Le Carnet d'Ysengrimus

Ysengrimus le loup grogne sur le monde. Il faut refaire la vie et un jour viendra…

  • Paul Laurendeau

  • Intendance

L’environnement, bien c’est ce qui nous environne…

Posted by Ysengrimus le 29 avril 2008

Riviere Yukon

La lointaine et sublime rivière Yukon (Yukon, Canada)… L’être humain est outrecuidant. Il se croit le démiurge de son gros jardin…

.

Le réchauffement climatique existe, soit. Mais est-il d’origine humaine? Et deuxio, l’intervention humaine peut-elle le résorber? Aurait-elle pu résorber les grandes glaciations du passé? Il faudrait méditer la leçon des grands feux de forêts canadiens. La majorité de ces gigantesques brasiers sont allumés par la foudre et éteints par la pluie. C’est la nature en tourmente avec la nature, point barre. L’intervention humaine, avions-citernes etc, y joue pour grenailles sans portée. Cela fait méditer. Cela rend petit et pudique. L’être humain est outrecuidant. Il se croit le démiurge de son gros jardin. Manque de modestie patent. Le problème est que l’appel à la modestie humaine que je promeut ici est facilement récupéré par les rien-foutistes qui disent: « Voyez la sagesse d’Ysengrimus. L’être humain n’a pas d’impact. On peut donc continuer de polluer sans scrupule ». Et les thuriféraires de l’écologie de jeter mon appel à la modestie humaine avec l’eau du bain sale des lobbyistes pro-pollution. Or ce faisant ils tombent dans leur propre trappe à con. On fait de grandes rencontres en mondo-vision sur le CLIMAT… Mais on joue tellement, en fait, le jeu des écolo-sceptiques avec ce genre de grande cause cosmologique de toc. Si, au lieu de s’intituler CLIMAT, les écolo-colloques pharaoniques du moment s’intitulaient SMOG URBAIN ou POLLUTION INDUSTRIELLE, ce serait, alors là, d’un tout autre calibre. Mais POLLUTION INDUSTRIELLE, cela ne fait donc pas à la page ou gentil-gentil-consensuel-centriste. Et surtout, c’est trop vrai, socialement. Nos noyeurs de poissons écolo-capi ne veulent pas, mais pas du tout, de cette vision là. Elle les questionne trop… La cause écologique est détournée au profit exclusif de ceux qui ne veulent pas voir en face la grave crise socio-historique qu’elle sous-tend. C’est tellement patent.

Moi, je crois que c’est justement ici que la notion d’ENVIRONNEMENT prend tout son sens littéral. Ce qui nous environne est ce sur quoi il faut agir car c’est bel et bien ce qui nous environne qui nous tue ou nous fait vivre. Si la fonte de la banquise et l’effouèrement du Lac Supérieur sont trop larges pour ma modeste action, il n’en est pas de même du monoxyde de carbone et des détritus sur la rue QUI M’ENVIRONNE. Corrolairement, je doute fortement que le montagnard et le campagnard salopent le paysage tant que cela en proportion. La pollution, la vraie, la dure, vient de l’urb. C’est donc à l’urb d’y voir prioritairement. La santé de mes enfants n’est certainement pas compromise par les torrents « pollués » de la lointaine rivière Yukon… s’il y en a (des torrents pollués dans ladite lointaine rivière Yukon!). Le fait est que la cause environnementale frapperait mieux si elle frappait concret. Elle se perd actuellement dans toutes ces considérations mégalo sur le climat global et cela désaxe les causes, élucubre, démotive, décourage et fait perdre la perspective sur le vrai et le faux. Je ne crois pas à la ré-utilisation, au recyclage intensif, au compostage méthodique et à la voiture hybride au nom de la Terre. J’y crois au nom de la Ville.

.
.
.

About these ads

17 Réponses to “L’environnement, bien c’est ce qui nous environne…”

  1. Ecowarrior said

    Ben dis donc y’en a qui se sentent plus grimus que d’autre… :) . on peut quand même penser que c’est prouvé que l’homme y est pour quelque chose dans le réchauffement climatique étant donné que presque tout le corps scientifique le pense. Après, savoir si l’être humain peut la résorber, c’est une question bien pertinente, et d’ailleurs, le veut elle déjà?

