de vision du monde qu’expriment les susdits fachos. Brandissant leur version plus vive du phénomène de conformité ambiante, les fachos donnent la tonalité d’un temps, surtout dans le silence ambiant. Des antifas se pointent soudain de l’autre bord de la rue? Qu’à cela ne tienne. On les bloque et on arrête leurs meneurs. Les lois bourgeoises sont aussi facho-compatibles que le reste de l’ordre bourgeois et, patatras… ce sont les antifas qui se retrouvent en position objective de désobéissance civile, en s’en prenant, sur un modus militant, à la merde brune légalistement couverte. La société bon chic bon teint, elle, ne bouge pas. C’est bien, encore une fois, qu’on arrive à perpétuer un consensus implicite, craintif ou indulgent, en faveur des valeurs brunes et réacs. Voyez l’ordre établi comme le bouteur, avec son moteur et son pilote. Et voyez les groupuscules fachos comme la pelle du bouteur. Adéquatement incurvée, la pelle du bouteur permet au pouvoir bourgeois d’avancer à contre-côte et de pousser dans l’autre sens tout ce qui est progressiste, sans que le consensus social bon chic bon teint ne soit compromis. Regardez la boue, la terre et la merde après la balade nivelante du bouteur. Elle est où? Elle est pas sur le bouteur, le moteur ou le pilote. Elle est simplement sur la pelle. Les fachos (pelle du bouteur bourgeois) se salissent eux-mêmes en servant involontairement leurs maîtres. Ils sont les troupiers utiles du REMPART DE CONFORMITÉ sociale des bourgeoisies qui les engendrent.

IDIOTS UTILES: Les fachos ne sont pas seulement des troupiers utiles. Ils sont aussi des IDIOTS UTILES. En effet, s’ils poussent le bouchon trop loin, sortent de leurs gongs et se mettent à s’agiter par trop, ils font automatiquement passer nos dirigeants institutionnels, qui sont des minus, des rétrogrades et des suppôts, pour de remarquables progressistes. La campagne présidentielle de 2017 en France fut la représentation criante, flamboyante et évidente de ce phénomène. Macron, qui est un laquais chronique du capital, passe pour un scintillant progressiste, compétent et éclairé, simplement parce qu’il se retrouve avec Madame LePen comme faire-valoir. Elle donne une image visuellement accrocheuse et tapageusement exploitable de positions exagérées, expressives, torgnoleuses, trublionnes et pisse-vinaigre. Elle devient la méchante de guignol à abattre, qui bonifie le crossouilleur en costard qui, lui, a le dessus, en bout de piste. Pas besoin d’épiloguer. Les fachos sont les IDIOTS UTILES de l’ordre établi. Ils lui permettent de nettement définir la position extrême, grossière, grotesque, caricaturale qui fait passer la condition de serviteur soumis du capital pour une vision éclairé, progressiste, modérée et viable. L’ordre établi sent bien que les vraies forces motrices de la société civile sont des forces de  progrès. Ces forces sont sourdes, sociétales, profondes, occultées aussi. Gestionnaire d’image en crise permanente, l’ordre établi, crypto-réactionnaire et trouillard, souhaite qu’on l’identifie, lui et personne d’autre, aux forces de progrès qu’il trahit ouvertement en sous-main. Il a donc besoin d’un solide croquemitaine social lui permettant de faire passer son centrisme de centre-droite (donc de droite) pour un centrisme de centre-gauche. Classique, ancienne, faisandée au possible, la mobilisation des fachos comme IDIOTS UTILES est une manière de jeu de contrastes. Tout se chipote en fausse demi-teinte, dans la perspective sempiternellement auto-engendrée de la politique du moins pire. C’est: de la doctrine du moins pire comme une des ritournelles de la politique contemporaine. On fera mieux demain, demain, après-demain. Pour l’instant, voyez, voyez… il faut encore et encore se démarquer du sinistre repoussoir facho.

.

