Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

De la sagesse apaisante du SIMPLE FOUET EN TAI CHI du sculpteur Ju Ming (Place des Peuples, Montréal)

Posted by Ysengrimus sur 1 octobre 2013

Le SIMPLE FOUET EN TAI CHI du sculpteur Ju Ming. Photo: la Lettrée Voyageuse

Le SIMPLE FOUET EN TAI CHI du sculpteur Ju Ming. Photo: la Lettrée Voyageuse

.

C’est l’histoire, sinueuse, aigre et brumeuse, de la toute graduelle réappropriation d’un espace urbain, dans une vieille ville occupée d’Amérique du Nord britannique. L’ancienne place du marché au foin de Montréal devient, en 1860, le ci-devant Square Victoria. On plante un peu plus tard, en 1872, au milieu de ce vaste espace urbain, une statue sur socle élevé de la reine Victoria (1819-1901). La souveraine de l’occupant colonial est debout avec couronne et sceptre au faite d’une assez haute colonne… et elle est jeune et fraîche (en 1872, la vraie reine Victoria avait pourtant déjà cinquante-trois ans et était une bien triste veuve). Ce n’est pas là une de ces statues chiantes et rebattues de la Veuve Windsor empâtée et boudeuse comme celles qui trôneront plus tard, lourdement assises devant l’Université McGill (Montréal) ou devant le parlement de l’Ontario dit Queen’s Park (Toronto). Non, non, ici, on cherche à donner à la souveraine impériale une dégaine tonique, florale, diurne, radieuse, presque guillerette. Yeah right… Tout ce qu’on obtient, c’est de bien nous rappeler que la reine Victoria avait effectivement seulement dix-huit ans lorsque survint, au tout début de son long règne, la Rébellion des Patriotes de 1837-1838, réprimée dans le sang par ses très brutaux régiments coloniaux. Le nom de ce «square» et la présence de cette statue sont une cuisante et fort explicite injure colonialiste (pas surprenant que le FLQ, en 1963-1970, faisait sauter des monuments montréalais) et une cicatrice purulente dans le visage de Montréal.

Mais si une cicatrice ne disparaît pas, par contre elle se soigne. Toujours subie, sa purulence peut se voir atténuer par un aménagement urbain intelligent. C’est ce qui s’est passé, sans tambour ni trompette, en 2002-2003 quand la statue du SIMPLE FOUET EN TAI CHI (Tai Chi Single Whip dān biān taiji) du brillant et imaginatif sculpteur chinois (taiwanais) Ju Ming (né en 1938) fut installée tout au bout de la place (extrémité nord), la dominant désormais et l’investissant totalement dans sa direction (et quand on contemple la magnifique statue de Ju Ming, on se doit implacablement de tourner le dos à l’endroit où se trouve la statue de la souveraine honnie). Cette œuvre d’art urbain moderne fait partie d’une série de statues internationalement disposées inspirée par les séquences de mouvements corporels du Tai Chi. Dans le partage de ces représentations bonhommes, d’allure vaguement inukshukesque, Montréal a hérité du simple fouet, une des positions corporelles de base du Tai Chi correspondant à l’ouverture aux possibilités multiples des mouvements et des directions ultérieures et exprimant la sérénité et une rencontre paisible avec la multitude des possibles. La sagesse tendrement comique et indubitablement apaisante du SIMPLE FOUET EN TAI CHI du sculpteur universel Ju Ming se complète d’un beau cadeau que nous fit, au même moment, la ville de Paris (France). Un portail MÉTROPOLITAIN facon Hector Guimard, comme ceux de la Ville-Lumière pour encadrer la sortie de la station de métro Square Victoria (ligne orange). Things change, don’t they… Voici donc maintenant ce que le personnage de pierre effectuant le mouvement du simple fouet en Tai Chi verrait depuis sa position, s’il disposait de notre regard impudent et sagace. De la statue de la reine Victoria, jadis pôle attractif central de toute la place, on ne voit plus, partiellement caché par les arbres du dispositif, sur tribord avant, que le socle. Si une cicatrice ne disparaît pas, par contre elle se soigne…

La PLACE DES PEUPLES dans le regard du gros perso de pierre effectuant le simple fouet en Tai Chi. La porte de métro à la française est bien visible. La reine Victoria, par contre, est toute seule dans son petit coin. Le perso de pierre et nous n’en voyons plus que le socle, bien vaguement. Photo: la Lettrée Voyageuse

La PLACE DES PEUPLES telle qu’elle apparaitrait dans le regard du gros perso de pierre effectuant le simple fouet en Tai Chi. La porte de métro à la française est bien visible. La reine Victoria, par contre, est toute seule dans son petit coin. Le perso de pierre et nous n’en voyons plus que le socle, au loin. Photo: la Lettrée Voyageuse

.

Les choses avancent petit à petit, donc. Bon, on ne peut pas officiellement renommer le Square Victoria. C’est là un de nos fort nombreux interdits implicites, irritants et honteux. L’occupant post-colonial canadien nous ferait chier sans fin si on osait le faire. Il va donc falloir patienter, patienter encore. Un premier signal fort, dans la direction toponymique, apparut cependant lors des manifestations des Indignés de 2011, dont cette place fut le point de ralliement, sur Montréal. Le nouvel espace que je viens de brièvement vous présenter fut alors renommé, officieusement mais très explicitement, PLACE DES PEUPLES. Cela me va parfaitement.

Indignons-nous de tout ce qui indigne. Il faut refaire la vie et un jour viendra.

