Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Lise Lasalle

Posted by Ysengrimus sur 1 octobre 2019

Lise Lasalle

Lise Lasalle

.

Il y a quarante ans mourrait Lise Lasalle. La documentation la fait naître en 1934 ou en 1939. On la fait mourir, à quarante ou quarante-cinq ans, soit d’un infarctus soit d’un suicide. Elle avait perdu auparavant un enfant qu’elle avait eu avec son mari Jean Besré. Il est un peu affligeant que ces deux figures télévisuelles d’autrefois, si pimpantes et si joyeuses, aient vu leurs vies abrégées, très probablement dans le contexte discret, douloureux et fatal de la pire des tragédies: perdre un enfant. Surtout que ces deux là étaient très centrés enfants. Je n’oublierai jamais la chanson générique de l’émission éducative TOUR DE TERRE, dont ils furent ensemble les toniques animateurs entre 1964 et 1973.

TOUR DE TERRE

A B C
Abécédaire
Viens avec nous autour de la Terre

D E F
Fusée lunaire
Un tour de Terre, si tu préfères

G H I
Interplanétaire
Un tour de Terre, un tour de sphère

J K L
Luminaire
Un tour de Terre rectangulaire

M N O  M N O P Q R
Un tour, deux tours pas ordinaires

R S T
Tambourinaire
Un tour de Terre du tonnerre

U V W
Vocabulaire
Un tour de la Terre toute entière

X Y Z
Dictionnaire

Abécédaire
Tour de Terre

Paroles: Lise Lasalle et Jean Besré (présumément)
Musique: Pierre Brabant (indubitablement)

tour-de-terre

27 Réponses vers “Lise Lasalle”

  1. Caravelle said

    Un joli poème pour une petite histoire bien triste.

    • Julien Babin said

      C’est vrai qu’il est pas trop mal tourné. Un peu marqué au coin du canular cosmique, mais pas mal du tout.

    • Emma Riveraine said

      Perdre un enfant. Il n’y a rien de plus horrible. Il est très difficile de se remettre de la perte d’un enfant et ça peut, en effet, abréger une vie.

  2. Magellan said

    Voici une commémoration plus triste et plus modeste mais, d’une certaine façon, beaucoup plus intéressante que les soixante-dix ans de la Révolution Chinoise…

  3. Le Boulé du Village said

    Succès souvenir. GRUJOT ET DÉLICAT. Le chien roux (Grujot) est joué par Lise Lasalle. Supers souvenirs d’enfance. R.I.P. madame.

    • Marie Verne said

      Ils se lancent dans la spéculation picturale maintenant. Avec Gisèle Mauricet (Délicat) et la poétesse Clémence DesRochers. Fou furieux. Saucissonville. Quels souvenirs. Mon enfance.

      • Denis LeHire said

        C’est comme l’œuf de Friscotte Colomb!

      • Caravelle said

        Bon là, il faut m’expliquer un petit peu.

        [Grujot (Lise Lasalle) fonctionne comme le Clown Blanc, verbale, nerveuse, autoritaire. Délicat (Gisèle Mauricet) fonctionne comme l’Auguste, enfantine, non-conforme, et verbalement délirante. Une de ses distorsions verbales la plus célèbre, c’est son interprétation personnelle de l’exclamation C’est comme l’œuf de Christophe Colomb. L’actrice pousse cette exclamation distordue (telle que rapportée ici par Denis LeHire) en tirant une cordelette secrète qui lui fait rabattre une oreille unique. Pour une génération (la mienne), il s’agit là d’un incontournable marqueur d’époque. — Ysengrimus]

      • Caravelle said

        Bon, c’est du grand n’importe quoi, en somme.

        [Intégralement, — Ysengrimus]

      • Denis LeHire said

        En plein ça, Grimus. Comme tu le dirais toi-même: tu connais tes modernes!

  4. Serge Morin said

    Ouf, TOUR DE TERRE, c’était artisanal pas mal. Regardez-moi ces affiches de collégiens sur les vieux scientifiques… avec le fond musical pseudo-cosmique…

  5. Val said

    J’ai maintenant la mélodie et les paroles dans la tête. Je vais les enseigner à mes élèves. Quelle jolie leçon pour un mardi après-midi. Merci!

    [Riche idée, Val. Les voix chantantes, ce sont celles de Lise Lasalle et de Jean Besré. On les voit à la toute fin du vidéo (en 1:52, malheureusement coupé), en train de cabotiner sur de l’opéra toc. — Ysengrimus]

    • Lys Lalou said

      C’est vrai que ça fait une jolie chansonnette scolaire. Merci du tuyau, Val…

      • Val said

        Et en fait, ça s’est passé très bien. On a visionné le vidéoclip, puis j’ai mis les paroles sur le tableau, et on a chanté. Mes élèves l’ont bien aimé.

        [Bravo, Val. Magnifique. Madame Lasalle aurait été touchée. — Ysengrimus]

  6. Ysengrimus said

    Information anecdotique et hypothétique complémentaire. Je vais d’abord vous demander de bien vouloir auditionner ces deux courtes ballades maritimes dans lesquelles se font entendre une voix masculine et une voix féminine:

    Les versions françaises de ces deux chansons thèmes (début et fin du feuilleton Les Joyeux naufragés) n’existent que dans la mouture québécoise du doublage de ce savoureux spectacle-souvenir. Et on dirait tellement que ce sont Jean Besré et Lise Lasalle qui interprètent, en duo, les deux ballades. Tendre mystère. Deux astucieuses traductions, en tout cas.

  7. Hibou Lugubre said

    Bon ben même si j’ai rien connu de cette jolie dame et ses programmes pour enfants, j’y vais quand même de mon grain de sel! 🙂

    Voici donc Mesdames et Messieurs, le pourquoi de toute la révolte du petit Ysengrimus tout mignon et petit gars curieux, qui, soupçonnant et suspectant les ados plus âgés de l’époque à la piscine, en 1963, commençait déjà son éveil coquin pour ces dames, et leurs droits élémentaires pour porter le short très court! 🙂

    [Vidéo disparue — Ysengrimus]

    • Ysengrimus said

      En 1963, j’avais cinq ans. Et surtout, mon bon hibou, ceci est:

      • Hibou Lugubre said

        Et je vous rassure que j’en suis pleinement conscient… c’est juste que après avoir lu les commentaires et trouvé que tout ou presque était dit sur le sujet… que j’ai voulu évoquer la vieille époque de manière humoristique… Merci de ne pas vous fâcher contre moi Ysengrimus et désolé encore pour cette intrusion!

      • Estelle said

        Oh, on avait vraiment un drôle d’accent dans le temps. Pas laid pourtant. On dirait des vieux mononcles pis des vieilles matantes mais en noir et blanc et jeunes…

  8. Tu réveilles là de doux souvenirs de mon entrée dans l’adolescence… les mots de la chanson résonnent encore dans ma tête…

  9. Camarade said

    Merci pour ce réveil de ma mémoire. Que de beaux souvenirs! Que de charmants amis télévisuels!

  10. Tourelou said

    Triste destin pour un joli minois.

Répondre à Lys Lalou Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s