Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Lettre ouverte à la Gouverneure Générale du Canada

Posted by Ysengrimus sur 26 mai 2008

tous des noirs

Madame la très honorable Michaëlle Jean, C.C., C.M.M., C.O.M., C.D. Gouverneure Générale du Canada

Excellence,

J’aimerais vous dire haut et fort que j’ai été très profondément heurté, indigné et commotionné par les propos injurieux et inacceptables tenus à votre endroit par Monsieur Victor Lévy Beaulieu en mai 2008, et j’aimerais partager avec vous et les lecteurs et lectrices de mon carnet la réplique que je leur donne. Elle vous est respectueusement adressée.

Voici qu’on veut faire allusion au colonialisme et à l’esclavage? Très bien. À la fin du film SPARTACUS de Stanley Kubrick (1960), quand le plus grand soulèvement d’esclaves de tout l’Empire Romain vient d’être brutalement écrasé, un centurion crie dans la vallée ou agonisent des milliers de gladiateurs révoltés en demandant autoritairement: LEQUEL D’ENTRE VOUS EST SPARTACUS? Tous les esclaves encore valides se lèvent l’un après l’autre, lentement, dignement, sereinement et répondent à pleins poumons, un par un, comme en un écho infini: JE SUIS SPARTACUS!

Voici qu’on veut conjecturer sur les origines étrangères et nationalités multiples des uns et des autres? Tout bon. Pendant les événements de Mai 68, dont nous évoquons ces temps-ci le quarantième anniversaire, un notable français du temps alla dire, pour légitimer l’extradition vétillarde, abrupte et arbitraire de Daniel Cohn-Bendit, l’énormité suivante (citation libre): «Les troubles étudiants sont le fait de petits groupes dont un des meneurs est le juif allemand Cohn-Bendit». Les protestataires étudiants se levèrent alors tous d’un bloc à Paris et produisirent collectivement un des plus puissants de tous les slogans de Mai: NOUS SOMMES TOUS DES JUIFS ALLEMANDS!

Dans cette double ligne d’inspiration et avec la plus ferme et la plus profonde des solidarités humaines envers vous, comme figure institutionnelle, comme compatriote et, par dessus tout, comme personne, voici donc ma réponse. Je la formule au nom de tous les canadiens et de toutes les canadiennes qui pensent comme moi. Le plus grand nombre possible j’espère.

MADAME JEAN, JE SUIS UN NÈGRE, NOUS SOMMES TOUS DES NÈGRES, ET VOUS ÊTES NOTRE REINE.

Paul Laurendeau

.
.
.

Publicités

29 Réponses to “Lettre ouverte à la Gouverneure Générale du Canada”

  1. Oui, je suis tout à fait d’accord avec vous. Qualifier ainsi Madame Jean de REINE-NÈGRE était une énormité inacceptable. Mais cela ne m’empêche pas d’être triste car VLB, avec son Monsieur Melville, est (était, devrais-je écrire) le plus grand écrivain québécois. Dommage qu’il déraille, qu’il dérape. L’âge, sans doute.

  2. Ghislain said

    Voici en réponse à votre lèse-majesté en détresse

    Quand j’ai commencé à lire l’article de la Presse Canadienne rapportant les commentaires du député libéral de Viau, Emmanuel Dubourg, à propos de la sortie de Victor Lévy Beaulieu contre la GG, je me suis vraiment demandé si j’avais la berlue. Je dus me frotter les yeux deux fois plutôt qu’une car je ne pouvais croire que cet idiot de libéral avait vraiment comparé VLB à un tueur en série débarquant dans une école, prêt à faire feu sur des écoliers. Je n’avais pas rêvé, ce sombre crétin l’avait bien fait! C’est la meilleure formule que cette tête qui semble décidément vide a trouvé pour dénoncer ce Ô combien monstrueux VLB, lui qui a osé étiqueter Michaëlle Jean du vocable de « reine-nègre », étiquette qui n’est rien d’autre qu’une référence aux affreux régimes coloniaux! Je veux bien que les obséquieux libéraux adorent béatement la traîtresse qu’est Michaëlle Jean. Après tout, ces maudits libéraux trahissent eux-mêmes et à l’année longue le Québec français, alors qu’est-ce que ça peut bien leur foutre que Michaëlle Jean le fasse elle aussi, sous les bons auspices d’ailleurs de son tartuffe-de-mari-prince-consort-qui-fut-jadis-felquisant?! Qu’ils l’applaudissent même ne fait que prouver encore plus clairement que leur attachement au Québec français ne vaut pas un clou; que des discours creux formulés par une belle bande de menteurs! Il n’y a rien là d’étonnant… Mais que ces mêmes raclures de libéraux refusent et interdisent, comme le fait cet étourdi de Dubourg, à quiconque de critiquer la GG dépasse carrément l’entendement. Qu’un député se permette de dire que « Victor-Lévy Beaulieu n’avait pas le droit de s’attaquer à Michaëlle Jean, qui est plus qu’une reine, qui est un modèle d’excellence » est carrément surréaliste. Depuis quand n’a-t-on plus le droit de critiquer certaines personnes occupant des fonctions publiques dans nos sociétés, dussent-elles être fédéralistes? Il s’est frappé la tête contre un mur ce con de Dubourg, ou quoi? En fait, les propos de cette enflure sont effrayants, et ce, parce que la colère du petit député n’a rien à voir avec une dénonciation présumée de propos racistes! Le bonhomme refuse qu’on dise du mal de la GG parce que lui l’aime profondément et parce qu’elle défend un système qui le fait bander, point final! Si ce n’était qu’une simple montée de lait ayant amené le « grandiose » Emmanuel Dubourg à réclamer qu’on se taise tous, et pour toujours, on pourrait se dire qu’il n’y pas de quoi là fouetter un chat. Mais le troufignon de Dubourg a osé en plus menacer les indépendantistes et tous les défenseurs de la liberté d’expression: « Vous ne pourrez plus défendre vigoureusement vos idées, car je vais demander à mes tizamis libéraux de faire une loi pour vous clouer le bec »! Voilà le message que cet apôtre de la pensée unique a lancé aux Québécois. C’est inacceptable et nous devrons investir maintes énergies pour dénoncer un si dangereux personnage qui se propose de fouler au pied la liberté d’expression, au nom des beaux yeux de sa douce Mimi! Pour les imbéciles à la sauce Dubourg, répétons une fois de plus ce qui est évident pour tous ceux qui ont honnêtement analysé les propos de VLB. Réaffirmons donc que Michaëlle Jean n’est qu’une arriviste et une opportuniste qui s’est mise au service du fédéral dans la lutte qu’il mène contre le Québec français. J’ai le droit de le dire et l’écrire, et VLB tout autant que moi ou que quiconque. Nous avons aussi le droit de clamer que celui qui défend Michaëlle Jean ne fait pas que défendre une institution vétuste, vieillotte, ridicule, pompeuse, écoeurante et coûteuse. Celui qui le fait défend également un système politique aux relents coloniaux qui a toujours visé à miner les bases même de l’État québécois. C’est pour cela et uniquement pour cela que les indépendantistes s’attaquent avec véhémence à Michaëlle Jean et qu’on continuera de le faire. Tout cela n’a absolument rien à voir avec la couleur de sa peau. Capice, cette fois, mon petit Dubourg???

    Certains diront : « mais vous, saloperies de séparatistes, vous ne vous êtes pas acharnés autant sur ceux qui ont précédé la sublimissime Michaëlle Jean sur le Trône canadien. Si vous le faites, c’est sûrement parce qu’elle est noire ». Non pas! Si la chère Mimi est notre cible depuis quelques années, c’est tout simplement parce que celle-ci, contrairement à ses prédécesseurs, a décidé de politiser au maximum la fonction de gouverneur général. Elle a commencé par nous dire qu’elle allait, dans un élan digne des plus grands karatékas, briser les solitudes canadiennes. Et elle a dernièrement tenté de jeter Paris dans les bras d’Ottawa. Constatant tout ça, il faudrait en plus se taire? Il n’en est évidemment pas question! Toujours nous dénoncerons les traîtres et les collabos, qu’ils soient noirs, blancs, jaunes ou rouges. C’est aussi simple que ça! Ça ne fait pas l’affaire de m’sieur chose de Viau? Hé bien qu’il aille se faire cuire un œuf et qu’il s’étouffe avec!

    Patrick Bourgeois

  3. ysengrimus said

    Le débat politique, même ferme, même acerbe, est méritoire et louable et la légitimité (sinon le réalisme) de l’espoir souverainiste n’est pas spécialement en cause ici. Il reste que le dérapage raciste est inacceptable. VLB s’est mis le pied dans la plat et a sali sa cause avec de l’ordure inommable, dans une bien mauvaise passe… Ceux qui l’appuient, en rajoutent, ou cherchent à nier le cancer de cette inquiétante tendance, se coulent autant ou plus. Qu’ils en assument les conséquences sur l’opinion publique. Pensez-y froidement, Patrick, Lévesque n’aurait pas approuvé ce genre de dérive dans son projet.

  4. Ghislain said

    Pensez-y sérieusement, ysengrimus, Lévesque a failli et les racistes de l’ombre ont continué et continuent encore à exacerber d’avantage le côté ethnique de cette lutte de libération nationale. Qu’ils se drapent dans de beaux concepts ne change en rien le fait que leurs spécialistes viennent de pondre un rapport basé sur la division ethnique. Les défenseurs de Mme Jean en ce moment même appuient leurs critiques sur l’affront ethnique fait à leur communauté à travers Mme Jean.

    Qui est raciste ici? On ne peut même plus parler de langue de bois, on parle de discours assis sur le concept de race et de nationalisme ethnique du côté de la communauté haïtienne. Un petit pneu autour du coup avec ça?

  5. ysengrimus said

    Vous voulez dire: un grand tour paranoiaque et fumeux autour du pot avec ça!

    • Denis Lehire said

      Ah, encore une fois, Ysengrimus comme visionnaire. Le dérive du VLB de 2008 annonçait la Charte Drainville des années ultérieures. Impuissant à se libérer, le nationalisme victimaire québécois active maintenant la xénophobie comme un de ses vecteurs clefs. Il a décidé de s’en prendre aux plus faibles que lui pour se sortir la tête de la swamp coloniale. Ysengrimus l’a vue venir de loin celle-là. Eh ben, un intellectuel éclairé, c’est ça.

  6. Ghislain said

    Plait-il? Je crois que du pot vous avez effectivement abusé et sur votre nuage êtes restés. Vous faites bien, ici-bas dans la vraie vie, un salopard blanc est un raciste mais attention pour le (la) salopard noir, il faut nuancer. Quel racisme régressif, même les afros commencent à donner raison à VLB. Comment bâtir un peuple avec une telle approche qui garde chacun dans son coin, les uns et les autres n’étant plus capables de se parler dans le blanc (terme raciste) des yeux et de se dire la vérité.

    Bravo continuez les joutes verbales comme au temps de Louis XIV où les discours enluminés et creux avaient pris le dessus sur la raison; la seule apparence pris le pas sur la vérité.

  7. ysengrimus said

    Vous tournez autour de la potiche en manifestant toute la mauvaise foi des combattants d’arrière garde. Votre type de racisme insidieux est foutu.

  8. J’ai toujours été nègre (dans le sens de votre billet, et même plus: amoureux de la culture noire et tout et tout) et ça ne m’empêche pas de trouver la GG pénible, et encore plus la royauté, en ajoutant qu’elle est à mon avis stupidement archaïque.

    À bon entendeur salut!

  9. ysengrimus said

    Je suis plutôt passablement très peu soucieux de monarchie de ma personne. Mais les nationaleux veulent la jouer raciste. Ce n’est purement et simplement pas acceptable. Tant pis pour eux. Qu’ils assument les conséquences de leurs actes: je me ravise à cause de leur incurable ineptie. Vive la Gouverneure Générale, donc! Elle est multiculturelle, moderne, et elle ne représente pas spécialement une reine ou je ne sais quelle monarchie inopérante. Elle incarne une réalité ethnologique et sociale: celle que des descendants d’esclaves peuvent désormais accéder aux plus hautes fonctions, honorifiques et/ou effectives, d’un état moderne. Et je suis profondément pour CE SYMBOLE LÀ…

  10. Bonjour Paul,

    Je ne suis pas toujours d’accord, ni avec le style pompeux de Victor-Lévy Beaulieu, ni surtout avec ses réactions de bonhomme un peu pompette. Cela dit, je le connais. Non seulement parce que j’ai lu une partie de ses écrits, mais également parce que lui et moi, nous avons un ami commun, socialiste comme lui. VLB n’est pas plus raciste que cet Yvon Deschamps que nous connaissons tous et dont le monologue « nigger black » l’a fait passer pour raciste auprès de certains anglos de Montréal qui n’avaient lu que le titre sans avoir entendu et compris le message.

    Se pourrait-il que votre connaissance du personnage VLB soit tout autant superficielle? Vous écriviez le 9 juin « Mais les nationaleux veulent la jouer raciste ». C’est VLB que vous qualifiez de nationaleux et, accessoirement, de raciste? Le bonhomme est plus nationaliste que nationaleux. Et de un. Et il est plus socialiste que nationaliste. L’indépendance du Québec est à ses yeux un moyen plutôt qu’une fin. J’ai des amis francophones à Toronto. Ma conjointe y avait habité près de 20 ans, pendant lesquels elle aura été l’une des figures de proue de la mouvance féministe et de la nouvelle gauche. Elle y a enseigné. En français. Mais face au nationalisme québécois, sa réaction et la vôtre, c’est bonnet blanc, blanc bonnet. Se pourrait-il que le multiculturalisme à la Trudeau soit une planche de salut pour les francophones hors Québec, et le bât qui blesse les nationalistes du Québec?

    Quand à Michaëlle Jean, j’admire non seulement la personne, mais le style. Enfin, une Gouverneure-Générale qui fait autre chose que simplement hocher la tête et sourire béatement. Elle parle! Dommage qu’elle soit ce symbole d’un lien colonial qui fait honte.

  11. ysengrimus said

    Monsieur Peace,
    Il n’est absolument pas adéquat de comparer la remarque de VLB qui était au premier degré et sans nuance avec des textes satiriques ouvertement anti-racistes, jouant sur l’ironie de contraste, comme Nigger Black ou l’Intolérance de Deschamps. La doctrine sociale de VLB (sur laquelle je ne partage pas votre analyse non plus), sa personnalité, sa crédibilité ou absence de crédibilité antérieure d’intellectuel ou d’homme de lettre ne sont pas en cause ici. Ce qui est en cause ici c’est son texte même. Ce texte n’est pas défendable. C’est une question minimale de solidarité humaine de s’y objecter. Le reste n’est que tergiversation et… littérature justement.

    Le fait de connaître ou d’avoir connu des gens et les amis de ces gens n’est pas le tout, Monsieur. La clef, c’est notre discours et les solidarités qu’il enclenche. Celles de VLB sont fort glauques. Lisez ici le commentaire de criante mauvaise fois du dénommé Ghislain pour vous donner une idée du type de nationaleux suspects qui s’enfile brutalement dans la travée du «penseur» VLB. Je me répète: s’ils la jouent comme ça, tant pis pour eux. Les poubelles de l’histoire sont de bien vastes réceptacles.

  12. Monsieur Laurendeau,

    Ne faites-vous pas abstraction de la mise au point publiée par le même VLB, quelques jours plus tard, dans l’Aut’journal? Vous n’y avez jamais référé. Dois-je comprendre que vous n’avez pas lu cette mise au point? Et avez-vous entendu les commentaires de VLB, sur les ondes de Radio-Canada (« Maisonneuve à l’écoute », première chaîne). J’en doute. Eussiez-vous pris connaissance de ces commentaires subséquents, je crois que vous n’auriez pas qualifié de « remarque au premier degré et sans nuance » les propos de M. Beaulieu.

    Par ailleurs, vous écrivez: « Le fait de connaître ou d’avoir connu des gens et les amis de ces gens n’est pas le tout, Monsieur. La clef, c’est notre discours et les solidarités qu’il enclenche ». Voilà. Non seulement le personnage m’est-il connu, mais son discours, bien au delà de ce que vous en avez lu, me l’est-il tout autant. Beaulieu est, à la vérité, tout aussi anti-raciste que ne l’est Yvon Deschamps. S’il vous avait été donné de discuter de cette question avec lui, vous ne vous permettriez pas d’en douter.

    Vous semblez plutôt associer « nationalisme » à la Beaulieu et « racisme ». De même que vous me semblez maintenant empêtré dans un jugement de valeur que vous avez porté trop tôt, et alors que LES mise au point (« l’aut’journal » et « Maisonneuve à l’écoute ») n’avaient pas été faites. Je veux bien vous donner le bénéfice du doute, eu égard à cette lettre ouverte que vous avez adressée à madame Jean, mais vous persistez et signez. Est-ce là le signe de votre ignorance de ces mises au point, ou plutôt le signe d’une haine plus viscérale? Je vous pardonnerais plus volontiers une ignorance d’autant plus excusable que la diffusion de ces mises au point (nécessaires) n’a pas rejoint tous ceux et celles qui, dans l’ignorance de la doctrine sociale de l’auteur, ont cru devoir monter aux barricades, à la défense de la négritude.

  13. ysengrimus said

    Rien dans les mises au point autojustificatives subséquentes de VLB n’explique ou ne légitime le propos initial. Absolument rien. Zéro, Ou alors franchement, Monsieur Peace, résumez moi sa subtile pensée sur la question car tout ce que j’y vois c’est un gaffeur pataud chahuté qui, d’avoir été chahuté, replâtre ensuite EX POST en tournant autour de la potiche immonde de sa gaffe.

  14. M. Laurendeau

    Personnellement, je n’aurais pas eu recours à l’expression « reine-nègre ». C’était là, clairement, une bourde. L’expression « roi-nègre » ne me répugne pas, elle traduit une réalité politique. Mais sa féminisation, appliquée à la représentante NOIRE de la Reine, c’était une erreur.

    Beaulieu EST brillant. Il aurait pu prévoir les réactions. Les avait-il prévues? Contrairement à vous, je ne lui ferai pas un procès d’intention. Ne me demandez pas de justifier l’injustifiable. Le rapprochement entre l’expression « reine-nègre » et une vice-reine d’origine haitienne n’était pas approprié. Était-ce raciste? Ça, monsieur Laurendeau, c’est une toute autre question.

    Vous êtes docteur ès-lettres. Je suis, moi, détenteur d’une maîtrise en droit. À titre de grand plaideur devant l’Éternel, je répondrai donc à votre invitation que puisque VOUS accusez VLB de racisme, c’est à vous, l’accusateur, de démontrer que l’accusation était bien fondée.

    Je vous le concède, il y avait apparence de racisme, sur la base des propos tels qu’énoncés la première fois de manière aussi peu habile. Mais de vos derniers propos je dois conclure que peu importe le temps que je pourrai consacrer à chercher à vous convaincre, vous êtes trop bien ancré dans vos convictions pour en changer. « Replâtrage » de « potiche immonde », disiez-vous. En raison de cet éventail de mots que vous utilisez pour décrire la démarche intellectuelle de Beaulieu, chercher à vous convaincre serait, à n’en point douter, aussi productif que les travaux de Sisyphe…

    Ysemgrinus semel voluit esse monachus. Magnis precibus optinuit quod Capitulum consensit; coronam, cucullam et cetera monachalia suscepit. Tandem posuerunt eum ad litteras; debuit addiscere Pater noster, et semper respondit Agnus vel Aries. Docuerunt eum ut respiceret ad Crucifixum, ad sacrificium, et ille semper direxit oculos ad arietes.

    Je vous quitte, mon cher loup.

  15. ysengrimus said

    L’expression (colonialiste, inique et inacceptable) «roi-nègre» n’est pas l’expression «reine-nègre» qui, elle, en plus, n’existe même pas comme tel, contrairement aux affirmations tendancieuses et malhonnêtes de certains de nos folliculaires. Vous n’avez RIEN expliqué de la pensée et/ou des retouches de VLB, vous contentant –vous, pas moi- de faire le procès d’intention (laudatif et ad hominem) du ci-devant «brillant». Ne glosant pas VLB, vous me laissez exactement avec devant moi le fond de sa pensée: le vide. J’apprécie cependant que vous ayez l’honnêteté intellectuelle d’admettre qu’il a fait une bourde. Une bourde grave et non avenue qui a heurté et blessé tous nos compatriotes de souche africaine. D’où le geste de solidarité exprimé dans ma présente lettre ouverte à la Chef de l’État.

    Ce n’est pas du latin ça…

  16. Non, ce n’est pas du latin. Enfin, pas du latin « classique ». Du latin médiéval. J’ai pris pour acquis que vous pouviez reconnaître cette fable du loup Ysengrimus, qui cherchait à personnifier un moine corrompu. Ce texte a été écrit au XIIe siècle. Tel que je l’ai reproduit.

