Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Désormais, James Gandolfini EST Tony Soprano

Posted by Ysengrimus sur 19 juin 2014

Cast of the Sopranos

Il y a un an, le jour de mon anniversaire, l’acteur italo-américain James Gandolfini (1961-2013) mourrait subitement à l’âge encore fort tendre de cinquante-et-un an. Il EST donc désormais, et ce, pour toujours, Tony Soprano. Tony Soprano, c’est un caporegime de la petite pègre italo-américaine du New Jersey. Une manière de caïd provincial, ni plus ni moins. Marié, une fille, un fils, la fin de la quarantaine, un peu d’embonpoints, des idées carrées et une grande maison confortable. Sa profession officielle, qui concerne les détritus et le recyclage (il est aussi propriétaire d’un club de danseuses érotiques, le BadaBing), sert de couverture à toutes sortes d’activités interlopes: escamotage non-sécuritaire de déchets dangereux, syndicalisme pégreux de chantiers de construction, recel et trafic de marchandises volées, shylocking (prêt usuraire avec extorsion), jeu illégal, trafic de drogue, trafic d’influence, meurtre à gage. Tony Soprano est une figure du petit crime organisé de Nouvelle Hollande. Il est aussi une sorte de personnalité locale. Il contrôle son petit empire, fait rapport à ses collègues new-yorkais (dont on ne sait pas trop s’ils sont ses supérieurs ou pas), garde la paix armée des gangs sous un prudent contrôle et s’efforce de former son neveu dans le dur métier de malfrat et d’éduquer ses enfants dans le cadre minimal de respectabilité d’une personne qui cache des armes et de copieuses liasses d’argent liquide dans son grenier, ses placards et la remise de son jardin.

Quand l’histoire débute, Tony Soprano (James Gandolfini) subit une perte subite de conscience et s’effondre sur le plancher de son salon. Son médecin de famille lui fait un examen médical complet et exhaustif mais ne lui trouve rien de physique. Il lui recommande alors une psychothérapeute, la Docteure Jennifer Melfi (Lorraine Bracco). Tony Soprano est d’abord profondément réfractaire à l’idée de s’impliquer dans ce qu’il considère comme ne présentant aucun intérêt et, pour tout dire, comme étant une insulte personnelle plus que quoi que ce soit d’autre (la question de sa propre santé mentale lui suscite tous les préjugés classiques dont il est largement tributaire), mais deux ou trois autres épisodes de perte de conscience le décident finalement à entrer en thérapie. Cette thérapie du caïd  (The Sopranos pourrait avoir pour sous-titre: La Thérapie du Caïd) va durer sept ans et va servir de structure narrative armaturant l’intégralité de cet extraordinaire feuilleton.

C’est que soudain le tout du monde de ce personnage bourru et inexorablement attachant va se trouver découvert ou redécouvert dans l’angle de la thérapie et de l’ouverture à nos vulnérabilités qu’elle entraîne. On rencontrera sa mère tyrannique, son épouse passionnée et intransigeante, sa sœur abrupte et égoïste, ses maîtresses névrosées et suicidaires, ses circonspects complices, ses sbires obséquieux, son oncle acariâtre qui est, lui, très officiellement, son boss mafieux mais dont il ignore ostentatoirement les moindre commandements, ses employés, ses enfants, le souvenir de son père absent. Toute la fresque du vague à l’âme de l’Amérique fin de siècle va se déployer sous nos yeux, comme sous ceux exorbités de la Docteure Melfi, à qui rien ne sera épargné. La description de la souffrance, du fond miteux et borné de cette nouvelle Comédie Humaine s’enrichiront d’un humour satirique et caustique et d’une superbe richesse d’écriture pour produire une peinture de moeurs époustouflante, considérée comme rien de moins que le feuilleton télévisé le plus achevé de tous les temps. Au fil des saisons, Tony Soprano s’enfonce dans la dépression. Sa thérapeute, qu’il draguera sans succès, qu’il engueulera, qu’il bousculera, qu’il suppliera de le reprendre en thérapie après ses défilades et ses explosions de rage, l’accompagne patiemment dans cette descente aux enfers. Les fins de saisons sont habituellement provoquées par une rupture rageuse entre le patient et sa psychiatre. Au début de la saison suivante, le lien thérapeutique se renoue et la folie névrotique reprend dans toute sa splendeur sa route cahoteuse vers le fond.

Un autre étau se resserre sur Tony Soprano: celui du FBI. Sa maison est sur écoute, ses plus fidèles sbires le trahissent, il doit faire descendre l’épouse de son neveu, devenue indic de police. Son collègue-ou-patron-en-tout-cas-contact new-yorkais est emprisonné. En même temps, sa notoriété de chef de pègre fait de lui une grosse bête curieuse, une bizarrerie ethnologique, une sorte de fier-à-bras du village. Ses voisins se vantent ouvertement d’avoir joué au golf avec lui, ses maîtresses se glorifient intérieurement de l’avoir vu à l’action au lit. Les notables locaux profitent de ses activités douteuses, en tirent avantage, en bénéficient mais au fond se gaussent de lui comme on rit d’une sorte d’archaïsme coloré que l’on tolère par mansuétude nostalgique. Ses enfants grandissent et le méprisent de plus en plus copieusement, complétant dans l’amertume et la douleur la peinture tendre et désespérée du lancinant tableau.

