Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Xavier Dolan, penseur du savoir critique et de l’action dans l’art

Posted by Ysengrimus sur 15 septembre 2015

CNSPhoto-Kelly-Movies-Dolan

J’entends exprimer ici mon enthousiasme artistique et philosophique pour le cinéaste Xavier Dolan (né en 1989). D’abord, bon, j’aime beaucoup ce qu’il fait. Celui de ses film m’ayant pour le moment suscité la plus grande satisfaction c’est Les Amours Imaginaires (2010). C’est une œuvre magnifique, achevée, profondément émouvante. Quand on a miré ce petit bijoux, en famille, mon fils Tibert-le-chat (qui est né à Toronto un an après Xavier Dolan) m’a dit: «Souviens toi de nos discussions sur les hipsters. Toutes les difficultés que tu avais à adéquatement circonscrire le phénomène. Eh ben visionne et re-visionne bien ce film. Il y a là un compendium de la culture hipster. Les attitudes, les tenues vestimentaires, la sensibilité émotionnelle, les priorités intellectuelles, les affectations, les intérieurs, le décors urbain, la configuration sociale, l’enfermement de classe, la vision du monde. Tout y est». Ce qu’on me dit ici sur Les Amours Imaginaires, c’est qu’à l’œuvre d’art globalisante déjà remarquable en soi s’ajoute la peinture de moeurs adéquatement circonscrite, qu’on se repassera un jour comme fleuron d’une époque. Donc: chapeau bas. Que demande la jubilation? Et, bon sang de bonsoir, quelle merveille que d’apprendre de mon fils et de Xavier Dolan. Il y a bien une Génération Dolan et j’ai la joie d’en être, pas comme participant direct évidemment… mais comme barbon ami et père déférent.

Je veux m’arrêter brièvement ici non pas sur Xavier Dolan cinéaste, largement commenté, dans un sens comme dans l’autre, mais bel et bien sur Xavier Dolan penseur ordinaire, philosophe concret, plus précisément gnoséologue (théoricien de la connaissance usuelle). Les observations que je propose ici sont, bien ouvertement, admiratives sans mièvrerie et enthousiastes sans béatitude. Elles me sont venues suite à l’audition d’un entretien (en anglais) ayant eu lieu en 2012 entre Jian Ghomeshi et Xavier Dolan sur le plateau de l’émission magazine torontoise Q. Xavier Dolan nous prouve là (et ailleurs aussi du reste), en toute simplicité, sans chercher à le faire, que ce n’est, l’un dans l’autre, pas si sorcier d’être un intellectuel déterminant. Il s’agit simplement de toucher les choses vives dans leur essence dialectique, sans plus. Regardons notre affaire de plus près, dans tout son dépouillement radical.

