Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Posts Tagged ‘Parti Conservateur’

La période des questions et réponses orales à la Chambre des Communes du Canada (description empirique, factuelle et concrète)

Posted by Ysengrimus sur 1 juillet 2017

Bon, je fais virer ma moulinette et j’apporte mon effort de guerre dans la commémoration des 150 ans du Canada raplapla, colonial et bourgeois. À moi un sujet bien canadien: la période des questions et réponses orales à la Chambre des Communes du Canada, pourquoi pas? Il s’agit d’un petit spectacle télévisuel qui dure environ quarante-cinq minutes par jour ouvrable, au Parlement Canadien. Les députés de l’opposition et certains députés gouvernementaux posent alors des questions, principalement adressées au premier ministre ou aux membres de son cabinet. Ces questions sont posées en rafale, selon un ordre solidement pré-établi (quoique d’une logique difficile à décoder, dans son éclectisme) et selon les prérogatives implicites hiérarchisant les partis d’opposition entre eux. La première question est habituellement posée par le ou la chef(fe) du premier parti d’opposition, puis certains de ses sbires, puis le ou la chef(fe) du second parti d’opposition puis certains de ses sbires et ainsi de suite. Les dernières questions sont posées par des députés d’arrière-bans de tous les partis, même du parti gouvernemental (qui, ce faisant, se lance alors des balles molles à lui-même, se permettant ainsi de faire sa com dans le cadre des questions et réponses orales en chambre). Toutes les questions sont adressées aux gouvernementaux. Les partis d’opposition ne se font pas poser de question.

Je ne vais pas développer sur la dimension réglementaire ou historique de la procédure des questions et réponses orales mais plutôt sur la réalisation empirique, factuelle, concrète et effective de ces dernières, de nos jours. Notons d’abord que la Chambre des Communes du Canada (338 députés) est disposée selon le modèle du parlementarisme britannique (système de Westminster). C’est une salle rectangulaire symétrique où les banquettes des gouvernementaux (à notre gauche sur la photo) et les banquettes de l’opposition (à notre droite sur la photo) sont face à face. Le Président de la Chambre (Speaker of the House) est assis sur un trône, au fond du rectangle. Réminiscent de l’autorité monarchique, il alloue les tours de parole et rappelle la chambre à l’ordre quand il y a du chahut. Il est fringué avec une toge noire à collet blanc René Descartes mais il ne porte pas de perruque (on est quand même plus dans le temps des Pères de la Confédération).

Chaque parlementaire préalablement autorisé à poser une question est soumis à une stricte chronométrie. Après l’extinction de son court temps de parole, on lui coupe le micro, habituellement sans sommation. Comme tout ça, c’est un baratin pour les caméras, il ou elle la boucle vite une fois le micro coupé, vu que cela le ou la rend largement inaudible. Les parlementaires ne sont pas autorisé(e)s à s’interpeller directement ou à se mentionner nominativement par leur patronyme (ou par toute autre désignation que leurs titres parlementaires). Ils doivent impérativement s’adresser au Président de la Chambre. Cela les oblige à se tourner d’environ quarante-cinq degrés et à refouler la propension qu’ils auraient à se faire face, propension fortement renforcée par l’architecture même de la Chambre, qui place face à face les banquettes des deux ou trois grands partis adverses. Les invectives hors échanges autorisés sont dès lors fréquentes.

Trois catégories de personnages ressortent, lors de la période des questions et réponses orales. D’abord, évidemment, ce sont les ministres et le premier ministre qui sont mis en vedette. La majorité des questions leur sont adressées. Il est important de noter qu’un parlementaire de l’opposition, même s’il destine sa question explicitement au premier ministre ou à un ou une ministre spécifique, ne verra pas nécessairement la susdite question répondue par le parlementaire qu’il visait (visait indirectement, naturellement, vu que l’on ne s’adresse qu’au Président de la Chambre). En l’absence d’un ou d’une ministre, c’est son ou sa secrétaire parlementaire qui répond à la question. La chose devient alors presque intéressante parce que ces ministres en second que sont les secrétaires parlementaires connaissent souvent les dossiers mieux que leurs supérieurs. Ils sont aussi de beaux coursiers d’avenir à regarder cavaler. Un autre personnage qui devient crucial au moment de la période des questions et réponses orales, c’est le leader parlementaire. Le leader parlementaire (qu’il ne faut confondre ni avec le chef du parti ni avec le whip) est ni plus ni moins que celui qui pilote un groupe parlementaire lors de ses activités en chambre. Chaque parti a son leader parlementaire. C’est un membre expérimenté de la députation, qui surveille attentivement la procédure et qui peut de temps en temps dégainer des questions de privilège. Quand le leader parlementaire se lève pour répondre à n’importe quelle question de l’opposition, il est factuellement porteur du message implicite suivant: attention, l’ami(e), vous êtes en train de doucement glisser hors-sujet ou hors-protocole et êtes sur le point de vous le faire dire formellement. De plus, ce qu’on observe empiriquement, c’est que le leader parlementaire est souvent celui qui répond à une question qui tend à attaquer plus personnellement la ci-devant intégrité d’un ministre ou d’un député. Si un ministre ou un député est implicitement accusé de conflit d’intérêt, de combine ou de malversation, il ou elle répondra à la question principale sur ce problème, mais si jaillissent des questions complémentaires, c’est le leader parlementaire qui les attrapera, fonctionnant de facto comme l’avocat sur le tas de la personne tourmentée du moment. Rappelons aussi que tous ces personnages disposent ici d’une immunité parlementaire qui permet, par delà les fausses courbettes et effets creux de politesse, aux couteaux de voler parfois assez bas…

Pour goûter tout le suc de la période de questions et réponses orales à la Chambre des Communes canadienne, il faut être bilingue. Les parlementaires, anglophones comme francophones, s’expriment en passant, de façon habituellement assez fluide, de l’anglais au français, au cours des débats en chambre. Chaque parlementaire a une petite oreillette lui permettant de bénéficier de la traduction simultanée dans la langue officielle de son choix. Fait intriguant et inusité, même les parlementaires parfaitement bilingues portent l’oreillette et on se demande s’il le font par choix d’une langue de traduction (procédé particulièrement malcommode pour un bilingue équilibré qui, en conditions naturelles, tend à préférer écouter ce qui se dit à vif plutôt qu’en traduction simultanée, notamment dans une oreillette) ou simplement par politesse pour décomplexer les parlementaires (surtout, dans ce cas-ci, anglophones) qui eux ont vraiment besoin de l’oreillette pour piger les subtilités de l’autre langue officielle. En tout cas, quelle que soit la motivation qui nous anime, on porte l’oreillette, c’est chic, ça fait ONU et tout et tout, qu’on en aie besoin ou pas. Une chose est certaine, par contre, c’est qu’au moment de prendre la parole, chaque parlementaire retire promptement son oreillette pour éviter d’entendre ses propres propos, soit redits par le traducteur, soit simultanément traduits dans l’autre langue officielle, ce qui lui cafouillerait passablement l’élocution. En matière linguistique, nos compatriotes anglophones sont parfois surprenants. Certains d’entre eux et elles, venant des falaises Atlantiques, des plaines albertaines, de la toundra nordique, ou des forêts de Colombie Britannique, parlent un français étonnamment juste. Sur certains de nos compatriotes de souche tamoul ou penjâbi: même commentaire. Je salue le mérite des uns et des autres au passage, reconnaissant leur louable effort car, pour eux, le français est une langue étrangère au sens strict et entier du terme. Tandis que pour les francophones, l’anglais est la langue de l’occupant et, veut veut pas, on l’a dans les oreilles constamment, ce qui facilite largement la corvée d’apprentissage.

