Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Posts Tagged ‘finance’

Trois fractures dans les postulats de nos classes dominantes

Posted by Ysengrimus sur 15 mai 2014

top-executive-chaises-vides

Tout va mal. L’économie va mal. Rentrez la tête dans les épaules. Tout va mal. Soyez certains que quand la bourgeoisie vous serine ce message, via ses appareils idéologiques médiatiques et autres, c’est que tout va mal pour elle et qu’elle voudrait bien pouvoir continuer de chevaucher l’âne mort et bien mort du consensus de classes. Ledit consensus de classes, c’est le gobage axiomatique et sans questionnement de ce dogme lancinant de nos strates dominantes quand elles n’en finissent plus de gauler et de pédaler afin que se perpétue sans critique la synonymie structurellement menteuse, de plus en plus fendillée et fallacieuse, entre Économie et Capitalisme. Or les postulats jadis tranquilles de nos susdites classes dominantes prennent en ce moment de fameux coups de semonce. Et cela ne doit pas faire illusion. N’allons pas confondre, comme d’aucun voudraient tant qu’on le fasse, le déclin d’un mode de production spécifique avec la grande capilotade cosmologique de l’intégralité de l’univers social. Sourdement, comme inconsciemment (mais de plus en plus ouvertement), la société civile résiste aux postulats étroits de nos classes dominantes actuelles. Par delà le détail fourmillant des conjonctures nationales et des scandales locaux, dans la poussière flatulente desquels on cherche constamment à noyer et à dissoudre notre attention militante, trois principes tendanciels s’imposent. Depuis la crise financière de 2008, trois fractures cruciales dans les postulats de nos classes dominantes se mettent en place, confusément, réformistement, mais l’un dans l’autre: sans ambivalence et finalement, quand on y regarde avec le bon œil, eh bien, en toute simplicité de tendance aussi. Observons les grandes lignes de la chose.

1-     L’IMPUNITÉ DES FORTUNES: POURCHASSÉE. Un des grands postulats bourgeois, c’est l’impunité des fortunes. L’accapareur privé considère que les immenses portions du bien collectif qu’il a détourné, à son avantage impudent, lui appartiennent. Les confettis qu’il retourne à la vie sociale sous forme d’impôts et de taxes lui apparaissent comme autant de manifestations de je ne sais quelle raideur dictatoriale de ses propres sous-offs. Le grand bourgeois juge, en conscience, qu’il n’a pas à prendre la moindre responsabilité sociale. Le monde est son jardin et c’est à la plèbe de payer pour les hostos, les infrastructures urbaines, le transport public et les écoles… de la plèbe. Aussi, le bourgeois préconise et valorise un espace national peu taxant. Ne le trouvant plus guère, il déménage, sans rendre de compte à quiconque, le siège social de son conglomérat aux Bahamas ou à Oman et considère que ces points de contacts plus conciliants avec cet impondérable qu’est le monde social lui reviennent de droit. La notion de paradis fiscal est une notion fondamentalement bourgeoise. De fait, la bourgeoisie conceptualise un paradis fiscal comme elle conceptualiserait un paradis tropical: un heureux phénomène météo duquel trois clics d’ordi vous permettent de bénéficier, sans complexe et sans arrière-pensée. Or le paradis fiscal subit, aux jours d’aujourd’hui, une attaque sans précédent dans l’Histoire des grands états. Sa disparition est désormais ouvertement envisagée. La Suisse est sur le point de perdre le secret bancaire. Le caractère à la fois opaque et sourdement consensuel de l’impunité des fortunes est remis en question avec une radicalité inégalée et ce, par delà les clivages politiciens de façade. Oh, cela prend encore la forme obscure et bourgeoise d’une systématisation de la fameuse rapacité du percepteur. Mais il n’y a pas à se mentir ici. L’offensive sur le secret des immenses fortunes «privées» du monde est frontale et irréversible. Une tendance au ré-équilibrage de la répartition des richesses, timidement, s’y esquisse. La propriété privée des douloureux résultats de la production collective est dans la mire.