VOULOIR TOUT SAVOIR SUR L’IMPACT INTELLECTUEL ET ÉMOTIONNEL DE SON TRAVAIL ARTISTIQUE. Xavier Dolan, contrairement à maints artistes de tour d’ivoire, lit la plus grande quantité possible de documentation critique concernant son travail. Solide dans ses bottes, il considère que c’est là une façon indispensable de prendre adéquatement la mesure d’un impact artistique et intellectuel. Cela m’instruit, dit-il, gardant ainsi l’attitude fondamentale du sage vernaculaire en quête permanente de savoir vif. Dolan s’imprègne librement du discours critique sur son art. Il ne se laisse pas barouetter, pour autant. Il a toute la force de caractère pour ne pas se laisser faire cela. Il soumet les avancées critiques sur son art à son propre jugement critique en retour et se rend intérieurement aux arguments des commentateurs, quand ceux-ci manifestent une imprégnation adéquate de son travail et arrivent à le convaincre. Modeste au bon endroit, attentif seulement si c’est strictement nécessaire, il apprend énormément des artistes cinématographiques qu’il côtoie et il garde leur apport bien installée au bon endroit dans sa tête encyclopédique. Je dois savoir, dit-il. C’est important pour moi. Et les critiques haineuses ou arrogantes? Elle le font pleurer, au sens littéral, bien sûr. Qui ne pleurerait pas à chaudes larmes de se faire équarrir par des commentateurs explicites ayant pignons sur rue. C’est un fait, la réception d’une œuvre par les critiques et les commentateurs passe aussi par des canaux émotionnels. Ces canaux émotionnels sont eux aussi, de plain pied, objets de connaissance. Il faut donc sonder là-dedans, même si ça brasse souvent pas mal. Dolan s’informe de tout ce qu’on dit sur son œuvre mais certainement pas en tacticien (qui chercherait à «faire mieux la prochaine fois» ou quelque chose dans le genre). Il le fait, de fait, en philosophe. Prendre le pouls d’un temps c’est aussi prendre le pouls de l’impact de son art sur ce temps. Attention, prudence cependant. Xavier Dolan n’est pas un étudiant, un stagiaire, un disciple ou un pupille. Comme chez Art Tatum, son art est formulé en lui depuis le tout début. Dolan ne lit pas les critiques pour faire l’apprentissage de son art mais, plus fondamentalement, parce qu’il faut connaître, tout connaître si possible. Et, pour l’artiste, connaître passe par une appréhension sans concession de la rétroaction sociétale de son art. Je me fous pas mal des critiques, ce sont des ratés sympathiques… le fameux aphorisme de Robert Charlebois n’est pas celui de Xavier Dolan. Dolan, ce serait plutôt: si son discours n’est pas trop vaseux ou trop cuistre, j’ai quelque chose à aller chercher à l’intérieur de l’émotion d’un critique parce qu’un critique est avant tout un observateur qui a vu, entendu, senti et qui, ce faisant, me fait toucher une parcelle de moi et du monde.

FAIRE LE PLUS POSSIBLE TOUT SON TRAVAIL ARTISTIQUE PAR SOI-MÊME. Au moins six artistes opèrent en Xavier Dolan: un auteur de scripts, un metteur en scène, un acteur, un dessinateur de costumes, un concepteur de lieux et de décors, un monteur. Ces six artistes en un (au moins…) revendiquent puissamment leur équilibre. Ils exigent tous de prendre leur place, sans concessions, dans l’équipe et dans l’équipée. Et moi, cela me fait penser à qui? Eh ben, cela me fait tellement penser à Charlie Chaplin, qui, lui aussi, tendait à tout faire sur un de ses films, pour notre plus grand bonheur. Xavier Dolan explique son soucis de tout faire de cette façon par la pure et cruciale passion. Je veux faire ce que j’aime et ce qui me stimule. Il adore le design de costumes, il adore les histoires et quand il écrit un script, le montage filmique se place simultanément dans son esprit. C’est une question de cohérence de l’œuvre, certes, mais c’est aussi une question de jubilation. Souvenons-nous de Camille Claudel. Pourquoi faire charpenter les configurations de glaise par des assistants-sculpteurs si on jouis tant soi-même de triturer la glaise? Un film, comme tout autre art de l’expression, est pulsion artistique d’abord, production concertée d’un objet marchand ensuite. Il est assez captivant d’observer que la surprise sourcilleuse que l’on sert si souvent au cinéaste Dolan devant le jeu en solo de son travail dans l’œuvre, il ne viendrait à personne de la servir, par exemple, à un écrivain. Pourtant la question de la division du travail se pose aussi en écriture. L’anti-Chaplin ici c’est Alexandre Dumas. Le gars avait une basoche de plumitifs. Un atelier d’écrivains bossait pour lui, ni plus ni moins. Certains de ces plumitifs s’occupaient des descriptions, d’autres des paysages, d’autres de la recherche exotique ou historique, d’autres de certains segments de péripéties. Alexandre Dumas cousait tout le roman ensemble au bout du compte, relisait et reformulait. Cette division du travail, dont on se surprend tant chez Alexandre Dumas, on voudrait, ouvertement ou en sous-main, l’imposer à Dolan? Pourquoi? Y a-t’il à cela une raison principielle tant que ça? N’y a-t-il pas là plutôt une motivation qui ne serait que celle ancrée dans le conformisme de nos habitudes de (mé)connaissance en matière de production artistique? Cliché: on est habitués à l’écrivain travaillant seul et au cinéaste travaillant par équipes modularisées. Et quand un Alexandre Dumas ou un Charlie Chaplin osent, chacun de leur bord, inverser cette dynamique, on s’étonne? Mais s’enrichir d’influences dans l’action ne vient pas nécessairement avec l’obligation de déléguer l’action. Il compte souvent bien plus de s’imprégner mentalement du regard critique que ladite action engendre. Or voilà justement la première passion intellectuelle de Dolan, celle décrite ci-haut.