Tendanciellement, une question posée dans une des langues officielles se verra répondue dans cette même langue officielle. Mais tous les cas de figure sont en fait possibles, attendu que le français et l’anglais ont au Canada un statut juridique identique. Certains députés monolingues anglophones s’expriment toujours en anglais. Certains députés francophones s’expriment toujours en français (même s’ils sont fatalement bilingues). En gros, la propension de tendance est au bilinguisme et les parlementaires canadiens sont rodés à cette portion de leur exercice de relation publique. Les chefs des partis d’opposition posent habituellement deux questions en ouverture, une en français et une en anglais, en ordre alterné, sans préséance particulière allouée à une langue ou à l’autre. Ces questions portent très ouvertement sur des contenus nettement distincts car on tend, lors de la période des questions et réponses orales, à éviter le procédé oratoire bien canadien consistant à redire une chose dans une langue officielle après l’avoir dit dans l’autre. De tels redoublements oratoires feraient doublet avec la traduction simultanée et le tout deviendrait un peu lourdingue. Ceci dit, les bilingues les plus virevoltants (qui sont fatalement avantagés dans toute cette gymnastique) profitent parfois d’une question complémentaire survenant dans l’autre langue pour ostensiblement redire, dans l’autre langue aussi, les propos répondant à la première question venue dans la première langue. Cela s’avère un procédé aussi élégant qu’inattaquable permettant insidieusement de ne pas trop en dire, de bien se redire et de ne rien dire de plus. L’alternance de code (code-switching) au sein d’une intervention spécifique unique est possible mais, dans les faits, rare. On comprend vite pourquoi. Si un parlementaire commente et questionne en partie en anglais et en partie en français, il brouille les cartes pour son répondant, vu que la propension à répondre dans la langue dans laquelle on a été interpellé se trouve alors complicaillée par l’alternance de code dans la question. Ce genre de cafouille potentielle n’est utile pour l’image de personne. Huit fois sur dix, quand une personne ne répond pas dans la langue de la question, c’est un anglophone qui ne parle pas français. Il est inutile de dire qu’il est parfaitement possible d’occuper des fonctions ministérielles au Canada en étant unilingue anglophone… alors qu’en étant unilingue francophone, bien là, non. L’un dans l’autre, on peut considérer que le tiers environ des questions et réponses orales se fait, à la Chambre des Communes du Canada, en français.

.

La nature des questions et des réponses est particulièrement intéressante. On peut diviser les questions posées en deux grandes catégories effectives, factuelles, empiriques (et officieuses): les questions ministérielles et les questions de députation. Exemple de question ministérielle: Quelle est l’ampleur du déficit que prévoit assumer le Ministre des Finances pour l’année en cours? Exemple de question de députation: Mon comté a été particulièrement frappé par les inondations printanières. Le gouvernement fédéral entend-il allouer des fonds supplémentaires à la lutte aux effets du dégel dans le moyen-nord? Si les questions de députation sont des moyens pour les parlementaires de se donner l’image de gens se souciant vachement de leurs commettants, le fait reste que ces questions sont habituellement minoritaires. Les questions ministérielles sont habituellement majoritaires. Les députés font des efforts subtils mais réels pour voir à faire ressortir la dimension générale des questions spécifiques qu’ils abordent ou affectent d’aborder. La période des questions et réponses orales donne en fait l’image d’un consensus tacite des parlementaires sur une intendance des débats concernant les orientations générales de la politique nationale et internationale du Canada. Les couleurs idéologiques transparaissent vite dans les questions posées. On voit nettement que les Conservateurs canadiens sont des lobbyistes pétroliers et des suppôts de la réaction sociétale la plus neuneu et prévisible imaginable et que les Libéraux canadiens sont des promoteurs de la bourgeoisie multipolaire (industrielle, manufacturière, technologique, commerciale, touristique) et des réformistes sociétaux ronron et bon teint (pluri-ethniques, pro-autochtones, roses, marihuanesques, etc). Chaque rôle et couleur de parti est bien nettement découpé. Les âmes simples ne risquent pas de s’y tromper. Les députés ne s’injurient pas ouvertement mais, sardoniques, ils ironisent souvent en planquant leur mépris et leur aigreur dans les replis intimes de la question même, perfidement, à l’anglaise. Ma question est simple: le Ministre des Finances consulte-t-il de temps en temps les spécialistes en comptabilité et en économie de son ministère avant de rédiger le budget qu’il propose aux canadiens? Inutile de dire que l’antagonisme des deux banquettes de la chambre est amplement théâtralisé. Le tout de l’exercice est largement hypocrite, d’un côté comme de l’autre. C’est une belle cascade pugiliste entre complices de classe, pour le bénéfice de la galerie de presse et des caméras, sans plus. C’est comme les lutteurs professionnels de mon enfance. Ils font force grimaces dans le cadre puis ils vont tous manger une pizza ensemble, après le tournoi.