2-     LE HAUT COPINAGE DE CLASSE: COMPROMIS. La guerre interne du capitalisme, déjà discutée, se poursuit, implacable. Elle se creuse tant et autant que la crise du capitalisme même se creuse. La plus grande entreprise de pillage aurifère au monde (une entreprise canadienne, pour l’anecdote) vient de sonner une fameuse de fin de récré, historique dans sa tonitruance. Son conseil d’administration entendait donner une prime d’embauche de douze millions de dollars au trèfle qu’il venait, en toute connivence, de se donner comme P.D.G. Il s’agissait simplement de faire avaliser la manœuvre de copinage pharaonique, toute classique au demeurant, par les actionnaires. Patatras! Ceux-ci ont dit non. Non seulement ils ont refusé cette prime d’entrée (whatever that is!) à ce personnage spécifique, un upper manager fallacieusement salvateur de plus, mais les susdits actionnaires ont exigé que les membres du conseil d’administration ayant voté cette prime démissionnent. Coup de tonnerre dans le monde de la finance. Les moutons actionnaires sont encore partants pour brouter l’herbe prolétarienne mais ils ne veulent plus se faire tondre par le berger, de plus en plus gourmand, de l’administration entrepreneuriale. Et désormais un haut cadre qui vote une prime à un tit-copain risque non seulement de se faire mettre ouvertement devant son absence de pouvoir effectif mais, qui plus est, il risque sa tête. Le haut copinage de classe, avatar ouvertement décadent et insensiblement cynique s’il en fut, est grippé, compromis. Oh, certes cela se fait encore au nom d’une meilleure répartition du foin entre investisseurs et corps administratifs du capitalisme (le gonflement gangréneux de ce dernier n’est pas un vain symptôme – il s’en faut de beaucoup) mais… il y a un peu de l’idée communarde des cadres révocables en tous temps et sans privilèges particuliers qui dort en germe, là dedans. Sans compter le discrédit sans équivoque de l’idée, très mentionnée par les temps qui courent, de collusion

3-     L’EXTORSION DE LA PLUS-VALUE: ÉBRANLÉE. Le moyeu central du capitalisme reste l’extorsion de la plus-value dont les traces empiriques les plus évidentes sont la recherche, assoiffée et sans vergogne, de masses de travailleurs moins demandants en matière de salaires et de charges. Le mirage faussaire du capitalisme équitable représente déjà une manière de manifestation, bien timide, bien bourgeoise, d’un net rejet de l’exploitation cynique et rétrograde de travailleurs (hommes, femmes, enfants) dont les ateliers leur tombe dessus au DanLaDèche, les écrabouillant et éclaboussant de leur sang les entreprises occidentales commises dans ces sweat-shops dantesques. Les susdites entreprises farfouillant la main dans le sac malodorant de ce type profondément discrédité d’exploitation se cachent, se planquent et, lorsqu’on leur lève la cagoule, elles arrosent le problème de compensations et ristournes diverses qui montrent bien que l’extorsion de la plus-value n’a plus le pignon sur rue qu’elle a eu. Puis, un petit jour ordinaire, comme ça, dans un petit pays occidental pas plus gros que ça (le Canada, pour l’anecdote), quarante-cinq employés de banque, en sursis d’être mis à pied, sont priés de former les quarante-cinq travailleurs temporaires du tiers-monde venus leur succéder à plus petit tarif. Gigantesque tollé national. Fracture qualitative. Paille qui casse le dos du chameau. Goutte d’eau, vase, etc… Il ne s’agit pas ici de postes «redondants» mais bien de quarante-cinq positions toujours actives sur lesquelles on entend simplement abaisser quarante-cinq fois le compteur d’extorsion. Devant la protestation sentie, profonde, généralisée (et, notons le au passage: bien plus exempte de cette petite xénophobie discréditante que la bourgeoisie ne l’aurait souhaité), la banque en question, qui risque de voir ses clients se débiner en bloc, s’empresse de rétropédaler. Même le gouvernement du petit pays en question, gouvernement pourtant bien bleu blême et réac jusqu’au trognon, est obligé de s’engager à ce que l’embauche de travailleurs temporaires originaires du tiers-monde ne se fasse pas à des tarifs plus parcimonieux que les tarifs avec lesquels on compense les exploités locaux. Bon, c’est pas encore la lutte des classes ouverte, mais il reste bien que la société civile qui ahane et aboie ne fait plus automatiquement consensus en faveur de l’exploiteur.

Alors, dites-moi un peu: que fait une grande bourgeoisie, déjà semi-ruinée par sa propre incompétence productive et financière, si un consensus social massif se met, de plus, en plus, comme implicitement, en trois fractures patentes des postulats anciens, à la priver à la fois de l’îlot fiscal ou planquer son ultime butin, du corps administratif pour alimenter ses indispensables connivences pécuniaires, et des mécanismes sociaux lui permettant d’extorquer la cruciale plus-value prolétarienne. Bien, hum… cette classe dominante aux abois, elle s’exclame sur l’agora et sur tous les tons: Tout va mal. L’économie va mal. Rentrez la tête dans les épaules. Tout va mal, en faisant d’amples mouvements de chef d’orchestre, espérant ainsi entraîner, encore un temps, la civilisation qu’elle parasite ouvertement dans le sillage stérile de son cul-de-sac directif, lui-même inexorablement étranglé par les tensions de l’Histoire. Les forces contraires —colossales— s’accumulent pourtant devant cette classe dirigeante, au bord du déclassement. Il ne manque plus à ces tendances, latentes, délétères, volatiles, de sentir craquer le spark révolutionnaire. Les conditions s’approchent. Comme disait Mao: une étincelle peut mettre le feu à toute une plaine.

Et vive le beau mois de Mai…

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Culture vernaculaire, France, Lutte des classes, Monde, Québec, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , | 12 Comments »

Les fondements économiques de la timidité contemporaine des juntes

Posted by Ysengrimus sur 11 septembre 2013

Junta-le-jeu

Il y a quarante ans pile-poil aujourd’hui, mourrait Salvador Allende (1908—1973), président du Chili (on parla de meurtre par les militaires à l’époque, aujourd’hui on parle de suicide. Mort violente, en tout cas). Il fut au pouvoir seulement trois ans (1970—1973) avec sa formation politique, la Coalition pour l’Unité Populaire dont le cœur palpitant était son parti d’origine, le Parti Socialiste Chilien. Allende fut renversé par une junte qui, elle, resta aux commandes de ce pays andin pendant dix-sept ans (1973—1990), sous la dictature du général Augusto Pinochet (1915—2006 — lui, par contre, il est mort de vieillesse). L’événement de ce putsch chilien eut un grand retentissement d’époque et pourtant il n’avait absolument rien d’un fait isolé. De fait, pour reprendre un mot qui a circulé sur des questions plus badines récemment, on peut dire que la mort violente d’Allende est survenue en plein pendant l’époque de l’Âge d’Or des Juntes. On peut situer ce dit âge d’or grosso modo entre 1960 et 1985, avec un pic significatif lors de l’administration Nixon (aux États-Unis — 1969-1974). Furent totalement ou partiellement gouvernés par des juntes militaires pendant ce petit quart de siècle, les pays suivants: Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Éthiopie, Grèce, Libéria, Nigeria, Pérou, Pologne, Portugal, Salvador, Thaïlande et Turquie. À cette liste, on peut joindre, en appendice, les pays ayant fait l’objet d’un coup d’état par une présidence «civile» pendant la même période sans que la soldatesque ne sorte trop ostensiblement (tout étant relatif) des casernes: Guinée équatoriale, Oman et Ouganda. Après cet Âge d’Or des Juntes de 1960-1985, les dépenses militaires continuent d’augmenter exponentiellement partout dans le monde et pourtant, les dictateurs militaires deviennent subitement timides, timorés, pusillanimes, épisodiques, tataouineux: Haïti (trois ans, 1991-1994), Mauritanie (deux ans 2008-2009) ou encore, ce qui est une autre facette du même phénomène, les militaires factieux s’installent à demeure dans des confettis d’empires: Burma (depuis 1988 — la junte est en fait tombée en 2011), Fiji (depuis 2006), Madagascar (depuis 2009) et République Centrafricaine (depuis 2013). Les coups d’états constitutionnels sans sortie ostensible de la soldatesque des casernes et sans gradé (explicite) de l’armée se hissant à la tête de l’état augmentent sensiblement en nombre, par contre, après l’Âge d’Or des Juntes (la date entre parenthèses est la date du coup d’état): Burkina Faso (1987), Gambie (1994), Ouganda derechef (1986), République du Congo (1997), Soudan (1989), Tchad (1990). On peut ajouter à cela le coup d’état constitutionnel de 2009 au Honduras, trouillard comme tout et vite avalisé par les instances légales, celui de 2012 en Guinée Bissau et, bien sûr, les tripotages compradore contemporains au Mali. De fait, tout se passe comme si les coups d’état anti-électoraux s’efforçaient désormais de prudemment éviter d’impliquer trop visiblement la troupe et les gradés. Le prestige de l’armée est un prestige à la papa, dépassé, toc, vieillot, inquiétant, dont touristes cyber-informés et boursicoteux mondiaux contemporains ne veulent plus guère, dans les principautés mondialisées. En 1973, une portion immense de l’Afrique et de l’Amérique Latine résonnait sous la botte de l’engeance brune. Aujourd’hui, tout se passe comme si cette dernière ne faisait plus vraiment de politique… Victoire de la démocratie? Tournant mirifique de la fin de la Guerre Froide? Trêve de simplisme.

