Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Archive for 1 octobre 2020

Le LIMERICK des langues collatérales à Limerick, Irlande

Posted by Ysengrimus sur 1 octobre 2020

Ireland with Limerick

C’est a propos de la présentation, il y a quinze ans, d’une communication intitulée: Le Chiaque c’est proche, mais c’est pas chez nous… représentations épilinguistiques et proximité interlectale au colloque international Langues proches/Near Languages, tenu à l’Université de Limerick (Irlande), les 16-18 juin 2005.

Vous connaissez ces petits bouts rimés récitatifs qu’on appelle limerick ? Ils furent crées, parait-il, par un collegium de poètes médiévaux qui avaient leurs pénates dans la ville du même nom. Allez, pour la bonne bouche, je vous en ose un en français :

Il y avait ce linguiste de Toronto
Qui venait de pondre un fumant topo.
Il se rue en Irlande,
Palabre et enguirlande…
Et tous pointent les narines pour humer son propos…

Le topo en question se résume comme suit. Le Chiaque (ou Chiak) est un vernaculaire parlé en Acadie qui, dit-on, développe des structures originales à partir d’une hybridation avancée du français et de l’anglais. Comme pour le Franlof, l’Italiese, le Spanglish ou même le Yiddish, les locuteurs témoigneront haut et fort de l’existence du Chiaque et ne commenceront à se rétracter que lorsque le dialectologue leur demandera de parler un peu Chiaque pour lui. Il semble qu’il soit impossible de mettre la main sur un corpus explicite en Chiaque. Ce phénomène semble tenir à des raisons procédant de la proximité linguistique. Comme le Yiddish est proche de l’Allemand, le Chiaque est si proche du Français qu’il semble difficile de le démarquer, pour l’exemplifier. Le problème pourrait cependant revêtir une dimension plus fantastique. En effet si on demande à n’importe quel francophone du monde de s’exprimer en Franglais, le canadien s’exclamera sans hésiter: La strappe de fan de mon truck est slaque, alors que l’hexagonal ira plutôt dans la direction de: Notre playmec n’est plus sponsorisé par la top-modèle L’Oréal because copyright. Le Franglais n’est pas une langue ou même un lecte. En serait-il autant du Chiaque acadien? Il faut voir…

L’Irlande du sud est un endroit magnifique. Contrée de vaches de boucherie, de chevaux de labour et d’usines d’assemblage électronique, le pays en dents de scies économiques du ci-devant tigre celtique a deux caractéristiques très touchantes. D’abord il est vert, vert vif et couvert de pâquerettes. Ensuite les lieux dits sont des noms de jeunes filles en fleur : Kerry, Tara, Shannon (cette dernière est une rivière magnifique aux rives verdoyantes). C’est, croyez-le ou non, que nos irlando-américains donnèrent jadis à leurs filles le nom de lambeaux de leur beau pays perdu. Tiens pour le coup, voici que cela m’inspire mon second limerick du jour:

C’était une ricaine tonique et balèze
Dont les ancêtres étaient de souche irlandaise,
Et personne ne s’étonne
Qu’elle se prénomme Shannon…
C’est que l’aïeul pleura la rivière de ses aises…

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Culture vernaculaire, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 9 Comments »