Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

ÉGLOGUES INSTRUMENTALES — Banjo

Posted by Ysengrimus sur 21 février 2019

Le banjo, c’est vraiment du feu
Il pétarade dans les cheveux
De Fanchon
C’est la tempête au village
Tout ce qui est fou, tout ce qui est sage
En Fanchon

Banjo, Banjo
Sans rime ni raison,
Avec ardeur, avec passion
Le banjo de Fanchon
C’est la chanson

Et le picking étincelant
Clawhammer et tout le tremblement
Chez Fanchon
Font bondir mon cœur de joie
Acadie reviens! Dérange-moi!
De par Fanchon

Banjo, Banjo
Sans rime ni raison,
Avec ardeur, avec passion
Le banjo de Fanchon
C’est la chanson

Et du vrai banjo de fille
Et de la guitare, et de la béquille
Sous le bras
Ça fait de Fanchon, la géante
La hillbillie tonitruante
De ce temps

Banjo, Banjo
Sans rime ni raison,
Avec ardeur, avec passion
Le banjo, mon existence
C’est la durée de la danse
Le banjo, ma vie
C’est ma sève, c’est mon cri.

.
.
.

Publicités

16 Réponses to “ÉGLOGUES INSTRUMENTALES — Banjo”

  1. Tourelou said

    Vibrant votre poème, joli.

    Mais, svp pouvez-vous clarifier vos choix, « de Fanchon » et hillbillie »?

    [Une fille de la campagne, pas nécessairement le genre femme savante, mais fine mouche. Une enfant du pays et des collines (hill). C’est encore elle qui touche le banjo au mieux. Ce n’est pas moi qui choisis les hillbillies ici, ce sont eux et elles qui choisissent le banjo… — Ysengrimus]

  2. Caravelle said

    Magnifique. Très enlevant.

  3. Sally Vermont said

    Pour ce qui en est du style clawhammer, voici un exemple très sympathique d’explication de ce en quoi cela consiste (en anglais, mais super simple):

  4. Val said

    Vraiment très beau, ce poème. C’est comme de la musique. Ça fait revenir les souvenirs de ma jeunesse, les longues journées d’été, couchées sur le plancher de la maison familiale, écoutant un album de bluegrass. Une très belle façon de commencer ma journée aujourd’hui. Merci.

  5. Catoito said

    Si on lit le poème attentivement, on se rend compte que Fanchon au banjo, c’est le cœur chantant d’Ysengrimus, en fait…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s