Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Saint Pierre et Miquelon, piège à con

Posted by Ysengrimus sur 1 juillet 2009

SAINT PIERRE ET MIQUELON – LA CARTE, LA TRÈS PARLANTE CARTE

.

Alors chevaliers des causes perdues, à vos palefrois.
Et couvrez-vous bien car, en plus, il fait froid…

Le torontois inconnu

.

Mes cousins, mes cousines de France hexagonale, écoutez–moi. Donnez moi dix minutes de votre précieux temps. Vos dirigeants vont encore se payer votre poire sur une histoire de choux gras néo-coloniaux en forme de cul de sac compact. Je vous en supplie, je vous en conjure, deux mots. D’abord que je vous dise qui je suis et d’où je vous parle. Avant, je m’appelais la Nouvelle-France. Ensuite, oh, bien avant 1867, j’étais le Bas-Canada. Aujourd’hui, je suis le Canada, le Québec, l’Acadie, la francophonie ontaroise ou fransaskoise, tout ce qu’on voudra. Moi personnellement, je suis implanté dans le coin depuis 1608… Je n’ai aucun pouvoir, aucune velléité, aucune aspiration. Je vous parle debout sur une boîte à savon peinte en rouge. Vous pouvez être assurés que j’ai mangé mon lot de misère sous la houlette d’un occupant dont je n’intègre pas les valeurs, mais dont je sais qu’elles restent celles du plus fort. Mon occupant n’est pas resté que quatre ans, moi. Il est solidement installé depuis 1760, avec ses grands airs… Et ici, loin, si loin, au coeur de la mise en place du plus durable et profond désastre écologique de l’histoire des Amériques (la catastrophique extraction des sables bitumineux de l’Alberta – on en reparlera), je ne le chauvinise pas, mon petit Canada. Je ne crois tout simplement pas au Canada contemporain. Je ne suis donc absolument pas le porte-parole du Canada rouge, blanc, blême, j’insiste fermement là-dessus. Je suis un internationaliste. Je laisse le chauvinisme étroit aux sectaires (incluant les hexagonaux sectaires)… Corollairement, je ne suis pas non plus le gardien du capitalisme occidental (hexagonal inclus) ni de la bourgeoisie flibustière nord-américaine. Non plus, non plus, non plus… Mais je vais devoir vous parler de l’impérialisme américain ici, un petit peu, quand même, à mon corps défendant, croyez m’en. Ledit impérialisme américain, je le subis. Vous aussi. Mon mot ici est simple: faites ce que bon vous semblera dans ce coin-ci du monde et vivez avec les conséquences… Je ne suis en rien le gardien des combines économiques canadiennes… Je ne suis qu’un epsilon des neiges qui vous joue un petit air de corne de brume. Faites-en ce que vous en voudrez.

Il s’agit donc de la lancinante question de Saint-Pierre, Miquelon et (surtout) du vaste bassin marin des environs. Vous croyez sincèrement, mes doux cousins, mes douces cousines, que cette titanesque portion océanique ne concerne que le Canada et la France? Vous vous trompez lourdement, mes beaux et mes belles…Euh… pour le coup… regardez donc d’abord la carte un petit peu, quand même là…

Le territoire marin que vous revendiquez, autour du caillou encerclé que vous détenez, gruge carrément la berge de la province canadienne de Terre-Neuve (Newfoundland, sur la carte ici. Population: un demi-million de personnes dont deux mille francophones)… Une douce et lente balade en traversier entre Fortune (Terre-Neuve) et Saint-Pierre dure une heure. Je ne sais pas là d’abord, mais l’extraterritorialité coloniale une, indivise et charriée, il faut la mousser un petit peu mais pas trop non plus… hmmm… Le fait qu’on ne vous la montre pas bien souvent, ladite carte, est, de plus, parfaitement indicatif de l’ampleur gargantuesquement irréaliste du fantasme hexagono-extraterritorial du coin… Pourtant le géographique est tout à fait parlant, ici. L’entente de 1992 sur les eaux entourant Saint Pierre et Miquelon vous donne accès, prenez ma parole, à une sorte de corridor marin de bonne proportion et vos chalutiers usines (comme ceux d’un peu tout le monde en Europe et ailleurs) y ont amplement pompé, sans même apercevoir la côte. C’est déjà un acquis fort honorable, quoiqu’il me reste aussi en mémoire un vaste triangle longeant la berge sud de Terre-Neuve que vous auriez aussi soigneusement siphonné. Bref, peu importe, tout cela pour dire que ceux et celles qui s’imaginent que les négos actuelles vont vous donnez plus que ce qu’alloue déjà la susdite entente de 1992 rêvent debout… C’est pourtant bien reparti, ce fantasme hallucinatoire. Les fallacieux hexagono-centristes sur cette question disent leurs lignes. Le néo-colonialisme franchouillard a grondé ce qu’il avait à gronder. Oubliés la guerre d’Algérie, Dien Bien Phu, l’espace CFA, les diamants de Bokassa, le génocide rwandais, le soulèvement guadeloupéen et les appartes et bagnoles de Bongo. On remet ça, sans sourciller, dans le colonialisme étroit, confidentiel et vieillot qui, encore une fois, finira mal. Ici, plus discrètement, on la joue maritime, on cause pétrole et poissons, mais on continue de cultiver les mêmes crispations cocardières… Matamores nostalgiques, rocamboles irréalistes, boutefeux cyniques, lisez, mais lisez donc. Lisez et notez un autre fait que nos chauvins DOM-TOMesques escamotent pudiquement, tout comme la carte. Population (française) de Saint-Pierre-et-Miquelon: 6,200 individus. Pas si difficile à consulter, ça, pourtant. C’est la masse démographique d’un hameau de proportion passable. Or montrez-moi un référendum des 6,200 Saint-pierrais pour dire qu’ils veulent mordicus, et à leurs risques exclusifs, devenir les têtes de ponts bâillonnées et serviles de la mégalomanie oléo-poissonnière métropolitaine se jouant au dessus de leur tête et on en reparlera, mesdames et messieurs les touristes à voile. Si la métropole s’occupait effectivement des Saint-pierrais au lieu de s’occuper en exclusivité des poissons et du pétrole qui les entourent, la chose de la charge sociale serait de fait simple et fort peu coûteuse à résoudre (ils sont 6,200. Une paille. Je vous le redis, 6,200. Méditez ce nombre).  Mais la crise récente de la Guadeloupe nous montre bien ce que la France a de fait à foutre des confettis de l’empire. Colbertisme d’abord, responsabilités sociales après.

Alors?… alors maintenant deux mots sur le clou du spectacle: nos bons ricains dans ce joli tableau sur un bateau. La loi du plus lourd, la loi du plus gros… Elle fonde le long silence de Sarkozy, cette proximité discrète et puissante des américains. C’est que Sarkozy a lu les petits papiers de ses bons maîtres… La DOCTRINE MONROE de 1823 stipule que l’Europe ne peut plus installer ou amplifier des colonies nulle part dans les trois Amérique… Et les ricains vont bien voir à la faire appliquer, cette dite doctrine. Sarko n’a donc pas eu trop tort de regarder ailleurs, pendant les belles années de la lune de miel d’Obama. Votre président n’était pas guidé uniquement par les compulsions de ses amitiés internationales serviles mais aussi, plus prosaïquement, par le vieux fond réaliste des petits arrivés de son baril… Mais allons-y, allons-y, fantasmons en quadraphonie… Les ricains vont laisser le Grand Banc de Terre-Neuve, le plus riche au monde, quitter allègrement sa zone d’influence géopolitique traditionnelle, celle du plus grand et du plus ancien port poissonnier de la facade Atlantique continentale: Boston (Massachusetts – un peu au nord de Cape Cod, lui-même étant la longue virgule de terre couchée, le doigt crochu qui dit « par ici », juste au bas de la carte, à gauche). Il vont laisser ce butin mirifique aller à la France en échange de quoi, un tour de chant de Madame Bruni? Revenons tout de suite sur terre (et sur mer). Les ricains se chamaillent cube de glace par cube de glace avec le Canada pour le tout émergeant Passage Maritime du Nord-Ouest et ne feront rien ici? Vous vous illusionnez en panavision, si vous croyez cela une seule seconde. Non, mes hexagonaux, mes hexagonales, réveillez-vous. Douce France, ne fait pas une ignare déchue de toi une fois de plus, en croyant illusoirement miser sur la déchéance impériale de l’autre. C’est justement le déclin de son impérialisme planétaire qui va rendre le ricain bien plus regardant qu’en 1992 sur ce qu’il lui restera dans cet espace là, qui est son fond de cours exclusif. Angleterre en déclin, Irlande du Nord. Analogie… Oui? On se suit? Mes amis hexagonaux, mes amies hexagonales, en relançant les négos sur Saint-Pierre et Miquelon, vous jouez un quitte ou double hasardeux, malencontreux et politiquement stérile. C’est votre droit le plus strict. Vos considérations (illusoirement) morales n’ont cependant aucun poids face au poids des faits imposés par la carte. La révolution ne va pas débuter à Miquelon… On est ici en zone verrouillée. Il ne s’agit pas de prétendre que la Doctrine Monroe, premier grand diktat de l’extraterritorialité du pouvoir ricain, est légitime. Il s’agit, plus simplement, de la jouer prudemment avec le gros voisin. Allez-vous faire les finasseurs légalistes jusqu’à ce que les ricains occupent votre archipel indéfendable et vous disent de prendre le fric et de vous casser, comme en Louisiane (vous) et en Floride (les espagnols)?

Je suppose, personnellement, que ce roc douloureux devrait tout simplement être rattachées à Terre-Neuve, mais c’est une opinion strictement privée. Autrement, en fait, je préfère le statu quo prudent de 1992 à toute cette hexago-mégalomanie actuelle qui va vraiment finir par réveiller l’aigle et vous faire perdre toute la cagnotte… Gardez votre archipel, mes bons gars, mes bonnes filles. Gardez votre dispositif de 1992. Ne les utilisez pas cyniquement comme tremplin sans assise pour exiger toute cette surface océanique infinie, bleue, impalpable, intangible, parce que vous allez alors vite vous rendre compte de l’éphémère de toute géopolitique… tout en finissant aussi par bien comprendre les fondements effectifs de l’indifférence initiale de vos politicards métropolitains sur la question de Saint-Pierre et Miquelon…Et aussi, si vous faites les cons, ce jour là, le Canada ne pourra plus rien pour vous… Le Canada, Quasimodo impénitent, impotent cardinal, bossu obséquieux, vous parle gentiment en ce moment par ma bouche. C’est tout ce qu’il parviendra à faire dans cette affaire. Le Canada vous dit, par ses propos et par son exemple: il faut savoir se contenter. Surtout dans le jardinet de Goliath… et «outre-mer» c’est aussi la terre… des autres. Méditez sagement, mes cousins, mes cousines. Retenez la leçon bizarre et biscornue de la Guerre des Malouines, en vous disant bien qu’elle fonctionne à l’inverse ici. Calculez toujours avec cette proximité des USA, et demandez-vous froidement pourquoi les choses se tambouillent à New York sur cette question (ce n’est vraiment pas parce que l’ONU est à New York, comme le croient béatement certains hexa-gogos mal avisés)…

Mes chers cousins, mes chères cousines, merci de votre précieuse attention. Merci surtout de ne pas envoyer vos chalutiers sous escorte de votre marine militaire nationale bringuebalante comme vous le fîtes bien stérilement au siècle dernier. Merci de voir clair. Maintenant, mon coeur saigne en vous disant ceci, mais il faut dire ce qu’il faut dire. Si vous vous rebiffez face au bon sens que vous dicte ma petite corne de brume des neiges ici, c’est simplement que votre eurocentrisme obtus et suffisant vous aveugle. RIEN ne se décide dans la géopolitique des trois Amériques sans que les USA ne soient au coeur de l’affaire, habituellement avec le statut, tranquille et faussement bonhomme, de juge et de parti. Rien. Relancez votre fameuse ronde de négos de 2009 sur Saint-Pierre et Miquelon et on verra bien ce qui se tramera. Pourquoi c’est si difficile, au fait? Certainement pas de par la super-puissance d’Ottawa (de quoi?)…

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Publicités

35 Réponses to “Saint Pierre et Miquelon, piège à con”

  1. Bowring said

    Désolée, mais vous racontez vraiment n’importe quoi… Cela n’a rien a voir avec de la mégalomanie française, ce sont les habitants de Saint-Pierre-et-Miquelon qui ont quelque peu forcé la main au gouvernement français pour qu’ils puissent de nouveau vivre dignement en produisant, et non plus en touchant des subventions qui sont déshonorantes. Si les ressources ont été épuisées, ce n’est pas du fait des 6,200 habitants de cet archipel français, mais le pillage collectif fait par les Espagnols, les Portugais, les Coréens, les Russes, les Français… En outre, le droit de la mer des Nations Unies donne toute légitimité à la démarche de la France. Donc avant de perdre votre temps et le nôtre avec vos longs discours, renseignez-vous un peu…

    • ysengrimus said

      Je persiste et je signe… La population de l’archipel ne bénéficie pas des ressources de l’archipel. Je ne vois pas comment on pourrait analyser cette situation autrement.

  2. Z said

    Bonjour.

    Cet article au ton un peu littéraire manque son but. De quoi parle-t-on en fait? C’est beaucoup trop long pour peu de matière effective.

    Meilleures salutations.
    Z

    • ysengrimus said

      Tiens donc!
      Laissez-moi donc vous le résumer, cher Z:
      – Les Saint-pierrais sont peu nombreux et vraiment collés sur Terre-Neuve;
      – La métropole n’admet pas cela, le dissimule;
      – L’Europe se fiche souverainement d’eux et ne s’intéresse qu’aux ressources manifestées en surface océanique;
      – La métropole n’admet pas cela, le nie;
      – À force de charrier et d’être gourmands en ce territoire océanique limitrophe aux USA, les ricains vont finir par s’en mêler et sonner abruptement la fin de la récré (Doctrine Monroe dixit);
      – La métropole n’admet pas cela, s’illusionne;
      – Le Canada est parfaitement impotent sur cette question;
      – La métropole n’admet pas cela, feint de ne pas le voir;
      – Il faudrait s’en tenir au dispositif de l’entente de 1992;
      – La métropole fait la sourde oreille, relance les négos.

      Ça va comme ça?

  3. TienTien said

    Merci pour cet intéressant billet qui nous éclaire sur un coin du globe trop souvent ignoré et sur les appétits oléo-poissoneux d’une bien lointaine « métropole » . Ces guillemets sont à interpréter figurativement…

  4. LEGASSE said

    Avez-vous consulté la « Population (française) de Saint-Pierre-et-Miquelon: 6,200 individus » avant de publier votre article? Vous parlez en notre nom sans savoir de quoi il retourne! Informez-vous et vous verrez que votre propos est hors sujet!

    • ysengrimus said

      Ah bon? Combien de personnes sur l’archipel réprouvent-elles mes vues? Quels sont leurs arguments? Fournissez vos statistiques. Exprimez vos objections. Vous n’êtes pas vous-même un député ou un administrateur public, j’espère (ce sont habituellement eux les plus pro-métropole). Bref, lisez attentivement ce que je dis sur les Saint-pierrais. Je ne parle aucunement en leur nom mais strictement en mon propre nom… et aussi… euh… quel est exactement le « sujet »?

  5. N`importe quoi said

    Vous analysez très mal le problème. Les USA n`ont rien à voir dans cette histoire. Les canadiens impotents? C`est tout le contraire, ils ont toujours âprement défendu leurs droits contrairement à la France, et dans ce cas précis ne lâcheront pas le morceau.

    • ysengrimus said

      Vous PERCEVEZ très mal le problème. Cette myopie sélective entêtée (vieillotte et hautement crypto-colonialiste) que vous (et vos semblables analystes) entretenez sur la vraie perspective continentale vous bloque complètement la vue. Et ensuite, vous voici bavant de fort suspects ronds de chapeaux devant l’immobilisme métropolitain actuel et ses toutes tataouines suites. La France ne veut pas tournoyer autour des guêpiers de l’Oncle Sam. Le Canada (et tout le fatras afférent) est l’un d’entre eux. L’illusoire « âpreté » canadienne face à Paris n’a pas d’autre fondement.

      Bons Saint-pierrais, il y a une chose que vous risquez de perdre dans tout ce titntouin: votre légendaire tranquilité. Ça vous intéresse tant que ça de finir comme une version inversée des Îles Malouines?

  6. laurence said

    Le sentiment d’une petite française? Nous avons déjà failli perdre Saint Pierre et Miquelon sous Chirac, peut s’en est fallu que le territoire soit cédé. A l’époque on nous a dit que justement la population était négligeable, que nous étions ridicules avec notre bout de caillou infertile et désert. Voici du chauvinisme mal placé, a t’on entendu pour nous faire céder. Eh bien on est français, on est têtus et on le garde, notre caillou, notre phare. Pourvu qu’il reste ce qu’il est. juste un bateau à rajouter. Il n’y a peut être plus que ce roc mais c’est tout un symbole. Espérons que nous saurons le préserver.
    * de Vimy, territoire canadien, France

  7. laurence said

    Je dis juste que, pour le moment, nous avons évité la cession (peu s’en est fallu, le président Chirac a fait machine arrière vu le tollé dans l’opinion publique) et que c’est déjà ça. Et puis peut être que vous ne feriez pas mieux. Tiens pour parler de choses qui fâchent, avez-vous évité les ogm au Canada? vous voyez, facile à dire mais moins facile à faire… Nous en avons un peu assez de nous faire taxer de colonialisme avide. Ne confondez pas il y a partout dans le monde des gens ou des sociétés avides. Donc l’eau on la garde et pour l’instant 1992 n’est pas encore remis en cause. Jusqu’à ce qu’on trouve une solution, voilà.

    • ysengrimus said

      Oh, les crêpages mon pays ceci, oui mais ton pays cela!, très peu pour moi. Je ne suis pas un promoteur du Canada, bossu obséquieux et impotent, aux manœuvres hypocrites et polluantes. Vos propres cocoricos chauvins, je vous en laisse donc la pleine intendance. On ne peut absolument pas imiter le cri du castor et, surtout, ceci n’est pas un match de foot…

      Maintenant, quand vous dites l’eau, on la garde, si je vous suis bien, vous voulez dires, je suppose, l’eau, telle que stipulée en l’entente de 1992. Si c’est le cas, notez alors, pour faveur, que nous disons exactement la même chose. Il faut que «vous» vous contentiez du résultat fort honorable de 1992, pour éviter de perdre le lot. Et, au risque de me répéter: le Canada n’y peut pas grand-chose. Tout se trame à Boston. C’est comme ça.

  8. laurence said

    mdr, les canadiens en fait ce sont des chauvins refoulés (d’ailleurs ils parlent français, c’est dire !). Je dis seulement: la critique est facile mais l’art est difficile. Ne le prenez pas à coeur, c’est juste du sport, vous tapez dans le ballon, je renvoie, pas plus, à la fin on se serre la main et si vous voulez en prime je vous fais le cri de l’âne du Poitou.

    c’est de l’humour! je précise, allez sacrés cousins, topez là, nous avons finalement les mêmes ennuis.

  9. laurence said

    Oui.

    • Égérie said

      Sauf que faut dire que la carte, c’est vachement parlant. Nous français et françaises sommes des cons et des connes fini(e)s. Fichons la paix à ces gens une bonne fois et mêlons-nous de ce qui nous regarde, bon sang…

  10. Franck said

    Salut je n’ai pas de vie je fais un paragraphe de 400 lignes pour me foutre de la gueule d’une ile dont je n’ai jamais mit les pieds. Et ben elle est BELLE la France!

    Tu mets un seul pieds ici, tu va repartir aussi vite que tu es venu sale merde!

  11. Cormier Ingrid said

    En tout cas c’est une mentalité hautaine et moqueuse qui suinte de ce monologue. Que devrais-je dire, une mentalité condescendante! Puisque pour vous ça ne rime à rien, il faudrait tout laisser tel quel? Prenez le temps d’aller voir ces îles, de voir ce que le moratoire de 1992 a provoqué. Il ne s’agit pas que de 7000 habitants, c’est tout un pan de l’industrie de pêche française qui a sombré face à l’impérialisme canadien… Mais bon, on ne va pas s’évertuer à vous ouvrir les yeux, ou vous faire revenir en arrière, le piège à con c’est bien votre article… Néanmoins, soyez fiers, car vous détenez cette belle mentalité de certains esprits étroits de Métropole, qui ne voient et ne comprennent rien d’autre que ce qu’ils connaissent. Comme quoi, en dépit de la perte de la Nouvelle France, un certain esprit demeure, dont vous êtes un descendant exemplaire. Salutations!

    [Si vous croyez que je roule avec l’ «impérialisme canadien» va falloir relire mon texte moins superficiellement. Mais laissons cela. Votre formule pour l’avenir de Saint-Pierre et Miquelon, vous, ce serait quoi? – Ysengrimus]

  12. Couleur locale said

    Sachez que vous n’êtes pas le bienvenu ici…

    [Où ça? – Ysengrimus]

  13. Ellyn said

    Oh, tu va te calmer toi là. Je suis Saint-Pierraise,

    Et mon Iles est très bien comme elle est. T’as pas envie de venir bah tu vient pas mais ta pas à foutre d’la gueule de Saint-Pierre et Miquelon ok!

    T’aime bien, tant mieux.
    T’aime pas bah tu ferme ta gueule.

    Frank a bien raison, t’es jamais venu ici tu sais même pas à quoi sa ressemble et tu ose critiquer notre Iles, tu te prend pour qui sérieux.

    Fin bon je vais pas continuer à te répondre parce que un jour un mec de SPM ma dit ne répond pas aux cons ça les rends intelligent!

    [Ferme ta gueule parce que je suis Saint-Pierraise… C’est vrai que c’est pas la base la plus heureuse pour une amorce de discussion avec le monde extérieur. J’attends toujours une réfutation de mes arguments. Mais je me contenterai ici de me rassurer en me disant que votre attitude n’est pas un échantillon représentatif de celle de vos compatriotes insulaires… En effet, on les dit chaleureux et ouverts… – Ysengrimus]

    • Ellyn said

      Bah voilà alors pourquoi tu critique comme ça oui on est chaleureux et très ouvert donc. Avant de critiquer tu viens t’observe et après tu dis ce que tu penses mais que tu vienne même pas ici tu ose critiquer comme ça non mais sérieux…

      [Tu pourrais me résumer ma «critique» de Saint Pierre et Miquelon? Je serais bien curieux de la relire, si elle existe… – Ysengrimus]

  14. Principauté de l'ïle Verte said

    Et bien moi, j’ai une autre idée : Le rattachement de Terre-Neuve et du Québec à Saint-Pierre et Miquelon! Bonne idée, non? Pas plus stupide que l’annexion de SPM au mammouth canadien.

    Ironie de l’histoire, il existe entre SPM et Terre-Neuve un archipel (île Verte) dont la souveraineté n’est pas précisée par la délimitation des zones de pêches de 1992. Des citoyens de SPM et du Canada francophone se sont retrouvés autour d’un projet de sanctuarisation de l’archipel placé sous la tutelle de ses éco-citoyens. Voici le lien.

    [Merci pour cette info. – Yssengrimus]

  15. Coralie said

    Le Canada ne lâchera certainement pas ses zones de pêches, il est clair que c’est une demande bien trop gourmande et bien trop irréaliste de la part de la Métropole.

    Cependant, je ne suis pas convaincue que cette demande d’extension ne soit réellement une forte volonté de la part de la France. Je la vois plutôt comme une tentative vaine de la part du gouvernement de caresser la population St-Pierraise dans le sens du poil et de leur faire croire à une possible « indépendance » (le mot est très fort) économique.

    St Pierre et Miquelon et ses salaires, ses avantages et ses subventions anormalements élevés est un gouffre économique pour la France. Pour autant, la solution n’est pas, à mon sens, de le ralier ou non au Canada. La solution, si elle existe, serait malheureusement bien trop compliqué. Le peuple qui y réside reste fier de son héritage et de son patrimoine et refuserait de rallier un autre pays (déjà qu’il reste farouche envers la France). Et, même si c’est un gouffre économique, c’est un lieu qui, et encore une fois ça ne reste que mon opinion, possède une très grande richesse culturelle et c’est principalement pour cette raison que je ne souhaiterai pas voir cet archipel changer.

    En somme, l’extension du plateau continental n’arrivera jamais, et il n’existe pas de solution valable pour remonter l’économie de St Pierre et Miquelon. Pour autant, ce serait idiot de la part de la France de lâcher un lieu stratégique si précieux, tant dans sa situation géographique, que dans son histoire, son patrimoine, son identité, sa faune et sa flore.

    Autre chose, non plus sur le fond mais désormais sur la forme, je ne suis pas tout à fait convaincue par le mélange de « l’écriture orale » à la Céline et l’utilisation de formules d’un langage assez élevé. (Langage qui a je pense dû frustrer la jeune demoiselle qui a commenté plus haut).

    [Vos commentaires sont appréciés, y compris la critique du style. Sans m’y rallier, je dirais de cette dernière qu’elle a la qualité cardinale (et rare, en ce cyber-monde) de confirmer imparablement le fait que vous vous êtes pas contentée ici de la photo.. N’oubliez pas Boston dans votre analyse et tout ira bien… – Ysengrimus]

    • Coralie said

      Concernant Boston, il ne me semble pas voir là une menace pour cet archipel. Peut être ai-je une estime assez basse du gouvernement Français, mais je pense qu’il sont suffisamment lâches et couards pour ne pas risquer de se prendre une détroussée par les Etats Unis.

      Ceci dit, il est vrai que l’aveuglement de la France et son enclin à vouloir jouer avec le feu pourrait nous coûter nos îles, et dans ce cas, ce serait tant pis pour la France, et pour nous. Après tout, chaque chose est méritée, et lorsqu’on observe -avec dépit au début, puis avec indifférence et cynisme- le peu d’intérêt que portent les concernés à toute chose sencée, ce ne serait que le dénouement tragique mais logique d’une politique immature.

  16. Vigneau said

    Cher monsieur, on parle bien de quelque chose lorsqu’on la connaît! Ce qui ne semble pas être votre cas. Il ne suffit pas de lire des inepties comme les vôtres pour prétendre connaître. Pour vous un voyage s’impose, les terre-neuviens nous envie notre cadre de vie avec toutes les commodités, contrairement à eux, qui sont délaissé parce que vous appelez comme bon vous semble (bas canada, nouvelle france , belle province ou je ne sais quoi?), allez à Fortune, Grand-bank et Burin, je vous prédis que vous sortirez votre mouchoir pour pleurer et n’entrez pas dans les détails de l’infra et qualité de vie car vous allez faire une dépression! Je vous signale que c’est la première fois que je lis autant de ligne d’un ignare. Pour moi vous n’êtes pas digne que des gens vous adresse la parole.

    [Donc il vous serait normalement très facile de me dire exactement ce que j’ai dit de faux. Alors je vous écoute. Parce que je vois ici beaucoup d’injures mais fort peu de réfutations. – Ysengrimus]

  17. LeCon said

    J’ai une petite remarque à faire tout de même pour ce qui est de votre style. Il est tout de même important lorsqu’on écrit quelque chose, de bien mesurer l’impact que cela peut avoir sur une petite population comme la notre (désolé si on est pas plus nombreux…), surtout lorsqu’on se dit «internationaliste».

    «Saint-Pierre et Miquelon, piège à con» ?

    Le titre de votre article suffit à lui même à vous attirer les foudres. Peut être une erreur de style mais après tout c’est peut être ce que vous recherchez, confortablement assis devant votre ordinateur à vous occuper l’esprit en imaginant les scénarios possibles d’un domaine dont finalement vous ne connaissez pas grand chose, si ce n’est les grands événements marquants que vous avez probablement consulté sur Wikipédia. Ce que vous ignorez c’est que ce Roc douloureux comme vous l’appelez, nous l’appelons ici le caillou. Et ce caillou, nous y sommes attaché autant qu’il est possible de l’être. Nous sommes aussi fiers de notre histoire et de notre culture que vous pouvez l’être pour votre graaaaaaand Canada. Alors comprenez bien que votre petite mise en garde et votre prise de position quant au rattachement de notre archipel au Canada ne laisse personne indifférent ici. Cela explique peut être les insultes et les réactions des gens à votre égard. Imaginez qu’un con vienne vous dire que le Québec devrait être rattaché aux Ricains, cela ne vous ferais pas réagir?

    Un petit conseil, si vous avez l’intention de venir faire un petit tour un jour à Saint-Pierre et Miquelon, faites le incognito. Ici les gens ont souvent un caractère bien trempé et je doute que vous ayez le cran de venir nous raconter vos profondes convictions sur la place publique.

    [Alors je vais vous faire une petite demande, mon Con. Pourriez-svp me copier-coller le segment de mon texte ou je promeut l’idée que Saint-Pierre et Miquelon soit rattaché au Canada? En me relisant, je trouve plutôt la conclusion suivante: «Gardez votre archipel, mes bons gars, mes bonnes filles.» Et de voir votre attitude de boutefeu hystérico-régionaliste, je confirme douloureusement ma position… Et vous, bien vous me confirmez magistralement votre statut de piège à con, sur lequel je persiste et je signe… Car vous ne réfutez rien, ici, surtout pas ce titre… – Ysengrimus]

    • LeCon said

      Copié collé : Je suppose, personnellement, que ce roc douloureux devrait tout simplement être rattachées à Terre-Neuve, mais c’est une opinion strictement privée.

      Si avec ça tu n’est pas capable d’assumer ta connerie canado-americano-idealo (inter?)nationaliste, t’inquiètes, nous serons là pour te le rappeler.

      [Sais-tu lire: TERRE-NEUVE et comprends-tu fondamentalement ce que signifie TERRE-NEUVE? Il me semblait pourtant que tu étais de par là-bas. Va demander à tes voisin de tout près tout près au nord de toi s’il sont «le Canada». Je sens qu’ils vont alors se mettre à se comporter comme toi… – Ysengrimus]

    • LeCon said

      Merci pour ce petit éclaircissement. Il faudrait que nous soyons rattaché à Terre-Neuve….. Allez vas faire un petit tour encore sur Wikipédia et tu pourras te rendre compte que Terre-Neuve appartient à ton beau grand pays le Canada depuis quelques années déjà… Et même si les Terre-Neuviens se sentent autant Canadiens que nous nous sentons Français, ça ne change strictement rien sur le fond de tes propos. Ne crois pas que nous allons tomber dans ton piège à cons…

      Arrête de jouer sur les mots STP et assume la merditude de tes idées, ça deviens vraiment ridicule. Si tu crois t’en sortir avec une pirouette en nous disant de ta bonne grâce « Gardez votre archipel, mes bons gars, mes bonnes filles. », tu te fourres le doigt où je pense…

      [Donc toi, c’est la France métropolitaine pure et dure en fait. C’est toi qui porte un masque merditeur, ici, mon bon LeCon… Pour ce qui est de Wikipédia, voici donc que tu mentionnes tes sources les plus profondes (pas les miennes). Les miennes viennent des gens. Et je t’assure que les terre-neuviens que je connais se sentent en prison dans ce Canada qui ne leur est rien. Une petite confédération insulaire autonome, ce serait si bien… simplement, il y a Boston… et Paris… et Ottawa (numéro trois, bien loin derrière). – Ysengrimus]

    • LeCon said

      Oulaaaaa t’as de la bonne weed toi on dirait… Je suis content de savoir que tu as un ami Terre-Neuviens. C’est vrai qu’on pourrait se monter un super club privé de confédération insulaire autonome ensemble…

      Mouais Mouais Mouais mais bon il y a Boston et ils ont une sacré bonne équipe de Hockey, c’est ça? 🙂

      Bon allez mon cher Paul, je vais arrêter là ce petit échange. J’ai perdu pas mal de temps mais en écrivant ces quelques lignes je me suis tout de même rendu compte, (gràce à toi) à quel point j’étais attaché à mon caillou. C’est pas que je ne veuille pas devenir Canadien (ou Terre-Neuvien, comme tu veux) mais je suis quand même bien attaché à ma culture, les gens qui y vivent (pas tous…) et ma langue (on a plein d’expressions marrantes). J’aime aussi le Canada, Terre-Neuve, le Québec mais c’est pas chez moi. Je ne pourrais jamais accepter de voir un jour notre culture et notre identité disparaitre. Ton message est plein de bon sens mais tu as commis plusieurs erreurs. A commencer par celle de vouloir un jour nous voir rattaché à Terre-Neuve. Viens nous voir un jour (incognito 🙂 et tu te rendras compte de la différence entre Terre-Neuve et Saint-Pierre et Miquelon. Bon allez, je te laisse, ya Fort Boyard à la télé. Bisous Bisous

      [Rien sur la France métropolitaine dans ton développement? Pas clair, pas clair… – ysengrimus]

  18. Robert Huet said

    Savez-vous que le Québec est un piège à con pour les immigrants, donc n’émigrer pas au Québec si vous ne voulez pas passer pour plus con que vous l’êtes actuellement.

  19. SMDR said

    Renseignez vous donc sur les conditions sur lequel le moratoire a été posé, le contexte qui l’a entouré tant au niveau du gouvernement français que du gouvernement canadien, forcément ce n’est pas ce qui est écrit en premier lieu sur Wikipédia mais en cherchant un peu vous trouverez documents et interviews… (qui certains d’ailleurs ont fait grand scandale auprès de la population il n’y a pas si longtemps).

    Vous avancez qu’il faudrait donc rester sur les conditions du moratoire de 1992 ? Que répondez-vous au faites, que si il n’avait pas été établi, cette question aujourd’hui ne se poserai pas par le gouvernement français (même si il ne faut pas croire, la demande vient bien plus des St-Pierrais que du gouvernement français, qui il y vingt ans comme aujourd’hui, n’en a toujours plus ou moins rien à faire) mais par le gouvernement canadien ? La réponse « c’est comme ça » vous aurez t’elle été satisfaisante ?

    Je vous accorde que les limites maritimes face aux limites terrestres paraissaient démesurées, mais je vous répondrai « c’est comme ça » 😉 le gouvernement français a fait l’énorme erreur de lâcher cette portion maritime, qui aurait pu être conservée encore aujourd’hui puisque les lois de 1823 sont encore appliquées, n’est ce pas ?

    Est-ce pour autant qu’il faille se laisser aller sans rechigner? Rappelons qu’aussi loin que l’histoire s’en souvienne l’activité économique de St-Pierre a toujours été basée sur la pêche, c’est ainsi un archipel qui se meurt, alors qu’il a été utile à de nombreux états pendant bien longtemps, et qui pourrait encore l’être aujourd’hui, beaucoup ont la mémoire courte (et pour vous, la recherche courte). Cette décision a entraîné un énorme cercle vicieux dont vous ne pouvez vous rendre compte, étant hors de la situation.

    Dernier point que je voudrais éclaircir, vous avancez la simple volonté du gouvernement français de récupérer ces eaux pour des raisons simplement économiques, qu’en est-il du gouvernement canadien ? C’est surement juste par principe…. Sachez que pour nous st-pierrais, il est clair que le principe y entre en compte (bien que ce ne soit pas que).

    Pour conclure les St-Pierrais ne sont pas réputés que pour leur langage franc et peut-être quelque fois mal pesé (ne vous en déplaise) mais surtout pour leur caractère, leur conviction et surtout leur VOLONTÉ, fiers descendants des origines que vous connaissez certainement.

    [Décrivez, s’il-vous-plait, ce « cercle vicieux ». Sincèrement, il m’intrigue. – Ysengrimus]

  20. Lysidol said

    Bonjour à tous,

    J’ai lu tous vos commentaires…

    J’ai une question à poser aux Saint-Pierrais(es) et Miquelonnais(es) : Je pensais mettre « 975″ (pour différentes raisons diverses et variées) sur ma plaque d’immatriculation de ma nouvelle voiture (j’habite dans l’Aisne). Y voyez-vous un inconvénient ?

    Sincèrement merci pour votre avis.

  21. Peephole said

    Ce devrait pas être difficile de relocaliser 7000 personnes n’importe ou en France et rebaptiser SPet M : Disneyland Canada et en faire un grand centre touristique.

    L’idée est lancée. Je vois déjà des promoteurs se pointers. 🙂

  22. Anthonyl said

    Pour ma part je comprends pas vraiment où vous voulez en venir, l’archipel St Pierre et Miquelon qui était déjà habité (de façon saisonnière) par des pêcheurs français lorsque Jacques Cartier est passé par là, réclame simplement que ses eaux soient étendues de la même manière que celles du Canada, l’ont été récemment. La revendication porte sur un extension du fameux couloir de 200×12 miles que lui accordait le jugement de 92, jusqu’à la haute mer, pas grand chose au fond. Je ne crois pas que le droit international autorise un état à enclaver une région d’un autre état unilatéralement, comme l’a fait le Canada avec SPM, cela mérite au moins consultation et accord. Il y a d’ailleurs des tas de cas similaires.

    Juste un truc, les racines de beaucoup de St Pierrais plongent aussi loin dans l’histoire du continent américain que celles des Québecois, ce ne sont pas des Parisiens transplantés de fraîche date comme on semble le croire au Canada… C’est la seule partie de la Nouvelle France demeurée française après 1763. Cela devrait vous inciter à une certaine indulgence pour ces gens qui veulent rester Français, francophones, St Pierrais (ou Miquelonais) et pouvoir vivre chez eux sans avoir l’impression que le Canada grignote jour après jour un peu plus, leurs droits acquis en 1763.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s