    Quant à VLB, read my lips. Je vous ai dit, et je répète, qu’il ne m’appartient pas de démontrer l’innocence (au sens légal) de cet auteur dont la renommée dépasse, au Canada français, celle de tous ses contemporains. Incluant Tremblay. Je n’ai pas l’intention d’en rédiger le panégyrique. Vous l’avez attaqué. Je vous ai donné partiellement raison: sa sortie n’était pas opportune. Mais de votre côté, vous avez failli à démontrer le côté raciste. Et plus encore, vous avez failli à démontrer la moindre intention de blesser cette communauté dont je reconnais que certains de ses membres les plus « visibles » ont été blessés.

    Vous savez, monsieur Laurendeau, le racisme peut présenter différents visages. Comme le mépris, d’ailleurs, dont il est un sous-genre. Je présenterai vos hommages à Victor. Il en sera sans doute très ému.

    Bonne fin de soirée.

  17. ysengrimus said

    Faites donc. Après tout: Asinum Asinus Fricat, dans tous le sens du terme. Profitez-en donc pour aborder ensemble le thème de la mauvaise foi. Vous en avez tous deux une forte dose en réserve, d’évidence. Lui de par son œuvre entière, creuse, barbante, sur-évaluée, morte-née. Vous de par ce refus obtus de voir un racisme évident en en réclamant la démonstration.

  18. Ysengrimus, pontifex corruptus juris et de jure, Stultus asinus qui clamat ignominiam, debet solvere.

    Pourquoi ce bonnet d’âne, que vous m’invitez à porter? Est-ce que je vous ai injurié, moi? Est-ce que je vous ai taxé de mauvaise foi, moi, malgré votre incapacité à démontrer le bien-fondé de vos accusations? Dans le monde que moi je fréquente, c’est à l’accusateur qu’il appartient de faire la preuve de ce qu’il prétend être vrai. Vous affirmez. Vous érigez en dogme. Et vous réclamez que l’on vos affirmations soient tenues pour avérées? Vous êtes bien fat, messire le loup.

    Tous ces vilains défauts que vous prêtez à l’infâme Beaulieu, croyez m’en, votre magnificence, vous êtes loin d’en être exempt. La différence la plus notable entre vous et lui, toutefois, c’est que lui, il a eu du succès. Alors que ce monde cruel vous condamne à l’indifférence la plus totale. Si vous saviez comme j’en suis désolé!

  19. ysengrimus said

    Bon, il se manifeste enfin, votre critère cardinal, mon bon Peace: le succès pop compulsif, la notoriété à n’importe quel prix, la gloriole comme clef de la vérité de masse. IN GLORIA VERITAS! Je vous laisse donc à votre admiration béate et mondaine de Britney Spears, des romans Harlequins, des lutteurs de la WWF, des sabots Crocs et d’un auteur déclinant qui fait autodafé de ses propres livres et éructe à tout vent des insultes racistes pour ne pas perdre sa sacro-sainte couverture médiatique. Défendez-les bien. Ils vivent de vous. Ils ont bien besoin de votre aide de groupie passionné.

  20. Erreur

    Vous m’avez injurié en me traîtant d’âne. Je vous ai retourné l’ascenseur. Et pour votre information, je n’ai jamais lu le moindre roman Harlequin, ni ne m’intéresse à la wwf, ni ne m’intéresse aux sabots Crocs, sinon que je sais que la production en sera transférée au Mexique.

    J’ai 60 ans. Vous semblez connaître Britney Spears mieux que moi, et tout comme vous, je me considère un intellectuel. Non, je n’ai pas lu tout VLB, ni Tremblay. Non, ce ne sont pas mes auteurs de prédilection. Mais à 14 ans, j’avais déjà tout lu de Maupassant. Et à 17 ans, alors même que vous appreniez encore le BA-BE-BU, je remportais un prix littéraire pan-québécois. L’année précédente, j’avais déjà écrit un « essai » de 40 pages sur l’oeuvre de Jean Giono, que j’avais lue a mare usque ad marem. Tout comme j’avais terminé la lecture de l’oeuvre intégrale de Balzac, alors que vous vous décrottiez encore le nez.

    Harlequin, je m’en contrecrisse. Et tout docteur ès-lettre que vous soyez, Mossieu, vous êtes un grossier personnage, plus encore que celui que vous vous plaisez à dénoncer. Alors vos sarcasmes, mossieu le grand littérateur, vous pouvez vous les fourrez là où je pense. La description que vous faites de moi, sans même me connaître, me confirme à quel point vos commentaires sont superficiels et empreints des préjugés les plus abjects.

    Que le yab te chârisse, manant!

  21. ysengrimus said

    C’est beau d’avoir du CV, Peace, ça en jette. Ça frime les naïfs. Mais le CV n’est pas le tout, mon bon, Il faut aussi penser… et ne pas laisser son regard critique s’engourdir. Un «socialiste» qui bascule ouvertement dans le racisme parce que la frustration socio-historique le submerge, on en a vu d’autres. Ceux qui l’appuient méritent les coups de bâtons qu’ils reçoivent. Vous et vos semblables me trouverez toujours sur votre chemin et vos commentaires suppositoires, d’une élégance subitement questionnable (la vraie nature jaillit toujours à un moment ou à un autre), n’y feront rien.

    Le loup a mangé l’âne
    Ma ptite Mamzelle Mariâne.
    Le loup a mangé l’âne catin
    Par derrière el’moulin…

  22. cyril de Morlaas said

    Monsieur Paul Laurendeau, je ne vous seconde pas et en plus vous faites des fautes d’orthographe.

  23. Lucien Lattre said

    Appui et solidarité à cette superbe lettre ouverte d’Ysengrimus. même si on est pas monarchistes ou fédéralistes, on ne peut que souscrire car la priorité antiraciste est loin loin au dessus de la petite politique. Solidarité avec toutes nos sœurs et tous nos frères de souche africaine du Canada, du Québec et du monde.

  24. ysengrimus said

    Conclusion, monsieur Cyril de Morlaas: quand on dit ce qu’on pense et quand on ne transige pas avec son intégrité, on ne se fait pas que des petits copains… L’expérience prouve, par contre, que les chercheux de fautes d’orthographe sont souvent des objecteurs au contenu qui n’osent pas ouvertement tomber la cagoule. Prenez acte une bonne fois du fait que votre petite orthographe française absurde, s’il fallait la respecter intégralement, elle finirait pas parachever son rôle exclusif, qui est de bâillonner. Ajoutez donc cette idée là dans votre havresac de «passionné d’idées»…

    Au moins vous signez votre intervention. C’est apprécié.

  25. Ah ben, j’ croyais que le Québec était serein, couvert de neige et habité par des bûcherons et des trappeurs hilares. Me suis honteusement gouré. J’ai pas compris grand-chose à cette polémique mais j’ai apprécié les échanges.

    [Quand elle était Gouverneure Générale du Canada (entre 2005 et 2010), Madame Jean incarnait, en sa qualité de vice-reine, le fédéralisme canadien néo-colonial. Les anti-fédéralistes (ou nationalistes) québécois, tapent habituellement sur ce symbole et, oui, c’est de bonne guerre… Sauf qu’ici, certains d’entre eux en on fait trop. Quand la Gouverneure Générale était noire, ils l’ont jouée raciste. Ils on basculé dans la connerie insondable crypto-démago, salissant leur cause et se discréditant comme des bons, inutilement et futilement… – Ysengrimus]

  26. Odalisque said

    Je suis une femme noire et je suis en harmonie profonde avec cette magnifique lettre ouverte. Grand merci, Ysengrimus.

  27. Abdul Salim said

    « L’expression (colonialiste, inique et inacceptable) «roi-nègre» n’est pas l’expression «reine-nègre» qui, elle, en plus, n’existe même pas comme tel, contrairement aux affirmations tendancieuses et malhonnêtes de certains de nos folliculaires. » (Ysengrimus)

    Je seconde. La mauvaise foi dans cette histoire, quand on la regarde avec le recul de quelques années, fut absolument phénoménale. Il y a un certain nombre de petits blancs étroits au Québec, ça c’est certain et tristement confirmé.

  28. Tuquon Bleu said

    « Quand elle était Gouverneure Générale du Canada (entre 2005 et 2010), Madame Jean incarnait, en sa qualité de vice-reine, le fédéralisme canadien néo-colonial. Les anti-fédéralistes (ou nationalistes) québécois, tapent habituellement sur ce symbole et, oui, c’est de bonne guerre… Sauf qu’ici, certains d’entre eux en on fait trop. Quand la Gouverneure Générale était noire, ils l’ont jouée raciste. Ils on basculé dans la connerie insondable crypto-démago, salissant leur cause et se discréditant comme des bons, inutilement et futilement… – Ysengrimus »

    Résume parfaitement et impartialement tout ce topo de la « reine-nègre » de 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s