Donc, au moment où on commence tout doucement à traiter JUNTA (notre photo) comme une pantalonnade pour jeu de société réminiscent du siècle dernier — genre guerres napoléoniennes avec des soldats de plombs, films de pègre, ou jeux vidéos de la prise du Pont de la Rivière Kwaï (et autres) — le ci-devant Conseil Suprême des Forces Armées d’Égypte s’est abruptement installé au pouvoir dans cette république présidentielle laïque (ayant élu récemment des islamo-conservateurs pour se débarrasser d’un président croupissant). Le putsch s’est fait, sans fierté et sans bravade, presque comme un acte bureaucratique et, surtout, en buvant jusqu’à la lie ce contexte général de timidité contemporaine des juntes. Il n’a pas fait que des heureux, même chez ses maîtres compradore, ce coup factieux là, pour le coup. Il ne la ramène pas. Il s’engage à retourner promptement devant le peuple. Il tue des manifestants mais sans jubilation fasciste réelle, plus par bavure que pour faire des exemples, et en dénombrant tristement les abattis. C’est une dictature militaire mijaurée, populiste, emberlificotée, emmerdée. Timidité contemporaine des juntes, le pays des Pyramides t’exemplifie maximalement. Mais arrêtons-nous aux fondements économiques de cette timidité, l’un dans l’autre historiquement nouvelle. Où donc est passé le matamore galonné, bravache et personnalisé, du temps de Pinochet et d’Idi Amin?

Comme le secteur hospitalier et le secteur de l’éducation, le secteur militaire est improductif. Fabriquer une machine agricole ou une chaîne de montage est un investissement à profit (au moins) supputé. Fonder une bibliothèque, fabriquer un scanner cervical ou un char d’assaut, ce sont des dépenses engageant une perte assurée dans la livraison d’un service ou d’un instrument qui sera consommé exclusivement dans sa valeur d’usage (la seule valide, au demeurant). Il n’y a pas de jugement moral dans cela. C’est un fait économique, sous le capitalisme. Le financement militaire, comme celui des hostos et des facs, est donc, conséquemment, principalement étatique. Notez bien que, dans le cas du financement des trois armes, je dis étatique, pas national, on verra pourquoi dans une seconde. La mythologie de la privatisation des services militaires (armement hyper-sophistiqué avec service après vente, milices sous contrats, compagnies de sécurité privées en zone de combat, etc…) ne doit pas faire croire que subitement le secteur militaro-industriel engendre de la valeur. Tout ce que le secteur militaro-industriel engendre fondamentalement c’est une perte financière pour la société civile. Et les emplois, privés ou public, qu’il crée, très éventuellement, sont une goutte d’eau dans l’océan scintillant de cette perte colossale. Le fait qu’un secteur soit profitable à certains ne veut en rien dire qu’il soit productif. Être profitable sans se soucier d’être productif, tel est d’ailleurs le credo de maint financiers et chefs d’entreprises contemporains, notamment du secteur militaro-industriel, qui changent les avoirs financiers de place (de vos coffres aux leurs, en gros) sans produire de valeur nouvelle. Le fait qu’il y ait de plus en plus d’entreprises privées associées au secteur de la défense, en notre ère de boursicote et de finances douteuses, ne représente pas une apparition de productivité mais bien, au contraire, un déplacement de la productivité traditionnelle des soldoques vers le plus intensif des secteurs improductifs et destructeurs de valeur (celle-ci incluant la destruction matérielle de personnes, d’objets et de moyens de production). Ce qu’on observe, c’est que l’armée est passée d’instrument de l’activité productive à instrument de l’improductivité parasitaire du capitalisme usuraire contemporain.