Ysengrimus embrassant la Place des Peuples sous le regard patient du Cuistot Musico. Photo: Allan Erwan Berger

Ysengrimus embrassant la Place des Peuples sous le regard patient du Cuistot Musico. Photo: Allan Erwan Berger

.
.
.

20 Réponses to “De la sagesse apaisante du SIMPLE FOUET EN TAI CHI du sculpteur Ju Ming (Place des Peuples, Montréal)”

  1. Fridolin said

    Tu pourrais aussi bien l’appeler LE SEIGNEUR DES BIXIS…

    • Caravelle said

      Excusez-moi, Monsieur Fridolin. Je ne comprends pas.

      [Les BIXIS sont ces vélos de location instantanéiste montréalais. Le SIMPLE FOUET semble en désigner un alignement d’un vague geste de la dextre. Il y en a aussi quelques-uns derrière lui, d’où l’ironie de Fridolin… – Ysengrimus]

      • Caravelle said

        Oh grand merci. C’est une statue superbe. Ces vélos sont un peu malencontreux mais ils aident à stabiliser la proportion de l’œuvre dans notre esprit.

  2. Le Boulé du village said

    En parka, grâce à toi, Ysengrimus, je sais enfin le nom français de cette pas mal trippante nouvelle estâtue du SquareVicto (Place des Peuples). L’occupant assimilateur ne nous en donnait évidemment que le nom anglais (même pas le nom chinois que tu fournis aussi). Merci, l’ami.

    [À ton service, mon ptit Boulé]

  3. Catoito said

    Vous avez bien raison de refranciser Montréal au maximum. C’est ce qui fait votre force d’attraction touristique et historique par rapport à New York et Boston. Ce visage français à la fois de souche et international. Il faut continuer de le préserver. Et si les chinois vous y aident comme tu l’expliques ici, vivent les chinois!

    Un français qui vous admire

  4. PanoPanoramique said

    Oh, je passe voir ça cette semaine et je vous en reparle.

  5. Sophie Sulfure said

    La place fait un peu proprette et aseptisée, par contre. Très nord-américain, quelque part…

    [Oui. Sauf quand les peuples l’investissent… – Ysengrimus]

    • Sophie Sulfure said

      J’aime beaucoup cet article qui en parle, par contre. On retrouve votre admirable simplicité québécoise en lui… Et c’est super d’impliquer les enfants comme ça.

      [Je ne connais pas la seconde sculpture que cet article mentionne. – Ysengrimus]

  6. Sylvie des Sylves said

    D’autres installations-sculptures de Ju Ming, présentées dans un blogue de voyage en anglais (avec mes excuses).

    [Pas d’excuse requise, Sylvie. L’anglais est une langue internationale que nous pratiquons dans le coin… Merci pour ce beau lien. J’aime moins ses statues à thèmes militaires mais quelle magnifique, grandiose et tragicomique imagination… – Ysengrimus]

  7. Serge Morin said

    Il faut dire que, même d’un point de vue strictement esthétique, elle date un peu, cette statue de l’Impératrice de l’Austral et du Boréal…

    Victo-au-carre-victo

  8. Sissi Cigale said

    C’est vrai qu’il y a une sagesse post-coloniale, une sérénité mondiale dans l’évolution de cette place montréalaise. Merci de nous y faire penser, Ysengrim… y compris dans le souvenir du cuisant de la blessure.

    • Serge Morin said

      Tiens, ça me rappelle vers 1969 une de mes profs de secondaire disait ceci: « Pour s’assurer une vraie impartialité, l’histoire du Canada devrait nous être racontée par un chinois. C’est là qu’on aurait une vision vraiment juste et balancée ».

      Voilà… en une synthèse artistique fulgurante ici, c’est fait…

  9. Vanessa Jodoin said

    Le SIMPLE FOUET domine complètement l’espace. L’impératrice des Indes is nowhere to be seen…

  10. Plan du Square Victoria said

    Simple Fouet………..(fontaines)……………..Station de Métro Square Victo
    ———————————-rangée d’arbres————————————————————
    ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………statue de la reine

  11. L’ancienne Place du Marché au Foin était immense, colossale. Regarde Fridolin, le petit plan que je t’ai fait ici, supra (commentaire 10). La statue de la reine est au centre géométrique de l’ancienne place de 1872 qui, elle fait quatre fois le rectangle que je t’ai mis ici. L’espace remotivé par le Simple Fouet en Tai Chi représente donc UN QUART de l’ancienne place. Mais c’est le segment le plus vivant et le plus investi puisque la sortie de métro (évidemment absente en 1872) nous déverse directement en direction du perso de Ju Ming. La Place des Peuples, a le quart du volume de l’ancien Square Victo et, rangée d’arbre et ampleur de la perspective aidant, tout y tourne le dos à la Méchante ou l’ignore.

    Rien de cela ne s’est fait officiellement, évidemment. Sauf que ce qui est est. Tout un symbole. C’est vraiment à voir…

    • Fridolin said

      Oui, oui, les photos d’époque de cette documentation historique le montrent bien. Comme tu dis, le rectangle d’origine était gigantesque. Il s’agit donc d’un démembrement discrètement VICTOrieux de ce vaste espace. On va pas pleurer, uh. uh, uh…

      [Voilà. Et comme on se déplace plus sur ces places à cheval comme autrefois mais à pied, je t’assure que le Simple Fouet dispose d’un rectangle fort respectable qu’il occupe d’ailleurs avec dynamisme et brio. – Ysengrimus]

  12. Emma said

    Bonjour,

    Un joli mémorial! bien placé et surtout très significatif!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s