Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Le feu sacré d’une génération à l’autre

Posted by Ysengrimus sur 15 octobre 2021

Denis Thibault (Namun), Le feu sacré d’une génération à l’autre, 2019.

.

Le feu sacré
N’est jamais assuré
Il frissonne, il est ivre
Il faut le laisser vivre
L’observer, l’encadrer
Mais ne pas l’étouffer,

Les générations
Ont tout simplement cela pour mission
La transmission
Du feu.
Cela n’est pas un jeu
C’est une tension urgente
Issue d’une de ces douleurs cuisantes
Qu’il faut sentir monter
Sans la cicatriser
Qu’il faut laisser descendre
Sans la réduire en cendres.

Il relève de l’essence de l’être
De transmettre
De livrer
Le feu sacré
D’une génération à l’autre
De la mienne à la vôtre.

Nous sommes tous concernés.

.

.

Tiré de Namun et Ysengrim, L’IMAGIAIRE TSHINANU, Denis Thibault éditeur, 2019.

.

.

18 Réponses vers “Le feu sacré d’une génération à l’autre”

  1. Caravelle said

    Texte à message. Message hautement significatif.

  2. Perclus said

    La transmission de la sagesse, c’est absolument crucial.

  3. La Reine said

    Qu’il faut sentir monter
    Sans la cicatriser
    Qu’il faut laisser descendre
    Sans la réduire en cendres.

    Sublime.

  4. Sophie Sulphure said

    La fracture du lien des générations est-elle réparée, chez les autoctones?

  5. Serge Morin said

    C’est bien vrai que ce qui se transmet, c’est comme un feu. S’il pisse dru, on le perd…

  6. Jujubelle said

    Il faut préserver ces transmissions. Ça me donne envie de pleurer, tellement c’est grave…

  7. Angelica said

    Elles sont trop belles, ces scènes de collectifs autochtones.

  8. Tourelou said

    Votre joli feu sacré du langage me réchauffe le coeur.

    • Val said

      Le mien aussi. C’est trop beau, le message dans ce poème. Il me rappelle des histoires et des traditions que j’ai appris de ma grand-mère, des choses qu’on ne trouve pas dans un livre ou un texte, mais qui étaient gardés dans son cœur, et maintenant le mien.

  9. Val said

    Je voudrais bien entendre ce poème, lu à haute voix …Cela calmerait le feu en moi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :