Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

ÉGLOGUES INSTRUMENTALES — Crincrin

Posted by Ysengrimus sur 21 février 2021

C’est au rythme du crincrin
Que l’on va notre chemin
En faisant la ronde
Dans le monde
Sous la lumière et dans l’ombre
On tente ce coquin de sort
Dans la vie et dans la mort
Le crincrin lire ses grands cris
Et tous les Jack Mistigris
Dansent et sautent et râlent et miaulent
Et les acteurs jouent leurs rôles
Les bonhommes brassent des bouteilles
Les monts accouchent de merveilles
Les bonnes femmes se rongent les sangs
Les cotillons comme des volcans
Les époques se tortillonnent
Toutes les nations s’émulsionnent
Les feux follettes sont achalés
Ils dansent la polka piquée
Rose Latulipe est vraiment chanceuse
La route est bien que trop neigeuse
Donc le Yâbe va resté chez lui
La musique va rouler toute la nuit
Jeux de pieds, jeux de mains, jeux de vilains
Tout ça au rythme du crincrin.

14 Réponses vers “ÉGLOGUES INSTRUMENTALES — Crincrin”

  1. Caravelle said

    Magnifique. Tout en restant… disons… folklorique…

  2. Vernoux said

    C’est quoi la différence entre un crincrin et un violon?

    • Sally Vermont said

      Je pense que c’est comme la différence, en anglais, entre fiddle et violin. C’est moins l’instrument lui-même que ce que la culture en fait.

      [Je seconde. — Ysengrimus]

  3. Tuquon Bleu said

    Le champion du crincrin au Québec, Jean Carignan ()1916-1988).

  4. Fridolin said

    Et tous les Jack Mistigris
    Dansent et sautent et râlent et miaulent
    Et les acteurs jouent leurs rôles
    Les bonhommes brassent des bouteilles
    Les monts accouchent de merveilles
    Les bonnes femmes se rongent les sangs
    Les cotillons comme des volcans

    Plein d’allusions et de clins d’oeil à notre folklore musical dans ces sept vers du poème. Sublime et fulgurant.

  5. Denis LeHire said

    Tiens, dans toute cette ambiance poétique, les préférences d’Emma Riveraine me font penser à un vieux vers de Gilles Vigneault (dans la chanson Les menteries):

    Oui, ça bouge pis faut que ça change
    On f’ra pousser des oranges
    Dans l’jardin de ma tante Emma…

    • Emma Riveraine said

      J’aime beaucoup. Merci beaucoup, monsieur LeHire. Une jolie raison de plus pour bien coller à mon vieux pseudo…

  6. Magellan said

    Ce poème évoque le cheminement d’une culture en compagnie de sa musique et de ses instruments. Hautement ysengrimusien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :