Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Il y a cinquante ans: BOB DYLAN (l’album)

Posted by Ysengrimus sur 19 mars 2012

Got on the stage to sing and play
Man there said: Come back some other day
You sound like a hillbilly
We want folksingers here…
[Je monte sur scène, je chante, je joue
Le type me dit: Reviens nous voir un autre jour
Tu sonnes comme un de ces bouseux de paysans
Ici, c’est des chanteurs folk que ça nous prend…]
(Bob Dylan, Talking New York, sur l’album Bob Dylan, 1962)

.
.
.

Il y a cinquante ans tout juste, le 19 mars 1962, paraissait à New York, le premier album de l’auteur compositeur interprète Bob Dylan (né à Duluth au Minnesota en 1941, il avait donc alors vingt et un ans). Le disque vinyl s’intitule tout simplement Bob Dylan et apparaît, avec le demi-siècle de recul, plus comme le This was the way we played then. But things change, don’t they de Dylan. C’est effectivement un an plus tard, avec son second opus, l’album-culte The Freewheelin’ Bob Dylan (1963), qui s’ouvre sur le monumental Blowin’ in the Wind, suivi, pas trop loin, du très explicite Masters of War, que le monstre sacré de la contreculture protestataire des années 1960 se campe bien en place sur son solide piédestal. Plus modestement, mais en manifestant une qualité artistique déjà entière, l’album Bob Dylan (1962), propose plutôt un tout premier bilan de la jeunesse d’artiste et de chanteur folklorique de Dylan. Au cœur épicentral de ce point d’orgue crucial repose Woody Guthrie (1912-1967), l’immense chanteur folk et virulent protest-singer (chanteur protestataire) de la première moitié du siècle dernier (l’auteur titanesque, entre autres, de This land is your land). Dylan, dans l’album Bob Dylan, chante d’ailleurs une de ses magnifiques compositions (de lui, Dylan) intitulée Song to Woody. C’est le chant du jeune folk songster (songster: un baladin populaire qui chante le corpus collectif, un interprète folk, un tourne-disque vivant qui joue encore les airs de la tradition orale) en train de mettre de l’ordre dans le corpus de ses influences et de pousser l’éclosion inexorable de sa spécificité d’artiste. Je vous la traduis ici (traduction en adaptation rythmique libre… c’est pour en saisir le contenu, tout simplement):

.

Chanson à Woody [Song to Woody]

Me voici ici à mille milles de chez moi
Marchant sur des routes que bien d’autres ont parcouru avant moi.
Je découvre ton monde, un monde tout nouveau, rempli de gens, de choses.
J’entends la voix des manants, des vilains, des vassaux et des roys.

Hé, hé, Woody Guthrie, je t’ai écris une chanson
À propos de ce bien drôle de monde qui est là, qui se déploie.
Un monde tout malingre, affamé, épuisé, déchiré,
Un monde qui semble à l’agonie, alors qu’il vient pourtant tout juste de naître.

Hé, Woody Guthrie… mais je sais parfaitement que tu sais parfaitement
Le fin fond des choses que j’évoque ici, et beaucoup plus encore.
Je te chante cette chanson mais, bon, c’est vraiment pas grand chose
Quand on se dit que bien peu d’hommes ont accompli ce que tu as accompli.

C’est aussi pour Cisco et Sonny. Pour Leadbelly aussi.
Et pour tous ces bons gars qui marchèrent avec toi.
Je chante pour dépeindre le cœur et les bras de ces gars
Que la poussière a amené, puis que le vent a chassé.

Je pars demain. Je pourrais même le faire aujourd’hui.
Et quelque part un beau jour, au confin de ma route
L’ultime chose à faire que je voudrais vraiment pouvoir faire
C’est de dire combien ardu, mon propre voyage fut, lui aussi…

.
.
.

Woodie Guthrie (1912-1967)

.