En cherchant la martingale qui raviverait leur capitalisme patapon de barbons-barbouzes, les fachos sont assez souvent de bonne foi. Pire que la mauvaise foi: la bonne foi. Les fachos se font croire et font croire à leurs sectateurs ahuris qu’ils combattent le système (mondialiste, financiariste, ploutolâtre, etc). En réalité, ils en sont les apologues les plus virulents. D’abord le facho est pro-capitaliste. Il est pour l’entreprise, contre le déclin (y compris le déclin passant pas une phase financiariste) du capitalisme historique. Ensuite le facho est militariste. Nationaliste, il est candidement d’accord avec la guerre et les budgets militaires. Le facho défend l’autonomie des corps constitués. Autant dire que c’est un factieux potentiel permanent. Le facho est contre l’immigration. Il promeut la prédominance du blanc, de l’euro-aryen, du redneck. Il est contre les bonnes femmes, les métèques et les tafioles. L’ordre établi bien pensant adore tout ça. Il bave du désir de revoir ces valeurs d’autrefois revenir en grande. Aussi l’ordre établi aime bien que le thermomètre facho soit bien planté dans le fion de la société civile, pour tester en permanence où en est sa fièvre hargneuse. Une chose est limpide  (et là, tout le monde le reconnaît, même les fachos): l’ordre établi est hypocrite. Pour lui, la valorisation des groupes sociaux à base ethnoculturelle, c’est de la rectitude politique, donc, de la relation publique, sans plus. L’ordre établi ne veut pas vraiment d’un progrès social sociétal (avancées pour les femmes, les gays, les groupes ethniques, les instance victimaires de toutes farines) et encore moins d’un progrès social post-capitaliste radical (avancées vers un socialisme effectif, pouvoir démocratique direct et non feint du prolétariat). L’ordre établi ne veut d’absolument rien de tout ça. Pour lui, tout ça, quand ça s’impose malgré lui, c’est un fatras de concessions qu’on fait, la mort dans l’âme, parce que la société avance implacablement, progresse comme une force objective, et qu’on y peut fichtre rien. Ce que l’ordre établi veut (sans le dire) c’est ce que les fachos manifestent (en le disant). Mieux, l’apparition tendancielle, largement tolérée, des fachos EST le symptôme patent de ce que l’ordre établi recherche. L’ordre établi freine le progrès social tout simplement parce que le progrès social nous mène vers la fin du capitalisme et vers rien d’autre. L’ordre établi se sert du boulet facho au pied du monde, pour retarder l’échéance. La soumission de l’ordre établi à la classe bourgeoise, sa conformité factice et pro forma à toutes formes de progrès social est l’explication motrice du fait que l’ordre établi est, en fait, fondamentalement facho-compatible.

Et pourtant, jouer avec le fascisme, c’est jouer avec le feu (aussi au sens littéral du terme). Le dernier siècle et ses dizaines de millions de morts en témoignent mieux que quiconque. Bien philistin et bien ignare, l’ordre établi courtichet contemporain n’en a cure. Il faut voir là la netteté myope de ses choix. Tout ce qui, sociologiquement sert le capital en freinant les avancées (REMPART DE CONFORMITÉ) ou en donnant au capitalisme et à ses thuriféraires des allures de visionnaires modérés (IDIOTS UTILES) légitime le maintient vivoteur d’un bouillon de culture fasciste. L’ordre établi assume le risque. C’est comme pour une centrale nucléaire. Et après tout, si ça s’aggrave, on donnera la garde nationale et ce sera un autre bon coup de légitimation des uniformes verts par résorption fracassante des uniformes bruns. Les groupuscules et autres phalanges fachos sont tout bénèf pour notre ordre établi veule de serviteurs des pouvoirs bourgeois. C’est bien pour ça que l’engeance fasciste n’est pas près de nous décoller des basques. Tant que ses conditions objectives d’engendrement ne seront pas analysées et déracinées, elle persistera. Or, le capitalisme étant ce qu’il est surtout en ces temps de dérive usuraire, l’extrême-droite, c’est la droite qui l’engendre. Point final. Nier ça, c’est tourner le dos à la compréhension la plus élémentaire des rapports de classes dans les sociétés tertiarisées contemporaines. Profitons aussi de l’occasion présente pour dénoncer cette mensongère symétrie des extrêmes qui fait que l’ordre établi faux-centriste met l’extrême gauche (anticapitaliste) et les fachos (procapitalistes) dans le même sac et secoue le tout, en pleurnichant. Il s’agit de bien salir les rouges par les bruns et de produire le genre de merdasse idéologique indiscernable que nos médias conventionnels de baratineurs serviles relaient ensuite docilement, sans conscience, sans analyse et sans vergogne.

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, France, Lutte des classes, Monde, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 13 Comments »

Qu’est-ce qu’un réactionnaire? Qu’est-ce qu’un néo-réactionnaire?

Posted by Ysengrimus sur 15 juillet 2012

Aucune critique du progrès n’est légitime, à moins qu’elle ne signale le moment réactionnaire de ce dernier dans la sujétion générale, excluant ainsi inexorablement tout abus au service du statu quo. Le retour positif de ce qui est tombé en décadence, se révèle complice des tendances destructives de notre époque plus radicalement encore que ce que l’on avait stigmatisé comme destructif. L’ordre qui se proclame lui-même n’est rien d’autre que le masque du chaos.

Théodore Adorno, Philosophie de la nouvelle musique, Gallimard, collection TEL, 1962, pp -8-9.

.
.