L’armée comme instrument de l’activité productive? Ça a existé, ça? Oui, ça a existé… et notamment justement pendant l’Âge d’Or des Juntes. Traditionnellement, l’armée est associée au sol, à l’avoir foncier. Elle protège le sol national, les provinces, les frontières au bénéfice (initialement) de la bourgeoisie nationale et c’est de là que provient la désignation abusive et fallacieuse de ce secteur socio-économique: la Défense. Aussi, l’armée s’empare du sol des autres et le tient, y encadre les avoirs physiques et les populations. Elle allait, traditionnellement toujours, jusqu’à tenir toute la société civile pour en tenir le sol. Si on revoit la listes des pays dirigés par des juntes pendant l’Âge d’Or des Juntes on n’y voit que des espaces post-coloniaux cacahouètiers, fruitiers, maraîchers, chocolatiers, bananiers ou encore (variation du sol: le sous-sol) miniers et pétroliers. Il fut un temps où une République de Bananes n’était pas un détaillant vestimentaire à la mode mais un régime compradore brutal et limpide où une junte locale tenait les cultivateurs en sujétion pour les garder dans la ligne du service direct de multinationales fruitières exploitant un territoire «national» pour sa fertilité et son climat. Financé par l’état compradore (c’est-à-dire l’état grand compagnon international, l’ami puissant extraterritorial, post-colonial ou néo-impérial), l’armée de nos petits états à juntes fait une chose absolument capitale durant l’Âge d’Or des Juntes. Elle prend durablement le ci-devant tournant extraterritorial. Elle ne sert plus vraiment à défendre le territoire national des envahisseurs mais à défendre l’envahisseur compradore de la subversion et/ou résistance nationale (qui, elle, fut souvent gauchisante dans ces dures années). Dans cette phase historique, l’armée, désormais à polarité inversée, téléologiquement retournée, était financée par l’état le plus puissant, et servait cet état le plus puissant contre la société civile de son entité nationale propre. J’ai pas besoin de vous faire un dessin. Le Président Allende voulait nationaliser le secteur minier chilien. Le Général Pinochet l’en empêcha, le laissant entre les mains des multinationales américaines. Cherchez ensuite celui qui est mort et cherchez celui qui a vécu.

Dans cette analyse structurelle, si vous me passez le mot, la cause du déclin de l’Âge d’Or des Juntes n’est pas un de ces événements diurnes et solaires, genre chute du mur de Berlin ou élection d’un président civil en Argentine et au Brésil. Ces événements sont consécutifs de faits plus profonds, plus déterminants, moins ponctuels aussi. Ce qui a entraîné le déclin du putschisme et des juntes, c’est la diversification des secteurs socio-économiques des pays concernés. Le développement de l’industrie lourde (secteur secondaire), des services et du tourisme (secteur tertiaire) a radicalement restreint la part en pourcentage du sol comme source de richesses extorquables, et, corrélativement, nos physiocrates de soldoques sont graduellement rentrés dans leurs casernes. Quand il fallait éviter de se faire voler, par des populations affamées, des wagons de marchandises brutes ou semi-finies le long des voies ferrées sud-nord, la hiérarchie militaire des petits états comptait. Maintenant, qu’il s’agit d’encadrer des cars de touristes et de stimuler des places financières, c’est plus délicat. On est passé de l’activité militaro-politique supportant directement la production foncière (sans subtilité politique et sans compétence administrative effective) à un conglomérat compliqué et nébuleux de problèmes d’image internationale. Vendre de la mer, de la couleur locale, du paradis fiscal et du soleil à des clientèles variables et évanescentes requiert une image de marque nationale plus polie, subtile et visuellement gentillette que vendre des bananes, du thé, des gueuses de fer, des wagons-citernes et du cacao à la clientèle fatalement captive des acheteurs internationaux de produis bruts.