Je n’ai tout simplement pas de mots (moi d’habitude si disert) pour vous dire combien Bob Dylan est gravé au plus profond de moi. Son art musical et lyrique m’ont si crucialement influencé intellectuellement, depuis ma toute prime adolescence, que cette traduction de la sublime Song to Woody, c’est, en fait, à Dylan lui-même que je pense en l’écrivant. Et, bon, pour le coup, laissez-moi vous dire aussi que ceci:

Come you masters of war
You that build all the guns
You that build the death planes
You that build all the bombs
You that hide behind walls
You that hide behind desks
I just want you to know
I can see through your masks.

[Venez un peu ici, vous les maîtres de la guerre,
Vous qui fabriquez les flingues,
Vous qui construisez ces chasseurs tueurs,
Vous qui façonnez les bombes,
Vous qui vous planquez entre quatre murs,
Vous qui vous planquez derrière un bureau,
Je voudrais simplement vous signaler
Que je vois parfaitement au travers de votre masque]
(Première strophe de Masters of War, Bob Dylan, 1963)

bien, c’est rien d’autre que le contenu brut de l’âme grognante et purulente d’Ysengrimus. Toute une tradition, au demeurant incroyablement riche et mal connue, de résistance culturelle et sociale des agriculteurs et des travailleurs américains s’est incarnée en ces deux interprètes (et en bien d’autres, y compris des artisans musiciens et chanteurs totalement inconnus, anonymes, collectifs, mobilisant un dense héritage vernaculaire typiquement continental de protestation prolétarienne et paysanne)… Salut Bobby, salut Woody. Et encore chapeau pour ces indispensables relais sur ces rubans de routes infinis que vous avez parcourus…

.
.
.

Woody Guthrie a longtemps arboré sur sa guitare une affichette disant: CETTE MACHINE TUE LES FASCISTES

.
.
.

Publicités

5 Réponses to “Il y a cinquante ans: BOB DYLAN (l’album)”

  1. Tourelou said

    Il faut respecter les artistes, dont vous faites aussi partie, car grâce à leur langage des mots, de l’image, de la musique, nous nous éloignons ou rapprochons du réel. Le langage est un concept, l’artiste, un concepteur. Je suis pour l’esprit plus grandiose que la réalité. Soyez assuré que vous ne manquez pas de mots… être vivant peut parfois être corrosif, c’est tout.

    Pas du genre à penser que je suis sur terre pour magasiner chez Wallmart 😉 Dylan fait partie aussi de ma mythologie personnelle. Merci pour me l’avoir soufflé dans le vent chaud d’aujourd’hui.

  2. Le boulé du village said

    Pense vite, Ysengrim. La toute première chanson de Bob Dylan entendue dans ta vie?

    [1970, la version française de Blowin’ in the Wind (ÉCOUTE DANS LE VENT, popularisée par Richard Anthony) MAIS, fait capital, telle que chantée et jouée à la guitare sèche par ma soeur ainée, assise en sauvageonne, les cheveux dégoulinant sur les épaules. Sublime. – Ysengrimus]

  3. Catoito said

    Et ton premier album acheté à sa sortie?

    [DESIRE (1976). Avant je carburais aux compiles et à THE BASEMENT TAPES (1975), acheté d’occasion… – Ysengrimus]

  4. Caravelle said

    Bon, je me lance aussi. Et ta chanson favorite?

    [Ouf, impossible d’en déterminer une seule. Pour le protest-singing, dans ses dimensions militantes et symboliques: THE TIMES THEY ARE A-CHANGIN’ et HARD RAIN. Pour la force d’évocation narrative (chanson-récit): MOTORPSYCHO NITEMARE et HURRICANE. Pour la beauté descriptive et la puissance de la charge passionnelle: ONE TOO MANY MORNINGS et BOOTS OF SPANISH LEATHER. Mais je pourrais énumérer et énumérer… – Ysengrimus]

  5. Éléonore said

    Le cinéaste Martin Scorsese partage votre si profonde admiration pour Dylan. Il lui rend hommage radieusement dans un superbe documentaire, No Direction Home, diffusé en 2005.

    http://topdocumentaryfilms.com/bob-dylan-no-direction-home/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s