Une fresque incroyablement vivante, riche en allusions subtiles et cocasses (notamment aux grands classiques du cinéma pégreux, The Godfather et Goodfellas, traités avec une tendresse tangible et une mordante ironie), superbement documentée, précise et adéquate jusque dans les moindres détails. Qu’on y aborde la panique de se perdre en forêt, les relations entre Sartre et Heidegger, le baseball, le riche et complexe art culinaire italo-américain, les arcanes du shylocking, la mécanique auto, les théories de l’évolution, le terrorisme, la déréliction, la construction domiciliaire, les drogues récréatives ou thérapeutiques et leurs effets, tout est exact, tout est documenté, tout est précis. Racisme, traditionalisme étroit, préjugés, ignorance crasse se manifestant sous la forme de circonlocutions verbales intraduisibles et de traits de philosophie populaire à gros grains, mais aussi génie, astuce, rouerie, subtilité, art, méthode, The Sopranos nous présente la jubilation langoureuse et la souffrance aiguë d’un monde en décadence qui est tellement le nôtre qu’il reste avec nous longtemps après la fin, abrupte et biscornue, de ce flamboyant spectacle.

.
.
.

David Chase, The Sopranos, avec James Gandolfini, Lorraine Bracco, Edie Falco, Michael Imperioli, Dominic Chianese, Steven Van Zandt, Tony Sirico, 86 épisodes d’une heure, diffusé initialement en 1999-2007 sur HBO (six coffrets DVD).

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Publicités

15 Réponses to “Désormais, James Gandolfini EST Tony Soprano”

  1. Caravelle said

    Vous recommandez cette série américaine?

    [Ab imo pectore – Ysengrimus]

  2. Fridolin said

    Voici la fameuse intro. Écœurante.

    [Une intro culte. Un court-métrage en soi. Quintessential America, Merci Fridolin. – Ysengrimus]

    • Fridolin said

      De rien. Ouf, j’en frissonne encore. Que c’était bon, cette série. Il est mort, le pauvre. Chienne de vie.

    • Le Boulé di village said

      Ouais, faut faire notre tite affaire, parce que quand la marde frappe a frappe.

      [Je seconde. – Ysengrimus]

  3. Catoito said

    Je me disais, »pas encore un feuilleton de mafia. Mais cette flamboyante critique d’Ysengrimus et l’enthousiasme palpable de Fridolin me font hésiter. Je pourrais envisager un visionnement

    [Je n’aurai qu’un mot: envisage… – Ysengrimus]

  4. Tourelou said

    Il me semble vous ressembler un peu ce Soprano… Heureusement la vie vous laisse tourner une nouvelle année.

    [C’est ma tranche d’age, en effet. – Ysengrimus]

  5. Denis LeHire said

    « tout est exact, tout est documenté, tout est précis. »

    C’est vrai, ça. Plusieurs personne m’ont dit ça. C’est incroyablement précis et adéquat sur un tas de secteurs du savoir savant ou ordinaire. Vraiment, comme, tu dis: une peinture d’époque.

  6. Robert Huel said

    Je ne regarde plus la télévision. Leurs téléromans sont remplit d’histoires sensationnalistes qui n’ont que peu de rapport avec la réalité dans lequel nous vivons. Les gens adorent les téléromans qu’ils confondent avec la réalité. ils adorent aussi crier face à la baisse de leur niveau de vie comme des enfants à qui on aurait enlevé la sucette. Ils devraient plutôt s’organiser et devenir souverains plutôt qu’attendre un messie quelconque tout en regardant tous les téléromans télévisés.

    Un bon départ serait le site internet suivant.

    La fuite devant le petit écran en ces temps durs est une stratégie qui ne mène nul part.

    • Serge Morin said

      Oh, oh… certains feuilletons, c’est comme lire un roman, hein. C’est pas une fuite mais une appréhension plus profonde du monde grâce aux atouts synthétique (de synthèse ET artificiels) de la fiction. La condescendance abstraite anti-TV peut, elle-aussi, être un préjugé grossier. Tout dépend du show qu’on regarde comme du roman qu’on lit.

      [Je seconde. – Ysengrimus]

  7. Olivia said

    Je n’ai aucune honte à admettre que j’ai toujours ressentie d’énormes sentiments d’attirance pour ce personnage violent, grossier et parfois quasi-imbécile mais – grâce aux talents immenses de Gandolfini – simultanément doté d’une fragilité et d’une vulnérabilité si captivante. Il occupera toujours une place importante dans mon univers fantasmatique, mon Tony.

    Irrésistible, cet homme.

  8. Cymbale said

    Mon personnage préféré moi c’est l’épouse de son neveu, Adriana la Cerva. Je me suis tellement identifiée a ce personnage.

    adriana-la-cerva

  9. Hibou Lugubre said

    Sacré Gandolfini… ce superbe acteur s’est littéralement fichu du tout Hollywood à travers cette série… Il leur a flanqué une belle leçon de talent et de réalisme qui leur manque cruellement! Ce type nous a réconcilié avec les acteurs et rôles des films sur la pègre… les DeNiro, plus personne n’y croit !

    Même sa vraie mort subite ressemble à une mise en scène de maestro, un épisode qui joue sur nos nerfs… dans l’espoir que Tony réapparaisse!

    RIP James!

    (Pssst : joyeux anniversaire Ysengrimus tout de même ! la vie continue son cours)

  10. Sophie Sulphure said

    Dans le groupe de gens, c’est laquelle sa thérapeute?

    [La femme blonde un peu hirsute devant le peloton, c’est son épouse. La femme derrière la fenêtre, c’est la Docteure Melfi – Ysengrimus]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s