Mais revenons à l’Égypte et à son putsch paradoxal, dommageable, retardataire, ennuyeux, emmerdant pour tout le monde. Vous imaginez l’or à pleins jets que perdent les structures commerciales qui encadrent le site historique du Caire, une des plus grandes destinations touristiques du monde? Que se passe-t-il encore pour que ces maudits bruits de botte reviennent? L’Égypte n’est pas subitement devenue une république bananière, depuis 2012! Non, certes non, justement. Au contraire. L’armée, ce durable ennemi de la société civile, est, dans un contexte comme la situation égyptienne, totalement coupée de toute dimension d’encadrement des activités productives. Le putsch égyptien de 2012 est totalement improductif, au strict sens économique du terme. C’est que, dans son passage d’instrument d’encadrement répressif de la production agraire et minière à celui de secteur sciemment improductif vendant des gué-guerres de théâtre en misant sur les peurs post-coloniales des penses-petit du premier monde comme une compagnie pharmaceutique mise sur toutes nos hypocondries, l’armée a gardé une constante, acquise au temps classique et doré des juntes, c’est celle d’être restée compradore. L’Égypte est le seul pays arabe ayant un traité de paix explicite avec une nation dont je ne parle jamais parce qu’on en parle toujours trop, et, ben… le centre impérial injecte deux milliards et demi de dollars US par an dans cet immense secteur improductif de théâtre, faisant entendre les bruits de bottes «pacifiants» sur les bords de la Mer Rouge. L’armée nationale locale (ses services secrets aussi, du reste) ne contribue plus à extraire des fruits ou du pétrole mais elle sert encore d’instrument post-colonial (anti-islamiste inclusivement, sans que cela s’y réduise) dans la géopolitique des puissants. Dans son passage de secteur semi-productif à secteur improductif, le secteur militaire du monde contemporain a gardé cette constante: il continue désormais de servir ses maîtres extraterritoriaux. Ces derniers ont engagé un argent pharaonique (il fallait que je la fasse…) qu’ils n’ont pas investi mais qu’ils ont, plus prosaïquement, déboursé. Ils n’ont pas boursicoté, misé ou spéculé, ils ont casqué sec. Ils n’attendent pas un profit. Ils attendent un service. L’armée égyptienne, coupée de la production (et du peuple producteur) du seul fait d’être armée d’un pays non principalement agraire ou minier, ne peut servir que ses seuls maîtres, ceux qui la financent. Comme la majorité des armées résautées du monde d’aujourd’hui, elle n’est plus une armée nationale. Les armées nationales qui restent, du reste, aussitôt qu’elles s’autonomisent un peu trop, on les aplatit sectoriellement, comme en Irak, comme en Libye, comme (peut-être) en Syrie.

.
.
.

Paru aussi (avec des modifications) dans Les 7 du Québec

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Commémoration, Lutte des classes, Monde, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 16 Comments »

Le symptôme usuraire

Posted by Ysengrimus sur 15 juillet 2013

On connaît tous l’image de l’usurier. Shylock, le Père Grandet, Séraphin Poudrier. Notre compréhension de la réalité de l’usure et surtout de ce qu’elle révèle socio-économiquement est, par contre, souvent plus émotionnelle que rationnelle. Notre analyse du fait usuraire –plus précisément du symptôme usuraire– est souvent un grand exercice larmoyant de moralisme passionnel (et indigné), dans le genre de celui que nous assène le bien décevant film Capitalism: A love story de Michael Moore, cette lamentation christianisante stérile, aux très pauvres vertus analytiques, et très semblable, au demeurant, aux reproches qu’on voit maint héros romantiques adresser à leurs prêteurs sur gages aux cœurs secs et aux pratiques intellectuellement incomprises.

Partons, si vous le voulez bien, des banques. Il fut un temps, pas si lointain, où les banques se contentaient, sans frais pour nous, de faire circuler notre argent en direction de la production effective et de s’enrichir exclusivement des profits de l’investissement agricole, manufacturier ou industriel, avec tout ce pognon des autres. La banque était actionnaire d’entreprises productives et ses revenus étaient le résultat direct de la production de valeur issue de l’économie réelle. On peut dire alors que, dans une logique capitaliste diurne et triomphante, il y avait profits des banques. Elles gardaient le gros de ces profits et nous en distribuaient des miettes sous formes de dividendes de toutes farines, infinitésimaux habituellement, mais bel et bien effectifs. Ce dispositif jojo et efficace était le symptôme non pas de quelque prospérité abstraite perdue mais bien de l’aptitude du secteur productif à dégager des profits nets, matériels et aisément privatisables, dans le cadre strict du programme capitaliste.

La baisse tendancielle du taux de profit, analysée par Karl Marx, est un phénomène économique à long terme qui tient tant à la nature des investissements qu’à l’organisation de la répartition de la propriété collective. En gros, un petit parc d’usines de charbon du 19ième siècle n’engageait que dix mille dollars d’investissement et ne dégageait que neuf cent dollars de profit annuel (9% de taux de profit). Un quartel pétrolier contemporain lève deux milliards de profit annuel mais doit engager trente-trois milliards d’investissement pour y parvenir (6% de taux de profit. Baisse tendancielle, donc). La quantité de profit brut augmente pharaoniquement, donnant une illusoire impression d’abondance et de progrès, mais le taux de profit diminue à mesure que le capitalisme croule et s’étouffe sous la lourdeur des investissements financiers requis par la technologie et les divers avatars de la distribution, de l’encadrement, de l’élimination de la concurrence, de la promotion publicitaire, de la propagande écolo-baratinante, du lobbying, de l’ajustement inflationniste minimal des salaires, des actionnaires à bien engraisser pour ne pas qu’ils détalent et de toutes les activités douteuses en augmentation chronique. Bilan: il faut de plus en plus une grue immense et complicouille pour soulever un caillou. Un investissement rapporte de moins en moins en proportion. Il enrichit donc moins celui qui s’y adonne.

Revenons à notre banque de tout à l’heure. Face à la crise structurelle du capitalisme qui se définit dans la baisse tendancielle du taux de profit, notre susdite banque trouve une solution subite, facile, dopante et, à court terme, incroyablement «profitable» (au sens fallacieux du terme cette fois-ci). Notre banque, pour compenser les pertes que lui impose inexorablement la complexité croissante du monde de la production matérielle des biens et services, instaure les frais aux usagers. Elle lève alors des montants subits, comme les plumes d’une grosse bataille de polochons. Cette profusion, cette danse des milliards, ne doit pas faire illusion. Derrière elle se profile son contraire: le resserrement des profits productifs effectifs. Aussi, si on peut encore parler de revenus des banques, on peut de moins en moins parler de profits des banques. Le pourcentage d’argent extorqué, changeant simplement de poches sans être associé à une production matérielle de valeur, est en constante augmentation. Le banquier est devenu usurier.

Que fait fondamentalement un usurier. Réponse: il monnaye un service improductif. Il vous fait payer pour accéder à un avoir financier élémentaire. La dimension élémentaire du service usuraire est cruciale ici. Dans le shylocking pégreux, par exemple, tu empruntes mille dollars et tu dois rendre mille deux cent dollars en soixante douze heures où on te casse les jambes. Notre culture économique nous a habitué à payer un certain taux d’intérêt (d’ailleurs tendanciellement le même pour tout le monde) pour de gros emprunts ne pouvant pas se contracter auprès d’un particulier (genre hypothèque). On continue de sentir que, sur un tel monceau de pognon, on paye pour le service qui nous y fait accéder, d’où le ci-devant loyer de l’argent. Mais la pratique consistant à vous faire payer pour simplement déposer un chèque ou extirper une pincée de biftons d’un guichet est le monnayage d’un service financier trop élémentaire pour qu’un bond qualitatif ne soit pas franchi ici. Le banquier est devenu usurier. Il n’investit plus au «profit» de son client. Il l’extorque, candidement, pour éviter de se lancer dans l’aventure de l’investissement, devenue hasardeuse, sans entamer ses revenus. Le phénomène se généralise à l’assurance. Il fut un temps où le montant d’une assurance était infime, le service se finançant grâce au flot des avoirs des assurés n’ayant pas réclamé (le tout se complétant des profits d’investissement classiques). Aujourd’hui l’assureur se contente de vous monnayer une empilade de monceaux de pognon que vous pourriez presque faire par vous-même, sous votre matelas, en vous assurant tout seul. Inutile de dire que l’assureur contemporain investit aussi énormément dans le labeur de ceux qui œuvrent à dénicher les faiblesses de votre contrat de police initial pour ne pas payer les réclamations. Devenue intrinsèquement malhonnête, l’assurance est de plus en plus une extorsion simple. Le service qu’elle monnaye devient si élémentaire qu’il tend vers l’inexistence.