Les figures ministérielles semblent massivement obéir à la règle implicite voulant qu’il faille remercier mécaniquement pour la question qu’on vous pose puis soigneusement… répondre à côté. Souvent, le parlementaire questionneur finit sa question par un lapidaire (répondez-moi par) oui ou (par) non? On peut alors être assuré qu’il n’obtiendra ni un oui ni un non mais un énoncé générique noyant souvent le poisson de la question initiale, habituellement, elle, plus spécifique. Même si les questions sont souvent incisives et susceptibles d’attiser la curiosité publique, les réponses, elles, sont habituellement opaques ou creuses. On trouve une réponse intelligente, informative, vive ou utile aux trente questions environ. Il ne faut pas visionner ou assister à cet exercice en espérant trouver réponse à des questions qu’on se poserait sur la politique canadienne ou sur quoi que ce soit d’autre… Les gouvernementaux sont habituellement chargés de laisser entendre que tout va bien, qu’on verra à consulter les canadiens en temps et lieu, que ces questions trouveront leurs réponses au moment approprié (lors du dépôt du budget, au cours des travaux de la commission parlementaire concernée, après le forum international ou le procès en cours, etc). Les questions suivent assez intimement l’actualité, mais aussi les rythmes saisonniers, très contrastés au Canada. Le spectacle a grosso modo une solide dimension journalistique. Cependant, en dépit de cette forte pulsion actualiste, un fait étonnant a lieu. C’est que, dans un laps de temps donné (disons, sur quelques mois), une période de questions et réponses orales et une autre peuvent singulièrement se ressembler, comme si elles suivaient la même grande courbe narrative, avec les mêmes mouches du coches questionneuses tapant sur les mêmes clous en lirant la même ritournelle et les mêmes tribuns répondeurs produisant les mêmes effets de manches faisant parades aux mêmes formulations de fixation du moment. Il y a aussi des questionneurs et des questionneuses spécialisé(e)s: le monsieur qui bougonne contre les palestiniens, la dame qui larmoie en faveur des autochtones, la prolo ou le paysan de service, l’apologue de la propriété privé ou des baisses d’impôts, le belliciste qui lire sur le courage de nos soldoques (mais qui ne demande jamais combien coûtent les missions militaires). On sent aussi rouler la bouffée venteuse des régionalismes: Atlantique, Québec, Ontario, Ouest, Côte Pacifique, Grand Nord. Tout le monde meugle un peu pour son terroir, coasse un peu pour son nid de corbeau. Pas trop non plus. On dit ses lignes, tout en cherchant à rester nuancé(e) et généralisable. La ritournelle globale des questions et des réponses fait jouer subtilement (ou pas) son sens de la redite, en redite, en redite… D’un océan, à l’autre, à l’autre… La Loi, c’est la Loi, c’est la Loi… Un Canadien, c’est un Canadien, c’est un Canadien… Il est clair et net qu’on se fait servir un canevas largement apprêté et recyclable. Aussi, quand on nous raconte, dans les documents réglementaires officiels, que les parlementaires ne connaissent pas les questions orales à l’avance, j’ai de gros doutes. Voyons donc. Tout se fait au tambour de charge. Pas d’hésitations, pas de flottements, pas de blancs, pas de consultations de notes. Certains ministériels (surtout les anglophones répondant en français approximatif) se lèvent ipso facto après la question et lisent leur réponse sur une feuille. On dirait parfois une lecture théâtrale dans un cours de langue de deuxième année de l’Université Lancastre. Il y a peu de répliques spontanées dans tout ce bazar, en fait, même si le spectacle reste, l’un dans l’autre, il faut l’admettre, plutôt enlevant. C’est placé. C’est évident.

En fait, si la période des questions et réponses orales sert à quelque chose, c’est à se donner une idée moins intellectuelle que mondaine de la personnalité oratoire des parlementaires du moment. On a là un fort savoureux présentoir pour s’amuser à essayer de deviner qui sera le prochain ministre de Ceci ou la prochaine cheffe du parti Cela, dans le cirque de demain. C’est la volière piaillante aux beaux oiseaux, pour tout dire. Le spectacle est passablement cocasse de fait, surtout qu’à la Chambre des Communes du Canada, quand même, ça brasse. Les députés chahutent, applaudissent tapageusement leurs collègues, et poussent des OOOOHHHH sonores en bavant des ronds de chapeaux et en roulant ostensiblement les mirettes, chaque fois qu’un fait potentiellement scandaleux ou juteux ou bizarre est mis en relief par un de leurs comparses, dans une question. On a ici, l’un dans l’autre, une ambiance de cabotinage particulièrement hirsute, tonique et pimpante. Pour sa part, l’Assemblée Nationale du Québec (125 députés) ayant renoncé, par règlement, à ces chahuts et à ces effets de cheerleading, elle a un peu, désormais, lors de sa période des questions et réponses orales, l’air d’un grand aquarium tout bleu, comparée à la Chambre des Communes du Canada, qui, elle, fait plutôt collectif de meneurs et de meneuses de claques sur pistes et pelouses et gradins verts vifs, le jour ensoleillé du grand tournoi de votre sport arrangé favori.