DIALECTIQUE DE LA CONNAISSANCE ET DE L’ACTION. Alors résumons-nous, ici. On laisse entendre à Dolan, de ci de là qu’en tenant en main le tout de sa démarche de création artistique, il s’isolerait de l’apport issu du point de vue des autres. Mais comment peut-on s’isoler du point de vue des autres quand on est justement si curieux de comment les autres sont traversés et interpelés par notre art? Xavier Dolan, penseur du savoir et de l’action dans l’art, ne tourne pas en rond dans ce cercle-là. Il est cohérent intellectuellement. En toute simplicité et radicalité, il place la connaissance et l’action au bon endroit. La connaissance indirecte guide, à fort bonne distance, l’action, elle-même impulsée par la connaissance directe et ce splendide sociologue subconscient qu’est le désir. Et elle est justement ici, la radicalité dialectique dont je parlais plus haut. On ne peut pas dire de Xavier Dolan qu’il se laisse barouetter par les autres s’il a la force de caractère et l’autonomie artistique de tendre à tout faire par lui-même dans sa production cinématographique. On ne peut pas non plus dire de Xavier Dolan qu’il travaille comme un soliste imperméable à toute influence s’il est si radicalement attentif à l’intégralité des observations critiques le concernant. On ne va quand même pas aller lui reprocher de restreindre les critiques à son espace intellectuel, de façon à assurer une concentration maximale de la fulgurance de son action dans l’art. Ce serait lui reprocher d’exister, humain, en cogitant son existence. On a affaire ici à un cinéaste majeur, pas à une troupe de pleureuses romaines qui livre à la demande. Soyons dialecticiens ici, bondance, pas paradoxaux. Une dévorante curiosité envers les vues des observateurs n’interdit pas l’autonomie d’action.

Xavier Dolan frappe où il doit frapper et écoute attentivement le roulement puis l’écho du tonnerre qu’il déclenche. Il se comporte, ce faisant, comme un penseur avisé, le compagnon de route idéal d’un artiste inspiré.

.
.
.

Paru aussi (en version remaniée) dans Les 7 du Québec

.
.
.

Publicités

19 Réponses to “Xavier Dolan, penseur du savoir critique et de l’action dans l’art”

  1. Tourelou said

    Un homme si jeune avec ce courage d’aimer et de parler si exactement des femmes, c’est mon espoir dans cette génération de nos fils. J’ai aussi reconnu son très grand talent d’acteur dans le film La chanson de l’éléphant. Que dire de Laurence Anyways cette histoire d’amour qui nous arrache le cœur. Il y a heureusement encore de ces hommes géniaux d’exception. Merci d’écrire si merveilleusement votre carnet et surtout de publier. Cela est aussi de l’action dans l’art.

    [N’oublions pas MOMMY, succès très mérité, notamment en France. – Ysengrimus]

  2. Emma Riveraine said

    En tant qu’énorme admiratrice de l’homme et de son œuvre, permettez-moi de vous remercier et de vous féliciter pour cette analyse si perspicace, si engageante et si rafraichissante, l’une des rares qui décortique sa manière de penser et d’exercer son art.