    • ysengrimus said

      Je n’ai rien en principe contre cette réflexion, tant qu’elle ne nous détourne pas des causes effectives: ce qui nous environne.

    • harry wanders said

      « presque tout le corps scientifique le pense. »

      Ce ne n’est pas parce qu’une majorité le pense qu’ils ont raison. Avant Galilée la Science (et l’Eglise) affirmaient que la terre était plate… à l’avènement du chemin de fer, la science affirmait que le corps humain ne supporterait pas une vitesse supérieure à 40km/h…

      J’en passe et des meilleures. Qu’il y ait consensus ne signifie pas qu’ils sont dans le vrai ! surtout dans une science aussi jeune…

      • ysengrimus said

        Effectivement, on trouve des experts chimistes et/ou pneumologues pour nous dire que le tabac est pas toxique… Des scientifiques-croupions il y en à à la pelle. Alors ce petit silence du citoyen devant la « science » et ses « consensus », pour faveur, on évite… Tripper sur le climat lointain, abstrait, fumeux, théorique, c’est un bon moyen de se distraire de la triade immédiate de la pollution qui tue pour vraie à la ville: l’usine, la bagnole, la décharge.

  2. decembre said

    ... La santé de mes enfants n’est certainement pas compromise par les torrents “pollués” de la lointaine rivière Yukon…

    Non mais les enfants qui vivent à côté ou en amont, oui. ET si tes enfants de la ville tombent dans l’fleuve, good luck!

    Non mais, y a des poissons aussi dans les rivières. On les aiment pas trop, difficiles à caresser, mais y vivent là quand même. Faut-il les laisser développer des cancers comme les bélugas avant de penser à ne pas jeter des ordures dans les rivières comme l’ont fait nos forces armées qui ont rendu des centaines de personnes malades?

    • ysengrimus said

      Ma solution pour les bélugas: moratoire militaire immédiat et abolition inconditionnelle des forces armées. Les bélugas et les poissons au mercure, c’est ce qui nous environne.

  3. global purpose said

    Le réchauffement climatique est le même que celui subit par toutes les planètes de notre systeme solaire. Il serait du à la conjoncture solaire ou astrale. En tous cas une chose certaine est qu’un gaz comme le CO2 est absorbé par les forêts. Si on coupe celles-ci, le gaz ne se trouve plus que dissout par l’eau de mer, mais si les taux changent. On ne sait pas ce qu’il adviendra du PH même de ces océans, donc on ne sait ce qu’il adviendra de ces milliards de vies qui créent de l’oxygène au quotidien. C’est bien qu’on se serve du réchauffement climatique pour sensibiliser les foules et leur faire prendre conscience de la portée de leurs actes. Mais c’est très dommage de focaliser l’attention des peuples sur le CO2 qui est beaucoup moins un gaz a effet de serre que ne l’est la VAPEUR D EAU. Parler exclusivement de CO2 à la sortie du pot d’échappement d’une voiture est quasiment criminel quand on sait quels autres poisons on dégage de la sorte. Le CO2 occulte aussi le premier problème qui est celui de l’EAU POTABLE (200,000 litres d’eau par kilo de viande élaborée… héhéhé) 80% de nos terres arables destinées aux monocultures extra-intensives de CÉRÉALES À USAGE ANIMAL. OUI, OUI, POUR NOURRIR VACHES, COCHONS ET AUTRES METS VACCINÉS ET ANTIBIOTIFIÉS À OUTRANCE…

    IL SERAIT TEMPS DE S’ÉVEILLER ET DE RÉFLÉCHIR À NOS BESOINS RÉELS ET ARRÊTER D’ÉCOUTER CES SCIENTIFIQUES BIEN PENSANT À LA SOLDE DES COMPLEXES MILITARO PHARMACEUTICO POLITIQUES QU’ON ÉLIE SI GRASSEMENT… ET JE SUIS D’ACCORD AVEC L’AUTEUR DE L ARTICLE, LES CENTRES URBAINS SONT LES CHANCRES DE NOTRE PLANÈTE, QUI FINIRONT EN CANCER GÉNÉRALISÉ SI ON NE FAIT RIEN TOUT DE SUITE, PAS DEMAIN! (les rivières sont le système lymphatique qui diffuseront les métastases). UNE SEULE ALTERNATIVE LA PRISE EN MAIN DE SON DESTIN PAR CHACUN AVEC UNE AIDE PRÉCIEUSE: LA PERMACULTURE