Un réactionnaire c’est un type particulier de conservateur qui saute, qui jump, qui réagit (réac…), habituellement violemment, à toutes formes de progrès social ou ethnoculturel, explicite ou implicite, en freinant des quatre fers, en sursautant et en gueulant. C’est un conservateur compulsif, épidermique et convulsionnaire. C’est un doctrinaire spontané et soupe-au-lait de droite. Inutile d’ajouter que, dans sa perpétuelle auto-sanctification, la politique américaine, pour cultiver l’exemple-navire, est déterminée par le rapport de force entre deux grands partis. Le Parti Démagogue et le Parti Réactionnaire… Leur conjoncture bicamérale (une chambre démago, une chambre réac, ou l’inverse) autant que le tout de leur vie publique, sempiternellement caramélisée dans les tartufferies de moralité bigote en mondovision, le montrent d’ailleurs superbement, si encore nécessaire. Mais l’attitude réactionnaire, son mode de vie, sa weltanschauung, va beaucoup plus loin que les ballotements prévisibles de la politique politicienne. C’est moins un camp politique localisé qu’un état d’esprit général, fondamental, qui est en cause ici. Une foule imposante fait claquer les carrés et les rectangles rouges dans les rues de Montréal (ou d’ailleurs). Vous dites “j’adore” quand vous détestez viscéralement et, en fait, vous marginalisez (”Ça me ramène à l’époque de mes cheveux longs…”) pour masquer votre terreur sourde de voir les idées marxistes, socialistes, communistes, anarchistes, anticapitalistes, internationalistes, anti-conservatrices, continuer d’avoir cours, revenir, en fait, resurgir… subvertir. Vous exemplifiez ainsi parfaitement le comportement sautillant, méprisant, popcornesque et hystéro d’un réactionnaire… Vous faites le petit approbateur/réprobateur faux-cul-j’ai-tout-vu pour, en fait, vous poser en arbitre de la lutte des classes contemporaine (dont vous remettez pesamment en doute la pertinence, théorique ou pratique) et, ainsi, chercher à insécuriser l’objecteur et le bâillonner, du haut de votre expérience trahie, de votre maturité détournée. Autre symptôme réactionnaire ancien, typique, suranné, patent: vous souillez l’idéal au nom de votre vide pragmaticien. L’idéal: pas de ça chez nous.

Ce dessin de FAUJOUR n’est PAS une caricature mais une superbe description concrète de ce que signifie réactionnaire. Bloquer et retarder un développement inévitable par tous les moyens, même si ce blocage est destructeur pour l’ensemble de la société civile et autodestructeur pour l’instance même (si ce manager-tavernier traite tous ses pairs sur ce ton, sa raideur idéologique va se mettre à nuire sérieusement aux affaires de la boutique). Ne plus baser son action sur l’analyse, mobile et ajustée, d’une situation mais sur l’émulsion irrationnelle et compulsive que provoque, en l’instance, par pure fixation, certaines idées ou certains faits. La réaction, la réaction pure, bien c’est ça. Les idées retardent, elles ne suivent plus les faits sociétaux, sociohistoriques, ethnoculturels (un réac pourra se mettre à aboyer en entendant du joual au théâtre, de la cacophonie au concert, en rencontrant des cheveux bleus, une caboche rasée d’un seul côté ou des petons portant deux chaussettes de couleurs différentes, ou en constatant un brin de batifole dans la vie publique). Et cela perdure, jusqu’au triste soubresaut ajustant qui, par choc, par fracture, fera que cet enfant réalisera son rêve, poussant cet adulte hargneux dans le passé foutu…  Un réactionnaire c’est aussi (surtout!) quelqu’un qui a des hoquets moraux rétrogrades face à ce qui se passe dans sa propre vie et sous son propre épiderme… L’enjeu est justement tout juste là: aptitude ou inaptitude à s’ajuster sur la surface du sociétal sans vraiment progresser. Freiner le grand glacier blanc qui avance en craquant, pourfendant inexorablement la croûte de la côte. Dans une telle situation, cela ne peut, éventuellement, que dériver ou déchirer. C’est le lancinant paradoxe existentiel conservateur. Ce pasteur, anti-homosexuel virulent, s’étant fait pincer dans les bras d’un autre homme, c’est lui le réac cardinal, rédhibitoire, contradictoire. Le réac est fondamentalement une subjectivité rétrograde emprisonnée, bien contre son gré, dans une objectivité progressante. La réalité objective de ce qu’il est s’impose à lui, intégralement, comme au reste de son époque, sans plus sans moins et ce, malgré les croyances les plus tenaces de sa subjectivité réac et contre elle. La poussée implacable du progrès est ce qui fait du réac un politicien ou un gestionnaire buté, déchiré, écartelé, donc incohérent et foutrement foutu. Ses bottines ne suivent pas ses babines, comme on dit dans le coin. Et, qui plus est, le réac progresse avec la société, veut veut pas. Soit il décolle, soit il déchire mais il avance, comme tout le reste. D’où la futilité de sa cause.

