Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

Archive for 6 mai 2008

Le socialisme n’est pas un programme politique mais une tendance sociale

Posted by Ysengrimus sur 6 mai 2008

socialisme

Une propension inéluctable du capitalisme à passer à son contraire: de la propriété privée à la propriété publique, de la soumission prolétarienne au pouvoir prolétarien

.

On traite constamment ce bon vieux « socialisme » selon un modus operandi fort représentatif de la vision qu’a notre siècle des questions sociétales. On se représente le socialisme comme un programme politique sinon politicien, un engagement matois pris par une poignée de rocamboles qui arrivent à convaincre les masses de les suivre et qui les largue tout net après s’être laissée corrompre par les élites. On reste vraiment bien englués dans cette analyse, très proche en fait du vieux socialisme utopique, doctrinaire et volontariste, avec ses phalanstères et autres cabétades à la continuité raboteuse et déprimante. Le socialisme politicien est une galerie de portraits de vieilles figures (Jaurès, Mitterrand, Rocard, Gros Quinquin, Jack Layton… j’en oublie? Ça compte vraiment?). Or les figures politiques ont longtemps incarné nos aspirations, notre vision, notre projet social dans son amplitude et son ardeur. Elles continuent d’exercer leurs fonctions de cette nature mais… en incarnant désormais nos acrimonies, nos amertumes, nos frustrations, nos recroquevillements, nos désespoirs. Les figures politiques sont devenues des têtes de turcs et des poids plumes exclusivement parce que notre perspective sociale s’amoindrit et perd sa visée, de par ce que l’époque en fait. Le politicien-miroir n’a pas disparu. C’est ce qu’il reflète qui racotille et s’esquinte. Alors, bon, le fait qu’ils se chamaillent entre eux et renient le socialisme blabla-labial pour la dix-millième fois par-dessus ça, c’est un peu du micro-détail. Il semble qu’il y ait des choses qu’il faille redire et redire. Posons donc le pattern, un bonne fois. Voici que monte une nouvelle figure politicienne « socialiste ». appelons la FROMTON. Fromton émerge à gauche. La gauche est un espace de conviction, un lieu où on ne transige pas avec la doctrine sociale. Pour la gauche IL FAUT (ramener les troupes, cesser la gabegie, financer les besoins sociaux criants, etc). Sauf que Fromton doit gagner sa joute électorale. Politicien professionnel disposant d’une équipe méthodique, il se recentre donc en deux phases: l’électorat de ses adversaires de « primaires » d’abord, la frange centre des partis adverses ensuite. Il peut parfaitement le faire, mais pour ce faire il doit composer. Il avait prévu ce recentrage depuis le début. Écoutez ses discours, tout est là… Sauf que la gauche civique et citoyenne y voit –et c’est normal– une atteinte à son sens de l’intégrité et de l’intégralité. Son choix inexorable prend forme devant elle, hideux derechef: un Fromton recentré ou… la vieille pétate congelée de droite. La gauche civique et citoyenne ne pourra donc que dire: Votons Fromton, hélas… Tout un battage pharaonique s’est déployé et il ne s’est rien déroulé de societal dans tout cela. Rien, rien, rien. Parce que le socialisme est ailleurs…

Ce qui est mis de l’avant ici, c’est que le socialisme est une TENDANCE, une propension inéluctable du capitalisme à passer à son contraire: de la propriété privée à la propriété publique, de la soumission prolétarienne au pouvoir prolétarien. Cette tendance socialisante est dans le ventre même du mouvement social. Un patron unique, cela se conçoit, quand on parle d’un atelier de joaillerie embauchant six travailleurs. Quand il s’agit d’une usine de trois mille employés, on envisage plus facilement un groupe de gestionnaires. Si on a affaire à un conglomérat mobilisant quatre millions de personnes dans soixante secteurs distincts, il devient envisageable de prendre conscience d’un passage vers une direction et une propriété à la fois de plus en plus collectives et impliquant de plus en plus étroitement ceux qui font effectivement le travail productif, et pas seulement ceux qui possèdent les immeubles, l’outillage, ou le fond de terre où sont plantés les ateliers. Étalez cette tendance sur trois siècles, et vous marchez droit au socialisme! On se doutera bien que des instances sociales cherchent de toutes leurs forces non négligeables à freiner cette tendance, et le font effectivement. Sauf que le principe de fond demeure. Quand la totalité des forces productives sont mises au service des producteurs plutôt que des accapareurs, on a le socialisme. Il faut noter aussi que le socalisme SE DOSE, en ce sens qu’un régime social donné peut être plus ou moins socialiste fonction de la répartition sociale des revenus de la production. D’où la possibilité d’un socialisme radical bourgeois assez compatible avec le capitalisme, mais malheureusement, établissant avec ce dernier à peu près le rapport du croupion avec la poule… Personne n’a vraiment la charge de mettre des ordres sociaux en place. Ils se mettent en place malgré nous et malgré ceux qui clament les avoir mis en place. L’Histoire est une force objective. Rien ne s’y dégrade, mais rien n’y est stable non plus. Le socialisme avance par bonds, à travers les crises du capitalisme (dont « nos » soubresauts financiers ne sont que des symptômes, des ersatz). Une portion non-négligeable de ce que le socialisme est fondamentalement fait déjà partie de ce qu’on postule collectivement.

Et la tendance de se déployer…

.
.
.

Paru aussi dans Les 7 du Québec

.
.
.

Posted in Lutte des classes, Philosophie, Vie politique ordinaire | Tagué: , , , , , , , | 4 Comments »

CRYSTAL METH: le témoignage fictif qui nuance toutes les propagandes

Posted by Ysengrimus sur 6 mai 2008

Ceci est un texte de FICTION anonyme que j’ai traduit de l’anglais.

Mon nom est Ulysse Darby. Je suis un personnage fictif. Je n’existe pas. Ce que je vous raconte ici n’existe pas non plus. Je suis un professionnel de Montréal (Canada) de 42 ans, célibataire et crypto-homosexuel. Je consomme de la crystal meth sur une base régulière. C’est une expérience à la fois fascinante et dangereuse dont il faut parler sans faire de propagande. Alors allons-y. Le plus difficile fut d’abord de trouver un dealer. Ils crèvent littéralement de trouille et vous prennent constamment pour un flic. C’est que les peines sont lourdes. À force de tirer des ficelles à gauche et à droite au bain sauna pour hommes, j’ai fini par rencontrer un quidam qui en connaissait un qui serait là dans une heure, s’est déplacé en fait après plusieurs heures et a palabré, s’est apprivoisé, a procédé à la transaction, m’a donné une adresse électronique à laquelle il n’a jamais répondu, et est retourné se cacher pour rester bien introuvable. La première erreur à ne pas commettre c’est de s’imaginer qu’on peu trouver de la meth comme on trouve de la mari. Beaucoup de temps et d’énergie sont perdus dans la simple recherche et la transaction avec le dealer tend à ne tenir qu’une seule fois. Le crystal est vendu par unités de $40. Chaque unité vaut pour une dose. Achetez plusieurs doses à la fois, sinon vous allez vous polluer l’existence en recherche infinie de dealers. Mais c’est une recommandation expresse de s’en tenir à une seule dose par expérience…

Le contenu du petit sachet ressemble à du gros sel. Il s’agit d’abord d’écraser le tout sans ouvrir le sachet avec le dos d’une cuillère jusqu’à ce que cela prenne la texture fine du sucre en poudre. On pose ensuite la ligne dans une assiette bien plate et bien noire et on renifle le tout en quatre ou cinq coups, comme on fait avec la cocaïne. Vous toussez, les larmes vous montent aux yeux, la gorge s’irrite, le nez vous pique. Ces désagréments mécanico-chimiques du reniflage durent cinq à dix minutes. L’effet «récréatif» lui, est aussi subit et instantané que torrentiel et tumultueux, et c’est là que le premier danger débute car cette puissante sensation, issue d’une seule dose, va durer entre 12 et 14 heures (et, ça ce n’est pas une légende). Il est donc impératif de s’en tenir à une dose unique par expérience… De plus, il faut procéder avec méthode ou alors c’est la catastrophe. Après différents essais et erreurs, j’ai stabilisé une procédure qui maximalise mon plaisir et réduit les risques. Je fréquente un bain sauna pour hommes homosexuels depuis plusieurs années. J’y ai une routine stable, le personnel me connaît, mes habitudes y sont rodées, j’ai même ma chambrette attitrée dont je peux verrouiller la porte à tout moment pour m’isoler (important)… Le premier grand danger étant celui de la perte des repères usuels, il faut absolument se donner ce genre de refuge stable sinon l’expérience peut vraiment tourner mal.

Que vous fait tant la crystal meth. D’abord, c’est un euphorisant. Un peu comme avec la cocaïne, vous devenez «le roi de la terre». Ensuite, et corollairement, c’est un déshinibiteur. La timidité, les hésitations, les contraintes de la vie sociales, l’autocritique gênée sont pulvérisées. Vous dites ce que vous pensez et vous faites ce que vous voulez au point de découvrir vous même ce que vous vouliez tant dire et faire… Finalement c’est un stimulant. Vous allez bouger, remuer, vous trémousser, vous agiter pendant des heures sans manger (la meth coupe l’appétit) ni dormir (la meth interrompt le sommeil) et vous serez plus fort et résistant qu’à votre habitude (ce jour là… Le lendemain, c’est autre chose). Et surtout par dessus tout, ces trois effets DURENT DES HEURES. Il est donc clair qu’avec cette substance on s’embarque pour un voyage longuet, un voyage sublime, un voyage risqué.

Voici donc ma procédure. Je vous recommande expressément de vous en inspirer en faisant les transpositions nécessaires. Je libère d’abord une fin de semaine de trois jours (une journée pour l’expérience, deux journées pour récupérer – c’est un minimum). Je renifle ce qui sera ma dose unique à 9:00 du matin le premier jour et je pars immédiatement pour le bain sauna. Je n’apporte absolument aucune autre substance avec moi. La réserve de meth reste sagement à la maison, une fois la dose prise. Il faut impérativement se séparer de la substance quand son effet démarre sinon l’envie pourrait venir d’en reprendre et là ce serait simplement trop. Souvenez-vous d’Ulysse et du chant des sirènes. Le trajet vers le bain douche dure cinquante minutes. Le temps pour l’euphorie de bien finir de se mettre en place. Inutile de dire qu’il ne faut pas conduire. Prendre le transport en commun est impératif, ce qui pose un autre problème. Il faut réprimer une envie irrésistible de parler aux gens, de les enquiquiner, de les narguer, de les draguer, de les enguirlander.  Il faut rester conscient que l’on n’est pas dans son état normal… ce qui est ardu, vu qu’on ne l’est pas! Je me réfugie dans l’anticipation de ma journée de plaisir et m’efforce au mieux de ficher la paix aux autres. Je n’y arrive pas toujours… Arrivé au bain douche, je fais opérer ma routine au mieux, mais il y a toutes sortes de pépins. Je subis des micro-pertes de mémoire. J’oublie mes clefs dans me chambrette, je ne verrouille pas le cadenas du casier, j’égare des petits objets. Il faut se concentrer sur cette routine. Tout doit être stable. Vous ne voulez pas foutre une précieuse heure en l’air à chercher maniaquement des clefs ou un porte-monnaie. L’euphorie n’est pas censée se réduire à cela. Improviser sous l’effet de cette substance est un coup plus que hasardeux: dangereux. Il faut enclaver cette expérience dans un dispositif rodé et exempt au maximum d’imprévus imparables. Il y a une perte de compréhension des événements ordinaires et, oui, une certaine paranoïa. Une paranoïa compulsive, très certainement de nature chimique, un peu comme les petites souris qui ont peur de tout. Nous y reviendront.

Le dispositif doit être rodé mais actif. Il faut, sans subvertir ledit dispositif, pouvoir danser, s’agiter, se trémousser, marcher fièrement dans des corridors, se dandiner langoureusement dans un jacuzzi. Je n’ai pas besoin de m’étendre sur les formidables qualités aphrodisiaques de la chose, sauf pour dire qu’il faut demeurer prudent dans toutes les interactions, le partenaire n’étant pas enrubanné dans le même paradis jubilatoire que nous. Si quelque chose de bizarre se passe, il faut savoir lâcher prise en restant conscient qu’on ne perçoit pas totalement tout ce qu’on vient de faire ou de ne pas faire. De légères hallucinations pourront se manifester. Marchant dans un corridor sombre que je traversais pour la première fois (important), j’ai cru voir un visage dans un judas, alors qu’il n’y avait qu’un mur. Mais l’effet hallucinatoire reste marginal. On peut dire que la meth c’est l’opposé radical des champignons hallucinogènes. Les champignons sont passifs et contemplatifs. On peut rester des heures à converser les yeux dans les yeux avec le partenaire, et tout devient géométrique, tranquille et serein, et l’univers est beau et compréhensible. La meth est active et interactive. Elle fait exploser l’intégralité des passions sauvages, les belles et les moins belle. Elle nous donne temporairement le courage illusoire de notre folie.

Il faut constamment lutter contre l’assèchement de la bouche. Boire beaucoup, mais par petites quantités (éviter l’alcool. Son effet tranquillisant lutte absurdement contre l’effet euphorisant de la meth. C’est un mélange bien con, et en plus, l’alcool augmente la soif qu’il faut au contraire réduire), s’humecter la bouche, se gargariser. La meth rend la bouche vraiment très sèche. La meth rend aussi maniaque, obsessif, ça non plus ce n’est pas une légende. Les gestes compulsifs n’auront pas vraiment l’air de se répéter. Huit heures vont passer comme deux. Je répète: huit heures vont passer comme deux. Ayez toujours une montre à vue, on perd complètement la notion du déroulement du temps. Et, rétrospectivement, de ces 14 heures, on aura le plus de difficulté à se remémorer la troisième, la quatrième, et/ou la cinquième. Après huit heures de folie intensive, vous allez ressentir un petit mou, une légère baisse d’intensité. Vous n’êtes pas vraiment fatigué, mais vous recommencez à subrepticement économiser vos mouvements, vous vous remettez subtilement à hésiter socialement, vous n’êtes plus dans l’absolu absolu. C’est là le moment le plus traître de tous. Le moment ou la décision se prend de savoir si vous contrôlez l’expérience ou si c’est l’expérience qui vous contrôle. C’est le moment ou on serait vraiment tenté de se reprendre une autre petite dose, histoire de retrouver promptement le plateau supérieur. Mais, oh sagesse, Ulysse a eu la prudence de laisser se réserve à la maison (ce qui est aussi une bonne protection contre les éventuelles descentes de flics. Vous n’avez rien sur vous au moment de l’action). Heureux qui, comme Ulysse, il est piégé dans sa méthode. Bon tant pis. Les quatre ou six prochaines heures seront très bien au niveau B, et on fera avec. Je vais continuer de m’amuser et me préparer doucement pour les terribles effets secondaires de demain. Si on se résume: 9:00, reniflage; 10:00 arrivée dans l’espace sécurisé et installation; 10:30 du matin à 7 00 du soir, fougueuse folie au palier A; 7:00 à 11:00, très honorable ardeur au palier B. Minuit, Cendrillon est-elle prête à rentrer du bal? Eh bien non. Elle subit alors le plus étrange et le plus maladif des effets de la meth. On pourrait l’appeler nostalgie instantanée et convulsionnaire du paradis perdu. Je… Je ne veux pas partir, je ne veux pas retourner en ce triste monde, je veux que cela continue, continue, continue. J’étire. Je temporise. Je m’éternise. Il faut donc se prévoir un autre trois heures ou l’effet euphorisant est bien diminué mais l’obsession paradisiaque est à son maximum. Cendrillon ne partira que vers trois heures du matin (en taxi, impérativement), triste, frustrée, renfrognée que les plaisirs soient si courts et que la vie soit si laide.

Je rentre alors chez moi, bois un petit verre d’une boisson sans alcool et me met au lit. Cette nuit là sera mauvaise, comme si vous aviez pris un café ou deux de trop un peu trop tard, et les étranges effets secondaires de la meth vont se manifester et venir vous hanter. Ils sont psychologiques d’abord. Je suis obsédé, obnubilé par mes activités des douze dernières heures. Je me repasse le film, je planifie des modifications, je cherche des options, j’imagine des scénarios, je fixe sans fin sur des moments. Cela va durer toute la journée suivante, cette fixation d’idée, cette langueur obsessive, cette rétention mentale et je ne pourrai rien faire de très utile de ce jours 2. La nuit, toujours, la paranoïa de la petite souris peureuse revient alors en force, par bouffées. Le moindre petit déclic nocturne me terrifie. J’ai peur sans raison, comme dans l’enfance. Puis il y a cet étonnant effet sur la mâchoire. La propagande parle des «dents de meth» (les accros finissent avec les dents complètement niquées, émiettées, pour des raisons peu claires). Je n’ai pas ça pour l’instant, mais je corrobore une mâchoire de meth qui pourrait bien être une version atténuée du phénomène. C’est certainement un truc neurologique. Dans mon sommeil, ma mâchoire émet subitement un solide claquement, totalement incontrôlé, comme quand on claque des dents au froid. Mais un claquement unique, parfois assez subit pour vous réveiller. On sort de la première nuit les lèvres et la langue mordues par ces claquements de mâchoire incontrôlables. C’est très déplaisant et ce n’est pas fini au second jour. De plus, et là gare au choc, pendant mes deux jours de pause, je me sens plus confortable la bouche grande ouverte (ou même la bouche grande ouverte et la langue sortie, pendue littéralement – vous avez bien lu) que la bouche fermée. Il y a vraiment quelque chose là qui vous tourneboule les mâchoires pour vrai. C’est seulement quand je n’ai plus envie de me tenir comme un gogo qui baille en permanence que je juge que l’effet de la meth est l’un dans l’autre terminé. Cela ne se manifeste que vers la fin de mon troisième jour. Sinon, j’ai mal partout, comme le lendemain d’une interminable randonnée en montagne, la bouche me picote, j’ai sommeil et je suis tristounet. L’appétit normal ne reviendra que le troisième jours. C’est aussi au début du troisième jour que le pire du pire survient. Le manque apparaît. Le manque terrible monte dans mon thorax. Je me sens comme un fumeur qui a envie de fumer, un buveur qui a envie de boire. Je veux que tout recommence au plus vite. Je veux me retrouver dans l’univers fou que j’ai associé à la substance. Je veux le tout, la sensation autant que l’action. Le bain sauna et la meth sont indissolublement unis en mon désir et je les pense dans le manque comme une entité unique, un état paradisiaque aussi indistinct que cardinal. Pour l’instant, je résiste assez bien au manque et il finit pas s’en aller comme il est venu sans me faire altérer mon programme. Mais il revient de plus en plus souvent. Mes expériences restent séparées de trois bonnes semaines les unes des autres et mes doses n’augmentent pas. Mais comme tous les bourlingueurs qui frôlent ce genre de récif, moi, Ulysse, je ne peux absolument rien garantir pour l’avenir, tant au plan de mon comportement qu’au plan des effets à long terme  sur mon cerveau de cette drogue terrible et merveilleuse.

.
.
.

Posted in Civilisation du Nouveau Monde, Culture vernaculaire, Drogues récréatives, Fiction | Tagué: , , , , , | 48 Comments »