  4. tdp said

    Le climatologue français Marcel Leroux déclare dans l’un de ses derniers entretiens en 2004:

    « …le problème dit du climat est en permanence confondu avec celui de la pollution, deux domaines pourtant bien séparés, qui ne seront bien traités l’un et l’autre que lorsqu’ils seront dissociés. Il sert également de prétexte pour imposer une restriction à l’activité humaine, considérée à tort comme à l’origine du réchauffement climatique. »

    Quant à l’aspect démiurge, tout-à-fait d’accord: on peut agir sur les pollutions, mais très peu sur le climat, lequel a une énergie propre dont on commence à comprendre les fameuses oscillations pacifique, atlantique-nord, arctique… En ce moment, se termine un cycle de plusieurs années d’une phase chaude de l’oscillation Nord-Atlantique et une phase froide est en train de s’installer.

  5. GRIMBERT said

    Ouiiiiii !

    Enfin quelqu’un qui parle de LA chose importante.

    Le réchauffement climatique, on sait pas vraiment, mais ce qu’on sait c’est qu’on POLLUE. On jette trop de CO2 certes, mais toute cette foire sert à masquer d’autres pollueurs bien plus agressifs il me semble: toute la pétrochimie avec engrais, et tutti quanti.

    Alors oui à l’écologie, mais à toute l’écologie, pas à un gaz invisible alors que les cancers et autres saloperies dûes aux activités humaines sont bien là.

  6. manoli said

    Désolé mais j’ai beau retourner l’article dans tous les sens je suis toujours pas sur d’en comprendre le sens: 1) est-ce que c’est que la ville est la seule responsable et c’est donc à elle seule d’agir? ou alors 2) qu’il n’y a rien que l’homme puisse faire? ou encore 3) qu’il ne doit pas le faire au nom de la Terre mais au nom de sa survie propre?

    [Le premier et le troisième, pas le deuxième. Centrons nous EFFECTIVEMENT sur la pollution urbaine (smog et détritus) et pro-urbaine (sables bitumineux, centrales au charbon, usines diverses) et laissons les grand cycles climatiques se déployer selon leur logique propre. Cessons de climato-théoriser: agissons – Ysengrimus]

  7. John said

    Bien de beau grand mots pour une opinion sur un sujet que tu ne semble pas maîtriser! Il s’agit de lire et fouiller un peut sur le sujet pour constater que l’humain a un impact significatif sur le climat. Pour ce qui est des glaciation passées, elles étaient dues à des baisse de rayonnement solaire et non au CO2, alors que ce n’est pas le cas en se moment. Fais une recherche sur le GIEC et tu y trouvera toutes tes les réponse pour te forger une opinion, avant d’écrire d’aussi beau mots.

    Pour ce qui est de cibler le smog urbain et ces truc là, ce n’est pas un peut nombril comme vision? Je vise ce que je vois et qui m’entoure… alors que ce sont les pays loin de nous qui subisse le plus notre manque de jugement?

    • ysengrimus said

      L’intégralité des pays du monde, c’est ce qui NOUS environne…

      • Vincounet said

        Donc si « L’intégralité des pays du monde, c’est ce qui NOUS environne… » pourquoi dire « La santé de mes enfants n’est certainement pas compromise par les torrents “pollués” de la lointaine rivière Yukon… » ? une contradiction dans vos propos.

        Vous pensez vraiment que la polution et le climat n’ont pas de liens? Les plus grands scientifiques sont tous d’accord sur le fait du réchauffement climatique causé par l’homme. Je ne comprends pas comment le fait que des entreprises qui jettent des produits poluants et toxiques dans une eau/un océan « lointain(e) » ne vous affecte pas tant que ce n’est pas dans « VOTRE » environnement (qui se limite a 10km? 20km? 30km de votre domicile peut-être?).

        Des statistiques montrent l’évolution du réchauffement climatique au file des années. Ces dernieres années ont montré un bon de plusieurs degrés. Espèces en voie de disparition, polution des eaux, fontes des glaces, déforestations. Si vous pensez que tout cela n’a aucun impact sur notre climat, c’est que vous manquez certainement de logique.