C’est ici que l’agacement collectif face à l’usure ne doit pas masquer notre compréhension rationnelle du symptôme usuraire. La grande usure classique (Shylock, les banquiers lombards, etc.) apparaît, à la fin du Moyen-Âge, au moment du déclin du pouvoir aristocratique. Le déclin de l’aristocratie terrienne n’est pas le déclin de la productivité de la terre. C’est plutôt le déclin de la propriété exclusive par l’aristocratie des profits productifs globaux. L’aristocrate ne finit pas ruiné parce que ses terres produisent moins (souvent leur productivité progresse en fait, avec les technologies et l’amélioration des transports). Il finit ruiné parce que le taux de profit qu’il détient diminue devant celui du marchand, du potier, du drapier, du banquier. Ce n’est pas son secteur de production qui est en disparition, c’est sa classe sociale… Pour surnager dans ce nouvel espace concurrentiel, l’aristocrate se tourne vers l’emprunt à court terme et les usuriers pullulent. L’aristocrate devient de facto l’assisté de son banquier lombard ou juif (l’antisémitisme trouve son terreau putride juste là et pas ailleurs, d’ailleurs). Il met ses biens, trousseau, meubles et immeubles, au clou, en un ultime troc improductif où l’usurier triche à son propre avantage. Le symptôme usuraire du Marchand de Venise est l’indice de la crise irréversible de la propriété aristocratique.

Les capitalismes, commercial puis industriel, dans leurs phases florissantes, tendent à restreindre l’usure à sa part congrue. Les activités bancaires productives sont difficilement compatibles avec l’usure, service financier localement rentable mais socialement improductif, qui thésaurise statiquement plus qu’il n’investit dynamiquement. Puis quand la crise de la propriété capitaliste s’installe pour de bon, comme c’est le cas aujourd’hui, le symptôme usuraire réapparaît, sous une forme amplifiée, magnifiée, hautement nuisible et pernicieuse. Comme l’aristocrate de jadis était dépendant de son banquier lombard pour continuer de mener ses guerres de propriété foncière, l’investisseur d’aujourd’hui, nouvel assisté en voie de déclassement, attend scrupuleusement que la Fed lui alloue sa certitude de revenu non productif. Z’avez pas remarqué que l’investissement industriel contemporain (et son indice boursier en cisaille) n’attend plus après les cours usiniers ou manufacturiers, les marges de profit des secteurs, les tendances des marchés et de la production, les chiffres de l’emploi et de la consommation, mais bel et bien après les «mesures de relance» de la Fed (entendre: le rachat des mauvaises créance, c’est-à-dire, l’extorsion institutionnalisée du bien collectif pour renflouer l’investisseur déclinant). Le capitalisme au complet se transforme graduellement en une vaste assistance financière. Les ressources collectives sont de plus en plus ponctionnées pour faire flotter l’accapareur privé dans sa perpétuation stérile. Accaparement improductif. La grosse machine tourne de plus en plus à vide. Elle ne se finance plus que par la rapine d’état et les ponzifiades de tous tonneaux.

Reflux économique majeur, le symptôme usuraire contemporain signale la généralisation de la crise de propriété du mode de production capitaliste. La disparition du profit des actionnaires ne marquera pas la fin de la production mais simplement la conclusion de la phase d’accaparement privé que banques extorqueuses et investisseurs frileux retardent, à la petite semaine, en recourant au pis-aller terminal de l’extorsion usuraire improductive de toute la société civile, via les relais, encore temporairement dociles, des grands organismes régulateurs-serviteurs. La classe capitaliste est en train de disparaître.

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Lutte des classes, Monde, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 11 Comments »