Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Archive for 1 septembre 2019

Aspectualité et temporalité, au rythme élégant et sobre des vélocipèdes de Gröningen

Posted by Ysengrimus sur 1 septembre 2019

Groningen

Un mot quand même de cette présentation d’une communication, il y a dix-sept ans qui sonnent, intitulée CATÉGORIES ASPECTUO-TEMPORELLES DU VERBE ET CONTRAINTES DE FONCTIONNEMENT DU TEXTE au Cinquième Colloque CHRONOS tenu du 19 au 21 juin 2002, à l’Université d’État de Gröningen (Pays-Bas). Il s’agissait d’explorer, pour les circonscrire, les fondements théoriques qui permettent de décrire la transcatégorialité sémantico-énonciative marquée dans la morpho-syntaxe du verbe. Le texte s’est avéré un lieu central de cette exploration. J’ai traité trois problèmes intimement intriqués.

1) Temps, ordre de procès et repérage homodiégétique. Il y a une propriété textuelle de l’ordre de procès qui a de grandes conséquences pour l’étude de la morphosyntaxe du verbe: la coïncidence de procès est un co-repérage des procès ne faisant pas exclusivement diégèse. Dans J’avais faim, donc je mangeais…, on attend infalliblement une suite au récit. Corollairement, la succession de procès est une caractéristique incontournable du récit, même du micro-récit clos: j’avais faim donc j’ai mangé. On ne peut pas avoir de coïncidences sans successions, sans s’exposer à déclencher des requêtes de poursuite de récit chez le co-énonciateur. Les conséquences de ce fait en syntaxe du verbe sont multiples et complexes.

2) Aspects accompli, inaccompli et repérage hétérodiégétique. L’alternance aspectuelle accompli/inaccompli est un facteur majeur d’homodiégèse. Le présent raisonnement est dissymétrique et se synthétise comme suit: une combinaison de procès accomplis et inaccomplis, ou une combinaison de procès accomplis (Je suis rentrée, j’ai mangé, je me suis couchée) sont des garants de l’homodiégèse. Une accumulation de procès inaccomplis appelle l’hétérodiégèse. Je rentre, je mange, je me couche est soit générique et gnomique comme dans Moi d’habitude, je rentre, je mange, je me couche, mais ce soir là…, soit spécifique et cataphorique d’une rupture narrative comme dans Ce soir là, je rentre, je mange, je me couche, quand soudain…, soit finalement exceptionnel et démarqué comme tel, comme dans Moi, pour changer ce soir, je rentre, je mange, je me couche.

3) Ponctualité, itération, quantification, qualification et diégèse composite. Du fortuit, au répétitif aléatoire, à l’itératif habituel, au gnomique les quantifications du procès impliquent une certain charge qualitative. Toute quantification de procès, autre que strictement ponctuelle, déborde sur du qualitatif et, corollairement, quitte le plan narratif au profit du plan descriptif. Se manifeste alors dans le texte ce que Gérard Genette nomme anisochronie: une rupture du rythme du récit à visée fondamentalement descriptive. Situées ou aoristiques, ces ruptures sont un trait dominant de la diégèse composite. J’ai mangé dans ce restaurant raconte un récit renvoyant à une quantité de procès, autant qu’il décrit qualitativement la pratique occasionnelle que je suis.

J’ai analysé les conséquences descriptives de ces trois propositions de portée générale sur le lien entre trois catégories sémantico-énonciatives du verbe (l’ordre, la limite et la quotité) et la typologie des textes, ou plus précisément des tendanciels textuels. Et cela s’est passé en douceur, comme sur un vélocipède… Car, sobrement mais sans ambages, les citadins des Pays-Bas ont vaincu la voiture. De l’étudiante élégante, portant souvent une copine sur son porte-bagages, au doyen de la faculté, ils vont tous à vélo. Et des vélos à l’ancienne encore. Pas des dix-vitesses où on se tient courbés comme des bossus en moule-carcasse polychrome. Plutôt de grands trois vitesses à rayons, sur lesquels on se tient droit et roide, comme une fin de siècle qui a bien pris son temps. Il fallait bien aller au colloque Chronos pour voir le temps futur vaincre le temps présent en mobilisant le temps passé.

.
.
.

Publicités

Posted in Culture vernaculaire, Monde, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , | 21 Comments »