        De toute facon, vu l’échec (qui était évident) du sommet de copenhague, et la mondialisation du capitalisme (toujours produire plus pour moins chrr), nous auront la réponse à cette question dans les années à venir. Peut être pas de notre vivant, mais les générations futures en seront les témoins. Et le problème est bien que pour certains, leur vision des choses se limite à court terme et « je ne crois que ce que je vois ».

        A moins que vous croyez au PLUS GROS COMPLOT POLITICO-FINANCIER MONDIAL, que tous les scientifiques et politiques nous mentent pour créer un nouveau marché écolo, je vois mal comment on peu nier cette évidence.

        Stop croire tous les reportages de complots qui ni des évidences comme celle du réchauffement climatique causé par l’homme, qui racontent que l’attentat du 11/09 a été soit disant causé par des avions militaires qui ont tiré des missiles sur les tours, et aux gouverments qui cachent des extra-terrestres au pôle nord.

      • ysengrimus said

        Critiquez le baratin courant des choses et on vous traitera de complotiste. Inutile de noyer le poisson (au mercure). Mon argument tient parfaitement sans charabia de complot pour le sous-tendre.

  8. sophie said

    Enfin un article impoli (tiquement correct) ça fait du bien !

    Le réchauffement climatique, c’est l’arbre qui cache la forêt, un argument qui fait vivre des tas de scientifiques trop polis pour être honnêtes, car quand on met « réchauffement climatique » dans son sujet de thèse alors on est sûr d’avoir une bourse ou une subvention.

    Le vrai problème est la pollution, comme noté dans un commentaire plus haut, ce sur quoi j’ai envie d’agir, c’est le plomb dans mon immeuble, les gaz d’échappement des voitures à hauteur du nez de mes enfants, les COV et autres polluants courants de mon environnement immédiat, l’eau du robinet qui crée de l’eczéma sur mon bébé, le fog au dessus de Paris quand il fait chaud et beau et que j’ai les narines bouchées, que j’ai la gorge qui pique et que le quart des bébés se retrouvent chez l’ostéo pour de la kiné respiratoire.

    C’est en effet ce sur quoi j’ai envie d’agir immédiatement et concrètement, la banquise, c’est beau mais je n’y ai jamais mis les pieds, j’adore les ours blancs mais je ne connais que ceux en peluche… La mondialisation a aussi atteint nos sentiments et nous sommes censés ressentir de la culpabilité du réchauffement climatique qui fait fondre les glaces, alors que mon petit a des cernes autour des yeux à cause de la pollution de ma ville… Soyons honnêtes et appliquons le principe écologique de la moindre distance à nos émotions et notre pouvoir d’action, ce sera tellement plus efficace. Bien sur cela enlèvera tant de pouvoir à l’homo politicus qui rêve de diriger ma vie et me dire comment la mener, m’éclairer par exemple avec des lampes fluocompactes qui créent des radiations et peut causer des problèmes de peau au lieu des bonnes vieilles lampes à incandescence, qui, elles même tiendrait vingt fois plus longtemps si les fabricants ne s’étaient pas amusés à en réduire la durée de vie pour s’en mettre plein les poches (voir le doc prêt à jeter, édifiant).

    Bon j’arrête, sinon, on en a pour toute la nuit… Bonne réflexion à vous.

    Enfin une dernière remarque sur l’histoire du 95% des scientifiques qui soutiendraient l’idée que le réchauffement climatique serait du à l’activité humaine. En France, 95% des medecins anesthésistes soutiennent que la péridurale est plus sûre pour les femmes qui accouchent et pourtant, la france n’est pas mieux placée que la Hollande par exemple où nombre de femmes accouchent sans péri…

    Ils poussent les femmes à prendre la péri en prétextant que 90% des femmes la prennent, alors moi, les consensus, ça me fait doucement rigoler… évidemment si vous aimer bêler avec tout le troupeau, ça se comprend.

  9. François said

    L’article original date un peu mais comme le dernier commentaire n’a « que » deux mois et demi, je me permets d’ajouter mon grain de sel (étant moi-même tombé sur cette page par hasard, je ne désespère pas d’être lu un jour).

    Avant tout, je tiens à préciser que je réagis rarement aux commentaires des blogs que je parcours. Si je le fais aujourd’hui, c’est que deux points m’ont particulièrement interpellé, dans l’article et surtout dans les commentaires qui l’ont suivi. Je précise aussi que je suis actuellement en thèse de géophysique, ce qui explique en partie que je me sente concerné. Ceci non pas pour me conférer « la parole du sage » (puisque mon sujet de thèse n’a rien à voir avec le climat), mais parce que je crois avoir un bon aperçu de la façon dont la science avance, et que j’aimerais vous le faire partager (c’est le côté « enseignement » de la profession, désolé).

    Le premier point qui m’a étonné concerne le fond de l’article et l’opposition qui est faite dans les commentaires entre 1) le problème du réchauffement climatique, qui seraient un truc un peu fumeux inventé pour faire oublier LE « vrai » problème, à savoir 2) la pollution générée par l’homme. Pourquoi opposer ces deux problèmes ? Et en quoi dire « l’homme est responsable du réchauffement climatique » équivaut à masquer les problèmes de pollution ? A mon sens, les deux existent et requièrent des solutions. Mais il est vrai qu’ils concernent des échelles spatiales et temporelles différentes : les phénomènes de pollution peuvent se manifester localement et en très peu de temps (implantez une usine de n’importe quoi n’importe où et c’est ce que vous observerez), tandis qu’on parle de réchauffement global, à l’échelle du siècle. A court terme, il est a priori plus « facile » de remédier au premier (a posteriori, pas tant que ça… des problèmes techniques et de volonté politiques peuvent bien sûr se poser), tandis que vouloir inverser la tendance climatique avec nos petites mains est effectivement très ambitieux. On ne peut donc qu’abonder dans le sens de l’auteur quand il nous dit de nous concentrer sur « ce qui nous environne ». Pour autant, faut-il renoncer à tout effort pour contrer le réchauffement global (si tant est que cela soit possible et qu’on y soit pour quelque chose, mais ceci est mon deuxième point) ? Je ne pense pas. Les deux efforts sont plutôt à mener conjointement si on veut des résultats concluants dans les deux domaines. Voeu pieux, et quasi infaisable, certes : il faut des priorités, surtout si l’on tient compte des contraintes techniques et économiques. Mais conceptuellement, ces deux problèmes ne sont pas antagonistes : on peut même dire sans trop s’avancer qu’ils résultent tous deux d’un même mécanisme, l’exploitation à outrance de la planète par l’homme (c’est un peu vite dit mais il ne faut pas être trop humble non plus, l’homme est capable de catastrophes naturelles).

    Deuxième point, sur le rôle de l’activité humaine sur le réchauffement global, ou « faut-il se méfier d’un consensus scientifique ? » C’est sans doute le point qui me dérange le plus lorsque je lis certains commentaires, puisque l’intégrité intellectuelle des scientifiques y est parfois mise en doute. Plutôt que de me lancer dans une longue diatribe ennuyeuse et redondante, je vous conseille la lecture du blog de Pierre Barthélémy, en particulier ce billet où il explique très bien, et de façon plus concise que je ne pourrais le faire, la manière dont fonctionne la science dans le cas qui nous intéresse (surtout dans les 3 derniers paragraphes, le début n’est qu’une analyse statistique amusante destinée à remettre un sondage en place).

    J’y ajouterai seulement deux remarques à l’intention de Harry Wanders, Tdp et Sophie (car je n’ai pas le courage de m’attaquer aux « scientifiques (…) à la solde des complexes militaro pharmaceutico politiques » de Global Purpose).

    @Tdp: La citation de Marcel Leroux que vous proposez ressemble fort à un argument d’autorité. Pourquoi avoir choisi de nous donner l’avis de ce « climatologue français », exprimé en 2004, plutôt qu’un autre ? Ses conclusions, et les arguments qui les sous-tendent (sans lesquels les conclusions ne sont qu’affirmations péremptoires et peu pertinentes), sont à mettre en regard avec ceux des autres climatologues (de France et d’ailleurs, et tant qu’à faire, pourquoi ne pas profiter des progrès de la science depuis 2004 ?). En bref : à quoi sert un avis isolé ? J’aurais très bien pu vous trouver une autre citation contradictoire, sans pour autant faire avancer le schmilblick. Quant à la « phase froide » du cycle qui tendrait à s’installer… peut-être (j’avoue que je n’ai pas vérifié), mais la question est justement de savoir quelle contribution domine l’évolution du climat : les oscillations dont vous parlez ou le rejet de gaz à effet de serre par l’activité humaine ? La plupart des climatologues penchent en faveur des gaz à effets de serre d’origine anthropique (inutile de préciser qu’ils ne nient pas pour autant l’existence des cycles astronomiques, ou ceux de la circulation océanique, tout cela est compris dans leurs calculs).

    @Sophie : Je sais qu’il est très tentant de ne pas penser « mainstream ». Moi-même, dans ma recherche, j’ai un petit frisson quand un soupçon de résultat vient à l’encontre de ce qui est communément admis… la plupart du temps, c’est que j’ai fait une erreur de calcul, ou une conclusion trop hâtive. Ce que je veux dire par là, c’est qu’une théorie scientifique n’est pas l’avis arbitraire et plus ou moins fumeux d’un « grand nombre » de gens « éminents » (ce qui nous est suggéré par le sens commun), ce n’est pas non plus la vérité absolue (apanage des créationnistes) : c’est l’ensemble des hypothèses qui nous paraissent les plus plausibles à un instant t, quand on les passe au crible d’un raisonnement rigoureux. Et pour aller à l’encontre d’une théorie admise à l’instant t, il faut avoir des arguments en béton. Moyennant quoi, si ces arguments passent le crible du raisonnement, toute théorie scientifique peut être réfutée ! « 95% des climatologues soutiennent que le réchauffement climatique a (principalement) une origine anthropique » veut donc simplement dire que c’est l’hypothèse la plus plausible à l’heure actuelle. Mais ce n’est pas la plus plausible parce que la majorité des scientifiques y « croit ». La majorité des scientifiques y adhère parce que c’est la plus plausible (rien à voir avec un fonctionnement démocratique, donc).

    Quant aux phénomènes de « mode scientifique », ils existent, c’est vrai. Et se manifestent effectivement dans le choix des thématiques qui sont financées (heureusement pas dans les conclusions des travaux de recherche, puisque c’est aussi dans l’intérêt des chercheurs de sortir du lot). Mais je vous rassure : il y a aussi beaucoup de gens qui réfléchissent aux problèmes d’assainissement des sites industriels, de contamination des nappes phréatiques, de LED dont les radiations ne soient pas dangereuses pour les enfants en bas âge, etc… Ces sujets peu exotiques sont seulement beaucoup moins relayés par les médias. Mais la déformation médiatique n’est pas propre à la science, c’est un autre débat…

    @Harry Wanders: Attention à l’utilisation de la figure de Galilée : il ne s’attaquait pas (seulement) à une théorie scientifique (telle que définie ci-dessus, c’est-à-dire réfutable) mais à un dogme religieux (qui comme chacun sait ne suit pas les mêmes propriétés de réfutabilité) : sa condamnation était finalement plus politique que scientifique.

    Je m’arrête là, c’est déjà beaucoup trop long. Merci à ceux qui auront eu la patience de me lire. Je serais très heureux de continuer le débat, et de préciser quelques inévitables raccourcis, sur cette page (qui m’avertira de tout nouveau commentaire) ou par mail.

    • Julien said

      Étant tombé sur cette page par hasard (suite à la lecture de M. Barthélémy, dont François a mis le lien plus haut), je tiens à laisser une petite trace de mon passage pour clore ce débat resté en suspens à mon sens. C’est donc presque un an plus tard que je répond à ce message, mais je tenais uniquement à remercier François pour ce commentaire très didactique et très bien écrit. Je ne saurai rien rajouter après cela, mais je désirais simplement saluer l’intelligence et l’esprit critique qui se cache derrière ce pseudo et te signifier que, oui, quelqu’un a bien lu ta longue prose :)

      Merci pour ce point de vue éclairé (et en espérant que la thèse se déroule bien !)

      [Le geste de dire merci ne clôt aucun débat, mais cela reste un comportement sain que j’approuve toujours… – Ysengrimus]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 161 autres abonnés