    La comparaison avec Chaplin est extrêmement bien vue. J’ajouterais que, en ce qui concerne non seulement son implication dans la quasi-totalité de son œuvre mais, aussi, la dimension stylistique et thématique de cette œuvre –sa qualité voyeuristique, intime, confessionnelle– on peut le rapprocher avec la cinéaste américaine Lena Dunham, qui, elle aussi, lors de son passage sur Q, m’a beaucoup impressionné de par sa candeur, son éloquence et son charme immense.

    Cette entrevue met en évidence aussi les très grands talents de Jian Ghomeshi qui, avec son intelligence, sa délicatesse et sa générosité a la capacité de faire ressortir des réponses introspectives et souvent révélatrices de l’interviewé.

    • Panopanoramique said

      Et les problèmes actuels de Jian Gomeshi, vous en faites quoi?

      [Nous les classons hors-sujet en rappelant que le fait, répréhensible et regrettable, que Charlie Parker prenait de la cocaïne ne dénigre en rien la finesse de sa musique. – Ysengrimus]

  3. Catoito said

    Si je te suis bien, le cinéaste Xavier Dolan n’est pas un monadique de tour d’ivoire vu qu’il est hautement attentif aux critiques. Mais il n’est pas balloté par l’air du temps non plus, vu qu’il fait tout par lui-même selon sa propre logique interne, puissante et calme. Cela l’amène donc à mettre le collectif et l’individuel à la bonne place, dans un art (et un marché) où c’est pas tout de suite évident…

    [Banco. C’est, en quelques ligne, le résumé de mon affirmation. Tu es le Kraken de la synthèse de lecture, mon Catoito. – Ysengrimus]

    • Caravelle said

      Très utile petite synthèse, monsieur Catoito. Vous me faites mieux comprendre le problème philosophique soulevé par Ysengrimus. L’artiste est seul, démarqué, volontaire mais il est aussi au diapason de son époque. Xavier Dolan assume cette situation ouvertement, en tenant son travail bien en main (pas complètement, c’est quand même le cinéma, ce collectif fatal) mais en écoutant attentivement la critique (pas complètement, ici non plus). Réflexion originale d’Ysengrimus sur un artiste fort original aussi. Les solutions artistiques s’enrobent, comme toujours, dans ces grandes orientations philosophiques qui n’échappent pas à l’observateur sagace.

  4. Brigitte B said

    Le voici avec madame Dorval, en France au sujet de MOMMY. Brillant.

    [Oui. Je me souviens de ça. Juste après que le délire de Zemmour les ait atterrés tous les deux. – Ysengrimus]

    • Quel personnage inspirant! J’écouterais facilement ses entrevues toute la journée. J’adore particulièrement la manière avec laquelle Anne Dorval le regarde, toute en fierté maternelle.

    • Mura said

      Très bon le développement sur la dénonciation du cinéaste bourge partant en safari dans la lie populaire. Il est brillant, ce gars.

      • Julien Babin said

        Sur le ghetto culturel gay aussi, il voit clair, froidement. Même s’il doit patauger dans le saindoux de la rectitude politique, devant des homophobes en plus. Du grand travail d’équilibriste.

  5. Sophie Sulphure said

    Peinture non-figurative, beaux mecs et musique. Juste touchant:

  6. Chloé said

    Dolan écoute ses critiques, s’intéresse à l’impact et à la réception de son œuvre, sans laisser ces éléments compromettre sa vision ou son intégrité artistique. Cela fait de lui, à mon avis, non seulement un cinéaste hors pair mais, aussi, un véritable artiste. L’art n’étant pas démocratique, sa fonction n’étant pas de plaire aux masses ni de se soumettre à ses diktats, d’une certaine façon, l’artiste doit être un fasciste -si vous me pardonnez le terme- en tout ce qui concerne son art.

    [Tant que, ce faisant, il se tient loin de l’art de la guerre, rien à redire… – Ysengrimus]

  7. Chloé said

    Peut être le mot est mal choisi, peut être l’expression anglaise control freak transmet mieux ce que je veux exprimer, mais, fondamentalement, je crois que l’artiste ne doit jamais se compromettre, que l’artiste doit ignorer l’opinion des autres.

    [je vous suis. – Ysengrimus]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s