.
.

Le court métrage suivant nous présente (sans doublage) l’intégralité de la période des questions et réponses orales de la Chambre des Communes canadienne en date du 10 mars 2016 (le premier ministre du Canada était alors en visite officielle au États-Unis). On échantillonne ici à peu près tous les comportements que je signale dans ma description supra. Noter que ce foulard jaune consensuel que presque tout le monde porte (et make no mistake: cette chambre est fondamentalement consensuelle) est une promo pour la lutte contre les ci-devant maladies rares… [véridique et sans ironie]

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Publicités

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Commémoration, Lutte des classes, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 15 Comments »

À propos du «malaise hollandais» au Canada

Posted by Ysengrimus sur 15 avril 2014

raffinerie canadienne

Voici qu’on débat derechef sur la question du malaise hollandais du Canada. On dépose des rapports et, comme bien souvent désormais au Canada harpérien, on se lance dans un vaste souque à la corde idéologique (mâtiné de grands-petits intérêts véreux). Regardons l’affaire froidement, en évitant de partir dans toutes les directions et en nous en tenant à la clarté et à la concrétude des concepts économiques en cause ici.

Malaise hollandais. J’utilise la notion de malaise hollandais dans son sens strict (et à l’exclusion du barouettage qu’on a fait subir à ladite notion, notamment en l’appliquant à des secteurs économiques autres que les secteurs primaire et manufacturier). Par analogie avec une situation de ce genre survenue dans les Pays-Bas circa 1960 (sous l’effet d’un boom de l’industrie gazière), on entend par malaise hollandais (Dutch disease) une situation où le développement hypertrophié du secteur primaire du à un avantage géophysique fortuit (ruée vers l’or, boom pétrolier ou gazier, surexploitation minière) tend à compromettre le développement manufacturier d’un pays donné. Des pays comme le Nigeria sont des exemples extrêmes de malaise hollandais. L’industrie de l’extraction mono-oriente très brutalement l’intégralité de l’économie locale et fragilise gravement la diversité du tout de l’activité productive nationale. On notera aussi, au demeurant, que l’idée du malaise hollandais postule une solidité des frontières nationales en matière économique. Cela fait de cette idée une notion pas vraiment multinationale ou transnationale… et encore moins internationaliste.

Bien voir pourquoi le secteur primaire nuit au secteur manufacturier dans une situation de malaise hollandais. On fait souvent une lecture superficiellement boursicotarde du malaise hollandais en en trivialisant la description comme suit: le boom pétrolier ou minier fait gonfler la monnaie nationale et de ce fait nuit aux exportations de produits manufacturiers qui, payés, eux, en monnaies étrangères, deviennent plus chers principalement pour des raisons de change. Il y a un paradoxe insoluble dans cette analyse, trop éloignée de l’économie réelle. C’est tout simplement que le marché des produits non-finis ou semi-finis est lui aussi un marché d’exportation. La hausse de la monnaie nationale canadienne (par exemple) due à l’exportation de pétrole et de gaz devrait normalement nuire à toutes les exportations, y compris celles du pétrole et du gaz! Ce n’est pas le cas et, donc, ça n’a pas de sens de penser la chose strictement en ces termes. Ce qui fait augmenter la valeur d’une monnaie nationale sur le marché des changes c’est l’ensemble de la production nationale de biens exportables, tous secteurs confondus. Le Japon et la Chine ont (ou ont eu) des monnaies fortes sans que le secteur primaire n’occupe un segment de leur économie nationale aussi important qu’au Canada ou au Mexique (c’est surtout le cas du Japon). Il y a donc une déficience de principe dans cette analyse un peu viciée qui pose les secteurs de l’extraction et les secteurs de la manufacture comme étant en compétition frontale les uns contre les autres, pour un accès à une exportabilité qui serait limitée exclusivement (et comme magiquement) par la contrainte du change. L’idée de secteurs distincts en compétition les uns contre les autres au sein d’une enceinte nationale fixe est une fadaise bourgeoise. Le secteur pétrolier est en compétition avec le secteur pétrolier. Le secteur des usines de bagnoles est en compétition avec le secteur des usines de bagnoles. Cela: tous pays confondus. On peut exporter une usine de bagnoles. On peut l’installer au Japon ou en Argentine, si les conditions d’exploitation de la main d’œuvre restent favorables. On ne peut pas exporter un puit de pétrole au Japon. Les pays manufacturiers sont en situation de fluctuation industrielle constante car il y a du prolétariat extorquable et prenable en otage de la faim partout. Les pays pétroliers, gaziers, miniers sont des espaces obligatoirement fixes. La nuisance que peut représenter le secteur primaire sur le secteur manufacturier, en situation de malaise hollandais, est donc obligatoirement corrélée à la force ou faiblesse d’un secteur manufacturier national face aux autres secteurs manufacturiers nationaux. Les conditions de nuisance «hollandaise» sont bien plus matérielles que monétaires. Devant une Asie et un tiers-monde plus performants en matière industrielle, l’expertise, le talent, les ressources technologiques, l’encadrement subventionnaire font l’objet, au Canada, d’un transfert massif en direction de secteurs dont le caractère compétitif reste relativement stable, ceux du pillage d’un sous-sol national inamovible, pour alimenter cette usine mondiale qui, elle, l’emporte de fait dans la course à la production de produits finis.