Et les néo-réactionnaires alors? Bien, ce sont les réacs 2.0. ni plus ni moins, les plus virulents et nuisibles de tous, parce que vifs, jeunes, flashy, pétants, clinquants… C’est que quand un progrès s’impose, il devient ordinaire. Et quand il devient ordinaire, il a toute l’apparence d’une situation établie, comme usuelle, comme institutionnalisée. Des femmes dirigent des entreprises, un noir préside les USA, les homosexuels se marient, le hidjab est toléré, la conscience citoyenne s’amplifie, les pouvoirs privés, factieux et asociaux, se disloquent, les services de santé sont libres et gratuits. Un jour, un jour ordinaire, pas un grand soir, tout le monde se met à solidement approuver ce que l’on rejetait si abruptement autrefois. Cela entre dans les mœurs. On passe à autre chose. Ce n’est même plus un enjeu. Indice de convergence des magnanimités subjectives? Non. Signe objectif de la généralisation avancée d’un consensus social sur une question devenue, tranquillement et sans trompette, un fait acquis, établi… Lorsque même les réacs d’antan se mettent à appuyer une cause progressiste, ses objecteurs n’ont plus grand glace sociétale pour patiner. La page est tournée… Sauf que, devant le véritable acquis progressiste, profond, installé, stabilisé, comme Adorno (qui analyse la venue de Stravinsky APRÈS celle de Schönberg) l’explique si bien dans mon petit exergue, il faut ensuite crucialement tenir compte du fait que certains progrès ultérieurs apparents sont en fait des reculades conscientes ou semi-conscientes. Eh oui, il faut rester alerte. Le nouveau n’est pas nécessairement le progressiste. La Parti Nazi était tout nouveau dans l’Allemagne (soi-disant) avachie de Weimar… Les causes néo-réacs s’agitent et se remuent comme si elles étaient des progrès. Et, hypocrites et clinquantes, elles se pubent, et elles se promeuvent comme du pétant, du rutilant, du flambant neuf. N’épiloguons pas. Le post-modernisme, le néo-libéralisme, le masculinisme (faux antonyme symétrique de féminisme), ça vous dit quelque chose? C’est de par ces causes là que, bruyants et visibles, certains arriérés sociologiques futés, qui comprennent parfaitement qu’il faut se mettre à la page pour paraître sensé, ont soudain comme l’air de mener la charge, de prendre l’initiative du débat, d’annoncer des «progrès» et des «nouveautés» qui ne sont que des régressions, insidieuses et nuisibles. L’oubli est le vivier idéal favorisant le faux-nouveau néo-réac de toc. Jean-Marie Le Pen commence par retirer son bandeau de pirate grotesque et est éventuellement remplacé par Marine Le Pen, si vous voyez l’image, tout en excusant son étroitesse politicienne. Ils sont particulièrement insidieux et nuisibles, ces néo-réactionnaires, faussement modernes, nouvelle-droite, articulés, forts en gueule, «lucides», voulant «réveiller» le peuple, plastronneurs, ratiocineurs, pseudo-novateurs, chantres du «c’est fini… et désormais…», flagorneurs-expertise et démagos-tendance. Mais, make no mistake, ils terminent une phase, en fait. Ils annoncent la fermeture de la grande taverne réac des choses, en appelant les ultimes tournées générales conclusives que sont ces faux-renouveaux-vraies-fins… Avez-vous dit: chant du cygne? Oh oui, l’étang est vaste mais c’est bien lui (le cri de ce grand oiseau flacottant qui ne gueule que quand il meurt) qui retentit, bruyant, tapageur, fondamentalement non-musical, creux. Sauf que bon, y en a plus que marre du néo-réactionnaire, héro passionnel, bien coiffé et cravaté, qui passe à la télé et traite toute redéfinition fondamentale de la société en chien crevé. Cessons donc une bonne fois de frimer l’analyse effective du mouvement des grandes phases. C’est le subversif, le vrai héro passionnel. Ces garçons subversifs, ces filles subversives, quand ils passent à la télé, quand elles passent à la télé, c’est bien encore pour s’y faire tirer des lacrymos dans la gueule par les constables de la réaction la plus ordinaire, encore elle, tiens, banale, perpétuée, onctueuse, implacable. Sauf que le jour du subversif et de la subversive viendra. Le jour du subversif et de la subversive est déjà là.

Montréal, 22 mars 2012

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Culture vernaculaire, France, Lutte des classes, Monde, Philosophie, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , | 4 Comments »