Sur le Canada, deux thèses s’affrontent. Le centre-gauche parlementaire (le Nouveau Parti Démocratique) croit donc qu’il y a bel et bien malaise hollandais au Canada et que les secteurs pétroliers et miniers (principalement de l’ouest canadien, patrie de Stephen Harper, l’actuel premier ministre conservateur) nuisent aux secteurs industriels traditionnels, concentrés, eux, dans l’est canadien, notamment en Ontario et au Québec (ledit Québec étant la patrie du chef de l’opposition Thomas Mulcair et du gros de sa députation de centre-gauche). Pas achalés, comme on dit dans le coin, les réacs répondent que la très grande majorité des pays occidentaux voient leur secteur manufacturier se racotiller, y compris les pays peu lotis en matières premières (c’est l’argument de la tertiarisation historique des pays non-émergents, imparable) et que, qui plus est, la valeur élevée du dollar canadien correspond à une hausse du pouvoir d’achat pour tous produits, y compris pour les produits manufacturiers, la main d’œuvre manufacturière et la machinerie (argument fallacieux et démagogique, la hausse monétarisée du pouvoir d’achat ne s’appliquant effectivement qu’aux produits d’importation, justement ceux qui emmerdent le plus le secteur manufacturier national). Les pôles de la chicane sont ainsi posés. On fait donc de la politique politicienne autour du malaise hollandais au Canada en ce moment. Et l’erreur qu’on commet tous ensemble, ce faisant, c’est de restreindre notre vision au segment d’existence sur lequel le susdit malaise hollandais a un impact ou une apparence d’impact.

Remettre l’économie de services dans l’équation. Il ne faut pas voir le malaise hollandais plus gros qu’il n’est. Il faut bien le circonscrire dans le cadre où son action s’applique, et cela va varier énormément, fonction des situations nationales spécifiques. Il est d’abord important de noter que le malaise hollandais concerne, en fait, un segment bien restreint du secteur primaire. Personne n’ira parler d’un malaise hollandais en agriculture, par exemple (ou dans les pêcheries ou dans la pelleterie, ou dans la foresterie), et, de fait, l’agriculture est souvent la première victime des booms miniers ou pétroliers. Le secteur primaire se nuit donc partiellement à lui-même aussi dans le malaise hollandais. C’est la perte de diversité de la production (primaire inclusivement) qui est le facteur crucial ici, pas le fait de faire gonfler la devise. On le voit bien dans les pays pétroliers africains. Le malaise hollandais provoque un exode rural (avec toute sa dimension de destruction de cadres sociétaux archaïques) pour faire entrer la population nationale dans un segment biaisé, dangereux, fragile, et restreint de l’ère industrielle, celui des secteurs d’extraction miniers, pétroliers et gaziers. Le pays peut même devenir un gros importateur agricole et cela contribuera alors à faire baisser sa devise plutôt que de la faire monter (effet contraire de l’effet qu’on impute habituellement au malaise hollandais). Dans le cas d’économies comme celle du Canada, c’est le secteur des services, représentant environ 80% de l’activité économique d’un tel pays qu’il faut remettre dans l’équation. Principalement domestique, le secteur des services est une des causes majeures de la diminution du secteur manufacturier dans les économies occidentales. Les booms miniers, pétroliers et gaziers, en s’adossant au secteur des services, représentent une poussée (mono-orientée mais effective et, ne le nions pas, industrielle aussi) des secteurs reliés à l’exportation, non pas en compétition avec un secteur cherchant à exporter lui aussi (le secteur manufacturier) mais bel et bien en compensation d’un secteur lourdement domestique, le gigantesque secteur tertiaire. Le pétrole brut ou raffiné fait ce que les cliniques, les universités et les attractions touristiques ne font pas: il s’exporte.

Remettre la société civile dans l’équation. Entrer dans la logique de l’argumentation «hollandaise», c’est s’installer sur le terrain déjà bien balisé et argumentativement cerné du conservatisme canadien. Celui-ci vous toisera avec le regard un peu las et somnolent de Stephen Harper et vous répondra: ce n’est pas une question de secteur ceci ou de secteur cela, c’est une question de production. Le Canada est productif dans les secteurs encadrant les ressources naturelles dont, massivement, il dispose. Le secteur minier (surtout compliqué et tarabusté comme celui des sables bitumineux ou du forage en haute mer et dans le grand nord) est un secteur industriel comme un autre. C’est notre industrie à nous. Il faut l’exploiter au maximum… Fidèle à sa longue tradition réformiste-populiste, le parti de centre-gauche de Thomas Mulcair s’empêtre dans une argumentation à base de défense de la petite manufacture qui reste totalement sur le terrain bourgeois. Tant que ces petits partis non-prolétariens de pleurnicheurs populaires ne mettront pas leurs culottes à gauche, il se feront planter par ceux qui nient qu’il y ait le moindre malaise hollandais au Canada et/ou s’en tapent, le reconnaissent, mais y voient la particularité conjoncturelle d’un développement industriel bien de chez nous et voué (comme au Mexique, comme en Russie, comme dans le monde arabe) à jouer l’atout de l’extraction des produits de base dans le grand dispositif inchangé de la surproduction mondiale. Les arguments qui remettent la société civile dans l’équation n’ont, eux, rien de «hollandais». Le pétrole est une ressource foutue sur le long terme, durablement polluante, non renouvelable, et reposant sur le postulat sociétalement réactionnaire de la bagnole individuelle et de la strangulation méthodique des grandes infrastructures de transport en commun. Le secteur minier nourrit une kyrielle de segments industriels totalement commis dans la gabegie de la surproduction et du renforcement de vastes pans économiques parasitaires, improductifs et nuisibles (urbanisation galopante, machinisme consumériste, bureaucratie policière, secteur militaro-industriel). Il est patent, au regard le plus grossier, que la fausse manne pétrolière est en train de détruire le Nigeria, que la fausse manne diamantaire maintient l’Afrique du Sud sur les genoux. Pas de chansons mirifiques à se chanter: il en est autant du Canada, voué désormais à toutes les causes anti-sociales et anti-environnementales qu’embrasse épidermiquement le suppôt veule de l’industrie la plus sale et rétrograde imaginable que sera imparablement, objectivement, un gros producteur de matières non-finies, totalement dépendant de ses vrais maîtres compradore. Pas étonnant que ce soit des conservateurs étroits qui mènent la barquette unifoliée dans les brumes délétères de cette nouvelle mythologie eldoradante.

Qui ment à qui au Canada? Les conservateurs mentent en présentant une industrie mono-orientée dans un secteur d’extraction toxique, nuisible, servile, et foutu à terme comme le pactole canadien. Les néo-démocrates, réformateurs et adaptateurs, mentent en se faisant les défenseurs intra-muros («nationalistes» diraient certains – j’évite le mot ici à cause de son sens spécifique au Canada et au Québec) d’un secteur manufacturier dont ils ne contrôleront la crise chronique que le jour où ils contrôleront l’intégralité de la planification de l’intendance industrielle mondiale (pas demain la veille). C’est pas le primat d’un secteur économique sur un autre qui nous étouffe, c’est le primat de la surproduction et de l’enrichissement privé sur l’organisation rationnelle du patrimoine industriel collectif. Ce n’est pas le malaise hollandais qui nous emmerde, c’est le malaise capitaliste.

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Lutte des classes, Monde, Québec, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 11 Comments »